« Nos Épaules et Vos Ailes » se mobilise pour soutenir les élèves fragilisés par les crises

Pour la 15ème édition de son opération de mécénat Atout Soleil, le fonds de dotation « Nos Épaules et Vos Ailes » a choisi de lancer un appel à projets sur le thème du « (Re)Vivre ensemble » afin d’apporter un soutien aux associations qui luttent contre les effets durables des crises sur les enfants et les adolescents.

Soutenir les apprentissages et les acquis scolaires des plus vulnérables constitue plus que jamais une des priorités de notre société.. En effet, si le retour progressif à la normale dans les écoles a permis à la plupart des élèves de rattraper les retards d’apprentissage accumulés durant la crise sanitaire, l’écart s’est accentué avec les enfants qui présentaient déjà des fragilités sociales et/ou psychologiques.

L’expérience traumatisante du confinement a de surcroît aggravé les phénomènes de phobie scolaire et de cyberdépendance, avec un impact notable sur leur développement et leur réussite à l’école. Si elles ne sont pas traitées suffisamment tôt, ces difficultés pourraient s’accentuer et mettre à mal l’égalité des chances et la cohésion sociale.

Les retards d’apprentissage accumulés durant la crise sanitaire ont pu être rattrapés, mais les écarts de performances entre élèves se sont accrus

Alors que la fin de l’année scolaire se profile, le retour à la normale semble enfin s’installer dans les écoles : depuis déjà plusieurs mois, les élèves ont fait tomber le masque en classe, l’enseignement à distance n’est plus qu’un lointain souvenir, et après deux années d’épreuves contrariées par les mesures sanitaires, les lycéens peuvent enfin se concentrer pleinement sur leurs révisions du baccalauréat. Les retards d’apprentissage observés durant la crise sanitaire ont semble-t-il aussi été en grande partie effacés. Dans une note publiée au début de l’année, le ministère de l’Éducation nationale indiquait que les évaluations menées en septembre 2021 auprès des élèves de CP et de CE1 montraient qu’ils avaient retrouvé un niveau similaire à l’avant-crise dans quasiment toutes les compétences testées en français et en mathématiques.

Seule ombre au tableau, ces chiffres masquent une forte disparité entre les élèves les plus favorisés et les plus vulnérables. L’écart de performance scolaire calculé entre les élèves scolarisés dans les établissements de l’éducation prioritaire et hors éducation prioritaire s’établit à un niveau nettement supérieur à ceux enregistrés avant la crise. L’augmentation est généralisée et touche presque toutes les compétences testées.

Le constat est connu : la crise sanitaire et l’enseignement à distance ont agi comme un miroir grossissant des inégalités sociales. En effet, selon une autre enquête menée par le ministère de l’Éducation nationale, l’investissement des parents d’élèves de CP et de CE1 semble avoir été le même quel que soit le milieu social des élèves, mais entre la fracture numérique, les différences de conditions matérielles pour bien organiser le travail à la maison et le différentiel de « capital social », la scolarité a été beaucoup plus difficile à suivre pour les élèves vulnérables. Interrogés sur la qualité du suivi de leurs élèves durant la crise, les enseignants exerçant dans des établissements de l’éducation prioritaire confirment que le suivi a été beaucoup plus problématique chez les élèves qui présentaient déjà des difficultés scolaires avant la crise ou dont la situation sociale était dégradée. En parallèle, les familles les plus favorisées ont su rapidement mettre en place des stratégies pour rattraper les retards d’apprentissage. Elles sont notamment nombreuses à avoir fait appel à des structures privées de soutien scolaire, ce que n’ont pas pu faire les familles aux revenus plus modestes.

« Cette inquiétude de voir les inégalités scolaires se creuser dans le contexte de crises que nous traversons nous a été signalée par de nombreuses associations que nous accompagnons depuis plusieurs années. C’est la raison pour laquelle nous avons choisi d’en faire un axe majeur de l’appel à projets que nous lançons sur le thème du (Re)Vivre ensemble » explique Thierry Gaudeaux, Président du fonds de dotation Nos Épaules et Vos Ailes.

Les difficultés scolaires ont été aggravées par l’augmentation des troubles psychologiques liés aux crises

Les longs mois de confinement ont également eu des répercussions importantes sur la santé mentale des enfants et des adolescents, comme l’a souligné Santé publique France dans plusieurs de ses études. Dès les premiers mois de la crise sanitaire, les experts et les professionnels de santé avaient alerté sur l’augmentation des troubles psychologiques chez les plus jeunes. Malgré le reflux de l’épidémie, ils restent aujourd’hui nombreux à s’inquiéter de la persistance des phénomènes de cyberdépendance ou de phobie scolaire, dont les conséquences sur la scolarité pourraient être importantes à long terme.

Entre l’isolement social imposé par les confinements ou encore la nécessité de s’adapter continuellement à un rythme scolaire différent, les cas de « refus scolaire anxieux » se sont en effet multipliés. Selon les estimations les plus alarmistes, le phénomène concernerait jusqu’à 8% des élèves. Ici aussi les différences sont fortes selon les milieux sociaux : on estime que les enfants et les adolescents privés d’activités extrascolaires, souvent issus de milieux défavorisés, ont quatre fois plus de risques d’être angoissés et de ne pas réussir à l’école, entrainant des phénomènes de glissement psychologique et physique qui augmentent le risque d’isolement social. La crise sanitaire a également contribué à installer de mauvaises habitudes prises durant le confinement, et notamment une surexposition aux écrans qui a accentué le repli sur soi de nombreux enfants. Cet usage excessif des écrans s’est traduit par une augmentation des cas signalés de cyberharcèlement, qui a lui aussi participé à alimenter le phénomène de phobie scolaire.

Si la pandémie n’est aujourd’hui plus le principal sujet d’inquiétude, le contexte actuel n’offre que peu de répit aux enfants les plus anxieux. Aujourd’hui c’est le conflit en Ukraine qui s’est imposé dans la vie de nombreux enfants et les plus fragiles d’entre eux ont l’impression de ne pas voir la fin de cette période de crise.

Apporter un appui à ces enfants marqués par la multiplication des crises, et agir pour qu’ils puissent retrouver une vie et une scolarité normale, constitue plus que jamais un impératif pour éviter que les inégalités ne se creusent chez les enfants les plus vulnérables. A travers son appel à projets, le fonds de dotation « Nos épaules et Vos ailes » souhaite accompagner les associations françaises qui portent des projets visant à panser les plaies psychologiques liées aux crises, à soutenir les apprentissages et les acquis scolaires des plus vulnérables et à recréer du lien à travers l’entraide et la transmission des savoirs entre générations.

« Nos Épaules et Vos Ailes » s’engage pour lutter contre les effets durables des crises sur les plus jeunes

Apporter un soutien aux associations qui luttent contre les effets des crises sur les plus enfants et les adolescents, c’est l’objectif de la 15ème édition de l’opération de mécénat Atout Soleil, portée par le fonds de dotation « Nos Épaules et Vos Ailes ».

L’épidémie de Covid-19 et les mesures de restriction qui l’ont accompagné ont eu des conséquences délétères sur les jeunes générations, que ce soit sur leur santé mentale ou sur leurs capacités d’apprentissage et leur réussite scolaire. Mais ce phénomène n’est pas nouveau : les professionnels de santé observent depuis plusieurs années un accroissement des traumatismes liés à l’environnement anxiogène dans lequel grandissent les plus jeunes, qu’il s’agisse des vagues d’attentats, des conséquences du changement climatique ou aujourd’hui de la guerre en Ukraine.

