Voilerie All Purpose ; extension, embauche, évolution…

Tel est le credo du GIE All Purpose et de ses 8 voileries réparties en Manche, Atlantique et Méditerranée. Un credo auquel pourrait s’attacher le mot épanouissement, tant l’entreprise dirigée par Frédéric Moreau, Brice Berthier et Matthieu Souben (Rémi Aubrun en retrait mais toujours actionnaire) dévore son actualité sportive à pleines dents, affichant un carnet de commandes aussi rempli que sa boite à idées et à innovations. Salon du Grand Pavois à La Rochelle puis pontons de la Route du Rhum à Saint-Malo, la Voilerie décline tambour battant les deux piliers de son ADN, la course et la grande plaisance, l’une enrichissant l’autre… et vice versa.

En progression malgré les crises…

La Voilerie All Purpose de Carnac émerge des années Covid plus solide que jamais. Avec un chiffre d’affaires consolidé à plus deux millions d’Euros sur le dernier exercice, la PME bretonne renforce sa position dans la voile de compétition, qui constitue 70 % de son chiffre, les 30% restant représentant l’activité plaisance. « Nous avons dû nous adapter à la crise mondiale des approvisionnements » explique Fred Moreau, « avec une certaine pénurie dans les fils aramides. Nous sommes parvenus à contenir la hausse de nos prix. Il est clair que la situation mondiale, avec les fortes tensions sur l’approvisionnement des matières premières pèse sur notre activité. »

La course au large pour locomotive

L’actualité de la Voilerie demeure plus intense que jamais. « Nous exposons pour la première fois au Grand Pavois de La Rochelle, un important salon à flot très prisé des passionnés » poursuit Fred. « Il est important pour nous d’aller au devant de notre clientèle de plaisanciers, surtout dans la région Rochelaise. » Mais le sport, la course coulent dans les veines des trois compères Brice, Fred et Matthieu. « La Route du Rhum – Destination Guadeloupe mobilise toutes nos forces. Nous travaillons pour des bateaux représentants toutes les classes, Class40, Imoca ou OceanFifty, soit pour l’intégralité de la garde-robe, soit pour des voiles spécifiques. Cette approche est très pointue, et rejaillit naturellement sur notre activité Plaisance. Nos atouts sont la réactivité et notre parfaite connaissance des exigences du haut niveau.”

Une approche sociétale et environnementale

Cet engagement de tous les instants dans la voile hauturière génère assez naturellement une poussée de croissance pour la voilerie All Purpose. « Nous sommes passés en 10 ans de 8 à 22 employés et nous cherchons encore à recruter des personnes avec ou sans expérience. Nous sommes prêts à prendre du temps pour les former. » Et dès cette phase profondément humaine, All Purpose démontre sa sensibilité aux questions sociétales et au-delà, environnementales. « Depuis 3 ans,  nous embauchons des personnes en alternance Ecologie Industrielle et Territoriale. Nous sommes dans notre temps, dans notre époque, qui appelle à la solidarité et à une conscience environnementale. Nous savons la fabrication des voiles peu vertueuse et avons engagé une démarche résolument orientée vers la réduction de l’impact environnemental de notre activité. On remplace déjà certaines fibres issues de la pétrochimie par le lin sur certains prototypes et nous poursuivons nos recherches activement en ce sens. Nous voulons faire bouger les lignes, être des agitateurs d’idées dans notre profession. Nous collaborons avec CLM, notre fabricant de membranes,  Roland Jourdain et sa société Kairos et avec l’IRDL, laboratoire de l’Université Bretagne Sud. L’avenir est dans le développement de fibres et de membranes bio sourcées, recyclables ou biodégradables. Ces exigences remontent désormais du monde de la plaisance et nombreux sont nos clients qui l’incluent dans leurs demandes. »

Le Belem à Honfleur

Le fameux trois-mâts, figure du patrimoine français, sera à Honfleur du 30 septembre à 14h00 au 4 octobre matin. Des visites seront possibles les 1 et 2 octobre de 10h00 à 18h00. La Fondation Belem et son grand mécène, la Caisse d’Epargne Normandie, accueilleront les visiteurs quai « jetée de l’Est » et sont ravis de revenir dans l’estuaire de la Seine et dans une ville historique tournée vers la Manche ! En plus de la découverte du voilier, le grand public pourra être sensibilisé à la pollution des océans et la nécessité de les protéger grâce à l’association The SeaCleaners, partenaire de la Fondation Belem. Il mettra ensuite le cap sur Brest.

L’enfant de la Route du Rhum

Transat Jacques Vabre 2019

Thibaut Vauchel-Camus est l’un des navigateurs, au départ de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe, qui possède une histoire forte avec cette mythique transatlantique. Surnommé le Maloupéen, il a vécu en Guadeloupe jusqu’à ses 20 ans et parle le créole. Il habite désormais à Cancale, au niveau de la ligne de départ ! Né en 1978, l’année de la création de la course, “l’enfant de la Route du Rhum” séchait les cours pour demander des autographes à Florence Arthaud, Laurent Bourgnon, Philippe Poupon… Thibaut part de la maison pour arriver dans son île de coeur !

Deuxième en 2014 en Class40, troisième en 2018 en Ocean Fifty, Thibaut est à chaque fois accueilli avec une ferveur guadeloupéenne inoubliable. A nouveau à bord du trimaran bleu Solidaires En Peloton – ARSEP, il entend bien aborder la compétition pour la gagne mais pas que ! Entretien…

  1. Peux-tu nous parler de ton attachement à la Route du Rhum – Destination Guadeloupe ?

C’est la première course au large que j’ai découverte quand j’étais en Guadeloupe. J’ai une passion viscérale pour cette épreuve. C’est la transat en solitaire par excellence, notre graal. Le hasard de la vie, après de nombreuses années passées en Guadeloupe, m’a fait venir à Cancale, juste à côté de Saint-Malo. J’ai un attachement fort pour cette ville bretonne et j’aime la Guadeloupe profondément. C’est un peu un événement de territoires pour moi.

  1. Quels sont tes objectifs sur cette transat ?

100% des vainqueurs passent la ligne d’arrivée ! Je souhaite déjà terminer l’épreuve mais c’est clair que je mets actuellement tous les moyens pour remporter cette édition. J’ai aussi l’ambition de la partager un maximum avec les patients atteints de la Sclérose En Plaques, la Fondation ARSEP, toutes les personnes qui suivent de près le projet et évidemment mes partenaires. Nous allons vivre quelque chose d’incroyable.

  1. Tu connais bien les zones de départ et d’arrivée mais comment ça se passe entre les deux ? 

C’est la traversée de l’Atlantique Nord sans passages obligés. Après un départ qui peut être mouvementé car les conditions automnales peuvent être musclées, toniques voire violentes, nous irons vers l’anticyclone des Açores qui nous laissera normalement un peu de répit. Cette zone de transition sera à négocier au mieux avec mon routeur Vincent Riou. Ensuite, nous rêvons tous d’alizés établis qui engendreront des situations de grandes vitesses au portant, toutes voiles dehors, au surf ! En solo, nous pouvons à ce moment de la course être à plus de 20 nœuds de moyenne longtemps et atteindre des pointes à 30 nœuds voire plus.  

  1. Tu fêtes, avec ton équipe, les 10 ans du Défi Voile Solidaires En Peloton. C’est assez rare une telle longévité. Quels sont les ingrédients de la réussite de ton modèle de sponsoring ?

Le succès de ce beau projet est l’esprit que nous avons insufflé depuis le début, à savoir donner de la visibilité à des patients qui n’en ont pas et partager un maximum avec tous. Les encouragements de mes partenaires Delanchy Transports, la Foncière Magellan, B&B Hotels, Sanofi…,  des proches et des patients surtout sont très puissants pour moi et sont l’âme de notre défi. Nous nous serrons les coudes ensemble !    

  1. Plus anecdotiquement parlant, que rêves-tu pour ton arrivée à Pointe-à-Pitre ?   

Je rêve de pouvoir accueillir tous mes concurrents Ocean Fifty au ponton (rires). Je rêve de partager avec la Guadeloupe mon histoire et de transmettre de bonnes valeurs. L’école du nautisme en Guadeloupe est excellente. Mon parcours l’atteste. J’espère donner des idées aux jeunes guadeloupéens ! 

A venir :

  • 21 septembre : présentation des skippers à Paris
  • 23-24 septembre : sorties en mer patients / partenaires / presse
  • 25 oct au 6 nov : village de course de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe, présence d’un stand Solidaires En Peloton
  • 6 nov : départ de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe

V and B – Monbana – Mayenne entre en scène / Défi Azimut

Deux mois après la mise à l’eau de son nouveau voilier, V and B – Monbana – Mayenne, Maxime Sorel disputera cette semaine le Défi Azimut Lorient Agglomération, première confrontation du nouveau Dragon des Océans avec les IMOCA. Ces cinq jours de régate au contact vont permettre au skipper Malouin de retrouver le plaisir de la compétition, s’entraîner et continuer à prendre en main sa nouvelle mouture.

