CLOSE

Blog Grid

Awesome blog grid

Route du Rhum : l’insatiable Maxime Sorel

octobre, 4Sailing Together...
Maxime Sorel skipper de lÕIMOCA VandB Montana Mayenne, ˆ lÕentrainement avant le dŽpart de la Route du Rhum, Mer dÕIroise le 28 septembre 2022, photo © Jean-Marie LIOT

Avant sa tentative de l’ascension de l’Everest en avril ou mai 2023, Maxime Sorel prendra le départ le 6 novembre de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe à bord du nouveau monocoque de 60 pieds IMOCA V and B – Monbana – Mayenne. Le navigateur, originaire de Cancale, a plusieurs objectifs sur cette transat express entre Saint-Malo et Pointe-à-Pitre en Guadeloupe : appréhender sa nouvelle monture, se qualifier pour le Vendée Globe 2024-2025, partager son aventure avec le plus grand nombre dont l’ensemble des collaborateurs de son trio de partenaires et toujours mettre en avant l’association Vaincre la Mucoviscidose. Portrait…

Samedi 30 janvier 2021, environ 4 heures du matin, Maxime Sorel coupait la ligne d’arrivée du Vendée Globe à la 10ème place. 24 heures avant, alors que le blond navigateur n’était pas loin d’en finir avec son premier Tour du Monde en solitaire sans escale et sans assistance, la tempête pointait le bout de son nez dans le golfe de Gascogne, certainement l’un des endroits les plus difficiles en navigation au Monde.

Certains conseillers à terre, dont la direction de course, émettaient la possibilité pour Maxime et son concurrent Armel Tripon de se mettre à l’abri et d’attendre le passage du coup de vent avant de se présenter au large de la Vendée et en finir avec plus de 80 jours de mer. Tripon décidait de calmer le jeu. Après réflexion, le skipper cancalais, qui s’était révélé comme un excellent animateur de la compétition tant sportivement que dans sa manière de partager sa grande aventure, décidait de continuer et de boucler son périple. Maxime ne pouvait attendre.

Dans des conditions météorologiques de plus en plus fortes, Maxime et son monocoque se frayaient un chemin, deux ris dans la grand-voile et petite toile à l’avant. Au petit matin tout le monde se demandait s’il était raisonnable d’entrer dans le chenal des Sables-d’Olonne dans cette situation houleuse. Comme par enchantement, le cap-hornier réussissait l’opération. Ce jour, au-delà de terminer son grand tour planétaire, Maxime Sorel entrait définitivement dans le monde des grands marins, ceux qui ont du « chien » et que rien n’arrête, ceux qui bravent tous les océans malgré les difficultés et les nombreux soucis techniques engendrés par une navigation au long cours. Maxime avait hâte de retrouver sa communauté de supporters, ses partenaires, le public… et nul ne pouvait l’arrêter, pas même Éole.

Le soir même, dans le jardin d’une maison louée par la famille Sorel aux Sables-d’Olonne, le vent faisait rage et Maxime, entouré de nombreux supporters, de ses soutiens de longue date, de ses amis, étaient frais, proposant quelques bonnes bières à tous, l’impression que le temps était passé sur lui et qu’il débarquait d’une régate de quartier. Il est comme ça Maxime. À peine quelques heures après son Tour du Monde, il avait déjà quasi tourné la page et se préparait déjà pour la suite. Maxime aime avoir un coup d’avance et l’idée de la construction d’un nouveau voilier pour le prochain Vendée Globe (2024 – 2025) avait déjà germé.

Depuis ce 30 janvier, tout a changé pour Maxime qui a découvert la course au large sur le tard et qui a écrit en très peu de temps un joli palmarès passant par les étapes du trimaran de 50 pieds puis du Class40 avant de se lancer dans le grand bain des bateaux du Vendée Globe et après avoir exercé son métier d’ingénieur.

Quelques semaines après, avec V and B, le département de la Mayenne et sa team, Maxime l’entrepreneur annonçait non seulement l’arrivée d’un troisième partenaire, le chocolatier mayennais Monbana, mais aussi la construction d’un nouveau monocoque sur plan Verdier et les dessins de carène d’Apivia, deuxième du Vendée Globe. Une nouvelle histoire se lançait. Maxime ose et entre à cœur perdu dans ce nouvel acte de sa carrière n’arrêtant jamais, ne prenant pas de repos, rencontrant son public hyper régulièrement, battant le fer sur le terrain pour satisfaire tout le monde et que son projet continue à prendre de l’ampleur.

