Revue de presse

TB Press, au-delà du conseil en communication, l’influence digitale, a un cœur de métier : les relations presse. Voici nos dernières retombées presse générées pour nos clients :

https://www.lefigaro.fr/nantes/le-belem-en-cale-seche-durant-six-mois-pour-un-chantier-de-renovation-inedit-de-sa-coque-20230128

https://www.lequipe.fr/Adrenaline/Ski-freestyle/Actualites/Perrine-laffont-2e-du-duel-a-val-saint-come/1377510

https://www.ouest-france.fr/sport/biathlon/emilien-jacquelin/exclusif-emilien-jacquelin-cette-insouciance-lors-des-fetes-ca-me-manque-83fcb1b0-8233-11ed-b3eb-6d22061597a4

https://france3-regions.francetvinfo.fr/hauts-de-france/nord-0/dunkerque/video-un-film-sur-le-dernier-vendee-globe-de-thomas-ruyant-projete-en-ouverture-du-festival-international-du-documentaire-de-biarritz-2674372.html

https://www.letelegramme.fr/morbihan/vannes/a-vannes-elle-lutte-contre-le-decrochage-scolaire-energie-jeunes-recompensee-01-12-2022-13232290.php

https://www.radiofrance.fr/franceinter/podcasts/l-esprit-sport/l-esprit-sport-du-dimanche-01-janvier-2023-8194815

https://actu.fr/bretagne/dinan_22050/thibaut-vauchel-camus-son-bateau-repart-pour-un-nouveau-cycle_56842933.html

https://www.bfmtv.com/evenements/partenariats/le-reseau-bfm-regions-partenaire-du-sailorz-film-festival_AN-202301270497.html

 

Qui sont les lauréats ATOUT SOLEIL 2022 ?

Soutenir et valoriser des associations qui réalisent des projets innovants dans les domaines de la santé, de la prévoyance et de l’aide sociale, telle est la vocation de l’opération de mécénat Atout Soleil portée par le fonds de dotation « Nos Épaules et Vos Ailes », depuis 2007.

Pour sa 15ème édition, le prix Atout Soleil a été remis hier soir à quinze associations qui ont développé des initiatives solidaires, intergénérationnelles et innovantes pour (Re) vivre ensemble et limiter les effets durables de la crise sanitaire et des autres crises sur la santé et l’éducation des plus jeunes.

Les 15 vainqueurs portent des projets pour lutter contre le cyber harcèlement, le décrochage scolaire, l’orientation subie, agir face aux violences intrafamiliales, …Ils ont été identifiés grâce à l’appui et la force du maillage territorial des réseaux commerciaux de Generali.

Les lauréats 2022 :

L’association « 10 jours sans écrans », implantée à Bayonne. Sa particularité ? Aider les parents et les enfants à mieux maitriser leur temps d’écran grâce à un défi collectif de déconnexion numérique.

L’association « AFEV Nantes ». Sa particularité ? Mobiliser des étudiants pour accompagner des enfants vers la lecture et créer du lien dans les quartiers populaires et prioritaires de la ville.

La compagnie de théâtre « Aziadé », qui se produit en Île-de-France et sur l’Île de la Réunion. Sa particularité ? Proposer des pièces de théâtre participatives aux établissements scolaires pour aborder des sujets sensibles comme le cyberharcèlement ou l’addiction aux écrans

L’association « Coup de pouce », présidée par Nicole Notat. Sa particularité ? Agir de manière précoce auprès des enfants présentant un risque de décrochage scolaire en associant étroitement les parents et la communauté éducative.

L’association « La Compagnie de l’Ange Ingénu », implantée dans les Pyrénées-Atlantiques. Sa particularité ? Sensibiliser les adolescents aux différentes formes de harcèlement à travers une pièce de théâtre, des débats et des ateliers.

L’association « La maison des droits des enfants et des jeunes », implantée à Toulouse. Sa particularité ? Prévenir et accompagner les victimes et auteurs de cyberviolence en s’appuyant sur des outils juridiques.

L’association « Les maisons de Joseph », implantée à Nice et à Dijon. Sa particularité ? Répondre aux difficultés d’intégration des personnes réfugiées et de leurs enfants en agissant sur le plan scolaire, psychologique et social.

L’association « Educa-Cité », implantée à Chanteloup-les-Vignes, dans les Yvelines. Sa particularité ? Lutter contre le décrochage scolaire précoce des enfants et des adolescents les plus fragiles scolairement en particulier dans les quartiers populaires.

L’association « En avant toute(s) » à Paris. Sa particularité ? Proposer une plateforme nationale de tchat gérée par des professionnels permettant aux jeunes de 10 à 14 ans une prise de conscience sur les comportements abusifs et toxiques et un soutien adapté.

L’association « Énergie Jeunes du Morbihan », implantée à Vannes. Sa particularité ? Concevoir et réaliser bénévolement des actions éducatives dans les établissements scolaires au service de la réussite scolaire pour tous, en priorité dans les quartiers peu favorisés.

L’association « Seuil », créée en 2003 par l’écrivain-voyageur Bernard Ollivier. Sa particularité ? Proposer une marche éducative de plusieurs mois pour amener des jeunes de 14-18 ans en grande difficulté à franchir un seuil dans leur vie et se réinsérer socialement/professionnellement.

L’association « TADAM », agissant en Île-de-France et dans la région Grand-Est. Sa particularité ? Proposer des programmes d’interventions reposant sur une méthode adaptée aux jeunes afin de prévenir et lutter contre le décrochage scolaire.

L’association « Transonore », agissant en Île-de-France et notamment en Seine-Saint-Denis. Sa particularité ? Proposer aux jeunes collégiens, par l’intermédiaire du reportage radio, une sensibilisation aux enjeux écologiques, sociaux et démocratiques et des ateliers pratiques donnant à voir les métiers liés au développement durable, à l’économie sociale et solidaire.

L’association « Valdocco Marseille ». Sa particularité ? Mettre son savoir-faire éducatif au service des jeunes, des habitants et des acteurs des quartiers Nord de Marseille pour prévenir et lutter contre le décrochage scolaire et favoriser le vivre-ensemble.

L’association « Women Safe & Children ». Sa particularité ? Sensibiliser et former les professionnel.les de première écoute à prendre en compte l’enfant exposé aux violences notamment dans les territoires ruraux.

Chronique des associations

La Fondation Belem devient la Fondation Caisse d’Epargne Belem

Les Caisses d’Epargne, mécènes historiques du trois-mâts Belem, renforcent leur soutien à la Fondation Belem qui devient la Fondation Caisse d’Epargne Belem. Le conseil d’administration de la Fondation et les Présidents des 15 Caisses d’Epargne ont développé une nouvelle stratégie reposant sur 3 axes : renforcer la visibilité des Caisses d’Epargne, accueillir à bord des publics éloignés de la mer et faire du navire un porte-drapeau du développement durable.

Jean Charles Filippini, Président de la Fondation Caisse d’Epargne Belem : “La Fondation Belem prend le nom de son mécène et devient la Fondation Caisse d’Epargne Belem. Elle met à l’honneur l’un des plus grands mécènes en France. Nos ambitions sont plus fortes que jamais : conserver dans le patrimoine français ce monument historique et ouvrir le Belem au plus grand nombre à quai et en navigation. »

Dominique Goursolle, Présidente de la Fédération Nationale des Caisses d’Epargne : « En embarquant à son bord des jeunes en insertion et des technologies de pointe utiles à la recherche, le Belem continue d’écrire l’histoire 126 ans après sa construction. Le temps long, la volonté d’être #Utile à la société et ce caractère pionnier, les Caisses d’Epargne se reconnaissent dans ce navire, auquel elles renouvellent leur soutien pour les cinq années à venir ».

Les Caisses d’Epargne avec le Belem depuis 1979

En 1979, le trois-mâts Giorgio Cini, battant pavillon italien, abandonné dans l’arsenal de Venise, il est mis en vente. Plusieurs candidats étrangers sont en lice pour l’acquérir et parmi eux des Français. En effet, l’origine nantaise du trois-mâts a été découverte dès 1970 par un passionné de vieux gréement, le docteur Luc-Olivier Gosse, qui l’identifie comme le trois-mâts Belem.
Les Caisses d’Epargne se portent acquéreur grâce à Jérôme Pichard, Délégué Général de l’Union Nationale des Caisses d’Epargne à l’époque. Elles ont réuni les fonds nécessaires à son acquisition grâce à Jérôme Pichard, Délégué Général de l’Union Nationale des Caisses d’Epargne à l’époque. Il convainc le Trésor Public d’utiliser le fond de réserve du livret A (dédié à l’époque à des opération de publicité et sponsoring) pour financer le rachat et le retour en France du trois-mâts.
Il créé la fondation Belem en 1980 à laquelle les Caisses d’Epargne font don du navire. Une fondation créée pour assurer sa conservation dans le patrimoine maritime de la France et son exploitation comme navire-école ouvert à tous. Le rachat et le retour en France du Belem fut la première action de mécénat d’ampleur nationale des Caisses d’Epargne. Le soutien à la fondation Belem est aujourd’hui encore, 42 ans plus tard, le plus important engagement des Caisses d’Epargne en faveur du patrimoine. 42 années où sans relâche les Caisses d’Epargne ont financé la moitié du budget de la fondation. Elles ont ainsi permis à 50 000 personnes de naviguer et plus de 2 millions de personnes de le visiter.

