L’enfant de la Route du Rhum

Transat Jacques Vabre 2019

Thibaut Vauchel-Camus est l’un des navigateurs, au départ de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe, qui possède une histoire forte avec cette mythique transatlantique. Surnommé le Maloupéen, il a vécu en Guadeloupe jusqu’à ses 20 ans et parle le créole. Il habite désormais à Cancale, au niveau de la ligne de départ ! Né en 1978, l’année de la création de la course, “l’enfant de la Route du Rhum” séchait les cours pour demander des autographes à Florence Arthaud, Laurent Bourgnon, Philippe Poupon… Thibaut part de la maison pour arriver dans son île de coeur !

Deuxième en 2014 en Class40, troisième en 2018 en Ocean Fifty, Thibaut est à chaque fois accueilli avec une ferveur guadeloupéenne inoubliable. A nouveau à bord du trimaran bleu Solidaires En Peloton – ARSEP, il entend bien aborder la compétition pour la gagne mais pas que ! Entretien…

  1. Peux-tu nous parler de ton attachement à la Route du Rhum – Destination Guadeloupe ?

C’est la première course au large que j’ai découverte quand j’étais en Guadeloupe. J’ai une passion viscérale pour cette épreuve. C’est la transat en solitaire par excellence, notre graal. Le hasard de la vie, après de nombreuses années passées en Guadeloupe, m’a fait venir à Cancale, juste à côté de Saint-Malo. J’ai un attachement fort pour cette ville bretonne et j’aime la Guadeloupe profondément. C’est un peu un événement de territoires pour moi.

  1. Quels sont tes objectifs sur cette transat ?

100% des vainqueurs passent la ligne d’arrivée ! Je souhaite déjà terminer l’épreuve mais c’est clair que je mets actuellement tous les moyens pour remporter cette édition. J’ai aussi l’ambition de la partager un maximum avec les patients atteints de la Sclérose En Plaques, la Fondation ARSEP, toutes les personnes qui suivent de près le projet et évidemment mes partenaires. Nous allons vivre quelque chose d’incroyable.

  1. Tu connais bien les zones de départ et d’arrivée mais comment ça se passe entre les deux ? 

C’est la traversée de l’Atlantique Nord sans passages obligés. Après un départ qui peut être mouvementé car les conditions automnales peuvent être musclées, toniques voire violentes, nous irons vers l’anticyclone des Açores qui nous laissera normalement un peu de répit. Cette zone de transition sera à négocier au mieux avec mon routeur Vincent Riou. Ensuite, nous rêvons tous d’alizés établis qui engendreront des situations de grandes vitesses au portant, toutes voiles dehors, au surf ! En solo, nous pouvons à ce moment de la course être à plus de 20 nœuds de moyenne longtemps et atteindre des pointes à 30 nœuds voire plus.  

  1. Tu fêtes, avec ton équipe, les 10 ans du Défi Voile Solidaires En Peloton. C’est assez rare une telle longévité. Quels sont les ingrédients de la réussite de ton modèle de sponsoring ?

Le succès de ce beau projet est l’esprit que nous avons insufflé depuis le début, à savoir donner de la visibilité à des patients qui n’en ont pas et partager un maximum avec tous. Les encouragements de mes partenaires Delanchy Transports, la Foncière Magellan, B&B Hotels, Sanofi…,  des proches et des patients surtout sont très puissants pour moi et sont l’âme de notre défi. Nous nous serrons les coudes ensemble !    

  1. Plus anecdotiquement parlant, que rêves-tu pour ton arrivée à Pointe-à-Pitre ?   

Je rêve de pouvoir accueillir tous mes concurrents Ocean Fifty au ponton (rires). Je rêve de partager avec la Guadeloupe mon histoire et de transmettre de bonnes valeurs. L’école du nautisme en Guadeloupe est excellente. Mon parcours l’atteste. J’espère donner des idées aux jeunes guadeloupéens ! 

A venir :

  • 21 septembre : présentation des skippers à Paris
  • 23-24 septembre : sorties en mer patients / partenaires / presse
  • 25 oct au 6 nov : village de course de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe, présence d’un stand Solidaires En Peloton
  • 6 nov : départ de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe

Quatrième du Pro Sailing Tour avant la saison en SOLO !

BRITTANY, FRANCE – JULY 03: Ocean Fifty Solidaires En Peloton-ARSEP trimaran, led by Thibaut Vauchel-Camus of France, competes offshore during Episode 3 of the Pro Sailing Tour in Saint-Quay-Portrieux on July 3, 2022 in Saint-Brieuc, Brittany, France. (Photo by Lloyd Images/Pro Sailing Tour)

L’équipage de l’Ocean Fifty Solidaires En Peloton – ARSEP, mené par Thibaut Vauchel-Camus, s’octroie la quatrième place du Pro Sailing Tour 2022 à l’issue de quatre belles étapes à Bonifacio (6ème), Brest (4ème), Saint-Brieuc (5ème) et entre Cowes et Roscoff (4ème). Vincent Riou, Hugo Dhallenne, Aloïs Kerduel, Antoine Joubert, Luke Berry, Julien Pulvé et Thibaut Vauchel-Camus n’auront pas démérité tout au long des épisodes du Pro sailing Tour et se retrouvent au pied du podium derrière Arkema (vainqueur), Leyton et Koesio. L’équipe a progressé au fil des navigations et Thibaut Vauchel-Camus va désormais se présenter sur la DRHeam Cup et la Route du Rhum – Destination Guadeloupe dans les meilleures dispositions pour performer en solitaire, configuration qu’il affectionne.

Thibaut Vauchel-Camus : « Le Final Rush entre Cowes et Roscoff a été passionnant. Nous aurions préféré faire un départ plus “canon” au coup de canon donné par le Royal Yacht Squadron à Cowes, mais nous sommes bien remontés dans le paquet ensuite et nous étions à vue des premiers aux Scilly. Au niveau du Fastnet et des îles Skellig, en Irlande, nous ne sommes pas parvenus à accrocher le bon wagon et le vent qui allait avec… Au fur et à mesure de la descente, l’élastique s’est tendu, tendu avec les trois premiers. Nous avons réduit un peu l’hémorragie lors de la remontée bretonne. On a fait un bord extraordinaire, avec de la mer plate à des vitesses de plus de 30 nœuds. Les Ocean Fifty sont géniaux et nous avons pris beaucoup de plaisir. Le match a été de très haut niveau sur les 4 épisodes du Pro Sailing Tour à l’instar de ce Final Rush.  Le format de parcours côtiers, construits et au large est vraiment top. Nous avons beaucoup appris au fur et à mesure des étapes… Les nouveaux Ocean Fifty sont bien nés… Nous avons du boulot de notre côté pour se mettre à leur niveau. Grâce à Vincent Riou et à tous mes équipiers, j’ai tiré de nombreux enseignements pour la suite de l’année qui va se dérouler en solo. Je suis très content de me présenter sur la DRHeam Cup et de défendre mon titre en solitaire. Elle sera une formidable préparation pour la Route du Rhum – Destination Guadeloupe, l’objectif de ma saison. »

Le départ de la DRHeam Cup aura lieu le 17 juillet à Cherbourg. Les premiers voiliers sont attendus à la Trinité-sur-Mer le 20 juillet.

Thibaut Vauchel-Camus bat le record de la Manche en Solitaire

 

Record en solitaire de la traversée de la Manche

Thibaut Vauchel-Camus, à bord de l’ OCEAN FIFTY Solidaires En Peloton – ARSEP, a battu, en solitaire, hier soir, le record de la mythique traversée de la Manche entre Cowes, au Sud de l’Angleterre, et Dinard.

 

Il a coupé la ligne d’arrivée à 22h33 et aura donc mis près de 6 heures et 8 minutes pour parcourir les 138 milles du parcours (soit 250 km).

 

Dans un flux de Nord-Est soutenu, Thibaut, qui fête cette année les 10 ans de son défi aux couleurs des 120 000 patients atteints de la Sclérose En Plaques, fait mieux que Francis Joyon et son maxi-trimaran rouge avec environ 15 minutes d’avance sur un record que ce dernier détenait depuis près de 15 ans !

 

Parti jeudi de Saint-Malo en convoyage et en solitaire, Thibaut a attendu une grande partie de la journée de vendredi dans le Solent avant de lâcher les chevaux à 16h25min02sec et sous le contrôle de son routeur de choix, Vincent Riou, vainqueur du Vendée Globe 2004.

 

Ce record attend maintenant la validation nécessaire des observateurs du WSSRC (World Sailing Speed Record Council), seul organisme habilité à homologuer les records à la voile.

 

C’est une très belle performance pour Thibaut qui se prépare activement depuis quelques jours à sa saison 2022 ponctuée par les étapes du Pro Sailing Tour (rendez-vous à Bonifacio pour l’épisode 1 du 11 au 15 mai), la DRHeam Cup, dont il est le tenant du titre, et évidemment la Route du Rhum – Destination Guadeloupe, si chère au marin originaire de Guadeloupe et résidant à Cancale.