La fabrication de V and B – Monbana – Mayenne débutait tambour battant à Vannes d’abord chez Multiplast, chez MerConcept ensuite à Concarneau. Très investi dans cette période technique, au côté de son directeur technique Philippe Laot, de son frère – manager, Jérémy, Max articulait son nouveau défi fourmillant d’idées. Le sportif de haut niveau ne cesse cependant de s’entraîner en pratiquant de nombreuses disciplines dont la course à pied, le surf, les activités sportives liées à la montagne…

Mars 2022, il annonçait en sus de son programme « voile » son souhait affirmé de gravir l’Everest comme s’il n’en avait pas assez. Maxime est à l’aube de sacrés défis construits à la hauteur de ses ambitions et de son talent. Depuis, la mise à l’eau, fin juin, de son superbe monocoque qui arbore toujours un dragon des océans, synonyme de souffle pour les patients atteints de la mucoviscidose et qui donne une force incommensurable à tous, Maxime poursuit sa vie à 100 à l’heure. Il enchaîne les navigations d’entraînement afin de se présenter, lui qui est originaire de Cancale, le 6 novembre au départ de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe avec beaucoup d’envie et la satisfaction du travail bien fait, première étape d’un chemin qui va l’emmener au sommet, insatiable est-il !

Voilerie All Purpose ; extension, embauche, évolution…

septembre, 29All Purpose...

Tel est le credo du GIE All Purpose et de ses 8 voileries réparties en Manche, Atlantique et Méditerranée. Un credo auquel pourrait s’attacher le mot épanouissement, tant l’entreprise dirigée par Frédéric Moreau, Brice Berthier et Matthieu Souben (Rémi Aubrun en retrait mais toujours actionnaire) dévore son actualité sportive à pleines dents, affichant un carnet de commandes aussi rempli que sa boite à idées et à innovations. Salon du Grand Pavois à La Rochelle puis pontons de la Route du Rhum à Saint-Malo, la Voilerie décline tambour battant les deux piliers de son ADN, la course et la grande plaisance, l’une enrichissant l’autre… et vice versa.

En progression malgré les crises…

La Voilerie All Purpose de Carnac émerge des années Covid plus solide que jamais. Avec un chiffre d’affaires consolidé à plus deux millions d’Euros sur le dernier exercice, la PME bretonne renforce sa position dans la voile de compétition, qui constitue 70 % de son chiffre, les 30% restant représentant l’activité plaisance. « Nous avons dû nous adapter à la crise mondiale des approvisionnements » explique Fred Moreau, « avec une certaine pénurie dans les fils aramides. Nous sommes parvenus à contenir la hausse de nos prix. Il est clair que la situation mondiale, avec les fortes tensions sur l’approvisionnement des matières premières pèse sur notre activité. »

La course au large pour locomotive

L’actualité de la Voilerie demeure plus intense que jamais. « Nous exposons pour la première fois au Grand Pavois de La Rochelle, un important salon à flot très prisé des passionnés » poursuit Fred. « Il est important pour nous d’aller au devant de notre clientèle de plaisanciers, surtout dans la région Rochelaise. » Mais le sport, la course coulent dans les veines des trois compères Brice, Fred et Matthieu. « La Route du Rhum – Destination Guadeloupe mobilise toutes nos forces. Nous travaillons pour des bateaux représentants toutes les classes, Class40, Imoca ou OceanFifty, soit pour l’intégralité de la garde-robe, soit pour des voiles spécifiques. Cette approche est très pointue, et rejaillit naturellement sur notre activité Plaisance. Nos atouts sont la réactivité et notre parfaite connaissance des exigences du haut niveau.”

