40 voiles All Purpose sur le Vendée Globe

La voilerie All Purpose basée à Carnac, membre du GIE All Purpose qui regroupe 7 voileries en France, sera présente sur le tour du Monde en solitaire, sans escale et sans assistance, à bord de 5 monocoques de 60 pieds IMOCA. « Nous avons conçu l’ensemble des voiles des voiliers de Miranda Merron, Samantha Davies et Manu Cousin » indique Rémi Aubrun. « Et nous avons quelques réalisations à bord des unités menées par Isabelle Joschke et Damien Seguin. »

Zoom sur le chemin parcouru par ces voiles et l’analyse de Rémi avant le départ des Sables d’Olonne le 8 novembre.

A l’écoute des marins et leurs équipes

Avant même de débuter la construction de la voile au sens strict, Rémi Aubrun, responsable du bureau d’étude All Purpose à Carnac, et son équipe passent beaucoup de temps à l’écoute des marins et de leurs teams.

« La première phase est la réflexion » déclare Rémi. « Chez une grande équipe comme Initiatives Cœur de Samantha Davies, je travaille avec des spécialistes intégrés qui ont une expertise forte en matière de conception de voiles. Nous concevons ensemble une fiche de fabrication bien en amont de la période de construction, souvent quasi un an avant. Nous discutons des volumes des voiles, des incidences sur le gréement, du nombre de lattes et surtout de performance. Ensuite à travers un logiciel, un genre de tunnel à vent numérique qui mesure l’interaction entre l’écoulement et la structure de la voile, je fournis des études qui les aident à décider, je donne des outils… » Pour d’autres qui n’ont pas de bureau d’étude, Rémi fournit l’ensemble du processus de réflexion en fonction des spécificités de chaque IMOCA et des skippers.

Estimer le procédé de fabrication

En parallèle Rémi entre en contact avec Pascal Rossignol de TRIlam pour étudier la faisabilité des demandes. « On regarde ensemble le programme et le type d’utilisation envisagés du skipper. Ils permettent d’estimer le procédé de fabrication avec le nombre de plis du matériau et les densités de fils. Nous évoquons les finitions non-tissées ou tissées et les films si besoin pour les voiles de portant. Nous en déduisons le poids cible. La décoration est aussi prise en compte, pour savoir si on fait une teinture masse des colles (zéro gramme) ou une peinture spray bi-composant sur toute la surface car son poids n’est pas négligeable, 4 à 5 Kg pour une GV recto-verso ». Parfois même la discussion se fait à trois, entre l’équipe, la voilerie et TRILam. »

 

La construction

La voile entre alors en construction. « Tout débute en amont chez TRILam-CLM avec la préparation des sous-couches textiles, des fibres et des résines. La majeure partie des matières sont heureusement en stock les jours de fabrication car il peut falloir plusieurs mois pour tisser une finition particulière, approvisionner des fibres rares, tester de nouvelles combinaisons, ou valider la peinture au pantone » selon Rémi. « Les fibres et les sous-couches sont ensuite placées dans diverses machines spécifiques qui vont déposer à sec les fils un par un en respectant le plan défini. La résine est alors ajoutée de façon à ce que les fils se retrouvent ensemble comme un composite en procédé d’infusion. C’est au tour du « lamineur » de passer à l’action au lieu de l’autoclave pressurisée dans le cas des matériaux composites. Ce « lamineur » qui est un genre de laminoir, est une combinaison de rouleau presseur qui compacte le tout sous 5 à 7 tonnes pour générer des grands panneaux en tissu. »

L’assemblage

La suite se déroule sur le grand plancher d’All Purpose dans le Morbihan. « Par exemple, pour une grand-voile IMOCA, nous recevons 8 panneaux. » enchaîne Rémi. « Nous enlevons quelques parties puis nous les assemblons avec une colle structurelle, la même que lors de la lamination. Une presse à chaud spécifique est utilisée pour laminer les jonctions collées un peu comme chez TRILam. Nous procédons alors aux finitions avec la pose de sangles et des goussets de lattes. Tout est optimisé pour le gain de poids sans concession sur la solidité. Tous les détails de fabrication font parties intégrantes de la performance et de la fiabilité. La voile est prête ! »

C’est en mer que se poursuit le processus avec de nombreux tests des produits finis et des ajustements au fil des navigations, phase très importante où le maître-voilier et le bureau d’étude troquent leurs habits de plancher par des cirés !