 

Thibaut Vauchel-Camus : « Cela faisait plus de deux ans que l’on guettait ce record mais nous n’avons jamais trouvé les bonnes conditions et la crise sanitaire est passée par là.  Avec Vincent Riou, nous avons estimé mercredi et jeudi matin que la situation météo était propice pour tenter le record. La fenêtre était difficile. J’ai effectué de nombreux empannages dans le Solent et j’ai mis un peu de temps à sortir de son dévent. J’ai réussi ensuite à accélérer dès que j’étais engagé dans la traversée de la Manche avec des pointes à 36 nœuds au niveauAurigny. J’avais à ce moment une belle avance sur le record de Francis Joyon. Hélas, j’ai connu ensuite un black out énergétique qui m’a demandé un arrêt de 20 minutes. Je suis reparti dans des conditions dégradées à bord mais je me suis accroché jusqu’à la fin. J’étais un peu dans une poussée comme connaissent les patients atteints de la Sclérose En Plaques ! Physiquement, cette traversée a été très engagée. Je suis très content d’avoir désormais ce record dans la poche car il a une belle réputation. Cela a été un super sprint. Je remercie mon équipe qui m’attendait à Saint-Malo et mes partenaires. Ce record est maintenant à battre et peut être battu car sans souci technique, mon avance aurait été plus marquée. C’est vraiment très excitant ces records. J’adore cet exercice. »

 

Les ambitions de Thibaut Vauchel – Camus en 2022

Sportivement, tout n’a pas été comme le voulait Thibaut Vauchel-Camus en 2021 à bord de l’Ocean Fifty Solidaires En Peloton – ARSEP. Alors le skipper, surnommé “l’enfant de la Route du Rhum” (guadeloupéen d’origine et résidant à Cancale), compte mettre les bouchées doubles en 2022. Son trimaran est optimisé pour de grandes performances et Thibaut, qui fête cette année les 10 ans du Défi Voile Solidaires En Peloton, annonce un équipage de haut vol avec notamment un certain Vincent Riou, vainqueur du Vendée Globe 2004-2005, et Hugo Dhallenne, vainqueur de la dernière Mini Transat dans la catégorie des voiliers de série. Interview…   

1) Quels sont tes objectifs sportifs en 2022 ?

Ils sont élevés. Nous voulons gagner en rigueur et être moins pris par le temps comme nous l’avons été lors de notre précédent chantier hivernal avec une préparation ambitieuse qui s’est déroulée dans un contexte de crise sanitaire. Après les grosses modifications de 2021 (gagner en légèreté, nouveau mât, nouvelles voiles, nouveau moteur, nouveaux systèmes…), notre Ocean Fifty est parfaitement optimisé pour de belles performances. C’était donc essentiellement un chantier de révision et d’entretien cet hiver. Je crois pouvoir dire que nous serons totalement prêts pour la première épreuve du Pro Sailing Tour. Dans ce sens, nous ne participerons pas au 1000 Milles des Sables afin de nous concentrer sur la mise en route du bateau et attaquer sereinement cette nouvelle saison.

2) Quel sera ton équipage en 2022 sur le Pro Sailing Tour ?

J’embarque Vincent Riou, vainqueur du Vendée Globe. Vincent connaît nos trimarans puisqu’il a effectué la Transat Jacques Vabre 2017 avec Erwan Le Roux. Il a une grande expérience du large et c’est un « performer ». Absent en Corse, il sera remplacé par un ami, Julien Pulvé, que j’ai connu en catamaran de sport et qui est un régatier-marin de haut vol. Antoine Joubert, avec qui je navigue depuis quelques saisons, sera de la partie ainsi que deux valeurs ajoutées que sont Hugo Dhallenne, vainqueur de la dernière Mini Transat en série et spécialiste de l’électronique embarqué et Aloïs Kerduel, spécialiste de l’accastillage. Il travaille notamment chez Karver et il est un bon équipier.

3) Tu vas participer à ta troisième Route du Rhum cette année après une deuxième place en Class40 (2014) et une troisième à bord de ton actuel Ocean Fifty (2018), que représente cette compétition pour toi ?

C’est une course sur mesure pour moi car je suis cancalais et guadeloupéen ! C’est l’événement qui a initié ma culture de la voile quand j’étais en Guadeloupe. C’est également un sacré sprint atlantique sans aucune marque de parcours entre le Cap Fréhel et la Guadeloupe.

4) Peux-tu nous décrire les courses du Pro Sailing Tour 2022 ?

Du 11 au 15 mai, nous allons débuter la deuxième édition du Pro Sailing Tour à Bonifacio, en Corse. Comme pour toutes les étapes du Pro sailing Tour, on commencera l’épreuve avec deux jours de parcours « inshore » puis on ira au large avec le Défi 24H. C’est une destination vélique qui fait rêver. Le spot est idéal pour la pratique de notre sport. J’ai déjà réalisé deux Tour de Corse en catamaran de sport. C’est un très bon souvenir. Météorologiquement, cela va être intéressant avec des reliefs.

Nous enchaînerons avec un épisode à Brest du 22 au 26 juin. Une étape un peu plus classique pour nous mais particulièrement complexe avec des parcours très techniques…

À partir du 29 juin, direction Saint-Quay-Portrieux (Baie de Saint-Brieuc). Comme pour Brest, nous sommes ravis de naviguer dans des villes qui ont toujours été fidèles à la classe Ocean Fifty. Deux jours d’inshore sont organisés sur place. On partira ensuite pour 24 heures de mer en direction de Cowes. Enfin, on enchaînera directement sur le Final Rush, au coefficient 3, entre Cowes et Roscoff, sur un parcours de 4 jours au large, bénéfique dans notre préparation à la Route du Rhum.

Le plateau de la saison sera très fourni avec 8 équipages. Notre classe est en train de prendre de l’ampleur et devient clairement attractive. Nos Ocean Fifty, très polyvalents, attirent de plus en plus de marins et de projets.

5) Tu remets enfin ton titre en jeu sur la DRHeam Cup ?  

Je suis double tenant du titre de la DRHeam Cup et c’est un véritable plaisir de participer à cette compétition. Elle se déroulera en solo du 12 au 20 juillet et je compte bien garder mon titre ! J’ajoute dans notre calendrier 2022 notre présence à Nice le 30 mai pour la journée mondiale de la Sclérose En Plaques et de nombreuses navigations avec les patients au fil de l’année.

*Côté partenaires, les Transports Delanchy et la Foncière Magellan renforcent leur soutien auprès du Défi Voile Solidaires En Peloton, Hippocampes Caraïbes est de retour et rejoint le rang des partenaires officiels aux côtés de la SFEE et d’un tout nouveau mécène : Daphni, gestionnaire de fonds investissant dans des start-ups tech.

10 ANS

Skippeur Thibaut VAUCHEL-CAMUS du Class 40 de la Fondation ARSEP

Elle a les yeux qui pétillent. Elle vient de naviguer en baie de Fort-de-France à bord de l’Ocean Fifty Solidaires En Peloton – ARSEP. Elle est atteinte de la Sclérose En Plaques, comme 120 000 autres patients en France. Thibaut Vauchel-Camus a profité de l’arrivée de la Transat Jacques Vabre pour inviter des personnes atteintes de la SEP à bord de son bolide. Le trimaran vole littéralement sur l’eau. Il pointe au-delà des 30 nœuds. Les invités sont heureux. Ils sont à bord de leur “voilier-ambassadeur”, aux couleurs de la Fondation ARSEP dédiée à la recherche médicale afin de lutter contre cette “foutue” maladie, toujours incurable.

Cette année, le Défi Voile Solidaires En Peloton, instigué par Thibaut et Victorien Erussard, fête ses 10 ans et continue, avec l’aide de ses mécènes, sa mission sportive et solidaire avec pour but d’améliorer la vie des patients atteints de la Sclérose En Plaques par la pratique du sport et le rêve qu’apporte la course au grand large

« Il existe de nombreuses allégories entre la vie de marin et celle des patients. En mer, je lutte contre les éléments, je dois faire face à une météo changeante, à des coups de baston, à des accalmies qui mettent le moral à rude épreuve. En revanche, et à la différence des patients, ce sont des problèmes que j’ai choisi. » relate Thibaut qui a pour objectif net et précis de remporter la Route du Rhum – Destination Guadeloupe en Ocean Fifty, lui l’enfant de cette course, originaire de Guadeloupe et vivant à Cancale, tout près de la ligne de départ !

« Notre aventure a 10 ans cette année et elle est la preuve que l’on peut faire du sport de haut niveau et avoir un impact sur la société en portant les couleurs d’une institution comme la Fondation ARSEP, le tout grâce à l’appui constant de mécènes qui savent se mettre en retrait au profit d’une cause. »

Thibaut et Victorien, sacré duo

Tout a débuté en 2012. Victorien et Thibaut avaient la volonté de monter ensemble un projet à multiples partenaires et surtout avec du sens, une “utilité” selon les mots de Thibaut. « Aux détours d’une conversation avec des amis, on nous parle de Sandrine, une patiente atteinte de Sclérose En Plaques. On nous explique que le moral est très important au fil de cette maladie, qu’elle n’est pas non plus très connue et qu’il est important de la mettre en avant, autant pour l’aide à la recherche que pour le moral des malades. » C’est parti !