Une approche sociétale et environnementale

Cet engagement de tous les instants dans la voile hauturière génère assez naturellement une poussée de croissance pour la voilerie All Purpose. « Nous sommes passés en 10 ans de 8 à 22 employés et nous cherchons encore à recruter des personnes avec ou sans expérience. Nous sommes prêts à prendre du temps pour les former. » Et dès cette phase profondément humaine, All Purpose démontre sa sensibilité aux questions sociétales et au-delà, environnementales. « Depuis 3 ans,  nous embauchons des personnes en alternance Ecologie Industrielle et Territoriale. Nous sommes dans notre temps, dans notre époque, qui appelle à la solidarité et à une conscience environnementale. Nous savons la fabrication des voiles peu vertueuse et avons engagé une démarche résolument orientée vers la réduction de l’impact environnemental de notre activité. On remplace déjà certaines fibres issues de la pétrochimie par le lin sur certains prototypes et nous poursuivons nos recherches activement en ce sens. Nous voulons faire bouger les lignes, être des agitateurs d’idées dans notre profession. Nous collaborons avec CLM, notre fabricant de membranes,  Roland Jourdain et sa société Kairos et avec l’IRDL, laboratoire de l’Université Bretagne Sud. L’avenir est dans le développement de fibres et de membranes bio sourcées, recyclables ou biodégradables. Ces exigences remontent désormais du monde de la plaisance et nombreux sont nos clients qui l’incluent dans leurs demandes. »

Le Belem à Honfleur

septembre, 27Belem...

Le fameux trois-mâts, figure du patrimoine français, sera à Honfleur du 30 septembre à 14h00 au 4 octobre matin. Des visites seront possibles les 1 et 2 octobre de 10h00 à 18h00. La Fondation Belem et son grand mécène, la Caisse d’Epargne Normandie, accueilleront les visiteurs quai « jetée de l’Est » et sont ravis de revenir dans l’estuaire de la Seine et dans une ville historique tournée vers la Manche ! En plus de la découverte du voilier, le grand public pourra être sensibilisé à la pollution des océans et la nécessité de les protéger grâce à l’association The SeaCleaners, partenaire de la Fondation Belem. Il mettra ensuite le cap sur Brest.

Maxime Sorel pour Vaincre la Mucoviscidose

septembre, 23IMPACT...

Le navigateur – aventurier est le parrain national de Vaincre la Mucoviscidose depuis de nombreuses années. Naturellement et comme chaque année, Maxime sera présent au grand événement de l’association, les virades de l’espoir, qui se tiendra dans toute la France les samedi 24 et dimanche 25 septembre. L’objectif est de sensibiliser le plus grand nombre à cette maladie invisible et collecter des fonds pour permettre à toutes les personnes atteintes de mucoviscidose de bénéficier des avancées thérapeutiques.

« Avec mes partenaires, V and B, Monbana et la Mayenne nous mettons le plus possible en avant l’association Vaincre la Mucoviscidose grâce à notre bateau de course mais aussi de nombreuses actions. Le Dragon des Océans, symbole du souffle qui manque aux patients, emmenera avec lui les personnes touchées de près ou de loin par cette maladie lors de la prochaine Route du Rhum qui débutera le 6 novembre et ce jusqu’au Vendée Globe 2024 – 2025. Je serai présent dimanche à Paris au jardin d’acclimatation afin de participer aux Virades de Paris et prendre part à la course du souffle de 10 km et transmettre, à mon échelle, un message d’espoir aux côtés de Thierry Nouvel. Via un duplex, j’aurai également l’occasion de m’entretenir avec Paul Fontaine, atteint de la muco et avec qui j’ai gravi le Kilimandjaro » déclare Maxime, véritable porte-voix de cette cause majeure.

David Fiant – Président de l’association Vaincre la Mucoviscidose : « Maxime, vraiment, porte l’association. Il ne se contente pas de mettre le nom Vaincre la Mucoviscidose sur son bateau, il apporte véritablement les patients avec lui dans chacun de ses challenges. »

A l’Aveugle / France 3

septembre, 23IMPACT...

Un reportage de France 3 Bretagne sur le Class 40 A l’Aveugle avec François Jambou et Michel Desjoyeaux notamment…

En piste pour la Route du Rhum – Destination Guadeloupe de façon originale et sociétale !

15ème édition de l’appel à projets Atout Soleil : le jury a délibéré !

septembre, 22Atout Soleil...