« Toutes nos voiles sont conçus en TRILam ou en TPI qui est notre version TRILam améliorée » ajoute Rémi qui, avec All Purpose, réfléchit également aux sacs des voiles.

Des sacs sur mesure

« Nous avons imaginé un tissu spécial pour les sacs à voiles que nous faisons laminer pour nous. Il est léger, étanche, il glisse bien sur le pont afin de faciliter les manœuvres de matossage qui sont différentes selon les caractéristiques de chaque voilier. Chaque sac est adapté. Ce sont des customs. La conception des sacs prend quasi autant de temps que celle des voiles ! »  

La formule « magique » pour le Vendée Globe

Enfin, quel jeu de voiles sera le plus efficace pour un Vendée Globe ?

« Nous nous nourrissons évidemment des concepts adoptés par les voileries concurrentes sur ce Tour du Monde. De notre côté et avec nos clients – navigateurs, nous privilégions surtout la polyvalence. A notre avis, une voile performante sur le Vendée Globe est une voile qui marche bien tout le temps et surtout dans un large spectre de polaires. L’idée est qu’elle reste à poste longtemps et que le sportif ne passe pas son temps à la changer. Les manœuvres coûtent cher en énergie et en temps sur un Tour du Monde ! Nous travaillons vraiment sur des vitesses moyennes et non sur des voiles trop spécifiques pour une allure. Nous essayons de ne pas trop prendre de risques et de ne pas faire des choix trop tranchés. A ce sujet, je pense que Samantha Davies et son Initiatives Cœur ont un jeu de voile très complet et polyvalent. Je suis persuadé que Samantha a tous les atouts pour la gagne et aura moins d’incertitudes que les concurrents qui bénéficient de voiliers « nouvelle génération » qui auront, à mon avis, des difficultés à exploiter leurs voiles à 100%. »

Les concurrents du Vendée Globe emportent 8 voiles :

  • La grand-voile
  • Un spi
  • Un grand gennaker
  • Un petit gennaker
  • Un J0
  • Un J2
  • Un J3
  • Un tourmentin

All Purpose et Adrien Hardy, pour des voiles plus durables !

Adrien Hardy, auteur d’une belle deuxième place sur la troisième étape de la Solitaire du Figaro mercredi à Saint-Nazaire, actuellement quatrième au classement général avant le départ du dernier acte samedi, marin émérite, viscéralement attaché à la protection de l’environnement, navigue actuellement à bord de son Figaro Bénéteau 3 « Océan Attitude » avec une grand-voile composée en partie de lin et conçu par la voilerie All Purpose.

Adrien Hardy : « On ne peut pas toujours repousser nos engagements environnementaux à demain. A un moment donné, il faut passer à l’acte. All Purpose partage ces valeurs et m’a proposé une voile innovante. Je dispose, depuis le départ de la Solitaire, d’une grand-voile qui dispose de 35% de fibres de lin, le reste est du dyneema. J’ai pris un réel risque avant le départ car cette grand-voile n’était pas encore totalement validée en termes de performance pure. Je dois dire aujourd’hui que je ne regrette pas. Le développement n’en est qu’au début mais c’est très prometteur ! »

Fred Moreau, responsable commercial d’All Purpose : « Depuis plusieurs mois, nous avons la conviction qu’il est nécessaire d’avancer sur le sujet de l’impact environnemental de nos voiles. Avec CLM, nous avons cherché un moyen d’intégrer des fibres naturelles dans la membrane. Nous avons fait le choix de remplacer certaines fibres synthétiques par du Lin qui a des caractéristiques de mise en oeuvre proches. Nous connaissions l’engagement d’Adrien et sa volonté de bouger les lignes. Nous lui avons proposé de lui mettre à disposition une grand-voile expérimentale. Nous savions qu’Adrien serait prêt à prendre le risque mais serait sans concession sur la performance. Les premiers retours qu’il nous fait nous permettent d’entrevoir la suite à donner à cette expérience pleine de promesses. Je tiens à remercier Adrien pour son engagement. C’est grâce à des personnes comme lui qu’on réussira à faire évoluer les mentalités. La grand-voile d’Adrien est une première étape dans nos recherches. Nous planchons sur des concepts qui incorporeront beaucoup plus de fibres naturelles et de composants biosourcés. »