Les deux compères se rendent à Paris à la rencontre de la Fondation ARSEP. Ils rencontrent Bernard Gentric, alors vice-président. Bernard vient de créer la marque sportive de la Fondation : “Solidaires En Peloton”, le timing est bon ! « Nous expliquons notre idée à la Fondation, à savoir réunir des mécènes pour financer le défi, mettre en lumière la SEP, faire naviguer des patients et collecter des dons pour la recherche. »

Le Défi Voile Solidaires En Peloton est né. 

Thibaut et Victorien veulent démarrer avec un projet de Tour de France à la Voile. « Hélas, nous n’arrivons pas à le financer mais nous mettons un voilier de course-croisière aux couleurs de la Fondation et, dès 2012, nous faisons naviguer des patients en plus de notre engagement sur le circuit Formule 18 jusqu’en 2014 avec à la clé, deux titres de Champions de France » indique Thibaut.

Abnégation

En mai 2013, Victorien et Thibaut louent un Class40 et en novembre, ils prennent le départ de la Transat Jacques Vabre. La compétition Atlantique en double part non pas le dimanche comme d’habitude, car la tempête sévit en Manche mais le mercredi. La flotte doit même faire une escale forcée à Roscoff avant de repartir. « Dans un front violent, nous connaissons des problèmes de voile et d’électronique. Nous effectuons une nouvelle escale à Cascaïs cette fois. » Le duo repart avec 48 heures de retard sur les leaders. Peu à peu, au fil des milles en direction du Brésil, le tandem revient dans la course et termine à une belle 11ème place. La Fondation ARSEP, et les patients surtout, sont conquis par l’abnégation des marins. « Nous n’abandonnons pas. Nous nous battons jusqu’à la ligne d’arrivée. Cette résilience parle aux patients » raconte Thibaut.

Le patron de Concept Ty, mécène du projet, propose dès la fin 2013 à Victorien et Thibaut d’aller plus loin pour être plus performant. La construction d’un Class40 neuf débute, un plan Manuard, dernier cri. Victorien qui se projette déjà sur son projet actuel, Energy Observer, passe le flambeau à Thibaut. « J’étais le skipper-remplaçant lors de sa participation à la Route du Rhum 2006 en Multi50. Il m’avait dit à l’arrivée : la prochaine fois, c’est toi que je viendrais accueillir à Pointe-à-Pitre. »

Des dons pour la recherche médicale

Cette promesse est honorée à l’arrivée de la Route du Rhum 2014 à laquelle Thibaut fait deuxième ! Il est autant galvanisé de rendre son métier utile en boostant les patients atteints de la SEP que d’être accueilli comme un roi en tant que premier Guadeloupéen !

Les navigations s’enchaînent avec les patients. A l’issue de la saison 2014, grâce à plusieurs ventes de goodies et d’opérations Solidaires de ses mécènes, les marins remettent un chèque de 53 000 € à la Fondation. Le Défi Voile Solidaires En Peloton prend tout son sens.

En 2015, le monocoque Solidaires En Peloton – ARSEP remporte le Championnat Class40 et clôt la Transat Jacques Vabre à la 4ème place. En 2016, Thibaut gagne sa première grande course au large en solitaire, la mythique The Transat (ex Transat Anglaise), courue dans des conditions dantesques.

Une Route du Rhum 2018 au parfum de victoire

En 2017, Thibaut et ses fidèles mécènes décident de continuer cette aventure sportive et solidaire et de passer à la vitesse supérieure. Un trimaran Ocean Fifty est mis en construction. Thibaut profite de ce chantier pour revenir à ses premières amours sur des compétitions en catamarans rapides et volants, le Flying Phantom (3ème du championnat). Le trimaran de 50 pieds sera mis à l’eau en janvier 2018 et plus de 500 invités dont 80 patients embarqueront cette année-là. Thibaut s’illustre et gagne la DRHeam Cup. Il réalise une superbe Route du Rhum, montant sur la troisième marche du podium après une escale express aux Açores, chariot de Grand-voile cassé, alors qu’il était en tête. À son arrivée en Guadeloupe, l’enfant du pays est attendu en héros. La foule l’applaudit. Des patients sont sur le ponton. Thibaut, éreinté par la mer, tombe dans leur bras. C’est beau !

En 2019, Thibaut s’associe à Fred Duthil et signe une deuxième place sur la Transat Jacques Vabre. En 2020, alors que la crise sanitaire est entrée dans les vies et altère considérablement le programme de compétitions, le Défi Voile Solidaires En Peloton crée le “SEPtour”, 12 escales sur le littoral français à la rencontre des patients.

Le Pro Sailing Tour

En 2021, le Pro Sailing Tour fait son entrée. Les Ocean Fifty ont enfin un circuit dédié à leur classe de trimaran et une docu série produite grâce à des médiamans collés aux basques des équipiers durant toutes les courses !
Lors de la Transat Jacques Vabre de la même année, Thibaut et Fred (Duthil à nouveau) sont aux prises avec une déchirure conséquente de voile d’avant et n’obtiennent pas le résultat escompté. Ils apportent malgré tout une nouvelle fois beaucoup d’énergie à toute une communauté.

« Je vis avec ce projet des moments de dingue à la fois en mer, souvent seul, mais surtout avec les patients qui m’apportent vraiment. Nous avons des moments de partage très très forts. C’est fabuleux. » 

Fin novembre 2021, l’Ocean Fifty Solidaires En Peloton-ARSEP fonce sur le plan d’eau martiniquais. D’autres patients embarquent. Ils sont ravis. Thibaut leur donne la barre, leur explique le fonctionnement de sa machine à vent. Distribution de sourires, une parenthèse enchantée dans la vie de personnes qui  sont en difficulté physique et morale. 10 ans déjà, vive 2032 !

Thibaut Vauchel-Camus et Fred Duthil pour la victoire !

Pro Sailing Tour 2021 Episode 1 Brest

Le duo de l’Ocean Fifty Solidaires En Peloton – ARSEP prendra le départ de la Transat Jacques Vabre Normandie Le Havre le 7 novembre 2021 avec un objectif fort : la victoire ! En parallèle, l’équipe solidaire continue ses actions auprès des 120 000 patients atteints de la Sclérose En Plaques.

A LIRE : https://mailchi.mp/0bb8277dc3a6/doc-transat-jacques-vabre-thibaut-vauchel-camus-et-fred-duthil-pour-la-victoire?e=e71f959fdd

 

Pro Sailing Tour 2021 Episode 1 Brest

Thibaut Vauchel-Camus, skipper de l’Ocean Fifty Solidaires En Peloton – ARSEP, va bientôt reprendre la mer en mode compétition. Le 1er juillet, il sera avec son équipage au départ du troisième épisode du Pro Sailing Tour, à Las Palmas de Gran Canaria. Cinquième au classement des deux premières étapes, cinquième au classement général de ce nouveau circuit, le navigateur malo-guadeloupéen, qui vient d’en terminer avec de nouvelles navigations avec les patients atteints de la Sclérose En Plaques, se confie sans détour…

La suite : https://mailchi.mp/cf3f7cc74dfd/thibaut-vauchel-camus-sans-dtour-solidaires-en-peloton-arsep?e=e71f959fdd

 

Thibaut Vauchel-Camus, skipper de l’Ocean Fifty Solidaires En Peloton – ARSEP, va bientôt reprendre la mer en mode compétition. Le 1er juillet, il sera avec son équipage au départ du troisième épisode du Pro Sailing Tour, à Las Palmas de Gran Canaria. Cinquième au classement des deux premières étapes, cinquième au classement général de ce […]

Continue reading

L’OCEAN FIFTY Solidaires En Peloton sur un nouveau circuit

La conférence de presse qui s’est tenue ce jour à Paris, organisée par la Classe, nouvellement nommée OCEAN FIFTY (ex Multi50) et la société Upswing, a dévoilé un nouveau circuit dédié à ces trimarans : le Pro Sailing Tour. En mai, juin, juillet et août, les OCEAN FIFTY, dont Solidaires En Peloton mené par Thibaut Vauchel-Camus, vont participer à des Grand Prix à Brest, La Rochelle, Las Palmas et Marseille. Une très belle nouvelle pour la Classe OCEAN FIFTY et Thibaut Vauchel-Camus, vice-président et skipper engagé. Ses impressions…

Un programme excitant 

« En tant que chef de projet et skipper, c’est hyper excitant de participer à un circuit aussi original, géographiquement parfait et très communicatif pour nos partenaires, nos supporters et les patients atteints de la sclérose en plaques que nous soutenons. En tant que vice-président de la classe, l’arrivée de ce nouveau circuit, spécifique à nos trimarans, concrétise nos choix depuis 2017 à se concentrer sur une flotte compétitive et homogène. »

Une diversité de territoire maritime

« Notre venue dans quatre grands ports habitués à la voile de haut niveau va nous permettre de nous exprimer en compétition devant de nombreux spectateurs et dans des conditions météorologiques variées. Brest, La Rochelle, Marseille, Las Palmas ont de fortes identités maritimes et cela sera un plaisir d’amener nos voiliers spectaculaires dans ces stades nautiques. Je pense que ces Grand Prix seront populaires. »