Le jury d’Atout Soleil s’est réuni hier pour désigner les associations lauréates de la 15ème édition de l’appel à projets, ciblé cette année sur le thème du « (Re)Vivre ensemble ». 96 associations de toute la France avaient déposé un dossier : un beau succès pour cette opération de mécénat portée par GPMA et le fonds de dotation « Nos Epaules et vos Ailes » qui œuvre depuis de nombreuses années aux côtés des associations engagées dans la lutte contre toutes les formes de fragilités sociales.

Le nom des 15 associations lauréates sera dévoilé le 6 décembre à l’occasion d’une cérémonie de remise des prix Atout Soleil à Paris. Au-delà de la dotation financière qui leur sera octroyée, ces associations bénéficieront d’un accompagnement en matière de communication au cours des prochains mois.

Le jury de cette 15ème édition de l’appel à projets Atout Soleil est composé de :

  • membres du Conseil d’administration de GPMA :
    • Hervé SAUZAY, Président du Conseil d’administration
    • Thierry GAUDEAUX, Secrétaire du Conseil d’administration
    • Gilles DAUPTAIN, Administrateur
    • Véronique DESTRUEL, Administratrice
    • Monique ROLLAND, Administratrice
    • Laura LAUGHLIN, Administratrice
  • membres de Generali France :
    • Marie-Christine LANNE, Directrice de la communication externe et des engagements
    • Philippe COSSE, Responsable de communication et animation des engagements sociétaux
    • Claire BEAUFILS, Chargée de communication événementielle
    • Laura PERRIER, Coordinatrice de l’engagement de The Human Safety Net
  • personnalités externes :
    • Marie-Hélène FAURE FARMAN
    • Caroline GERMAIN, Déléguée générale de l’ADESI
    • Monique MACE, Présidente nationale de l’association Les Blouses Roses

Ils ont dit :

Thierry Gaudeaux, Secrétaire du Conseil d’administration de GPMA et président du jury Atout Soleil : « Je suis impressionné par le nombre de dossiers de candidature que nous avons reçu cette année. Je pense que le thème du ‘’(Re)Vivre ensemble’’, sur lequel nous avions décidé d’axer cette 15ème édition de l’appel à projets, répond à une véritable problématique d’actualité et à un réel besoin du côté des associations. C’est bien sûr un motif de satisfaction car l’ambition d’Atout Soleil est d’être le plus utile possible au monde associatif que nous soutenons depuis de nombreuses années. Nous avons à cœur d’accompagner des structures qui portent des projets innovants et qui démontrent un réel impact sur le terrain auprès de leurs bénéficiaires. Les échanges entre les membres du jury ont été très nourris durant cette matinée de délibération et nous sommes parvenus à sélectionner de beaux dossiers que nous seront fiers de présenter le 6 décembre lors de la cérémonie de remise des prix. »

Marie-Christine Lanne, Directrice de la communication externe et des engagements de Generali France : « Le thème retenu cette année pour l’appel à projets est particulièrement pertinent car je pense que nous ne mesurons pas encore complètement l’ampleur des traumatismes subis lors de la crise sanitaire. Tout le monde a été marqué par les épisodes de confinement, mais les réalités et les problématiques ont été bien différentes selon les personnes, leur environnement, leur contexte familial, etc. Les associations ont été nombreuses à se mobiliser pour lutter contre les conséquences de la crise sanitaire, que ce soit pour lutter contre l’addiction aux écrans, le cyber-harcèlement ou encore les violences intra-familiales. La tâche n’a pas été facile pour départager les nombreux dossiers qui nous ont été soumis, mais je crois que nous avons pu parvenir à une belle sélection grâce à la diversité des membres du jury qui viennent tous d’horizons très différents, chacun avec son expertise. »

Monique Macé, Présidente nationale de l’association Les Blouses Roses : « J’ai été ravie et honorée de participer au jury de l’appel à projets Atout Soleil, qui a donné lieu à des échanges très riches durant cette matinée de délibération. J’ai été impressionnée par la diversité des projets portés par les associations, et j’ai été particulièrement touchée par les actions mises en œuvre pour renforcer les liens au sein des familles. Nous sortons d’une période qui a été éprouvante pour de nombreuses personnes, notamment pour les familles les plus en difficultés, et je trouve qu’il est vraiment important de pouvoir soutenir les structures qui mettent en place des programmes pour rassembler parents et enfants et les aider à sortir de ce contexte particulièrement difficile. »

Quelles sont les initiatives concernées ?