Record du Monde pour Erika Sauzeau

Mardi 15 novembre au siège de son partenaire, la Banque Populaire du Nord basée à Marcq en Baroeul, la championne picarde, Erika Sauzeau, médaillée de Bronze para aviron aux Jeux Olympiques de Tokyo, a battu le record du Monde sur 5000 mètres dans la catégorie 40 – 49 ans PR3 (PD) et toutes catégories PR3 (Overall), deux records homologués vendredi 25 novembre. Elle succède à l’américaine Kathleen Tarr qui détenait cette performance. Erika, dans une belle ambiance, entourée de nombreux collaborateurs de la Banque et d’Anaïs Mai Desjardins et Maxime Beaumont, deux autres athlètes de la team Banque Populaire du Nord qui vise Paris 2024, a effectué un temps « canon » de 20 minutes et 49 secondes et 3 centièmes.

Erika Sauzeau : « Ce record est un plaisir car il est partagé avec tous notamment les collaborateurs de la Banque Populaire du Nord. C’est vraiment autre chose que sur l’eau où on a moins de supporters. C’est un objectif personnel dans mon parcours de préparation pour Paris 2024 qui est très différent car nous travaillons sur 2000 mètres et plutôt de l’endurance de force. Ce record n’est vraiment pas négligeable. Je ne vais plus en faire d’ici les Jeux mais je réfléchis, pourquoi pas, à une tentative de 42 km après Paris qui est le but suprême. »

Hélène Madar, Directrice Générale de la Banque Populaire du Nord : « Je félicite fortement Erika Sauzeau qui continue à écrire un très beau parcours sportif avec ce nouveau record du Monde. Nous avons suivi sa performance dans le hall d’accueil de la Banque Populaire du Nord. De nombreux collaborateurs étaient présents et j’ai eu la sensation d’une belle communion autour d’Erika. Anais Mai Desjardins et Maxime Beaumont étaient également présents pour l’encourager. Nos sportifs nous inspirent au quotidien et nous sommes fiers de les accompagner dans leurs rêves olympiques. »

Erika Sauzeau a battu le désormais ancien de l’américaine Kathleen Tarr qui avait réalisé un chrono de 21 min 18 s 30.
Le portrait d’Erika : https://drive.google.com/drive/u/1/folders/14WC08g-Tx3p37FLILInXgLls4nIHsmEO

Un baptême pour Vaincre la Mucoviscidose

En ce samedi, l’IMOCA V and B – Monbana – Mayenne mené par Maxime Sorel a été baptisé à 16h45 à Saint-Malo par Laurence Ferrari, journaliste, marraine nationale de l’association Vaincre la Mucoviscidose et Nils Berger, jeune patient atteint de la Mucoviscidose.

À quelques jours du départ de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe, dans une ambiance au beau fixe, Maxime Sorel, parrain national de Vaincre la Mucoviscidose et ses partenaires en ont profité pour mettre en avant l’association, la recherche et ses patients. Rappelons que Maxime Sorel est engagé auprès de l’association depuis son enfance et que le Dragon représenté sur V and B – Monbana – Mayenne symbolise le souffle qui manque aux patients et le courage de croire en ses rêves…

Ils ont dit :

Laurence Ferrari, journaliste, marraine nationale de l’association Vaincre la Mucoviscidose, marraine du voilier V and B – Monbana – Mayenne : « C’est un grand honneur que Maxime m’a fait de me proposer d’être marraine de V and B – Monbana – Mayenne. C’est un joli cadeau parce que ce voilier est extraordinaire à tous points de vue, technique mais aussi humain. Puis, il porte les couleurs de l’association Vaincre la Mucoviscidose dont je suis marraine. C’est une responsabilité supplémentaire. Maxime porte magnifiquement l’association et il est à l’écoute des patients à travers ses nombreux défis. C’est une belle récompense pour notre association. Je suis très heureuse de soutenir ce projet. Nous allons suivre cette Route du Rhum de façon particulière. Derrière Maxime et son voilier, ce sont des milliers de jeunes malades qui ont beaucoup d’espoir car on a des traitements de plus en plus performants mais il reste un bout du chemin à accomplir. Nous avons encore besoin de dons pour faire avancer la recherche médicale. Il y a 30% des patients qui n’ont pas accès aux médicaments. Il est important de continuer à parler de l’association. Il y a 200 enfants qui naissent chaque année avec cette maladie. C’est une maladie extrêmement invalidante. Merci à Maxime et ses partenaires…”      

Nils Berger, 18 ans, patient atteint de la Mucoviscidose et parrain du voilier V and B – Monbana – Mayenne : « Je suis très fier d’être le parrain de ce splendide bateau qui porte un symbole très fort avec ce Dragon qui représente finalement le souffle qui nous manque. Par ce parrainage, je suis un peu l’ambassadeur de tous les patients notamment ceux qui n’ont pas encore accès au Kaftrio qui est un médicament très efficace. La prochaine étape est de le généraliser pour tous. Maxime nous donne beaucoup d’espoir. C’est un véritable exemple. Il nous inspire quotidiennement et il permet de faire connaître la maladie et la recherche. Nous en avons besoin.”   

Maxime Sorel, skipper du voilier V and B – Monbana – Mayenne, parrain national de Vaincre la Mucoviscidose : « C’est un réel honneur de prendre le départ de ma troisième Route du Rhum à bord d’un voilier neuf et prêt pour le grand départ. V and B – Monbana – Mayenne a déjà parcouru 4000 milles depuis sa mise à l’eau le 27 juin dernier. Je peux dire que c’est un bateau très bien construit et qu’il est bien né. Il ne cesse de m’étonner en termes de performance. D’autre part, c’est une fierté d’accompagner et de mettre en lumière, l’association Vaincre la Mucoviscidose dans mon projet. J’espère sincèrement être à la hauteur des enjeux qui touchent l’association notamment guérir un maximum de patients. Merci à Laurence Ferrari et Nils Berger de porter le même message que moi et d’avoir baptisé mon nouveau voilier. Merci à mes partenaires de me soutenir aussi fidèlement et pour une cause qui en vaut la peine. Cap sur la Guadeloupe ! »

Les partenaires V and B – Monbana – Mayenne : « Ce baptême a été un grand moment. Ce qui ressort en premier c’est le partage, la passion et l’humilité. Nous souhaitons beaucoup de réussite à Maxime et V and B – Monbana – Mayenne pour la Route du Rhum et pour la suite. Maxime est l’entrepreneur de ses rêves, il ose et anime son projet de main de maître. Au-delà du sport, notre défi est de soutenir un maximum l’association Vaincre la Mucoviscidose et mettre en avant ses initiatives. Que toutes nos forces soient avec lui et les nombreux patients atteints. »

David Fiant, président de Vaincre la Mucoviscidose : « Le baptême d’un bateau est un moment important dans la vie de son marin. Je suis heureux de voir Maxime prêt pour réussir ses objectifs à la barre d’un performant et superbe navire. Pour Vaincre la Mucoviscidose, c’est aussi la joie de voir notre combat voguer sur les océans, poussé par les vents, symbole si fort pour tous les malades à qui le souffle manque. Merci à Maxime de porter si haut nos valeurs avec autant d’allant et de générosité dans ses actions. Merci d’avoir permis à Niels de pouvoir être le parrain du bateau. Niels représente tous les malades qui ne peuvent prétendre aux derniers traitements contre la Mucoviscidose. Ils sont près de 2000 comme Niels à ressentir encore plus fortement dans leur chair la basse besogne de cette terrible maladie. Ainsi même si pour nombre d’entre nous, notre respiration est un filet d’air, nous sommes prêts à faire gonfler les voiles par le souffle de notre soutien. Alors va Dragon des mers ! Vole au-dessus des eaux, droit vers Pointe à Pitre ! »

Dans la peau de Nicolas Rondouin, non-voyant

Il est non-voyant. Il a 42 ans. Il est champion d’Europe de Blind Sailing, voile pour les aveugles. Nicolas participe activement à la vie du projet Class40 « A l’Aveugle – Trim Control » de François Jambou et Alexandre Le Gallais et suivra avec attention la Route du Rhum – Destination Guadeloupe du skipper concarnois. Le champion a beaucoup navigué avec François et son équipe ces derniers temps. 4 questions…

1) La voile est-elle accessible pour les non-voyants ?

Dans l’imaginaire, le sport de voile paraît totalement inadapté aux non-voyants. Dans les faits, ce n’est pas vrai et de nombreuses solutions sont arrivées pour faciliter la pratique. Il nous manque en effet la vue en navigation mais nous avons nos quatre autres sens pour nous aider et des technologies.

2) Comment les navigations se déroulent-elles alors ?