D’un monde à l’autre…

Le 27 juin à Concarneau, plus de 1200 personnes assistaient à la mise à l’eau de ce bijou, V and B – Monbana – Mayenne. Une nouvelle histoire se lançait pour Maxime Sorel qui joue désormais à armes égales avec les plus grands skippers au large de sa génération. « V and B – Monbana – Mayenne est un super bateau. Il y a un monde entre l’ancien IMOCA et celui-ci qui va vite tout le temps ! Ça n’a plus rien à voir… Quand on est à l’intérieur, on ne se rend même pas tellement compte que l’on vole. C’est dingue. Là je me dis qu’on n’est carrément plus dans une configuration de bateau « normal » » s’enthousiasme le skipper.

Depuis la mise à l’eau, tout a été très vite. Cet été, Maxime et sa petite équipe composée de 7 personnes ont enchaîné une série d’entraînements intensive entre la Bretagne et le Portugal. Philippe Laot, directeur technique, s’est entouré d’une équipe composée de Gurloës Merrien, Thomas Lebée, Baptiste Designe et Patxi Esponde. « Avec l’équipe on prend nos marques et automatismes. On est tous au taquet ! » sourit le skipper hyperactif. Pour l’occasion Christopher Pratt, l’un des plus grands spécialistes des nouveaux IMOCA est venu apporter son expertise. « Christopher est l’un des plus grands experts capables de comprendre la complexité de ces bateaux. Je suis ravi qu’il nous accompagne pour la prise en main de V and B – Monbana – Mayenne. On peut être fiers de nous, cette campagne d’entrainement est énorme ».

L’euphorie du premier rendez-vous

C’est l’événement de la rentrée : du 13 au 18 septembre, 30 IMOCA se retrouvent au cœur de la rade de Lorient. Maxime, dont c’est la 3e participation, se réjouit de dévoiler son voilier lors de ce rendez-vous. « On est dans la dernière ligne droite jusqu’à la Route du Rhum – Destination Guadeloupe. C’est un événement très sympa. Les runs de vitesses offrent des images de dingue. Ces bateaux qui volent sont magnifiques ! Et le tour de l’île de Groix c’est une course hallucinante. Il va y avoir beaucoup de monde à bord, mais aussi sur l’eau. Il va falloir rester concentré et vigilant. »

Réputé pour être en effet une grande fête à terre comme en mer, le défi Azimut n’en reste pas moins une compétition importante « C’est un entraînement grandeur nature. Notre première confrontation avec les autres IMOCA. Cela va nous permettre de voir où nous en sommes ! J’ai hâte… »

Toutes les informations sur le défi Azimut : https://www.defi-azimut.net/fr

Direction Ushuaïa pour Perrine Laffont

Avec l’Equipe de France de ski de bosses, Perrine Laffont prendra la direction de l’Argentine et de la station d’Ushuaïa le 14 septembre pour trois semaines d’entraînement sur les skis.

« Le staff de l’Equipe de France a décidé de mettre le cap sur l’Argentine” déclare Perrine. “Cela va être une première pour moi. J’ai hâte de rechausser les skis et de découvrir de nouvelles conditions d’entraînement. Le spot est à 400 mètres d’altitude et quasi au bord de la mer. Cela doit être spécial. On sera la seule équipe de ski de bosses sur place ce qui va nous permettre de préparer une piste à notre image et en fonction de nos objectifs. »

Perrine est en grande forme et vient de passer un été particulièrement studieux avec ses nouveaux entraîneurs et ses acolytes de la team France. « Notre préparation a été évidemment assez différente que les autres années car nous avons de nouveaux encadrants. Nous nous sommes particulièrement concentrés, au-delà de la préparation de fond en salle et à l’extérieur, sur les acrobaties à Annemasse en faisant du water jump ou encore à Antibes. » L’Equipe de France de Trampoline a en effet accueilli le groupe France dans le sud. « Ce stage d’une semaine a été l’occasion de changer quelques repères dans les airs, de changer d’atmosphère. J’ai senti une vraie progression à ce sujet au fil de l’été. Il va falloir que j‘applique désormais ces travaux d’acrobatie sur une piste ».

La skieuse ariégeoise a rendez-vous avec la compétition et la Coupe du Monde début décembre à Ruka.

François Jambou dans les starting-blocks

default

Le vainqueur de la Mini Transat 2019 dans la catégorie des prototypes, même s’il n’a pas encore beaucoup navigué sur son Class40 « A l’aveugle », met les bouchées double en cette rentrée afin d’être totalement prêt pour le départ de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe le 6 novembre. Le navigateur concarnois, entre quelques navigations avec des non-voyants et en collaboration avec l’association UNADEV et le projet Cécivoile, sera au départ de la 40′ Malouine Lamotte du 15 au 18 septembre.

« Cette compétition va me permettre d’avancer dans ma préparation » déclare François hyper motivé. « L’idée est de valider tout ce que nous avons fait en chantier sur mon vieux Mach40. Je pense aux systèmes électriques et électroniques mais aussi à l’appréhension de notre nouveau jeu de voiles. Lors de cette épreuve, je vais naviguer seul sur un long parcours et avec des non-voyants dont Nicolas Rondouin, récent Champion d’Europe Blind Sailing à Sciez en Haute-Savoie et Alexandre Le Gallais, mon armateur, lors de parcours côtiers. »

François, par la suite, enchaînera les navigations d’entraînement au départ de Concarneau afin de progresser. « Je ne veux rien à avoir à me reprocher en termes de préparation lorsque l’on sera à Saint-Malo début novembre. Nous avons un projet modeste mais nous sommes très consciencieux afin de ne rien laisser au hasard. »

L’objectif de François est de faire une belle trajectoire entre Saint-Malo et la Guadeloupe, terminer la transat et se donner les moyens d’être dans le coup. « Il est clair que sur 54 Class40 au départ de la Route du Rhum quasi la moitié sera des voiliers neufs bien plus rapides que mon Class 40 notamment au vent de travers mais je dispose d’atouts dans le petit temps, le médium et nous pouvons imaginer quelques scénarios où j’ai mes chances de bien faire. »

Les prise de quart ont débuté au sein de la famille Jambou. « Nous avons accueilli un petit Gabriel il y a deux mois. Je travaille donc mes réveils et des micro-siestes ce qui va me servir en mer » sourit François.

François, avec Alexandre Le Gallais, continue par ailleurs à proposer des navigations aux non-voyants afin de leur faire découvrir la pratique de la voile et quelques techniques spécifiquement adaptées comme les penons électroniques de Michel Desjoyeaux. « C’est un réel plaisir de naviguer avec des non-voyants. Je suis bluffé par leur capacité à comprendre le fonctionnement d’un bateau et même des subtilités aux réglages. Je compte d’ailleurs le plus souvent possible lors de la Route du Rhum me mettre en situation et envoyer à terre des vidéos permettant de découvrir la voile d’une autre façon « A l’aveugle » conclut le champion qui est toujours à la recherche de partenaires complémentaires.

Le Belem de retour en France !

Le trois-mâts soutenu par les Caisses d’Epargne sera de retour en France vendredi après un périple estival dans le grand nord. Il arrivera à Dieppe en fin de matinée et repartira de Normandie le 13 septembre. Il sera ensuite du 16 au 20 septembre à Calais en Hauts-de-France pour les journées du patrimoine. Des visites ouvertes à tous sont prévues les 17 et 18 septembre de 10h à 18h00 dans la cité des six bourgeois. Mathieu Combot, commandant du Belem, revient sur les navigations de cet été en Norvège, aux îles Féroé, en Ecosse et en Irlande…

« Je n’étais pas à bord au mois de juillet mais Aymeric Gibet, l’autre capitaine du Belem, m’a raconté l’extraordinaire visite des fjords norvégiens. Ils y ont navigué sous voiles de nuit : un souvenir inoubliable pour nos passagers. J’ai pris le commandement du Belem en août et je dois dire que le voyage a été fabuleux. Le Belem n’avait jamais été aux îles Féroé ni autant au Nord ! Cet archipel est vraiment beau et sauvage, voire hostile. Nous avons croisé beaucoup d’îlots inhabités et, malgré une météo très changeante, nous avons réussi à être très souvent sous voiles, empruntant des passages de navigation étroits. Notre équipage était accompagné de stagiaires aguerris au Belem, dont la moitié d’habitués – nos fameux  « récidivistes » – fiers d’amener le bateau aussi loin. Je tiens à les remercier car ils sont un véritable moteur pour nous en mer et plus largement pour la Fondation Belem. Ensuite, nous avons été en Ecosse jusqu’à l’île de Man. Nous avons réussi à nous enfoncer dans les terres  : le spectacle était au rendez-vous, tout comme d’ailleurs lors de nos navigations irlandaises. Cet été restera dans les mémoires de l’équipage. »

Dense été pour Emilien Jacquelin

C’est le moins que l’on puisse dire, les mois de juillet et août ont été intenses pour le biathlète Emilien Jacquelin. L’isérois a enchaîné les entraînements à haute dose afin de préparer sa future saison et la Coupe du Monde de biathlon qui débutera fin novembre. Il prendra part ce week-end au Martin Fourcade Nordic Festival* afin de continuer à progresser et retrouver le public français.