Panser les plaies psychologiques liées aux traumatismes générés par les crises

  • Accompagner psychologiquement les enfants et les adolescents dans la gestion de leurs traumatismes (prévention du suicide, troubles alimentaires, phobie scolaire, etc.)
  • Prévenir et gérer les risques portés par l’utilisation intensive des écrans et ses conséquences (cyberdépendance, cyberharcèlement, phobie scolaire, etc.)
  • Accompagner les enfants et les adolescents quelles que soient leurs différences dans leur (re)socialisation à travers des activités ludiques, culturelles, scientifiques et sportives.

Soutenir les apprentissages et les acquis scolaires des plus vulnérables

  • Lutter contre le décrochage scolaire des publics vulnérables
  • Accompagner les enfants et les adolescents les plus fragiles scolairement, en particulier dans les quartiers populaires (soutien scolaire, mentorat)
  • Développer des compétences sociales et émotionnelles à travers des activités ludiques, culturelles, scientifiques et sportives.

Recréer du lien à travers l’entraide et la transmission des savoirs entre générations

  • Recréer du « vivre-ensemble » autour de projets intergénérationnels
  • Favoriser la transmission des compétences et du savoir entre générations.

Les associations candidates :

10 jours sans écrans, 1001 mots, AASDAF, ACADIA, ADEPAPE Var, AENSAH, AFEV, AGOC, Apprentis d’Auteuil, AREA, ASKOLA, Association Solidarité Djiguiya France, Ateliers Amasco, ATSU, Aziade, Azur Sport Santé, Basket Club Fabrègues, Because U Art, Bien-être des enfants hospitalisés, Bulles et plumes, Cercle d’escrime de Wassy, Chemins d’enfance, Compagnie de l’ange ingénu, Coup de pouce, Cours Eric Tabarly, CRIPS IDF, De fonds en comble, Des ailes et des Z, Ecole & Culture, Educa-Cité, Education liens et prévention, E-enfance, En avant toute(s), Energie jeunes du Morbihan, Enfance & Partage, Equit’Action, ES Arques cyclisme, Espace renaissance, Espoir Meurchin, FNEPE, Food sweet food, Génération numérique, Graine de fraternité, Happy hand, Helebor, Jade, Joly, La cabane des liens, La feuille de chou, La maison des droits des enfants et des jeunes, La sainte famille, La source, L’amicale des anciens de l’étoile sportive d’Ennequin, Le vieux biclou, Les 1001 pattes ont du cœur, Les amis de Jalna, Les blouses roses, Les clowns de l’espoir, Les enfants cuisinent, Les isards catalans, Les maisons de Joseph, Lesartskids, Ligue 75, Like ton job, MABB, Mairie de Doullens, Mouvement Up, Nice Côté d’Azur Athlétisme, Panach’Ages, Place aux possibles, Pontem, Possibles, Potinambour, Prado Bourgogne, Proxité, Regart’s, R.E.P.I 2000, Résidence Grand pré, RIGA, Rugby fauteuil club Provence méditerranée, Sauvegarde 69, Seuil, Société de protection de l’enfance, Sourire à la vie, Tadam, T’es cap, Toiles solidaires, Transonore, Vacances ouvertes, Le Valdocco Marseille, Vert Galant, Vivre, Women Safe and Children

Pour en savoir plus :

L’enfant de la Route du Rhum

septembre, 19Solidaires En Peloton...
Transat Jacques Vabre 2019

Thibaut Vauchel-Camus est l’un des navigateurs, au départ de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe, qui possède une histoire forte avec cette mythique transatlantique. Surnommé le Maloupéen, il a vécu en Guadeloupe jusqu’à ses 20 ans et parle le créole. Il habite désormais à Cancale, au niveau de la ligne de départ ! Né en 1978, l’année de la création de la course, “l’enfant de la Route du Rhum” séchait les cours pour demander des autographes à Florence Arthaud, Laurent Bourgnon, Philippe Poupon… Thibaut part de la maison pour arriver dans son île de coeur !

