Solidaires En Peloton baptisé s’attaque à l’acte 1 des Ocean Fifty Series

Baptème à Saint-Malo 18 Mai 2024

Samedi 18 mai 17h00, l’Ocean Fifty Solidaires En Peloton skippé par Thibaut Vauchel-Camus, vainqueur de la dernière Transat Jacques Vabre, a été baptisé à Saint-Malo. Il portera les couleurs des 120 000 patients atteints de la Sclérose En Plaques et de la nouvelle Fondation France Sclérose En Plaques pour la 12ème année consécutive avec l’appui notamment des Groupes Delanchy et Magellim et de nombreux partenaires. Dès le 23 mai, Thibaut Vauchel-Camus, accompagné de Tom Laperche, Axelle Pillain, Laurent Gourmelon, Julien Deniel et Antoine Gautier, prendra le départ du premier acte des Ocean Fifty Series à la maison, à Saint-Malo, au port des Sablons. Neuf équipages Ocean Fifty s’affronteront sur des parcours construits et sur un parcours côtier. En parallèle, fidèle à ses habitudes, le Défi Voile Solidaires En Peloton, fera naviguer des patients les 24 et 25 mai à bord de voiliers de croisière et pour suivre le show des trimarans de 50 pieds.

Thibaut Vauchel-Camus : « Cela fait 9 mois que je navigue sur le nouveau Solidaires En Peloton. Nous n’avons pas eu vraiment le temps de l’honorer car 2023 a été dense sur l’eau. C’est chose faite devant notre famille de supporters, nos partenaires et une marraine et deux parrains de choix que sont Lou Hellin, Victorien Erussard et Bernard Gentric. Il était important que l’on puisse le célébrer. Je commence un peu à croire à l’énergie d’un baptême. Un bateau n’est pas un simple objet, il a une âme et une histoire !  Ce baptême est survenu peu après le dévoilement de la Fondation France Sclérose En Plaques qui réunit trois entités qui œuvraient pour cette cause. Il est bon de tous se fédérer contre la Sclérose en Plaques et enfin nous avons un organisme qui a le nom de la SEP ce qui est vraiment plus percutant. Nous enchaînons dès jeudi à Saint-Malo avec le premier acte des Ocean Fifty Séries. Nous sommes le dernier vainqueur d’un Grand Prix à Saint-Quay-Portrieux l’an passé, nous sommes censés être bons dès ce premier acte ! L’objectif est comme d’habitude de prendre du plaisir et de naviguer proprement. La performance viendra avec. Je vais profiter des compétences d’Axelle Pillain, Antoine Gautier, Julien Deniel, Laurent Gourmelon, le responsable technique du projet, et Tom Laperche.  J’ai navigué avec Tom en 2018 en flying phantom. Nous avons fait aussi Monaco – Lorient en 2020. Il est bon, il est agréable et il est motivé, il est vainqueur d’une Solitaire du Figaro et il a emmagasiné beaucoup d’expérience ces derniers temps avec François Gabart et à bord de l’ultime SVR – Lazartigue. »  

Bernard Gentric, Fondateur de la marque Solidaires En Peloton : « Nous avons vécu il y a quelques jours une journée historique avec la création de la Fondation France Sclérose En Plaques qui va permettre de parler de notre cause d’une seule voix. Je suis très heureux ce jour de baptiser le nouveau voilier de Thibaut à nos couleurs. Le Défi Voile Sclérose En Plaques est un formidable ambassadeur des 120 000 patients atteints de la Sclérose En Plaques et de la recherche contre cette maladie. Bon vent à toute l’équipe pour cette nouvelle campagne et surtout n’oubliez pas la Sclérose En Plaques n’est pas contagieuse, Solidaires En Peloton l’est ! »  

La liste de l’équipage Solidaires En Peloton à Saint-Malo :

INSHORES :
Thibaut Vauchel-Camus
Axelle Pillain
Laurent Gourmelon
Antoine Gautier
Julien Deniel

CÔTIERS :
Thibaut Vauchel-Camus
Tom Laperche
Axelle Pillain

ACT I SAINT-MALO du 22 au 26 mai

INSHORES : jeudi et vendredi avec 3 ou 4 manches
LONG CÔTIERS : samedi et dimanche.
Mercredi 22 mai – 17h00 : Ouverture officielle du village avec un stand Solidaires En Peloton
Dimanche 26 mai – 16h00 : Remise des prix

Rallye des patients :
Vendredi 24 mai embarquement de 8 patients à bord de voiliers monocoques pour suivre les manches
Samedi 25 mai embarquement de 20 patients ( dont 5 fauteuils roulants à bord d’EPHATA, le catamaran d’Emeraude Voile Solidaires pour suivre le départ du long côtier de 9h à 12h)

Caractéristiques techniques de Solidaires En Peloton :
Numéro de voile : 120000
Longueur : 15,24 m
Largeur : 15,20 m
Tirant d’air : 23,77 m
Tirant d’eau : 3,5 m
Surface de voiles au près : 180 m2
Surface de voiles au portant : 270 m2
Architectes : Romaric Neyhousser
Constructeur : Lalou-Multi
Année de lancement : 2020

Les neuf équipages présents lors de l’Acte 1 des Ocean Fifty Series

Luke BERRY – Le Rire Médecin-Lamotte
Laurent BOURGUÈS – Mon Bonnet Rose (ex- French Touch Oceans Club)
Fabrice CAHIERC – Realites
Francesca CLAPCICH – Upwind by MerConcept (ex Les P’tits Doudous)
Baptiste HULIN – Viabilis Océans
Erwan LE ROUX – Koesio
Matthieu PERRAUT – Inter Invest (ex-Solidaires En Peloton 2023)
Sébastien ROGUES – Primonial
Thibaut VAUCHEL-CAMUS – Solidaires En Peloton

Ma petite entreprise

Le monde de la course au large a fortement évolué ces dernières années avec l’arrivée de nombreux partenaires en son sein. Thibaut Vauchel-Camus n’a jamais été amateur mais il s’est professionnalisé et les skippers sont devenus de véritables chefs d’entreprise. Vainqueur avec Quentin Vlamynck de la dernière Transat Jacques Vabre Normandie Le Havre dans la catégorie des trimarans Ocean Fifty, il est l’exemple même du navigateur qui s’est adapté avec le temps à la croissance de son sport et à son évolution à tous les niveaux. Témoignage…
Une SARL de 11 collaborateurs ( 5 salariés et 6 free lance)

« Il y a 12 ans quand j’ai fondé avec Victorien Erussard le Défi Voile Solidaires En Peloton, nous étions seulement deux. Nous avions, à certains moments tout de même, un préparateur en Class40. Et puis, au fil des années, avec le modèle que nous avons créé, à savoir, donner un maximum de visibilité aux 120 000 patients atteints de la Sclérose En Plaques et à la recherche médicale tout en tenant compte de la complexité croissante de nos voiliers… nous nous sommes structurés. Aujourd’hui, je suis un chef d’entreprise qui gère une SARL, SEA U, avec 6 à 7 personnes à l’année (salariés et prestataires), qui peut monter jusqu’à 11 sur le chantier hivernal du trimaran OCEAN FIFTY.”

Une nécessaire diversification des métiers :

« L’écosystème de la course au large a grandi et les exigences de tous également. Nous nous devons de répondre aux demandes croissantes de nos partenaires en leur proposant des activations, des navigations, des relations publiques tout en étant performant en compétition. Les plannings de course sont devenus plus denses et exigeants. Cela engendre évidemment pas mal de travail et fait appel à des compétences différentes au sein de ma société : techniques, finance & administratif, communication et logistique… L’entreprise génère un chiffre d’affaires entre 750 000 euros et 800 000 euros HT par an depuis 5 ans. Mon métier a donc énormément évolué. Je ne suis plus qu’un simple sportif de haut niveau soucieux de son physique, de son mental et de sa pratique sur l’eau mais je dois également m’intéresser à plusieurs métiers ou au moins les comprendre pour mieux les déléguer. Cette évolution entrepreneuriale me permet d’apprécier davantage le travail en équipe et leur implication.”

Marin et commercial !

« Être chef d’entreprise est loin d’être une navigation sur mer calme. Chaque jour apporte son lot de défis. Pour autant c’est une grande satisfaction quand tout fonctionne correctement et que nous avons l’appui et la confiance de nos partenaires. Avoir leur soutien est essentiel, pas de projet ambitieux sans ressources financières nécessaires. Les marins se sont donc mués en commerciaux pour aller à la recherche de budgets et convaincre. Il est indispensable d’y passer du temps et de régulièrement se remettre en question. L’enjeu est de consolider nos relations et nos budgets tant pour répondre aux demandes de nos partenaires que de garantir des bonnes conditions de travail.”

De nouveaux rapports marin/partenaires :

« Le fait d’avoir monté ce défi original, qui a d’ailleurs fait école depuis dans la course au large, est très gratifiant et me paraît encore à ce jour un modèle du genre en totale adéquation avec notre société, qui se doit d’être plus juste, moins autocentrée. Je le sens quotidiennement dans les yeux de mes collaborateurs qui mettent en pratique leurs compétences sur un projet sportif et solidaire. Nous avons clairement un autre rapport au travail et vous ne pouvez pas savoir l’effet que cela nous fait de transformer, ne serait-ce qu’une journée, la vie d’un patient que nous avons amené en mer à bord de Solidaires En Peloton ou que nous avons accueilli sur nos stands lors des villages de courses par exemple. C’est enfin, au-delà du business, un projet qui nous amène à ne pas consommer la voile uniquement pour sa performance. Nos partenaires nous suivent depuis de nombreuses années en nous faisant grandir. C’est non seulement une belle preuve de fidélité mais aussi le partage de valeurs communes qui nous font avancer ensemble avec un objectif unique qui est celui de sensibiliser à la maladie..”

Le Défi Voile Solidaires En Peloton est principalement soutenu par Delanchy Transports, Groupe Magellim, B&B, SFEE, Sanofi…et un Peloton de TPE et PME.

Depuis sa création en 2012 le projet a fait naviguer près de 3000 personnes dont 500 patients atteints de la Sclérose En Plaques.

En 2023, le Défi Voile Solidaires En Peloton est passé à la vitesse supérieure avec l’acquisition d’un nouvel Ocean Fifty et avec lequel le skipper malopéen a remporté une course majeure, la Transat Jacques Vabre Normandie Le Havre.

Thibaut Vauchel-Camus et son équipe s’engagent sur un riche programme de courses pour la nouvelle saison 2024. Le programme de la classe Ocean Fifty sera dévoilé très prochainement.

L’équipe Solidaires En Peloton :

Thibaut Vauchel-Camus, Laurent Gourmelon, Paul Hirsinger, Nicolas Champagne, Marie Le Creurer, Myriam Baron, Chloë Lecardonnel, Julien Deniel, Endelvy Warin, Yann Henry, Paul Fleury

Solidaires En Peloton, Thibaut Vauchel – Camus et Quentin Vlamynck gagnent la Transat Jacques Vabre Normandie Le Havre

Thibaut Vauchel – Camus, 45 ans, et Quentin Vlamynck, 32 ans, après une saison de haut vol à bord de l’Ocean Fifty Solidaires En Peloton – ambassadeur depuis plus de 10 ans des patients atteints de la Sclérose En Plaques, remportent la 16ème édition de la Transat Jacques Vabre Normandie Le Havre.