L’ouï et le touché sont très importants pour naviguer. Nous avons aussi les sensations du vent sur notre peau, les sensations de gîte qui nous donnent des indications sur l’allure. L’assiette du bateau est également un élément primordial qui nous donne des repères. Nous nous faisons aider de l’application SARA qui grâce à sa synthèse vocale nous donne de nombreux éléments comme les angles du vent, la profondeur, la distance à parcourir, les dangers via SARA navigation, les cartes… Les penons électroniques Trim Control imaginés par Michel Desjoyeaux sont enfin de bons indicateurs. Ils sont reliés à la centrale de navigation et nous permettent toujours via SARA de régler nos voiles, border ou choquer un centimètre ! En somme, la pratique de la voile par un non-voyant est maintenant tout à fait possible mais, pour ce qui est des bateaux de course au large, avec l’accompagnement d’un voyant obligatoire car nous ne pouvons pas être encore en totale autonomie. Je pense aux collisions par exemple. J’ajoute que le temps de préparation à la navigation est crucial. De mon côté, je demande toujours à faire le tour du bateau, souvent à quatre pattes, afin de repérer le plan de pont, le positionnement des winchs, l’emplacement des voiles…

3) Que penses-tu de ce défi « A l’Aveugle – Trim Control » sur la Route du Rhum ?

Je prends beaucoup de plaisir à être avec François Jambou et de naviguer avec lui. Cela a été le cas à plusieurs reprises et nous nous apprêtons à faire le convoyage entre Concarneau et Saint-Malo ensemble. Ce projet est une superbe vitrine qui va permettre, j’espère, à de plus en plus de non-voyants de sauter le pas et naviguer. La rencontre avec Michel Desjoyeaux a été aussi un grand moment. Nous avons navigué ensemble. Quand j’ai entendu sa voix à bord, je me suis dit : aucun doute, c’est le professeur ! Je tiens à remercier spécifiquement l’UNADEV et l’association Orion à Brest qui nous permettent de vivre ces expériences et qui nous aident à développer SARA notamment.

4) Comment vas-tu suivre la Route du Rhum de François ?

J’espère franchement que sur la cartographie de la course, on aura accès à des données via des fichiers excel. C’est la seule façon pour nous via « Voice Over » de l’I Phone de suivre la compétition.

Le lien intergénérationnel, « fil rouge » de l’opération de mécénat Atout Soleil au service des publics fragilisés par les crises

Apporter un soutien aux associations qui luttent contre toutes les formes de fragilités sociales, c’est l’objectif que s’est fixée depuis 2007 l’opération de mécénat Atout Soleil, portée par le fonds de dotation « Nos Épaules et Vos Ailes ».

Pour sa 15ème édition, le prix Atout Soleil récompensera le 6 décembre prochain, à Paris, 15 associations engagées pour favoriser le « (Re)Vivre ensemble » et prévenir les effets des crises sur la santé et l’éducation des plus jeunes.

Comme chaque année, le jury Atout Soleil porte une attention particulière aux projets visant à renforcer l’entraide et la transmission des savoirs entre les générations, ces solidarités intergénérationnelles étant indissociables du vivre ensemble. Une thématique chère à Hervé Sauzay, président de GPMA et président fondateur de l’Institut Français des Seniors, qui voit dans le développement des liens intergénérationnels un véritable moyen de faire face aux crises actuelles et à venir.

Renouer les liens après le confinement

La crise sanitaire a bouleversé la vie des Français à plus d’un titre, et les différents épisodes de confinement ont sans aucun doute constitué une expérience traumatisante pour la plupart d’entre eux.

La rupture du jour au lendemain de toute interaction sociale a été particulièrement brutale pour les publics les plus vulnérables, à l’image des personnes âgées isolées ou des enfants hospitalisés qui ont fortement souffert de cet isolement social forcé. Pour d’autres, c’est le repli sur la cellule familiale qui a pu donner lieu à une dégradation des relations entre parents et enfants. Les incertitudes sur la gestion de la pandémie ont fait naître des discours clivants, cherchant à opposer les différentes générations entre elles, comme celui sur l’hypothèse d’isoler les plus vieux ( car plus à risque) ou la thèse selon laquelle la société sacrifiait sa jeunesse pour sauver ses ainés.

Avec du recul, Hervé Sauzay, président de GPMA et président fondateur de l’Institut Français des Seniors, estime cependant que « la pandémie a permis de faire redécouvrir des logiques de solidarités et une envie pour de nombreuses personnes de renouer ou de renforcer leurs liens avec leurs proches, leur entourage, au sein de leur quartier ou de leur communauté. De nombreuses initiatives ont été prises, par exemple par des jeunes qui sont aller faire les courses pour leurs voisins âgés, ou par des seniors venus en aide à des jeunes précarisés. L’étude de l’Institut Français des Seniors a même montré que les liens familiaux entre grands parents et enfants -petits enfants ont été plus fréquents qu’avant le confinement. En plus de renforcer le sens du collectif et du vivre ensemble, ces initiatives ont mis en lumière le fait que la solidarité intergénérationnelle est un puissant levier pour faire face aux crises. »

Les seniors, piliers du tissu associatif en France

Les personnes de plus de 50 ans, ce qu’on appelle les seniors, ont un rôle prééminent à jouer dans le développement de ces solutions intergénérationnelles. Selon une enquête menée en 2022 par l’IFOP pour France Bénévolat et Recherches & Solidarités, les seniors représentent la classe d’âge la plus active au sein du tissu associatif avec notamment plus d’un quart des personnes de plus de 65 ans impliqués dans des actions de bénévolat à travers des associations.

« Les seniors sont nombreux à donner de leur temps pour les autres, confirme Hervé Sauzay. C’est pour eux un moyen de rester actifs et de conserver une utilité sociale, après avoir eu une utilité professionnelle. Et pour notre société, c’est un véritable atout. Du fait de leur vécu, de leurs expériences personnelles et professionnelles, les seniors ont développé des compétences de savoir faire et de savoir être qu’ils peuvent mettre au service de la communauté, et plus particulièrement des plus jeunes. » Le développement de ces liens intergénérationnels constitue aussi une source d’enrichissement mutuel. Hervé Sauzay rappelle que « ces relations nouées avec les jeunes générations donnent aux seniors une ouverture différente sur le monde, en plus de leur offrir un nouveau lien social. Ils contribuent ainsi à réduire l’isolement, à améliorer la santé et la confiance en soi, à la fois pour les seniors et pour les jeunes. »

La pandémie a manifestement éloigné des associations les bénévoles de tous âges. Toutefois, maintenant que les risques sanitaires semblent en grande partie écartés, on constate que les seniors reviennent donner de leur temps. Ils restent d’ailleurs en 2022 la tranche de la population la plus fortement impliquée dans le bénévolat associatif.

L’opération Atout Soleil, engagée en faveur du renforcement des liens intergénérationnels

L’objectif de la 15ème opération de mécénat Atout Soleil, portée par le fonds de dotations « Nos Épaules et Vos Ailes », est de soutenir les associations qui offrent aux jeunes des solutions pour traverser les périodes de crises. La notion de renforcement des liens intergénérationnels est, à ce titre importante.
Hervé Sauzay rappelle que « pendant la pandémie, nous avons mis en place un appel à projet exceptionnel en lieu et place de la traditionnelle opération Atout Soleil, Les Mardis solidaires d’Atout Soleil, qui a permis d’apporter un soutien à de nombreux projets reposant sur des solidarités intergénérationnelles pour rompre l’isolement des personnes âgés, lutter contre la fracture numérique des jeunes et moins jeunes, agir contre la précarisation des étudiants… L’an dernier, le prix Atout Soleil était dédié à la garde d’enfants et il a permis de mettre l’accent sur le renforcement des liens intergénérationnels intra-familiaux face à l’augmentation du nombre de familles monoparentales ou recomposées et la crise économique. »

La 15ème édition du prix Atout Soleil organisée cette année est dédiée au « (Re)Vivre ensemble » pour prévenir les effets des crises sur la santé et l’éducation des plus jeunes. Dans le contexte de la sortie de la crise sanitaire, le fonds de dotation « Nos Épaules et Vos Ailes » a souhaité consacrer une partie de son appel à projet à des associations portant des initiatives favorisant la transmission des savoirs et des compétences à travers des liens intergénérationnels. Hervé Sauzay nous explique ce choix : « pour un jeune, penser son avenir, construire son parcours, trouver un métier qui lui correspond n’est pas toujours évident. Nous avons voulu valoriser les projets associatifs qui proposent aux jeunes de découvrir des métiers, de développer de nouvelles compétences pour s’élever et construire leur vie d’adulte notamment par des échanges entre différentes générations. Il est important de soutenir et de valoriser les initiatives de terrain qui apportent des solutions innovantes à des problèmes concrets. Nous sommes convaincus qu’en accompagnant des structures qui créent des rencontres entre personnes de différents âges, nous impulsons un cercle vertueux d’entraide et de solidarité indispensable pour répondre aux enjeux de demain. C’est ce que nous nous attachons à faire à travers le prix Atout Soleil. »

Maxime Sorel pour Vaincre la Mucoviscidose

Le navigateur – aventurier est le parrain national de Vaincre la Mucoviscidose depuis de nombreuses années. Naturellement et comme chaque année, Maxime sera présent au grand événement de l’association, les virades de l’espoir, qui se tiendra dans toute la France les samedi 24 et dimanche 25 septembre. L’objectif est de sensibiliser le plus grand nombre à cette maladie invisible et collecter des fonds pour permettre à toutes les personnes atteintes de mucoviscidose de bénéficier des avancées thérapeutiques.