 

 

All Purpose en ordre de bataille

Les 7 voileries du groupe All Purpose ont, comme beaucoup, réduit ces dernières semaines leurs activités face à la crise sanitaire qui touche l’hexagone et la planète. Mais l’ambiance reste positive et les équipes des voileries basées à Carnac, Le Havre- Ouistreham, Saint-Mandrier, Brest-Roscoff, Saint-Malo et Concarneau ont hâte de revoir toute la communauté AP reprendre la mer et retrouver les joies de la navigation.

« Tout le monde va pouvoir renaviguer dans les mois qui viennent » déclare Fred Moreau, responsable commercial de la voilerie All Purpose à Carnac. « Nous échangeons avec nos clients afin qu’ils s’organisent pour cette reprise vélique et qu’ils aient les bonnes voiles dès leurs premières navigations. Nous passons beaucoup de temps à discuter avec eux, pour parler de leurs envies en matière de voiles, de leurs projets afin de pouvoir y répondre au mieux. Nous profitons également de ces semaines spéciales pour essayer d’anticiper ce que sera le monde de demain et réinventer le groupe avec les changements profonds qui s’opèrent. Notre bureau d’étude à Carnac fourmille de nouvelles idées. »

A Saint-Malo et à Carnac, une activité supplémentaire émerge : All Purpose a lancé la conception de masques. A Concarneau, Roscoff – Brest, Saint-Mandrier, Le Havre – Ouistreham, l’activité continue. « Les normands d’All Purpose sont peu impactés pour l’instant par la crise. Ils produisent d’ailleurs des voiles neuves. A Saint-Mandrier, l’arrêt du travail des loueurs et des professionnels de la mer a des conséquences. A Roscoff – Brest, l’équipe produit pour les chantiers. A Carnac, nous préparons les voiles d’Imoca en vue du prochain Vendée Globe et nous sortons de nos planchers de nouvelles conceptions, tout comme à Saint-Malo d’ailleurs » indique Fred. « Cette crise aura un impact fort sur nos modes de consommation et de pensée mais nous croyons qu’All Pupose a tous les atouts pour répondre aux nouvelles contraintes afin de permettre à tous de passer des bons moments en mer. »

All Purpose Concarneau s’agrandit !

La voilerie concarnoise, All Purpose, membre du groupement All Purpose qui compte sept voileries en France, s’est agrandie ces derniers mois et dispose désormais des espaces nécessaires pour continuer sa croissance et répondre à sa clientèle. « Nous ne changeons pas d’adresse. Nous avons gardé nos locaux existants pour notre activité de gréeur et nous avons investi le bâtiment mitoyen afin d’y installer un plancher de 250 m2 pour notre activité de production et réparation des voiles » explique Stéphane Hebert, le gérant d’All Purpose Concarneau. « Nous avons profité de cet agrandissement pour embaucher un maître-voilier de plus. Nous sommes désormais quatre aux affaires ! L’idée est de produire 50 voiles alors que nous étions à 30 en 2019. Cela va nous laisser également plus de place pour le gréement. » All Purpose Concarneau est basée rue des Bolincheurs dans la zone du Moros.

La voilerie All Purpose au coeur de la Mini Transat

Pogo Foiler, 09 September, 2019. Navigation,

Le 22 septembre au large de La Rochelle, 90 marins – solitaires seront au départ de la Mini Transat – La Boulangère, direction La Martinique en passant par Gran Canaria. La voilerie All Purpose sera comme à son habitude de la partie pour cette traversée de l’Atlantique unique car sans assistance, sans communication avec la terre et qui se court à bord de petits voiliers de 6 mètres 50. Plus de 20% de la flotte a fait appel à l’expertise de la voilerie située à Carnac afin de l’équiper.