A LIRE : https://mailchi.mp/adb51b0eedd1/dense-t-pour-emilien-jacquelin-presse?e=e91856d29d



                    
                

Théo de Ramecourt intègre la team Banque Populaire du Nord

Il est le Champion du Monde en titre de kitefoil. Théo de Ramecourt, originaire de Cayeux-sur-Mer dans la Somme, longtemps valenciennois, 24 ans, rejoint l’équipe sportive de la Banque Populaire du Nord qui comprend déjà les athlètes de haut niveau Erika Sauzeau (para-aviron), Anaïs Mai Desjardin (kitefoil) et Maxime Beaumont (kayak).  L’objectif de Théo, comme pour ses camarades de la Banque Populaire du Nord, est les Jeux Olympiques de Paris 2024.

« Je suis ravi d’intégrer l’équipe de la Banque Populaire du Nord » déclare Théo. « C’est génial d’avoir le soutien d’une institution comme la Banque Populaire car c’est la banque de la voile. Comme beaucoup de licenciés à la Fédération Française de Voile, je connais la Banque Populaire car elle est un appui majeur, depuis des années, de la voile fédérale. C’est encore mieux de l’avoir en partenaire individuel et c’est une satisfaction d’avoir un partenaire qui croit en mon projet olympique et qui connaît déjà ma discipline. Au-delà de l’aide financière, la team Banque Populaire du Nord sera un véritable apport mental dans ma quête sportive. »

Hélène Madar, Directrice Générale de la Banque Populaire du Nord « Nous souhaitons la bienvenue à Théo au sein de notre équipe de sportifs qui préparent la grande échéance de Paris 2024. Théo nous a tout de suite plu. Le kitesurf est très pratiqué dans notre région et la Banque Populaire du Nord est attachée aux sports d’eau. De plus, Théo est un grand sportif des Hauts-de-France qui a réussi à conjuguer sa carrière en kitefoil et les études. Il est aujourd’hui l’un des meilleurs au Monde dans sa discipline et a toutes les chances de réussir de nouvelles grandes performances dans les années qui viennent. Bon vent Théo avec la Banque Populaire du Nord ! »

Qui est Théo de Ramecourt ?

Théo est né à Cayeux-sur-Mer. Son père est commercial dans l’industrie et sa mère orthophoniste. Ses parents décident assez vite de déménager tout en gardant la maison familiale dans la Somme, à proximité de la mer. Cap sur Valenciennes dans le Nord. Théo apprend, dans un premier temps, la voile sur l’étang du Vignobles, un plan d’eau intérieur important des Hauts-de-France.

« Je suis un produit de la Fédération Française de Voile. J’ai d’abord fait de l’Optimist puis de la planche à voile et du catamaran à Valenciennes » explique Théo. « Je passais aussi mes week-ends et mes vacances à Cayeux où je pratiquais. » Les Ramecourt décident ensuite de revenir à Cayeux. « J’avais 13 ans. Des amis de mes parents ont monté une école de kite à Cayeux. Je teste le support et c’est une révélation. J’ai trouvé ça cool, rapide, facile à manœuvrer et à transporter. Je deviens accroc. »

Au début Théo pratique le kite pour s’amuser. « J’ai compris qu’il y avait moyen de faire du kite pour gagner assez vite tout de même. La logique de compétition m’a beaucoup plu et j’ai vite atteint les milieux de classement sur le Engie Kite Tour. » En parallèle, Théo étudie évidemment. « Dès ma quatrième, je suis interne à Solesmes puis à Montalembert à Doullens. En première, c’est le grand saut et j’intègre un sport étude à Hyères avec, à l’époque, la seule section de kitesurf en France ».

Bac S en poche, Théo poursuit le sport de haut niveau et les études. Il obtient un master d’océanographie en physique et valide un diplôme universitaire. 2ème du Championnat du Monde Junior en 2014, Théo enchaîne les bons résultats et se met au foil dès que la spécialité apparait en 2015. « J’effectue beaucoup de recherche et développement avec mes partenaires Flysurfer et Levitaz. Toute cette partie m’a toujours intéressé. J’avais une petite avance au niveau du matériel par rapport à mes adversaires que j’essaie de garder encore aujourd’hui. »

En 2020, Théo décroche le titre de Champion d’Europe kitefoil aux Canaries. L’année d’après, il s’offre le titre de Champion du Monde en Sardaigne. Le champion nordiste est dans une superbe dynamique malgré l’énorme concurrence en France (il y aura un seul ticket pour Paris 2024), et s’alignera mi-octobre à Cagliari sur les lignes de départ du Mondial pour défendre son titre et marquer les esprits. « Je rêve de Paris 2024. On évoluera en France à Marseille. Je fais tout pour y être en gardant mon esprit de passionné et en m’investissant à fond vers ce but. »

A propos de la Banque Populaire du Nord

Dans la continuité de l’engagement premium du groupe BPCE avec les Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024, la Banque Populaire du Nord s’associe à ce grand défi et a initié un programme de soutien de sportifs dès 2020.

Également partenaire historique du monde de la voile, la Banque Populaire du Nord et sa marque Crédit maritime ont donc constitué une équipe de quatre sportifs réunis autour de deux points communs : la pratique d’un sport nautique et la préparation des Jeux Olympiques de Paris 2024.

La Banque Populaire du Nord accompagne ainsi Anaïs-Mai Desjardins en kitefoil, Erika Sauzeau en para aviron, Maxime Beaumont en kayak et Théo de Ramecourt en kitefoil.

Elle soutient également le club ASL canöé-kayak Grand Arras, une structure qui favorise la pratique inclusive du sport, promeut les valeurs positives du sport et regorge ainsi de jeunes talents.

Anaïs Mai Desjardins en quelques lignes : 21 ans, dunkerquoise, Vice-championne de France 2021 en kitefoil catégorie senior, Championne de France Espoirs kitefoil 2019, championne d’Europe Junior Kitefoil 2018, championne du Monde de Kitesurf 2017 – « tour mondial Kitefoil Goldcup », Championne d’Europe U19 en Kitefoil, étudiante en 4ème année de Médecine à Lille.

Erika Sauzeau en quelques lignes : 40 ans, mère de jumeaux, membre de l’armée des champions, originaire de Beauval dans la Somme, picarde affirmée, Erika a terminé troisième des Jeux Paralympiques de Tokyo fin août 2021 en aviron, dans la catégorie PR3 qui concerne les athlètes ayant des problèmes aux membres inférieurs.

Maxime Beaumont en quelques lignes : 40 ans, boulonnais, kayakiste, 3 participations olympiques, Vice-champion olympique 2016, 4 médailles mondiales, 6 médailles européennes dont un titre en 2019, 18 médailles en coupe du monde dont le bronze en 2022, 17 titres de champion de France, 9ème en K1 200m des Jeux de Tokyo.

Théo de Ramecourt en quelques lignes : 24 ans, originaire de Cayeux-sur-Mer, Champion du Monde de kitefoil 2021, Champion d’Europe de kitefoil 2020, dans le top 10 Mondial depuis 2018. Théo vise Paris 2024. Sa discipline sera pour la première fois Olympique.

Le club ASL Canoë Kayak Grand Arras est l’un des grands clubs français de canoë et de kayak. Il a été fondé en 1966. En 2020, il a remporté son 30e titre de Champion de France des clubs et est le club le plus titré en nombre de médailles individuelles avec 20 médailles d’or, 15 en argent et 19 en bronze. Il compte 340 adhérents et 1700 licenciés parmi lesquels 19 sportifs faisant partie de la liste ministérielle des athlètes de haut niveau.

La Fondation pour le Pacte de Performance

La team Banque Populaire du Nord est soutenue par l’intermédiaire de la Fondation pour le Pacte de Performance qui a pour mission principale de promouvoir le sport comme vecteur de lien social, à travers des actions innovantes et reproductibles visant à soutenir, développer et faciliter l’insertion sociale et professionnelle dans et par le sport, la prévention de la santé ou encore la promotion du sport pour les personnes en situation d’handicap. La Fondation du Sport Français, Fondation Henri Sérandour est reconnue d’utilité publique.

L’ambition de la Banque Populaire du Nord à travers ces partenariats : 

L’ambition de la Banque Populaire du Nord est d’aider à la réussite des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024 dans toutes ses composantes :
• la réussite sportive,
• la dimension éducative et solidaire,
• la réussite économique.
Pour la Banque Populaire du Nord cette ambition se traduit par :
• l’accompagnement de sportifs préparant les Jeux de Paris 2024 ;
• l’accompagnement de structures favorisant la pratique inclusive du sport et le développement de ses valeurs positives ;
• l’accompagnement des acteurs économiques régionaux privés et publics, afin qu’ils puissent bénéficier des opportunités économiques apportées par l’organisation des jeux ;
• la mise en place d’une politique interne de développement de la pratique.

Erika Sauzeau et Maxime Beaumont au TOP !

