Perrine Laffont s’entraîne

Depuis le 20 mai et après une pause nécessaire, Perrine Laffont, auteure d’une saison magique auréolée par un gros Globe de Cristal et un titre de Championne du Monde en parallèle, a repris le chemin de l’entraînement. Au programme : musculation, cyclisme, stage militaire, water jump, trampoline…

« Je n’ai pas chômé depuis la mi-mai » déclare la jeune ariégeoise de 20 ans. « Nous avons débuté, avec l’équipe de France de ski de bosses et la Fédération Française de ski, par une semaine de préparation physique à Albertville et du vélo. J’ai commencé assez léger en musculation avec un peu de squatt et une gamme d’athlétisme. En parallèle, j’ai pédalé autour du lac d’Annecy, des sessions d’une heure et trente minutes, pas beaucoup plus. » Perrine a pris la route ensuite pour la Bretagne et Vannes dans le Morbihan ou elle a participé à un stage « commando ». « Je viens d’intégrer l’équipe de France militaire de ski pour mon plus grand bonheur. C’est un honneur pour moi. Du coup, j’ai eu le droit à une semaine intensive avec des parcours du combattant, des missions nocturnes, peu de sommeil, le rationnement de la nourriture… C’était dur physiquement mais j’ai beaucoup aimé les valeurs transmises pendant cette semaine et l’échange avec les militaires de profession a été très riche. »

De retour en Savoie pour ses études, la championne a travaillé ses figures en pratiquant le water jump soit un tremplin, de vieux skis et le lac ! « L’eau était froide ce qui ne m’a pas plu » plaisante-t-elle. « Ce stage a bien marché pour moi. J’ai testé une nouvelle figure : le DSpin Miout à savoir attraper le ski gauche avec la main tout en exécutant la figure. Cela m’a donné des idées pour la saison prochaine ! »

L’équipe de France s’est également entraîné en salle sur des trampolines. « Et puis, entre temps, j’ai continué à étudier. Dans le cadre de mon DUT technico-commercial, je dois d’ailleurs rendre un mémoire très bientôt. »

La suite des opérations pour Perrine : un stage de ski fin juin sur le glacier de val d’Isère, des bosses début juillet sur le glacier de Tignes et un peu de frissons à venir avec une petite session de voiture avec le maître Sébastien Loeb.