All Purpose et la Mini Transat, c’est une histoire d’amour. Depuis 2003, la voilerie bretonne, membre du groupement All Purpose qui dispose de sept voileries en France, équipe les Mini 6.50. Il faut dire que le responsable du bureau d’étude, Rémi Aubrun, est un aficionado de la classe Mini et qu’il a régulièrement participé avec brio aux compétitions de cette dernière dont la Mini Transat 2017. Alors, la marque a toujours été à la pointe de l’innovation dans la construction des voiles des Mini et surtout au chevet des coureurs, enchaînant tests sur l’eau, débriefing, retouches si nécessaire afin d’être au plus proche des acteurs et de leurs projets souvent disparates sur la Mini Transat. Certains sont, en effet, au départ pour l’aventure et d’autres ont pour objectif la performance au sens stricte du terme.

Amélie Grassi, 100% All Purpose

Amélie Grassi sera de la partie le 22 septembre. Elle est montée en puissance au fil de sa préparation au point d’enchaîner les podiums en voilier de série. A bord de son Pogo 3 « Action Enfance », la jeune navigatrice rochelaise souhaite entrer dans le top 5 au classement général. « J’y vais pour performer » déclare-t-elle franchement. « L’idée est de ne pas être très loin du podium en série. Cela ne sera pas simple car au moins 10 skippers sont en capacité d’être dans le top 5. Ma rencontre avec All Purpose a été assez naturelle. Nous nous sommes tout de suite entendus avec Rémi Aubrun. Il m’a mise immédiatement en confiance. Il est très à l’écoute. L’année dernière, nous avons développé un grand gennaker qui a rapidement fait ses preuves. Nous disposons cette année d’un jeu de voiles performant et qui est adapté à mon Pogo 3. Bref, je suis ravie de notre collaboration. »

Un gennaker sans câble qui fait des émules

Le gennaker sans câble « made in All Purpose » a fait des ravages auprès des marins. « A la place de mettre un câble anti-torsion dans le guindant, le câble est laminé directement dans la membrane » explique Fred Moreau, responsable commercial et associé. « Du coup, nous avons gagné du poids et cela donne surtout une voile d’avant plus polyvalente avec un guindant qui part plus vers l’avant du bateau. C’est une nouvelle technologie que nous développons désormais pour tous les supports, des Mini en passant par les Imoca et les Figaro Bénéteau 3. »

Entre autres, All Purpose arme également Vincent Mathieu, vainqueur de la Transgascogne en série à bord de « l’Occitane en Provence », Pierre Le Roy, Nicolas d’Estais et Tanguy Bouroullec en proto qui sera au départ sur son voilier à foils signé Guillaume Verdier. « Le Mini 6.50 est un excellent banc d’essai pour All Purpose et la Classe est très attachante » conclut Rémi Aubrun.

PHOTOS YANN RIOU Polaryse

All Purpose Carnac innove !

Spi Ouest-France Destination Morbihan 2018, la Trinité sur Mer le 30 mars 2018, photo © Jean-Marie LIOT – www.jmliot.com

L’actualité de la voilerie All Purpose basée entre Carnac et la Trinité-sur-Mer est dense depuis le début de l’année. Les collaborateurs de la société étendard du GIE All Purpose, 7 voileries en France, sont sur tous les fronts. En approche du Spi Ouest France de la Trinité-sur-Mer qui aura lieu en baie de Quiberon du 18 au 22 avril, et qui est un événement majeur pour All Purpose, un point sur les grands dossiers menés par All Purpose résolument tournés vers l’innovation.

Deux ailes pour Energy Observer

En collaboration avec le vénérable cabinet d’architectes navals, VPLP, All Purpose développe depuis quelques années des ailes de traction. « Nous travaillons depuis 3 ans avec VPLP sur ce concept » indique Rémi Aubrun, responsable du bureau d’étude All Purpose. « Dans un premier temps, nous avons adapté une aile sur le petit trimaran Tricat 25 afin de faire des tests. Nous installerons très vite deux ailes sur Energy Observer, le catamaran propulsé par l’hydrogène. Ces ailes vont faire plus de 12 mètres de haut et sont conçues en spectra-polyester. C’est un projet très intéressant pour notre voilerie car il représente le futur : une innovation technologique porteuse de progrès pour le bénéfice de la planète, une solution révolutionnaire pour la propulsion éolienne des bateaux de commerce de demain. »