C’est la deuxième grande victoire du marin malouin – guadeloupéen sur une traversée de l’Atlantique après The Transat 2016 en Class 40 et la première pour Quentin Vlamynck, à bord d’un trimaran de 50 pieds.

Thibaut Vauchel – Camus avait cette ambition depuis son intégration dans le circuit Ocean Fifty. C’est fait depuis aujourd’hui et le passage de la ligne d’arrivée à Fort-de-France à 20 heures 7 minutes et 40 secondes (heure martiniquaise) en 11 jours, 11 heures, 22 minutes et 27 secondes.

Le duo qui soutient la Fondation ARSEP rend une copie parfaite. Il avait remporté l’acte 1 de cette Route du Café entre Le Havre et Lorient. Puis, depuis le nouveau départ du Morbihan, les tempêtes étant passées par là, Solidaires En Peloton n’a quasi jamais quitté la place de leader négociant parfaitement le passage d’une grande dorsale anticyclonique au nord de Madère.

Avec ses routeurs, Eric Mas et Fred Duthil, le duo de Solidaires En Peloton a ensuite toujours fait les bons choix accélérant inexorablement dès que les conditions de portant étaient au rendez-vous. Malgré l’abandon malheureux d’une partie de la flotte des Ocean Fifty, Thibaut et Quentin, très communicatifs quant à leur joie d’être en mer, réalisent une sacrée performance. Cette victoire est également celle des partenaires du Défi Voile Solidaires En Peloton, Delanchy Transports, Le Groupe Magellim, B&B HOTELS, SFEE et Sanofi, le groupe de partenaires de Dinan et de Saint-Malo qui depuis de nombreuses années, se mettent dans l’ombre pour mettre en lumière les patients de la Sclérose En Plaques et la recherche contre cette maladie. Plus de 600 patients ont d’ailleurs navigué à bord de Solidaires En Peloton depuis 11 ans !

Ils ont dit :

Thibaut Vauchel – Camus : « C’est quelque chose que je cherche depuis quelques années cette belle victoire sur une Transat. C’est enfin réussir quelque chose d’assez incroyable. Gagner une transat en multicoque, ce n’est pas rien. Nous nous sommes bien adaptés à ces deux étapes. Dans notre sport, on passe notre temps à faire ce qui n’est pas prévu et à ne pas faire ce qui est prévu. Un an après mon chavirage sur la Route du Rhum, je suis très heureux d’offrir aux 120 000 patients atteints de la Sclérose En Plaques, à mes partenaires cette première place. Avec Quentin, nous avons été très en phase tout au long de cette étape ente Lorient et Fort- de- France prenant les bons choix et bien aiguiller par nos routeurs. »

Quentin Vlamynck : « L’erreur peut vite arriver sur ces bateaux. Nous n’avons rien lâché tout au long de cette transat. Nous sommes contents d’en arriver là. C’est beaucoup de travail. Nous allons en profiter. Je suis super fier que le bateau que nous avons imaginé avec Romaric, Fabienne et Lalou marche fort. Je me sens vraiment bien à bord de ce bateau. C’est une super expérience d’avoir navigué avec Thibaut sur cette Transat. J‘en sors renforcé pour mon avenir sur le circuit Figaro dès 2024. »

Brigitte Delanchy, Présidente du groupe Delanchy et porte-parole des partenaires : « Vive cette équipe de choc ! Il y a une solidarité hors norme dans ce Défi Voile Solidaires En Peloton. J’ai trouvé Thibaut et Quentin en osmose tout au long de la course. Nous sommes fiers d’eux. C’est également une victoire contre la Sclérose En Plaques. Notre duo est passé par des hauts et des bas qui caractérisent cette maladie. Cela donne beaucoup d’espoir, la preuve est là. Nous sommes nombreux en Martinique et en métropole à suivre ce super projet. C’est un aboutissement pour les partenaires car nous attendions cette grande victoire. Bravo aux marins et à notre Thibaut qui est très professionnel et qui incarne au mieux nos messages en faisant notamment naviguer toute l’année des patients. »

Solidaires En Peloton, solide !

Partis lundi de Lorient, une semaine après avoir effectué un acte 1 victorieux entre la Normandie et le Morbihan, imaginé à cause de la tempête touchant l’hexagone, Thibaut Vauchel-Camus et Quentin Vlamynck ont vite repris leurs habitudes de leader de la Transat Jacques Vabre perdant la tête de la flotte des Ocean Fifty uniquement quelques heures.

Depuis, Solidaires En Peloton mène avec brio la fameuse transat en double dans des conditions météorologiques pourtant pas faciles depuis la ligne de départ franchie subissant un front costaud avant le passage du cap Finisterre ayant fait de nombreux dégâts chez ses amis – concurrents.

En cette fin de journée, le trimaran de 50 pieds aux couleurs des 120 000 patients atteints de la Sclérose En Plaques est solidement installé dans le fauteuil de leader ayant allongé la foulée ces dernières 24 heures et possédant 66 milles d’avance sur son poursuivant direct.

La côte portugaise sera rapidement un vieux souvenir et Solidaires En Peloton va, suite à quelques journées pénibles à bord, aborder une nouvelle séquence de navigation dans le calme.

« Notre duo a fait un début de course intéressant » analyse Eric Mas, le routeur – météorologue du Défi Voile Solidaires En Peloton. « Le Golfe de Gascogne a été très musclé. La dépression était délicate à gérer et pas facile à analyser dans les différents modèles météos. Le dosage pour la franchir était délicat. Nous avons fait moins mal que les autres. Cela s’est joué à quelques milles près alors que Primonial était un peu mieux placé que nous. Lors de la grande cavalcade le long du Portugal, nous avons décidé de nous replacer par rapport à Viabilis en se contraignant à un près serré. Maintenant que nous l’avons sous contrôle, Thibaut et Quentin lâchent les chevaux à grande vitesse avant de tomber dans une large molle et s’attaquer à l’anticyclone tout en pensant à placer un empannage au bon moment pour se diriger vers Madère.»  

De son côté, même si la situation a été infernale depuis le “re-départ”, Thibaut Vauchel-Camus affichait ce matin une certaine joie d’être en mer tout en étant bien concentré pour la suite et tout en pensant à ses camarades de la Classe OCEAN FIFTY. « Nous avons été un peu sages au début lundi mais on a vite été cueilli à froid avec du vent fort qui est rentré avec des grains à 35 nœuds . Nous étions à l’aise à jouer devant avec Primonial. Je dois dire que nous avons été bien refroidis quand on a appris leurs mésaventures et celles du Rire Médecin – Lamotte. On a aussi appris que Koesio était en escale pour faire des réparations. On pense à eux. Nous avons maintenant des angles plus cool et on navigue un peu plus bas. Nous gardons le rythme. »

Transat Jacques Vabre – Solidaires En Peloton premier à Lorient !

Transat Jacques Vabre Normandie -Le Havre

Thibaut Vauchel-Camus et Quentin Vlamynck remportent, à 10 heures ce jour, avec brio la première étape de la Transat Jacques Vabre entre Le Havre et Lorient concoctée à la dernière minute à cause des conditions très musclées qui ne permettaient pas aux organisateurs de lancer les Ocean Fifty en direction de la Martinique !

Le duo du nouveau trimaran de 50 pieds Solidaires En Peloton réalise une course quasi parfaite jouant devant depuis le départ hier après-midi de la Normandie. Il confirme ses très bonnes dispositions techniques, sportives et mentales depuis le début de saison puisque Thibaut et Quentin avaient déjà gagné la grande étape du Pro Sailing Tour entre Toulon et Brest et le trophée des multicoques de la baie de Saint-Brieuc. Les Ocean Fifty repartiront de Lorient pour Fort-de-France quand la situation dépressionnaire automnale sera passée et comme sur la Solitaire du Figaro le classement général de la Transat en double dans la catégorie des Ocean Fifty se jouera au cumul du temps des deux étapes.

Les Ocean Fifty accompagnés des Class 40 et des Ultimes, exit les Imoca, hier ont offert au grand public et à la télévision un spectacle fantastique sur le plan d’eau Havrais. La mer était forte, très forte, le vent soufflait à plus de 30 nœuds d’Ouest, le soleil était au rendez-vous. Solidaires En Peloton prenait un top départ et se retrouvait très vite aux avant-postes utilisant un combo de voiles propice à une belle stabilité sur l’eau et un bateau à trois pattes moins volage que certains de ses concurrents.

Au près, Thibaut, le malouin – guadeloupéen, et Quentin, l’homme du Sud-Ouest, tiraient leur épingle du jeu s’abritant rapidement du courant contraire à Barfleur optionnant à la côte. Toujours plus rapide cette nuit notamment au passage de la pointe bretonne et enfin au débridé, Solidaires En Peloton prenait la poudre d’escampette pour afficher à l’arrivée un écart en temps qui sera assez significatif sur son deuxième de quoi permettre au tandem – ambassadeur des 120 000 patients de la Sclérose En Plaques d’aborder la suite avec sérénité et confiance.

Thibaut Vauchel-Camus : « Les conditions ne nous permettaient pas de sortir du golfe de Gascogne et des côtes portugaises en avant d’une dépression féroce. Nous avons donc, comme demandé par la direction de course, débuté notre Transat Jacques Vabre en direction de Lorient mais je rassure tout le monde, on ira bien en Martinique, la petite sœur de ma Guadeloupe qui est si chère à mon cœur.  Nous sommes, avec Quentin, contents parce que c’était de l’engagement. Les conditions étaient assez toniques hier au départ et ensuite avec des rafales à 40 nœuds sur le prés – débridé jusqu’au Cotentin. Il y avait de la mer et du courant aussi ! Cet acte 1 était super engagé mais avec de la finesse. Nous sommes ravis de démarrer cette transat atypique de cette façon. Côté préparation, nous nous appuyons sur l’expérience du team Solidaires En Peloton et de Quentin et ça marche bien. Nous avons eu quelques soucis de routine mais rien de bien méchant. »

Thibaut Vauchel-Camus et Quentin Vlamynck pour la victoire !

Thibaut Vauchel-Camus et Quentin Vlamynck seront au départ de la Transat Jacques Vabre Normandie Le Havre le 29 octobre. Entre Le Havre et Fort-de-France en Martinique, le duo du nouvel OCEAN FIFTY Solidaires En Peloton, vainqueur de la grande étape du Pro Sailing Tour 2023 et du Trophée des Multicoques de la Baie de Saint-Brieuc, s’affiche comme un prétendant à la victoire et se présentera sur cette mythique traversée de l’Atlantique en double avec les dents longues !