Plus de 5000 milles en quatre mois

« En plus des Grand Prix, nous allons engloutir pas mal de milles en peu de temps. Je ne pense qu’il y ait autant de voiliers capables de faire autant de distance dans une période aussi restreinte. Les OCEAN FIFTY vont exprimer leur potentiel en convoyage afin de rallier chaque escale. Ces ralliements vont nous permettre de nous entraîner au grand large pour la Transat Jacques Vabre qui sera l’un des objectifs de la saison. »

Pour la gagne

« Je vais aligner un équipage stable sur ces quatre Grand Prix, contrairement aux autres années. Je compte, avec Solidaires En Peloton, jouer la gagne sur le Pro Sailing Tour, en toute humilité car il y a aura de nouveaux concurrents qui affichent de beaux potentiels. Mais nos ambitions sont élevées. Nous avons l’expérience et nous faisons maintenant partis des plus anciens de la Classe avec Gilles Lamiré. Ces compétitions seront une très bonne préparation à la Transat Jacques Vabre à laquelle je vais participer avec Fred Duthil. »

Pour les patients atteints de la Sclérose En Plaques

« Les différents Grand Prix seront, enfin, un bon moyen, à l’instar de 2020 et notre SEPtour, d’accueillir à notre bord, avant ou après les compétitions, les patients atteints de la Scléroses En Plaques, les chercheurs et nos partenaires. Nous ajouterons certainement quelques étapes supplémentaires au fil de nos navigations afin d’aller à la rencontre des patients. Je pense notamment à Boulogne-sur-Mer et Fécamp. »

Retour aux affaires pour le trimaran Solidaires En Peloton – ARSEP

Le Multi50 Solidaires En Peloton – ARSEP a été mis à l’eau hier, à Lorient, suite à un chantier hivernal complet. Thibaut Vauchel-Camus sera au départ de la Transat Jacques Vabre, traversée de l’Atlantique en double, début novembre, avec Fred Duthil.

« On ne change pas une équipe qui marche bien » déclare Thibaut. « J’embarque donc Fred Duthil à nouveau avec grand plaisir sur la Transat Jacques Vabre. Nous avions terminé deuxième en 2019. Nous avons une marche à franchir. Fred, au-delà de ses qualités indéniables au grand large, va apporter son expertise au niveau des voiles puisque sa voilerie, Techniques Voile, va s’occuper de livrer une nouvelle garde robe pour le bateau. »

Thibaut et son équipe convoieront dès demain Solidaires En Peloton – ARSEP vers Saint-Malo. Le Multi50 a fait peau neuve ces dernières semaines et arbore un nouveau numéro. « Nous avons apposé une nouvelle peinture à notre voilier » indique Thibaut. « Nous avons accumulé beaucoup d’expérience ces dernières années à bord de Solidaires En Peloton – ARSEP avec 50 000 milles parcourus. L’idée était de valoriser cette expérience en apportant quelques modifications techniques et en allégeant sensiblement le bateau. Je me projette déjà vers la Route du Rhum – Destination Guadeloupe 2022 et il était important d’optimiser le voilier dès maintenant afin d’avoir une saison pleine avant cette échéance qui me tient à cœur puisque je suis originaire de Guadeloupe. Les flotteurs arborent un nouveau numéro : 120 000. En effet et hélas, il y a de plus en plus de diagnostiqués Sclérose En Plaques en France. En moins de 4 ans, nous sommes passés de 100 000 à 120 000 et il me semble important de le faire savoir, c’est d’ailleurs le rôle premier de notre défi. »

D’autre part, Thibaut va s’atteler ces prochaines semaines à la recherche de nouveaux partenaires afin de boucler son budget.

Une année à 100 à l’heure pour Solidaires En Peloton – ARSEP

10 000 milles parcourus, 400 personnes embarquées dont 120 patients atteints de la Sclérose En Plaques dans le cadre du SEPtour, le record SNSM en Multi50, une victoire sur la DRHeam Cup, des Grands Prix…, l’année 2020 de Solidaires En Peloton – ARSEP, mené par Thibaut Vauchel-Camus, a été riche en événements, en émotions et en embruns. Entretien avec Thibaut…

  • Alors ce SEPtour, un concentré d’émotions ?

Oh oui ! Le SEPtour a été l’occasion de partager avec les patients atteints de la Sclérose En Plaques et avec nos partenaires des bons moments de navigation dans toutes les conditions météorologiques. Il a été aussi un bon moyen de faire du repérage pour la classe Multi50 : explorer de nouveaux plans d’eau, rencontrer de nouveaux visages… Puis le contexte COVID a un peu renforcé le plaisir de venir se dé-confiner en mer et a intensifié les émotions ! Cette expérience a été très riche et en complète adéquation avec nos objectifs sportifs et solidaires.

  • Que retiens-tu de ton année sportive ?

Cette année, qui a été tronquée sportivement par la crise sanitaire, nous a permis de naviguer différemment avec notre trimaran. Nous avons enchaîné les sprints hauturiers en équipage et poussé la machine dans ses retranchements. Pour finir, nous nous entraînons assez peu dans une saison normale. Là, nous avons étudié pas mal de sujets liés à la performance. J’ai été heureux aussi d’embarquer des cadors de la course au large comme Billy Besson, Anthony Marchand, Louis Viat, Corentin Douguet, Antoine Joubert et des personnalités comme François Hollande, Michael Gregorio ou encore Laurent Ruquier.

  • Tu utilises ton Multi50 Solidaires En Peloton – ARSEP comme un trimaran de plage. Tu as multiplié les sorties en 2020. Est-ce si facile ?

Nous avons de plus en plus d’expérience à bord de Solidaires En Peloton – ARSEP. C’est en forgeant que l’on devient forgeron. Nous sommes de plus en plus à l’aise pour faire le show, s’offrir de belles sensations et révéler le super compromis des Multi50 à savoir : performance, voilier « tout terrain » et maniabilité.

  • Ton voilier est désormais en chantier à Lorient. Quels sont les objectifs techniques de l’hiver ?

Nous allons réviser et inspecter l’ensemble du trimaran, chasser encore du poids aussi. L’idée est également d’optimiser certains systèmes. Nous changeons le mât et la bôme et nous remplaçons certaines voiles d’origine.

  • Quel sera ton programme en 2021 ?

Nous prévoyons une mise à l’eau fin mars afin d’être opérationnel fin avril pour attaquer la saison. La Classe MULTI50 travaille sur un projet de circuit de 4 Grands Prix avec une communication innovante. Il y aura aussi et évidemment la Transat Jacques Vabre qui sera notre objectif majeur en 2021, sans oublier les compétitions multi-classes.

  • Tes partenaires seront-ils encore présents en 2021 pour mettre en avant la recherche contre la Sclérose En Plaques ?

Nous avons 50% de nos partenaires qui continuent. Nous cherchons activement l’autre moitié. Le fait que certains ne reconduisent pas leur engagement est autant lié aux conséquences économiques de la crise sanitaire qu’aux stratégies de communication.

Nous les remercions d’avoir partagé avec nous une aventure humaine incroyable, et sommes, avec toute la communauté des patients, très reconnaissants d’avoir été de véritables partenaires solidaires. Quant à ceux qui nous ont garanti de leur soutien pour un nouveau cycle, c’est extrêmement gratifiant et motivant !

Notre Défi Voile Solidaires En Peloton n’a pas fini de voguer sur les océans et de porter les couleurs des patients atteints de la Sclérose En Plaques. Le budget recherché, tenant compte des investissements nécessaires à la performance du bateau est de 400 000 €HT. A bon entendeur !

Solidaires En Peloton – ARSEP s’adjuge la DRHeam Cup

Thibaut Vauchel-Camus, Louis Viat, Corentin Douguet et Billy Besson, à bord du trimaran bleu aux couleurs des patients atteints de la Sclérose En Plaques, remportent la DRHeam Cup dans la catégorie des Multi50.

L’équipage a passé la ligne d’arrivée, en baie de Quiberon, à 13h30 ce jour et aura mis 2 jours et 30 minutes pour parcourir les 615 milles de navigation au départ de Cherbourg-En-Cotentin, dimanche dernier à 13H00.

Un passage de ligne dans de petits airs pour la flotte des multicoques, puis plus consistant en Manche, les trois Multi50 vont ensuite se prêter au jeu des renverses de courant, sans vent, au large de Weymouth, au sud de l’Angleterre. Thibaut et ses hommes tirent leur épingle du jeu tactiquement en s’abritant des forts courants derrière la presque-île de Portland. Ils parviennent à glisser en premier le long des côtes anglaises à la lutte avec Leyton (Arthur Levaillant) dans des vents légers jusqu’à prendre la tête du classement, un peu avant l’entrée en mer Celtique.

Une fois la marque de parcours la plus septentrionale franchie, le trimaran bleu patientera encore quelques heures avant d’allonger la foulée avec des moyennes entre 25 et 35 noeuds pour, au final, gagner la troisième édition de la DRHeam Cup avec un confortable matelas d’avance sur ses poursuivants.