André Quaderi, professeur en psychologie clinique et psychopathologie à l’Université Nice-Sophia-Antipolis, grand témoin de cette 15ème édition de l’appel à projets Atout Soleil, dresse un premier bilan de l’impact des crises sur la jeunesse.

La crise sanitaire a conduit à une dégradation généralisée du bien-être des enfants et des adolescents du fait de l’isolement

Selon le psychologue clinicien, professeur des Universités, André Quaderi, « de nombreux professionnels de santé ont constaté une forte dégradation de la santé mentale des plus jeunes depuis le déclenchement de la crise du Covid-19. Les confinements successifs, l’école à la maison, le manque d’activité physique et d’interaction avec le monde extérieur ont généré une détérioration du bien-être des jeunes, de leur perception de soi ou de leur capacité à gérer la vie en groupe. »

Pour André Quaderi, « on constate notamment une augmentation des troubles anxieux chez les enfants et les adolescents, un état de peur et d’inquiétude qui apparaissent disproportionnés par rapport aux circonstances. Ces troubles affectent grandement leurs capacités à se conduire normalement ». La dernière enquête réalisée par Santé publique France en mai 2022 corrobore ce constat, avec une augmentation des passages aux urgences pour troubles anxieux de 25% pour les jeunes de moins de 17 ans. On constate une hausse toute aussi significative pour les gestes suicidaires (+15%), avec des niveaux toujours nettement supérieurs à ceux observés au cours des années précédentes. Au-delà des effets de la crise sanitaire, ces chiffres alarmants sont le signe des difficultés éprouvées par certains jeunes à faire face au climat anxiogène dans lequel ils doivent grandir. « Le plus souvent, la pandémie est venue amplifier des difficultés préexistantes », rappelle André Quaderi.

Le phénomène d’« éco-anxiété », qui désigne les inquiétudes suscitées par la crise climatique, concernait ainsi déjà une grande partie des 16-24 ans selon une étude menée par des chercheurs britanniques, américains et finlandais, et publiée par la revue The Lancet Planetary Health. Ses conséquences psychosociales sont significatives : près de la moitié des jeunes interrogés déclarent se sentir tristes, anxieux, en colère, démunis ou coupables face à la crise climatique. « Ces craintes sont souvent décuplées par la surexposition des jeunes générations aux informations et aux images relayées par les médias et les réseaux sociaux, qu’ils ont parfois du mal à traiter, à analyser et à mettre en perspective », estime André Quaderi.

La cyberdépendance et les répercussions sur les capacités cognitives des jeunes

Un des effets des crises est clairement l’accroissement de la dépendance des jeunes aux écrans. Pour André Quaderi, « avec la pandémie, le manque d’ouverture aux autres et au monde a conduit les jeunes à se réfugier derrière des écrans (télévision, jeux vidéo, réseaux sociaux), dans un monde artificiel où ils se sont repliés sur eux-mêmes. Beaucoup de parents ont considéré que le fait de laisser leurs enfants utiliser les réseaux sociaux était nécessaire pour qu’ils puissent conserver un lien social. » Résultat, pendant le premier confinement, les enfants et adolescents ont consacré en moyenne 2h45 par jour aux écrans, sans compter le temps de travail scolaire passé en grande partie en ligne. Malheureusement, ces mauvaises habitudes prises durant la crise ont eu tendance à s’installer : selon une enquête réalisée par Ipsos pour l’Union nationale des associations familiales (Unaf) et l’Observatoire de la parentalité et de l’éducation numérique, 44 % des parents et 53 % des enfants interrogés estiment que leur consommation d’écrans a augmenté depuis le début de la crise sanitaire. L’étude met aussi en évidence une tendance des parents à sous-estimer le temps passé par leurs enfants sur les activités digitales.

« L’abandon d’activités sportives, culturelles, et sociales au profit des réseaux sociaux et d’internet a eu des répercussions sur la santé physique, développementale et psychosociale des enfants et des adolescents », explique André Quaderi. « Les compétences cognitives de ces derniers, c’est-à-dire leur capacité à se concentrer, à retenir des informations, à raisonner pour agir, si précieuses pour leur apprentissage scolaire ont été fortement fragilisées. Cet usage excessif des écrans s’est aussi traduit par une augmentation des cas signalés de cyber-harcèlement, ce qui a participé à alimenter le phénomène de phobie scolaire. »

Un appel à projets pour prévenir les effets durables des crises sur la santé et l’éducation des plus jeunes

« La bonne nouvelle, explique André Quaderi, c’est que les traumatismes engendrés par les crises et l’isolement social peuvent être soignés, et que les retards accumulés peuvent être rattrapés. A Nice, nous avons le projet de créer une maison accueillant un groupe d’une vingtaine des jeunes de la 6ème à la 3ème sujets à la phobie scolaire. Les enfants suivent les cours du CNED le matin et participent l’après-midi à des ateliers artistiques, de relaxation, etc. Toute cette démarche est encadrée par des psychologues qui suivent l’évolution des jeunes. Notre objectif est de permettre à ces derniers de conserver un lien social, de partager un destin de vie commun, de vivre ensemble en dépit de leurs phobies. Si ce programme porte ses fruits, nous souhaitons pouvoir essaimer l’initiative en Bretagne ». Cette initiative menée par le Professeur Quaderi illustre les projets qu’Atout Soleil souhaite encourager cette année.

A travers son appel à projets « (re)Vivre ensemble », Atout Soleil souhaite accompagner les associations françaises qui, à l’image de la structure créée par le professeur Quaderi, portent des projets visant à panser les plaies psychologiques liées aux crises, à soutenir les apprentissages et les acquis scolaires des plus vulnérables et à recréer du lien à travers l’entraide et la transmission des savoirs entre générations.

Retrouvez ci-dessous les initiatives concernées par cet appel à projets.

Quelles sont les initiatives concernées ?

Panser les plaies psychologiques liées aux traumatismes générés par les crises

  • Accompagner psychologiquement les enfants et les adolescents dans la gestion de leurs traumatismes (prévention du suicide, troubles alimentaires, phobie scolaire, etc.)
  • Prévenir et gérer les risques portés par l’utilisation intensive des écrans et ses conséquences (cyberdépendance, cyberharcèlement, phobie scolaire, etc.)
  • Accompagner les enfants et les adolescents quelles que soient leurs différences dans leur (re)socialisation à travers des activités ludiques, culturelles, scientifiques et sportives.

Soutenir les apprentissages et les acquis scolaires des plus vulnérables

  • Lutter contre le décrochage scolaire des publics vulnérables
  • Accompagner les enfants et les adolescents les plus fragiles scolairement, en particulier dans les quartiers populaires (soutien scolaire, mentorat)
  • Développer des compétences sociales et émotionnelles à travers des activités ludiques, culturelles, scientifiques et sportives.

Recréer du lien à travers l’entraide et la transmission des savoirs entre générations

  • Recréer du « vivre-ensemble » autour de projets intergénérationnels
  • Favoriser la transmission des compétences et du savoir entre générations.
Appel à projets : https://www.gpma-asso.fr/des-epaules-et-des-ailes/le-prix-atout-soleil/

15ème édition de l’opération de mécénat Atout Soleil : un nouvel appel à projets pour soutenir les plus jeunes face aux crises

Le fonds de dotation « Des Epaules et des Ailes » et l’assureur Generali lancent, dans le cadre de l’opération de mécénat Atout Soleil, un nouvel appel à projets sur le thème du « (Re)Vivre ensemble ». Dans le contexte de la sortie progressive de la crise sanitaire et de la guerre en Ukraine, cette opération vise à soutenir les initiatives solidaires, intergénérationnelles et innovantes portées par des associations françaises pour limiter les effets durables des crises sur la santé et l’éducation des plus jeunes.

