Un sponsoring nouvelle génération avec Advens et Thomas Ruyant !

La construction et l’optimisation d’un monocoque IMOCA capable de prétendre s’imposer dans le Vendée Globe s’accompagne, depuis sa genèse, pour Thomas Ruyant et Alexandre Fayeulle (Président d’Advens), d’une réflexion aussi poussée qu’originale sur les vertus et les finalités du sponsoring dans la voile.
La rencontre de ces deux passionnés entrepreneurs et innovateurs – l’un dans la voile et le sport de haut niveau, l’autre dans le numérique et les nouvelles technologies – ouvre des portes dans le développement du bateau comme dans la finalité ultime d’un investissement dans la voile hauturière.

Advens, 1er pure-player français de la cybersécurité, évolue et se développe au cœur de cette nouvelle économie sans frontière, riche de valeurs, et retrouve dans l’expérience du marin solitaire la quintessence de sa démarche entrepreneuriale. Mieux, l’entreprise développe des savoir-faire auxquels les nouvelles générations de bateaux totalement connectés font appel, et travaille ainsi avec le navigateur sur des applications technologiques pour permettre au bateau et au marin de gagner en performance, et ce en toute sécurité. Mais Alexandre et Thomas, en vrais visionnaires, dépassent aussi les clichés du sponsoring classique. Leur démarche se veut porteuse de sens et de messages, et le plan Verdier affiche aussi pour vocation de servir des causes chères au cœur des deux innovateurs.

Entrepreneurs et innovateurs

C’est probablement le saillant de la personnalité de Thomas Ruyant qui a le plus séduit Alexandre Fayeulle : sa détermination et sa capacité à tracer sa route, sans peur de se tromper, mais aussi son désir de pousser très loin l’ambition sportive associée au défi technologique, avec une volonté très entrepreneuriale d’innover et d’inventer. « Le projet de Thomas bouscule les codes, tout comme le fait Advens sur son marché » souligne Alexandre Fayeulle. « Nous traçons notre route et suivons nos idées, avec beaucoup de détermination et d’indépendance, et la compétition nous énergise. Après l’expérience du Vendée Globe 2016, je me suis complètement retrouvé dans la volonté de Thomas de rebondir et son ambition, ses idées et sa conception progressiste de son métier de marin. » C’est ainsi très naturellement qu’Alexandre, épaulé par de fidèles partenaires, s’est engagé aux côtés de Thomas et de ses équipes dans la construction d’un prototype dernier cri. « Advens revendique une vision très avancée sur le marché de la cybersécurité, » poursuit son Président. « tout comme Thomas qui a, depuis la conception du bateau, un regard visionnaire sur les nouvelles façons de naviguer, ainsi que sur l’exploitation des technologies – notamment numériques – associées à une toute nouvelle manière d’appréhender la voile. C’est bien l’ADN de l’innovation que nous avons en commun avec Thomas et toute son équipe TR Racing. »

Advens acteur de la nouvelle économie

« Qu’on le veuille ou non, la société numérique est aujourd’hui omniprésente, et nos métiers sont tout simplement indispensables à son développement » explique Alexandre Fayeulle. « Les enjeux de cybersécurité sont énormes et touchent tous les états, toutes les entreprises et tous les citoyens. Notre mission consiste à les protéger, et à permettre à chacun d’évoluer sereinement dans ce nouvel environnement ». Advens compte d’ailleurs bien exploiter son partenariat avec Thomas Ruyant et se servir de la formidable chambre de résonance que représente le Vendée Globe pour faire connaître ses métiers et sensibiliser le plus grand nombre. « Les états sont extrêmement sensibilisés, les entreprises de plus en plus, il est dorénavant indispensable que le plus grand nombre de parents et d’enfants prenne conscience des risques induits par l’usage du numérique dans leur quotidien et adopte les bonnes pratiques pour se protéger. Un autre enjeu est d’attirer vers nos filières et nos entreprises le plus de talents possibles, nos métiers sont nobles et passionnants, or il manque aujourd’hui 3 millions d’experts dans le monde. »

Des applications concrètes pour l’homme et sa machine

Les technologies et les données numériques sont aujourd’hui partout, même dans la course au large. La multiplication des capteurs embarqués sur les bateaux et les skippers, génèrent des milliards de données devenues essentielles pour comprendre et développer les performances des voiliers et des marins. Le développement d’une véritable intelligence autour de ces datas devient une des clés de la performance. « Advens est au cœur de ces problématiques » sourit Alexandre Fayeulle. « Nous avons avec ce bateau un terrain de jeux passionnant sur lequel appliquer nos savoir-faire… Les équipes d’Advens travaillent main dans la main avec celles de TR Racing sur des applications spécifiques pour permettre, par exemple, d’alerter le skipper sur la position et l’incidence des foils, le réglage et l’optimisation de ses voiles etc… D’autres applications vont gérer les données de santé de Thomas, lui permettre d’évaluer sa forme, anticiper sa fatigue, gérer ses phases de sommeil … » Tout en assurant le bon niveau de protection. « L’introduction du numérique dans les bateaux engendre de nouveaux risques qu’il est nécessaire de maîtriser, sinon il sera très facile pour une personne mal intentionnée de prendre la main et le contrôle de bateaux vulnérables et ainsi changer le cours d’une course. Comme partout, le numérique est source de nombreuses opportunités mais aussi de nouveaux risques, il est important d’en prendre conscience et d’appliquer les bonnes pratiques de sécurité, le plus en amont possible. C’est justement notre cœur de métier ! »

Contribuer à un monde plus juste et plus durable…

Les collaborateurs Advens appartiennent à cette nouvelle génération consciente de son impact et soucieuse du monde dans lequel elle évolue. A travers leurs métiers, Advens protège la société mais souhaite s’engager plus loin en faveur du bien commun. « Il est important que notre partenariat avec Thomas puisse nourrir des actions utiles et positives. Notre réussite ultime est que notre performance, qu’elle soit économique ou sportive, ait du sens et contribue à faire avancer les choses ! »