Perrine Laffont, Championne des Championnes en freetsyle

C’est fait ! Perrine Laffont décroche le Gros Globe de Cristal, son premier ! L’ariégeoise remporte le classement général de la Coupe du Monde de freestyle qui récompense la sportive ayant marqué le plus de points dans toutes les disciplines (bosses, skicross, saut, halfpipe, slopestyle et big air). La Championne Olympique de ski de bosses, double championne du Monde en parallèle, deux globes de Cristal à son actif, a marqué les esprits cette saison en montant à 9 reprises sur les 9 podiums de la Coupe du Monde. Perrine Laffont, Championne de France en simple et parallèle le week-end dernier à Tignes, entre peu à peu dans le panthéon du ski de bosses et ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Interview…
  1. Tu as maintenant un peu de recul depuis ta dernière course au Kazakhstan. Quel est ton bilan suite à cette superbe saison ?
Je suis très fière de ma régularité cette année. Je suis hyper satisfaite que le travail paie. Quand tu es dans le vif du sujet, tu avances étape par étape vers les objectifs sans trop réfléchir. Avec plus de recul, je me rends compte que c’est vraiment une saison 2018-2019 extraordinaire et exceptionnelle. Monter sur tous les podiums de la saison et deux médailles aux Championnats du Monde (victoire en parallèle, bronze en simple), c’est top ! Seul l’américaine Hannah Kearney a fait mieux en gagnant toutes les étapes d’une Coupe du Monde mais elle avait 25 ans alors que j’ai seulement 20 ans !
  1. Tu veux dire que tu vois déjà plus haut ?
Ma marge de progression est encore énorme. J’en ai encore sous le pied. J’ai gagné certaines courses de la saison avec des runs qui n’étaient pas satisfaisants à mes yeux. Mes sauts peuvent être mieux, mon ski aussi ! Physiquement, j’ai eu deux fois la grippe avant de grandes échéances cet hiver. Je ne pense pas sur ce point être totalement à maturité même si ma préparation globale a été performante. Mentalement, même si je suis aidée par Cécilia Delage, ma préparatrice mentale qui m’accompagne 2013, je suis encore perceptible notamment lors des entraînements et des qualifications. Je pense tout de même avoir grandi dans la gestion du stress et de mes émotions. Je commence à avoir de l’expérience. Je me sers de ce que j’ai déjà vécu.
  1. Tu arrives notamment à te galvaniser en approche des super finales ?
Oui, je crois que c’est ce qui a fait la différence avec mes concurrentes cette année. En entraînement ou même lors des qualifications, je ne suis pas toujours au top alors que j’ai vu certaines adversaires faire des runs extras. En super finale, elles font moins bien alors que de mon côté je monte en puissance au fur et à mesure du processus de qualifications jusqu’à la super finale où je suis à 300%. Je gère de mieux en mieux la pression.
  1. Le team spirit en équipe de France de ski de bosses doit être également un facteur de réussite, n’est-ce pas ?
Le staff de l’Equipe de France a fait un travail énorme autour de moi. Mes entraîneurs, Ludovic Didier et Lionel Levray, ont été toujours à mes côtés et ont les mots pour me booster. Ludovic me connaît bien. C’est un véritable atout. Et puis l’ambiance en équipe de France de ski de bosses est excellente. Nous formons une petite famille et les garçons, Ben Cavet, Jérémy Lambert, Jules Escobar, sont de précieux soutiens. Ils me conseillent dans mes choix de trace, le repérage des pistes…
  1. Si tu avais à retenir deux moments cette saison, tu t’arrêtes sur lesquels ?
Ma médaille d’or au championnat du Monde en parallèle a été un bonheur car ce titre vient de loin. J’étais dépitée la veille par ma médaille de bronze, j’avais la rage, je voulais l’or. La remise du Globe de Cristal au Kazakhstan a été aussi très forte car c’est l’aboutissement d’une saison à haut niveau, c’est la prime à la régularité. Ce Globe compte beaucoup pour moi car j’ai vraiment dominé le circuit.
  1. Et le Gros Globe, non ?
C’est différent, c’est la cerise sur le gâteau, il couronne ma saison. C’est une super récompense d’autant plus qu’il y avait de la concurrence avec le ski cross. C’est mon premier et je souhaite qu’il ne soit pas le dernier. Il récompense ma domination dans ma discipline ce qui m’a permis de marquer plus de points que les autres sportives en freestyle. J’ai attendu la confirmation de la FIS pendant plusieurs semaines, il est certain que je vais le surnommer ‘’Désiré’’.
  1. Quel est ton programme dans les mois qui viennent ?
Début avril, je suis à l’école à Annecy jusque fin juin. C’est ma dernière année de DUT. En parallèle, je vais reprendre la prépa physique en mai, des travaux de trampoline en juin puis nous allons skier à Tignes en juillet et en Australie en août.

Un nouveau globe de Cristal pour Perrine Laffont, la régularité à très haut niveau !

La Championne Olympique s’adjuge le globe de Cristal en ski de bosses ce jour à Shymbulak au Kazakhstan. Perrine Laffont a terminé, ce matin (heure française) à la deuxième place en simple et monte pour la 10ème fois consécutive sur le podium alors qu’elle avait également gagné le Mondial en parallèle et terminé à une belle 3ème place en simple aux Etats-Unis. L’athlète ariégeoise réalise une énorme performance et ajoute un nouveau Globe à son immense palmarès. Elle enchaînera demain matin avec l’épreuve en parallèle qui pourrait lui permettre de décrocher son premier gros Globe de Cristal en freestyle de sa carrière.

Perrine Laffont, Championne Olympique, double Championne du Monde en parallèle, vainqueur de deux Coupes du Monde de ski de Bosses (2018 et 2019) : « Assurer un globe de Cristal alors que j’ai encore une course demain, c’est assez spécial ! Je ne réalise pas vraiment ma performance. Elle est le fruit de beaucoup de travail. Cette saison a été folle en intensité ! J’attribue ce globe à mon run qui a été plus performant qu’en 2018 en points avec le D Spin et mon niveau de ski qui n’a pas baissé. J’avais une marge plus importante que ma concurrence. Je vais essayer de monter sur le podium en parallèle demain ce qui me permettrait un sans-faute en Coupe du Monde et sur le Championnat du Monde avec un podium sur chaque compétition à laquelle j’ai participé. Je suis épuisée mais heureuse. »

Perrine Laffont, Championne du Monde !