  1. Peux-tu présenter ton co-skipper ?

TVC : Quentin est avant tout l’ancien skipper de mon nouvel OCEAN FIFTY Solidaires En Peloton. Il a remporté le Pro Sailing Tour 2022 et n’a pas été loin de gagner la Route du Rhum Destination Guadeloupe. Il a effectué aussi un très beau parcours en Mini 6.50. Il connaît parfaitement mon trimaran pour avoir beaucoup navigué à bord mais aussi pour l’avoir construit. Il est très agréable à terre. Calme, posé, réfléchi sur l’eau, il dispose d’une forte motivation.

QV : Thibaut est un grand spécialiste du multicoque et de l’OCEAN FIFTY. Il est enthousiaste. Il n’a pas peur sur l’eau. Il est très motivé. Il est toujours de bonne humeur et il a un sacré sens de l’humour.

  1. Quelle est ton histoire avec la Transat Jacques Vabre ?

TVC : Je vais participer à ma cinquième Transat Jacques Vabre Normandie Le Havre. J’en ai fait deux en Class 40 et deux en OCEAN FIFTY. La première en 2013 a été particulièrement fondatrice pour ce Défi Voile Solidaires En Peloton car elle a décidé nos partenaires à nous accompagner. Avec Victorien Erussard, nous avions eu des problèmes d’électronique et d’énergie importants. Nous avions fait une escale à Cascais pour ensuite repartir bon dernier et faire une belle remontada. Au final, nous avions terminé à la 11ème place et prouvé notre résilience. Elle a été la démonstration de nos tempéraments. Nous finissons quatrièmes en 2015 après une escale de 24 heures au Cap-Vert. En 2019 et 2021, je coupe la ligne à la deuxième place et la quatrième avec Fred Duthil. La Transat Jacques Vabre Normandie Le Havre est une course iconique de la course au large avec sa destination « café » qui apporte beaucoup de sens. J’ajoute que j’ai toujours eu l’impression que l’organisation de la Transat Jacques Vabre Normandie Le Havre avait la volonté affirmée de maîtriser son impact carbone. Les primes de course sont également à la hauteur des engagements des skippers.

QV : Je devais faire ma première Transat Jacques Vabre Normandie Le Havre avec Lalou Roucayrol en 2013. Il ne m’a pas choisi pour finir. Je n’étais pas encore assez mature. Je l’ai donc suivi dans l’équipe technique. Deux jours après le départ, Lalou a chaviré et je me suis retrouvé sur un remorqueur pour aller sauver le trimaran au large du Portugal, un sacré souvenir ! Après des années en Mini, j’ai enfin pris le départ de la course en 2021 à bord d’Arkema. Cela a été une expérience riche avec Lalou. J’ai beaucoup gagné en compétence à bord de notre jeune trimaran. Cette transat a été un bon tremplin.

  1. En quelques mots, peux-tu nous parler du parcours OCEAN FIFTY de la Transat Jacques Vabre  Normandie le Havre ?

TVC : Nous ne partons pas de Cherbourg ou de Saint-Malo mais du Havre. Nous avons donc un long parcours pour sortir de la Manche. La traversée du golfe de Gascogne nous fait entrer assez vite dans le bain océanique avec souvent des régimes dépressionnaires. L’idée est d’aller ensuite à la recherche des alizés au large du Portugal puis des Canaries et trouver un point d’entrée optimal pour franchir le fameux pot-au-noir en arrivant avec des angles rapides pour les OCEAN FIFTY. Il y a un gros paquet de milles entre les Canaries et cette zone de convergence. Il y aura alors le passage de l’Équateur et les conditions de l’hémisphère Sud pour contourner la marque de Fernando de Noronha. au large du Brésil. Notre machine aura alors été bien sollicitée et il faudra s’assurer que tout est en état. La dernière ligne droite est enfin assez piégeuse avec du trafic au large du Brésil, une transition de vent entre les deux hémisphères et des bords à tirer quand on atteindra les Antilles mais également des sargasses et des phénomènes météos liés à l’archipel.

QV : C’est un parcours hyper varié. Il va falloir être tout de suite dans le match dans de possibles conditions difficiles pour « démancher ». Le début de la course sera très important car les écarts peuvent vite se creuser. On peut ensuite « dégolfer » assez vite à bord de nos bateaux. Nous rencontrerons, après le cap Finisterre, du portant à hautes vitesses en faisant attention aux zones déventées que peuvent produire des archipels Viendra le passage aléatoire du pot-au-noir et une situation un peu plus classique après le Brésil. Cette Transat peut durer entre 15 et 17 jours. Il faudra réussir à suivre le rythme qu’on s’impose et celui des autres.

  1. Quels sont les atouts du trimaran Solidaires En Peloton ?

TVC : C’est un multicoque très polyvalent. Il va nous aider à mieux franchir les zones de transition qui peuvent souvent se dérouler dans du petit temps. Il a une coque centrale plus fine que mon ancien trimaran. Il est plus raide et plus aérodynamique.

QV : C’est un voilier qui est né de nombreux échanges avec Lalou et Romaric, son architecte. Nous nous sommes servis de notre expérience avec le premier OCEAN FIFTY  Arkema. Ce qui me tenait vraiment à cœur était de travailler sur l’aéro et la zone de vie. Il me paraissait primordial d’être au sec le plus souvent possible. Il faut juste savoir sortir la tête de notre abri afin de sentir le voilier. C’est un voilier très raide qui tape beaucoup mais qui est en même temps très polyvalent. Il sera rapide au près ce qui pourrait peut-être, être l’allure au départ de la course.

  1. Comment se déroule 24 heures en mer sur une transat en double ?

TVC : C’est une forme de relais en solitaire alors que nous sommes en double. Le fait de naviguer à deux, nous fait gagner en performance et c’est un plus pour la sécurité. Il y a toujours quelqu’un sur le pont. A priori, nous allons faire des quarts de deux heures. On ne se repose pas beaucoup mieux qu’en solitaire. En effet, il n’est pas toujours simple de trouver le sommeil pendant nos deux heures de repos consacrées à notre alimentation et à la veille à la table à carte.

QV : Encore une fois, le départ sera crucial pour la suite. Nous aurons des premières heures intensives où nous serons à deux sur le pont. Ensuite, on adoptera un rythme un peu plus militaire avec des quarts de 1h30 à 2h00. L’idée est de maintenir nos vitesses à 100% en allant dans le bon sens ! On prendra le temps évidemment d’échanger sur notre vision commune du parcours et de la navigation en concertation avec nos routeurs.

  1. Qui seront vos concurrents les plus féroces ?

TVC : Le jeu sera, comme chaque course de la classe OCEAN FIFTY, très ouvert. Le niveau est homogène et les nouveaux trimarans seront compétitifs dès cette transat. Je pense au voilier de Seb Rogue, le sister-ship de notre bateau ou celui de Fabrice Cahierc. Les nouveaux arrivants comme Pierre Quiroga ou Luke Berry sont de très bons marins et d’excellents performers. Erwan Le Roux sera aussi comme d’habitude au rendez-vous. Mais il est clair que nous sommes parmi les favoris. Avec Quentin, nous avons accumulé beaucoup d’expérience en OCEAN FIFTY et nous faisons une belle saison.

QV : L’OCEAN FIFTY en transat est un engagement permanent car il faut garder le bateau à l’endroit. Partant de ce constat, je pense que tous les concurrents ont une chance de remporter la compétition. Les duos ont des profils différents mais ils sont tous performants. Le niveau est homogène. Il ne faudra rien lâcher. De grands écarts peuvent être comblés assez vite sur nos trimarans rapides.

  1. Quel est votre rapport avec Le Havre et la Martinique ?

TVC : Mon père était de Fécamp. J’ai un partenaire, SFEE, qui est à Fécamp aussi. Je connais le terrain. J’ai des repères au Havre et vraiment que de bons sentiments pour cette ville – départ. La Martinique est l’île sœur de la Guadeloupe, mon pays natal. Pourtant je ne la connais pas tant que ça mais j’ai évidemment quelques repères culturels. Il y a deux ans, nous sommes arrivés en plein mouvements sociaux. Nous n’avons pas profité de la Martinique comme il fallait. J’espère que cela sera le cas cette année. J’ai très envie de faire rêver les martiniquais et de leur donner envie d’aller sur l’eau.
QV : Pas plus que ça… Je suis du Sud-Ouest mais je trouve que le parcours est passionnant en partant du Havre et en direction de Fort-de-France. Le décalage de température sera important (rires).

  1. Quels sont vos objectifs sur cette compétition ? 

TVC : Nous sommes au départ pour gagner la course. J’avais déjà cette ambition sur mes quatre participations mais là je dois dire que toutes les planètes sont alignées pour faire une performance : un co-skipper de rêve et très compétitif, un nouveau trimaran, des partenaires au top et deux routeurs, Eric Mas et Fred Duthil qui vont former un duo redoutable à terre pour nous aiguiller.
QV : Thibaut n’est pas là pour faire de la figuration, moi non plus. Nous avons une expérience mutuelle et différente de l’OCEAN FIFTY. Sur le papier, nous formons un tandem tout à fait en situation de gagner.

  1. Comment donnez-vous du sens à vos performances ? 

TVC : A mon humble niveau depuis plus de 10 ans et à travers ce défi vélique, je me mobilise pour sensibiliser le public à la Sclérose En Plaques, pour faire naviguer des patients et pour collecter des fonds au profit de la recherche. Je suis conscient des difficultés qu’ils rencontrent au quotidien et cela me pousse à relativiser à terre et en mer quand c’est dur.
QV : C’est nouveau pour moi de transporter un message aussi fort. J’ai adoré les navigations avec les patients cette année. Les sourires m’ont touché. Nous ne sommes pas égoïstes dans ce que nous allons entreprendre et nous ne sommes pas de simples consommateurs. Cela me parle et j’espère que nous allons faire rêver les patients de la SEP tout au long de la transat. Je souhaite leur montrer une belle trajectoire.

  1. Thibaut, peux-tu nous présenter tes partenaires qui se mettent dans l’ombre pour mettre en lumière les 120 000 patients de la SEP ?

Sans mes partenaires, ce défi original ne serait pas là. Merci à Delanchy, Le Groupe Magellim, B&B HOTELS, SFEE et Sanofi de nous suivre avec passion tout en se mettant en retrait afin de laisser la place aux patients et à la Fondation ARSEP. Merci également à mon groupe de partenaires de Dinan et de Saint-Malo, fidèle organisateur du PC Course Solidaires En Peloton mis en place sur chaque transat !