Thomas Ruyant, pas à pas

Le compte à rebours du 8 novembre prochain, date du départ de la 9ème édition du Vendée Globe, a depuis longtemps commencé pour Thomas Ruyant et pour toute l’équipe de TR Racing. De nombreux jalons, et non des moindres, ont déjà été solidement posés, à commencer bien sûr par la mise à l’eau d’un plan Verdier innovant, et l’accumulation de milliers de milles dont une belle tranche en course lors de la Transat Jacques Vabre l’automne dernier. Reste un nombre important de paliers à franchir avant de se présenter sans état d’âme, confiant en l’immense travail accompli, sur la ligne de départ des Sables d’Olonne. Thomas Ruyant en évalue les moindres détails, et avance avec sagesse, pas à pas, étape par étape, à commencer par un important chantier d’hiver qui va le mobiliser jusqu’à la mise à l’eau d’Advens for Cybersecurity le 8 avril prochain.

Une ergonomie revue et corrigée !

La coupure hivernale a été franche, radicale, et bienfaitrice. Thomas Ruyant s’est, en ce début d’année 2020, accordé le luxe rare de vraies vacances. Une rupture totale avec un quotidien besogneux qui l’a totalement absorbé durant le plus clair des deux années écoulées. Il a réintégré il y a quelques jours seulement le chantier de Lorient où son plan Verdier récupère lui aussi, aux bons soins des équipes de Laurent Bourguès. Ce dernier, riche de l’expérience accumulée en entrainement et lors de la Transat Jacques Vabre par Thomas et Antoine Koch mais aussi par lui-même lors du convoyage retour vers Lorient, préside de deux manières au gros oeuvre de l’hiver ; « Nous avons mis volontairement à l’eau un bateau à l’ergonomie intérieure peu élaborée » explique Ruyant, « sachant que c’est à l’épreuve de la compétition qu’émergeraient les vérités en ce domaine. Forts de nos expériences réciproques, nous sommes aujourd’hui en mesure de revoir profondément l’aménagement de l’espace de vie du bateau, qui va s’articuler autour d’un siège totalement moulé à ma morphologie. On le sait, ces voiliers de la nouvelle génération sont terriblement exigeants, et il importe de disposer à l’intérieur d’un espace de vie dédié à une véritable récupération physique. Grande originalité, ce siège sera orienté « dos à la route » ! Les « arrêts buffets » dans les vagues abruptes, sur un bateau lancé à pleine vitesse, sont redoutables, et nous pensons ainsi en atténuer les dommages. Une telle orientation facilitera aussi grandement l’accès au cockpit. Ce siège desservira toutes les fonctions inboard, préparation de la nourriture, position de repos, et accès aux outils météos et informatiques. »

Les foils V.2

Le deuxième grand carnet de notes à cocher concerne l’état général du bateau. Après deux traversées de l’océan Atlantique, il est temps d’observer et de contrôler l’usure et le vieillissement de la structure et des différentes pièces majeures du bateau. Aucune mauvaise surprise à déplorer, et la qualité du chantier Persico est bien au rendez-vous. « Nous avons cependant procédé à quelques renforts structurels, fruits de nos observations. L’idée est de ne rien laisser au hasard. » précise Thomas.
Reste un chapitre à part entière, que Thomas souhaite étaler dans le temps, jusqu’au Vendée Globe, la réflexion sur la deuxième génération de foils. « Notre bureau d’étude planche en effet sur la création de la version V2 de nos foils. Nous disputerons The Transat CIC avec nos foils actuels. L’idée est d’ensuite pouvoir disposer d’un jeu de foils en option dès la fin de l’été.” 

Deux transats 

Avec 8 techniciens à temps plein au chevet de son coursier, Thomas se projette avec une étonnante sérénité dans cette année 2020 de tous les challenges. « Je suis certes pressé d’être au départ du Vendée Globe, mais ma première expérience de cet immense événement me permet d’avoir aujourd’hui un certain recul. Je ne veux pas brûler les étapes. The Transat CIC sera un test important pour concrétiser les beaux espoirs nés de la Transat Jacques Vabre. Nous nous laissons toute latitude de disputer ou non la New York-Vendée. Un convoyage « d’étude » et de travail en équipage serait aussi une option intelligente juste avant le Vendée Globe. A décider en temps utile. »

Le luxe de la sérénité

Une équipe technique soudée et qui a fait ses preuves, un partenaire Advens très impliqué, un bateau plein de promesses, Thomas Ruyant s’offre le luxe de la sérénité. « Je ne me mets aucune pression. Je ne me pose pas en favori. Aux autres de me coller ou non cette étiquette. Si on nous la colle, c’est qu’on aura bien travaillé. Je ne m’impose pas non plus d’entraînements physiques ou sophrologiques particuliers. J’ai toujours fait du sport, et je continue la pratique sportive, à un rythme élevé, en me faisant plaisir, par la pratique du surf notamment. Nos bateaux sont raides, mais curieusement, plus faciles à certains égards. Nos jeux de voiles, foils obligent, sont plus petits, avec des voiles plus légères à déplacer, et dont les recouvrements permettent de les garder à poste plus longtemps, reculant et diminuant le moment des exténuants changements de voiles. Avec des pilotes extraordinairement performants, qui gèrent merveilleusement la gîte, les oscillations du vent et les relances, je pourrais demeurer enfermé à l’intérieur. Mais je n’en suis pas là. J’ai encore besoin de naviguer en contemplatif, de profiter de la mer et des étoiles….»