Reed Valley, Park City, Etats-Unis, l’athlète ariégeoise a remporté cette nuit le titre de Championne du Monde de ski de bosses en parallèle pour la deuxième année de suite. Perrine Laffont termine ces Mondiaux avec deux médailles puisque dans la nuit de vendredi à samedi, elle avait décroché une belle médaille de Bronze en Single. La Championne Olympique réalise une saison tonitruante puisqu’elle a été toujours dans le top 3 sur les 8 épreuves courues depuis le début de sa saison.

« Je conserve mon titre, je reste au top ! » déclare Perrine. « C’est un sentiment particulier de gagner deux années de suite. Je suis toute de même double championne du Monde. Quelle satisfaction ! Quel bonheur car j’en ai bavé. J’étais dépitée ce matin après ma médaille de Bronze en single. J’étais très fatiguée par cette saison très, très dense et j’ai été déçue par le jugement des juges sur mon premier saut lors de la finale du single. J’avais réussi mon meilleur D Spin de la journée et j’ai l’impression de ne pas avoir été récompensée. Alors quand il a fallu revenir pour le parallèle, ça a été difficile mais je me suis accrochée. J’ai pris les runs les uns derrière les autres et ça a marché. »

Perrine Laffont en mode Mondial

Avec six podiums dont deux victoires sur les six épreuves de Coupe du Monde de ski de bosses courues depuis le début de saison, Perrine Laffont réalise, pour l’instant, un parcours sans-faute et mène le classement général avec un bon matelas d’avance sur sa poursuivante australienne. Avant de reprendre le chemin de cette Coupe du Monde avec une étape à Tazawako au Japon les 23 et 24 février puis à Shymbulak au Kasakhstan les 2 et 3 mars, la Championne Olympique participera au Championnat du Monde de la spécialité, les 8 et 9 février à Park City. Interview…

  • Peux-tu revenir sur ton parcours depuis le début de la Coupe du Monde à Ruka le 7 décembre ?

J’ai réalisé un début de saison très positif. Je suis satisfaite de ma régularité. Je n’avais jamais réussi à enchaîner comme ça auparavant. En 2018, j’étais montée trois fois de suite sur le podium. Là, cela fait six fois. C’est une première pour moi. Je suis d’ailleurs la seule athlète à avoir réussi cet enchaînement cette année. Même Mikaël Kingsbury, le roi de la discipline, n’a pas réussi cette performance (4 podiums). A Ruka, pour la première étape de la Coupe du Monde, j’ai gagné. Je ne m’attendais pas à ce résultat car je ne savais pas si mon nouveau run allait plaire aux juges. Ce premier acte m’a prouvé que j’étais capable. J’ai ensuite réussi à dérouler sur les autres étapes même si à Calgary et à Mont Tremblant, cela n’a pas été simple.

  • Pourquoi ?

A Calgary, je n’arrivais pas à passer mon nouveau saut, le D Spin, comme je le voulais en entraînement. La piste était très exigeante. J’étais brouillonne. Il faut dire que ce nouveau saut me sort de ma zone de confort ! A Mont Tremblant, nous avons eu qu’un seul jour d’entraînement ce qui est très peu. Il faut savoir que les trainings avant les compétitions sont souvent très courts et on a toujours pas mal de pression car on veut bien faire, analyser la piste, se mettre dans les bonnes conditions… en très peu de temps. Pour finir, cela s’est bien passé à Mont Tremblant puisque je gagne.

  • Tu as un niveau de ski qui fait la différence ?

Cela a toujours été mon point fort. J’ai une base solide en ski. Je ne me prends pas trop la tête avec ça. C’est assez naturel chez moi ! A Mont Tremblant, je ne prends que la moitié des points avec mon D Spin. J’ai encore une grande marge de progression sur les sauts

 

  • Comment abordes-tu le Championnat du Monde, l’un de tes objectifs importants ?

Forcément, je suis la personne à abattre (rires) car je fais un bon début de saison. J’arrive en tant que favorite mais je ne me focalise pas sur cette étiquette. Je me concentre sur moi. Je vais sur ce Mondial pour essayer de faire mon meilleur run ce qui n’a pas encore été le cas depuis le début de la saison. Il y a encore pas mal d’imperfections. L’idée est d’essayer de revenir, tout de même, de Park City avec deux médailles, l’une en single et l’autre en parallèle.

  • Tu es depuis un moment en Amérique du Nord. As-tu le temps de faire autre chose que du ski ?

