Sport responsable, plateforme des bonnes pratiques sportives

© Gérard Uféras
STADE POITEVIN TENNIS DE TABLE 07_11_15

C’est reparti pour la démarche Sport responsable, une initiative de Generali France, qui va fêter en 2019 ses huit années de fonctionnement et qui a pour crédo de mettre en avant des structures sportives françaises exemplaires. Dès maintenant, toute entité sportive comme les clubs amateurs ou professionnels dans toutes les disciplines, les comités départementaux, les associations… ont la possibilité d’adhérer à la charte du Sport responsable et seront peut-être retenus afin de recevoir un label. Les meilleures initiatives seront, comme chaque année, récompensées en décembre à l’occasion des trophées du Sport responsable toujours parrainés par Sébastien Chabal. Quelques questions à Benoît Gilles, responsable du service événements et partenariats de Generali France…

  • La charte du Sport responsable a évolué en 2019. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Nous avons fait évoluer trois points de la charte en 2019. Nous voulons coller aux attentes des clubs et nous adapter aux structures qui ont des attentes précises en répondant à l’appel Sport responsable sur notre site internet www.sport-responsable.com. Ainsi, le point 2 était limité à la mixité de genre. Nous avons voulu le rendre plus générique en incorporant toutes les mixités. Le point 3 change également. Nous passons de « la santé et la sécurité » à « la santé et le bien-être ». La notion de bien-être à travers le sport est un sujet majeur pour les clubs mais également les entreprises. De nombreuses structures proposent de plus en plus des activités « sport & santé ». Il nous a paru important de faire plus émerger ces bonnes pratiques. Enfin, le point 5 est un peu plus large. Nous sommes passés de « la reconversion et l’insertion » à « l’éducation et l’insertion » afin d’ouvrir ce point à plus de monde, notamment les entités qui proposent du soutien scolaire aux enfants.

  • Sport responsable, ce n’est pas que des trophées mais une démarche à l’année. Comment les structures sportives font-elles pour connaître Sport responsable et pour avoir un label ? Vous vous appuyez notamment sur les fédérations signataires ?

Oui, nous avons 15 fédérations sportives et syndicats qui adhérent actuellement à la charte du Sport responsable. Ce sont eux qui diffusent nos informations à leurs clubs et qui les poussent à nous rejoindre. Nous avons également un compte twitter Generali Sport qui est actif. Par ailleurs, l’équipe Sport responsable participe toute l’année à de nombreux événements autour du sport durable où nous présentons nos actions. Nous bénéficions également de l’appui du Ministère des Sports qui n’hésite pas à faire la promotion de Sport responsable. Quand les structures ont rempli le formulaire sur notre site internet, les capitaines Sport responsable des fédérations et notre équipe étudient alors le bon fondement des initiatives mises en place et proposent ensuite un label Sport responsable qui permettra, peut-être, par la suite d’être lauréat aux trophées Sport responsable. J’ajoute que nous avons un ambassadeur Sport responsable, président du jury, en la personne de Sébastien Chabal, qui promeut la démarche toute l’année. 

  • 320 structures ont répondu à l’appel Sport responsable en 2018, quel est l’objectif de Generali en 2019 et pouvez-vous nous rappeler pourquoi Generali a lancé cette démarche ?

Nous ne cherchons pas obligatoirement à avoir beaucoup plus de structures sportives Sport responsable chaque année. L’idée est vraiment d’avoir des candidatures originales et duplicables. Generali s’est lancé dans ce projet Sport responsable car le sport et le RSE font partie de l’ADN de l’entreprise depuis toujours. Generali assure plusieurs fédérations notamment. Generali mutualise les risques, Sport responsable mutualise les bonnes pratiques. Par ailleurs, Sport responsable est devenu une vraie plateforme d’initiatives exemplaires qui permet aux structures de s’inspirer quand elles ne savent pas comment faire pour devenir plus responsable.

 

Comment s’inspirer de bonnes pratiques : http://www.sport-responsable.com/les-labellises

Trophées du Sport responsable : les vainqueurs sont ?