Deux des athlètes de la team Banque Populaire du Nord ont frappé fort cet été en s’adjugeant de très bons résultats sportifs.

Erika Sauzeau, originaire de la Somme, accompagnée de Margot Boulet, Jérôme Hamelin, Laurent Cadot et Emilie Acquistapace, a remporté la médaille d’Argent en « para-aviron » quatre barré mixte dans la catégorie PR3 (déficiences physiques et malvoyants) le 14 août dernier à Munich et dans le cadre des championnats européens. La rameuse et ses compères terminent à seulement 17 secondes des vainqueurs britanniques.

De son côté, Maxime Beaumont, accompagné de Guillaume Burger, Quilian Koch et Guillaume Le Floch, décroche, samedi dernier, une magnifique médaille de Bronze à Munich en kayak dans la catégorie Olympique K4 en ligne sur 500 mètres. Cela faisait 12 ans que la France courait après une médaille dans cette discipline et c’est une belle performance pour le boulonnais Maxime Beaumont qui a décidé, à 40 ans, de repartir dans une campagne Olympique en vue de Jeux de Paris.

« Notre équipage a été changé à 50% en début d’année et nous n’avions navigué que 15 jours avant le début de la compétition européenne » déclare Erika. « C’est donc un bon résultat cette médaille d’Argent. Nous avons une grande marge de progression. Il s’agit d’être le plus souvent ensemble sur l’eau, accumuler des bornes, effectuer de bonnes rentrées et sorties d’eau le tout dans de bon timing. Les britanniques ont été forts comme à leur habitude mais nous pouvons les rattraper… On aura 15 jours d’entraînement début septembre avant les Championnats du Monde en République Tchèque du 16 au 26 septembre. »

« Depuis la formation de notre équipage en début d’année, nous avons capitalisé à chaque épreuve. Je pense notamment à notre troisième place en Coupe du Monde et notre sixième lors du Championnat du Monde à Halifax au Canada » indique Maxime Beaumont. « Nous nous disons les choses, nous sommes soudés, nous avançons dans la bonne direction. Cette médaille de Bronze est une première récompense de notre travail en vue des Jeux de Paris. La compétition s’est déroulée avec nos principaux adversaires au niveau mondial ce qui est bon signe. Nous naviguons dans la bonne direction pour la suite. A titre personnel, cette perf me fait du bien alors que j’avais hésité à me relancer dans une campagne Olympique suite à ma déception japonaise. J’enchaîne de suite avec une Super Cup aux Etats-Unis qui se déroulera en solo dès samedi et sur 350 mètres, épreuve dont je suis le tenant du titre et où je vais retrouver pas mal de concurrents qui évoluent en K4. »    

La Banque Populaire du Nord est fière de ces bons résultats estivaux. Elle accompagne actuellement 3 sportifs nordistes de haut niveau qui évoluent dans l’univers de l’eau et qui visent Paris 2024.

L’heure de vérité de Laurent Bourguès.

Navigateur émérite, préparateur recherché, « boat captain » reconnu, le Lorientais d’adoption natif de Marseille Laurent Bourguès plongera dimanche prochain 21 aout, à Nantes, avec l’appétit du débutant dans la mythique furia de la Solitaire du Figaro 53ème du nom. Après 8 mois d’un studieux apprentissage de la Classe, de son support Figaro Bénéteau 3 (intitulé pour l’occasion Unis pour l’Ukraine 56 – Devenez Partenaire), de courses et de navigations en solitaire ou équipage réduit, le marin aux multiples expériences en Mini 6,50, Imoca ou multicoques a bouclé son initiation avec une fort satisfaisante 9ème place lors de la Solo Guy Cotten. Toutes cases cochées, Laurent n’attend plus que l’épreuve majeure de ce nouveau chapitre de sa vie d’homme de mer, La Solitaire du Figaro, ses exigences extrêmes, son jusqu’auboutisme légendaire, et ses confrontations avec tout ce qui fait la grandeur de la course au large en solo, confrontations à armes égales, navigations hauturières et côtières, endurance exacerbée. « Je pars rassurer sur ce que je sais faire, conscient de mes manques mais aussi de mes forces, à la barre d’un bateau que j’ai appris à aimer… »

8 mois d’apprentissage

« Ces 8 derniers mois ont passé en accéléré. Un « crash course » en Figaro », s’amuse Laurent à 5 jours de l’échéance phare de son projet Figaro. « Je crois avoir atteint, en si peu de temps, un niveau intéressant qui me permet de m’élancer sans complexes. Physiquement, mentalement, techniquement dans la maîtrise du bateau comme des équations météorologiques, je me suis hissé au niveau de la concurrence. Je vais boucler ce temps initiatique sans frustration, conscient d’avoir posé méthodiquement les jalons de ma montée en puissance. J’ai montré de belles choses, et je connais dorénavant mes forces et mes faiblesses. » De quoi ambitionner les plus belles places au classement bizut de l’épreuve.

Je redoute la troisième étape…

« On le sait, les premières heures de course sont souvent décisives lors d’une étape de la Solitaire. On part pour 4 à 5 jours d’une navigation intense, extrême dans ses conclusions. Je m’y suis préparé. Mes bons départs lors des courses et entrainements sont de bons encouragements. Ils me permettent d’envisager faire ma propre course, dégagé de cette pression infernale qui s’instaure lorsque vous courrez derrière la tête de course. L’éditions 2022 revêt toutes les composantes historiques de la Solitaire, du large, du côtier, du rase cailloux, du trafic…. Je redoute particulièrement la dernière étape, avec ce passage à La Corogne de tous les pièges. La lucidité, du début à la fin de chaque étape, est le maitre mot qui m’a inspiré tout au long de ma préparation. On se met si facilement « dans le rouge » sur ce support ! Il faudra pourtant savoir trouver où mettre le curseur de la performance et des temps de repos. J’ai trouvé les ingrédients de la vitesse sous certaines allures. Je sais où je dois encore progresser, mais c’est agréable de se sentir en phase avec sa monture. J’ai franchi un palier ces derniers temps, et je prends beaucoup de plaisir à la barre de ce monocoque. Je crois que j’ai appris l’aimer… »

Laurent Bourguès prendra part à sa première solitaire du Figaro à la barre d’un voilier dénommé « Unis pour l‘Ukraine 56 – Devenez Partenaire ». Il s’agit d’un projet sociétal qui a notamment permis de réunir et d’envoyer en Ukraine des vivres et du materiel medical récupérés auprès des coureurs au large pour l’Ukraine en guerre. Laurent a ainsi pu mettre en avant ses propres aspirations nautiques et ses projets d’être au départ de la Route du Rhum 2026. Le navigateur court la Solitaire du Figaro sur fond propre. Il est toujours à la recherche de partenaires pour cette compétition et souhaite ensuite continuer à naviguer à haut niveau à bord d’un Ocean Fifty, trimaran de 50 pieds.

Tout savoir sur la Solitaire du Figaro : https://www.lasolitaire.com/

Départ   dimanche étape 1 : Nantes – Port La Forêt

Etape 2 28 août au 1 septembre : Port La Forêt – Royan

Etape 3 4 au 8 septembre : Royan – Saint-Nazaire

 

Partenaires techniques : Musto, Nautix, Decosail, Scorff Opticiens

 

Remarquable doublé pour Pierre Le Roy !

default

Après avoir remporté la première étape et établit, dans le même temps, un nouveau record de la distance parcourue en 24 heures en Mini 6.50 avec un total de 308 milles, Pierre Le Roy s’est une nouvelle fois imposé, ce dimanche 14 août, dans la manche retour. A 7h23, le skipper de TeamWork a en effet bouclé les 1 270 milles du parcours entre l’île de Faial et la Vendée avec une vingtaine de milles d’avance sur son poursuivant le plus proche, réalisant ainsi un sans-faute dans l’épreuve. Un succès qui clôt de la plus belle des manières quatre années sur le circuit des Mini 6.50 et qui, il l’espère, va désormais lui permettre de voir plus grand !

« Avant de partir sur cette deuxième étape, je m’étais dit que quoi qu’il arrive, c’était le général qui comptait mais en fait je suis trop content de l’avoir claquée, celle-là ! D’une part, parce qu’elle était dure et, d’autre part, parce que pense que je n’ai pas fait une trajectoire géniale lors des trois premiers jours. Il y a eu du match constamment et le fait de revenir comme ça à la fin, ça a rendu la course vraiment trop géniale ! », a commenté Pierre Le Roy ce matin, après près de dix jours de mer. Dix jours intenses lors desquels il a fallu faire de vrais choix sur le plan stratégique. Accepter de perdre du terrain à certains moments en espérant mieux en gagner ensuite. « En décidant de partir sur une trajectoire plutôt sud, j’ai su que je n’allais pas être bien au pointage pendant trois-quatre jours. Forcément, j’ai parfois douté. Il y a aussi eu des questionnements en lien avec mon problème de quille. Quand j’ai vu que j’allais me taper 20-25 nœuds au près avec 2,5 mètres de houle alors qu’elle bougeait, j’ai hésité à y aller mais à partir du moment où j’ai pris la décision d’y aller et de jouer, je n’ai pas retenu le truc », a relaté le météorologue qui a régaté pied au plancher mais aussi avec audace et panache, comme à son habitude.