Je dors beaucoup, parfois 10 à 12 heures par nuit. Je me concentre sur ma récupération. J’ai fait un peu de shopping à Montréal mais il faisait vraiment très froid. Je passe beaucoup de temps en salle de musculation et un peu à la piscine. En fait, nous enchaînons beaucoup depuis quelques semaines. J’aurais plus de temps en mars.

Perrine Laffont en forme !

Training at the FIS Freestyle Ski moguls World Cup event held in Thaiwoo (CHN). Photo: Mateusz Kielpinski (FIS)

La Championne Olympique de ski de bosses, Perrine Laffont, a débuté de la plus belle des manières sa saison en Coupe du Monde en gagnant à Ruka en Finlande puis en terminant troisième en single et deuxième en parallèle en Chine le week-end dernier, un cadeau de noël avant l’heure pour l’ariégeoise… Interview.

Quel bilan tires-tu de ces deux premières étapes de la Coupe du Monde de ski de bosses ?
Trois courses, trois podiums, c’est une première pour moi. Je n’ai jamais réalisé un début de saison comme ça même s’il y a un peu de frustration de ne pas avoir gardé la tête de la Coupe du Monde puisque l’américaine Jaelin Kauf a fait le doublé en Chine.

Mais tu as mis en place un nouveau run contrairement à ton adversaire directe ?
Oui c’est vrai. Il y a encore du travail sur ce run mais je ne suis pas loin de le maîtriser notamment le D Spin. On va dire que je manque un peu de régularité. En Chine, je gagne les qualifications. Je suis un peu moins bien ensuite. Je vais m’entraîner les 27, 28 et 29 décembre à Tignes afin de continuer ma montée en puissance sur ce run. Je vais aussi participer à la Coupe de France le 27, un bon moyen de rester dans la compétition avant d’enchainer le 12 janvier avec la troisième étape de la Coupe du Monde à Calgary au Canada.

Tu participeras en fin de semaine au trophée Andros à Andorre, un peu de détente ?
J’aime conduire et j’ai répondu oui quand l’un de mes partenaires, Hyundai, m’a proposé de venir. Cela sera une première pour moi de conduire sur un circuit et sur la glace. Et puis je vais avoir un sacré coach en la personne de Dani Sordo.

Qu’as-tu demandé au père Noël ?
Une rencontre avec Antoine Griezman (rires).

Perrine Laffont, des ambitions plein la tête

Ces derniers mois ont été studieux pour Perrine Laffont qui a multiplié les stages et les sessions d’entraînement avec l’équipe de France de ski de bosses, travaillant alors de nouvelles figures et notamment un backcross cork7 (un 720° la tête en bas et avec les skis croisés) qu’elle devrait présenter lors de la première Coupe du Monde de sa saison 2019, à Ruka, en Finlande, le 7 décembre prochain. Pas question, en effet, pour la Pyrénéenne, championne olympique en titre et actuelle numéro 1 mondiale, de s’endormir sur ses lauriers. Bien au contraire même. La jeune femme de 20 ans a de nouvelles ambitions plein la tête et vise notamment l’or au championnat du monde en février, aux Etats-Unis. Mais qu’est-ce qui la fait courir ? Quels sont ses moteurs ? Comment fonctionne-t-elle ? Eléments de réponse.

Depuis sa médaille d’or olympique décrochée à Pyeongchang, en Corée du Nord, le 11 février dernier, puis son globe de Cristal obtenu le 19 mars suivant, Perrine Laffont ne s’est accordé qu’un mois de répit, en avril dernier, avant de rempiler et de se fixer de nouveaux objectifs. « Depuis les J.O., j’ai été beaucoup sollicitée. Ma vie s’est accélérée de plus en plus. Dans un premier temps, j’ai eu envie de me poser et je me suis enfermée tranquille à la maison, sans voir personne ou presque mais très vite, naturellement, j’ai eu besoin de repartir en vadrouille, de remonter sur les skis », explique la Pyrénéenne, vraie compétitrice dans l’âme. « J’ai besoin de confrontation. J’ai toujours envie de gagner, et c’est vrai dans tous les domaines, que ce soit lors d’une partie de jeux de société, lors d’une partie de bowling en famille… Je suis constamment dans la compét », assure la jeune championne qui est à la fois grisée par la victoire quelle qu’elle soit, mais aussi l’adrénaline générée par son sport. « Le ski de bosses me procure des sensations uniques. Lorsque je le pratique, je me régale et c’est essentiel. Si on pratique un sport à haut-niveau sans amour pour ce que l’on fait, c’est quasiment voué à l’échec car s’il y a des moments forts, il y a aussi des moments où ce n’est pas la joie et ces derniers ne sont acceptables que si l’on aime profondément ce que l’on fait », note Perrine qui n’a pas peur d’évoquer les sacrifices qu’impliquent parfois le sport de haut-niveau. « Adolescente, je n’ai pas fait pas la fête, je ne suis jamais partie en vacances avec mes potes… Reste que cela a toujours été un choix. J’ai toujours eu des gros objectifs et j’ai toujours su que j’étais obligée de passer par là pour les réaliser. Aujourd’hui, je ne regrette rien du tout. J’ai une vie extraordinaire et je sais que si j’en suis là où j’en suis, c’est parce que je me suis donné les moyens. En plus de ça, j’ai toujours été très bien entourée, même dans les moments difficiles, ce qui m’a toujours permis d’avancer », souligne la championne olympique dont la scolarité a forcément parfois été mouvementée.