En cette fin de journée s’est tenue la remise des Trophées du Sport responsable au Pavillon Champs-Elysées à Paris. À l’initiative de Generali, 250 structures sportives dans 39 disciplines ont répondu, en 2017, à l’appel Sport responsable qui met à l’honneur des actions exemplaires.

L’Association sportive Los Sautaprats Coarraze Nay dans la catégorie « accessibilité », les mousquetaires de Joinville dans la catégorie « mixité », le Paris Université Club dans la catégorie « santé et prévention », le Kawann Triathlon Club dans la catégorie « éco-responsabilité », l’association badminton Salbris dans la catégorie « insertion et reconversion », l’USC Bonneuil dans la catégorie « fairplay et citoyenneté », la Fédération Nationale CAMI Sport & Cancer dans la catégorie « acteurs engagés » remportent les trophées 2017 et ont reçu, des mains de Sébastien Chabal, président du jury, et de nombreux experts présents, leurs récompenses.

La démarche Sport responsable, après six ans d’existence, continue à prendre de l’ampleur. Rendez-vous en 2018 pour une nouvelle édition et la découverte de nouvelles initiatives vertueuses dans le monde du sport amateur et professionnel.

Jean-Laurent Granier, président-directeur général de Generali : « Le Sport responsable est une initiative à laquelle nous sommes particulièrement attachés car cela permet à travers l’engagement dans le sport de promouvoir le lien social, l’éducation et de mobiliser beaucoup d’énergie, autant de valeurs auxquelles Generali France est très attaché. »

Sébastien Chabal, président du jury des trophées du Sport responsable : « Nous avons encore vu et récompensé ce soir de belles initiatives de structures qui viennent des quatre coins de la France. Elles naissent grâce à beaucoup de volonté et d’envie. Nous pouvons être fiers d’avoir mis à l’honneur de si beaux exemples dans le sport. Sport responsable est en train de se propager et c’est vraiment une bonne chose. Rendez-vous en 2018 ! »

Patricia Vignau, Association sportive Los Sautaprats Coarraze Nay, vainqueur dans la catégorie « accessibilité » : « Notre initiative est essentiellement axée sur la pratique du trampoline et de la gym pour des personnes valides et handicapés. Ils exercent ensemble. Nous sommes vraiment pour une grande mixité. Par exemple, l’un de nos jeunes handicapés a intégré une compétition pour valide et a remporté un challenge Handi Trompo ! Nous accueillons des jeunes handicapés toute l’année parmi nos 200 adhérents et nous allons continuer dans ce sens en espérant monter en puissance. »

Cécile Denise, les mousquetaires de Joinville, vainqueur dans la catégorie « mixité » : « J’ai commencé l’escrime car je ne me sentais pas bien. J’avais besoin de temps pour moi. Je suis ensuite devenue présidente des mousquetaires de Joinville et j’ai décidé très vite d’ouvrir une section pour les femmes afin de les pousser à faire des choses pour elles et uniquement pour elles. En parallèle, nous avons développé des activités autour du sport santé et pour tous avec une section pour la pratique des seniors venus de nos maisons de retraite mais aussi de l’escrime pour des enfants issus d’écoles spécifiques, des cours pour les bébés et également du handi-escrime.  Nous mixons l’ensemble de ces acteurs toute l’année. Par exemple, de mon côté, je tire régulièrement contre notre éducatrice qui est en fauteuil. Nous avons vraiment la volonté de démontrer que l’on peut se rattacher à la société par le sport. Le sport est une leçon de vie. »

Cédric Grojean, Association Badminton Salbris, vainqueur dans la catégorie « insertion et reconversion » : « Le club est engagé depuis plusieurs années sur la logique Sport responsable. Nous avons mis en place en 2017 un créneau de badminton à destination des demandeurs d’asile. Ce dernier fonctionne vraiment bien avec régulièrement 20 demandeurs qui suivent nos animations faites de badminton évidemment mais aussi de football en salle. Nous incitons également les demandeurs d’asile à s’impliquer dans l’association, notamment lors de déplacement. Nous utilisons également le prétexte badminton pour organiser des échanges entre des demandeurs d’emplois, des entreprises et carrément les membres du pôle emploi de notre secteur. Ces activités, que nous avons dénommées « Badmin job meeting », permettent de mélanger les populations, voire pour certaines, de décrocher un emploi ! Enfin, nous sensibilisons nos adhérents à l’éco-responsabilité toute l’année. »