L’appel à projets ciblera ainsi des associations qui répondent aux trois objectifs suivants :

  • panser les plaies psychologiques liées aux traumatismes
  • soutenir les apprentissages et les acquis scolaires des plus vulnérables
  • recréer du lien à travers l’entraide et la transmission des savoirs entre générations

Les associations ont jusqu’au 29 juillet 2022 pour déposer leur dossier de candidature.

Une thématique 2022 au cœur de l’actualité

La crise sanitaire a eu un impact important sur la santé mentale des plus jeunes. Les confinements successifs, l’école à la maison, les mesures de distanciation ont généré chez eux de nombreux maux. Stress, angoisse, trouble du sommeil et gestes suicidaires ont par exemple fortement augmenté chez les enfants de moins de 15 ans.

Le manque d’activité physique, d’interaction avec le monde extérieur, de stimulations intellectuelles mais aussi sensorielles a eu un impact sur la capacité d’apprentissage et le développement psychomoteur des enfants. En restreignant l’accès des plus jeunes à l’école, la pandémie a également exacerbé les inégalités sociales et les disparités éducatives existantes.

Dernièrement, la guerre en Ukraine a également été une source d’anxiété majeure, qui est venue s’ajouter à tous ce qui s’accumulent depuis plusieurs années (vagues de terrorisme, pandémie, dérèglement climatique, etc.). Pour les jeunes générations plus particulièrement, cette confrontation avec la réalité de la guerre, est un nouveau choc qui peut générer des angoisses, un fort sentiment d’insécurité et des difficultés à se projeter sereinement dans leur vie.

Pour son édition 2022, Atout Soleil souhaite encourager les initiatives locales, solidaires et intergénérationnelles qui aident les plus jeunes à panser leurs plaies, à se retrouver et à (re)Vivre ensemble !

Thierry Gaudeaux, Président du Fonds de dotation des Epaules et des Ailes :

« Depuis quelques mois, les associations que nous accompagnons depuis 15 ans, nous ont fait remonter le besoin d’agir sur les effets durables des crises sur la jeunesse. De nombreux jeunes ont cultivé un sentiment de mal-être face à la crise sanitaire. Ils se sont notamment réfugiés dans le digital et aujourd’hui, nombre d’entre eux ont des difficultés à s’en extraire. Leur anxiété s’est également exacerbée avec l’arrivée de la crise en Ukraine. Nous avons donc choisi naturellement en 2022 de nous concentrer sur le ‘(Re)Vivre ensemble’. L’objectif de ce nouvel appel à projets est d’accompagner les associations qui invitent les jeunes à revenir au monde réel, au collectif, pour faire face aux traumatismes provoqués par les différentes crises que nous avons connu ses dernières années.

2022 est aussi une date anniversaire, Atout Soleil fête sa 15ème année ! Quoi de mieux que de se préoccuper de la jeunesse pour cette nouvelle édition. Les réseaux de Generali, de GPMA, l’écosystème associatif que nous avons créé avec le fonds de dotation des Epaules et des Ailes, vont, j’en suis persuadé, permettre de mettre en avant des initiatives particulièrement riches. Au-delà d’un prix financier qui sera décerné en décembre à Paris, nous allons continuer à accompagner très concrètement les associations lauréates Atout Soleil 2022 en leur proposant une action de communication, un atelier afin d’apprendre à se présenter… pour leur permettre de renforcer leur impact sur leur territoire

Quels sont les initiatives concernées ?

Panser les plaies psychologiques liées aux traumatismes générés par les crises

  • Accompagner psychologiquement les enfants et les adolescents dans la gestion de leurs traumatismes (prévention du suicide, troubles alimentaires, phobie scolaire, etc.)
  • Prévenir et gérer les risques portés par l’utilisation intensive des écrans et ses conséquences (cyberdépendance, cyberharcèlement, phobie scolaire, etc.)
  • Accompagner les enfants et les adolescents quelles que soient leurs différences dans leur (re)socialisation à travers des activités ludiques, culturelles, scientifiques et sportives.

Soutenir les apprentissages et les acquis scolaires des plus vulnérables

  • Lutter contre le décrochage scolaire des publics vulnérables
  • Accompagner les enfants et les adolescents les plus fragiles scolairement, en particulier dans les quartiers populaires (soutien scolaire, mentorat)
  • Développer des compétences sociales et émotionnelles à travers des activités ludiques, culturelles, scientifiques et sportives.

Recréer du lien à travers l’entraide et la transmission des savoirs entre générations

  • Recréer du « vivre-ensemble » autour de projets intergénérationnels
  • Favoriser la transmission des compétences et du savoir entre générations.

La garde d’enfants en France

Pour sa 14ème édition, le fonds de dotation « Des Épaules et des Ailes », qui porte l’opération de mécénat Atout Soleil, a choisi de valoriser des initiatives solidaires, intergénérationnelles et innovantes développées pour aider les familles à faire garder les petits et les tout-petits en situation ou non de handicap.

Pourquoi le choix de cette problématique ? Car au-delà de l’inégalité d’accès à des modes de garde de qualité, la prise en charge de jeunes enfants dans des structures d’accueil de la petite enfance conditionne souvent le maintien ou l’accès à l’emploi pour les parents. La qualité de la prise en charge est également un facteur déterminant pour le bon développement des tous petits et notamment l’acquisition du langage essentiel à leur apprentissage futur.

De très fortes inégalités socio-économiques d’accès à un mode de garde

Selon Régine Scelles, professeure des universités et psychologue clinicienne, « peu de parents en France ont vraiment le choix du mode de garde pour leurs enfants. La plupart d’entre eux sont confrontés à des difficultés liées au manque de place en structure collective, à des contraintes horaires, économiques ou géographiques du fait de leur situation personnelle ou professionnelle.

Les inégalités sont fortes dans ce domaine : les modes de garde formels (assistante maternelle et garde collective) bénéficient majoritairement aux parents socio-économiquement favorisés tandis que les plus vulnérables, faute de moyens, ont surtout recours à des modes de garde plus informels (parents, grands-parents, voisins). »

Un impact sur les apprentissages scolaires futurs, notamment des enfants issus de milieux défavorisés

De nombreuses études[1] montrent notamment qu’un accès régulier à un mode de garde formel, dans un cadre sécurisant et ludique peut avoir des effets bénéfiques sur le développement de l’enfant (langagier, pré‐mathématique et moteur). Autrement dit, agir sur ces facteurs permet de limiter les inégalités en termes de réussite scolaire, notamment pour les enfants issus de milieux moins favorisés. Régine Scelles rappelle que « les bénéfices des accueils non-parentaux pour les enfants sont étroitement conditionnés à la qualité des modes d’accueil formels, par exemple les activités effectuées, la pratique des professionnels, les interactions intervenant au sein de la structure, etc. ».

La garde professionnalisée des jeunes enfants est aussi une des conditions de l’égalité professionnelle

Selon Régine Scelles, « la société reste inadaptée aux mamans qui ont un travail et qui doivent élever des tous petits. La pandémie a renforcé cette situation. Les femmes, qui restent encore les grandes organisatrices de la garde d’enfants, ont plus particulièrement été touchées par la crise et ont eu à subir des répercussions sur leur emploi ». Cette nécessité de devoir garder les enfants est une des principales explications au temps partiel contraint des femmes et donc de leur précarité et du différentiel de salaire avec les hommes.