Solide dans sa tête

« J’étais parti dans l’idée de gérer un peu mais une fois dedans, j’ai navigué poignée dans le coin, comme toujours. A aucun moment, je n’ai molli. J’ai réglé le bateau pour que ça aille à la bonne vitesse tout le temps », a détaillé Pierre qui a compté jusqu’à 70 milles de retard sur le leader à la mi-parcours, avant de récolter les fruits de son option et de finalement s’imposer avec plus de trois heures d’avance sur son dauphin. « Quand j’ai reçu le dernier classement, il y avait encore entre 30 et 40 milles d’écart avec Jacques (Delcroix). Il était devant mais je me doutais qu’il avait un angle de progression pas terrible pour rallier Les Sables, contrairement à moi. Quand le bateau a commencé à accélérer et à planer, j’ai pensé que ça le faisait, que je pouvais aller chercher la première place, surtout que le vent était un tout petit peu plus fort que prévu. Finalement, tout s’est joué avec la dernière rotation vent et des petites dépressions orageuses. Dès lors, pour moi c’était bingo ! J’ai fini plein pot avec le bon angle et c’était top ! », s’est réjoui le Lillois qui, pour mémoire, avait remporté le premier acte avec une avance considérable de 20 heures et 27 minutes sur son poursuivant le plus proche, et qui devient le troisième marin à réaliser un sans-faute dans l’épreuve après Aymeric Chappellier et Ian Lipinski dans la catégorie des Proto.

La SAS, une course dure et exigeante

« Cette Les Sables – Les Açores – Les Sables est une course vraiment dure parce que les bateaux ramassent. On affronte des conditions météo qui sont dures. Plus dures que sur la Mini Transat, avec souvent beaucoup de près. C’est une épreuve délicate dans la gestion de la machine notamment. Je suis hyper content de la remporter après avoir gagné les deux manches. Ça clôt deux années en Proto de la plus belle des manières. C’est trop bien. Ce bateau-là, c’est une super histoire. Le projet a été lancé dans des conditions compliquées au moment du Covid. Un moment où je pensais que j’allais perdre mes sponsors. Ça s’est fait mais dans un timing hyper serré pour finalement gagner la Mini Transat. J’avais décidé de refaire une année de plus sur le circuit, avec comme objectif le doublé sur la SAS et dans un coin de la tête le record des 24 heures. Tout s’est bien goupillé. C’est juste trop bien ! C’est incroyable ! Je suis trop content d’avoir fait ces quatre années en Mini, en Série d’abord, en Proto sur ce bateau qui est magique ensuite ! C’est simplement parfait ! », a ajouté le vainqueur de la Mini Transat qui continue de forger un joli palmarès et qui a légitimement désormais envie de voir plus grand. « Je vais retourner à ce que je faisais avant le départ de la course, c’est-à-dire tenter de trouver des sponsors pour essayer de faire du bateau un peu plus gros. Je pense que vous l’avez remarqué, j’aime faire de la course au large ! J’aime beaucoup, beaucoup, beaucoup ça. Je veux absolument continuer à en faire, d’une manière ou d’une autre », a terminé Pierre Le Roy qui ambitionne à présent de s’aligner au départ de la mythique Route du Rhum – Destination Guadeloupe ou de la fameuse Transat Jacques Vabre en Class40.

Jean Marre sacré champion de France de Course au Large en Solitaire 2022 !

Vainqueur de la première étape de la 9e édition de la Les Sables – Les Açores – Les Sables, le francilien Jean Marre abordait le match retour avec une certaine appréhension, conscient que le scénario météo était susceptible d’ouvrir le jeu en grand et, par ricochet, de voir la concurrence tirer des coups dans tous les sens, sans possibilité pour lui de les contrôler. Cela s’est confirmé puisque très vite après le départ, la flotte s’est littéralement éclatée pour s’étaler sur plus de 450 milles en latéral, de la latitude du cap Finisterre à celle du Fastnet. Engagé sur une trajectoire intermédiaire qu’il espérait moins risquées que les autres, le skipper de Sport dans la Ville – Time for the Planet s’est finalement octroyé la 12e place, en milieu de la nuit de dimanche à lundi, laissant alors filer la première place au classement général de l’épreuve pour seulement huit petites minutes au profit de Léo Bothorel. Si un écart aussi faible génère forcément de la frustration, il reste cependant la satisfaction de décrocher une belle deuxième place au classement général, mais aussi et surtout celle de remporter le titre de Champion de France de Course au Large en Solitaire 2022 !

« Mentalement, je pense que cette seconde étape va être vraiment dure parce qu’il va y avoir des options vraiment différentes. Aujourd’hui, elles sont toutes un peu équivalentes en termes de timings, mais pas en termes de risques. Ça ne va pas être simple d’autant que les écarts ne sont pas non plus hyper larges au classement après le premier acte. Je pense que je suis dans la plus mauvaise position car certains n’ont vraiment rien à perdre. Ils vont, c’est certain, tenter des trucs dans les coins, à droite et à gauche », avait annoncé Jean Marre, le jour du coup d’envoi de la seconde étape de l’épreuve. De fait, à peine 24 heures après le coup d’envoi le champ des possibles s’est ouvert en grand et c’est parti tous azimuts. « C’était la première fois que j’étais chassé et pas chasseur et ça n’a pas été facile à gérer. Jamais je n’aurais pris l’option sud de toutes façons. Il n’y a pas de regrets là-dessus. L’option nord, elle, n’est pas passée pour tout le monde. J’ai pris l’option la moins risquée qu’on avait vue avec le coach, mais ça s’est avéré compliqué », a indiqué Jean, avouant par ailleurs avoir manqué de sensations sur ce second round. « Je me suis forcé à me mettre dans la peau d’un potentiel vainqueur et la chute a été d’autant rude mentalement parce que je n’ai pas su gérer. Je finis 12e d’une étape lors de laquelle je n’ai pas bien réussi à me maîtriser moi, sur le plan des émotions et des objectifs. C’est ce qui m’a manqué pour faire marcher mon bateau de la manière dont j’avais su le faire depuis le début de la saison. C’est ce qui m’a frustré mais c’est là où réside tout l’apprentissage pour le futur », a relaté le skipper de Sport dans la Ville – Time for the Planet qui a finalement laissé échapper la victoire pour huit minutes et 05 secondes. Une goutte d’eau à l’échelle de vingt jours de course en cumulé.

En phase de maturité

« Ça reste une deuxième place au classement général alors que je n’étais pas venu avec des prétentions de résultats particulières mais c’est clair qu’un écart aussi mince, ça fait mal. Je ne peux pas m’empêcher de compter le nombre de fois où je me suis dit « arrête de faire n’imp’. Retrouve des sensations et de la vitesse au plus vite, sinon tu vas le regretter ! ». Je suis un peu passé par tous les états. J’ai psychoté et je n’ai pas su en faire une force. Je n’ai pas su comprendre que tout le monde était dans le mal lors de cette étape. J’ai fait et refait des calculs dans ma tête pour savoir si je pouvais encore l’emporter jusque dans les deniers milles. C’est un peu dur mais c’est le jeu. Léo a fait une super course, avec une super option », a détaillé le navigateur qui s’adjuge finalement une belle deuxième place, comme lors de la Mini en Mai puis du Trophée Marie-Agnès Péron, au printemps dernier. « Je pense que je suis dans une phase de maturité où j’apprends encore plein de choses et c’est ça qui est intéressant. Il y a trois ans, jamais je n’aurais pensé être là et j’essaie de me le rappeler sauf que je me prends au jeu de la compétition. J’ai encore plein de choses à apprendre et mes résultats me donnent envie de progresser toujours plus. J’apprends des choses différentes en régatant devant par rapport à l’année dernière. Je sais que je suis capable d’être premier. A moi maintenant de le rester. Je sais aussi que mon plus grand plaisir, c’est de naviguer à tout va », a terminé Jean Marre qui clôt de belle manière une saison à la fois et intense, tant sur le plan humain que sur le plan sportif avec, en prime, le titre de Champion de France de Course au Large en Solitaire 2022 !

 

Quatrième du Pro Sailing Tour avant la saison en SOLO !

BRITTANY, FRANCE – JULY 03: Ocean Fifty Solidaires En Peloton-ARSEP trimaran, led by Thibaut Vauchel-Camus of France, competes offshore during Episode 3 of the Pro Sailing Tour in Saint-Quay-Portrieux on July 3, 2022 in Saint-Brieuc, Brittany, France. (Photo by Lloyd Images/Pro Sailing Tour)

L’équipage de l’Ocean Fifty Solidaires En Peloton – ARSEP, mené par Thibaut Vauchel-Camus, s’octroie la quatrième place du Pro Sailing Tour 2022 à l’issue de quatre belles étapes à Bonifacio (6ème), Brest (4ème), Saint-Brieuc (5ème) et entre Cowes et Roscoff (4ème). Vincent Riou, Hugo Dhallenne, Aloïs Kerduel, Antoine Joubert, Luke Berry, Julien Pulvé et Thibaut Vauchel-Camus n’auront pas démérité tout au long des épisodes du Pro sailing Tour et se retrouvent au pied du podium derrière Arkema (vainqueur), Leyton et Koesio. L’équipe a progressé au fil des navigations et Thibaut Vauchel-Camus va désormais se présenter sur la DRHeam Cup et la Route du Rhum – Destination Guadeloupe dans les meilleures dispositions pour performer en solitaire, configuration qu’il affectionne.

