CLOSE

Blog Grid

Awesome blog grid

Suprême Le Roy

mai, 20Pierre Le Roy...
Victoire de Pierre Le Roy, skipper du Mini 6,50 prototype Teamwork sur la Mini Transat Eurochef 2021 – Saint Francois le 12/11/2021

Après quatre participations, il n’avait jamais remporté la Mini en Mai, c’est chose faite ! Pierre Le Roy a coupé la ligne d’arrivée de la course trinitaine à 14h23 en tête après un peu plus de 3 jours de navigation et environ 450 milles. C’est une nouvelle belle victoire sur le circuit Mini pour le navigateur lillois, vainqueur de la dernière Mini Transat. Dans des conditions de vent léger, Pierre a quasi été le leader de cette compétition, une boucle au départ et à l’arrivée de la Trinité-sur-Mer en passant par Penmarc’h, le plateau de Rochebonne, Ré, du début à la fin.

« J’ai, à nouveau, progressé » déclare Pierre. « J’ai trouvé notamment de nouveaux bons réglages au près ! Je suis très heureux de cette victoire car il a fallu un peu de temps pour que je remporte enfin cette Mini en Mai. La course a été difficile. En cumulé, j’ai dormi entre 5 et 7 heures ce qui est peu. Je me suis senti assez à l’aise lors de la première partie de l’épreuve. J’ai pris un bon départ et j’étais dans le rythme et rapidement en tête. C’est sur la dernière portion, cette nuit, que j’ai été moins inspiré. J’ai lâché le marquage de mes concurrents en allant un peu plus au large qu’eux au passage d’Yeu. J’ai alors admis mon erreur et j’ai vu que je n’étais pas dans le bon timing au niveau des oscillations du vent. J’ai alors décidé de rejoindre la flotte. J’ai mis ensuite le turbo afin de reprendre mon leadership et cela a payé jusqu’à l’arrivée à la Trinité-sur-Mer. Nous avons enchaîné les manœuvres de virement aujourd’hui et je dois dire que je suis un peu entamé mais content du travail accompli. »

Pierre va maintenant faire une pause « Mini » et rejoindre Nils Palmieri à bord de TeamWork pour la Sardinha Cup en Figaro Bénéteau 3 du 3 au 19 juin. Il reprendra la mer à bord de son plan Raison lors des Sables – Les Açores – Les Sables en juillet.

Perrine Laffont : cap sur Cortina !

mai, 17Perrine Laffont...

La championne Olympique de ski de bosses 2018, quatrième à Pékin, 26 victoires en Coupe du Monde, lauréate de cinq petits globes de Cristal et deux gros Globe, triple championne du Monde, 23 ans, rempile pour quatre ans et met le cap sur les Jeux Olympiques 2026 Milan Cortina en Italie.

Cela commençait à devenir un secret de polichinelle. Malgré quelques doutes inéluctables à une carrière de sportive de haut niveau, Perrine Laffont a décidé de continuer sa carrière pendant quatre ans afin de rester au firmament de son sport.

« Ma fin de saison à Megève avec un nouveau petit globe de Cristal m’a convaincu, m’a motivé pour la suite. J’ai donc décidé de rempiler et mettre toutes les chances de mon côté pour rester sur les devants de la scène ces quatre prochaines années » déclare la sportive ariégeoise. « J’ai une passion viscérale pour mon sport et, même si j’ai eu des difficultés à me remettre de ma belle quatrième place à Pékin, j’ai encore beaucoup d’envie et soif de compétition. »

Cette décision n’a pas été prise à la légère et Perrine a beaucoup réfléchi avec son entourage à son avenir et à de nouvelles méthodes afin de ne pas tomber dans une routine sportive.

« J’ai pris ces dernières semaines pas mal de repos en prenant des vacances et du recul. Je souhaite continuer mais pas n’importe comment et en ayant un peu plus d’espace de liberté dans mes préparations aux échéances. » Un nouveau staff a été nommé, par la Fédération Française de ski, à la tête de l’Equipe de France de ski de bosses et Perrine sera accompagnée à certains moments par un coach particulier.