« L’allongement de la durée du congé paternité, qui est passé de 14 à 28 jours depuis juillet 2021, représente toutefois une avancée significative, précise Régine Scelles. De plus en plus de crèches ont aussi des horaires aménagés pour s’adapter aux activités des parents. Des maisons d’assistantes maternelles se développent. Mais il reste encore un long chemin à parcourir pour que les petits soit respectés dans leurs besoins. La société tend à forcer les enfants à des adaptations qui ne sont pas naturelles mais liées aux contraintes des parents. Tout ceci conduit à un stress chez les parents qui impacte inévitablement l’enfant. »

Une situation encore plus complexe pour les parents ayant un/des enfants en situation de handicap 

Régine Scelles explique que « pour les parents ayant un ou plusieurs enfants en situation de handicap, la situation la garde d’enfants est un réel casse-tête. Il est très rare pour ces familles que les deux parents puissent conserver un emploi à plein temps. Cette problématique de la garde d’enfants se pose à toutes les étapes : au départ, dès la détection des difficultés de l’enfant, l’un des parents – bien souvent la maman – sera contrainte de mettre sa carrière entre parenthèse car il faut l’accompagner pour ses soins et trouver un mode de garde adapté. Bien souvent les parents ne font pas confiance aux institutions. » 

Comme le rappelle le Haut Conseil de la famille, de l’enfance et de l’âge, l’accueil précoce des enfants en situation de handicap peut pourtant leur permettre d’acquérir de nouvelles expériences sociales et socialisantes, d’apprendre à s’adapter à d’autres environnements… en résumé, à cumuler des atouts pour une scolarisation future. Régine Scelles ajoute : « pour les parents, la crèche leur offre des temps de répit et leur permet de voir leur enfant évoluer parmi d’autres. C’est aussi un moyen de percevoir leurs capacités et leurs potentialités et non plus seulement leurs manques. »

Après, à partir de 4-6 ans, les problématiques de garde
s’accentuent : selon sa pathologie, l’école ne va pas prendre l’enfant à temps plein. Il y a alors une réelle problématique pour gérer la garde hors temps scolaires, en crèche ou en centre de loisirs quand celui-ci accepte des enfants en situation de handicap. 

Régine Scelles précise que « depuis 10 ans, l’accueil des enfants en situation de handicap en crèche s’est fortement amélioré même si de fortes inégalités territoriales demeurent. En revanche, très peu de moyens supplémentaires ont été dédiés à cette ouverture que ce soit pour acheter du mobilier adapté ou encore pour organiser la formation des personnels. Celle-ci doit non seulement être financée mais il faut également être capable de gérer le remplacement du personnel en formation.

Il convient de développer des structures qui offrent davantage de flexibilité pour tenir compte des particularités du rythme scolaire de ces enfants. Il faut en outre encourager des modes d’accueil collectifs, accessibles à tous, sans discrimination. Cette mixité des publics permet aux enfants en situation de handicap de ne pas être seuls face à leurs difficultés et aux personnels, plus nombreux du fait de la structure, de s’entraider. »

[1] Séminaire « Premiers pas. Développement du jeune enfant et politique publique » du 1er décembre 2020 à l’été 2021 organisé par la Caisse nationale des Allocations familiales (Cnaf), France Stratégie et le Haut Conseil de la famille, de l’enfance et de l’âge (HCFEA).

Lawrence Berger, Lidia Panico, and Anne Solaz. 2021. “The Impact of Center-Based Childcare Attendance on Early Child Development: Evidence From the French Elfe Cohort.” Demography, 2021.

Qui sont les Seniors ?

Mature couple smiling

En 2021, l’association GPMA en collaboration avec l’Institut français des Seniors, a réalisé pour ses adhérents, un Baromètre Seniors. L’objectif ? Dessiner un tableau représentatif et complet des 27 millions de seniors français (50 ans et plus).

L’aménagement de l’habitat

Les français optent pour le cocooning avec l’avancée en âge : 63 % habitent une maison (dont 80% sont propriétaires), sauf les plus 75 ans qui eux choisissent la formule de l’appartement, plus sécurisante. C’est 7 points de plus que la moyenne des français. Un logement qu’ils vont réinvestir à l’âge de la retraite, au point de ne pas vouloir en bouger : seulement 1/10 déclare envisager de changer de logement ou changer de ville dans les cinq ans à venir.
Si aménager son habitat et l’adapter au futur grand âge, pour éviter par exemple les chutes (première cause de mortalité des plus de 65 ans) est une priorité, on remarque que seulement 1/10 des seniors français est conscient de ce risque et envisage de faire des travaux dans ce sens.
Cette étude nous rappelle également que la solitude concerne davantage les seniors que les autres générations : la moitié des plus de 75 ans, le quart des 50 -64 ans. Globalement un tiers des plus de 50 ans vivent seuls. On note la progression de la part de divorcés ou séparés : un sur cinq. C’est important car le divorce est ce qui diminue le plus les moyens financiers d’un foyer et est bien sur difficile à vivre.

La famille avant tout

La famille arrive en premier dans l’échelle de valeurs des seniors. L’importance de la famille s’est encore renforcée après l’épisode de la Covid qui, même à distance, les a rapprochés de leurs enfants et petits-enfants. Ils ont en moyenne 2,3 enfants et 3,5 petits-enfants.
Les jeunes seniors constituent une génération pivot qui aide à la fois ses enfants et ses parents, dont l’espérance de vie a augmentée. Les 2/3 des 50-64 ans aident financièrement leurs enfants et 41% de ceux qui ont encore leurs parents sont mobilisés auprès d’eux, jusqu’à une fois par jour pour 20% d’entre eux. Ils représentent 5 millions d’aidants familiaux.

Comment considèrent-ils la retraite ?

Ceux qui sont encore actifs pensent partir à la retraite à 62,8 ans, ce qui signifie qu’ils ont anticipé le recul prochain de l’âge de la retraite. Les retraités vivent bien leur nouvelle vie. 83% se déclarent heureux. Au point que 60 % d’entre eux se sentent sereins vis-à-vis de l’avenir et c’est davantage le cas chez les plus de 75 ans. Plus de 8/10 sont satisfaits de leur vie sociale, de leur vie de famille, de la vie professionnelle qu’ils ont eue, et les 2/3 sont satisfaits de leur vie de couple. Mais notons que sur ce dernier critère les femmes sont moins satisfaites que les hommes.

Génération verte

Les seniors sont en accord avec leur temps : ces Français qui ont fait la France industrielle des Trente Glorieuses sont maintenant sensibles à la nécessité de la transition écologique à 88 %, tous âges confondus, même les plus anciens. Ce qui les intéresse ce ne sont pas les grands débats sur l’écologie mais plutôt de contribuer par des gestes concrets à laisser derrière eux une planète plus propre, ce que 8 sur 10 font au quotidien (le tri sélectif, l’achat de produits locaux, économiser l’eau…). Il se confirme aussi que le Made in France a leur faveur : 55 % font toujours attention à privilégier une fabrication en France chaque fois que c’est possible, sans doute parce qu’ils voient dans les difficultés d’emploi que connaissent leurs familles les conséquences des délocalisations.

On a l’illustration de ce choix quasi militant au chapitre de la mobilité : les trois quarts des seniors sont propriétaires d’une voiture française… Les seniors aiment la voiture ! Même s’ils ne roulent que 10 000 km par an. 9/10 en ont une. Elle est récente : 7,3 ans d’âge moyen versus 10,8 de moyenne France. Rappelons que l’âge moyen des acheteurs de voiture neuve est de 56 ans. La Covid les a éloignés un peu plus des transports en communs, qui n’ont pas leur faveur, et leur a fait pratiquer plus le vélo et la marche à pied.