« Avec mes partenaires, V and B, Monbana et la Mayenne nous mettons le plus possible en avant l’association Vaincre la Mucoviscidose grâce à notre bateau de course mais aussi de nombreuses actions. Le Dragon des Océans, symbole du souffle qui manque aux patients, emmenera avec lui les personnes touchées de près ou de loin par cette maladie lors de la prochaine Route du Rhum qui débutera le 6 novembre et ce jusqu’au Vendée Globe 2024 – 2025. Je serai présent dimanche à Paris au jardin d’acclimatation afin de participer aux Virades de Paris et prendre part à la course du souffle de 10 km et transmettre, à mon échelle, un message d’espoir aux côtés de Thierry Nouvel. Via un duplex, j’aurai également l’occasion de m’entretenir avec Paul Fontaine, atteint de la muco et avec qui j’ai gravi le Kilimandjaro » déclare Maxime, véritable porte-voix de cette cause majeure.

David Fiant – Président de l’association Vaincre la Mucoviscidose : « Maxime, vraiment, porte l’association. Il ne se contente pas de mettre le nom Vaincre la Mucoviscidose sur son bateau, il apporte véritablement les patients avec lui dans chacun de ses challenges. »

A l’Aveugle / France 3

Un reportage de France 3 Bretagne sur le Class 40 A l’Aveugle avec François Jambou et Michel Desjoyeaux notamment…

En piste pour la Route du Rhum – Destination Guadeloupe de façon originale et sociétale !

15ème édition de l’appel à projets Atout Soleil : le jury a délibéré !

Le jury d’Atout Soleil s’est réuni hier pour désigner les associations lauréates de la 15ème édition de l’appel à projets, ciblé cette année sur le thème du « (Re)Vivre ensemble ». 96 associations de toute la France avaient déposé un dossier : un beau succès pour cette opération de mécénat portée par GPMA et le fonds de dotation « Nos Epaules et vos Ailes » qui œuvre depuis de nombreuses années aux côtés des associations engagées dans la lutte contre toutes les formes de fragilités sociales.

Le nom des 15 associations lauréates sera dévoilé le 6 décembre à l’occasion d’une cérémonie de remise des prix Atout Soleil à Paris. Au-delà de la dotation financière qui leur sera octroyée, ces associations bénéficieront d’un accompagnement en matière de communication au cours des prochains mois.

Le jury de cette 15ème édition de l’appel à projets Atout Soleil est composé de :

  • membres du Conseil d’administration de GPMA :
    • Hervé SAUZAY, Président du Conseil d’administration
    • Thierry GAUDEAUX, Secrétaire du Conseil d’administration
    • Gilles DAUPTAIN, Administrateur
    • Véronique DESTRUEL, Administratrice
    • Monique ROLLAND, Administratrice
    • Laura LAUGHLIN, Administratrice
  • membres de Generali France :
    • Marie-Christine LANNE, Directrice de la communication externe et des engagements
    • Philippe COSSE, Responsable de communication et animation des engagements sociétaux
    • Claire BEAUFILS, Chargée de communication événementielle
    • Laura PERRIER, Coordinatrice de l’engagement de The Human Safety Net
  • personnalités externes :
    • Marie-Hélène FAURE FARMAN
    • Caroline GERMAIN, Déléguée générale de l’ADESI
    • Monique MACE, Présidente nationale de l’association Les Blouses Roses

Ils ont dit :

Thierry Gaudeaux, Secrétaire du Conseil d’administration de GPMA et président du jury Atout Soleil : « Je suis impressionné par le nombre de dossiers de candidature que nous avons reçu cette année. Je pense que le thème du ‘’(Re)Vivre ensemble’’, sur lequel nous avions décidé d’axer cette 15ème édition de l’appel à projets, répond à une véritable problématique d’actualité et à un réel besoin du côté des associations. C’est bien sûr un motif de satisfaction car l’ambition d’Atout Soleil est d’être le plus utile possible au monde associatif que nous soutenons depuis de nombreuses années. Nous avons à cœur d’accompagner des structures qui portent des projets innovants et qui démontrent un réel impact sur le terrain auprès de leurs bénéficiaires. Les échanges entre les membres du jury ont été très nourris durant cette matinée de délibération et nous sommes parvenus à sélectionner de beaux dossiers que nous seront fiers de présenter le 6 décembre lors de la cérémonie de remise des prix. »

Marie-Christine Lanne, Directrice de la communication externe et des engagements de Generali France : « Le thème retenu cette année pour l’appel à projets est particulièrement pertinent car je pense que nous ne mesurons pas encore complètement l’ampleur des traumatismes subis lors de la crise sanitaire. Tout le monde a été marqué par les épisodes de confinement, mais les réalités et les problématiques ont été bien différentes selon les personnes, leur environnement, leur contexte familial, etc. Les associations ont été nombreuses à se mobiliser pour lutter contre les conséquences de la crise sanitaire, que ce soit pour lutter contre l’addiction aux écrans, le cyber-harcèlement ou encore les violences intra-familiales. La tâche n’a pas été facile pour départager les nombreux dossiers qui nous ont été soumis, mais je crois que nous avons pu parvenir à une belle sélection grâce à la diversité des membres du jury qui viennent tous d’horizons très différents, chacun avec son expertise. »

Monique Macé, Présidente nationale de l’association Les Blouses Roses : « J’ai été ravie et honorée de participer au jury de l’appel à projets Atout Soleil, qui a donné lieu à des échanges très riches durant cette matinée de délibération. J’ai été impressionnée par la diversité des projets portés par les associations, et j’ai été particulièrement touchée par les actions mises en œuvre pour renforcer les liens au sein des familles. Nous sortons d’une période qui a été éprouvante pour de nombreuses personnes, notamment pour les familles les plus en difficultés, et je trouve qu’il est vraiment important de pouvoir soutenir les structures qui mettent en place des programmes pour rassembler parents et enfants et les aider à sortir de ce contexte particulièrement difficile. »

Quelles sont les initiatives concernées ?

Panser les plaies psychologiques liées aux traumatismes générés par les crises

  • Accompagner psychologiquement les enfants et les adolescents dans la gestion de leurs traumatismes (prévention du suicide, troubles alimentaires, phobie scolaire, etc.)
  • Prévenir et gérer les risques portés par l’utilisation intensive des écrans et ses conséquences (cyberdépendance, cyberharcèlement, phobie scolaire, etc.)
  • Accompagner les enfants et les adolescents quelles que soient leurs différences dans leur (re)socialisation à travers des activités ludiques, culturelles, scientifiques et sportives.

Soutenir les apprentissages et les acquis scolaires des plus vulnérables

  • Lutter contre le décrochage scolaire des publics vulnérables
  • Accompagner les enfants et les adolescents les plus fragiles scolairement, en particulier dans les quartiers populaires (soutien scolaire, mentorat)
  • Développer des compétences sociales et émotionnelles à travers des activités ludiques, culturelles, scientifiques et sportives.

Recréer du lien à travers l’entraide et la transmission des savoirs entre générations

  • Recréer du « vivre-ensemble » autour de projets intergénérationnels
  • Favoriser la transmission des compétences et du savoir entre générations.

Les associations candidates :

10 jours sans écrans, 1001 mots, AASDAF, ACADIA, ADEPAPE Var, AENSAH, AFEV, AGOC, Apprentis d’Auteuil, AREA, ASKOLA, Association Solidarité Djiguiya France, Ateliers Amasco, ATSU, Aziade, Azur Sport Santé, Basket Club Fabrègues, Because U Art, Bien-être des enfants hospitalisés, Bulles et plumes, Cercle d’escrime de Wassy, Chemins d’enfance, Compagnie de l’ange ingénu, Coup de pouce, Cours Eric Tabarly, CRIPS IDF, De fonds en comble, Des ailes et des Z, Ecole & Culture, Educa-Cité, Education liens et prévention, E-enfance, En avant toute(s), Energie jeunes du Morbihan, Enfance & Partage, Equit’Action, ES Arques cyclisme, Espace renaissance, Espoir Meurchin, FNEPE, Food sweet food, Génération numérique, Graine de fraternité, Happy hand, Helebor, Jade, Joly, La cabane des liens, La feuille de chou, La maison des droits des enfants et des jeunes, La sainte famille, La source, L’amicale des anciens de l’étoile sportive d’Ennequin, Le vieux biclou, Les 1001 pattes ont du cœur, Les amis de Jalna, Les blouses roses, Les clowns de l’espoir, Les enfants cuisinent, Les isards catalans, Les maisons de Joseph, Lesartskids, Ligue 75, Like ton job, MABB, Mairie de Doullens, Mouvement Up, Nice Côté d’Azur Athlétisme, Panach’Ages, Place aux possibles, Pontem, Possibles, Potinambour, Prado Bourgogne, Proxité, Regart’s, R.E.P.I 2000, Résidence Grand pré, RIGA, Rugby fauteuil club Provence méditerranée, Sauvegarde 69, Seuil, Société de protection de l’enfance, Sourire à la vie, Tadam, T’es cap, Toiles solidaires, Transonore, Vacances ouvertes, Le Valdocco Marseille, Vert Galant, Vivre, Women Safe and Children

