Dernière ligne droite

0
Sebastien Marsset, Skipper du Class40 Tohapi sur la Route du Rhum 2018

Sébastien Marsset vient d’en terminer avec une longue et fructueuse session d’entrainement en Bretagne Sud, sous la houlette de « Lorient Grand large ». Le skipper de Campings Tohapi a validé en conditions de course ses nombreux choix techniques de l’été, et c’est le coeur léger qu’il aborde à présent les derniers jours avant son grand départ pour Saint-Malo, et le départ de la 11ème édition de la Route du Rhum. Entre impatience d’en découdre, et envie de faire un beau voyage, le Nantais mesure pleinement sa chance d’avoir, en moins d’une année, pu, et su se donner les moyens de construire un projet sportif crédible, et de partager une aventure humaine rare. Campings Tohapi est attendu le 24 octobre, dernier délai, dans le bassin des concurrents, au pieds des remparts de la Cité corsaire. Derniers sentiments d’un futur solitaire :

Un marin heureux de sa préparation
« En jetant mon dévolu sur le Sabrosa 40 MK2 de François Angoulvant, N°139 de la Class40, je savais qu’il me faudrait beaucoup travailler pour l’adapter à la Route du Rhum » explique Sébastien. « J’ai donc scrupuleusement étudié les statistiques météos de la course, afin de définir avec précision les types de voilures les plus sollicités durant cette course. Tout le travail d’amélioration a ainsi consisté à me doter des voiles les plus performantes dans les types de temps que nous risquons de rencontrer tout au long des 3 542 milles de course. Je dois dire que je suis plutôt satisfait du résultat. Le bateau a beaucoup progressé cette année, aux allures importantes pour ce profil d’épreuve. »

Ne pas se laisser griser…
Une course majuscule attend désormais Campings Tohapi, dans cette Class40 de tous les records, avec pas moins de 53 engagés où l’on dénombre plusieurs skippers internationaux, des femmes et des ténors de la discipline, dotés de bateaux neufs particulièrement performants. « C’est vrai que la Class 40 a effectué ces dernières années un prodigieux bond en avant » poursuit Seb, «  les nouveaux bateaux affichent des vitesses de pointe et moyennes impressionnantes, tutoyant régulièrement les 30 noeuds, soit plus rapides que les multicoques des années 1990… Mais je ne ressens pas de pression particulière par rapport à cette concurrence exacerbée. Je redoute plus la casse matérielle. Il faudra savoir mettre le curseur de la vitesse, de l’engagement et de la performance au bon endroit dès le départ, ne pas se laisser griser par la surenchère inévitable lorsque l’on sera au coude à coude durant les premiers jours. La route vers Pointe à Pître est longue et il importera de savoir « en garder sous le pied », et ne pas brûler trop vite toutes ses cartouches. »

La poésie du grand voyage
« J’emporte pour 17 jours d’avitaillement » ajoute le skipper de Campings Tohapi. Le record de l’épreuve, établi voici 4 ans par l’espagnol Alex Pella, est de 16 jours, 17 heures et 47 minutes (10,79 noeuds de moyenne). Sébastien affiche sa détermination à performer. Au delà du résultat et du sport pur, il préserve cependant une tendresse et une hâte contenue pour la jubilation que procure le voyage, la navigation en solitaire. « Au sortir de la frénésie de Saint Malo qui s’annonce intense, je serai heureux de me retrouver seul aux commandes. J’ai gardé de mes expériences dans la Volvo Ocean Race des souvenirs de moments uniques passés au bout du monde, à contempler des paysages marins inaccessibles. L’arrivée sur l’arc antillais, la vue des premiers ilots, fera partie de ces moments magiques que l’on vient chercher dans cette course. Je demeure sensible à la poésie du voyage, à ce sentiment d’immense indépendance que l’on ressent en mer. »