Un entourage solide

« A l’école, ça n’a, de fait, pas toujours été facile. Je rentrais de compétition crevée, souvent tard dans la nuit le dimanche, et le lundi matin je rattaquais une semaine de cours. L’année du bac, j’ai raté des semaines et des semaines de classe. Parfois, il m’arrivait de craquer, de penser que je n’y arriverais jamais quand je me rendais compte de la charge de travail que j’avais pour rattraper mes absences. Ca s’est très souvent transformé en bourrage de crâne mais j’ai eu la chance d’avoir de super profs à Font Romeu qui m’ont bien accompagnée », assure Perrine qui a longtemps bourlingué de compétition en compétition en mini-bus avec ses parents. Des parents, spécialistes de la discipline, omniprésents, qui l’ont stimulée depuis toute petite. « J’ai commencé tellement jeune que, forcément, au début c’était pour faire comme eux. Ce n’est pas vraiment moi qui ai choisi. J’ai des photos où je suis à peine plus haute que les bosses. Je skiais avec ma tétine accrochée à ma combinaison. Mais ça m’a tout de suite plu », détaille la jeune femme qui a fêté ses 20 ans le 28 octobre dernier. « Je garde de très bons souvenirs de ces étés où on allait sur le glacier de Tignes pendant les vacances d’été. Très vite, le ski de bosses a pris une place importante dans ma vie et j’avoue que je ne me suis jamais posée la question de faire autre chose, ne serait-ce que du ski alpin dont l’ambiance me paraissait trop stricte, trop carrée. Les bosses, c’était sans conteste ce qui collait le plus à ma personnalité », assure Perrine avouant par ailleurs avoir longtemps eu besoin d’un petit coup de pied aux fesses pour être stimulée.

Une expérience riche

« Souvent, il fallait me titiller et me mettre une carotte sur le nez que j’aie envie d’aller plus loin. Mes parents ont vite compris que je pouvais papillonner un peu et ils m’ont constamment poussée sauf qu’à un moment, c’est devenu compliqué qu’ils soient mes entraîneurs. Je voulais seulement qu’ils soient mes parents et qu’à la maison on puisse parler d’autre chose que de mon ski. Eux ont eu naturellement eu un peu de mal à le comprendre et c’est pourquoi, en mai 2013, j’ai pris l’initiative de travailler avec une préparatrice mentale. Elle fait un peu le tampon entre eux et moi. Elle a aidé à faire la transition », commente la skieuse qui a ainsi largement gagné en autonomie dans sa manière de fonctionner et qui sait parfaitement là où elle veut aller. « J’aime me faire mal à l’entraînement. Le ski de bosses, c’est vraiment quelque chose qui me procure énormément de plaisir. De plus, cela me permet de voyager, de rencontrer régulièrement de nouvelles personnes. C’est tellement enrichissant comme expérience ! Moi qui voulais vivre une vie d’athlète de haut-niveau, j’ai aujourd’hui la vie que j’ai toujours rêvé d’avoir », avance la sportive qui poursuit ses études à l’IUT (institut universitaire de technologie) d’Annecy, en DUT techniques de commercialisation, avec un emploi du temps aménagé, mais qui aime pouvoir se ressourcer auprès des siens, aux Monts d’Olmes, dans les Pyrénées, aussi souvent que possible. « Dès que j’ai plus de cinq jours devant moi, je rentre à la maison. Ma famille, mes amis d’enfance… tout ça c’est important pour moi », relate Perrine qui semble avoir trouvé un parfait équilibre à tous les niveaux.