Pour en savoir plus :

Pause

Après une première partie de l’année très remplie, l’Agence TB Press prend des congés du 22 juillet au 22 août… Vivement déjà l’automne où beaucoup de projets nous attendent dans la continuité d’un début d’année « canon » avec Thomas Ruyant – LinkedOut – Advens, Perrine Laffont, Maxime Sorel – V and B – Monbana – Mayenne, Emilien Jacquelin, la Fondation Belem, le Défi Voile Solidaires En Peloton, le voilier « A l’aveugle » de François Jambou, le fonds de dotation « Des Epaules et des Ailes » – GPMA, Pierre Le Roy, Laurent Bourguès, la Banque Populaire du Nord…

Cap sur la route du Rhum – Destination Guadeloupe, les Coupes du Monde de ski de bosses et de biathlon, la remise des prix Atout Soleil en faveur d’associations qui œuvrent contre les effets des crises sur les jeunes, des projections du film de Molecule et Thomas Ruyant et l’accompagnement des sportifs Olympiques de la Banque Populaire du Nord…

Un sacré programme pour TB Press qui s’active fortement dans le sport mais également de nombreux défis à impact ! A ce sujet, TB Press s’agrandira avant la fin d’année avec une équipe dédiée afin d’accompagner les acteurs de la RSE dans leur développement.

TB Press = stratégie de communication, conseil, relations presse, contenus éditoriaux, influence digitale

« Nos Épaules et Vos Ailes » se mobilise pour soutenir les élèves fragilisés par les crises

Pour la 15ème édition de son opération de mécénat Atout Soleil, le fonds de dotation « Nos Épaules et Vos Ailes » a choisi de lancer un appel à projets sur le thème du « (Re)Vivre ensemble » afin d’apporter un soutien aux associations qui luttent contre les effets durables des crises sur les enfants et les adolescents.

Soutenir les apprentissages et les acquis scolaires des plus vulnérables constitue plus que jamais une des priorités de notre société.. En effet, si le retour progressif à la normale dans les écoles a permis à la plupart des élèves de rattraper les retards d’apprentissage accumulés durant la crise sanitaire, l’écart s’est accentué avec les enfants qui présentaient déjà des fragilités sociales et/ou psychologiques.

L’expérience traumatisante du confinement a de surcroît aggravé les phénomènes de phobie scolaire et de cyberdépendance, avec un impact notable sur leur développement et leur réussite à l’école. Si elles ne sont pas traitées suffisamment tôt, ces difficultés pourraient s’accentuer et mettre à mal l’égalité des chances et la cohésion sociale.

Les retards d’apprentissage accumulés durant la crise sanitaire ont pu être rattrapés, mais les écarts de performances entre élèves se sont accrus

Alors que la fin de l’année scolaire se profile, le retour à la normale semble enfin s’installer dans les écoles : depuis déjà plusieurs mois, les élèves ont fait tomber le masque en classe, l’enseignement à distance n’est plus qu’un lointain souvenir, et après deux années d’épreuves contrariées par les mesures sanitaires, les lycéens peuvent enfin se concentrer pleinement sur leurs révisions du baccalauréat. Les retards d’apprentissage observés durant la crise sanitaire ont semble-t-il aussi été en grande partie effacés. Dans une note publiée au début de l’année, le ministère de l’Éducation nationale indiquait que les évaluations menées en septembre 2021 auprès des élèves de CP et de CE1 montraient qu’ils avaient retrouvé un niveau similaire à l’avant-crise dans quasiment toutes les compétences testées en français et en mathématiques.

Seule ombre au tableau, ces chiffres masquent une forte disparité entre les élèves les plus favorisés et les plus vulnérables. L’écart de performance scolaire calculé entre les élèves scolarisés dans les établissements de l’éducation prioritaire et hors éducation prioritaire s’établit à un niveau nettement supérieur à ceux enregistrés avant la crise. L’augmentation est généralisée et touche presque toutes les compétences testées.

Le constat est connu : la crise sanitaire et l’enseignement à distance ont agi comme un miroir grossissant des inégalités sociales. En effet, selon une autre enquête menée par le ministère de l’Éducation nationale, l’investissement des parents d’élèves de CP et de CE1 semble avoir été le même quel que soit le milieu social des élèves, mais entre la fracture numérique, les différences de conditions matérielles pour bien organiser le travail à la maison et le différentiel de « capital social », la scolarité a été beaucoup plus difficile à suivre pour les élèves vulnérables. Interrogés sur la qualité du suivi de leurs élèves durant la crise, les enseignants exerçant dans des établissements de l’éducation prioritaire confirment que le suivi a été beaucoup plus problématique chez les élèves qui présentaient déjà des difficultés scolaires avant la crise ou dont la situation sociale était dégradée. En parallèle, les familles les plus favorisées ont su rapidement mettre en place des stratégies pour rattraper les retards d’apprentissage. Elles sont notamment nombreuses à avoir fait appel à des structures privées de soutien scolaire, ce que n’ont pas pu faire les familles aux revenus plus modestes.

« Cette inquiétude de voir les inégalités scolaires se creuser dans le contexte de crises que nous traversons nous a été signalée par de nombreuses associations que nous accompagnons depuis plusieurs années. C’est la raison pour laquelle nous avons choisi d’en faire un axe majeur de l’appel à projets que nous lançons sur le thème du (Re)Vivre ensemble » explique Thierry Gaudeaux, Président du fonds de dotation Nos Épaules et Vos Ailes.

Les difficultés scolaires ont été aggravées par l’augmentation des troubles psychologiques liés aux crises

Les longs mois de confinement ont également eu des répercussions importantes sur la santé mentale des enfants et des adolescents, comme l’a souligné Santé publique France dans plusieurs de ses études. Dès les premiers mois de la crise sanitaire, les experts et les professionnels de santé avaient alerté sur l’augmentation des troubles psychologiques chez les plus jeunes. Malgré le reflux de l’épidémie, ils restent aujourd’hui nombreux à s’inquiéter de la persistance des phénomènes de cyberdépendance ou de phobie scolaire, dont les conséquences sur la scolarité pourraient être importantes à long terme.

Entre l’isolement social imposé par les confinements ou encore la nécessité de s’adapter continuellement à un rythme scolaire différent, les cas de « refus scolaire anxieux » se sont en effet multipliés. Selon les estimations les plus alarmistes, le phénomène concernerait jusqu’à 8% des élèves. Ici aussi les différences sont fortes selon les milieux sociaux : on estime que les enfants et les adolescents privés d’activités extrascolaires, souvent issus de milieux défavorisés, ont quatre fois plus de risques d’être angoissés et de ne pas réussir à l’école, entrainant des phénomènes de glissement psychologique et physique qui augmentent le risque d’isolement social. La crise sanitaire a également contribué à installer de mauvaises habitudes prises durant le confinement, et notamment une surexposition aux écrans qui a accentué le repli sur soi de nombreux enfants. Cet usage excessif des écrans s’est traduit par une augmentation des cas signalés de cyberharcèlement, qui a lui aussi participé à alimenter le phénomène de phobie scolaire.

Si la pandémie n’est aujourd’hui plus le principal sujet d’inquiétude, le contexte actuel n’offre que peu de répit aux enfants les plus anxieux. Aujourd’hui c’est le conflit en Ukraine qui s’est imposé dans la vie de nombreux enfants et les plus fragiles d’entre eux ont l’impression de ne pas voir la fin de cette période de crise.

Apporter un appui à ces enfants marqués par la multiplication des crises, et agir pour qu’ils puissent retrouver une vie et une scolarité normale, constitue plus que jamais un impératif pour éviter que les inégalités ne se creusent chez les enfants les plus vulnérables. A travers son appel à projets, le fonds de dotation « Nos épaules et Vos ailes » souhaite accompagner les associations françaises qui portent des projets visant à panser les plaies psychologiques liées aux crises, à soutenir les apprentissages et les acquis scolaires des plus vulnérables et à recréer du lien à travers l’entraide et la transmission des savoirs entre générations.

Grande démission : le phénomène gagne la France… et frappe tous les secteurs !

Selon les chiffres de la Dares, le service statistique du ministère du Travail, les démissions de salariés en CDI ont atteint un niveau sans précédent en 2021, en progressant de près de 20% par rapport à 2019. Les ruptures anticipées de CDD ont elles bondi de 25,8% en deux ans.