Thibaut Vauchel-Camus : « C’est une belle victoire ! Nous nous sommes battus pour passer en tête la marque virtuelle en mer celtique car nous savions ensuite que cela allait partir par devant. Cela n’a pas loupé puisqu’en mettant du charbon, nous avons réussi ces dernières 12 heures à creuser un écart confortable sur nos adversaires. Nous avons bien enfoncé le clou. Notre départ avait été, dimanche, assez moyen. Nous sommes revenus peu à peu dans le match notamment dans le petit temps au sud de l’Angleterre où nous avons eu une belle trajectoire. J’ai été ravi d’embarquer cet équipage. Louis Viat est un super équipier. Corentin a été impeccable à la navigation et Billy a un touché de barre hors du commun. Nous reviendrons avec grand plaisir défendre notre titre sur la DRHeam Cup. »

Billy Besson : « Je ne connaissais pas le Multi 50 aavant cette compétition. J’ai adoré ce voilier dans toutes les conditions car elles ont été variées tout au long du parcours. Nous avons toujours été dessus en cherchant continuellement des solutions pour aller vite au bon endroit. Nous avons beaucoup navigué, avec Thibaut, dans notre jeunesse. Rien n’a changé. L’esprit est toujours là. La fougue et la fraîcheur restent en nous. »     

Le Défi Voile Solidaires En Peloton va désormais continuer son SEPtour en se rendant à Boulogne-sur-Mer puis Fécamp la semaine prochaine pour le plus grand plaisir des patients atteints de la sclérose en plaques, leurs accompagnants et les partenaires du projet.

 

Solidaires En Peloton – ARSEP à l’eau !

default

Le Multi50 Solidaires En Peloton – ARSEP a été mis à l’eau ce jour à Saint-Malo. 

Thibaut Vauchel-Camus et son équipe vont débuter des navigations techniques dès la semaine prochaine afin de se préparer pour leur saison de navigations. « Nous avons réuni tous les éléments pour remettre à l’eau notre beau trimaran bleu » déclare le navigateur. « Nous allons pouvoir re-naviguer dans le respect du plan de déconfinement la semaine prochaine puisque nous sommes des professionnels de la mer et que nous devons naviguer pour exercer notre métier. Nous attendons le protocole adapté par la préfecture maritime. L’idée est de respecter la distanciation nécessaire à bord et de partir et revenir au même port, en l’occurrence Saint-Malo pour nous. Ces sessions vont nous permettre de parfaire notre préparation pour les courses à venir et nos opérations de relations publiques, avec notamment le SEPtour. Nous espérons aller à la rencontre de nos partenaires et des patients atteints de la Sclérose En Plaques dès le mois de juin et participer aux compétitions, si possible, à partir de juillet. »

Le trimaran Solidaires En Peloton – ARSEP n’a pas reçu de modifications importantes cet hiver : « Nous avons tout contrôlé et avons fait la chasse au poids » conclut Thibaut.

La force Gentric

Thibaut Vauchel-Camus ; Baptème Saint-Malo

Bernard Gentric, 70 ans le 25 mars prochain, est le père de Solidaires En Peloton, la marque sportive de la Fondation ARSEP (Aide à la Recherche sur la Sclérose En Plaques), qui fête cette année ses 10 ans. Il a également joué un rôle décisif dans le lancement du Défi Voile Solidaires En Peloton en 2012. Zoom sur un grand homme…

Saint-Cyr

Né en 1950 d’un père officier de gendarmerie et d’une mère institutrice, Bernard et ses trois frères et soeurs pérégrinent en France et à l’étranger au fil des affectations de leur papa. Bon élève, quoiqu’un peu dissipé, Bernard est très actif. « Je pratiquais beaucoup l’athlétisme entre 14 et 18 ans. J’ai participé à plusieurs Championnats de France sur 400 mètres haies » explique-t-il toujours souriant, toujours à l’écoute. Baccalauréat en poche, le jeune homme enchaîne avec khâgne et hypokhâgne, intègre Saint-Cyr et en sort avec succès. « Pendant 22 ans, je suis officier. J’alterne entre des postes de commandement et des périodes plus sédentaires, en état-major et en administration centrale de la Défense. » Il participe aussi à des opérations extérieures dont notamment l’ouverture de l’aéroport de Sarajevo en 1992 qui l’a profondément marqué. Bernard est père de trois enfants et grand-père de bientôt quatre petits-enfants. Il est marié à Danièle, “son deuxième neurone” comme il aime le dire…

Défi Sclérose En Plaques

A 42 ans, la vie de Bernard change radicalement. « Je me retrouve paralysé des membres inférieurs. On me diagnostique une Sclérose En Plaques. Evidemment, avec une SEP, on fait plus les mêmes choses. » Le jeune homme retrouve doucement l’usage de ses jambes et décide de se reconvertir, encore avec succès, par la voie de l’ENA. « Ma vie a toujours été jalonnée de défis. La maladie en est un et j’ai très vite voulu la relativiser en relevant des challenges. » Bernard enchaîne les postes de haut fonctionnaire à Paris au ministère des affaires sociales puis des finances.

En 2007, patatras, il est une nouvelle fois paralysé des membres inférieurs. Son neurologue n’exclut pas le fauteuil roulant, ce à quoi Bernard répondra : « si je ne peux plus marcher, alors je courrai !». Avec beaucoup de courage, il parvient à peu près à s’en remettre et court, avec sa Sclérose En Plaques, les 20 kilomètres de Paris en 2010 entouré d’amis et d’une de ses filles. C’est le déclic. À une époque où le corps médical conseillait aux personnes atteintes de cette pathologie le repos, Bernard a souhaité partager cette expérience positive en fondant Solidaires En Peloton.

L’un des objectifs, au-delà de la sensibilisation et de l’appel aux dons, est d’encourager les patients qui en ont la possibilité, et ils sont nombreux, à pratiquer une activité physique quelle qu’elle soit. « Aujourd’hui nous avons 30 projets en cours, portés par Défi Sports Solidaires, qui permettent aux patients de se rencontrer et de faire du sport comme ces défis “ambassadeurs” dans la voile, l’auto, le karting, le motonautisme, des raids de toute nature et surtout la course à pied bien entendu ! Près de 7000 sportifs portent aujourd’hui les couleurs de Solidaires En Peloton » indique le vice-président de la Fondation ARSEP qui ne compte plus ses kilomètres parcourus depuis (marathons, trails, ultra-fond…) !

Soutien indéfectible du Défi Voile Solidaires En Peloton, piloté par Thibaut Vauchel-Camus, Bernard conclut : « L’idée de Thibaut d’organiser le SEPTour, c’est à dire d’aller avec son beau trimaran à la rencontre des patients en Atlantique et en Manche, est TOP !  En 2020, ce seront 10 villes de visitées par le Multi50 qui porte nos couleurs, 10 comme les 10 ans de Solidaires En Peloton. » Bon anniversaire !

Le Défi Voile solidaires En Peloton : un modèle ?

Skippeur Thibaut Vauchel-Camus

Ils ne sont plus les seuls mais en ont inspiré beaucoup ! Thibaut Vauchel-Camus et Victorien Erussard, avec Tanguy De Lamotte et Initiatives Cœur,  sont à l’origine d’une idée qui a fait son chemin dans le milieu de l’économie de la course au large : mettre en avant une cause médicale, solidaire, environnementale ou encore humanitaire à travers un projet vélique au long cours en convaincant des partenaires de se mettre dans l’ombre pour la mettre en lumière. Le Défi Voile Solidaires En Peloton a été crée en 2012 avec pour objectif principal de mettre en exergue la Fondation ARSEP « l’aide à la recherche et le message d’espoir de vaincre ensemble la Sclérose En Plaques », cette maladie qui touche plus de 100 000 patients en France dont de nombreux jeunes. Décryptage…

Thibaut Vauchel-Camus : « nous sommes un moyen, pas l’objet »

« Avec Victorien, nous sommes partis du constat que nous sommes des privilégiés. Nous vivons de notre passion, la course au large. Et pour beaucoup d’entre nous (marins) tout est tourné autour de nos personnalités, notre ego » déclare Thibaut Vauchel-Camus qui vient de mettre à l’eau son voilier estampillé Fondation ARSEP afin d’attaquer une deuxième saison Multi50. « C’est un peu dérangeant d’être la star alors qu’on assouvit tout simplement nos envies de grand large et de compétition. Il y a une forme d’égoïsme dans notre pratique qui d’ailleurs est très forte quand on navigue en solitaire. Nous sommes juste un moyen, pas l’objet ! Alors, nous avons décidé avec honnêteté et sans arrière-pensée mercantile de proposer aux décideurs, aux entreprises un format assez novateur à l’époque basé sur la mise en avant d’une cause forte sans obligatoirement une visibilité « sponsor » à tout prix. La Sclérose En Plaques est venue assez vite car nous avions été tous les deux sensibilisés à cette maladie. La Fondation ARSEP a rapidement accepté l’idée, une belle occasion pour elle d’avoir une vitrine différente que les appels aux dons classiques par exemple. »