En mode Figaro Bénéteau 3

All Purpose a également beaucoup travaillé sur les jeux de voiles des nouveaux monotypes de la Classe Figaro. « En février et mars, nous sommes allés 2 à 3 fois par semaine sur l’eau avec le centre d’entraînement Lorient Grand Large afin d’avoir un maximum de retours des coureurs et faire évoluer nos voiles. » explique Fred Moreau, responsable commercial d’All Purpose. « Les nouveaux Figaro ont trois voiles de portant : un gennaker, un grand spi et un spi médium. Il est très important de concevoir ces trois voiles de façon complémentaire pour ne pas être handicapé à certaines allures. C’est sur cette partie que nous avons innové en proposant un nouveau tissu, en collaboration avec notre fournisseur de membranes CLM, qui nous permet de nous passer de câble anti-torsion. Les gennakers deviennent plus polyvalents avec une grande plage de réglages. Ils ont été bien perçus et sont efficaces sur l’eau ce qui nous encouragent dans ce développement. » All Purpose équipe la totalité des voiles de Clarisse Crémer, Erwan Le Draoulec et Adrien Hardy ainsi que les voiles de portant Justine Mettraux, Alexis Loison et Tanguy Le Turquais.

La Mini Transat en ligne de mire

Comme à son habitude, la voilerie est très présente auprès des ministes. Une cinquantaine de voiles de Mini ont été fabriquées à Carnac depuis le dernier Nautic de Paris. En outre, All Purpose armera deux Mini 6.50 révolutionnaires : celui de Tanguy Bouroulec, un plan Verdier à foils construit chez Pogo Structures, et celui de Laurent Cornic qui est l’ancien Seair. « C’est passionnant car les contraintes sur les voiles sont différentes que sur un Mini classique » selon Fred Moreau. « Nous avons été obligé de concevoir des voiles pour les 2 modes : archimédien et volant. Il a fallu déterminer à quels angles et à partir de quelle force de vent le bateau pouvait voler et répartir le jeu de voiles en fonction de ces allures. C’est très différent d’un voilier “classique”. Ces innovations vont nous servir pour la suite sur d’autres supports. »

Imoca attitude

Sur sa lancée des dernières années, All Purpose sera aussi présente sur le circuit des Imoca Globe Séries en 2019 avec les fameux gennakers avec câble intégré qui intéressent certains navigateurs comme Damien Seguin, Samantha Davies, Isabelle Joschke… La Transat Jacques Vabre, départ le 27 octobre du Havre, sera un moment important pour les forces vives d’All Purpose.

Portes ouvertes le week-end de Pâques

Enfin, All Purpose sera sur le pont lors du prochain Spi Ouest France permettant à tous les participants d’accéder à la voilerie en cas de besoin de réparation de leurs voiles durant l’épreuve. « C’est la régate IRC qui marque le début de la saison en Bretagne » insiste Fred Moreau. « Nous serons particulièrement disponibles pendant toute la compétition et on suivra entre autres les performances du JPK 11.80 Courrier Recommandé équipé totalement par nos soins tout comme les Diam 24 qui ont tous des gennakers de la marque. »

 

 

All Purpose sur la « Route du Rhum »

La voilerie All Purpose, basée entre Carnac et la Trinité-sur-Mer, met les bouchées doubles en vue du départ de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe le 4 novembre à Saint-Malo. L’entreprise spécialisée dans la conception et la maintenance de voiles de croisière et de compétition équipe de nombreux voiliers sur cette traversée de l’Atlantique en solitaire en direction de Pointe-à-Pitre. L’atelier tourne actuellement à plein régime notamment grâce à l’arrivée du TPI, procédé unique au monde de fabrication de matériaux de voiles dans la continuité du fameux Trilam®.