Thibaut Vauchel-Camus et Quentin Vlamynck qualifiés

Transat Jacques Vabre Normandie -Le Havre

Le tandem du trimaran Solidaires En Peloton, vainqueur cette année de la grande étape du Pro Sailing Tour et du trophée des multicoques de la baie de Saint-Brieuc, est qualifié pour la Transat Jacques Vabre dont le départ sera donné au Havre le 29 octobre en direction de la Martinique. « Ce parcours de qualification effectué ces derniers jours nous a permis de peaufiner notre fonctionnement à bord » déclare Thibaut. « Il a été aussi un bon moyen de voir ce qu’il y avait encore à faire avant la Transat Jacques Vabre. Juste avant cette qualification, nous avons participé à un stage Ocean Fifty à Lorient avec 5 autres duos. Cela s’est joué dans le petit temps et ce stage a été très positif car nous avons pu valider que dans des conditions où on peut perdre une course, nous n’avions pas de déficit de vitesse par rapport aux nouvelles unités de la flotte Ocean Fifty. Bref, nous nous sentons de plus en plus prêts pour notre transat à deux. »

Une première à succès pour Solidaires En Peloton

A peine après avoir commencé à apprivoiser leur nouvel Ocean Fifty arrivé de Port Médoc juste avant la compétition, l’équipage de Solidaires En Peloton, orchestré par Thibaut Vauchel – Camus, remporte, ce jour, le Trophée des Multicoques de la Baie de Saint-Brieuc. Quentin Vlamynck, Pierre-Antoine Morvan, Laurent Gourmelon, Ronan Treussart et leur skipper remportent cinq manches sur les sept courues (six parcours construits, un côtier) sur le plan d’eau costarmoricain dans des conditions « médium » d’Ouest. Sacrée belle première pour le trimaran – ambassadeur des 120 000 patients atteints de la Sclérose En Plaques qui va enchaîner puisque Thibaut Vauchel – Camus et son co-skipper de la Transat Jacques Vabre, Quentin Vlamynck, seront au départ de la Rolex Fastnet Race, entre Cowes et Cherbourg, dès le 22 juillet.

Thibaut Vauchel – Camus : « C’est top ! Voilà ma première victoire en Grand Prix en Ocean Fifty ! Je suis ravi des performances de mon nouveau voilier. Nous avons eu très vite confiance en sa vitesse par rapport à notre concurrence. En tout cas, nous n’étions jamais moins bien que nos adversaires notamment Koesio d’Erwan Le Roux. L’équipage a été performant et nous avons navigué dans une très bonne ambiance. La différence s’est jouée souvent au départ et à la tactique. Nous finissons en beauté avec une victoire sur le parcours côtier. Cette victoire va nous mettre dans les meilleures dispositions pour la suite et la Rolex Fastnet Race. Je reprends la mer très vite pour avoir le SAS du soir à Saint-Malo et pour partir en convoyage vers Cowes dès vendredi. »

Pierre – Antoine Morvan : « Nous avons tout simplement bien navigué dans des conditions de navigation impeccables ce jour soit entre 15 et 20 nœuds. Nos départs nous ont souvent permis d’être tout de suite devant et par la suite nous étions souvent bien placés. C’est un Grand Prix rondement mené qui va permettre à Thibaut et Quentin d’aborder la Rolex Fastnet Race en confiance. »

Thibaut Vauchel-Camus change de monture !

Le skipper malouin, originaire de Guadeloupe, Thibaut Vauchel-Camus, lance une nouvelle campagne de navigation jusque 2027 avec un nouvel Ocean Fifty, le plan Romaric Neyhousser, skippé dernièrement par Quentin Vlamynck.

Ce multicoque, lancé en 2020 portera, dans la continuité des défis de Thibaut, les couleurs de la marque sportive Solidaires En Peloton qui a pour objet de mettre en avant les 120 000 patients atteints de la Sclérose En Plaques en France et la recherche pour vaincre cette maladie.

Les partenaires historiques du navigateur reconduisent leur soutien indéfectible.

Thibaut Vauchel-Camus rempile dans la classe Ocean Fifty qui ne cesse de monter en puissance ces dernières années. Il faut dire aussi que le skipper de Solidaires En Peloton est un grand spécialiste du multicoque et adore ces navigations rapides. De plus, Thibaut n’a pas encore fait le tour sportivement de ces trimarans spectaculaires et ambitionne, au-delà de l’impact sociétal de son défi, une victoire sur une grande Transat.

 « C’est une superbe opportunité” se réjouit Thibaut. « Grâce au soutien du groupe Delanchy, Groupe Magellim, B&B Hotels, SFEE, Sanofi et de mon pool de partenaires du Pays de Dinan, Saint-Malo, des régions parisiennes et nantaises, nous avons acheté l’Ocean Fifty du chantier Lalou Multi. C’est un voilier qui est plus polyvalent que mon précédent, désormais vendu. Il a été partiellement construit avec une nouvelle génération de résine recyclable, Elium®. Sa plateforme est plus raide et il est plus aérodynamique. Ce nouveau Solidaires En Peloton va me permettre d’envisager de meilleures performances. Nous serons dans quelques jours au départ du Trophée des Multicoques Baie de Saint-Brieuc* puis sur la Rolex Fastnet Race et enfin sur la Transat Jacques Vabre Normandie – Le Havre. Comme annoncé, je fais la saison avec Quentin Vlamynck, ancien skipper de mon nouveau voilier. Quentin est un véritable atout dans la prise en main du bateau. J’en suis heureux et je tiens à le remercier. L’objectif est d’être évidemment très performant dès cette année. A plus long terme, je vise la Route du Rhum 2026 avec évidemment l’ambition de performer pour atteindre la plus haute marche du podium. J’ajoute que nos objectifs tant à terre qu’en mer demeurent identiques aux 10 dernières années du Défi Voile Solidaires En Peloton avec le souhait majeur d’embarquer le plus souvent possible des patients atteints de la sclérose En Plaques. »

Mécaniquement, c’est la fin d’une belle histoire avec le plan VPLP construit par Thibaut en 2017. « J’ai naturellement un pincement au cœur à l’idée de quitter cette belle machine » indique Thibaut. « Nous avons parcouru 100 000 milles ensemble. Il a été jusqu’à 41,2 nœuds en vitesse de pointe. Plus de 2200 personnes ont embarqué à son bord et autant de sourires ! Il a matérialisé une motivation dingue pour mener sa construction. Il m’a permis de battre des records, de performer souvent, je pense notamment à ma troisième place sur la Route du Rhum 2018 ! Ce voilier a conjugué mes maitres-mots : le partage, la solidarité et l’émotion. Bref je l’ai beaucoup aimé et je souhaite qu’il soit un super concurrent dans l’avenir. »

Le futur de Solidaires En Peloton s’écrit maintenant. Vogue !

 

*En piste pour Saint-Brieuc avec le nouveau bijou !

Thibaut est actuellement en convoyage entre Port Médoc et la baie de Saint-Brieuc à bord de son nouveau voilier Ocean Fifty Solidaires En Peloton. Dès le 13 juillet et jusqu’au 16, le skipper prendra part au trophée des multicoques en baie de Saint-Brieuc.

Cette épreuve est une classique du circuit Ocean Fifty et est composée de parcours côtier et au large. Thibaut a fait appel pour l’occasion à un équipage TOP GUN. Quentin Vlamynck, l’ancien skipper du nouveau trimaran de Thibaut, sera à bord. Le binôme continuera sa préparation à la Transat Jacques Vabre. Laurent Gourmelon, le boat captain de Solidaires En Peloton, sera également à bord afin d’apprivoiser la nouvelle machine. Enfin, Pierre-Antoine Morvan, de la voilerie Incidence mais surtout redoutable régatier (match race, tour de France à la voile…) et Ronan Treussart, figariste notamment, compléteront la team.

C’est parti pour la première compétition de cet équipage et de Thibaut à bord de leur nouvelle unité !

Thibaut Vauchel-Camus embarque Quentin Vlamynck

Le skipper du trimaran Solidaires En Peloton – ARSEP intègre Quentin Vlamynck, deuxième de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe en Ocean Fifty, pour la saison 2023 notamment le Pro Sailing Tour qui débute vendredi par l’étape la Seyne-sur-Mer / Bonifacio puis sur la Transat Jacques Vabre. Thibaut Vauchel – Camus embarque également le jeune Pep Costa sur le Pro Sailing Tour 2023.

Thibaut Vauchel – Camus : « Quentin n’a plus de partenaires. J’ai donc sauté sur l’occasion pour lui proposer de naviguer avec moi sur la Transat Jacques Vabre, le grand objectif de ma saison et sur le Pro Sailing Tour que je souhaite remporter. Quentin a démontré ces dernières années à bord d’Arkema son talent. Il sera, sans aucun doute, une valeur ajoutée à bord de Solidaires En Peloton – ARSEP sur le Pro Sailing Tour évidemment mais aussi sur la Transat Jacques Vabre où il ne faut pas le cacher, on navigue surtout en solitaire. Quentin sait mener nos Ocean Fifty en solo et je vais pouvoir totalement me reposer sur lui entre deux quarts sur la transat en double entre Le Havre et Fort-de-France. Je suis également ravi d’embarquer le barcelonnais Pep Costa, jeune marin fougueux et bourré de qualités. Nous nous préparons actuellement pour la première étape du Pro Sailing Tour après un bon convoyage depuis Saint-Malo. Ce premier épisode se tiendra à partir de vendredi entre La Seyne-sur-Mer et Bonifacio. »

 Quentin Vlamynck : « J’ai cru que ma deuxième place sur la Route du Rhum allait me donner la possibilité de trouver de nouveaux partenaires mais cela n’a pas été le cas. La proposition de Thibaut est donc tombée à pic et j’ai été content que Thibaut me demande d’embarquer à bord de Solidaires En Peloton – ARSEP pour la saison. Thibaut est un sacré marin qui a une grosse culture des multicoques. Avec Pep Costa et Thibaut, nous allons former une belle équipe sur le Pro Sailing Tour qui débute vendredi par une première étape entre la Seyne-sur-Mer et Bonifacio. Cela va être agréable de débuter la saison par un épisode de course au large au soleil et en méditerranée. Il va falloir se mettre tout de suite dans le bain. Je serai également avec Thibaut sur la Rolex Fastnet Race et le grand prix de la baie de Saint-Brieuc puis on se tournera vers la Transat Jacques Vabre sur laquelle, je nous imagine, en place car nous sommes deux skippers Ocean Fifty et que l’on aura beaucoup navigué ensemble. Je trouve que Thibaut n’a pas eu beaucoup de réussite ces derniers temps. Nous allons faire en sorte d’en avoir cette saison et de marquer des points. »    

Solidaires En Peloton ARSEP au chevet des patients atteints de la Sclérose En Plaques

Depuis plus de 10 ans, le skipper professionnel Thibaut Vauchel-Camus oeuvre pour la recherche contre la Sclérose En Plaques, à travers son défi Voile Solidaires En Peloton, en mettant en avant la Fondation ARSEP et en accompagnant les patients atteints en leur proposant notamment des navigations à bord de son trimaran de course.