« Albert Bedouet succède à Ludovic Didier à la tête de notre équipe de France » prolonge Perrine. « Il sera accompagné de Jules Escobar. Albert est un ancien membre de l’équipe. Je le connais donc bien et il a une véritable expérience de l’entraînement à haut niveau puisqu’il était entraîneur de l’équipe britannique. Jules vient juste de prendre sa retraite. Il était au sein de notre équipe ces dernières années et c’est un super technicien. Sofiane Batikhy nous rejoint également pour la préparation physique. Je suis ravie de leurs nominations et je suis certaine qu’ils vont nous aider à passer de nouveaux paliers avec des nouveautés dans nos exercices de préparation et en compétition. En accord avec ce nouveau staff, j’ai choisi également de prendre les services d’un entraîneur qui sera Anthony Benna, Champion du Monde 2015. Il ne travaillera pas pour l’Equipe de France mais sera intégré, en bonne intelligence, aux réflexions autour de moi et adaptera mon programme en fonction de ma progression et de mes envies.  Nous nous retrouverons à certaines reprises pour des trainings spécifiques. »

Perrine a repris le chemin de l’entraînement depuis début mai et est déjà focus sur la saison 2022 – 2023. « Le niveau chez les femmes a augmenté ces derniers mois. Je vais travailler encore plus mes acrobaties. Je sais que j’ai encore une grande marge de progression sur ce sujet. Dès juin, avec l’Equipe de France, nous serons sur les skis et nous allons intensifier les efforts jusqu’au début de la prochaine Coupe du Monde en décembre 2022 autant en situation qu’en préparation physique. Il s’agit pour moi de rester continuellement dans le top 3 dès cette Coupe du Monde et d’être en forme pour les Championnats du Monde 2023 en Géorgie. J’ai encore de belles choses à faire dans ma discipline et je vais le démontrer. » Insatiable Perrine !

Pierre Le Roy, en piste pour la Mini en Mai

mai, 16Pierre Le Roy...
PROTO 1019 / Pierre LEROY

Le vainqueur de la dernière Mini Transat dans la catégorie des prototypes sera au départ de la Mini en Mai demain à la Trinité-sur-Mer. Deuxième de la Plastimo Lorient Mini 6.50 avec son coach Tanguy Leglatin, Pierre Le Roy, à bord de TeamWork, compte naturellement remporter cette compétition longue de 500 milles et qui échappe à son palmarès suite à quatre participations.

Le navigateur lillois a terminé 16ème en 2017, 5ème en 2018, 3ème en 2019 et 3ème en 2021 de la Mini en Mai. C’est dire qu’il souhaite une victoire sur cette épreuve qu’il affectionne.

« J’adore la Mini en Mai. C’est un long parcours pour un début de saison et il est très intéressant » indique Pierre. « Nous débuterons par un parcours technique en baie de Quiberon puis nous allons longer la côte sud bretonne avec son courant légendaire et des navigations rase-cailloux. Nous franchirons ensuite le fameux raz de Sein, un sacré passage à niveau et nous contournerons l’île de Sein afin de se diriger vers l’embouchure de la Gironde et la bouée BXA. La traversée du Golfe de Gascogne sera une portion plus grand large… Par la suite, nous passerons sous le pont de l’île de Ré pour enfin se diriger vers l’arrivée à la Trinité. »

Un circuit hyper intéressant et complexe qui mettra les marins en solitaire dans la difficulté et qui devrait permettre à Pierre de s’exprimer. Le nordiste est bien entré dans sa saison partageant son temps entre son travail chez Météo France et la voile.

« La Plastimo Lorient Mini a été une bonne mise en jambe. Nous n’avons navigué que 21 heures et elle m’a permis d’identifier quelques nouveaux points de progression à bord de mon voilier qui reste récent. J’ai été ravi de naviguer avec mon entraîneur Tanguy dans une très bonne ambiance. Je suis désormais totalement focus sur la Mini en Mai et la suite de la saison notamment la Sardinha Cup à laquelle je vais participer avec Nils Palmieri à bord de son Figaro Bénéteau 3 TeamWork puis Les Sables – Les Açores – Les Sables à bord de mon plan Raison » conclut l’intéressé.

Le Belem à Boulogne-sur-Mer puis Ostende

mai, 10Belem...