Deuxième en 2014 en Class40, troisième en 2018 en Ocean Fifty, Thibaut est à chaque fois accueilli avec une ferveur guadeloupéenne inoubliable. A nouveau à bord du trimaran bleu Solidaires En Peloton – ARSEP, il entend bien aborder la compétition pour la gagne mais pas que ! Entretien…

  1. Peux-tu nous parler de ton attachement à la Route du Rhum – Destination Guadeloupe ?

C’est la première course au large que j’ai découverte quand j’étais en Guadeloupe. J’ai une passion viscérale pour cette épreuve. C’est la transat en solitaire par excellence, notre graal. Le hasard de la vie, après de nombreuses années passées en Guadeloupe, m’a fait venir à Cancale, juste à côté de Saint-Malo. J’ai un attachement fort pour cette ville bretonne et j’aime la Guadeloupe profondément. C’est un peu un événement de territoires pour moi.

  1. Quels sont tes objectifs sur cette transat ?

100% des vainqueurs passent la ligne d’arrivée ! Je souhaite déjà terminer l’épreuve mais c’est clair que je mets actuellement tous les moyens pour remporter cette édition. J’ai aussi l’ambition de la partager un maximum avec les patients atteints de la Sclérose En Plaques, la Fondation ARSEP, toutes les personnes qui suivent de près le projet et évidemment mes partenaires. Nous allons vivre quelque chose d’incroyable.

  1. Tu connais bien les zones de départ et d’arrivée mais comment ça se passe entre les deux ? 

C’est la traversée de l’Atlantique Nord sans passages obligés. Après un départ qui peut être mouvementé car les conditions automnales peuvent être musclées, toniques voire violentes, nous irons vers l’anticyclone des Açores qui nous laissera normalement un peu de répit. Cette zone de transition sera à négocier au mieux avec mon routeur Vincent Riou. Ensuite, nous rêvons tous d’alizés établis qui engendreront des situations de grandes vitesses au portant, toutes voiles dehors, au surf ! En solo, nous pouvons à ce moment de la course être à plus de 20 nœuds de moyenne longtemps et atteindre des pointes à 30 nœuds voire plus.  

  1. Tu fêtes, avec ton équipe, les 10 ans du Défi Voile Solidaires En Peloton. C’est assez rare une telle longévité. Quels sont les ingrédients de la réussite de ton modèle de sponsoring ?

Le succès de ce beau projet est l’esprit que nous avons insufflé depuis le début, à savoir donner de la visibilité à des patients qui n’en ont pas et partager un maximum avec tous. Les encouragements de mes partenaires Delanchy Transports, la Foncière Magellan, B&B Hotels, Sanofi…,  des proches et des patients surtout sont très puissants pour moi et sont l’âme de notre défi. Nous nous serrons les coudes ensemble !    

  1. Plus anecdotiquement parlant, que rêves-tu pour ton arrivée à Pointe-à-Pitre ?   

Je rêve de pouvoir accueillir tous mes concurrents Ocean Fifty au ponton (rires). Je rêve de partager avec la Guadeloupe mon histoire et de transmettre de bonnes valeurs. L’école du nautisme en Guadeloupe est excellente. Mon parcours l’atteste. J’espère donner des idées aux jeunes guadeloupéens ! 

A venir :

  • 21 septembre : présentation des skippers à Paris
  • 23-24 septembre : sorties en mer patients / partenaires / presse
  • 25 oct au 6 nov : village de course de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe, présence d’un stand Solidaires En Peloton
  • 6 nov : départ de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe

V and B – Monbana – Mayenne entre en scène / Défi Azimut

septembre, 13Sailing Together...

Deux mois après la mise à l’eau de son nouveau voilier, V and B – Monbana – Mayenne, Maxime Sorel disputera cette semaine le Défi Azimut Lorient Agglomération, première confrontation du nouveau Dragon des Océans avec les IMOCA. Ces cinq jours de régate au contact vont permettre au skipper Malouin de retrouver le plaisir de la compétition, s’entraîner et continuer à prendre en main sa nouvelle mouture.