Vous êtes les bienvenus à bord du trimaran bleu avec Thibaut et les patients sur demande…

Le programme Solidaire du Défi :

  • 9 MAI – La Seyne Sur Mer
  • 30 MAI – Brest
  • 24 et 30 JUIN – Saint-Malo
  • 6 SEPTEMBRE – Lorient
  • 14,15,22 et 23 SEPTEMBRE – Saint-Malo
  • 16 NOVEMBRE – La Martinique
  • 24 et 25 NOVEMBRE – La Guadeloupe

Les derniers chiffres concernant la Sclérose En Plaques et la Fondation ARSEP : – Plus de 120 000 malades en France – 2,8 millions de malades dans le monde – En 2022, 29 projets de recherche financés https://www.arsep.org/

Solidaires En Peloton ARSEP en piste pour une grande saison

Thibaut Vauchel-Camus et son équipe malouine sont dans les starting-blocks et abordent le dernier mois de chantier de leur Ocean Fifty avant de reprendre enfin la mer. Fin avril, Solidaires En Peloton – ARSEP sera totalement prêt techniquement après pas mal de travaux, avec toutefois une structure qui est restée saine, suite aux mésaventures de Thibaut sur la Route du Rhum – Destination Guadeloupe. Au programme : un convoyage entre Saint-Malo et la Seyne-sur-Mer propice aux tests, le Pro Sailing Tour 2023, puis le traditionnel Trophée Multicoques en baie de Saint-Brieuc, la Rolex Fastnet Race et enfin la fameuse Transat Jacques Vabre entre Le Havre et la Martinique.

Thibaut Vauchel – Camus : « J’ai hâte de naviguer. L’hiver a été long et j’ai très envie d’être sur l’eau et de partager mon sport avec tous.  Notre chantier ne va pas tarder à toucher à sa fin. Nous attendons encore quelques pièces maîtresses mais nous ne sommes pas loin de la vérité et on aura un voilier parfaitement fiabilisé et optimisé pour la saison. Dès début mai, nous allons nous attaquer à un beau convoyage entre la Bretagne et la Méditerranée. Il va nous permettre de tester notre matériel et de se remettre en selle. Par la suite, nous allons participer aux 3 épisodes du Pro Sailing Tour à la Seyne-sur-Mer, Bonifacio, Alghero en Sardaigne et Brest. La grande nouveauté 2023 est qu’il n’y aura pas de parcours côtier ou de compétitions entre trois bouées mais surtout des parcours « offshore » entre la Seyne sur-Mer et Bonifacio puis entre Bonifacio et Alghero et enfin entre Alghero et Brest. Nous allons nous servir de nos escales pour faire des relations publiques et uniquement les longs parcours compteront au classement. Je vais enchaîner après par le trophée des multicoques en baie de Saint-Brieuc, événement qui est devenu historique pour le circuit Ocean Fifty, puis la Rolex Fastnet Race fin juillet entre Cowes et Cherbourg. On passera enfin dans la dernière grande étape de notre saison avec la préparation à la Transat Jacques Vabre et le départ vers Fort de France le 29 octobre. 6 à 7 concurrents seront présents dès le début de saison et potentiellement jusqu’à 9 pour la Transat Jacques Vabre ce qui est une très bonne nouvelle pour notre Classe particulièrement dynamique ces dernières années. »

Thibaut annoncera prochainement son équipage, 3 marins à bord, pour le Pro Sailing Tour et le nom du co-skipper qui embarquera avec le guadeloupéen d’origine sur la Transat Jacques Vabre. De plus, comme à son habitude, le Défi Voile Solidaires En Peloton embarquera cette année de nombreux patients atteints de la Sclérose En Plaques au fil de ses navigations à la Seyne-sur-Mer, Brest, Saint-Malo, Lorient, Saint-Malo, la Martinique et la Guadeloupe.

Le programme sportif du Défi Voile Solidaires En Peloton :    

  • DU 9 AU 29 MAI  

3 ème saison du Pro Sailing Tour 

Prologue / Episode 1 LA-SEYNE-SUR-MER 

Dimanche 7 mai 2023 Début accueil des bateaux
Mardi 9 mai 09h30 – début des contrôles sécurité
Mercredi 10 mai 2023 09h00 – tous les bateaux à quai – suite des contrôles
Jeudi 11 mai 09h30 – 12h00 activation à quai – suite contrôle
Vendredi 12 mai :
11h00 – Inshores (runs et/ou côtiers) – coef. 0
09h30 – début des activations de la journée (programme à définir)
13h00 – Inshores (runs et/ou côtiers) coef. 0
17h30 – retour à quai
15h00 – départ Episode 1 « La Seyne-sur-Mer – Bonifacio » – coef. 2*

Episode #2 BONIFACIO – ALGHERO 
Dimanche 14 mai matinée ETA Episode 1 « La Seyne-sur-Mer – Bonifacio »
Lundi 15 mai Activation à quai – Soirée remise des prix Episode 1
Mardi 16 mai 11h00 – Inshores (2 à 3 côtiers) – coef. 0
Mercredi 17 mai 14h00 – départ Episode 2 « DÉFI 24 heures Bonifacio – Alghero » – coef. 1*
Jeudi 18 mai 14h00 – ETA ALGHERO
Vendredi 19 mai activation à quai
Samedi 20 mai 11h00 – Inshores (runs et/ou côtiers) – coef. 0
Soirée Remise des Prix Episode #2 BONIFACIO – ALGHERO

Episode #3 ALGHERO – BREST (FINAL RUSH) 
Dimanche 21 mai 17h00 – départ Episode 3 « ALGHERO – BREST » – coef. 3*
Samedi 27 mai ETA Brest

Postlogue Brest
Dimanche 28 mai Postlogue option 1 (selon ETA)
Lundi 29 mai Postlogue option 2 (selon ETA)
Soirée Remise des Prix

  • DU 13 AU 15 JUILLET 

Trophée des Multicoques en baie de Saint-Brieuc

  • DU 22 AU 25 JUILLET 

La Rolex Fastnet Race

  • DU 29 OCTOBRE AU 11-12 NOVEMBRE 

La Transat Jacques Vabre
Village du 20 au 29 octobre.

Le programme Solidaire du Défi :

  • 9 MAI – La Seyne Sur Mer
  • 30 MAI – Brest
  • 24 et 30 JUIN – Saint-Malo
  • 6 SEPTEMBRE – Lorient
  • 14,15,22 et 23 SEPTEMBRE – Saint-Malo
  • 16 NOVEMBRE – La Martinique
  • 24 et 25 NOVEMBRE – La Guadeloupe

L’homme de l’ombre !

Derrière les marins en solitaire, il y a une équipe à l’œuvre. S’ils sont seuls en mer, ils sont souvent largement accompagnés à terre par des techniciens, communicants et autres. C’est le cas de Thibaut Vauchel–Camus, l’un des grands acteurs, depuis quelques années, de la classe Ocean Fifty à travers son Défi Voile Solidaires En Peloton. 

Laurent Gourmelon, 43 ans, est le directeur technique du trimaran Solidaires En Peloton – ARSEP et le bras droit technique et maritime de Thibaut depuis quatre ans. Zoom sur Laurent qui a beaucoup de travail cet hiver avec la reconfiguration de l’Ocean Fifty bleu suite à son chavirage lors de la dernière Route du Rhum – Destination Guadeloupe. Il doit être impeccable pour la saison 2023 qui débutera au printemps par la première étape du Pro Sailing Tour et qui, en passant par la Fastnet Race, se clôturera avec la Transat Jacques Vabre, dont le départ sera donné le 29 octobre au Havre. Transatlantique pour laquelle Thibaut ne cache pas ses ambitions, voulant à tout prix remporter une grande compétition du calendrier océanique à bord de son plan VPLP aux performances indéniables.

Laurent est un pur malouin. Né de parents fans de voiles, il a très vite navigué en pratiquant l’optimist, le Laser, le Class 8 puis sur le Tour de France à la voile. « Nous avions un Muscadet à Saint-Malo ce qui m’a permis d’apprendre à naviguer très tôt » déclare l’intéressé. « J’ai quitté l’école en première et me suis rapidement consacré au milieu de la course au large ». Laurent suit une formation de voilier. Il incorpore, dans le Sud de la France, plusieurs voileries dont la célèbre Incidence. Dans la foulée, il travaille chez Petitjean Composites afin de se former aux matières composites. Il rentre ensuite à Saint-Malo et crée un petit chantier naval au sein même de la cité Corsaire. Son histoire l’amène ensuite à travailler pour le navigateur Louis Burton. « Une expérience très enrichissante puisqu’avec Louis, nous avons construit deux Class40 » ajoute le père de deux enfants. « Je décide, après cette aventure technique dans la course au large, de faire une pause de deux ans. Avec femme et enfants, nous partons faire le tour de l’Atlantique et goûtons aux joies de navigations familiales et en croisière. »

A son retour, il est appelé par Thibaut Vauchel-Camus et devient son directeur technique. « Mon rôle est de manager une équipe de préparateur. Nous sommes actuellement trois aux manettes du chantier de Solidaires En Peloton – ARSEP. Plus précisément, mon job consiste à optimiser et entretenir notre voilier de compétition. Ce qui m’a tout de suite plu avec Thibaut, c’est la possibilité d’être également en mer et pas toujours à terre. Ainsi, je navigue beaucoup à bord de l’Ocean Fifty afin d’avoir une vision utile dans nos réflexions techniques et je prends au passage beaucoup de plaisir. »

Laurent est de tous les convoyages avec Thibaut. Il était notamment à bord du bateau lors de son retour sous gréement de fortune à Saint-Malo depuis les Açores suite au chavirage. « Nous avons vraiment beaucoup œuvré suite à la mésaventure de Thibaut sur la Route du Rhum. Il a fallu imaginer avec l’équipe d’Adrien Hardy des solutions de fiabilités et mettre le trimaran en configuration pour atteindre notre port d’attache » explique Laurent. « Si ce n’était pas forcément le cas lors de ce convoyage hivernal, je tiens à souligner le bonheur d’être en mer à bord de Solidaires En Peloton-ARSEP. Les Ocean Fifty sont des voiliers magiques. Je pense que c’est ce qui se fait de mieux en course au large car ce sont des bateaux funs et relativement faciles à utiliser sans trop d’artifices techniques en comparaison avec d’autres unités. Ils ne disposent pas, par exemple, de systèmes hydrauliques. »

C’est pour retrouver au plus vite ces sensations que Laurent s’affaire actuellement au chantier. « Nous avons de la chance car le chavirage de Thibaut n’a pas eu trop de conséquences. La plateforme est restée structurellement intacte, nous avons surtout de la “bobologie”. Je suis néanmoins en train de concevoir une nouvelle casquette, celle-ci ayant été arrachée lors de l’accident. Nous avons tout le bateau à ré-accastiller et nous attendons un nouveau mât. Si tout se passe bien, nous aurons un Solidaires En Peloton – ARSEP d’attaque pour le début de la saison et on sera au top lors du départ de la Transat Jacques Vabre au Havre » conclut la tête blonde, toujours le sourire aux lèvres qui a la pleine confiance de son boss : « Laurent est une perle ! Il dispose d’un panel de compétences impressionnant. Il s’engage fortement et avec bienveillance. C’est vraiment quelqu’un sur qui tu peux compter à tous moments. »

Solidaires En Peloton – ARSEP, de retour à la maison !

En fin de journée, l’Ocean Fifty Solidaires En Peloton – ARSEP sera enfin de retour à Saint-Malo, son port d’attache, après une longue épopée et depuis son malheureux chavirage sur la Route du Rhum – Destination Guadeloupe survenu le 12 novembre dernier alors qu’il était en tête des Ocean Fifty. Thibaut Vauchel-Camus et son équipe vont peu à peu tourner la page et se transposer sur 2023 avec une participation au Pro Sailing Tour et à la Transat Jacques Vabre.