Nacer Khalid, « Idéalement Sport », USC Bonneuil, vainqueur dans la catégorie « fairplay et citoyenneté » : « Nous sommes des habitués de la démarche Sport responsable de Generali puisque nous avions reçu un trophée des mains de Zinedine Zidane en 2015. Comme nous avons beaucoup évolué depuis, nous avons à nouveau tenté notre chance ! Idéalement Sport intervient en milieu carcéral dans le Val-de- Marne mais aussi dans toute l’Ile-de-France. Dans ce cadre, nous luttons conte la récidive à travers les règles du sport et nous aidons à la réinsertion à travers nos éducateurs spécialisés. Nous avons créé il y a peu une structure afin de faire connaître la pratique du sport à des enfants qui sont dans un régime de réparation judiciaire. Contents, nous avons l’impression que ça marche vraiment et que le sport est un bon moyen de réintégrer les jeunes dans la société. »

Charles-Henri Bernardi, Paris Université Club, vainqueur dans la catégorie « santé et prévention »« Nous nous sommes présentés à la démarche Sport responsable surtout pour obtenir un label. Nous nous sommes alors pris au jeu et nous avons candidaté pour les trophées du Sport responsable car nous mettons en place des initiatives sur quasiment l’ensemble des points de la charte Sport responsable. Par exemple, je pense à notre section sportive pour les enfants de 3 ans. Nous sommes un club omnisport, cela permet aux jeunes d’exercer un maximum de sports différents et ensuite de faire leurs choix. Nous poussons aussi pour la pratique du sport féminin tout comme la possibilité pour des personnes handicapés de faire de l’athlétisme. Enfin, en mars 2017, nous avons créé une section « sport santé » afin d’ouvrir le sport à des non-sportifs, à des sédentaires. »

Antoine Dartigues, Fédération Nationale CAMI Sport & Cancer, vainqueur dans la catégorie « acteurs engagés » : « Nous connaissions la démarche Sport responsable à travers Generali avec qui nous sommes en contact depuis un moment. Nous avons donc décidé d’entrer dans le jeu Sport responsable car nous sommes totalement inscrits dans le sport santé en mettant en place des programmes thérapeutiques sportifs pour les personnes atteintes du cancer. Nous intervenons avec des praticiens médico – sportif auprès des patients qui sont à l’hôpital mais aussi ensuite avec des séances proposées à des personnes en cours de traitement. Enfin, nous formons des éducateurs de clubs afin d’accueillir les patients dans chaque structure. Concrètement, nous proposons la pratique d’un yoga tonique. »

Une première accomplie pour Isabelle Joschke et Pierre Brasseur

Le duo mixte clôture la 13ème édition de la Transat Jacques Vabre aujourd’hui, en début d’après-midi, à la 8ème place au classement général après 16 jours et 33 minutes de navigation à bord du monocoque de 60 pieds IMOCA Generali à la vitesse moyenne de 12,11 noeuds. Pour leur première traversée de l’atlantique dans cette catégorie de voiliers, Isabelle Joschke et Pierre Brasseur réalisent une belle performance. Hormis un pot-au-noir, cette zone de convergence intertropicale particulièrement difficile à franchir et qui aura été très pénalisant au classement, le tandem cher à Alain Gautier aura été dans la partie démontrant beaucoup de pugnacité, de clairvoyance et de détermination. C’est une page qui se tourne pour Isabelle Joschke avec cette Transat Jacques Vabre puisqu’elle ne naviguera plus sous les couleurs de Generali et recherche activement un ou des nouveaux partenaires pour courir la prochaine Route du Rhum puis le fameux Vendée Globe dont le départ sera donné à l’automne 2020.