Des Silver surfeurs !

Il est très frappant de constater dans ce baromètre 2021 que la fracture numérique qui jusqu’à présent touchait les plus de 75 ans semble disparaître et que l’évolution de l’usage des nouvelles technologies de communication est extrêmement rapide. Un exemple : 87 % utilisent une tablette aujourd’hui, ils n’étaient que 56 % il y a deux ans. 87 % ont un Smartphone et ils utilisent surtout les fonctionnalités de conversations avec les autres. 9/10 gèrent leurs comptes bancaires sur Internet. Les 2/3 consacrent plus d’une heure par jour à la consultation d’informations sur la toile, en premier lieu les informations des sites administratifs. Ils ont rejoint les usages des autres générations : seulement 1 sur 6 déclare ne pas faire d’achat à distance sur Internet. 57 % utilisent WhatsApp, 51 % Facebook, 40 % YouTube.

Les seniors d’aujourd’hui sont curieux et cultivés.

Ces générations qui ont été plus instruites que les précédentes sont surconsommatrices de presse, surtout de presse quotidienne régionale – 46 % des plus de 50 ans la lisent contre seulement 28 % des Français – et de toute une série de presse magazine qui correspond à la très grande variété de leurs centres d’intérêt. Ils sont 6/10 à fréquenter régulièrement les cinémas, 1/2 des expositions, 1/3 des concerts ou des pièces de théâtre. Leur curiosité les amène à voyager plus souvent que la moyenne des Français, ce qui explique que leur budget voyages est de 3 000€ par an contre 2 200€ de moyenne chez les français.

À fond la forme !

La santé apparaît comme le grand sujet fédérateur de tous les seniors, quelque soit leur âge et leur catégorie socioprofessionnelle. Peut-être parce que 6/10 déclarent avoir déjà rencontré un souci de santé important. Ce qui explique pourquoi 7/10 font des efforts pour préserver leur santé et 55 % suivent régulièrement les informations sur les avancées médicales. Ils sont d’ailleurs de bons patients respectant les consignes des médecins puisque 84 % veillent à avoir une alimentation équilibrée, 78 % ont une activité physique régulière et 74 % font travailler leur cerveau régulièrement, tandis que 62 % font du sport et en premier lieu de la randonnée.

Les seniors sont généreux

Ils sont généreux avec leurs descendants (53% des plus de 75 ans aident leurs petits enfants) mais aussi au-delà du cercle familial. La moitié d’entre eux sont membres d’une association et ceux qui en sont membres y ont des responsabilités dans la moitié des cas : ils exercent ainsi d’une autre façon les compétences qu’ils avaient dans leur vie professionnelle. On sait que les seniors sont les plus grands donateurs en France : 6/10 le sont. On retrouve là leur intérêt pour la santé quand on constate que les associations médicales sont les premières bénéficiaires de leur générosité.

Les seniors ce sont les autres …

On se sent toujours plus jeune que son âge une fois adulte. Le baromètre 2021 précise l’écart entre l’âge ressenti et l’âge réel ; plus on vieillit, plus cet écart est grand. À 50 ans on se sent intellectuellement 7 ans de moins, à 60 ans 12, à 70 ans 14, à 80 ans 15. C’est d’ailleurs l’âge ressenti et non l’âge réel, qui détermine nos comportements.

Accédez au baromètre : https://www.gpma-asso.fr/wp-content/themes/gpma21/pdf/IFS-GPMA-Barometre-Sept-2021-210902-04.pdf

 

 

Une aide financière et en communication pour treize associations locales spécialisées dans la garde d’enfants, lauréates du prix « Atout Soleil »

Soutenir et valoriser des associations qui réalisent des projets innovants dans les domaines de la santé, de la prévoyance et de l’aide sociale, telle est la vocation de l’opération de mécénat Atout Soleil portée par le fonds de dotation « Des Épaules et des Ailes » depuis 2007.

Pour sa 14ème édition, le prix Atout Soleil récompensera le 7 décembre prochain, à Paris, treize associations qui ont développé des initiatives solidaires, intergénérationnelles et innovantes pour aider les familles à faire garder les petits et les tout-petits.

Qui sont les vainqueurs ?

Treize associations et structures publiques lauréates qui se mobilisent au quotidien pour développer des lieux d’accueil physiques mais aussi apporter aux familles une écoute attentive et des solutions concrètes à leurs problématiques :

  • L’association Adrien, implantée dans le département des Alpes Maritimes, qui a construit une maison de vacances non médicalisée pour briser l’isolement des familles d’enfants malades.
  • L’association Elhan, implantée dans le Val d’Oise, qui propose des activités éducatives, culturelles et sportives à des enfants et des jeunes adultes en situation de handicap au sein d’un lieu d’accueil dédié
  • L’association Gribouilli, implantée en Île-de-France, qui offre des solutions de garde notamment aux personnes précaires en recherche d’un emploi et valorise les métiers de la petite enfance
  • L’association Habitat et Humanisme, implantée dans le Rhône, qui a créé un lieu de vie multigénérationnelle et inclusif, intégrant une résidence dédiée aux seniors et aux étudiants à bas revenus, une maison de soignants et une crèche.
  • L’association Hestia, implantée en Haute-Vienne, qui offre aux enfants de demandeurs d’asile un lieu bienveillant et sécurisé pour qu’ils puissent s’exprimer sur leur exil. L’occasion aussi de de déceler ceux présentant des troubles sous-jacents et d’accompagner les familles souvent démunies vers une aide appropriée.
  • L’association Joker, implantée dans les Yvelines, qui propose un centre de loisirs dont la particularité et d’être ouvert sur les temps scolaires pour accueillir des enfants en situation de handicap qui présentent des troubles sévères du langage ou de la communication.
  • L’association Les Amitiés d’Armor, implantée à Brest, qui propose une structure d’accueil pour les 0-6 ans avec des horaires adaptés aux activités des parents, comme par exemple des commerçants, des soignants, des personnes qui alternent période de chômage et d’activité ou qui sont en formation.
  • L’association L’essence des Sens, implantée dans la Drôme, qui organise durant les vacances scolaires des stages d’éveil sensoriel pour les enfants retirés de leurs familles à la suite de maltraitance.
  • L’association Môm’artre, implantée dans quatre régions (Île-de-France, PACA, Pays de la Loire et Nouvelle-Aquitaine), qui a créé le programme « Objectif emploi », un système de garde à horaires flexibles et très accessible (1€ la demi-journée, et 2€ la journée) pour les familles qui recherchent un emploi et souhaitent se rendre à un entretien, débuter une formation, être accompagnées par des professionnels de l’emploi ou participer à tout événement en lien avec leurs recherches d’emploi.
  • L’association Planète Loisirs, implantée dans le Finistère, qui favorise la rencontre et le partage de temps de loisirs et d’activités entre des enfants porteurs ou non de handicap.
  • L’association PST CAP Nord-Est, implantée dans l’Eure, qui a développé un projet visant à rompre l’isolement des seniors de 22 communes du territoire en les invitant à jouer avec les enfants dans les différents centres de loisirs. En plus de renforcer l’échange entre générations, la transmission des savoirs et les liens sociaux, le projet a vocation à créer une réelle place aux personnes âgées dans les centres de loisirs.
  • Le service petite enfance du Centre communal d’action sociale (CCAS) de Cluses qui met en place des formations de communication gestuelle pour son personnel travaillant en crèche afin d’inclure des enfants en difficulté ou en situation de handicap.
  • L’association Une MAM pour tous, implantée dans l’Yonne, qui accueille des tous petits dont des enfants en situation de handicap pour un enrichissement mutuel et un apprentissage des valeurs de tolérance dès le plus jeune âge.