Thibaut Vauchel-Camus : « Le Final Rush entre Cowes et Roscoff a été passionnant. Nous aurions préféré faire un départ plus “canon” au coup de canon donné par le Royal Yacht Squadron à Cowes, mais nous sommes bien remontés dans le paquet ensuite et nous étions à vue des premiers aux Scilly. Au niveau du Fastnet et des îles Skellig, en Irlande, nous ne sommes pas parvenus à accrocher le bon wagon et le vent qui allait avec… Au fur et à mesure de la descente, l’élastique s’est tendu, tendu avec les trois premiers. Nous avons réduit un peu l’hémorragie lors de la remontée bretonne. On a fait un bord extraordinaire, avec de la mer plate à des vitesses de plus de 30 nœuds. Les Ocean Fifty sont géniaux et nous avons pris beaucoup de plaisir. Le match a été de très haut niveau sur les 4 épisodes du Pro Sailing Tour à l’instar de ce Final Rush.  Le format de parcours côtiers, construits et au large est vraiment top. Nous avons beaucoup appris au fur et à mesure des étapes… Les nouveaux Ocean Fifty sont bien nés… Nous avons du boulot de notre côté pour se mettre à leur niveau. Grâce à Vincent Riou et à tous mes équipiers, j’ai tiré de nombreux enseignements pour la suite de l’année qui va se dérouler en solo. Je suis très content de me présenter sur la DRHeam Cup et de défendre mon titre en solitaire. Elle sera une formidable préparation pour la Route du Rhum – Destination Guadeloupe, l’objectif de ma saison. »

Le départ de la DRHeam Cup aura lieu le 17 juillet à Cherbourg. Les premiers voiliers sont attendus à la Trinité-sur-Mer le 20 juillet.

La der pour Pierre Le Roy entre les Sables d’Olonne et les Açores !

Vainqueur de la Mini en Mai cette année, vainqueur de la dernière Mini Transat dans la catégorie des prototypes l’année dernière, Pierre Le Roy, à bord de TeamWork, prendra le départ de des Sables – Les Açores – Les Sables le 19 juillet, au large des Sables d’Olonne, dans la naturel peau du favori. Le navigateur nordiste participera à sa dernière compétition en solitaire à bord de son magique plan Raison et compte surtout prendre du plaisir pour sa deuxième participation à cette classique du circuit.

« Mon ambition première est de finir ce cycle sur le circuit des Mini 6.50 de la meilleure des manières possibles en naviguant au mieux selon mes routines et en appréciant cette navigation au large. Si ça marche comme ça, je ne serai pas loin d’une belle place au classement général » déclare Pierre. « J’ai à nouveau progressé depuis le début de saison et lors de ma victoire sur la Mini en Mai. Je me sens plus rapide à certaines allures. Le passage à bord du Figaro TeamWork lors de la Sardinha Cup avec Nils Palmieri a été aussi un moyen de découvrir un autre support et de m’enrichir. Cette épreuve n’est pas une mince affaire. Lors de la première étape soit 8 à 10 jours de mer, nous pouvons avoir deux scénarios pour la traversée du golfe de Gascogne : soit une nav de rêve dans un flux anticyclonique soit une nav plus difficile dans une dépression. Le cap Finisterre sera un passage important avec de possibles conditions musclées. Ensuite, cela sera le grand large, des trajectoires ouvertes que j’affectionne. La deuxième étape peut être plus rapide avec du vent d’Ouest puis une dépression ou cela peut aussi être pénible dans la pétole. Je vais avoir de sérieux concurrents qui ont progressé depuis le début d’année et lors de mon absence sur le circuit. Il y aura possiblement une bataille entre plan Raison. »

Les marins sont attendus aux alentours du 27 juillet à Horta. Ils reprendront la mer le 4 août de l’île de Faïal.

3 champions nordistes en piste pour Paris 2024 !

La Banque Populaire du Nord, comme annoncé il y a quelques jours, poursuit son engagement auprès de sportifs des Hauts-de-France dans le but de les accompagner dans leurs parcours de performance et leur objectif de prendre les départs des courses Olympiques en 2024 à la maison ! Zoom sur la rameuse Erika Sauzeau, sur la kitesurfeuse Anaïs Mai Desjardins et sur le kayakiste Maxime Beaumont, champion de France sur 500 mètres hier à Vichy !

Maxime Beaumont, Champion de France !

Maxime Beaumont a remporté hier à Vichy un nouveau titre de Champion de France sur 500 mètres, la distance retenue pour Paris 2024. Il avait terminé deuxième samedi sur 200 mètres. Le kayakiste, vice-champion Olympique à Rio, 9ème du K1 200 à Tokyo, 40 ans, s’est lancé dans une nouvelle campagne Olympique depuis le début d’année. La star boulonnaise a pour objectif des performances de haut niveau en équipage et ses deux podiums du week-end confirment ses ambitions en vue de Paris. En compagnie de Guillaume Burger, Quilian Koch et Guillaume Le Floch Decorchemont, Maxime avait fini dernièrement à la troisième place du K4 500 de la Coupe du Monde de Poznan en Pologne. Il n’y a pas d’âge pour le très haut niveau parce que la réussite est un parcours !

« Après les Jeux de Tokyo, j’ai un peu réfléchi à la suite à donner à ma carrière. Très vite, je me suis rendu compte que j’avais encore beaucoup de plaisir à être sur l’eau et à naviguer. Je suis toujours aussi bien dans mon kayak. Je n’étais pas prêt à arrêter. J’ai donc décidé de continuer jusqu’aux Jeux de Paris qui se dérouleront à la maison ! Je me sens également toujours compétitif malgré mon âge. Le K1 200 n’existera plus pour Paris 2024. Je me suis donc lancé un nouveau challenge en K4 500 avec des copains – collègues depuis des années et l’arrivée de Quilian, un jeune de 23 ans à qui je vais pouvoir transmettre ma passion. Au niveau national, j’ai remporté la sélection en mono et en biplace et je suis très satisfait de mes performances, ce week-end, à Vichy notamment sur la nouvelle distance « reine » de 500 mètres. Malgré la chaleur, du vent et des vagues sur le plan d’eau de Vichy, je me suis senti en grande forme. Guillaume Burger termine à la deuxième place, Guillaume Le Floch à la quatrième et Quilian gagne dans la catégorie des moins de 23 ans. C’est une nouvelle olympiade qui débute bien !  Au niveau international, nous avons fait une belle performance en Pologne. Nous ne nous mettons pas la pression cette année. L’objectif, c’est Paris. Nous avons, tout de même, dans le collimateur le Championnat du Monde à Halifax au Canada début août et le championnat d’Europe la troisième semaine d’Août à Munich où de nombreuses disciplines sportives seront présentes. »

Découvrez Maxime

Erika Sauzeau en forme Olympique

Médaillé de bronze aux Jeux Paralympiques de Tokyo en quatre barré mixte, la rameuse d’aviron, originaire de la somme, Erika Sauzeau, a enchaîné les bons résultats ces derniers mois. Elle a notamment battu le record du Monde d’aviron Indoor des 10 000 mètres dernièrement en 43 minutes et 17 secondes et dans une ambiance exceptionnelle à la maison des sports d’Amiens. La championne ne compte pas s’arrêter là cette année en participant à de nombreuses épreuves nationales et internationales.

« Avec Laurent Cadot, Rémy Taranto, Margot Boulet et Emilie Aquistapace, un équipage recomposé, nous venons de remporter une médaille d’Or lors de la régate internationale de Vaires-sur-Marne qui se tenait du 1 au 3 juillet sur le futur site Olympique de Paris 2024. C’est une belle satisfaction pour une première avec cette équipe. Le 14 juillet, je vais défiler avec l’armée des champions sur les Champs-Elysées. Cela sera un grand moment. Le 20 juillet, je serai au Sénat pour une cérémonie de mise à l’honneur des médaillés de Pékin et Tokyo. C’est un honneur. Les choses très sérieuses vont commencer du 8 au 14 août avec la tenue du Championnat d’Europe à Munich. Puis, on participera au Championnat du Monde, du 14 au 25 septembre, à Racice en République Tchèque. Nous fondons beaucoup d’espoir sur ces deux épreuves ».   