Isabelle Joschke : « Nous nous sommes éclatés. A part le passage du pot-au-noir, je suis vraiment contente de cette aventure sportive et de notre manière de naviguer avec Pierre. Depuis le pot, nous avons eu des conditions de rêve au vent de travers. Nous avons dans l’ensemble pris beaucoup de plaisir à évoluer sur notre mono 60 Generali. C’est un voilier extraordinaire. Nous avons appris de nombreuses choses et nous avons rempli notre objectif à savoir boucler notre transat et continuer notre progression. Le retour de nos poursuivants dans le pot-au-noir a été difficile à avaler mais nous nous sommes remobilisés dans la bonne humeur. Le début de Transat a été très dur en Manche. J’avais une boule au ventre notamment au passage du raz Blanchard tant les conditions étaient difficiles. Ensuite, ça s’est calmé et nous étions vraiment bien ! Je tiens à remercier Generali pour ces belles années passées. C’est une histoire qui se termine. Je vais maintenant me mobiliser avec Alain Gautier pour continuer à naviguer sur ce monocoque de 60 pieds. »

Pierre Brasseur : « Je tire un bon bilan de notre Transat Jacques Vabre. Nous avons été sérieux, organisés et appliqués du début à la fin. Il nous a manqué de la réussite au passage du pot-au-noir voire de chance mais c’est comme ça. Cette épreuve m’a donné envie de continuer en Imoca. »

Retour sur la Transat Jacques Vabre de Generali

Ils ont pris un départ tout en sécurité du Havre le 5 novembre dans un décor qui rappelait les tableaux des impressionnistes. Isabelle Joschke et Pierre Brasseur avaient pour maître-mot avant de partir de surtout boucler leur première transat en Imoca afin d’apprendre, de progresser au contact de leur plan VPLP – Verdier et de la concurrence aiguisée.

Mais, la jeune femme et son co-équipier picard, vainqueur de la dernière Transat Jacques Vabre en Class 40, sont des compétiteurs et ils ont, très vite, accéléré et poussé leur machine dans ses retranchements en Manche puis dans le golfe de Gascogne au passage d’un front puissant. Quatrième ou cinquième au classement général provisoire, le duo Generali démontrait sa grande capacité à s’adapter aux éléments, un vent fort d’entrée de jeu, et une mer agitée, houleuse. Se relayant à la barre et aux réglages, trouvant peu de temps pour se reposer, matossant dès qu’un virement puis un empannage le demandaient, Isabelle et Pierre effectuaient une superbe première semaine au grand large toujours dans le top 6 au passage de l’archipel des Canaries puis du Cap-Vert ferraillant avec des adversaires, véritables ténors de la discipline et aussi pourvus pour certains de foils. Malgré quelques bobos, des courbatures, dès que dame nature déniait laisser un peu de répit aux navigateurs, le tandem du voilier rouge rechargeait les batteries et envoyait de belles vidéos, preuve du plaisir qu’ils avaient de mener leur grand bateau de 18 mètres à travers l’Atlantique.

C’est au passage du pot-au-noir que l’aléatoire entrait en jeu. Et justement au jeu d’un vent erratique, le passage de grains ou pas, Generali s’en sortait avec difficulté, la zone se regonflant au fur et à mesure de l’avancée du duo dans ce pot de glue. Isabelle et Pierre ne perdait pas espoir restant continuellement à l’affût de la moindre risée mais perdaient dans la bataille de nombreux milles par rapport à la tête de la flotte et un ou deux concurrents qui réussissaient à s’extraire un peu plus vite que Generali des affres du pot au noir. Une nouvelle course débutait alors avec des poursuivants revenus du diable vauvert.

Dans des alizés du Sud franches, Generali consolidait sa huitième place retenant avec ferveur les assauts d’Alan Roura et Fred Denis jusque Salvador de Bahia, la baie de tous les saints. Isabelle Joschke et Pierre Brasseur sont entrés de plain-pied et avec efficacité dans la Classe des voiliers du Vendée Globe et méritent sans conteste d’être au départ du prochain Tour du Monde.