L’élan de solidarité a été fort, très fort depuis l’accident de route survenu sur la Route du Rhum – Destination Guadeloupe. D’abord, grâce à la compétence de l’équipage du Mérida qui a réussi à remettre le multicoque à l’endroit malgré des conditions météo musclées au large des Açores mais aussi grâce au soutien sans faille des nombreux supporters du Défi voile Solidaires En Peloton et de ses partenaires. Après une légère pause en Guadeloupe pour remercier, Thibaut Vauchel-Camus, accompagné de son fidèle préparateur en chef, Laurent Gourmelon, sont repartis sur l’île de Sao Miguel où ils avaient laissé le voilier alors déjà doté d’un gréement de fortune particulièrement performant et ont repris la mer le 5 décembre.

« Il a fallu attendre une météo compatible avec notre gréement, à savoir pas trop de vent et du portant » explique Thibaut. « Une fois les conditions réunies, nous avons navigué durant quatre jours et parcouru 800 milles en direction de Povoa de Varzim, au nord de Porto, Portugal. Cette nav s’est bien déroulée et notre gréement nous a donné satisfaction. Nous avons ensuite réussi à traverser le golfe de Gascogne en s’offrant des pointes à plus de 25 nœuds pour arriver jusqu’à Brest. Le bateau y patiente depuis quelques jours car la météo en Manche ne nous permettait pas de ramener Solidaires En Peloton – ARSEP en toute sécurité. »

Le trimaran bleu fait désormais route vers Saint-Malo qu’il atteindra en fin de journée. « Ce sera un vrai soulagement de ramener notre bateau à son port d’attache avant Noël et après toutes ses mésaventures. C’est la fin de notre épisode Route du Rhum et cela marque le début d’un nouveau cycle. »

Solidaires En Peloton – ARSEP va ainsi entrer en chantier pour de longs mois, une totale révision, des réparations, la construction d’un nouveau mât, de nouvelles voiles et d’une casquette. « Nous allons avoir beaucoup de travail afin de se retrouver dans de bonnes dispositions pour 2023 » ajoute Thibaut qui tient à remercier toutes les personnes qui ont soutenues son équipe dans ces moments difficiles. « Notre projet a toujours été unique. Je l’ai fortement senti ces dernières semaines. Dans l’adversité, j’ai été beaucoup aidé pour rebondir au mieux. J’ai aussi vraiment pensé à de nombreuses reprises aux patients atteints de la Sclérose En Plaques qui rebondissent tout le temps et qui m’ont vachement boosté au fil de mes dernières péripéties, moi qui contrairement à eux ait choisi mes difficultés. »   

Thibaut et son équipe sont à la recherche de moyens supplémentaires afin de s’aligner sur les compétitions véliques de 2023 et poursuivre leurs nombreuses actions solidaires, notamment sur l’eau, avec la Fondation ARSEP et les patients atteints de scléroses en plaques.

Seul mais pas seul !

C’est bien en solitaire que Thibaut Vauchel-Camus, à bord de l’Ocean Fifty Solidaires En Peloton – ARSEP, va prendre le départ le 6 novembre prochain de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe, mais c’est une véritable équipe qui se cache derrière le marin, originaire de Guadeloupe. Zoom sur l’entourage de Thibaut avec l’intéressé…

Un préparateur en chef

Laurent Gourmelon est le boat captain du Défi Voile Solidaires En Peloton depuis quelques années. Il est le bras droit technique de Thibaut. Il est donc un maillon très important dans les rouages de la mécanique sportive du troisième de la dernière Route du Rhum dans la catégorie des trimarans de 50 pieds Ocean Fifty. « Notre voilier sera totalement prêt au départ de la transat et c’est Laurent qui est le maître d’œuvre de la préparation technique » explique Thibaut. « Nous échangeons beaucoup quotidiennement. Il doit s’assurer que toutes les pièces du bateau soient opérationnelles pour la compétition. C’est mon homme de confiance sur tous les aspects ” technique”. Il a une vue d’ensemble de notre multicoque et agit en fonction de l’usure de certaines pièces, voire de casses à bord. Il anticipe les potentiels travaux comme les rouages des winchs par exemple. Nous partageons également nos réflexions quant à l’optimisation de notre machine, notamment au niveau ergonomique. Il est en quelque sorte la mémoire vive technique de notre projet à terre mais aussi en mer car il m’accompagne régulièrement sur les convoyages. Il a le mode d’emploi. Enfin, il est de précieux conseils s’il y a des soucis que je n’arrive pas à solutionner en course. » Laurent est accompagné dans sa tâche de préparation par Paul et Romuald.

Vincent Riou, routeur

Le vainqueur du Vendée Globe 2004 a navigué cette année avec Thibaut sur le Pro Sailing Tour. Il sera le routeur du projet lors de cette Route du Rhum. « Les multicoques, contrairement aux Class40 et aux IMOCA, ont le droit d’être routés sur cette épreuve car nous devons être beaucoup plus sur le pont en veille que sur des monocoques et nous ne pouvons pas passer trop de temps à la table à cartes, derrière notre ordinateur, à faire de l’analyse météorologiques » indique Thibaut. « Nous nous faisons donc aider par un routeur à terre qui est sur le pont de jour comme de nuit (au chaud chez lui) à proposer la trajectoire la plus rapide vers le but tout en restant sécuritaire. Vincent Riou, que je connais bien maintenant, me fera alors des propositions en fonction de la météo évidemment mais aussi des paramètres que je vais lui donner au fur et à mesure comme l’usure du bateau et du bonhomme, le temps que je vais mettre pour une manœuvre de changements de voiles etc… Il prend ensuite en toute confiance des décisions que je suivrai à la lettre car il aura de toute façon plus de recul que moi qui suis en mer, « au charbon » sur le sujet. »

Le cœur du projet

De son côté, Astrid van den Hove, qui accompagne Thibaut depuis  7 ans, est l’interface entre le monde extérieur et le Défi Voile Solidaires En Peloton, dixit Thibaut. « Astrid gère notre projet dans sa globalité. Elle est aussi un peu mon filtre perpétuel. Elle a un panel d’activités très larges puisqu’elle s’occupe des relations avec nos partenaires (avec Myriam Baron), avec la Fondation ARSEP et les patients atteints de la Sclérose En Plaques, des opérations de relations publiques, de la logistique des événements sportifs et des relations avec les organisateurs de courses, de l’administratif avec moi et de la communication du projet (graphisme, vidéo, stratégie, réseaux sociaux…), en collaboration, pour la presse, avec Tanguy Blondel. Par exemple, Astrid a mis en place toutes les opérations au départ de la Route du Rhum avec les écoliers et surtout autour de notre stand qui se voudra très fédérateur pour accueillir nos sympathisants supporters, patients et partenaires. De plus, Astrid est mon contact à terre lors des compétitions, hors Laurent pour la technique et Vincent pour le routage. Elle m’envoie aussi des compilations de messages d’encouragements au fil de mes épreuves et sera très opérationnelle à l’arrivée en Guadeloupe où nous aurons un large Fan-club, ce qui a une réelle importance pour moi car j’arrive à la maison ! »

Solidaires En Peloton

La marque sportive de la Fondation ARSEP, “Solidaires En Peloton”, est très active auprès du Défi Voile, ambassadeur des messages liés à la lutte contre la Sclérose En Plaques. « Danièle et Bernard Gentric, à l’origine de “Solidaires En Peloton”, sont bien présents. Leur engagement est très précieux. C’est un incroyable couple d’adolescents de 70 ans qui m’a aidé à impulser la dynamique de mon aventure sportive et sociétale » précise Thibaut. « Ils sont primordiaux pour nous car notre objectif premier, au-delà du sport, est de mettre en lumière cette foutue maladie, ses 120 000 patients atteints en France et la recherche. Quand j’ai un coup de mou en mer, alors que je suis seul au milieu de l’Atlantique, le fait de me dire qu’ils sont beaucoup de patients à me suivre m’aide à me surpasser et me rappelle que je suis là car je l’ai décidé, contrairement aux patients. »

La famille

« Angélique, ma femme, Tonie, ma petite fille, Clémentine, ma sœur, sont trois personnes qui comptent énormément pour moi dans la vie évidemment mais également quand je suis en mer. Elles me donnent beaucoup de force et me catalysent en quelque sorte car je suis exposé à des risques durant certaines phases. Je tiens un équilibre grâce à elles. Il serait plus compliqué de pratiquer mon métier de coureur au large si je n’étais pas autant soutenu par mes proches. »

Vous avez dit crise ?

La course au large n’est pas un long fleuve tranquille. C’est un sport mécanique et il y a toujours le risque qu’en mer il y ait des situations de crises liées à un gros problème technique ou physique… « Dans ces situations, je m’appuie à terre sur la direction de course et, pendant la Route du Rhum, j’aurais aussi le soutien de Victorien Erussard avec qui nous avons créé ce défi et qui a une grosse expérience. Il a déjà participé à la Route du Rhum et connaît très bien les spécificités de mon bateau. Il aura, si besoin, les bonnes attitudes pour épauler l’équipe et des solutions à apporter. Il sera appuyé d’un autre bon copain navigant à savoir Jérémie Lagarrigue. » 

Seul en mer mais tous derrière Thibaut !

L’enfant de la Route du Rhum

Transat Jacques Vabre 2019

Thibaut Vauchel-Camus est l’un des navigateurs, au départ de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe, qui possède une histoire forte avec cette mythique transatlantique. Surnommé le Maloupéen, il a vécu en Guadeloupe jusqu’à ses 20 ans et parle le créole. Il habite désormais à Cancale, au niveau de la ligne de départ ! Né en 1978, l’année de la création de la course, “l’enfant de la Route du Rhum” séchait les cours pour demander des autographes à Florence Arthaud, Laurent Bourgnon, Philippe Poupon… Thibaut part de la maison pour arriver dans son île de coeur !

Deuxième en 2014 en Class40, troisième en 2018 en Ocean Fifty, Thibaut est à chaque fois accueilli avec une ferveur guadeloupéenne inoubliable. A nouveau à bord du trimaran bleu Solidaires En Peloton – ARSEP, il entend bien aborder la compétition pour la gagne mais pas que ! Entretien…

  1. Peux-tu nous parler de ton attachement à la Route du Rhum – Destination Guadeloupe ?

C’est la première course au large que j’ai découverte quand j’étais en Guadeloupe. J’ai une passion viscérale pour cette épreuve. C’est la transat en solitaire par excellence, notre graal. Le hasard de la vie, après de nombreuses années passées en Guadeloupe, m’a fait venir à Cancale, juste à côté de Saint-Malo. J’ai un attachement fort pour cette ville bretonne et j’aime la Guadeloupe profondément. C’est un peu un événement de territoires pour moi.