Découvrez Erika

Anaïs Mai Desjardins s’entraîne intensément

Anaïs Mai Desjardins travaille jour après jour les différentes techniques du kite à foil, nouvelle discipline qui sera présentée aux Jeux de Paris. La jeune femme, originaire de Dunkerque, deuxième du Championnat de France 2021, enchaîne les compétitions à grande vitesse et les études. Elle vient de valider la partie théorique de sa quatrième année de médecine et vit à 100 à l’heure son double cursus bien aidée par la Banque Populaire du Nord et l’université de Médecine de Lille. La France regorge de talents dans cette discipline et l’unique place pour les Jeux qui se dérouleront, pour les engins à voile, à Marseille en 2024, sera difficile à décrocher mais Anaïs a une grande volonté et ne lâchera rien pour atteindre son but, une qualification.

« Depuis la fin de mes examens fin mai, j’enchaîne les entraînements et les compétitions de travail. Je suis actuellement au lac de Garde en Italie dans ce cadre. L’objectif de la saison est de préparer au mieux les championnats d’Europe qui auront lieu fin septembre en Grèce et les championnats du Monde qui auront lieu dans la foulée début octobre en Sardaigne. L’idée est de titiller mes concurrentes françaises qui sont parmi les meilleures au Monde. »

Découvrez Anaïs

La Banque Populaire du Nord poursuit ses engagements sportifs

Avec les performances de son équipe de sportifs de haut niveau, la Banque Populaire du Nord a vécu une belle année 2021 et un début de saison 2022 convaincant, sur les plans d’eau, au fil des résultats de la kitesurfeuse dunkerquoise Anaïs Mai Desjardins, de la rameuse amiénoise Erika Sauzeau et du kayakiste boulonnais Maxime Beaumont.

Dans la continuité de l’engagement du groupe BPCE en tant que partenaire premium des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024, la Banque Populaire du Nord continuera de soutenir ces athlètes jusqu’à cette échéance et au-delà.

Elle a également décidé de poursuivre l’accompagnement du club ASL Canoë – Kayak Grand Arras tant la structure génère les mêmes valeurs que la Banque Populaire du Nord comme l’inclusion ou le soutien de jeunes sportifs à potentiel.

Hélène Madar, directrice générale de la Banque Populaire du Nord : « L’accompagnement de sportifs nordistes de haut niveau est un succès pour la Banque Populaire du Nord tant en interne auprès de nos collaborateurs qu’en externe auprès de nos clients, des sociétaires et du grand public. Nous sommes très fiers de suivre Anaïs, Erika et Maxime au fil de leurs parcours, de leurs réussites ou de leurs doutes. La Banque Populaire du Nord, en prolongement de son partenariat historique avec la voile et de sa marque Crédit Maritime, est particulièrement attachée aux valeurs des sports d’eau. De 2022 à 2024, dans la continuité de l’engagement du groupe BPCE en tant que partenaire “premium” des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024, nous comptons renforcer notre soutien du sport dans les Hauts-de-France. Notre équipe va certainement s’agrandir d’ici peu et notre engagement auprès du club ASL sera l’occasion d’aider de jeunes talents dans leur quête. Il est important pour une banque régionale comme la nôtre de jouer un rôle dans son environnement local. »
A propos de la Banque Populaire du Nord

Dans la continuité de l’engagement premium du groupe BPCE avec les Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024, la Banque Populaire du Nord s’associe à ce grand défi et a initié un programme de soutien de sportifs dès 2020.Également partenaire historique du monde de la voile, la Banque Populaire du Nord et sa marque Crédit maritime ont donc constitué une équipe de trois sportifs réunis autour de deux points communs : la pratique d’un sport nautique et la préparation des Jeux Olympiques de Paris 2024.

La Banque Populaire du Nord accompagne ainsi Anaïs-Mai Desjardins en kitefoil, Erika Sauzeau en aviron et Maxime Beaumont en kayak.

Elle soutient également le club ASL canöé-kayak Grand Arras, une structure qui favorise la pratique inclusive du sport, promeut les valeurs positives du sport et regorge ainsi de jeunes talents.

Anaïs Mai Desjardins en quelques lignes : 21 ans, dunkerquoise, Vice-championne de France 2021 en kitefoil catégorie senior, Championne de France Espoirs kitefoil 2019, championne d’Europe Junior Kitefoil 2018, championne du Monde de Kitesurf 2017 – « tour mondial Kitefoil Goldcup », Championne d’Europe U19 en Kitefoil, étudiante en 4ème année de Médecine à Lille.

Erika Sauzeau en quelques lignes : 39 ans, mère de jumeaux, membre de l’armée des champions, originaire de Beauval dans la Somme, picarde affirmée, Erika a terminé troisième des Jeux Paralympiques de Tokyo fin août 2021 en aviron, dans la catégorie PR3 qui concerne les athlètes ayant des problèmes aux membres inférieures.

Maxime Beaumont en quelques lignes : 40 ans, boulonnais, kayakiste, 3 participations olympiques, Vice-champion olympique 2016, 4 médailles mondiales, 6 médailles européennes dont un titre en 2019, 18 médailles en coupe du monde dont le bronze en 2022, 17 titres de champion de France, 9ème en K1 200m des Jeux de Tokyo.

Le club ASL Canoë Kayak Grand Arras est l’un des grands clubs français de canoë et de kayak. Il a été fondé en 1966. En 2020, il a remporté son 30e titre de Champion de France des clubs et est le club le plus titré en nombre de médailles individuelles avec 20 médailles d’or, 15 en argent et 19 en bronze. Il compte 340 adhérents et 1700 licenciés parmi lesquels 19 sportifs faisant partie de la liste ministérielle des athlètes de haut niveau.

La Fondation pour le Pacte de Performance

Anaïs, Erika et Maxime sont soutenus par l’intermédiaire de la Fondation pour le Pacte de Performance qui a pour mission principale de promouvoir le sport comme vecteur de lien social, à travers des actions innovantes et reproductibles visant à soutenir, développer et faciliter l’insertion sociale et professionnelle dans et par le sport, la prévention de la santé ou encore la promotion du sport pour les personnes en situation d’handicap. La Fondation du Sport Français, Fondation Henri Sérandour est reconnue d’utilité publique.

L’ambition de la Banque Populaire du Nord à travers ces partenariats : 

L’ambition de la Banque Populaire du Nord est d’aider à la réussite des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024 dans toutes ses composantes :
•    la réussite sportive,
•    la dimension éducative et solidaire,
•    la réussite économique.
Pour la Banque Populaire du Nord cette ambition se traduit par :
•    l’accompagnement de sportifs préparant les Jeux de Paris 2024 ;
•    l’accompagnement de structures favorisant la pratique inclusive du sport et le développement de ses valeurs positives ;
•    l’accompagnement des acteurs économiques régionaux privés et publics, afin qu’ils puissent bénéficier des opportunités économiques apportées par l’organisation des jeux ;
•    la mise en place d’une politique interne de développement de la pratique.

Le Groupe Banque Populaire du Nord en quelques lignes : 

Depuis 100 ans, la Banque Populaire du Nord accompagne ses clients particuliers, artisans, commerçants, agriculteurs, professions libérales et entreprises en mettant à leur service son expertise dans les domaines de la banque et de l’assurance.

Banque régionale coopérative dont le capital est détenu par ses 122 000 sociétaires, elle fait partie du 2e groupe bancaire en France : BPCE.

Forte de ses 1 155 collaborateurs, elle accompagne aujourd’hui 329 500 clients sur le Nord, le Pas-de-Calais, la Somme, l’Aisne et les Ardennes. Elle maille son territoire avec 130 agences de proximité, 3 agences patrimoniales, 6 centres d’affaires d’entreprises. L’offre de service et d’expertise de la Banque Populaire du Nord est distribuée au travers de marques et d’entités historiques qui composent le Groupe Banque Populaire du Nord : Banque Populaire du Nord, JPM Banque d’Affaires, JPM Banque Privée et Crédit Maritime.

Active dans les domaines de la création et de la transmission d’entreprise, elle dispose de tous les services spécialisés et des offres les plus élaborées pour offrir un service associant expertise et proximité.

La Banque Populaire du Nord est capable d’innover pour accompagner ses clients vers leurs ambitions les plus audacieuses sans perdre ce qui fait l’essentiel : la qualité de la relation entre un porteur de projet et son conseiller.

Un été inédit pour le Belem !

photo de Aymeric Gibet Commandant du Belem

Le Belem, après une escale fécampoise festive, s’apprête à vivre de grands moments cet été avec des navigations inédites à la conquête des fjords norvégiens, les îles Shetlands et Féroé, Hébrides écossaises et côtes celtiques en mer d’Irlande. Cap sur les archipels du Nord et deux questions à Aymeric Gibet sur ce début de saison …

  1. En termes de navigation, comment s’est déroulé le début de saison le long du littoral français ?

Tout s’est déroulé de manière optimale. C’est vrai que le Belem avait peu navigué ces deux dernières années. Nous avons été contents de son comportement nautique dès son départ. Le temps nous a permis de rapidement sortir l’ensemble du jeu de voiles et nous avons principalement navigué à la voile. Entre Bordeaux et Fécamp, en convoyage, nous avons été propulsés par les voiles pendant 16 heures.  L’équipage est également au point. Notre noyau dur est en place et les nouveaux sont compétents. L’ambiance est beau fixe.