Du 12 au 16 mai, le Belem fera escale à Boulogne-sur-Mer. Le trois-mâts pointera le bout de son étrave jeudi vers 15h30 en rade de Boulogne. Le navire sera ouvert aux visiteurs durant tout le week-end des 14 et 15 mai, de 10h à 18h, quai Gambetta (billetterie en ligne conseillée). Il repartira en mer le 16 mai à 10h avec des navigants, rejoindre le rassemblement de grands voiliers belge « Ostende à l’ancre ». Du 19 au 22 mai, quai Montgomerydock, les Ostendais et festivaliers pourront arpenter le pont du navire, visiter ses différents espaces, admirer le petit roof récemment restauré et rencontrer son jeune équipage.

Tout savoir sur Ostendre à l’ancre : https://www.fondationbelem.com/actualites/item/12858-oostende-a-l-ancre-du-19-au-22-mai

Thomas Ruyant régénéré !

mai, 9Ruyant...

Quatre jours dans sa région natale, les Hauts-de-France et à la Communauté urbaine de Dunkerque, auront, si besoin était, rechargé à bloc les batteries du skipper de LinkedOut Thomas Ruyant. Le natif de Malo-les-Bains l’avait promis, il profiterait de ce long week-end du 1er mai pour convoyer son Imoca en Mer du Nord, et rencontrer ce peuple Dunkerquois si friand d’aventures maritimes.

L’enfant du pays a ainsi été fêté comme un fils prodigue rentré au bercail de ses premières passions véliques. Il a pu présenter sous toutes ses coutures son Imoca, accéléré par Advens, à la pointe de la technologie, à quai comme sur mer, et partager avec tous les publics, voileux, candidats LinkedOut mais aussi scolaires ou issus du monde de l’entreprise, les mille et une facettes d’une activité aussi sportive qu’entrepreneuriale. Il a mesuré au-delà de sa notoriété, l’impact que ses navigations au long cours ont sur des jeunes comme lui avides de découvertes, d’initiatives et de partages.

Plus remonté que jamais à la veille de renouer dès le prochain week-end avec la compétition de haut niveau et en solitaire, Thomas ramène vers la Bretagne un peu de ce souffle du Nord qui jadis inspirait Jean Bart et les défricheurs de « la grande course ».

Un week-end en tous points « génial »

Il ne s’est guère économisé ! Le week-end du 1er mai, fête du travail, n’aura pas été chômé par Thomas Ruyant et son équipe TR Racing, qui se sont, dans la bonne humeur et l’enthousiasme, démultipliés à Dunkerque pour partager avec le plus grand nombre l’expérience si singulière de la couse au large. S’il ressentait de la fierté à montrer, quelques 20 ans après ses premiers bords au large des bancs de Flandres, son statut de coureur au très grand large reconnu et respecté, Thomas a vite été une nouvelle fois submergé par la ferveur passionnelle des gens du Nord, débordants de gentillesse et d’amabilité pour l’enfant du pays.

« Ce fut une succession de moments géniaux » avoue Thomas, « Bien sûr j’ai revu mes amis, mes copains, mais aussi j’ai pu partager et échanger avec de nombreux enfants des écoles, tous très au fait de la voile, du Vendée Globe et de la Transat Jacques Vabre. J’ai pu faire ressentir l’émotion de la navigation à bord de notre voilier LinkedOut, lors d’une sortie d’anthologie à plus de 30 noeuds sur 5 mètres de fond, au ras des bancs de Flandres. Ce fut un week-end pavé de belles rencontres, comme celle d’Adrien van Beveren, le champion motocycliste notamment. Je n’oublie pas non plus le réseau LinkedOut qui était présent avec des candidats et pour sensibiliser à l’Inclusion et Advens qui a sensibilisé à la cybersécurité. Cette voile hauturière très implantée en Atlantique, est méconnue ici dans le Nord, et je suis heureux d’avoir pu l’expliquer, la détailler ici, tout en arborant fièrement notre identité, notre personnalité d’hommes du Nord. » La mer, les grands voyages inspirent les hommes et femmes du Nord. « La voile connait un nouvel engouement ici, à l’inspiration du nouveau club VDK Sport qui permet aux jeunes d’accéder à la pratique de la voile à un bon niveau. Je suis heureux que tant d’enfants aient envie de m’imiter. »

Place au sport !

Porté par tant d’amitié pure et sincère, Thomas bascule sans transition vers ses premier rendez-vous sportifs de la saison 2022, la Guyader Bermudes 1000 Race, dont le départ sera donné à Brest le dimanche 8 mai prochain. Un rendez-vous que le Nordiste prend très au sérieux, au point de laisser avec contentement s’installer une certaine pression.