D’un monde à l’autre…

Le 27 juin à Concarneau, plus de 1200 personnes assistaient à la mise à l’eau de ce bijou, V and B – Monbana – Mayenne. Une nouvelle histoire se lançait pour Maxime Sorel qui joue désormais à armes égales avec les plus grands skippers au large de sa génération. « V and B – Monbana – Mayenne est un super bateau. Il y a un monde entre l’ancien IMOCA et celui-ci qui va vite tout le temps ! Ça n’a plus rien à voir… Quand on est à l’intérieur, on ne se rend même pas tellement compte que l’on vole. C’est dingue. Là je me dis qu’on n’est carrément plus dans une configuration de bateau « normal » » s’enthousiasme le skipper.

Depuis la mise à l’eau, tout a été très vite. Cet été, Maxime et sa petite équipe composée de 7 personnes ont enchaîné une série d’entraînements intensive entre la Bretagne et le Portugal. Philippe Laot, directeur technique, s’est entouré d’une équipe composée de Gurloës Merrien, Thomas Lebée, Baptiste Designe et Patxi Esponde. « Avec l’équipe on prend nos marques et automatismes. On est tous au taquet ! » sourit le skipper hyperactif. Pour l’occasion Christopher Pratt, l’un des plus grands spécialistes des nouveaux IMOCA est venu apporter son expertise. « Christopher est l’un des plus grands experts capables de comprendre la complexité de ces bateaux. Je suis ravi qu’il nous accompagne pour la prise en main de V and B – Monbana – Mayenne. On peut être fiers de nous, cette campagne d’entrainement est énorme ».

L’euphorie du premier rendez-vous

C’est l’événement de la rentrée : du 13 au 18 septembre, 30 IMOCA se retrouvent au cœur de la rade de Lorient. Maxime, dont c’est la 3e participation, se réjouit de dévoiler son voilier lors de ce rendez-vous. « On est dans la dernière ligne droite jusqu’à la Route du Rhum – Destination Guadeloupe. C’est un événement très sympa. Les runs de vitesses offrent des images de dingue. Ces bateaux qui volent sont magnifiques ! Et le tour de l’île de Groix c’est une course hallucinante. Il va y avoir beaucoup de monde à bord, mais aussi sur l’eau. Il va falloir rester concentré et vigilant. »

Réputé pour être en effet une grande fête à terre comme en mer, le défi Azimut n’en reste pas moins une compétition importante « C’est un entraînement grandeur nature. Notre première confrontation avec les autres IMOCA. Cela va nous permettre de voir où nous en sommes ! J’ai hâte… »

Toutes les informations sur le défi Azimut : https://www.defi-azimut.net/fr

Direction Ushuaïa pour Perrine Laffont

septembre, 12Perrine Laffont...

Avec l’Equipe de France de ski de bosses, Perrine Laffont prendra la direction de l’Argentine et de la station d’Ushuaïa le 14 septembre pour trois semaines d’entraînement sur les skis.

« Le staff de l’Equipe de France a décidé de mettre le cap sur l’Argentine” déclare Perrine. “Cela va être une première pour moi. J’ai hâte de rechausser les skis et de découvrir de nouvelles conditions d’entraînement. Le spot est à 400 mètres d’altitude et quasi au bord de la mer. Cela doit être spécial. On sera la seule équipe de ski de bosses sur place ce qui va nous permettre de préparer une piste à notre image et en fonction de nos objectifs. »

Perrine est en grande forme et vient de passer un été particulièrement studieux avec ses nouveaux entraîneurs et ses acolytes de la team France. « Notre préparation a été évidemment assez différente que les autres années car nous avons de nouveaux encadrants. Nous nous sommes particulièrement concentrés, au-delà de la préparation de fond en salle et à l’extérieur, sur les acrobaties à Annemasse en faisant du water jump ou encore à Antibes. » L’Equipe de France de Trampoline a en effet accueilli le groupe France dans le sud. « Ce stage d’une semaine a été l’occasion de changer quelques repères dans les airs, de changer d’atmosphère. J’ai senti une vraie progression à ce sujet au fil de l’été. Il va falloir que j‘applique désormais ces travaux d’acrobatie sur une piste ».

La skieuse ariégeoise a rendez-vous avec la compétition et la Coupe du Monde début décembre à Ruka.