La grande victoire de Nicolas Lunven

Nicolas Lunven (Generali) Vainqueur de la 48eme edition de la Solitaire Urgo Le Figaro2017 – le 23/06/2017

8 ans après sa victoire sur la Solitaire du Figaro, Nicolas Lunven, 34 ans,  récidive et gagne avec brio la 48ème édition de la Solitaire Urgo Le Figaro avec 34 minutes et 32 secondes d’avance sur Adrien Hardy. Le skipper Generali rejoint dans la légende de cette épreuve Jean-Marie Vidal, Gilles Le Baud, Guy Cornou, Gilles Gahinet, Armel Le Cleac’h et Nicolas Troussel, tous doubles vainqueurs. Le navigateur morbihannais aura dominé la compétition en remportant deux étapes, des premières pour lui, et en finissant 3ème et 4ème. Il aura fallu à Nicolas une détermination sans faille pour aller au bout de ce rêve tant l’ultime étape, entre Concarneau et Dieppe, qui s’est terminée ce matin aura été semée d’embûches météorologiques. Cette deuxième victoire, la première sous la marque Generali, sur l’une des courses à la voile les plus difficiles au monde en solitaire, couronne le parcours sportif du vannetais. Elle récompense la capacité du membre du pôle Finistère à rester à haut niveau dans la longueur et un talent pur. Elle met aussi sous la lumière Generali, plus ancien partenaire de la course au large en France. Nicolas Lunven, jadis dénommé le petit prince, est devenu roi.

Nicolas Lunven, vainqueur de la Solitaire Urgo Le Figaro à son arrivée au ponton dieppois :« Quand on a envoyé les spis à Wolf Rock, le scénario a changé. Je me suis mis à aller super vite, j’étais bien inspiré à faire pas mal de bons coups, à revenir sur les bateaux les uns après les autres. Finir 4e à Dieppe et gagner c’est génial ! Encore à Dieppe ! Mais en 2009, c’était une victoire surprise pour moi. C’est un grand soulagement, ce sont des années de travail, j’y pense tous les jours, je suis très ému. C’est probablement ma plus belle victoire tellement il y a eu de travail en amont depuis 2010. Ca fait du bien de couper la ligne ! Adrien Hardy a été égal à lui même avec tout le respect que je lui dois, il a tenté tous les coups qui lui sont passés par la tête avec un taux de réussite anormalement élevé pour un être humain. Il en a fait un de trop en approche de l’île de Wight, il a perdu un peu. Je me suis retrouvé dans le tableau arrière de Macif et Bretagne Crédit Mutuel, j’étais moins inquiet. Toutes les victoires sont difficiles, c’est de l’énergie, du temps, de l’investissement qu’on met pour y arriver… Celle-ci je vais plus la savourer que ma première en 2009. Je gagne deux étapes, je fais 3e et 4e sur les deux autres. C’est le plus beau moment de ma carrière sportive. Je tiens à remercier ma famille, mon entourage et Generali, mon fidèle partenaire depuis huit ans sans qui je ne serais pas là. Je ne pense évidemment pas aujourd’hui à mon avenir, j’ai besoin de repos mais il est très clair que j’ai très envie d’être au départ du prochain Vendée Globe 2020. C’est une possible suite logique dans mon cheminement sportif. »

Jean-Laurent Granier, Président-Directeur Général de Generali France et Membre du Group Management Committee de Generali S.p.A.  : « Alors que je viens de prendre mes fonctions au sein de Generali, cette victoire de Nicolas Lunven porte très haut nos couleurs. Pour ma part, j’ai toujours été très impliqué dans les sports collectifs, le rugby en particulier, et je connais moins bien la course au large. Cependant,  j’ai suivi avec beaucoup d’intérêt l’évolution de notre navigateur tout au long de cette Solitaire Urgo Le Figaro, et j’ai salué ses deux victoires d’étapes qu’il a remportées à chaque fois avec brio. Nicolas Lunven a témoigné d’une grande maitrise de son métier, tout autant que de ténacité et de pugnacité face à des compétiteurs redoutables. Autant de qualités qui nous font honneur et doivent inspirer nos équipes dans leur action quotidienne ! »