La belle copie d’Advens for Cybersecurity

C’est une copie sans faille apparente que viennent de rendre ce soir à Salvador de Bahia Thomas Ruyant et Antoine Koch, le duo de skipper du tout nouvel Imoca Advens for Cybersecurity. 8 semaines, et 8 semaines seulement après sa mise à l’eau, le plan Verdier signe une 4ème place dans sa toute première transat majeure. Au-delà des chiffres, classements et positions, le binôme marins-bateau a éclaboussé l’épreuve de sa constance au plus haut niveau, quelles que soient les conditions de mer et de course. Au près, dans les phases de transition, dans le gros temps, et dans les puissantes conditions d’alizé, Advens for Cybersecurity s’est souvent montré à l’égal, voire supérieur à l’épouvantail de la course, Charal et ses mois d’optimisation. Thomas et Antoine applaudissent ce soir leurs valeureux et méritoires vainqueurs. Ils ont, dans l’adversité et le manque de fortune, validé nombre de points névralgiques sur le potentiel de leur monocoque d’une génération qui bouscule les savoir faires tangibles de la navigation hauturière. La technologie mise au point avec intelligence par toute l’équipe de TR Racing, l’écurie de course au large dirigée par Thomas, a été exploitée avec une rare lucidité doublée d’une admirable abnégation par le tandem inédit Ruyant-Koch, qui a su aller au-delà de la légitime appréhension de l’inconnu pour révéler, valoriser, exploiter mille après mille les qualités si bien nées de leur monocoque conçu pour le Vendée Globe.

29ème à la pointe de Bretagne

On a peine à se le remémorer, mais en ce lundi 28 octobre, Advens for Cybersecurity entre bon dernier en Atlantique, ayant tout juste recollé au peloton suite à un arrêt de 4 heures à Cherbourg, rendu impératif par la défaillance de leurs vérins de pilotes automatiques. Alors que les leaders initient déjà les premiers choix tactiques qui s’avèreront déterminants pour l’issue même de la course, Thomas et Antoine doivent digérer et négocier un déficit déjà comptabilisé à plus de 130 milles. Les deux compères optent dans un premier temps pour cette route à l’Ouest, que les édiles de la course au large annoncent alors comme porteuses de belles espérances à l’Ouest d’un vaste centre anticyclonique paressant au large des Açores. Mais les deux hommes ont des doutes, et trois jours après le départ, ils se ravisent et décident de plonger plein Sud en pariant sur la rapide évacuation vers l’Est d’une vaste dorsale alanguie sur Madère. De leur position les moins engagée vers l’Ouest, ils tirent là un premier bénéfice qui leur permet au terme d’une première semaine de course éprouvante pour les hommes et pour le matériel, de se placer en tête du deuxième peloton d’une flotte scindée en deux. Les partisans du Sud sont en effet les premiers à toucher les alizés au large du Maroc, et tandis que Advens for Cybersecurity se débat avec les miasmes de l’anticyclone, ils accélèrent aux allures portantes dans le sud Canarien.

Une journée à 521 milles !

On ne donne alors pas cher des espoirs du duo Ruyant-Koch, et un Top 10 semble un objectif raisonnable. C’est pourtant à ce moment  crucial de la course que le bateau bleu azur va de tonitruante manière se rappeler aux bons souvenirs des observateurs. Vitesse, trajectoires, placement… au prix d’une concentration mais aussi d’une résilience étonnante et sur un bateau devenu shaker pour marin hauturier, Advens for Cybersecurity affole les chronos, allonge la foulée au gré du renforcement de l’alizé. Entre le dimanche 3 et le lundi 4 octobre, Thomas et Antoine signent la plus belle performance de cette Transat, 521 miles parcourus en 24 heures à 22,30 noeuds de moyenne. En clair, on parle bien là de vitesses en permanence centrées autour des… 25 noeuds! A l’approche du Cap Vert, les deux hommes sont 11 ème, au nez et la barbe des partisans de l’Ouest. Reste à bousculer les leaders !

Un sprint d’anthologie pour tutoyer le podium

Thomas et Antoine vont s’y employer de belle manière durant la deuxième semaine de course. Le pot au noir les y attend avec une virulence, et une impitoyable immobilité qui coutera la victoire finale à un duo Beyou-Pratt (Charal), pourtant ultra dominateur. Advens for Cybersecurity a choisi une route à l’Est, sans certitude autre que celle de savoir bénéficier, une fois sortie des vicissitudes de cette Zone de Convergence Intertropicale, d’un angle au vent des plus favorable à leur foiler. Au bout de 36 heures d’espoirs déçus, ils parviennent à sortir du pot et à sentir les effets de l’alizé de Sud Est. Au près débridé, à 70° du vent, Advens for Cybersecurity piaffe, s’ébroue, avant de s’envoler. Il est une nouvelle fois le plus rapide de la flotte et va en un millier de milles, reprendre pas moins de 4 places à des voiliers pourtant parfaitement aboutis et, à l’exception peut-être de l’infortuné Arkea Paprec privé de ses deux foils, au maximum de leurs potentiels.

La Transat de toutes les satisfactions !

14 jours après le départ du Havre, 10 ans après son triomphe ici même à Bahia en Mini 6,50, et après deux quatrièmes places signées en Imoca avec Boris Hermann (2017) et Adrien Hardy (2015), Thomas Ruyant, également vainqueur de la Route du Rhum en Clmass40 et de la Transat AG2R La Mondiale, vient recevoir les lauriers d’une nouvelle place au pied du podium. Associé cette année à Antoine Koch, membre à part entière de son Team et engagé dans la construction du bateau, Thomas peut légitimement placer ce résultat dans son escarcelle à succès, tant l’enjeu et le pari de départ étaient osés, et tant ce résultat comble au delà de toutes espérances les aspirations les plus folles de son Team et de son partenaire Advens, leader français de la cybersecurité. L’équipe va désormais se concentrer sur deux grandes saisons à venir avec l’enchaînement de The Transat CIC, New-York / Vendée et le Tour du Monde en solitaire et sans escale.