Tous les secteurs sont touchés ! Même le secteur de l’économie sociale et solidaire, qui a longtemps bénéficié d’une bonne image auprès des jeunes, n’est pas épargné. « La baisse des candidatures peut y atteindre 60% pour certains postes », constate Orientation Durable, le cabinet de recrutement spécialisé dans l’ESS et l’intérêt général.

Le phénomène est particulièrement préoccupant lorsqu’il contribue à aggraver des difficultés de recrutement préexistantes. Pour les acteurs de l’ESS, l’enjeu est de taille car près d’un salarié du secteur sur cinq partira à la retraite d’ici 2026. Comprendre les attentes de la « génération millennial » pour mieux s’y adapter est donc primordial.

Au-delà de la quête de sens, cette tendance révèle un profond bouleversement du rapport des jeunes au travail. Selon Orientation durable, « travailler dans l’intérêt général ne fait pas le bonheur, ou plus précisément… cela ne suffit pas ». Pour ces jeunes, la recherche de l’utilité sociale associée au poste est importante mais leurs attentes sont également fortes en termes d’organisation du travail et de respect de l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée.

Les jeunes restent prêts à accepter un niveau de rémunération plus faible comparé aux autres secteurs, mais le moindre écart entre les engagements affichés par leurs employeurs et la réalité peut avoir des impacts désastreux.

Face à ce nouveau défi, les organisations doivent être accompagnées pour mener une véritable réflexion de fond sur leur rôle social et donc sur l’alignement de leurs engagements avec leur activité. L’innovation sociale repose sur la participation et la coopération de toutes les parties prenantes, des utilisateurs et usagers, mais aussi des collaborateurs autour d’un enjeu. Il est donc essentiel de pouvoir apporter des outils et des méthodes pour faciliter l’engagement de tous à chaque étape de la réflexion et de la mise en œuvre des projets.

Découvrez comment, en s’appuyant sur une stratégie de communication et sur des contenus à forte valeur ajoutée, TB PRESS Impact vous assure de mieux informer, convaincre et fédérer vos collaborateurs actuels mais aussi futurs autour de cet enjeu !

Contribuer à la société

Un voilier pour mettre en avant la pratique de la voile pour les non-voyants avec François Jambou et Alexandre Le Gallais, une communication sur les effets durables des crises sur la jeunesse à travers l’opération Atout Soleil, la mise en place d’une communication forte autour du voilier LinkedOut accéléré par Advens et mené par Thomas Ruyant, mettre un coup de projecteur sur les 120 000 patients atteints de la Sclérose En Plaques à travers le trimaran Solidaires En Peloton – ARSEP de Thibaut Vauchel-Camus, parler développement durable avec la championne Perrine Laffont, s’unir pour l’Ukraine avec le navigateur Laurent Bourguès… le département « Impact » de TB Press a pris son envol.  Au sein de notre agence, nous sommes persuadés que le monde sera meilleur si chacun apporte sa contribution à la société notamment les entreprises. Petite revue de communication de nos actions :

https://www.youtube.com/shorts/lMzAOZsXoGQ

https://www.tbpress.fr/2022/06/14/a-laveugle/

https://fr.aleteia.org/2022/06/11/vendee-arctique-thomas-ruyant-prend-le-large-pour-une-belle-cause/

https://france3-regions.francetvinfo.fr/provence-alpes-cote-d-azur/emissions/france-3-nice

19/20 SEP à Nice 31 mai 2022 – A partir de 2 minutes

https://www.carenews.com/fondation-generali-the-human-safety-net/appels-a-projet/revivre-ensemble-participez-a-l-appel-a

https://www.tbpress.fr/2022/06/01/nos-epaules-et-vos-ailes-sengage-pour-lutter-contre-les-effets-durables-des-crises-sur-les-plus-jeunes/

https://www.tbpress.fr/2022/06/02/linkedout-la-course-au-large-pour-plus-de-visibilite/

 

 

A l’aveugle !

Passionné de voile mais encore très peu expérimenté en course au large, Alexandre Le Gallais, PDG du Bassin Français, ambitionne de s’aligner au départ de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe en 2026. Pour mener à bien son projet et atteindre ses objectifs, l’armateur et chef d’entreprise, qui maîtrise parfaitement les bases du management, le sait, la rigueur et l’anticipation sont les clés de la réussite, de même que le fait de savoir bien s’entourer. Ce n’est donc pas un hasard s’il a fait appel à François Jambou, vainqueur de la Mini Transat 6.50 2019 en Proto. Ce dernier, particulièrement attaché à la notion de transmission, va ainsi l’épauler dans sa préparation, courir la prochaine édition du Rhum à bord du Class 40 « A l’aveugle » avec pour but, notamment, de porter un coup de projecteur sur l’association Unadev qui lui tient à cœur, mais aussi assurer, à ses côtés, le suivi de construction et le développement de son nouveau Mach40.5 dont la mise à l’eau est prévue début 2023.

Rêver son projet n’est pas une chose facile pour une personne entraînée à raisonner logiquement, à dérouler des processus, fixée sur des objectifs quantifiés, réels, concrets. Alexandre Le Gallais a toutefois choisi de franchir le cap et de concilier au mieux raison et passion. Une passion pour la voile qu’il a développée tout gamin, lors de stages de voile légères réalisés à la Trinité-sur-Mer à l’occasion de vacances scolaires, et qu’il a concrétisée il y a deux ans en faisant l’acquisition d’un monocoque habitable (un Hanse 430). « J’ai alors recontacté un copain avec lequel j’avais fait le Trophée des Lycées il y a plusieurs années. Nous avons participé à différentes régates en Méditerranée comme les Voiles de Saint-Tropez ou la Rolex Giraglia. Depuis, impossible pour moi de décrocher. Je suis accro », explique le PDG du Bassin Français qui a ainsi lancé la construction d’un Mach40.5 chez J.P.S. Production. Un 40 pieds de type scow dont il attend la livraison début 2023. « Je vais me retrouver à la barre d’une Formule 1 mais je n’ai pas d’expérience en Class40. Cette année va donc être pour moi une saison d’apprentissage », explique Alexandre qui s’apprête à faire ses armes à bord d’un Mach 40 de 2012 auparavant passé entre les mains de Jörg Riechers et Bertrand Delesne. « L’idée est de me mettre le pied à l’étrier avec l’aide de François Jambou pour m’accompagner. En novembre, lui disputera la Route du Rhum à bord du bateau et moi je ferai la course par procuration avant de m’aligner au départ de l’édition suivante, en 2026, lorsque je serai prêt », argumente l’armateur qui participera toutefois au Championnat du Monde Class40 la semaine prochaine à La Rochelle, puis à La Trinité-Cowes, à la Cowes – Dinard, à la Drheam Cup et à la 40 Malouine Lamotte d’ici à la fin du mois de septembre.

Apprendre et monter son niveau de jeu

« Apprendre est un objectif dans le but de devenir performant mais il ne s’agit pas là de l’unique leitmotiv du projet. Il s’agit également de contribuer à faire de la voile une pratique plus accessible et inclusive pour les non et malvoyants », note l’entrepreneur dont le voilier va se nommer « A l’aveugle ». « Il est important pour moi de mettre en lumière le travail de l’Unadev, une association qui, depuis 1929, favorise l’autonomie des personnes déficientes visuelles, leur épanouissement et leur accès à une pleine citoyenneté », détaille Alexandre Le Gallais rappelant que le projet appelé Cécivoile soutenu par la FFVoile depuis octobre 2020, revêt de nombreuses dimensions visant la pratique, avec la plus grande autonomie possible, de sportifs non et malvoyants parmi lesquelles la création de supports pédagogiques favorisant un apprentissage adapté, la formation et sensibilisation des encadrants voile ou encore le développement d’innovations technologiques venant compenser l’absence de repères visuels.

Contribuer à l’autonomie des personnes déficientes visuelles

« En ce sens, notre bateau sera équipé de la solution de penons électroniques mise en place par Michel Desjoyeaux. Celle-ci communique avec une application Saranav développée sous l’impulsion de l’Unadev. Elle récupère toutes les données du bateau (vent, cap, vitesse, angle du vent…) et les annonce à l’oral », précise le skipper de Concarneau dont la monture sera la seule du circuit équipé de cette technologie permettant au pilote automatique du bateau ou au skipper déficient visuel de prendre en considération les flux laminaires sur les voiles, et donc optimiser les réglages. « Le but est de faire naviguer des malvoyants sur le bateau en quasi-autonomie sur différentes courses mais aussi lors de journées dédiées », souligne de son côté François Jambou dont la transmission est le cœur de métier, que ce soit au sein de l’INB (Institut Nautique de Bretagne) ou au Pôle Mini 6.50 de Concarneau. « Notre ambition est également de sensibiliser le grand public au handicap visuel et la Route du Rhum, évènement populaire s’il en est, va naturellement permettre de porter un joli coup de projecteur sur l’association et ses actions, même si le bateau actuel ne permet pas d’imaginer jouer aux avant-postes, mais néanmoins de rivaliser avec les machines de la même génération », termine l’ancien vainqueur de la Mini Transat, ravi, aujourd’hui, d’étoffer son expérience sur des bateaux plus gros.