Marie-Christine Lanne, directrice de la communication et des engagements sociétaux de Generali France : « Voilà presque 30 ans que je m’occupe de sponsoring voile chez Generali. J’attendais ce moment où l’un de nos skippers remporterait enfin pour nous La Solitaire sous la marque qui nous rassemble tous depuis 2007. C’est la récompense de la fidélité. Nicolas résume à lui seul notre histoire avec le monde de la course au large depuis 42 ans. C’est notre deuxième génération de skippers puisque c’est avec son père, Bruno, que nous nous sommes lancés dans ce sport en 1975 grâce à la perspicacité de Laura Vergne qui dirigeait notre branche navigation de plaisance. Depuis 9 saisons, nous avons accompagné l’éclosion de ce grand champion qui a toujours porté haut pour nous les valeurs de l’excellence professionnelle et humaine. Je suis très heureuse de la reconnaissance que cette 2ème victoire dans La Solitaire du Figaro va lui procurer au sein du monde de la course au large et fière que nous ayions misé sur son talent alors qu’il était un jeune espoir de la voile française. »

Retour sur une Solitaire du Figaro maîtrisée

Une victoire historique à Gijon pour Nicolas : le skipper Generali a frappé fort d’entrée de jeu puisqu’il s’imposait en Espagne au terme d’une première étape musclée qui s’est jouée dans des conditions dantesques (50 nœuds) entre le plateau de Rochebonne et l’arrivée. Lors de la traversée du golfe de Gascogne, Nicolas chipait la place de leader à Adrien Hardy grâce à une superbe vitesse au portant. C’était, paradoxalement, pour le vainqueur de la Solitaire du Figaro 2009 sa première victoire d’étape sur cette épreuve.

Troisième à Concarneau et toujours leader : le navigateur morbihannais est passé par tous les états sur la deuxième étape entre Gijon et Concarneau. Il ne réussissait pas à tirer son épingle du jeu dans la pétole au milieu du Golfe de Gascogne  et revenait peu à peu sur la tête de la flotte au passage de Penmarc’h. Dans le petit temps, il donnait alors l’estocade en approche de l’occidentale de Sein et ne cessait pas de se rapprocher du leader lors du contournement de Belle-Ile puis en baie de Quiberon et jusque l’arrivée dans la ville close où il ne passait pas loin d’une nouvelle victoire se faisant, avec Erwan Tabarly, reprendre dans les derniers mètres par Adrien Hardy. Ce dernier avant le troisième acte ne possédait plus que 11 minutes de retard sur le leader Lunven.

Taille patron : sur l’ensemble des 24 heures de Cornouaille, troisième étape en forme de sprint au départ et à l’arrivée de Concarneau, Nicolas faisait une démonstration de vitesse et de placement. Comme dans un rêve éveillé, le skipper Generali menait une bonne partie de la course et ne laissait aucune opportunité de retour à sa concurrence entre Guerande, la Teignouse et l’arrivée. Il enfonçait même le clou reprenant quelques bonnes minutes à son adversaire le plus coriace, Adrien Hardy encore lui.

La Der sous haute tension : ce matin sur le plan d’eau dieppois, l’ultime s’est bien terminée pour Nicolas. Elle avait pourtant moyennement commencé au départ de Concarneau puisque dans le petit temps, le skipper Generali a eu des difficultés à se mettre dans le match n’étant pas toujours inspiré. C’est après la marque de Wolf Rock dans la nuit de mercredi à jeudi que le breton a retrouvé la vitesse sous spi et qu’il est revenu dans le paquet de tête réussissant magistralement à se replacer devant Adrien Hardy. La suite, dans une belle brise, fut une démonstration de marquage et de contrôle. Quatrième à Dieppe, Nicolas pouvait savourer sa victoire finale.

Nicolas, passion « mer et compétition»

Nicolas Lunven est un enfant de l’océan. Dès son plus jeune âge, il arpente les pontons et vogue avec sa sœur et ses parents en direction de la côte Sud de l’Angleterre parfois, en baie de Quiberon souvent et dans le golfe du Morbihan, le jardin pour un vannetais. La voile de compétition n’est pas un virus tout de suite.

Nicolas fait des études. A la Trinité-sur-Mer, il embarque quand même en tant que numéro 1 sur les bateaux du grand Jimmy Pahun ou du yachtman lillois Géry Trentesaux.