  1. Quels sont tes objectifs sur cette transat ?

100% des vainqueurs passent la ligne d’arrivée ! Je souhaite déjà terminer l’épreuve mais c’est clair que je mets actuellement tous les moyens pour remporter cette édition. J’ai aussi l’ambition de la partager un maximum avec les patients atteints de la Sclérose En Plaques, la Fondation ARSEP, toutes les personnes qui suivent de près le projet et évidemment mes partenaires. Nous allons vivre quelque chose d’incroyable.

  1. Tu connais bien les zones de départ et d’arrivée mais comment ça se passe entre les deux ? 

C’est la traversée de l’Atlantique Nord sans passages obligés. Après un départ qui peut être mouvementé car les conditions automnales peuvent être musclées, toniques voire violentes, nous irons vers l’anticyclone des Açores qui nous laissera normalement un peu de répit. Cette zone de transition sera à négocier au mieux avec mon routeur Vincent Riou. Ensuite, nous rêvons tous d’alizés établis qui engendreront des situations de grandes vitesses au portant, toutes voiles dehors, au surf ! En solo, nous pouvons à ce moment de la course être à plus de 20 nœuds de moyenne longtemps et atteindre des pointes à 30 nœuds voire plus.  

  1. Tu fêtes, avec ton équipe, les 10 ans du Défi Voile Solidaires En Peloton. C’est assez rare une telle longévité. Quels sont les ingrédients de la réussite de ton modèle de sponsoring ?

Le succès de ce beau projet est l’esprit que nous avons insufflé depuis le début, à savoir donner de la visibilité à des patients qui n’en ont pas et partager un maximum avec tous. Les encouragements de mes partenaires Delanchy Transports, la Foncière Magellan, B&B Hotels, Sanofi…,  des proches et des patients surtout sont très puissants pour moi et sont l’âme de notre défi. Nous nous serrons les coudes ensemble !    

  1. Plus anecdotiquement parlant, que rêves-tu pour ton arrivée à Pointe-à-Pitre ?   

Je rêve de pouvoir accueillir tous mes concurrents Ocean Fifty au ponton (rires). Je rêve de partager avec la Guadeloupe mon histoire et de transmettre de bonnes valeurs. L’école du nautisme en Guadeloupe est excellente. Mon parcours l’atteste. J’espère donner des idées aux jeunes guadeloupéens ! 

A venir :

  • 21 septembre : présentation des skippers à Paris
  • 23-24 septembre : sorties en mer patients / partenaires / presse
  • 25 oct au 6 nov : village de course de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe, présence d’un stand Solidaires En Peloton
  • 6 nov : départ de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe

Quatrième du Pro Sailing Tour avant la saison en SOLO !

BRITTANY, FRANCE – JULY 03: Ocean Fifty Solidaires En Peloton-ARSEP trimaran, led by Thibaut Vauchel-Camus of France, competes offshore during Episode 3 of the Pro Sailing Tour in Saint-Quay-Portrieux on July 3, 2022 in Saint-Brieuc, Brittany, France. (Photo by Lloyd Images/Pro Sailing Tour)

L’équipage de l’Ocean Fifty Solidaires En Peloton – ARSEP, mené par Thibaut Vauchel-Camus, s’octroie la quatrième place du Pro Sailing Tour 2022 à l’issue de quatre belles étapes à Bonifacio (6ème), Brest (4ème), Saint-Brieuc (5ème) et entre Cowes et Roscoff (4ème). Vincent Riou, Hugo Dhallenne, Aloïs Kerduel, Antoine Joubert, Luke Berry, Julien Pulvé et Thibaut Vauchel-Camus n’auront pas démérité tout au long des épisodes du Pro sailing Tour et se retrouvent au pied du podium derrière Arkema (vainqueur), Leyton et Koesio. L’équipe a progressé au fil des navigations et Thibaut Vauchel-Camus va désormais se présenter sur la DRHeam Cup et la Route du Rhum – Destination Guadeloupe dans les meilleures dispositions pour performer en solitaire, configuration qu’il affectionne.

Thibaut Vauchel-Camus : « Le Final Rush entre Cowes et Roscoff a été passionnant. Nous aurions préféré faire un départ plus “canon” au coup de canon donné par le Royal Yacht Squadron à Cowes, mais nous sommes bien remontés dans le paquet ensuite et nous étions à vue des premiers aux Scilly. Au niveau du Fastnet et des îles Skellig, en Irlande, nous ne sommes pas parvenus à accrocher le bon wagon et le vent qui allait avec… Au fur et à mesure de la descente, l’élastique s’est tendu, tendu avec les trois premiers. Nous avons réduit un peu l’hémorragie lors de la remontée bretonne. On a fait un bord extraordinaire, avec de la mer plate à des vitesses de plus de 30 nœuds. Les Ocean Fifty sont géniaux et nous avons pris beaucoup de plaisir. Le match a été de très haut niveau sur les 4 épisodes du Pro Sailing Tour à l’instar de ce Final Rush.  Le format de parcours côtiers, construits et au large est vraiment top. Nous avons beaucoup appris au fur et à mesure des étapes… Les nouveaux Ocean Fifty sont bien nés… Nous avons du boulot de notre côté pour se mettre à leur niveau. Grâce à Vincent Riou et à tous mes équipiers, j’ai tiré de nombreux enseignements pour la suite de l’année qui va se dérouler en solo. Je suis très content de me présenter sur la DRHeam Cup et de défendre mon titre en solitaire. Elle sera une formidable préparation pour la Route du Rhum – Destination Guadeloupe, l’objectif de ma saison. »

Le départ de la DRHeam Cup aura lieu le 17 juillet à Cherbourg. Les premiers voiliers sont attendus à la Trinité-sur-Mer le 20 juillet.

Thibaut Vauchel-Camus bat le record de la Manche en Solitaire

 

Record en solitaire de la traversée de la Manche

Thibaut Vauchel-Camus, à bord de l’ OCEAN FIFTY Solidaires En Peloton – ARSEP, a battu, en solitaire, hier soir, le record de la mythique traversée de la Manche entre Cowes, au Sud de l’Angleterre, et Dinard.

 

Il a coupé la ligne d’arrivée à 22h33 et aura donc mis près de 6 heures et 8 minutes pour parcourir les 138 milles du parcours (soit 250 km).

 

Dans un flux de Nord-Est soutenu, Thibaut, qui fête cette année les 10 ans de son défi aux couleurs des 120 000 patients atteints de la Sclérose En Plaques, fait mieux que Francis Joyon et son maxi-trimaran rouge avec environ 15 minutes d’avance sur un record que ce dernier détenait depuis près de 15 ans !

 

Parti jeudi de Saint-Malo en convoyage et en solitaire, Thibaut a attendu une grande partie de la journée de vendredi dans le Solent avant de lâcher les chevaux à 16h25min02sec et sous le contrôle de son routeur de choix, Vincent Riou, vainqueur du Vendée Globe 2004.

 

Ce record attend maintenant la validation nécessaire des observateurs du WSSRC (World Sailing Speed Record Council), seul organisme habilité à homologuer les records à la voile.

 

C’est une très belle performance pour Thibaut qui se prépare activement depuis quelques jours à sa saison 2022 ponctuée par les étapes du Pro Sailing Tour (rendez-vous à Bonifacio pour l’épisode 1 du 11 au 15 mai), la DRHeam Cup, dont il est le tenant du titre, et évidemment la Route du Rhum – Destination Guadeloupe, si chère au marin originaire de Guadeloupe et résidant à Cancale.

 

Thibaut Vauchel-Camus : « Cela faisait plus de deux ans que l’on guettait ce record mais nous n’avons jamais trouvé les bonnes conditions et la crise sanitaire est passée par là.  Avec Vincent Riou, nous avons estimé mercredi et jeudi matin que la situation météo était propice pour tenter le record. La fenêtre était difficile. J’ai effectué de nombreux empannages dans le Solent et j’ai mis un peu de temps à sortir de son dévent. J’ai réussi ensuite à accélérer dès que j’étais engagé dans la traversée de la Manche avec des pointes à 36 nœuds au niveauAurigny. J’avais à ce moment une belle avance sur le record de Francis Joyon. Hélas, j’ai connu ensuite un black out énergétique qui m’a demandé un arrêt de 20 minutes. Je suis reparti dans des conditions dégradées à bord mais je me suis accroché jusqu’à la fin. J’étais un peu dans une poussée comme connaissent les patients atteints de la Sclérose En Plaques ! Physiquement, cette traversée a été très engagée. Je suis très content d’avoir désormais ce record dans la poche car il a une belle réputation. Cela a été un super sprint. Je remercie mon équipe qui m’attendait à Saint-Malo et mes partenaires. Ce record est maintenant à battre et peut être battu car sans souci technique, mon avance aurait été plus marquée. C’est vraiment très excitant ces records. J’adore cet exercice. »

 

Les ambitions de Thibaut Vauchel – Camus en 2022

Sportivement, tout n’a pas été comme le voulait Thibaut Vauchel-Camus en 2021 à bord de l’Ocean Fifty Solidaires En Peloton – ARSEP. Alors le skipper, surnommé “l’enfant de la Route du Rhum” (guadeloupéen d’origine et résidant à Cancale), compte mettre les bouchées doubles en 2022. Son trimaran est optimisé pour de grandes performances et Thibaut, qui fête cette année les 10 ans du Défi Voile Solidaires En Peloton, annonce un équipage de haut vol avec notamment un certain Vincent Riou, vainqueur du Vendée Globe 2004-2005, et Hugo Dhallenne, vainqueur de la dernière Mini Transat dans la catégorie des voiliers de série. Interview…   

1) Quels sont tes objectifs sportifs en 2022 ?

Ils sont élevés. Nous voulons gagner en rigueur et être moins pris par le temps comme nous l’avons été lors de notre précédent chantier hivernal avec une préparation ambitieuse qui s’est déroulée dans un contexte de crise sanitaire. Après les grosses modifications de 2021 (gagner en légèreté, nouveau mât, nouvelles voiles, nouveau moteur, nouveaux systèmes…), notre Ocean Fifty est parfaitement optimisé pour de belles performances. C’était donc essentiellement un chantier de révision et d’entretien cet hiver. Je crois pouvoir dire que nous serons totalement prêts pour la première épreuve du Pro Sailing Tour. Dans ce sens, nous ne participerons pas au 1000 Milles des Sables afin de nous concentrer sur la mise en route du bateau et attaquer sereinement cette nouvelle saison.

2) Quel sera ton équipage en 2022 sur le Pro Sailing Tour ?

J’embarque Vincent Riou, vainqueur du Vendée Globe. Vincent connaît nos trimarans puisqu’il a effectué la Transat Jacques Vabre 2017 avec Erwan Le Roux. Il a une grande expérience du large et c’est un « performer ». Absent en Corse, il sera remplacé par un ami, Julien Pulvé, que j’ai connu en catamaran de sport et qui est un régatier-marin de haut vol. Antoine Joubert, avec qui je navigue depuis quelques saisons, sera de la partie ainsi que deux valeurs ajoutées que sont Hugo Dhallenne, vainqueur de la dernière Mini Transat en série et spécialiste de l’électronique embarqué et Aloïs Kerduel, spécialiste de l’accastillage. Il travaille notamment chez Karver et il est un bon équipier.