« Ce sera le premier rendez-vous en solitaire depuis l’arrivée du Vendée Globe début 2021. Première course de l’année, en solo, avec un plateau étoffé et redoutable… de quoi avoir immédiatement envie de performer, de se montrer à son avantage en cette année Route du Rhum. La Guyader Bermudes 1000 Race compte pour le championnat Imoca Globe Series. Ce parcours d’Atlantique Nord, avec le Fastnet en point de mire, ouvre beaucoup le jeu, et de nombreuses phases de transition sont attendues, propices à des regroupements ou à des échappées belles. La concurrence sera là, en nombre et en qualité. Nous abordons l’épreuve en confiance. Nos premières navigations nous ont permis d’entrer très vite en mode performance, tant le travail en chantier cet hiver a été excellent. Le bateau est déjà quasiment au maximum de sa préparation. Nous effectuerons quelques sorties de réglages de voiles cette semaine, et nous serons fin prêts pour les runs de vitesse, en équipage, vendredi. D’ici là, et alors que LinkedOut vogue vers Brest aux bons soins de Ronan Deshayes, Pierre Denjean, Paul Medinger et Alexis Aveline, je vais m’attacher à me reposer et à récupérer. »

Thomas Ruyant, au moral gonflé à bloc, a aussi repris toute la mesure du défi physique représenté par son Imoca à foils. La Guyader Bermudes 1000 Race est un format de course courte, quatre jours, qui n’offrira guère de répit aux solitaires. Thomas s’y est préparé, ayant d’emblée retrouvé tous ses automatismes du solo, et c’est en apné, façon sprinter de 100 mètres, qu’il s ‘élancera dimanche depuis Brest.

15ème édition de l’opération de mécénat Atout Soleil : un nouvel appel à projets pour soutenir les plus jeunes face aux crises

avril, 27Atout Soleil...

Le fonds de dotation « Des Epaules et des Ailes » et l’assureur Generali lancent, dans le cadre de l’opération de mécénat Atout Soleil, un nouvel appel à projets sur le thème du « (Re)Vivre ensemble ». Dans le contexte de la sortie progressive de la crise sanitaire et de la guerre en Ukraine, cette opération vise à soutenir les initiatives solidaires, intergénérationnelles et innovantes portées par des associations françaises pour limiter les effets durables des crises sur la santé et l’éducation des plus jeunes.

L’appel à projets ciblera ainsi des associations qui répondent aux trois objectifs suivants :

  • panser les plaies psychologiques liées aux traumatismes
  • soutenir les apprentissages et les acquis scolaires des plus vulnérables
  • recréer du lien à travers l’entraide et la transmission des savoirs entre générations

Les associations ont jusqu’au 29 juillet 2022 pour déposer leur dossier de candidature.

Une thématique 2022 au cœur de l’actualité

La crise sanitaire a eu un impact important sur la santé mentale des plus jeunes. Les confinements successifs, l’école à la maison, les mesures de distanciation ont généré chez eux de nombreux maux. Stress, angoisse, trouble du sommeil et gestes suicidaires ont par exemple fortement augmenté chez les enfants de moins de 15 ans.

Le manque d’activité physique, d’interaction avec le monde extérieur, de stimulations intellectuelles mais aussi sensorielles a eu un impact sur la capacité d’apprentissage et le développement psychomoteur des enfants. En restreignant l’accès des plus jeunes à l’école, la pandémie a également exacerbé les inégalités sociales et les disparités éducatives existantes.

Dernièrement, la guerre en Ukraine a également été une source d’anxiété majeure, qui est venue s’ajouter à tous ce qui s’accumulent depuis plusieurs années (vagues de terrorisme, pandémie, dérèglement climatique, etc.). Pour les jeunes générations plus particulièrement, cette confrontation avec la réalité de la guerre, est un nouveau choc qui peut générer des angoisses, un fort sentiment d’insécurité et des difficultés à se projeter sereinement dans leur vie.

Pour son édition 2022, Atout Soleil souhaite encourager les initiatives locales, solidaires et intergénérationnelles qui aident les plus jeunes à panser leurs plaies, à se retrouver et à (re)Vivre ensemble !