« Le lancement du TPI apporte un réel gain en terme de performance » indique Fred Moreau, responsable commercial de la marque. « C’est une entrée en matière efficace car nous n’avons que des retours positifs de nos clients. Nous avons gagné clairement en stabilité, en légèreté et en souplesse par rapport au Trilam et certains coureurs au large de très haut niveau nous font totalement confiance et sont contents des performances sur l’eau du TPI. »

Le 4 novembre prochain de nombreux marins équipés All Purpose s’élanceront pour la 10ème édition de la Route du Rhum.

Ce sera notamment le cas d’Erwan Le Roux, tenant du titre et triple vainqueur de la Transat Jacques Vabre en Multi50 qui a doté son trimaran à foils d’un gennaker TPI et qui est un fidèle d’All Purpose depuis ses années « Mini ». « Je suis content du dessin de mon gennaker et du travail collaboratif réalisé avec toute l’équipe d’All Purpose » déclare Erwan. « Le TPI est costaud et tient sa forme. Nous avons opté pour un grammage assez élevé de façon à avoir une tenue plus impactante. » Thibaut Vauchel-Camus, nouvel entrant en Multi50, a également choisi ce nouveau procédé pour son prochain gennaker, alors que Samantha Davies renouvelle progressivement tout son jeu de voiles en TPI. La voilerie sera  également présente en IMOCA avec un jeu complet pour Stéphane Le Diraison, plusieurs voiles sur le bateau de Manu Cousin et un spi maxi pour Damien Seguin. Du côté des Class40, les voiliers les plus représentés sur l’épreuve, le TPI séduit de plus en plus. Miranda Merron et Halvard Mabire sont fidèles à All Purpose tandis que Jean-Marie Loirat aura une GV et un solent avec la nouvelle membrane. La voilerie équipe aussi d’autres bateaux : Luke Berry et Antoine Carpentier disposent de voiles de portant All Purpose. Enfin, dans la catégorie « Rhum », le fameux Cigare Rouge de Jean-Michel Patier aura sa nouvelle garde-robe signée par l’entreprise chère à Brice Berthier, Rémi Aubrun, Fred Moreau et François Lamiot.

Matthieu Souben rejoint All Purpose

La voilerie morbihannaise, située entre Carnac et la Trinité-sur-Mer, se renforce en accueillant Matthieu Souben, régatier et dessinateur de voiles confirmé.

Côté mer, Matthieu Souben est un spécialiste du multicoque auréolé de nombreuses victoires. Il a été, entre autres, membre de l’Equipe de France de Tornado de 2002 à 2007 et vainqueur de la Transat Québec-Saint-Malo avec Erwan Le Roux en 2012. Côté terre, le jeune homme, originaire de Vannes, évolue depuis 10 ans dans l’univers de la conception de voiles. « J’ai travaillé pendant 10 ans chez QuantumSails en Espagne puis en France en tant dessinateur et représentant » indique Matthieu. « J’ai emmagasiné beaucoup d’expérience. J’avais envie de changement, de me rapprocher d’un centre de production français et de progresser. La proposition d’All Purpose de rejoindre son bureau d’étude est venue au bon moment. Je côtoie Rémi Aubrun et Fred Moreau depuis longtemps et je suis donc heureux d’intégrer All Purpose, une équipe performante qui a un véritable savoir-faire et de beaux projets d’avenir. »

Rémi Aubrun, responsable du bureau d’étude All Purpose se félicite de cette qualitative arrivée : « Je suis content parce que pour la progression de notre bureau d’étude, le dessinateur de voiles que je suis, a besoin d’échanger et de renouveler ses idées. Matthieu Souben a une vision différente et une véritable expérience dans les dessins de voiles. Son arrivée va permettre également de se répartir le travail et d’être encore plus réactifs auprès de nos clients, les plaisanciers, les coureurs au large, les écuries ou encore les cabinets d’architecte. La partie suivie de nos réalisations et tests est très importante pour All Purpose. Nous allons avec Matthieu être encore plus présents sur l’eau. » Le bureau d’étude All Purpose dessine ses voiles à partir du logiciel Sail Pack, une soufflerie numérique.

A noter enfin, que la voilerie All Purpose a enregistré une belle victoire sur la mythique Sydney – Hobart puisque l’entreprise équipait le JPK 10.80 mené par Michel Quintin, vainqueur en IRC4.