Donner du sens à sa communication

Georges Sampeur, alors directeur général de B&B Hotels, est le premier à être sensible à cette démarche. « J’ai trouvé leur modèle intéressant en plus d’avoir un coup de foudre pour Victorien et Thibaut. B & B Hôtels a toujours cherché à se différencier en termes de communication. L’idée de pousser le message lié à la Sclérose En Plaques m’a plu car je connaissais cette maladie et je me suis dit que nos collaborateurs et clients allaient l’être aussi. Nous n’avons quasi pas de visibilité sur le bateau. En revanche, ce projet crée un lien fort avec notre communauté et, depuis 2012, le Défi Voile Solidaires En Peloton a créé une espèce de famille autour de valeurs communes. À titre personnel, je me suis également engagé dans cette aventure en devenant avec Olivier Toupin, Concept Ty, Christian Jouno, et Brigitte Delanchy, Transports Delanchy, co-armateur du Multi50. »  « Ce Défi a une cohérence forte avec B&B Hotels » affirme Vincent Quandalle, actuel directeur général de la marque qui soutient également le FC Lorient, l’équipe de cyclisme « Vital Concept – B&B Hotels » ou encore Octobre en Rose. « Les relations humaines à long terme sont l’une de nos marques de fabrique et nous retrouvons ce credo avec le Multi50 Solidaires En Peloton – ARSEP. Tout est basé autant en interne qu’en externe sur le long terme chez nous. L’aventure de Thibaut sur la dernière Route du Rhum a été largement suivi par nos équipes et ces dernières sont fières d’aider à vaincre la Sclérose En Plaques, maladie qui touche beaucoup de français. Nous avons d’ailleurs quasiment tous dans notre entourage une personne atteinte. »

Mettre en avant la différence

De son côté la directrice générale des Transports Delanchy, Brigitte Delanchy, est également un soutien de la première heure des aventures du Défi Voile SEP et a fait des engagements sociétaux orientés autour des maladies génétiques un leitmotiv au sein de son entreprise. « La Sclérose En Plaques était et est d’ailleurs toujours une maladie trop peu connue. Alors quand Thibaut et Victorien Erussard sont venus me voir, j’ai été touchée par leur sincérité et j’ai tout de suite décidé de les soutenir. Faire du Delanchy pour Delanchy cela n’a pas de sens et nos collaborateurs ont tout de suite été sensibles à cette solidarité inculquée. Mettre en avant la différence est très important pour Delanchy. La diversité est une richesse. Nous nous impliquons également auprès de la marque sportive Solidaires En Peloton qui rayonne dans des sports tels que l’auto, le kart et le running. »

Thibaut Vauchel-Camus et son équipe, au-delà d’être une vitrine en mer de la Fondation ARSEP, font naviguer de nombreux patients chaque année et montent de belles opérations de collecte de dons. Le Défi Voile Solidaires En Peloton est également parrainé par Thélem Assurances, Sanofi Genzyme, la Foncière Magellan et une multitude de mécènes responsables.

Le co-skipper du Multi50 Solidaires En Peloton – ARSEP sur la Transat Jacques Vabre est …?

Thibaut Vauchel-Camus a décidé d’embarquer le navigateur Fred Duthil sur la prochaine Transat Jacques Vabre, traversée de l’Atlantique en double entre Le Havre et Salvador de Bahia dont le départ sera donné le 27 octobre prochain. Thibaut et Fred se connaissent depuis longtemps et formeront un duo performant avec pour objectif la gagne !

« Fred est avant tout un copain » déclare Thibaut, ambassadeur de la Fondation ARSEP qui lutte contre la Sclérose En Plaques. « Nous nous connaissons depuis 20 ans. C’est Fred qui m’a donné l’opportunité de pratiquer la voile en solitaire en me confiant souvent son Figaro Bénéteau 2 pour des convoyages. Il a été un détonateur pour moi. C’est un vrai sportif qui a une carrière de très haut niveau en planche à voile et en Figaro. C’est aussi un athlète qui aime se retrouver sur l’eau pour le fun en planche, kite ou catamaran de sport. Fred me connaît bien et il a été un soutien précieux lors de ma Route du Rhum 2018 où il était mon routeur avec Fabien Delahaye. Nous avons le même état d’esprit et je suis certain, même s’il na pas beaucoup pratiqué le Multi50, qu’il va s’adapter très vite à mon trimaran. Il a le sens de la glisse. En tout cas, nous avons un bon coup à jouer sur cette Transat Jacques Vabre avec une triple ambition : la victoire en Multi50, être les premiers toutes catégories dans la baie de tous les saints et vaincre ensemble la Sclérose En Plaques. »

Fred Duthil : « Ce sera une première pour moi. Je n’ai jamais participé à la Transat Jacques Vabre et je n’ai jamais effectué de grandes courses en Multi50. Thibaut me donne une super chance de m’exprimer avec lui sur un beau terrain de jeu et sur un support aussi excitant que le trimaran océanique. Avec Thibaut, nous nous connaissons depuis 20 ans et nous avons noué une belle amitié à terre et en mer. J’ai le souvenir d’une Normandy Channel Race 2016 aboutie ensemble. Thibaut est en tout cas un vrai bon camarade de jeu. Je pense que nous sommes polyvalents et que l’on saura aller au charbon ensemble car il ne faudra pas mollir sur cette traversée de l’atlantique entre la Normandie et le Brésil. »

Solidaires En Peloton – ARSEP, version 2019

Le Défi Voile Solidaires En Peloton, après une saison 2018 menée tambour battant à bord du Multi50 aux couleurs des 100 000 patients atteints de la Sclérose En Plaques et skippé par Thibaut Vauchel-Camus, se prépare activement pour une deuxième année de navigation dont l’apogée sera la Transat Jacques Vabre entre Le Havre et Salvador de Bahia, départ le 27 octobre. Trois questions…

  1. Retour en arrière, comment s’est déroulé ton “après-Rhum” ?

Mon arrivée à Pointe-à-Pitre, à la troisième place , a été très forte en termes d’émotions. Ce retour à la maison (Thibaut est originaire de Guadeloupe) a été puissant. J’ai été accueilli avec beaucoup de ferveur. J’ai été très touché par la sympathie des guadeloupéens à mon égard. Traverser l’Atlantique sur un Multi50, ce n’est pas rien. Cette Route du Rhum m’a marqué. Beaucoup de monde s’est passionné pour mon parcours. C’est un plaisir de partager encore aujourd’hui l’enthousiasme lié à ma Route du Rhum. J’ai ressenti un réel bien-être les jours suivants mon arrivée. J’étais heureux de retrouver la vie guadeloupéenne : la fête, la nourriture, le surf ou le kite dans une mer chaude… Ce relâchement a été bon à vivre avec mes proches, ma femme, ma fille, mes partenaires, les patients. Je suis maintenant de retour en Bretagne, à Saint-Malo, mon autre chez moi.  Il a fallu récupérer physiquement et se remettre dans une vie de chef d’entreprise. Nous avons vécu une telle année 2018 que quand ça s’arrête, tu te demandes ce que tu vas faire ! Il y a peut-être un petit “Rhum blues” même si j’ai de beaux défis devant moi.

  1. Justement, peux-tu nous parler de 2019 ?

J’espère pouvoir annoncer mon co-skipper sur la Transat Jacques Vabre assez vite. Sportivement, la Transat Jacques Vabre sera la grande épreuve de l’année. Je ne serais plus un bizuth du Multi50 comme en 2018. Nous avons emmagasiné beaucoup d’expérience sur notre trimaran l’année dernière. Alors forcément, l’idée est de jouer la gagne sur cette longue traversée de l’Atlantique en direction du Brésil. En avant-saison, nous allons participer à toutes les courses du circuit Multi50 comme le Grand Prix Guyader, le tour de Belle-Ile, le Trophée de Brest Multi50, l’Armen Race en mai et puis il y aura le Grand Prix Valdys en septembre. En marge de ce programme, je réfléchis à d’autres défis en solitaire à bord du Multi50 Solidaires En Peloton – ARSEP. Pourquoi pas un record ? Comme les autres années, je vais également m’atteler à mettre en avant la Fondation ARSEP et les patients atteints de la Sclérose En Plaques. Ces derniers viendront à plusieurs reprises à bord de mon voilier et puis il y aura le congrès des patients en mars, la journée mondiale en mai et les 50 ans de la Fondation. Je vais aussi participer à de nombreux événements Solidaires En Peloton en allant à la rencontre des défis kart, auto, moto, running…

  1. Enfin, comment va le Multi50 bleu ?

Il a effectué 8 courses, 12 000 milles, embarqué 500 personnes en 2018. Il a donc besoin d’un bon chantier d’hiver. Nous allons surtout faire de la cosmétique générale car il est en bon état. Nous allons démonter tous les systèmes et remplacer les pièces usées. Nous voulons également gagner un peu de poids, mettre au point une voile pour la Transat Jacques Vabre et réfléchir à des aménagements pour la navigation en double, mettre une bannette par exemple.