Ils ont dit :

Thomas Ruyant : « C’est de loin ma meilleure 4ème place à Bahia ! (Après 2015 et 2017 ndlr). Cette course a été énorme, avec de multiples rebondissements. Prendre dans ces conditions une quatrième place, pour notre première course, même pas la 10ème sortie du bateau depuis sa mise à l’eau, face à un tel plateau…. Nous sommes vraiment heureux ! Nous avons effectué une superbe remontée. C’était très excitant. Cela s’est fait petit à petit. Plus on avançait, et plus on comprenait le mode d’emploi du bateau, et plus on accélérait. On a bien navigué avec Antoine ! C’est une belle récompense, pour toute l’équipe, Laurent Bourguès, le partenaire Advens et son fondateur Alexandre Fayeulle, nos investisseurs, nos supporters… Je suis content pour eux ! Le bateau a un potentiel fantastique. Il est super exigeant ! il demande une attention de tous les instants ! Il veut aller vite en permanence. Il faut être avec lui pour répondre à toutes ses demandes de réglages pour aller toujours plus vite. En double, on a au fil de la course trouvé les manettes, le mode d’emploi. Il me tarde à présent d’écrire le manuel en solitaire. On va commencer dans 10 jours avec le convoyage retour en solo. Ce sera forcément plus compliqué, mais à un an du Vendée Globe, on va y aller progressivement, par paliers, avec toute l’équipe pour trouver ce nouveau mode de fonctionnement en solitaire. Cette Transat Jacques Vabre a été une aventure humaine passionnante. Antoine a été le co-skipper que j’attendais, très grand marin, analyste pertinent de la technique du bateau. J’ai beaucoup appris à son contact. »

Antoine Koch : « Je me suis éclaté ! Avec Thomas, on a su rester dans notre rythme de course, quelles que soient les aléas rencontrés. On est passé très progressivement en mode course, en poussant avec régularité le curseur de la performance. Le bateau est en lui-même une émulation permanente. Il faut constamment trouver les bons réglages, et il répond instantanément dans un sens comme dans l’autre. Mais quand ça marche…. C’est hallucinant. Le potentiel de vitesse est incroyable ! C’est une navigation terriblement engagée, toujours ! Le bateau décolle très vite. A la limite, je dirai que c’est aux allures de près qu’il est le plus confortable ! c’est dire ! Au portant et au reaching il accélère en permanence, sous l’eau ! Il y a du stress, de la très haute tension ! Nous allons travailler désormais à le rendre plus humain ! Sur le plan personnel, je suis ravi de cette expérience maritime partagée avec Thomas, et sur le plan professionnel, c’est génial de pourvoir expérimenter sur l’eau toutes les idées empiriques d’un bureau d’étude ; je suis ce soir doublement heureux ! »

Alexandre Fayeulle, Pdg Advens for Cybersecurity : « Cette course aura été passionnante à vivre du début à la fin … Nous sommes très heureux, chez Advens, d’être associés à ce bateau si performant et à cette équipe Thomas Ruyant Racing si soudée autour du projet !
Cette Transat Jacques Vabre a permis de confirmer le potentiel extraordinaire de notre bateau Advens for Cybersecurity, les objectifs que nous nous étions fixés sont plus que remplis. Ce bateau est très bien né, on sent qu’il est en avance, et nous sommes très fiers de le voir réaliser ces performances fantastiques, les meilleures de la flotte, après seulement quelques semaines de navigation. Cette transat aura aussi permis de démontrer, à ceux qui le découvrent, tout le talent de Thomas, couplé à celui d’Antoine, et je les remercie sincèrement tous les 2 pour avoir porté si admirablement nos couleurs et nos valeurs sur cette 1ère transatlantique pour Advens for Cybersecurity. Ils sont d’excellents ambassadeurs de notre marque et de notre projet d’entreprise ! 
Nous poursuivrons bien évidemment l’aventure en 2020, et plus loin encore. Nous sommes remplis d’espoirs et gonflés d’ambitions pour le prochain Vendée Globe… Les 15 mois qui arrivent vont être très excitants à vivre, mais aussi très inspirants pour toute la communauté Advens, et tous les partenaires qui embarqueront avec nous et Thomas dans ce projet. Ensemble et en avance, à la conquête du Vendée Globe 2020 ! »

Advens avec Thomas Ruyant et Antoine Koch sur la Transat Jacques Vabre 2019 !

Thomas Ruyant procédera fin août à Lorient, à la mise à l’eau de son Imoca à foils construit en Italie chez Persico sur plans Verdier. Cet avènement si attendu constituera pour Thomas et son équipe « All Star », où officient des personnalités reconnues dans leurs domaines d’excellence comme Laurent Bourguès, Marcus Hutchinson, François Pernelle ou Antoine Koch, la fin du long et passionnant chapitre de la conception et de la fabrication d’un prototype Hi Tech destiné à briller lors du prochain Vendée Globe. Il exposera aussi de manière très concrète l’histoire passionnément humaine qui préside à l’éclosion du projet sportif de Thomas, celle d’une complicité liée lors du dernier Vendée Globe entre le navigateur Nordiste et Alexandre Fayeulle, chef d’entreprise lui aussi ancré dans les Hauts de France, et qui a choisi avec intelligence, discernement et vision, de lier le développement de son entreprise pourtant déjà leader dans la cybersécurité, à la vie et au destin d’un voilier cinglant autour du monde.