L’été, place au Tour de France à la voile, il en enchaîne plusieurs avec Dimitri Deruelle et Maxime Paul, compères récurrents.

En 2007, il se laisse tenter par la solitude en mer et remporte la Solitaire du Figaro au classement bizuth sur un monotype prêté par Charles Caudrelier. 2008, il est coopté par Alain Gautier, toujours sur la Solitaire.

2009, à 26 ans, Nicolas, au nez et à la barbe des plus grands, s’impose sur la Solitaire du Figaro, il porte les couleurs de CGPI, conseillers en Gestion de Patrimoine Indépendants – partenaires de Generali. De 2010 à aujourd’hui, Nicolas porte haut le pavillon de Generali sur les podiums. Après une pause consacrée à la Volvo Ocean Race, au Diam 24, à la Transat Jacques Vabre en monocoque de 60 pieds avec son ami Morgan Lagravière, à la navigation au sens strict, Nicolas revenait sur la Solitaire du Figaro en 2016 en signant une belle troisième place. Attachant, cartésien, méthodique, travailleur, humble, Nicolas repartait de plus belle en 2017 en remportant notamment la Solo Maître Coq, une victoire « déclic » avant la Solitaire puisqu’il n’avait plus remporté de courses sur le circuit depuis 2012 et la Solo Concarneau.

Generali, 42 ans de course au large

L’assureur est le plus ancien partenaire de la course au large en France. Après avoir créé les premières garanties francaises pour la navigation de plaisance en 1951, son histoire dans la voile a débuté en 1975 sur la course de l’Aurore avec Bruno Lunven, le père de Nicolas. Par la suite, plus de 20 skippers ont porté les couleurs de La Concorde, d’Europ Assistance (filiale du Groupe) puis de Generali. C’est le cas de Gilles Le Baud qui a remporté la course de l’Aurore en 1978 sur un voilier dénommé « Kelt – La Concorde », Luc Poupon en 79 et 80, Patrick Eliès en 82, 83 et 85, François Lamiot de 91 à 94, Damien Savatier en 95, Pascal Bidégorry qui gagne la Solitaire du Figaro en 2000 sous les couleurs d’Europ Assistance,  Yann  Eliès de 98 à 2010 dont deux titres de champions de France et une participation au Vendée Globe,  Isabelle Joschke, navigatrice émérite sur le circuit Figaro et en Class 40, et évidemment Alain Gautier, vainqueur de la Solitaire 89 et qui participait au premier Vendée Globe sous les couleurs de Generali-Concorde. Generali a été également partenaire de la Generali Solo, course en solitaire en Méditerranée, et de la Solitaire du Figaro.

L’Equipe de France de Volley-Ball à nouveau au sommet !

Les bleus du volley-ball ont frappé un grand coup ce matin au Brésil en remportant pour la deuxième fois la ligue mondiale, l’une des compétitions les plus difficiles de la discipline. Le groupe de l’excellent Laurent Tillie a réalisé un parcours sans-faute et a impressionné tout au long du Final Six. La finale qui se jouait contre le Brésil, champion olympique en titre, a été une démonstration de  talent et de solidarité au pays du Volley-Ball.

La Direction générale, les équipes et les agents généraux de Generali France, partenaire et assureur de la Fédération Française de Volley-Ball depuis 21 ans, félicitent chaleureusement l’ensemble des joueurs et le staff de ce groupe de géants. L’Equipe de France dont la marque Generali est affichée sur les maillots, apporte une nouvelle belle récompense en terme de visibilité à son assureur : un sponsoring gagnant-gagnant !

Marie-Christine Lanne, directrice de la communication et des engagements sociétaux de Generali en France : « Au nom de Generali France, assureur et partenaire de la Fédération Française de Volley-Ball depuis 1996, j’adresse mes félicitations à l’Equipe de France de Volley-Ball et aux équipes de la FFVB qui ont permis cette nouvelle grande victoire. Le groupe, dirigé par Laurent Tillie, dans la continuité de ses superbes performances depuis 2015, a réalisé un extraordinaire parcours au Brésil. »