Le podium pour Thibaut Vauchel-Camus et Solidaires En Peloton – ARSEP

Thibaut Vauchel-Camus monte sur la troisième matche du podium de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe dans la catégorie des Multi50. A bord de son trimaran aux couleurs des 100 000 patients atteints de la Sclérose En Plaques, le navigateur de 40 ans a coupé la ligne d’arrivée à 23h 18’ 44’’ (heure de Paris, 18h 18’ 44’’ heure locale) après 12 jours 09 heures 18 minutes et 44 secondes de course, à 11,91 nœuds de moyenne sur le parcours théorique (3 542 milles). Il est le premier guadeloupéen et malouin à Pointe-à-Pitre et réalise une belle performance pour sa troisième traversée de l’atlantique en solitaire, la première en Multi50, malgré quelques soucis techniques et une escale forcée aux Açores. Thibaut Vauchel-Camus effectue une année 2018 de premier plan réussissant à mettre à l’eau un nouveau trimaran, porter un message fort et fédérer de nombreux partenaires fiers de se mettre dans l’ombre pour mettre en lumière la Fondation ARSEP, ses patients et ses chercheurs qui ont besoin d’une aide constante pour réduire un maximum la Sclérose En Plaques qui touchent de plus en plus de français.

Thibaut Vauchel-Camus à son arrivée :

« Je suis tellement content. C’était un truc de dingue ! Je suis ravi d’offrir la troisième marche du podium en Multi50 à la Guadeloupe, aux patients atteints de la Sclérose En Plaques, à mes supporters. Cette Route du Rhum a été une première pour moi en Multi50 et elle a été difficile. Les premiers jours ont été compliqués avec des passages de fronts sur passages de fronts mais nous sommes restés sérieux. J’étais en tête jusqu’à mon avarie et mon escale expresse qui a été hallucinante tant mon équipe a été forte. L’histoire a été tout de même très belle. J’avais une complète confiance en mon bateau. Les Multi50 sont fabuleux pour la vitesse et les sensations. Il fallait toujours être sur le qui vive et j’ai réussi à préserver mon bateau pour finir à grandes vitesses entre Basse-Terre et la ligne d’arrivée. J’ai pris beaucoup de plaisir sur cette Route du Rhum et j’ai déjà quasi hâte de revenir dans quatre ans. Merci à mes nombreux partenaires dont Transport Delanchy, Sanofi Genzyme, Tomate Jouno Mygoo, B&B Hôtels, Foncière Magellan, Thélem Assurances… sans qui rien ne serait possible.”

Bernard Gentric, vice-président de la Fondation ARSEP et président du Défi Sports Solidaires : « Thibaut est devenu au fil de ces sept ans aux couleurs de Solidaires En Peloton et de la Fondation ARSEP une source inspirante qui donne espoir à l’ensemble des patients atteints de la Sclérose En Plaques. Il est la confirmation pour tous qu’il faut toujours garder cet espoir. Ce qu’il vient de nous faire vivre est un exploit épique. Il a vécu des aléas sur sa Route du Rhum et il a réussi à se relever au fur et à mesure à l’instar des difficultés rencontrées par les patients. Nous sommes heureux et fiers d’avoir un ambassadeur comme Thibaut. Je tiens évidemment à le féliciter et à remercier toutes les équipes, les supporters, les partenaires qui soutiennent ce Défi Voile Solidaires En Peloton. Cette aventure met en exergue la force d’un collectif. »

Michaël Gregorio, l’un des parrains du Multi50 Solidaires En Peloton – ARSEP : « Je suis très heureux et très fier d’être le parrain du voilier de Thibaut. J’ai été impressionné par son parcours sur cette Route du Rhum, notamment suite à son avarie. Il ne s’est jamais découragé dans des conditions pourtant très difficiles lors de la première semaine de course. J’ai hâte de lui parler et de lui dire qu’il porte magnifiquement les couleurs de la Fondation ARSEP et des patients atteints de la Sclérose En Plaques. »

« Ba moin en tibo » : flash back

La Route du Rhum – Destination Guadeloupe de Thibaut Vauchel-Camus commence réellement début 2018 quand, après une année de construction au chantier ENATA, le trimaran Multi50 bleu, dessiné par le cabinet VPLP, est mis à l’eau. Le Défi Voile Solidaires En Peloton entreprend alors une course contre la montre.

Suite au baptême de son voilier au printemps à Saint-Malo, Thibaut enchaîne une saison haute en couleurs auréolée notamment par une victoire sur la DRHeam Cup. Une année ponctuée de Grands Prix, d’entraînements, de nombreuses rencontres avec les partenaires du projet et, c’est tout le sens du Défi Voile Solidaires En Peloton, de belles navigations avec les patients.

Le 4 novembre dernier, quand Thibaut claque la porte de sa maison juchée sur la pointe du Grouin, c’est avec émotion qu’il descend à pied vers son trimaran, pensant sans conteste à tout ce qu’il avait accompli en à peine deux ans : mener un Multi50 flambant neuf sur la plus grande des traversées en solitaire en compétition, porter les couleurs de la Fondation ARSEP, partir de sa région d’adoption pour aller vers sa Guadeloupe natale à quarante ans, âge de l’épreuve également !

14H00, coup de canon ! Le voilier bleu rugit de plaisir sur la ligne de départ et franchit Fréhel en deuxième position après Armel Tripon (Réauté Chocolat). Trois fronts dépressionnaires attendent les Multi50 engagés. Dans une mer hyper formée avec des creux atteignant les 8 mètres, un vent flirtant les 35-40 noeuds, Thibaut tient bon la barre malgré le mal de mer et l’obligation de veille constante.

Après des heures, des jours difficiles à travers le Golfe de Gascogne, le skipper solidaires et ambassadeur de la Fondation ARSEP se maintient dans le top 3. Puis à la faveur d’une option à l’Ouest, il prend la tête en Multi50 avant le passage des Açores avec plus de 150 milles d’avance sur le deuxième ! Les vitesses enregistrées par le dernier vainqueur de The Transat (en Class40) et son bateau en disent long sur l’implication et l’acharnement du marin. C’est alors que l’avarie survient…

Le haut de la grand-voile de Solidaires En Peloton – ARSEP se détache brutalement du mât. Le chariot et rail de têtière explosent. Très vite, Thibaut, avec ses impeccables routeurs Fabien Delahaye et Fred Duthil, décide de faire route vers Sao Miguel, aux Açores. Une opération commando débute. Les partenaires du Défi, Victorien Erussard, l’ami et co-fondateur de cette aventure, Jérémie Lagarrigue, le constructeur, les supporters, les prestataires se sont merveilleusement mobilisés. Six experts se retrouvent en un instant à Sao Miguel. Le skipper peut se reposer, son équipe répare le bateau blessé. Moins de 18 heures séparent l’appel de Thibaut signalant son avarie à plus de 100 milles des Açores, de son retour dans la course à ville allure !

Les galères continuent avec une montée dans le mât pour une histoire de hook et des soucis d’énergie qui ralentissent la progression de Thibaut. Mais les alizés approchent et c’est au contact du roi Le Roux et du fort Roucayrol, malheureux suite à son chavirage, que la bataille continue jusqu’à l’arrivée au pays tout en glissade. Une troisième place, synonyme de beaucoup de travail mais également de plaisir. Une histoire à l’image de “Tibo” (bisou en créole), petit par la taille, grand par le talent, de bonne humeur en toutes circonstances, au grand cœur et marin jusqu’au bout des ongles. Cet homme aime être en mer et on aime le suivre. Rendez-vous est pris en 2019 pour la Transat Jacques Vabre…

 

 

Baptême parfait !

Thibaut Vauchel-Camus ; Marine Barnérias ; Clément Cablé ; Michaël Grégorio ; Lou Hellin ; Bernards Gentric ; Baptème Saint-Malo

C’est fait ! Le Multi50 Solidaires En Peloton – ARSEP a été baptisé en cette fin d’après-midi à Saint-Malo. Thibaut Vauchel-Camus, le skipper qui porte le message d’espoir « vaincre ensemble la Sclérose En Plaques », Victorien Erussard, Bernard Gentric, vice-président de la Fondation ARSEP et président de l’association Défi Sports Solidaires, Michaël Gregorio, Marine Barnérias, Lou Hellin et Clément Cablé, les marraines et parrains, l’ensemble des partenaires du Défi Voile ainsi qu’un grand nombre de spectateurs ont lancé le nouveau trimaran aux couleurs de Solidaires En Peloton et de la Fondation ARSEP dans l’arène océanique. Thibaut Vauchel-Camus, guadeloupéen, malouin d’adoption, va désormais attaquer sa saison 2018 dont l’apogée sera le départ, le 4 novembre prochain, de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe.

Deux impressions suite à cet événement fort en émotions :

Michaël Gregorio : « J’ai trouvé le Défi Voile Solidaires En Peloton magnifique. Il m’a beaucoup touché et j’ai accepté avec plaisir d’être parrain du Multi50 mené par Thibaut Vauchel-Camus. Je viens juste d’embarquer dans cette aventure et j’espère pouvoir la suivre très régulièrement dans toutes ses composantes. La Sclérose En Plaques a touché ma famille et, à mon petit niveau, si je peux être un ambassadeur des valeurs portées par ce beau défi, je suis partant. En revanche, je ne connais pas la voile et cela va être une sacrée découverte. Mon baptême aura lieu demain à bord du trimaran. »

Bernard Gentric : « Lorsque Thibaut prend la mer, c’est un vrai défi physique et mental qu’il relève, de la même façon que les patients qui chaque jour ont des défis devant eux.  Le Défi Voile Solidaires En Peloton a, depuis 2012, une vraie résonnance avec le parcours des patients atteints de la Sclérose En Plaques. Nous sommes très fiers d’être aux côtés de Thibaut dans cette aventure. Merci aux partenaires du défi, merci pour les 100 000 personnes atteintes de cette maladie en France. »

Trois questions à Thibaut

1) Tu as déjà un peu navigué à bord de ton nouveau voilier. Quelles ont été tes premières impressions ?