Retrouvez la présentation de chaque association dans nos NEWS : https://www.gpma-asso.fr/presse/#communiques-de-presse

 

400 000 places en crèche manquantes en France et des difficultés récurrentes pour la garde d’enfants en situation de handicap

Qu’elles soient classiques, recomposées ou monoparentales, les familles éprouvent de plus en plus de difficultés à concilier vie privée et vie professionnelle, et plus particulièrement lorsque se pose la question de la garde des enfants.

Chaque année, les parents de milliers d’enfants de moins de 6 ans recherchent des solutions de garde durant l’année et pendant les vacances scolaires. Micro-crèches, crèches associatives, assistantes maternelles, MAM, colonies de vacances, centres aérés… les solutions existent mais elles ne sont pas toujours suffisantes ou adaptées (horaires de travail décalés, travail le week-end).

Les places en crèche par exemple, manquent cruellement. Selon l’UNAF, 400 000 places supplémentaires en crèche seraient nécessaires pour satisfaire la demande des foyers français.

Pour les parents ayant un ou plusieurs enfants en situation de handicap, la situation est encore plus complexe et ressemble parfois au parcours du combattant : de nombreux enfants ne peuvent être scolarisés à temps plein, les structures d’accueil (centres de loisirs, crèches, etc.) adaptées à ces enfants sont rares, le personnel formé est insuffisant. Pour ces raisons, très souvent l’un des parents devient aidant familial à temps complet et ne peut travailler. A l’isolement s’ajoutent donc des problèmes financiers, en particulier lorsqu’il s’agit de prendre en charge les frais de santé nécessaires au développement de leurs enfants ainsi que leurs loisirs.

 

Le jury Atout Soleil a délibéré

Le jury de la 14ème édition de la démarche Atout Soleil – « Des épaules et des Ailes » a délibéré jeudi matin. 23 associations, dont les initiatives sont exemplaires en matière de garde des petits et des tout-petits, ont été passées au crible par les experts. 13 associations ont été retenues et recevront un prix Atout Soleil le 7 décembre à Paris. Au-delà de la dotation financière, le fond de dotation « Des Epaules et des Ailes » accompagnera ces associations en matière de communication tout au long des mois qui viennent.

Ils ont dit :

Thierry Gaudeaux, Secrétaire de l’association GPMA : « C’était ma première délibération du jury Atout Soleil – « Des épaules et des ailes » ! Je suis vraiment content. Cette matinée a été un excellent moment de partage et d’idées. Nous n’étions pas toujours d’accord mais nous avons eu de bons échanges. Certaines associations m’ont touché. Sur les 23 associations sélectionnées pour cette délibération, 13 recevront un prix le 7 décembreNous allons véritablement accompagner ces associations car elles ont un vrai projet que nous pouvons suivre dans la longueur. Concernant le financement, il est sur-mesure. Nous l’adaptons aux besoins de chacune des associations. Le budget global est de 200 000 euros. Mais nous donnons beaucoup plus. Nous aidons les associations à grandir. Cette année, par exemple, nous allons les former au pitch de façon à ce qu’elles apprennent à convaincre de futurs partenaires et ainsi pouvoir porter leurs projets toujours plus loin.»

Caroline Germain, déléguée générale de l’ADESI : « Les avis ont été assez convergents durant cette matinée. Nous avons une belle palette d’acteur qui reflète la thématique 2021 : les modes de garde pour les enfants. La garde est une problématique en France pour les familles en difficulté et en précarité. Quand on est une famille monoparentale, quand on travaille de façon décalé… il est difficile de trouver des solutions de garde. Plusieurs associations, qui ont répondu à l’appel à projets Atout Soleil, proposent des actions exemplaires afin de rendre moins compliquée la garde des enfants. »

Hervé Sauzay, Président de GPMA : « Cette délibération était très intéressante. Chaque association avait ses qualités et je tiens à préciser qu’elles proposent des actions de terrain ce qui me semble très important. L’ensemble des réseaux commerciaux de Generali a identifié de belles associations qui ont des initiatives pratiques à destination de la garde. Rendez-vous très bientôt pour le dévoilement des lauréats Atout Soleil 2021 et le 7 décembre pour la remise des prix. »

Cette année, la thématique retenue est la garde des petits et des tout-petits.

3 objectifs principaux :

  • Réduire les inégalités sociales par un meilleur accès aux solutions de garde d’enfants,
  • Accompagner les petits et les tout-petits en situation de handicap ou en demande de soins psychologiques et physiologiques au sein des lieux de garde
  • Soutenir le lien intergénérationnel en privilégiant des solutions de garde incluant les séniors.

Jury Atout Soleil 30 septembre :

Gilles Dauptain (CA GPMA, médecin)

Philippe Cosse (Generali)

Caroline Germain (experte monde associatif)

Marie-Hélène Fauré (GPMA)

Laurence Weber (experte monde associatif)

Hervé Sauzay (Président GPMA)

Catherine Leblanc (présidente FNEPE)

Frédérique MALEFANT (Generali / THSN)

Marie-Christine LANNE (Generali / THSN)

Laurence DELACOURT (CA GPMA / Generali)

Claire BEAUFILS (Generali)

Thierry GAUDEAUX (Président Des Epaules et des Ailes/Secrétaire GPMA/Generali)

 

Les 23 associations candidates : ROBINSON 06, ESSENCE DES SENS, AMITIES D’ARMOR POUPIG D’ARMOR, PLANETE LOISIRS, BA2i, UNE MAM POUR TOUS, CCAS de Cluses service petite enfance, Mairie de Cluses Service Toute Petite Enfance, ASSOCIATION ADRIEN, AREA, CRECHE A LA FRICHE, HANDISUP, PST CAP NORD EST, HESTIA, CHRYSALIDES, AGISSONS POUR GABRIEL, ELHAN, GEPETTO, APF LEKA, MÔM’ATRE, GRIBOUILLI, JOKER, HABITAT ET HUMANISME RHÔNE

400 000 places en crèche manquantes en France  

Qu’elles soient classiques, recomposées ou monoparentales, concilier vie privée et vie professionnelle est souvent un véritable défi pour les familles. Et plus particulièrement lorsque se pose la question de la garde des enfants notamment dans un contexte de « confinements », où elle devient un casse-tête pour beaucoup…

Chaque année, les parents de milliers d’enfants de moins de 6 ans recherchent des solutions de garde durant l’année et pendant les vacances scolaires. Micro-crèches, crèches associatives, assistantes maternelles, MAM, colonies de vacances, centres aérés… Les solutions existent mais ne sont pas toujours suffisantes ou adaptées (horaires de travail décalés, travail le weekend).

Les places en crèche par exemple, manquent cruellement. Selon l’UNAF, 400 000 places supplémentaires en crèche seraient nécessaires pour satisfaire la demande des foyers français.

Autre exemple, selon le CNRS, si 4 millions de jeunes partaient en colonie de vacances dans les années 1960, ce ne sont aujourd’hui que 1,2 millions d’entre eux qui profitent de ces séjours collectifs. Prix trop élevés, absence d’aides étatiques, difficultés de se séparer de l’enfant, sont autant de facteurs qui expliquent cette situation.

Alors quelles solutions sont mises en place pour répondre aux besoins de garde des familles ?  Associations et structures publiques se mobilisent au quotidien en développant des lieux d’accueil physiques mais aussi en apportant aux familles une écoute attentive et des solutions concrètes à leurs problématiques.