Le plaisir avant tout

« Comme je l’ai déjà dit, j’ai la chance d’être très bien entourée et c’est vrai aussi en équipe de France, avec mes coaches, Ludovic Didier et Lionel Levray, mais aussi les copains. On est tous là pour performer et tous motivés pour progresser. L’ambiance entre nous est géniale et elle contribue à nous faire avancer. Ma co-équipière, Camille Cabrol, fait partie de ma carrière. Si je réussi, c’est en partie grâce à elle. Elle est là quand ça ne va pas et inversement, et c’est pareil avec les garçons. On se pousse les uns les autres et on partage une même devise : se faire plaisir avant tout », explique la jeune athlète qui compte bien le prouver tout au long de la saison qui s’ouvre. « Mon objectif principal, c’est assurément le championnat du monde qui se tiendra en février prochain à Park City, aux Etats-Unis. Bien sûr, je vise aussi la première place au classement général de la Coupe du Monde, j’ai envie de dire comme d’hab’. Les prochains J.O. ? J’ai ça dans un coin de ma tête, bien sûr, mais c’est dans trois ans et notre sport va encore évoluer d’ici là alors je veux prendre le temps d’y penser, même si j’ai conscience que ça passe vite. Pyeongchang, j’ai l’impression que c’était hier. En tous les cas, je sais que c’est un objectif réalisable », termine Perrine Laffont qui se verrait quand même bien devenir la première femme à réussir le pari d’un doublé olympique car pour elle, on l’a bien compris, les défis rendent la vie intéressante, mais les surmonter lui donne un sens.

Perrine Laffont : et après ?

0

La pétillante Perrine Laffont a marqué l’année sportive avec sa médaille d’Or aux Jeux Olympiques de Pyeongchang en Corée du Sud en ski de bosses, suivi d’un globe de Cristal couronnant sa saison en Coupe du Monde. L’athlète occitane, 19 ans, originaire du pays d’Olmes, se prépare actuellement pour la prochaine Coupe du Monde où elle réserve quelques surprises à sa concurrence. Interview d’une skieuse pas comme les autres…

1)  Comment s’est passée ton année après ton médiatique titre Olympique ?

Ma vie n’a pas vraiment changé. Je suis toujours autant focus sur le ski de bosses. J’ai senti, tout de même, après mes trois titres aux Jeux Olympiques, en Coupe du Monde et sur les championnats de France que le regard des gens avait changé à mon égard. Je me fais souvent arrêter dans la rue. C’est plutôt marrant et je dois dire que je m’arrête discuter avec plaisir car tout le monde est positif avec moi. Par contre, je dois faire un peu plus attention à mon image quand je suis à l’extérieur ! Tout s’est passé très vite avec cette médaille olympique. J’ai repris mes études en IUT de commerce à Annecy et j’ai combiné les heures de cours avec les sollicitations médiatiques et celles de mes partenaires. Dès la mi-mai, j’ai repris l’entraînement par de la préparation physique et puis en juin, je me suis focalisée sur un stage acrobatique afin de travailler de nouvelles figures.

2)  Peux-tu nous en dire un peu plus sur ces nouveaux sauts ?

C’est un nouveau défi que je me suis fixé, à savoir changer mon style dans les airs ! Je vais donc passer cette année, et dès la première épreuve de la Coupe du Monde début décembre, du 360 et backcross à un backcross cork7 à savoir un 720 la tête en bas et avec les skis croisés. Cet été, à Tignes, j’ai beaucoup travaillé ce saut tout en continuant évidemment mes travaux en ski notamment sur la vitesse dans les bosses. Pour l’instant, et même s’il y a encore du travail et des détails, je suis contente car cette figure passe en entraînement et désormais en compétition puisque je l’ai réalisé en Australie dernièrement. Nous n’allons pas être beaucoup de filles à réaliser ce saut lors de la prochaine Coupe du Monde. C’est un défi supplémentaire pour moi.

3)  Quel est ton programme à venir et tes objectifs ?

En octobre et en novembre, je continue l’entraînement avec l’Equipe de France de ski de bosses et les entraîneurs Ludovic Didier et Lionel Levray notamment à Tignes, en novembre, et puis début décembre ce sera le début de la Coupe du Monde. J’ai des objectifs ambitieux sur cette Coupe du Monde même si je pars un peu dans l’inconnu avec ce nouveau run et ce nouveau saut.