Advens premier de cordée

Née de l’élan solidaire du « Souffle du Nord », (le projet de Thomas Ruyant qui rassemblait en 2016 plus de 180 entreprises Nordistes), l’amicale complicité qui lie le skipper Dunkerquois à Alexandre Fayeulle, Pdg d’Advens, leader Français de la cybersécurité, donne aujourd’hui naissance à un voilier Imoca de la dernière génération. Advens sera ainsi le partenaire titre de Thomas Ruyant durant la Transat Jacques Vabre à l’automne, et s’effacera partiellement en 2020 au profit d’un partenaire principal toujours à définir pour le Vendée Globe. Advens est engagée dans la durée aux côtés de Thomas, mais souhaite partager l’aventure avec une ou plusieurs entreprises se reconnaissant dans la dynamique impulsée depuis deux ans déjà par le skipper Nordiste et son équipe. Le nom du bateau est ainsi toujours à prendre, disponible pour un partenaire titre de 2020 à 2022.

Une histoire de coups de foudre…

« Cette histoire est une histoire de coeur, et d’une succession de coups de foudre » explique Alexandre Fayeulle. « Le premier est lié au Vendée Globe, que je découvre dans le cadre du Souffle du Nord en 2015. J’ai une passion pour les Défis, pour l’Aventure et les belles histoires collectives, et le Vendée Globe incarne tout cela. Le Souffle du Nord donnait du sens à l’enthousiasme du Vendée Globe. Le deuxième coup de foudre, c’est avec Thomas lui-même que je l’ai reçu, un marin que je rencontre deux mois avant le départ du Vendée Globe. Lui aussi incarne l’Aventure, l’audace, la prise de décision, mais avec un côté profondément humain. Le troisième coup au coeur, c’est le moment du départ de la course aux Sables d’Olonne. L’association Thomas – Vendée Globe suscite une émotion énorme, bouleversante, un attachement irrésistible. Je décide à ce moment précis de faire tout ce qui est en mon pouvoir pour aider Thomas à un jour gagner le Vendée Globe. Et lorsqu’au retour il décide de monter un  projet entrepreneurial au sein de TR Racing, je m’investis à ses côtés. Ma société Advens l’accompagne dès le départ, et le coup de foudre devient collectif au sein de mes collaborateurs. »

Entrer dans le coeur des gens

« Cette aventure humaine, sportive et entrepreneuriale répond parfaitement aux enjeux de développement d’Advens. » poursuit Alexandre. «  Notre société emploie actuellement 200 personnes, et le marché de la cybersécurité est en pleine explosion. Il nous faudra à court terme 500 collaborateurs. Thomas et son projet  constituent un formidable vecteur d’activation et de motivation pour nous aider à recruter et fidéliser les meilleurs dans notre domaine car ce projet touche au coeur, à l’enthousiasme et à l’émotion. Nos collaborateurs se reconnaissent en Thomas, en ses valeurs et en sa démarche.

Il nous faut ensuite développer notre notoriété sur un marché planétaire. L’esprit de conquête qui anime Advens est parfaitement illustré par la démarche de Thomas et par la course au large. On avance ensemble! Thomas est un chef d’entreprise. Il s’entoure des meilleurs mais demeure seul face à sa destinée. Je me retrouve totalement dans ce qu’il vit. On construit, on évolue, on avance, seul responsable, et entouré des meilleurs. Audace, esprit d’équipe et d’entreprise, les valeurs d’Advens sont incarnées par ce projet. Cette aventure, nous la partageons naturellement avec nos clients qui basculent avec nous dans une aventure hors norme, forte en capital sympathie. »

Sensibiliser à la sécurité numérique

« Advens porte des messages forts en matière de sensibilisation à la sécurité numérique. Les enjeux de la cybersécurité sont immenses, et Advens s’adresse aussi au grand public, qui doit, à l’instar des organismes  gouvernementaux ou des grandes entreprises, aussi être sensibilisé aux risques liés à l’envahissement du numérique dans notre vie de tous les jours. Le projet de Thomas va ainsi véhiculer nos messages avec  « Advens for cybersecurity », et faire rayonner notre métier auprès du plus grand nombre. »

L’entreprise au service des hommes.

« Enfin, et ce n’est pas la moindre des motivations, je crois profondément à l’exemplarité de l’entreprise en matière de protection de notre environnement. Nos collaborateurs, nos prospects sont de plus en plus sensibles au rôle que l’entreprise peut et doit jouer dans la préservation de notre monde. Il nous faut être exemplaire. »

S’entourer des meilleurs ; Antoine Koch pour co-skipper sur la Transat Jacques Vabre

Déterminé dès la fin quelque peu précipitée de son Vendée Globe en 2016 à rebondir sur un projet potentiellement gagnant, Thomas a cherché d’emblée à s’entourer d’une équipe d’exception. La gageure était de taille ; placer aux postes clés les meilleurs en phase avec non seulement ses idées, mais avec sa personnalité et sa manière de concevoir la course au large, dans la complicité et la confiance. Le choix de Laurent Bourguès à la technique s’est imposé d’emblée. « Laurent est totalement en charge de l’aspect technique de notre projet. Il choisit les hommes, organise les équipes, résout les problèmes liés à la conception, la construction et la mise au point. »

Ruyant s’entoure ainsi d’alter ego. « Marcus Hutchinson est mon double à terre. Il est mon directeur de projet, un administratif pragmatique, homme de gestion, d’anticipation et de programmation, doté d’une incroyable expérience sportive et internationale. »

Antoine Koch, marin et architecte.

Avec l’architecte Guillaume Verdier, le courant est passé naturellement. Restait à trouver l’interlocuteur technique idéal pour construire un bateau en bonne intelligence. « J’ai connu Antoine Koch à l’époque de mes navigations sur Malizia avec Boris Herrmann, un bateau qu’Antoine avait conçut à l’époque du team Gitana. Antoine est un architecte doublé d’un marin, ou l’inverse… Il parle la même langue que Guillaume Verdier. Il a ainsi pu se projeter sur la conception des appendices, et du jeu de voile. Les foilers exigent désormais des voiles très semblables à celles que l’on utilise sur les multicoques, et Antoine est un spécialiste du multi. Il sera tout naturellement mon co skipper sur la Transat Jacques Vabre à l‘automne, pour ses qualités d’homme de mer, et pour m’aider à la compréhension du bateau. Notre défi est plus que jamais en action. Un grand merci à Advens et Alexandre Fayeulle pour leurs soutiens constants. Notre équipe TR Racing est totalement tournée vers nos objectifs sportifs et sur la recherche d’un ou plusieurs partenaires pour aller encore plus loin en 2020, 2021 et 2022.»