Thierry Gaudeaux, Président du Fonds de dotation des Epaules et des Ailes :

« Depuis quelques mois, les associations que nous accompagnons depuis 15 ans, nous ont fait remonter le besoin d’agir sur les effets durables des crises sur la jeunesse. De nombreux jeunes ont cultivé un sentiment de mal-être face à la crise sanitaire. Ils se sont notamment réfugiés dans le digital et aujourd’hui, nombre d’entre eux ont des difficultés à s’en extraire. Leur anxiété s’est également exacerbée avec l’arrivée de la crise en Ukraine. Nous avons donc choisi naturellement en 2022 de nous concentrer sur le ‘(Re)Vivre ensemble’. L’objectif de ce nouvel appel à projets est d’accompagner les associations qui invitent les jeunes à revenir au monde réel, au collectif, pour faire face aux traumatismes provoqués par les différentes crises que nous avons connu ses dernières années.

2022 est aussi une date anniversaire, Atout Soleil fête sa 15ème année ! Quoi de mieux que de se préoccuper de la jeunesse pour cette nouvelle édition. Les réseaux de Generali, de GPMA, l’écosystème associatif que nous avons créé avec le fonds de dotation des Epaules et des Ailes, vont, j’en suis persuadé, permettre de mettre en avant des initiatives particulièrement riches. Au-delà d’un prix financier qui sera décerné en décembre à Paris, nous allons continuer à accompagner très concrètement les associations lauréates Atout Soleil 2022 en leur proposant une action de communication, un atelier afin d’apprendre à se présenter… pour leur permettre de renforcer leur impact sur leur territoire

Quels sont les initiatives concernées ?

Panser les plaies psychologiques liées aux traumatismes générés par les crises

  • Accompagner psychologiquement les enfants et les adolescents dans la gestion de leurs traumatismes (prévention du suicide, troubles alimentaires, phobie scolaire, etc.)
  • Prévenir et gérer les risques portés par l’utilisation intensive des écrans et ses conséquences (cyberdépendance, cyberharcèlement, phobie scolaire, etc.)
  • Accompagner les enfants et les adolescents quelles que soient leurs différences dans leur (re)socialisation à travers des activités ludiques, culturelles, scientifiques et sportives.

Soutenir les apprentissages et les acquis scolaires des plus vulnérables

  • Lutter contre le décrochage scolaire des publics vulnérables
  • Accompagner les enfants et les adolescents les plus fragiles scolairement, en particulier dans les quartiers populaires (soutien scolaire, mentorat)
  • Développer des compétences sociales et émotionnelles à travers des activités ludiques, culturelles, scientifiques et sportives.

Recréer du lien à travers l’entraide et la transmission des savoirs entre générations

  • Recréer du « vivre-ensemble » autour de projets intergénérationnels
  • Favoriser la transmission des compétences et du savoir entre générations.

Thibaut Vauchel-Camus bat le record de la Manche en Solitaire

avril, 23Solidaires En Peloton...

 

Record en solitaire de la traversée de la Manche

Thibaut Vauchel-Camus, à bord de l’ OCEAN FIFTY Solidaires En Peloton – ARSEP, a battu, en solitaire, hier soir, le record de la mythique traversée de la Manche entre Cowes, au Sud de l’Angleterre, et Dinard.

 

Il a coupé la ligne d’arrivée à 22h33 et aura donc mis près de 6 heures et 8 minutes pour parcourir les 138 milles du parcours (soit 250 km).

 

Dans un flux de Nord-Est soutenu, Thibaut, qui fête cette année les 10 ans de son défi aux couleurs des 120 000 patients atteints de la Sclérose En Plaques, fait mieux que Francis Joyon et son maxi-trimaran rouge avec environ 15 minutes d’avance sur un record que ce dernier détenait depuis près de 15 ans !

 

Parti jeudi de Saint-Malo en convoyage et en solitaire, Thibaut a attendu une grande partie de la journée de vendredi dans le Solent avant de lâcher les chevaux à 16h25min02sec et sous le contrôle de son routeur de choix, Vincent Riou, vainqueur du Vendée Globe 2004.

 

Ce record attend maintenant la validation nécessaire des observateurs du WSSRC (World Sailing Speed Record Council), seul organisme habilité à homologuer les records à la voile.