3) Tu vas participer à ta troisième Route du Rhum cette année après une deuxième place en Class40 (2014) et une troisième à bord de ton actuel Ocean Fifty (2018), que représente cette compétition pour toi ?

C’est une course sur mesure pour moi car je suis cancalais et guadeloupéen ! C’est l’événement qui a initié ma culture de la voile quand j’étais en Guadeloupe. C’est également un sacré sprint atlantique sans aucune marque de parcours entre le Cap Fréhel et la Guadeloupe.

4) Peux-tu nous décrire les courses du Pro Sailing Tour 2022 ?

Du 11 au 15 mai, nous allons débuter la deuxième édition du Pro Sailing Tour à Bonifacio, en Corse. Comme pour toutes les étapes du Pro sailing Tour, on commencera l’épreuve avec deux jours de parcours « inshore » puis on ira au large avec le Défi 24H. C’est une destination vélique qui fait rêver. Le spot est idéal pour la pratique de notre sport. J’ai déjà réalisé deux Tour de Corse en catamaran de sport. C’est un très bon souvenir. Météorologiquement, cela va être intéressant avec des reliefs.

Nous enchaînerons avec un épisode à Brest du 22 au 26 juin. Une étape un peu plus classique pour nous mais particulièrement complexe avec des parcours très techniques…

À partir du 29 juin, direction Saint-Quay-Portrieux (Baie de Saint-Brieuc). Comme pour Brest, nous sommes ravis de naviguer dans des villes qui ont toujours été fidèles à la classe Ocean Fifty. Deux jours d’inshore sont organisés sur place. On partira ensuite pour 24 heures de mer en direction de Cowes. Enfin, on enchaînera directement sur le Final Rush, au coefficient 3, entre Cowes et Roscoff, sur un parcours de 4 jours au large, bénéfique dans notre préparation à la Route du Rhum.

Le plateau de la saison sera très fourni avec 8 équipages. Notre classe est en train de prendre de l’ampleur et devient clairement attractive. Nos Ocean Fifty, très polyvalents, attirent de plus en plus de marins et de projets.

5) Tu remets enfin ton titre en jeu sur la DRHeam Cup ?  

Je suis double tenant du titre de la DRHeam Cup et c’est un véritable plaisir de participer à cette compétition. Elle se déroulera en solo du 12 au 20 juillet et je compte bien garder mon titre ! J’ajoute dans notre calendrier 2022 notre présence à Nice le 30 mai pour la journée mondiale de la Sclérose En Plaques et de nombreuses navigations avec les patients au fil de l’année.

*Côté partenaires, les Transports Delanchy et la Foncière Magellan renforcent leur soutien auprès du Défi Voile Solidaires En Peloton, Hippocampes Caraïbes est de retour et rejoint le rang des partenaires officiels aux côtés de la SFEE et d’un tout nouveau mécène : Daphni, gestionnaire de fonds investissant dans des start-ups tech.

10 ANS

Skippeur Thibaut VAUCHEL-CAMUS du Class 40 de la Fondation ARSEP

Elle a les yeux qui pétillent. Elle vient de naviguer en baie de Fort-de-France à bord de l’Ocean Fifty Solidaires En Peloton – ARSEP. Elle est atteinte de la Sclérose En Plaques, comme 120 000 autres patients en France. Thibaut Vauchel-Camus a profité de l’arrivée de la Transat Jacques Vabre pour inviter des personnes atteintes de la SEP à bord de son bolide. Le trimaran vole littéralement sur l’eau. Il pointe au-delà des 30 nœuds. Les invités sont heureux. Ils sont à bord de leur “voilier-ambassadeur”, aux couleurs de la Fondation ARSEP dédiée à la recherche médicale afin de lutter contre cette “foutue” maladie, toujours incurable.

Cette année, le Défi Voile Solidaires En Peloton, instigué par Thibaut et Victorien Erussard, fête ses 10 ans et continue, avec l’aide de ses mécènes, sa mission sportive et solidaire avec pour but d’améliorer la vie des patients atteints de la Sclérose En Plaques par la pratique du sport et le rêve qu’apporte la course au grand large

« Il existe de nombreuses allégories entre la vie de marin et celle des patients. En mer, je lutte contre les éléments, je dois faire face à une météo changeante, à des coups de baston, à des accalmies qui mettent le moral à rude épreuve. En revanche, et à la différence des patients, ce sont des problèmes que j’ai choisi. » relate Thibaut qui a pour objectif net et précis de remporter la Route du Rhum – Destination Guadeloupe en Ocean Fifty, lui l’enfant de cette course, originaire de Guadeloupe et vivant à Cancale, tout près de la ligne de départ !

« Notre aventure a 10 ans cette année et elle est la preuve que l’on peut faire du sport de haut niveau et avoir un impact sur la société en portant les couleurs d’une institution comme la Fondation ARSEP, le tout grâce à l’appui constant de mécènes qui savent se mettre en retrait au profit d’une cause. »

Thibaut et Victorien, sacré duo

Tout a débuté en 2012. Victorien et Thibaut avaient la volonté de monter ensemble un projet à multiples partenaires et surtout avec du sens, une “utilité” selon les mots de Thibaut. « Aux détours d’une conversation avec des amis, on nous parle de Sandrine, une patiente atteinte de Sclérose En Plaques. On nous explique que le moral est très important au fil de cette maladie, qu’elle n’est pas non plus très connue et qu’il est important de la mettre en avant, autant pour l’aide à la recherche que pour le moral des malades. » C’est parti !

Les deux compères se rendent à Paris à la rencontre de la Fondation ARSEP. Ils rencontrent Bernard Gentric, alors vice-président. Bernard vient de créer la marque sportive de la Fondation : “Solidaires En Peloton”, le timing est bon ! « Nous expliquons notre idée à la Fondation, à savoir réunir des mécènes pour financer le défi, mettre en lumière la SEP, faire naviguer des patients et collecter des dons pour la recherche. »

Le Défi Voile Solidaires En Peloton est né. 

Thibaut et Victorien veulent démarrer avec un projet de Tour de France à la Voile. « Hélas, nous n’arrivons pas à le financer mais nous mettons un voilier de course-croisière aux couleurs de la Fondation et, dès 2012, nous faisons naviguer des patients en plus de notre engagement sur le circuit Formule 18 jusqu’en 2014 avec à la clé, deux titres de Champions de France » indique Thibaut.

Abnégation

En mai 2013, Victorien et Thibaut louent un Class40 et en novembre, ils prennent le départ de la Transat Jacques Vabre. La compétition Atlantique en double part non pas le dimanche comme d’habitude, car la tempête sévit en Manche mais le mercredi. La flotte doit même faire une escale forcée à Roscoff avant de repartir. « Dans un front violent, nous connaissons des problèmes de voile et d’électronique. Nous effectuons une nouvelle escale à Cascaïs cette fois. » Le duo repart avec 48 heures de retard sur les leaders. Peu à peu, au fil des milles en direction du Brésil, le tandem revient dans la course et termine à une belle 11ème place. La Fondation ARSEP, et les patients surtout, sont conquis par l’abnégation des marins. « Nous n’abandonnons pas. Nous nous battons jusqu’à la ligne d’arrivée. Cette résilience parle aux patients » raconte Thibaut.

Le patron de Concept Ty, mécène du projet, propose dès la fin 2013 à Victorien et Thibaut d’aller plus loin pour être plus performant. La construction d’un Class40 neuf débute, un plan Manuard, dernier cri. Victorien qui se projette déjà sur son projet actuel, Energy Observer, passe le flambeau à Thibaut. « J’étais le skipper-remplaçant lors de sa participation à la Route du Rhum 2006 en Multi50. Il m’avait dit à l’arrivée : la prochaine fois, c’est toi que je viendrais accueillir à Pointe-à-Pitre. »

Des dons pour la recherche médicale

Cette promesse est honorée à l’arrivée de la Route du Rhum 2014 à laquelle Thibaut fait deuxième ! Il est autant galvanisé de rendre son métier utile en boostant les patients atteints de la SEP que d’être accueilli comme un roi en tant que premier Guadeloupéen !

Les navigations s’enchaînent avec les patients. A l’issue de la saison 2014, grâce à plusieurs ventes de goodies et d’opérations Solidaires de ses mécènes, les marins remettent un chèque de 53 000 € à la Fondation. Le Défi Voile Solidaires En Peloton prend tout son sens.

En 2015, le monocoque Solidaires En Peloton – ARSEP remporte le Championnat Class40 et clôt la Transat Jacques Vabre à la 4ème place. En 2016, Thibaut gagne sa première grande course au large en solitaire, la mythique The Transat (ex Transat Anglaise), courue dans des conditions dantesques.

Une Route du Rhum 2018 au parfum de victoire

En 2017, Thibaut et ses fidèles mécènes décident de continuer cette aventure sportive et solidaire et de passer à la vitesse supérieure. Un trimaran Ocean Fifty est mis en construction. Thibaut profite de ce chantier pour revenir à ses premières amours sur des compétitions en catamarans rapides et volants, le Flying Phantom (3ème du championnat). Le trimaran de 50 pieds sera mis à l’eau en janvier 2018 et plus de 500 invités dont 80 patients embarqueront cette année-là. Thibaut s’illustre et gagne la DRHeam Cup. Il réalise une superbe Route du Rhum, montant sur la troisième marche du podium après une escale express aux Açores, chariot de Grand-voile cassé, alors qu’il était en tête. À son arrivée en Guadeloupe, l’enfant du pays est attendu en héros. La foule l’applaudit. Des patients sont sur le ponton. Thibaut, éreinté par la mer, tombe dans leur bras. C’est beau !

En 2019, Thibaut s’associe à Fred Duthil et signe une deuxième place sur la Transat Jacques Vabre. En 2020, alors que la crise sanitaire est entrée dans les vies et altère considérablement le programme de compétitions, le Défi Voile Solidaires En Peloton crée le “SEPtour”, 12 escales sur le littoral français à la rencontre des patients.

Le Pro Sailing Tour

En 2021, le Pro Sailing Tour fait son entrée. Les Ocean Fifty ont enfin un circuit dédié à leur classe de trimaran et une docu série produite grâce à des médiamans collés aux basques des équipiers durant toutes les courses !
Lors de la Transat Jacques Vabre de la même année, Thibaut et Fred (Duthil à nouveau) sont aux prises avec une déchirure conséquente de voile d’avant et n’obtiennent pas le résultat escompté. Ils apportent malgré tout une nouvelle fois beaucoup d’énergie à toute une communauté.

« Je vis avec ce projet des moments de dingue à la fois en mer, souvent seul, mais surtout avec les patients qui m’apportent vraiment. Nous avons des moments de partage très très forts. C’est fabuleux. » 

Fin novembre 2021, l’Ocean Fifty Solidaires En Peloton-ARSEP fonce sur le plan d’eau martiniquais. D’autres patients embarquent. Ils sont ravis. Thibaut leur donne la barre, leur explique le fonctionnement de sa machine à vent. Distribution de sourires, une parenthèse enchantée dans la vie de personnes qui  sont en difficulté physique et morale. 10 ans déjà, vive 2032 !