 

 

Thomas Ruyant avec Advens et la Fondation de la Mer sur la Solitaire Urgo Le Figaro 2019

Depuis sa victoire avec Adrien Hardy sur la Transat AG2R La Mondiale au printemps 2018, une participation au Monaco Globe Series, Thomas Ruyant s’est totalement consacré à la construction d’un monocoque de 60 pieds « dernière génération », actuellement en conception à Bergame en Italie. Avec l’équipe de TR Racing, il s’est également focalisé sur la recherche de partenaires afin d’être présent sur les grandes compétitions du circuit IMOCA Globe Series à commencer par la Transat Jacques Vabre, départ le 27 octobre, et le fameux Vendée Globe 2020. Et même si cette intense activité continue, le navigateur nordiste a décidé dès février de remettre son ciré et de reprendre la mer. Thomas a choisi de s’aligner sur la Solitaire Urgo Le Figaro qui fêtera son 50ème anniversaire en juin entre Nantes et Dieppe et qui se courra surtout sur une nouvelle unité, le Figaro Bénéteau 3. Le premier acteur français spécialiste de la cybersécurité, la société Advens, et la Fondation de la Mer ont décidé de soutenir et d’accompagner Thomas dans cette démarche. Le voilier Advens – Fondation de la Mer sera au départ de la Solo Maître Coq le 26 avril aux Sables d’Olonne et participera à la Solitaire du 26 mai au 30 juin avec pour objectif de permettre à Thomas Ruyant de naviguer à haut niveau afin de progresser encore et toujours en solitaire en vue du Tour du Monde en solitaire et sans escale 2020.

La Solitaire en vue du Vendée Globe 2020

« Cela sera ma quatrième participation à cette épreuve que j’aime beaucoup » déclare Thomas. « Cette édition sera unique car elle sera la première à bord du nouveau Figaro Bénéteau 3. Avec la construction d’un monocoque de 60 pieds Imoca, chez TR Racing, nous sommes dans la démarche des nouveaux supports. Même si cela sera des voiliers très différents, cette mécanique de découverte est intéressante techniquement. Et je n’ai pas navigué depuis un moment et je suis heureux de retourner sur l’eau en entraînement à Lorient, refaire mes gammes, retrouver des automatismes… c’est mon métier ! J’aime la confrontation à armes égales et pour le coup chaque concurrent de la prochaine Solitaire Urgo Le Figaro va partir d’une feuille blanche. Je participerai à la Solo Maître Coq en guise d’entraînement grandeur nature avant le départ de la Solitaire Urgo Le Figaro 2019. Entre temps, toute mon équipe à terre restera totalement concentrer sur notre objectif numéro 1 à savoir la recherche de partenaires et la construction de notre monocoque de 60 pieds IMOCA qui se poursuit activement chez Persico Marine à Bergame. »

Le marin, originaire de Dunkerque, vainqueur de la Mini-Transat 2009, de la Route du Rhum 2010 en Class40 est fier d’embarquer avec lui sur la Solitaire Urgo Le Figaro l’entreprise Advens, leader dans son secteur et de porter les couleurs d’une cause qui lui tient à cœur depuis longtemps, très longtemps.

« Avec Advens, nous nous connaissons depuis quelques années et c’est un honneur de porter leurs couleurs sur la Solo Maître Coq et la Solitaire Urgo Le Figaro. Je vais tâcher d’être aussi performant qu’eux ! Je suis aussi content d’embarquer la Fondation de la Mer. Cela faisait un moment que je souhaitais porter les couleurs d’une entité qui œuvre pour la protection des océans et qui surtout sensibilise les terriens à la nécessaire préservation de la mer. La Fondation de la Mer est très présente auprès des jeunes afin de leur expliquer pédagogiquement le rôle que les océans ont à jouer dans notre avenir. J’ai été touché par leurs actions. C’est la jeunesse qui changera les choses en matière environnemental. »

Advens et la Fondation de la Mer, tournés vers l’avenir

Advens a, de son côté, découvert Thomas et la course au large à l’occasion du dernier Vendée Globe et l’ensemble des collaborateurs de l’entreprise ont eu un vrai coup de foudre.

« L’aventure de Thomas sur son Tour du Monde a été ultra addictive » indique Alexandre Fayeulle, Président d’Advens. « Depuis, l’ensemble des collaborateurs d’Advens sont à fond derrière lui et nous ferons tout notre possible pour l’aider à conquérir le Globe. Nous ne sommes pas encore assez gros pour financer un Vendée Globe mais l’opportunité s’est présentée pour la Solitaire Urgo Le Figaro et nous avons sauté à pieds joints. Advens fait 30% de croissance chaque année sur un marché qui fait face à une pénurie d’experts : recruter et fidéliser les meilleurs talents, enthousiasmer nos équipes et les fédérer autour de valeurs fortes et d’un projet d’entreprise ambitieux et unique est notre 1er enjeu et facteur clé de succès. Avec une telle aventure, nous sortons du domaine professionnel, nous rentrons dans le cœur des gens, et ça, ça n’a pas de prix ! Cerise sur le gâteau, nous sommes très heureux d’être associé à la Fondation de la Mer pour ajouter du sens au rêve et au défi sportif. »

Enfin, la Fondation de la Mer s’enthousiasme à l’idée d’avoir pour ambassadeur Thomas.