LinkedOut : la course au large pour plus de visibilité !

Le réseau LinkedOut – qui remet à l’emploi des personnes en précarité – bénéficie grâce au soutien d’Advens, leader indépendant français de la cybersécurité, d’une large visibilité sur un voilier de course mené par le skipper Thomas Ruyant.

Vainqueur de la dernière Transat Jacques Vabre dans la catégorie des voiliers du Vendée Globe, le bateau LinkedOut accéléré par Advens et son marin nordiste préparent la Route du Rhum – Destination Guadeloupe dont le départ sera donné le 6 novembre prochain.
Ils participeront à la Vendée Arctique qui partira le 12 juin des Sables d’Olonne avec des ambitions élevées. L’occasion pour l’équipe de LinkedOut de venir en Vendée avec des candidats qui recherchent un emploi et de lancer une nouvelle promotion composée à 100% de jeunes de 18 à 30 ans.

Depuis la création de LinkedOut, plus de 250 candidats ont été accompagnés, plus de 100 ont été remis en emploi, plus de 500 entreprises se sont mobilisés (en postant des offres sur www.linkedout.fr) dont 70 qui ont recruté.

Retrouvez notre fiche presse « Impact », une évaluation d’impact qui dévoile les premiers résultats de la première promotion liée aux jeunes et mise en place par LinkedOut et notre plateforme numérique explicative…

Fiche presse IMPACT (l’impact d’un modèle de sponsoring innovant)

Evaluation Impact de la promotion « jeunes » LinkedOut

Tout savoir sur le programme sport « la course au changement »

www.lacourseauchangement.fr 

Informations presse :

  • RDV avec LinkedOut sur le village de la Vendée Arctique le 11 juin aux Sables d’Olonne : 15h à 16h Pavillon IMOCA, 16h à 17h sur la scène de l’événement
  • Le 6 juillet prochain à Lorient des candidats LinkedOut viendront à la rencontre de Thomas Ruyant et son équipe. Certains embarqueront à bord de leur voilier le temps d’une navigation. Vous êtes les bienvenus !

« Nos Épaules et Vos Ailes » s’engage pour lutter contre les effets durables des crises sur les plus jeunes

Apporter un soutien aux associations qui luttent contre les effets des crises sur les plus enfants et les adolescents, c’est l’objectif de la 15ème édition de l’opération de mécénat Atout Soleil, portée par le fonds de dotation « Nos Épaules et Vos Ailes ».

L’épidémie de Covid-19 et les mesures de restriction qui l’ont accompagné ont eu des conséquences délétères sur les jeunes générations, que ce soit sur leur santé mentale ou sur leurs capacités d’apprentissage et leur réussite scolaire. Mais ce phénomène n’est pas nouveau : les professionnels de santé observent depuis plusieurs années un accroissement des traumatismes liés à l’environnement anxiogène dans lequel grandissent les plus jeunes, qu’il s’agisse des vagues d’attentats, des conséquences du changement climatique ou aujourd’hui de la guerre en Ukraine.

André Quaderi, professeur en psychologie clinique et psychopathologie à l’Université Nice-Sophia-Antipolis, grand témoin de cette 15ème édition de l’appel à projets Atout Soleil, dresse un premier bilan de l’impact des crises sur la jeunesse.

La crise sanitaire a conduit à une dégradation généralisée du bien-être des enfants et des adolescents du fait de l’isolement

Selon le psychologue clinicien, professeur des Universités, André Quaderi, « de nombreux professionnels de santé ont constaté une forte dégradation de la santé mentale des plus jeunes depuis le déclenchement de la crise du Covid-19. Les confinements successifs, l’école à la maison, le manque d’activité physique et d’interaction avec le monde extérieur ont généré une détérioration du bien-être des jeunes, de leur perception de soi ou de leur capacité à gérer la vie en groupe. »

Pour André Quaderi, « on constate notamment une augmentation des troubles anxieux chez les enfants et les adolescents, un état de peur et d’inquiétude qui apparaissent disproportionnés par rapport aux circonstances. Ces troubles affectent grandement leurs capacités à se conduire normalement ». La dernière enquête réalisée par Santé publique France en mai 2022 corrobore ce constat, avec une augmentation des passages aux urgences pour troubles anxieux de 25% pour les jeunes de moins de 17 ans. On constate une hausse toute aussi significative pour les gestes suicidaires (+15%), avec des niveaux toujours nettement supérieurs à ceux observés au cours des années précédentes. Au-delà des effets de la crise sanitaire, ces chiffres alarmants sont le signe des difficultés éprouvées par certains jeunes à faire face au climat anxiogène dans lequel ils doivent grandir. « Le plus souvent, la pandémie est venue amplifier des difficultés préexistantes », rappelle André Quaderi.

Le phénomène d’« éco-anxiété », qui désigne les inquiétudes suscitées par la crise climatique, concernait ainsi déjà une grande partie des 16-24 ans selon une étude menée par des chercheurs britanniques, américains et finlandais, et publiée par la revue The Lancet Planetary Health. Ses conséquences psychosociales sont significatives : près de la moitié des jeunes interrogés déclarent se sentir tristes, anxieux, en colère, démunis ou coupables face à la crise climatique. « Ces craintes sont souvent décuplées par la surexposition des jeunes générations aux informations et aux images relayées par les médias et les réseaux sociaux, qu’ils ont parfois du mal à traiter, à analyser et à mettre en perspective », estime André Quaderi.

La cyberdépendance et les répercussions sur les capacités cognitives des jeunes

Un des effets des crises est clairement l’accroissement de la dépendance des jeunes aux écrans. Pour André Quaderi, « avec la pandémie, le manque d’ouverture aux autres et au monde a conduit les jeunes à se réfugier derrière des écrans (télévision, jeux vidéo, réseaux sociaux), dans un monde artificiel où ils se sont repliés sur eux-mêmes. Beaucoup de parents ont considéré que le fait de laisser leurs enfants utiliser les réseaux sociaux était nécessaire pour qu’ils puissent conserver un lien social. » Résultat, pendant le premier confinement, les enfants et adolescents ont consacré en moyenne 2h45 par jour aux écrans, sans compter le temps de travail scolaire passé en grande partie en ligne. Malheureusement, ces mauvaises habitudes prises durant la crise ont eu tendance à s’installer : selon une enquête réalisée par Ipsos pour l’Union nationale des associations familiales (Unaf) et l’Observatoire de la parentalité et de l’éducation numérique, 44 % des parents et 53 % des enfants interrogés estiment que leur consommation d’écrans a augmenté depuis le début de la crise sanitaire. L’étude met aussi en évidence une tendance des parents à sous-estimer le temps passé par leurs enfants sur les activités digitales.

« L’abandon d’activités sportives, culturelles, et sociales au profit des réseaux sociaux et d’internet a eu des répercussions sur la santé physique, développementale et psychosociale des enfants et des adolescents », explique André Quaderi. « Les compétences cognitives de ces derniers, c’est-à-dire leur capacité à se concentrer, à retenir des informations, à raisonner pour agir, si précieuses pour leur apprentissage scolaire ont été fortement fragilisées. Cet usage excessif des écrans s’est aussi traduit par une augmentation des cas signalés de cyber-harcèlement, ce qui a participé à alimenter le phénomène de phobie scolaire. »

Un appel à projets pour prévenir les effets durables des crises sur la santé et l’éducation des plus jeunes

« La bonne nouvelle, explique André Quaderi, c’est que les traumatismes engendrés par les crises et l’isolement social peuvent être soignés, et que les retards accumulés peuvent être rattrapés. A Nice, nous avons le projet de créer une maison accueillant un groupe d’une vingtaine des jeunes de la 6ème à la 3ème sujets à la phobie scolaire. Les enfants suivent les cours du CNED le matin et participent l’après-midi à des ateliers artistiques, de relaxation, etc. Toute cette démarche est encadrée par des psychologues qui suivent l’évolution des jeunes. Notre objectif est de permettre à ces derniers de conserver un lien social, de partager un destin de vie commun, de vivre ensemble en dépit de leurs phobies. Si ce programme porte ses fruits, nous souhaitons pouvoir essaimer l’initiative en Bretagne ». Cette initiative menée par le Professeur Quaderi illustre les projets qu’Atout Soleil souhaite encourager cette année.

A travers son appel à projets « (re)Vivre ensemble », Atout Soleil souhaite accompagner les associations françaises qui, à l’image de la structure créée par le professeur Quaderi, portent des projets visant à panser les plaies psychologiques liées aux crises, à soutenir les apprentissages et les acquis scolaires des plus vulnérables et à recréer du lien à travers l’entraide et la transmission des savoirs entre générations.

Retrouvez ci-dessous les initiatives concernées par cet appel à projets.

Quelles sont les initiatives concernées ?

Panser les plaies psychologiques liées aux traumatismes générés par les crises

  • Accompagner psychologiquement les enfants et les adolescents dans la gestion de leurs traumatismes (prévention du suicide, troubles alimentaires, phobie scolaire, etc.)
  • Prévenir et gérer les risques portés par l’utilisation intensive des écrans et ses conséquences (cyberdépendance, cyberharcèlement, phobie scolaire, etc.)
  • Accompagner les enfants et les adolescents quelles que soient leurs différences dans leur (re)socialisation à travers des activités ludiques, culturelles, scientifiques et sportives.