En 2021, Atout Soleil a choisi de valoriser les initiatives solidaires, intergénérationnelles et innovantes développées pour aider les familles à faire garder les petits et les tout-petits.

 

Avoir 20 ans en 2021

Le fonds de dotation Des Epaules et des ailes aide les étudiants face à la COVID-19 en– apportant un soutien financier et une visibilité à 10 associations qui agissent auprès des étudiantes et étudiants dans le cadre de l’opération « Avoir 20 ans en 2021 ».

Le fond de dotation « Des Epaules et des Ailes » soutient une communauté d’associations qui agissent contre toutes formes de fragilités sociales.

En 2021, il a sélectionné 10 associations, à Lyon, Lille, Paris et Nantes, particulièrement actives auprès des étudiantes et étudiants très fortement impactés par la crise sanitaire. Des « Epaules et des Ailes » souhaite soutenir et promouvoir leurs actions en accordant à chacune de ces 10 associations un prix de 10 000 euros. 

Alors qu’avant même la crise, on estimait que 20% des 2,7 millions d’étudiants de France vivaient en dessous du seuil de pauvreté, le mal-être étudiant s’est fait particulièrement visible en cette période d’épidémie de Covid-19. 60 % des étudiants ont arrêté, réduit ou changé leur activité rémunérée après le premier confinement, entrainant, selon l’observatoire national de la vie étudiante, des pertes de revenus estimées à 274 euros en moyenne. Cela a directement impacté leurs conditions de vie : difficultés à se procurer des produits de première nécessité, à s’acquitter d’un loyer, à acquérir le matériel informatique nécessaire au suivi des cours à distance. A l’issue du premier confinement, le Centre national de ressources et de résilience indiquait que 11,4 % des 70 000 étudiants interrogés dans le cadre d’une étude sur l’état de santé mentale des étudiants universitaires ont eu des idées suicidaires.

Le fonds de dotation « Des épaules et des Ailes », déjà présent depuis 14 ans à travers son opération « Atout Soleil », qui vise à soutenir le travail d’associations de terrain sur des thématiques précises annuelles (en 2021, l’appel à projet porte sur les initiatives visant à améliorer la garde d’enfants), a souhaité apporter une réponse d’urgence pour soutenir les étudiants en lançant une opération exceptionnelle : « avoir 20 ans en 2021 ».

Trois thématiques d’actions ont donc été identifiées par le fonds de dotation : se nourrir au quotidien, lutter contre l’isolement social et éviter le décrochage scolaire.

Voici les 10 associations soutenues :

Pour la thématique « se nourrir au quotidien », les associations sélectionnées sont :  

  • Linkee Paris, qui depuis 2016, aide les plus démunis en luttant contre le gaspillage alimentaire, et se mobilise notamment auprès des étudiants et des étudiantes pour leur distribuer des colis alimentaires gratuitement ;
  • CO’P1 Paris qui porte assistance à tout étudiante et étudiant dans le besoin avec, en premier lieu, l’organisation de distributions gratuites d’invendus alimentaires ;
  • Lyon 3 Développement Durable qui, en 2020, a ouvert sur le campus de l’université Lyon III une épicerie solidaire étudiante totalement gratuite en partenariat avec l’association MIFA (Mouvement Indépendant des Forces Associatives) qui met en place des actions directes pour l’amélioration des conditions de vie à l’université ;
  • Gaelis Lyon qui, dans le cadre du projet national de la FAGE (Fédération des Associations Générales Etudiantes), a relayé et adapté aux spécificités lyonnaises l’Agoraé, une épicerie solidaire proposant à tous les étudiants des produits en moyenne à un prix 90% moins élevé que sur le marché. L’Agoraé Lyon, comme celles de Paris et de Lille, est gérée par des étudiants ;
  • Les restos du cœur 44 Nantes qui se sont mobilisés à Nantes pour distribuer des denrées alimentaires aux étudiantes et étudiants en ouvrant un nouveau lieu d’accueil avec des horaires adaptés à ce public.

Pour la thématique « Lutter contre l’isolement social », les associations sélectionnées sont :

  • Les transmetteurs – SOS Crise Paris, qui cultive le lien intergénérationnel, ils ont créé une ligne téléphonique animée par des psychothérapeutes, médecins et soignants à la retraite, pour répondre aux étudiantes et étudiants en détresse ;
  • Le Secours Populaire Paris qui propose des permanences d’accueil et de solidarité pour les étudiantes et étudiants, afin de les écouter et de les aider sans limite de temps. L’association propose d’autres services, tels que des aides alimentaires, vestimentaires ou matérielles afin de fournir aux étudiants tout le nécessaire à la réussite de leurs études ;
  • L’Agoraé Lille qui est située dans les locaux de l’université catholique de Lille, offre aux étudiantes et étudiants à la fois un lieu de vie et une épicerie solidaire pratiquant des prix pour des produits alimentaires, d’hygiène et de papeterie à moins de 80% de ceux affichés en supermarché ;
  • Collectif de Solidarité Etudiante Lyonqui a mis en place sa propre cellule psychologique composée de psychologues et de psychothérapeutes professionnels bénévoles. Cette cellule fonctionne grâce à l’implication de six professionnels qui réalisent des permanences téléphoniques à des horaires variés.

Pour la thématique « Eviter le décrochage scolaire », l’association lauréate est :

  • Article 1 Paris qui promeut l’égalité des chances pour les jeunes du bac – 3 au bac +5. Avec l’opération #RéussiteVirale, cette association met en relation des jeunes avec des tuteurs bénévoles afin de les aider à réussir leurs études malgré le confinement.

 

 

14ème édition d’Atout Soleil – Des épaules et des ailes : des idées pour nous garder !

En cette fin avril, le fonds de dotation « Des Epaules et des Ailes » et l’assureur Generali lancent la 14ème édition de l’opération de mécénat Atout Soleil qui a pour objet d’accompagner des associations et des structures publiques ayant des initiatives exemplaires.

Cette année, la thématique retenue est la garde des petits et des tout-petits. Un appel à projets vient de paraître à l’attention de l’ensemble des associations hexagonales.  

3 objectifs principaux :

  • Réduire les inégalités par un meilleur accès aux solutions de garde d’enfants,
  • Accompagner les petits et les tout-petits en situation de handicap ou en demande de soins psychologiques et physiologiques au sein des lieux de garde
  • Soutenir le lien intergénérationnel en privilégiant des solutions de garde incluant les séniors.

Un jury d’experts se réunira le 30 septembre prochain afin de sélectionner 15 associations engagées qui recevront un prix le 7 décembre à Paris. 

Thierry Gaudeaux, Secrétaire de l’association GPMA : « En 2020, dans un contexte de crise sanitaire inédit, Atout Soleil s’est réinventé en mettant en avant des associations particulièrement actives pour lutter contre la crise sanitaire, économique, et sociale générée par la Covid -19. Nous avons ainsi créé les Mardis Solidaires d’Atout Soleil pour récompenser à distance 15 associations à Nantes, Amiens et Lyon. Cette année, nous dévoilerons les lauréats lors d’une remise de prix qui se déroulera, en présentiel, le 7 décembre prochain. Un moyen de valoriser l’ensemble des associations du territoire qui auront été identifiées grâce à l’appui local des parrains Generali, tous membres des réseaux commerciaux. Il nous a paru particulièrement intéressant de s’attacher au sujet de la garde d’enfants, qui dans le contexte actuel est plus que jamais une véritable problématique pour de nombreux parents. J’encourage le plus grand nombre à faire connaître notre appel à projets afin qu’un maximum d’associations qui œuvrent pour la garde d’enfants participent à cette nouvelle édition en envoyant leur candidature. » 

400 000 places en crèche manquantes en France  

Qu’elles soient classiques, recomposées ou monoparentales, concilier vie privée et vie professionnelle est souvent un véritable défi pour les familles. Et plus particulièrement lorsque se pose la question de la garde des enfants notamment dans un contexte de « confinements », où elle devient un casse-tête pour beaucoup…

Chaque année, les parents de milliers d’enfants de moins de 6 ans recherchent des solutions de garde durant l’année et pendant les vacances scolaires. Micro-crèches, crèches associatives, assistantes maternelles, MAM, colonies de vacances, centres aérés… Les solutions existent mais ne sont pas toujours suffisantes ou adaptées (horaires de travail décalés, travail le weekend).