« Compétiteur de très haut niveau et féru d’innovation technologique, Thomas Ruyant est aussi un homme d’équipe et de cœur » selon Sabine de Bézieux, Présidente de la Fondation. « Un marin en solitaire, mais pas solitaire, sensible aux vulnérabilités des personnes et de la planète. La Fondation de la Mer est fière de le savoir à ses côtés pour défendre une mer libre, protégée et valorisée avec sagesse. Merci Thomas, et bon vent ! »

Invitation au Voyage, à l’Aventure, au Vendée Globe !

Thomas Ruyant – “Le Souffle Du Nord” – Helly Hansen

Alors que la construction de son Imoca dernière génération bat son plein en Lombardie, du côté de Bergame, Thomas Ruyant poursuit inlassablement sa quête de partenaires désireux de partager dès à présent l’extraordinaire aventure en cours, qui trouvera à l’automne 2020 une apogée rare, enviée, et valorisante à souhait, avec ce sommet d’engouement médiatique et populaire que constitue un départ de Vendée Globe. Le navigateur Nordiste a fait le pari de l’excellence à tous les étages. Il s’est encadré d’une Dream Team, « les meilleurs à leur poste », qui lui permet aujourd’hui, sans vantardise aucune, de proposer aux entrepreneurs en quête de développement dynamique et hors norme, un projet haut de gamme, clé en main, parfaitement bordé en toutes ses caractéristiques, humaines et techniques. « La démarche sportive et technologique que constitue TR Racing représente, en ce début d’année 2019, le seul projet compétitif parfaitement lancé et ambitieux, totalement disponible à la communication d’un ou plusieurs partenaires tentés par l’aventure unique du Vendée Globe. » martèle Thomas. « La porte de l’Aventure majuscule est grande ouverte. Ceux qui désirent nous rejoindre n’ont plus qu’à prendre place à nos côtés et à se laisser piloter sur les vagues de l’exploit… »

Une addition de talents pour un projet performant

Totalement focalisé sur l’avenir et sur les échéances qui approchent à grands pas, avec cette mise à l’eau si attendue de son plan Verdier programmée pour courant juillet prochain, Thomas Ruyant se réjouit aussi être parvenu, grâce au soutien indéfectible de ses investisseurs, à mettre sur les rails l’ambitieux projet sportif et technologique auquel il aspirait depuis l’interruption prématurée de son Vendée Globe 2016-2017. « Nous sommes parvenus à réunir toutes les composantes à mes yeux les plus performantes du moment pour aboutir à la construction et au lancement d’un voilier de la classe Imoca innovant et performant. Ils sont les meilleurs à leurs postes ; Guillaume Verdier est l’architecte référence pour dessiner ce voilier capable de prétendre aux plus grands succès. Il est épaulé pour les études et les calculs de François Pernel, transfuge des projets de Jean Pierre Dick. Le bateau est en construction chez un orfèvre en la matière, le chantier italien Persico Marine à Bergame. Antoine Koch travaille en parfaite harmonie avec Guillaume Verdier sur la conception de tous nos appendices. Laurent Bourguès, mon complice de toujours, occupe les fonctions de Directeur technique, tandis que Marcus Hutchinson que l’on ne présente plus, est mon Team Manager. »

« L’addition de tous ces talents et de toutes ces compétences permet au projet de prendre forme et consistance de la meilleure des manières. Reste à trouver la marque, le partenaire titre, les hommes ambitieux pour prendre les commandes de notre « fusée », et d’en faire le soutien, le support redoutablement efficace d’une communication active, interactive, puissamment performante comme seule la voile océanique peut offrir. Nous proposons, je le crois, une opportunité unique pour un sponsor d’entrer de plain pied dans un projet gagnant, libéré des contraintes techniques fastidieuses, pour ne plus se concentrer qu’à l’accompagnement en communication d’une aventure exceptionnelle et rare. »

Des retours sur investissement colossaux

Le compte à rebours est donc lancé pour TR Racing qui compte bien profiter du calendrier du second semestre 2019 pour accumuler les premiers milles de mise au point. « La Transat Jacques Vabre constituera un premier galop très intéressant pour progresser dans la prise en main du bateau. C’est aussi un événement tout à fait propice pour lancer la communication d’un sponsor. Le début de l’année 2020 sera encore l’occasion de naviguer à plusieurs reprises en Transat, pour arriver avec un bateau parfaitement abouti sur la ligne de départ du Vendée Globe aux Sables d’Olonne. »

« On connait les retours sur investissement d’un Vendée Globe » poursuit Thomas, « ils sont colossaux et d’autant plus performants pour un investisseur qui nous rejoindrait aujourd’hui, n’ayant plus qu’à « habiller » un projet solidement construit.  J’ai mon destin en main, et je veux le partager…»

Un monocoque de 60 pieds IMOCA en construction pour Thomas Ruyant

TR Racing, la nouvelle structure du navigateur – entrepreneur Thomas Ruyant, a mis en construction début août 2018 un monocoque de 60 pieds IMOCA « dernière génération » destiné à disputer le prochain Vendée Globe en 2020. Un groupe d’investisseurs épaule le navigateur Dunkerquois dans sa démarche.

Les dessins du voilier sont signés Guillaume Verdier et c’est le chantier Italien Persico qui procède actuellement à la construction du bateau. La mise à l’eau est prévue pour juillet 2019.

TR Racing est à la recherche de partenaires pour soutenir son programme sportif. C’est véritablement un projet haut de gamme unique, clé en main, que propose Thomas Ruyant.

Thomas Ruyant : « Ce projet intègre toute mon expérience, tout mon savoir-faire glané sur tous les supports et depuis près de 20 ans, de Mini Transats en Route du Rhum en Solitaire du Figaro ou Vendée Globe. Grâce à un groupe d’investisseurs, mes équipes techniques et logistiques sont constituées et la construction progresse dans le bon tempo pour aborder sereinement le prochain Vendée Globe. Il me faut maintenant réunir des hommes et des entreprises sensibles à la passion qui nous habite et désireux de partager ensemble une formidable aventure.”