 

C’est une très belle performance pour Thibaut qui se prépare activement depuis quelques jours à sa saison 2022 ponctuée par les étapes du Pro Sailing Tour (rendez-vous à Bonifacio pour l’épisode 1 du 11 au 15 mai), la DRHeam Cup, dont il est le tenant du titre, et évidemment la Route du Rhum – Destination Guadeloupe, si chère au marin originaire de Guadeloupe et résidant à Cancale.

 

Thibaut Vauchel-Camus : « Cela faisait plus de deux ans que l’on guettait ce record mais nous n’avons jamais trouvé les bonnes conditions et la crise sanitaire est passée par là.  Avec Vincent Riou, nous avons estimé mercredi et jeudi matin que la situation météo était propice pour tenter le record. La fenêtre était difficile. J’ai effectué de nombreux empannages dans le Solent et j’ai mis un peu de temps à sortir de son dévent. J’ai réussi ensuite à accélérer dès que j’étais engagé dans la traversée de la Manche avec des pointes à 36 nœuds au niveauAurigny. J’avais à ce moment une belle avance sur le record de Francis Joyon. Hélas, j’ai connu ensuite un black out énergétique qui m’a demandé un arrêt de 20 minutes. Je suis reparti dans des conditions dégradées à bord mais je me suis accroché jusqu’à la fin. J’étais un peu dans une poussée comme connaissent les patients atteints de la Sclérose En Plaques ! Physiquement, cette traversée a été très engagée. Je suis très content d’avoir désormais ce record dans la poche car il a une belle réputation. Cela a été un super sprint. Je remercie mon équipe qui m’attendait à Saint-Malo et mes partenaires. Ce record est maintenant à battre et peut être battu car sans souci technique, mon avance aurait été plus marquée. C’est vraiment très excitant ces records. J’adore cet exercice. »

 

Laurent Bourguès vogue pour l’Ukraine

avril, 14IMPACT...

Le navigateur Laurent Bourguès, engagé cette année dans le programme de la classe Figaro, a choisi de donner à son monocoque Figaro 3 le nom d’une association caritative qui oeuvre en faveur des populations ukrainiennes.

Il prendra mardi 19 avril prochain le départ de la Solo Maitre Coq aux Sables d’Olonne avec sur sa coque le nom de l’association « Unis pour l’Ukraine 56 », qui depuis près d’un mois maintenant envoie vers la zone de guerre des médicaments de première urgence. Laurent Bourguès, l’ancien Boat Captain de l’Imoca LinkedOut de Thomas Ruyant, toujours en quête de partenaire titre pour la Solitaire du Figaro, a imaginé faire appel aux skippers de toutes les classes de course au large, pour récupérer les multiples médicaments en fin de vie des trousses de secours obligatoires à bord des voiliers de compétition. Il remplit ainsi chaque semaine plusieurs caisses de ces médicaments dont ont urgemment besoin les Ukrainiens en guerre.

Les produits des trousses de secours de bateaux à destination de l’Ukraine

« Quitte à naviguer pour l’heure sans sponsor titre, j’ai réfléchi à offrir le nom de course à une cause sociétale ou caritative en quête de visibilité » raconte Laurent. « Il se trouve que mon opticien de Plouay dans le Morbihan, Arnaud Le Gentil, est marié à une Ukrainienne, et ils ont lancés l‘association « Unis pour l’Ukraine 56 », qui s’adresse aux professionnels de santé pour récupérer toutes sortes de médicaments et matériels médical, principalement des anti douleurs, antiseptiques, anti biotiques, des produits forts pour répondre aux besoins de la médecine de guerre. J’ai immédiatement pensé à ce que nous, marins du large, transportons lors de nos courses, et renouvelons à l’envie. Il s’agit là aussi de produits forts, contre la douleur. Et j’ai pu faire passer le message à toutes les classes et organisations de course au large, qui ont répondu massivement en m’envoyant leurs produits en approche de péremption. »

Les Sablais aussi

« L’association a aussi grand besoin de moyens pour financer le transport de ces produits de toute première nécessité. Une cagnotte est en ligne et le message que je porterai visera aussi à récolter des fonds. Je serai dès le 15 avril aux Sables d’Olonne pour le départ de la Solo Maitre Coq. Contactés par mes soins, les organisateurs Sablais se sont immédiatement ralliés à l’idée et vont non seulement faire écho de l’opération, mais aussi y participer en ouvrant leur stand à l’association et à la collecte de fond et de médicaments durant toute la durée de la course. »

Laurent Bourguès aborde ainsi sa saison Figaro avec l’excitation du bizut, fort désormais d’une cause qui dépasse la dimension sportive, et qui va donner sens et finalité à son engagement sur l’eau, avec naturellement l’espoir de séduire davantage encore d’éventuels partenaires.