  1. Vous vous dirigez actuellement vers Scheveningen aux Pays-Bas puis cap sur la Norvège. Pouvez-vous nous parler des navigations estivales inédites ?

Cela sera ma première fois en Norvège. Il y a de l’excitation et un peu d’appréhension. Nous allons sortir de notre zone de confort, ce qui est génial. Je me renseigne depuis un moment sur les possibles escales à faire dans les fjords. J’étudie les cartes électroniques. Nous partons à la découverte. C’est une dynamique très positive. Nous nous apprêtons, en quelque sorte, à vivre une expédition avec des stagiaires très motivés : ils attendent ce départ depuis décembre, date de leur réservation au Nautic de Paris. Mathieu Combot, le second capitaine, sera à la manœuvre lors de la navigation aux îles Féroé. Jamais le Belem n’a été à cet endroit et aussi Nord.

Mise à l’eau de V and B – Monbana – Mayenne : le saviez-vous ?

Le navigateur Maxime Sorel et son équipe ont mis à l’eau leur nouveau monocoque de 60 pieds, l’IMOCA V and B – Monbana – Mayenne aujourd’hui à Concarneau. Le fameux Dragon des Océans est de retour pour vaincre la mucoviscidose et braver les éléments à commencer par la Route du Rhum – Destination Guadeloupe dont le départ sera donné le 6 novembre prochain à Saint-Malo. 14 choses à savoir :

  1. Maxime est ingénieur de formation, il a exercé le métier d’ingénieur en génie civil avant de devenir skipper professionnel.

    2. Il a terminé à la 10ème place du dernier Vendée Globe sur un bateau d’ancienne génération !

    3. L’objectif numéro 1 de Maxime Sorel sur la prochaine Route du Rhum sera la qualification pour le Vendée Globe 2024 – 2025.

    4. Maxime Sorel est originaire de Cancale, la Route du Rhum est la course qui a bercé son enfance et lui a donné envie de se lancer en course au large !

    5. V and B – Monbana – Mayenne est le premier foiler de Maxime. Avec l’aide de deux grandes ailes appelées foils, le voilier va voler régulièrement et atteindra de sacrées vitesses moyennes et de pointe !

    6. La construction de V and B – Monbana – Mayenne a demandé plus d’un an de travaux chez Multiplast à Vannes et chez MerConcept, la société de François Gabart, à Concarneau, et une équipe de 120 personnes s’est relayée autour de la conception de ce bijou pendant 30 000 heures. V and B – Monbana – Mayenne est un voilier dessiné par Guillaume Verdier, architecte naval mondialement connu.

    7. Le nouveau Dragon des Océans est une émanation du voilier, deuxième du Vendée Globe 2020 – 2021. Il dispose de la même carène, mais d’une étrave modifiée pour mieux passer la mer notamment dans le grand sud et également de nombreuses astuces techniques qui font sa particularité. Maxime a d’ailleurs souhaité innover sur certaines pièces du bateau, conçues en lin.

    8. Philippe Laot, technicien chevronné, est le directeur technique du team. Il a suivi l’ensemble de la construction du voilier et aura à charge la gestion technique du bateau dans les années qui viennent…

    9. Maxime Sorel est le parrain national de Vaincre la Mucoviscidose, une association qu’il soutient depuis toujours et qui lui tient fortement à cœur. Le dragon est d’ailleurs le symbole du souffle qui manque aux patients…

    10. La décoration de V and B – Monbana – Mayenne a été imaginée par Julian et Yann Legendre et Jean-Baptiste Epron. Yann Legendre qui a dessiné le dragon, est un célèbre graphiste mondialement reconnu. Cette décoration a demandé un travail d’orfèvre afin d’être positionnée sur la coque du bateau et les voiles…Les prestataires “Ecritures” et Les Ateliers d’Olivier” ont appliqué des pochoirs et la peinture. Une œuvre d’art ? Banksy sort de ce corps !!

    11. Près de 1200 personnes étaient présentes autour de la Team Maxime Sorel pour la mise à l’eau. V and B et Monbana ont convié leurs salariés et franchisés pour l’événement. La Mayenne, de son côté, a invité des écoliers, des enfants de l’aide sociale à l’enfance, des habitants du département et des élus afin de partager avec le plus grand nombre, cette mise à l’eau. Un collectif de partenaires officiels et techniques a également pris part à cette journée. De nombreuses animations ont également attiré le grand public !

    12. En sus de sa vie de marin, le skipper se passionne pour le surf mais aussi l’alpinisme. Après avoir gravi le Kilimandjaro en 2021, il gravira l’Everest au printemps 2023

    13. Maxime Sorel travaille en famille ! Son frère Jérémy est le Team Manager et son beau-frère Sylvain, responsable communication du projet.

    14. Dans quelques jours, après quelques derniers préparatifs, V and B – Monbana – Mayenne prendra la mer pour une première navigation. Par la suite et tout l’été, Maxime et son équipe vont enchaîner les sorties en mer afin d’apprivoiser la bête. La première compétition du monocoque aura lieu, mi-septembre, à Lorient lors du Défi Azimut.

Les gammes estivales d’Emilien Jacquelin

Moins de trois mois après la dernière épreuve de la coupe du Monde 2021-2022, et un podium sur la Mass Start d’Oslo, Emilien Jacquelin attaque avec appétit cette si cruciale période de préparation à une nouvelle saison. Le Villardien est entré avec une sérénité retrouvée dans cette routine estivale propre au biathlète de très haut niveau. Il enchaine avec une jubilation toute intérieure les longues sorties à vélo, en alternance avec la course de fond, le ski roulette et la musculation spécifique à son sport, propices à la réflexion et à l’intériorisation qui structurent ses motivations pour la saison à venir. Ses vacances du mois de mai, à sillonner à vélo les routes espagnoles, lui ont permis de faire l’inventaire d’une saison 2021-2022 riche en contrastes et en fluctuations, dont il ne retient que le meilleur, pour orienter et affiner ses axes de travail et de progression des prochaines semaines, déterminantes pour lui donner le fond, la « caisse » nécessaire pour performer dès les premières neiges à l’automne prochain.

 

Construire les fondations de la forme à venir

« Le mois de mai a été propice à un travail foncier en basse intensité. » Emilien Jacquelin n’en fait pas secret, il « kiffe » sa vie de biathlète, et fait de chaque jour de travail un moment de bonheur. « J’ai fait un gros break au printemps, en continuant de faire ce que j’aime. 12 heures de vélos en bonne compagnie, sur les routes d’Espagne, dans la bonne humeur, ont jeté les bases de mon travail de l’été. C’est maintenant que l’on se dote du fond, de l’endurance dont on aura besoin cet hiver. Je construits mes bases physiques, mes fondations, et on affinera au fil des semaines les efforts spécifiques au ski, au sprint, à l’explosivité. Pour l’heure, j’emmagasine les heures sur le vélo, en course à pied et en ski roulette. J’ai débuté aussi la musculation, très spécifique à notre spécialité. Je travaille seul, en dehors des stages de l’Equipe de France, sous la houlette de Vincent Vittoz (Entraineur de l’équipe de France de biathlon) qui m’accompagne souvent en voisin. J’ai mes repères. Je me connais. Je sais poser mes propres exigences de performances.».

 

100 à 200 balles par jour

« Je n’ai pas touché à la carabine durant deux mois ! J’avais besoin de couper radicalement, d’oublier l’approche mentale propre au tir. La motivation est ainsi revenue tout naturellement. J’ai repris le tir lors du stage de l’équipe de France fin mai. Et la technique était au rendez-vous, naturelle, instinctive. On a répété nos gammes, avec notre entraineur Patrick Favre, à raison de 100 à 200 balles tirées par jour. Pas de révolution dans l’approche technique, juste de petits, tout petits ajustements. Le plaisir est là. Je ne force rien. »

De légitimes ambitions

Seul ou en équipe France, chez lui à Villard de Lans, ou plus tard en France et Norvège, Emilien Jacquelin monte en puissance, avec en ligne de mire les premiers rendez-vous de sa saison. « Les compétitions en ski roulettes occuperont bien l’été, en Norvège mais aussi à Annecy, avec le Martin Fourcade Nordic Festival, ce superbe événement dont le Covid puis ma blessure au poignet m’ont privé. La neige viendra plus tard, en octobre. D’ici là, j’apprends à doser mes efforts, à maitriser mon tempérament fougueux, tout en restant moi même, un instinctif attiré par le panache. Je veux performer, mais à ma manière. Mes ambitions sont fortes, car cette saison 2021-2022 m’a prouvé qu’avec un peu plus de régularité, je peux viser un Top 3 au classement mondial. Et puis, je suis double tenant du titre de champion du monde de poursuite, et la passe de trois me plairait bien, avec, pourquoi pas, un titre sur la mass start. »

De l’ambition, de la méthode, de la sérénité. Un physique intègre et un moral retrouvé, le Jacquelin 2022 donne plus que jamais aux amoureux du biathlon l’envie que passe l’été, et que reviennent les pistes blanches immaculées des belles joutes hivernales.