—-

Le programme sportif : il sera composé de toutes les épreuves du circuit IMOCA, nouvellement renommé « l’IMOCA Globe Series », ce qui inclut la Jacques Vabre 2019, la Transat Anglaise et la Transat New York-Les Sables en 2020 avant le Vendée Globe 2020-2021. Par la suite, il y aura aussi la Route du Rhum 2022.  

L’équipe TR Racing par Thomas : « Laurent Bourgués, avec qui je travaille depuis plusieurs années, est en charge de la coordination technique. Le team s’est renforcé avec François Pernelle comme responsable du bureau d’étude. Antoine Koch travaille avec nous sur la phase de conception avec des dossiers bien précis comme les appendices ou le plan de voilure. Marcus Hutchinson a également rejoint l’équipe et apportera sa longue expérience de la course au large… »

Thomas Ruyant sur la Transat Jacques Vabre

Le marin nordiste reprend du service au grand large. Thomas sera au départ le 5 novembre prochain de la Transat Jacques Vabre, traversée de l’Atlantique en double entre Le Havre et Salvador de Bahia au Brésil, à bord du monocoque de 60 pieds IMOCA « Malizia – Yacht Club de Monaco » skippé par l’Allemand Boris Hermann. Thomas Ruyant, 36 ans, héroïque sur le dernier Vendée Globe à bord du Souffle du Nord pour Le Projet Imagine, s’engage sur sa quatrième Transat Jacques Vabre. Il naviguera sur un plan VPLP – Verdier de 2015, l’ancien Edmond de Rothschild de Sébastien Josse, pourvu de foils. Comme depuis le début du printemps, le dunkerquois continue à chercher des partenaires afin de prendre le départ du Tour du Monde en solitaire et sans escale 2020 avec l’ambition de jouer les premiers rôles sportifs. Trois questions…

  • Quelle est ta réaction quant à ta quatrième participation à la Transat Jacques Vabre ?

C’est canon ! Je suis très heureux de me retrouver au départ d’une grande course océanique après mon abandon malheureux sur le dernier Vendée Globe. Cela rentre dans tous mes objectifs à savoir pratiquer ma profession de coureur au large et m’engager sur un monocoque de 60 pieds dernière génération ou en tout cas récent car c’est sur ce genre de voiliers que je veux me présenter sur la ligne de départ du prochain Vendée Globe. Je recherche d’ailleurs activement depuis un moment un ou des partenaires dans ce sens. Malizia – Yacht Club de Monaco est un voilier très rapide. En moyenne, il a une vitesse plus élevée que mon plan Verdier 2007 sur lequel j’ai navigué ces dernières années. Au reaching, c’est un bateau qui accélère très fort grâce notamment à ses foils. C’est un voilier qui va à la vitesse du vent tout le temps. Et puis, Boris Hermann, le skipper en titre du bateau, a récupéré une machine très optimisé par Sébastien Josse et son équipe. Je pense qu’actuellement en 60 pieds IMOCA, c’est un peu l’arme fatale !

  • Quelle est ton histoire avec Boris Hermann ?

Nous nous étions croisés ces dernières années mais, pour finir, nous ne nous connaissions pas vraiment. Boris m’a proposé de venir à bord de son bateau pour un convoyage au printemps. J’ai évidemment accepté. Le courant est très vite passé. Il a une grande expérience car un grand nombre de milles au compteur depuis ses débuts en Class 40 notamment. Il a aussi navigué avec Giovanni Soldini en Vor 70 sur des campagnes de record. Il était aussi équipier de Francis Joyon sur le trophée Jules Verne sur sa première tentative de record du Tour du Monde en équipage. Nous nous dépensons autant en mer. Nous mettons la même énergie et avons les mêmes objectifs de performance. Comme nous nous sommes bien entendus, nous avons enchaîné cette année avec de longues navigations comme La Trinité-sur-Mer – Monaco ou Monaco – Lorient et dès cette fin de semaine, nous allons convoyer à nouveau le bateau entre Monaco et la Bretagne. Avant cette Transat Jacques Vabre, nous aurons parcouru plus de 4500 milles à deux. Cela va me permettre de mieux appréhender ce nouveau support ! La décision de prendre le départ à la Transat Jacques Vabre a été prise un peu au dernier moment faute de budget. Même si nous n’allons pas partir dans des conditions optimales, je pense que nous avons les capacités de bien faire et d’être compétitif.

  • Que représente la Transat Jacques Vabre pour toi ?

Deux abandons en Class 40 avec Stéphane Le Diraison et Bruno Jourdren pour des soucis techniques et une superbe participation avec Adrien Hardy à bord du Souffle du Nord pour Le Projet Imagine. Nous étions des bizuths en Imoca et nous avons terminé 4ème. Cette performance m’a mis dans de bons rails alors que je préparais mon Vendée Globe. C’est, enfin, un parcours que je connais puisque j’ai pris le départ de deux Mini Transat en direction de Salvador de Bahia dont une victoire en 2009. Mon arrivée dans la baie de tous les saints en 2009 est un moment très fort de ma vie. J’espère que le Brésil va continuer à me porter chance !

Thomas Ruyant en bref : originaire de Malo-les-Bains (59), 36 ans, au départ du dernier Vendée Globe à bord du Souffle du Nord pour Le Projet Imagine, vainqueur de la Mini Transat 2009, vainqueur de la Route du Rhum 2010 en Class 40, 3 participations à La Solitaire du Figaro, 4ème de la Transat Jacques Vabre 2015 en Imoca et avec Adrien Hardy, 5ème du dernier Tour de Bretagne à la Voile avec Adrien Hardy