Le Belem très attendu à Arcachon !

avril, 12Belem...

Il n’était pas venu à Arcachon depuis 102 ans… Le Belem fera un retour remarqué dans le fameux bassin du 16 au 18 avril à l’occasion de la 7ème édition du salon nautique d’Arcachon, trois jours de fêtes dédiés au nautisme. Vendredi à 17h00, le trois-mâts fera son apparition au niveau des passes du bassin. Rendez-vous est donné à 18h, jetée Thiers pour une arrivée animée et commentée et quelques surprises…

Après un tour sur lui-même devant la grande plage de la ville face à la jetée d’Eyrac, le Belem sera amarré quai IFREMER et visitable tout le week-end de pâques : de 11h30 à 17h30 samedi 16 avril, de 10h à 17h30 dimanche 17 et lundi 18 avril. En plus, de la découverte du voilier, classé monument historique, le grand public pourra être sensibilisé à la pollution des océans et la nécessité de les protéger grâce à l’association The SeaCleaners, partenaire de la Fondation Belem. Le trois-mâts appareillera pour les Sables d’Olonne à 6h00 mardi 19 avril.

Ils ont dit :

Christelle de Larauze, déléguée générale de la Fondation Belem : « C’est une joie pour la Fondation Belem et son équipage de revenir à Arcachon, port mythique du Sud-Ouest, 102 ans après sa première venue. A l’époque, le Belem appartenait à Sir Arthur Ernest Guinness, vice-président des célèbres brasseries et grand amateur de navigation. Le trois-mâts battait alors pavillon britannique et s’appelait Fantôme II. L’envie de retourner dans le célèbre bassin nous trotte dans la tête depuis longtemps. Quand le salon nautique nous a invités, nous avons sauté sur l’occasion. Nous attendons beaucoup de monde ! Notre commandant Aymeric Gibet, son équipage et les pilotes de Gironde ont fait un remarquable travail préparatoire pour assurer les manœuvres. Le Belem repartira ensuite vers les Sables d’Olonne avec à bord 48 stagiaires prêts à découvrir la grande marine à voile. Il est attendu à 21h00 vendredi 22 avril en Vendée. »

Yves Foulon, maire d’Arcachon, président du SIBA et Conseiller Régional :  “Après deux éditions annulées pour cause de crise sanitaire, le Salon Nautique d’Arcachon se tiendra les 16, 17 et 18 avril 2022. C’est un rendez-vous annuel incontournable autour du monde de la mer qui lance véritablement la saison estivale à Arcachon. Ces trois jours dédiés à la filière nautique sont consacrés à tous les professionnels et passionnés du nautisme. C’est l’occasion également de promouvoir nos savoir-faire issus de l’artisanat, nos chantiers navals et tous les professionnels, vendeurs, loueurs, réparateurs, équipementiers, accastilleurs, qui oeuvrent toute l’année pour faire vivre notre port. Cette année, nous avons l’immense plaisir d’accueillir le mythique trois mâts Belem. Cent ans après, il revient dans le bassin et dans notre port. Ce fleuron de la flotte française est attendu avec impatience par les Arcachonnais et les habitants de notre territoire, et je tiens d’ailleurs à remercier la fondation Belem d’avoir accepté notre invitation. Les 16, 17 et 18 avril 2022, les amoureux du Belem et d’Arcachon se donnent ainsi rendez-vous sur le port pour célébrer le nautisme.”

Les Sables d’Olonne

Les 23 et 24 avril, le Belem fera une belle escale aux Sables d’Olonne, la ville du Vendée Globe, tour du Monde en solitaire, sans escale et sans assistance. Il empruntera le chenal des Sables le 22 avril, un peu avant 21h00. Suivront deux journées de visites publiques les 23 et 24 avril de 10h à 18h00. Il mettra ensuite le cap sur Brest, le 25 avril à 10h00.