Soutenir les apprentissages et les acquis scolaires des plus vulnérables

  • Lutter contre le décrochage scolaire des publics vulnérables
  • Accompagner les enfants et les adolescents les plus fragiles scolairement, en particulier dans les quartiers populaires (soutien scolaire, mentorat)
  • Développer des compétences sociales et émotionnelles à travers des activités ludiques, culturelles, scientifiques et sportives.

Recréer du lien à travers l’entraide et la transmission des savoirs entre générations

  • Recréer du « vivre-ensemble » autour de projets intergénérationnels
  • Favoriser la transmission des compétences et du savoir entre générations.
Appel à projets : https://www.gpma-asso.fr/des-epaules-et-des-ailes/le-prix-atout-soleil/

15ème édition de l’opération de mécénat Atout Soleil : un nouvel appel à projets pour soutenir les plus jeunes face aux crises

Le fonds de dotation « Des Epaules et des Ailes » et l’assureur Generali lancent, dans le cadre de l’opération de mécénat Atout Soleil, un nouvel appel à projets sur le thème du « (Re)Vivre ensemble ». Dans le contexte de la sortie progressive de la crise sanitaire et de la guerre en Ukraine, cette opération vise à soutenir les initiatives solidaires, intergénérationnelles et innovantes portées par des associations françaises pour limiter les effets durables des crises sur la santé et l’éducation des plus jeunes.

L’appel à projets ciblera ainsi des associations qui répondent aux trois objectifs suivants :

  • panser les plaies psychologiques liées aux traumatismes
  • soutenir les apprentissages et les acquis scolaires des plus vulnérables
  • recréer du lien à travers l’entraide et la transmission des savoirs entre générations

Les associations ont jusqu’au 29 juillet 2022 pour déposer leur dossier de candidature.

Une thématique 2022 au cœur de l’actualité

La crise sanitaire a eu un impact important sur la santé mentale des plus jeunes. Les confinements successifs, l’école à la maison, les mesures de distanciation ont généré chez eux de nombreux maux. Stress, angoisse, trouble du sommeil et gestes suicidaires ont par exemple fortement augmenté chez les enfants de moins de 15 ans.

Le manque d’activité physique, d’interaction avec le monde extérieur, de stimulations intellectuelles mais aussi sensorielles a eu un impact sur la capacité d’apprentissage et le développement psychomoteur des enfants. En restreignant l’accès des plus jeunes à l’école, la pandémie a également exacerbé les inégalités sociales et les disparités éducatives existantes.

Dernièrement, la guerre en Ukraine a également été une source d’anxiété majeure, qui est venue s’ajouter à tous ce qui s’accumulent depuis plusieurs années (vagues de terrorisme, pandémie, dérèglement climatique, etc.). Pour les jeunes générations plus particulièrement, cette confrontation avec la réalité de la guerre, est un nouveau choc qui peut générer des angoisses, un fort sentiment d’insécurité et des difficultés à se projeter sereinement dans leur vie.

Pour son édition 2022, Atout Soleil souhaite encourager les initiatives locales, solidaires et intergénérationnelles qui aident les plus jeunes à panser leurs plaies, à se retrouver et à (re)Vivre ensemble !

Thierry Gaudeaux, Président du Fonds de dotation des Epaules et des Ailes :

« Depuis quelques mois, les associations que nous accompagnons depuis 15 ans, nous ont fait remonter le besoin d’agir sur les effets durables des crises sur la jeunesse. De nombreux jeunes ont cultivé un sentiment de mal-être face à la crise sanitaire. Ils se sont notamment réfugiés dans le digital et aujourd’hui, nombre d’entre eux ont des difficultés à s’en extraire. Leur anxiété s’est également exacerbée avec l’arrivée de la crise en Ukraine. Nous avons donc choisi naturellement en 2022 de nous concentrer sur le ‘(Re)Vivre ensemble’. L’objectif de ce nouvel appel à projets est d’accompagner les associations qui invitent les jeunes à revenir au monde réel, au collectif, pour faire face aux traumatismes provoqués par les différentes crises que nous avons connu ses dernières années.

2022 est aussi une date anniversaire, Atout Soleil fête sa 15ème année ! Quoi de mieux que de se préoccuper de la jeunesse pour cette nouvelle édition. Les réseaux de Generali, de GPMA, l’écosystème associatif que nous avons créé avec le fonds de dotation des Epaules et des Ailes, vont, j’en suis persuadé, permettre de mettre en avant des initiatives particulièrement riches. Au-delà d’un prix financier qui sera décerné en décembre à Paris, nous allons continuer à accompagner très concrètement les associations lauréates Atout Soleil 2022 en leur proposant une action de communication, un atelier afin d’apprendre à se présenter… pour leur permettre de renforcer leur impact sur leur territoire

Quels sont les initiatives concernées ?

Panser les plaies psychologiques liées aux traumatismes générés par les crises

  • Accompagner psychologiquement les enfants et les adolescents dans la gestion de leurs traumatismes (prévention du suicide, troubles alimentaires, phobie scolaire, etc.)
  • Prévenir et gérer les risques portés par l’utilisation intensive des écrans et ses conséquences (cyberdépendance, cyberharcèlement, phobie scolaire, etc.)
  • Accompagner les enfants et les adolescents quelles que soient leurs différences dans leur (re)socialisation à travers des activités ludiques, culturelles, scientifiques et sportives.

Soutenir les apprentissages et les acquis scolaires des plus vulnérables

  • Lutter contre le décrochage scolaire des publics vulnérables
  • Accompagner les enfants et les adolescents les plus fragiles scolairement, en particulier dans les quartiers populaires (soutien scolaire, mentorat)
  • Développer des compétences sociales et émotionnelles à travers des activités ludiques, culturelles, scientifiques et sportives.

Recréer du lien à travers l’entraide et la transmission des savoirs entre générations

  • Recréer du « vivre-ensemble » autour de projets intergénérationnels
  • Favoriser la transmission des compétences et du savoir entre générations.

Laurent Bourguès vogue pour l’Ukraine

Le navigateur Laurent Bourguès, engagé cette année dans le programme de la classe Figaro, a choisi de donner à son monocoque Figaro 3 le nom d’une association caritative qui oeuvre en faveur des populations ukrainiennes.

Il prendra mardi 19 avril prochain le départ de la Solo Maitre Coq aux Sables d’Olonne avec sur sa coque le nom de l’association « Unis pour l’Ukraine 56 », qui depuis près d’un mois maintenant envoie vers la zone de guerre des médicaments de première urgence. Laurent Bourguès, l’ancien Boat Captain de l’Imoca LinkedOut de Thomas Ruyant, toujours en quête de partenaire titre pour la Solitaire du Figaro, a imaginé faire appel aux skippers de toutes les classes de course au large, pour récupérer les multiples médicaments en fin de vie des trousses de secours obligatoires à bord des voiliers de compétition. Il remplit ainsi chaque semaine plusieurs caisses de ces médicaments dont ont urgemment besoin les Ukrainiens en guerre.

Les produits des trousses de secours de bateaux à destination de l’Ukraine

« Quitte à naviguer pour l’heure sans sponsor titre, j’ai réfléchi à offrir le nom de course à une cause sociétale ou caritative en quête de visibilité » raconte Laurent. « Il se trouve que mon opticien de Plouay dans le Morbihan, Arnaud Le Gentil, est marié à une Ukrainienne, et ils ont lancés l‘association « Unis pour l’Ukraine 56 », qui s’adresse aux professionnels de santé pour récupérer toutes sortes de médicaments et matériels médical, principalement des anti douleurs, antiseptiques, anti biotiques, des produits forts pour répondre aux besoins de la médecine de guerre. J’ai immédiatement pensé à ce que nous, marins du large, transportons lors de nos courses, et renouvelons à l’envie. Il s’agit là aussi de produits forts, contre la douleur. Et j’ai pu faire passer le message à toutes les classes et organisations de course au large, qui ont répondu massivement en m’envoyant leurs produits en approche de péremption. »

Les Sablais aussi

« L’association a aussi grand besoin de moyens pour financer le transport de ces produits de toute première nécessité. Une cagnotte est en ligne et le message que je porterai visera aussi à récolter des fonds. Je serai dès le 15 avril aux Sables d’Olonne pour le départ de la Solo Maitre Coq. Contactés par mes soins, les organisateurs Sablais se sont immédiatement ralliés à l’idée et vont non seulement faire écho de l’opération, mais aussi y participer en ouvrant leur stand à l’association et à la collecte de fond et de médicaments durant toute la durée de la course. »

Laurent Bourguès aborde ainsi sa saison Figaro avec l’excitation du bizut, fort désormais d’une cause qui dépasse la dimension sportive, et qui va donner sens et finalité à son engagement sur l’eau, avec naturellement l’espoir de séduire davantage encore d’éventuels partenaires.