Nous avons tout de suite senti le potentiel de notre nouvelle machine à foils. Structurellement, il est raide et offre un comportement nerveux. Tout ça est très positif même si je n’ai pas encore accumulé un grand nombre de milles. Je suis également satisfait des choix ergonomiques effectués lors de notre chantier. L’objectif était de ne pas descendre à l’intérieur pour s’alimenter, aller à la table à carte et ou pour se reposer. J’ai tout à portée de main sous ma casquette. Vraiment, je suis content du résultat et je remercie évidemment les architectes, le cabinet VPLP, et le chantier ENATA ainsi que toutes les personnes qui m’ont accompagné techniquement. C’est le début d’une grande histoire qui va m’amener au départ de la Route du Rhum chez moi à Saint-Malo et qui me transportera chez moi en Guadeloupe. Puis sur la Transat Jacques Vabre 2019, The Transat et la Québec Saint-Malo 2020… Nous avons un sacré programme.

2) Programme que tu vas partager avec l’ensemble des patients atteints de la sclérose en plaques ?

En effet, mon projet n’est pas que sportif. Il est né pour vaincre la sclérose en plaques et partager des valeurs de combativités avec les 100 000 diagnostiqués français. Nous allons enchaîner les navigations ensemble et nous allons faire connaître cette maladie à tous via notre aventure commune. Je me sens largement supporté par les patients. Ils sont un vrai booster pour moi. Ce baptême a été fort en émotions tant ce Multi50 représente beaucoup pour tous les acteurs sensibles à la Sclérose En Plaques. Je veux profiter de ce moment pour dire que le Défi Voile Solidaires En Peloton n’est pas financé par la Fondation ARSEP c’est même l’inverse ! Le Défi Voile est le “sponsor” de la Fondation ARSEP. Le DVSEP vit grâce à de précieux partenaires engagés dans la durée : B&B Hotels, Sanofi Genzyme, les Transports Delanchy, les Tomates Jouno, Thelem Assurances, La Foncière Magellan, Concept Ty… Merci à eux ! Faites des dons !

3) Tu seras au départ dans quelques jours des 1000 milles des Sables d’Olonne, ta première épreuve de la saison. Comment l’abordes-tu ?

Comme un baptême du feu en acceptant mes débuts dans cette série en Solitaire en étant décomplexé ! J’ai hâte d’y être… Ce ne sera pas simple. Je n’y vais pas pour un résultat. J’y vais pour apprendre et démontrer à mes concurrents que je serai un futur client aux podiums.

Le nouveau Multi50 Solidaires En Peloton – ARSEP : du rêve à la réalité !

C’est fait ! Après neuf mois de chantier, le Multi50 Solidaires En Peloton – ARSEP a été mis à l’eau samedi 20 janvier à Dubaï. Thibaut Vauchel-Camus, navigateur malouin originaire de Guadeloupe, le chantier ENATA et le cabinet VPLP lancent ainsi dans l’arène océanique un trimaran unique pourvu de foils et dont l’objectif est double : performer sur les grandes courses à la voile, à commencer par la Route du Rhum – Destination Guadeloupe, départ le 4 novembre prochain, et vaincre ensemble la sclérose en plaques.

Les impressions de Thibaut…

Neuf mois de travail pour la performance

« Je suis fier du travail effectué par le chantier ENATA, les nombreux prestataires techniques français, mes équipes et par le cabinet VPLP. Ce trimaran est le fruit de près de 30 000 heures de travail sollicitant le savoir-faire de 170 personnes en France et à Dubaï ! Nous sommes au début d’une grande aventure sportive avec une machine exceptionnelle. »

Un trimaran high-tech unique

« C’est le deuxième Multi50 où l’arrivée des foils est au cœur du design. Ce voilier va être plus raide et je pense que nous allons gagner 15% à 20% en vitesse de pointe par rapport à la génération précédente. Ce chantier a été une magnifique expérience pour moi qui n’avait jamais construit de voiliers de cette ampleur. Je me suis transformé en chef d’orchestre en m’impliquant dans toutes les composantes de sa conception et en écoutant avec attention l’ensemble des personnes d’expérience tant au niveau du bateau que de la technique.

Le Multi50 Solidaires En Peloton – ARSEP bénéficie de la patte VPLP avec une plateforme en X et une barre d’écoute circulaire à l’arrière. Nous avons optimisé son design, en exploitant la place permise aux évolutions, tout en restant dans le cadre maîtrisé de la jauge Multi50. Nous avons dessiné une casquette atypique en extrapolant des modèles existants, ce qui lui donne un look assez remarquable. C’est un voilier qui a été conçu pour naviguer durant plusieurs années et qui évoluera au fil de ses navigations. Nous avons voulu un trimaran polyvalent pour des navigations en solitaire et en équipage, tout en gardant un haut niveau de sécurité en mer. »

Mi-mars à Saint-Malo, avec la Route du Rhum en ligne de mire, pour les patients atteints de la sclérose en plaques

« Je tiens à l’évidence à remercier l’ensemble des mécènes et partenaires du Défi Voile qui ont permis la construction de ce voilier des temps modernes. Je pense à Thélem Assurances, Tomates Jouno, B&B Hotels, Transports Delanchy et Sanofi Genzyme qui sont des piliers du projet. Depuis plusieurs années, nous évoluons ensemble dans une grande confiance et avec beaucoup d’amitiés. C’est un honneur pour moi de les représenter quotidiennement et de porter avec force les couleurs de Solidaires En Peloton et de la Fondation ARSEP. Ce trimaran de 50 pieds existe pour les patients atteints de la sclérose en plaques, il a pour objectif de faire prendre conscience à tous des difficultés engendrées par cette maladie.

Les premières navigations auront lieu dans quelques jours. Le Multi50 sera ensuite transporté par cargo jusqu’en Europe pour arriver à Saint-Malo mi-mars. J’ai hâte de pouvoir vous le présenter, d’accueillir les patients à bord du bateau et d’entamer ma préparation sportive pour la Route du Rhum, le grand objectif de cette année. »

SOLIDAIRES EN PELOTON – ARSEP, 3ÈME DES FLYING PHANTOM SERIES 2017

Les quatre jours de joutes nautiques qui ont eu lieu ce week end en centre ville de Cardiff signent la fin des Flying Phantom Series 2017. Solidaires En Peloton – ARSEP se hisse sur le podium, à la troisième place, derrière Red Bull Sailing Team, skippé par le médaillé olympique autrichien Thomas Zajac, et l’équipe brestoise Culture Foil (Eric Peron, Théo Constance).

À Cardiff, les 13 Flying Phantom engagés se sont livrés bataille au ralenti, dans des vents erratiques peu communs à la capitale du Pays de Galles. Le public britannique, habitué aux Extreme Sailing Series, a été fidèle au poste sur ce site où “race stadium” prend tout son sens. Thibaut Vauchel-Camus et David Fanouillère terminent 4ème à seulement 2 points de Culture Foil après 14 manches courues. “Pour deux points, nous ratons le podium à Cardiff… » déclare Thibaut. « Mais nous prenons la troisième position au classement général des Flying Phantom Series 2017, ce qui est très satisfaisant.”

Le démâtage à Madère n’empêchera donc pas le team Défi Voile, porteur du message d’espoir « vaincre ensemble la sclérose en plaques », de réaliser une belle saison sur ce circuit où, dixit Thibaut : “le niveau a fortement augmenté avec des médaillés olympiques aux avant-postes. Trois équipiers se sont relayés durant la saison (Tom Laperche à Madère, Benjamin Lamotte à Barcelone et Hambourg, David Fanouillère à Cardiff), à croire que je les use ? Cela est peu propice au progrès constant et nous avons du nous appuyer sur notre expérience. Nous manquions un peu de pratique, notamment sur ce nouveau format de course, à savoir des petits parcours au contact avec moins de possibilités de longs vols sur foils. Il est passionnant d’avoir cette marge de progression.”

Pendant ce temps, la construction du Multi50 Solidaires en Peloton – ARSEP continue en vue de la prochaine saison 2018 et de la Route du Rhum, objectif N°1 du Défi Voile Solidaires En Peloton.

“Cette saison en Flying Phantom m’aura permis de tenir un challenge sportif et technique” ajoute Thibaut “et de garder un œil sur les nouvelles évolutions pendant que le Multi50 avance avec la rigueur d’une construction parfaite. D’ici 10 jours, je vais me rendre à Dubaï afin de réceptionner le container qui est parti de Lorient début août avec tout le matériel d’armement dont le mât, les foils et les voiles.”

Rendez-vous à Brest du 14 au 17 septembre pour un dernier événement de haut vol en Flying Phantom (hors Extreme Sailing Series) : le Finist’AIR Sailing, épreuve innovante sur les supports à foils se voulant lisible et spectaculaire.