Les places en crèche par exemple, manquent cruellement. Selon l’UNAF, 400 000 places supplémentaires en crèche seraient nécessaires pour satisfaire la demande des foyers français.

Autre exemple, selon le CNRS, si 4 millions de jeunes partaient en colonie de vacances dans les années 1960, ce ne sont aujourd’hui que 1,2 millions d’entre eux qui profitent de ces séjours collectifs. Prix trop élevés, absence d’aides étatiques, difficultés de se séparer de l’enfant, sont autant de facteurs qui expliquent cette situation.

Alors quelles solutions sont mises en place pour répondre aux besoins de garde des familles ?  Associations et structures publiques se mobilisent au quotidien en développant des lieux d’accueil physiques mais aussi en apportant aux familles une écoute attentive et des solutions concrètes à leurs problématiques.

En 2021, Atout Soleil a choisi de valoriser les initiatives solidaires, intergénérationnelles et innovantes développées pour aider les familles à faire garder les petits et les tout-petits.

Trois catégories

Les candidatures recevables pour l’appel à projets d’Atout Soleil 2021 devront entrer dans l’une des trois catégories suivantes :

Favoriser la réduction des inégalités par un meilleur accès aux solutions de garde d’enfants

    • Pour les familles les plus fragilisées (accès et retour à l’emploi)
    • Pour les familles de soignants particulièrement affectées par la crise sanitaire (horaires décalées, familles monoparentales)
    • Pour prévenir les retards de développement (troubles de l’apprentissage, troubles langagiers

Accompagner les petits et les tout-petits en situation de handicap ou en demande de soins physiologiques et psychologiques au sein des lieux de garde 

    • Favoriser l’accueil des enfants en situation de handicap (formation du personnel d’accueil, aménagement des locaux, handipuériculture…)
    • Proposer un accès aux soins physiologiques sur les lieux de garde pour les enfants issus de familles précaires (soins dentaires, optique…)
    • Accompagner les parents pour une séparation psychologiquement sereine avec l’enfant (ateliers d’échanges entre pairs, préparation de l’entrée en maternelle, travail sur le lien parents-enfants et sur le détachement.

Inclure les seniors dans la garde des petits et des tout-petits

    • Sur les territoires isolés (milieu rural, zones prioritaires…)
    • En cultivant le lien intergénérationnel par la transmission de compétences et de savoirs (bricolage, travaux manuels, sorties culturelles…) entre les seniors et les petits et les tout-petits
    • En encourageant des initiatives de solidarité intergénérationnelle en cas de rupture ou d’éloignement familial.

 

 

Atout Soleil

En cette fin d’année, un bonheur de travailler pour Atout Soleil – GPMA – Generali et la mise en avant d’associations locales particulièrement actives face à la crise sanitaire… Voici quelques exemples de notre travail en relations presse et rédactionnel…

https://www.gpma-asso.fr/communiques-de-presse/

Les Lauréats des « Mardis solidaires d’Atout Soleil » : une aide financière pour mettre en valeur les actions d’associations locales face à la crise sanitaire

care

Soutenir et valoriser des associations qui réalisent des projets innovants dans les domaines de la santé, de la prévoyance et de l’aide sociale, telle est la vocation de l’opération de mécénat Atout Soleil lancée en 2007 par l’association GPMA (Groupement Prévoyance Maladie Accident) et Generali.

Naturellement, au regard du contexte sanitaire et économique qui a fortement impacté le secteur associatif, Atout Soleil a décidé cette année d’apporter un soutien plus spécifique aux associations locales qui ont su adapter leurs initiatives pendant le confinement et la crise.

Les « Mardis solidaires d’Atout Soleil » récompenseront, courant décembre, 15 associations qui œuvrent à Amiens, Lyon et Nantes, toutes identifiées grâce à l’appui des parrains Generali, membres des réseaux commerciaux implantés localement.

Ces 15 associations lauréates recevront chacune une dotation financière de 5 000 euros afin de les aider à poursuivre leurs actions, ainsi que des kits sanitaires composés de masques et de gels hydroalcoolique pour celles qui en ont besoin.

 

Les lauréats sont…

15 associations lauréates identifiées sur les territoires de Lyon, Amiens et Nantes grâce à l’appui des parrains Generali.

Pour Thierry Gaudeaux, Secrétaire de l’association GPMA, « avec les Mardis solidaires d’Atout Soleil, nous avons voulu donner un coup de pouce tout particulier aux associations qui apportent une réponse locale et pragmatique aux besoins sanitaires et sociaux spécifiques liés à la Covid-19. Je tiens à remercier les réseaux commerciaux Generali qui parrainent les associations de ces villes et qui nous ont fait remonter ces belles initiatives ».

Les associations lauréates à Amiens :

« Les Robin.e.s des bennes » pour ses actions en faveur du maintien de la scolarité des plus jeunes et pour ses campagnes de collecte alimentaire, de dons de vêtements.

« Le Chapiteau Vert » avec son projet “Un ordinateur pour chacun” qui a réparé et distribué 450 ordinateurs à des publics fragilisés de la Somme (associations de femmes battues, de mineurs isolés, de personnes âgées, etc.).

« Amiens Jeunes » pour sa contribution à la lutte contre l’isolement d’environ 600 personnes âgées pendant le confinement via des appels téléphoniques et la mise en place d’une aide au ravitaillement.

 

« Les Petits pois ça bascule terrible » pour avoir maintenu le lien avec 129 patients adhérents de l’association atteintes de maladies chroniques grâce à un programme d’activités gratuites, en visio-conférence.

« ARMB du Belvédère » qui souhaite améliorer les conditions d’accueil d’une pouponnière de l’aide sociale à l’enfance tout en respectant les nouveaux protocoles sanitaires.

Les associations lauréates à Nantes :

« Les Masques à rade » qui a fabriqué et distribué 200 masques transparents à une association de parents d’enfants sourds.

« Des femmes en fil » qui a fabriqué et distribué gratuitement 15 000 masques aux Nantais en situation de grande précarité.

« La Cloche » qui a continué à assurer plus de 25 services de première nécessité aux personnes sans domicile fixe (aller aux toilettes, se laver les mains, brancher son téléphone, obtenir de l’eau, des denrées alimentaires, etc.) grâce notamment à un réseau solidaire de 14 commerçants nantais.

« La SurpreNantes Epicerie » qui a distribué, chaque semaine, des paniers alimentaires complétés par des produits d’hygiène à 400 étudiants dans le besoin.

« Solinum » qui a créé un outil numérique pour référencer tous les services de première nécessité et les dispositifs d’insertion utiles aux personnes fragiles.

Les associations lauréates à Lyon :

« Wake Up café » qui s’est attaché à maintenir un lien fort avec les personnes détenues ou sortant de prison pendant le confinement.

« Grim » qui souhaite rompre l’isolement des personnes en situation de handicap en mettant à leur disposition du matériel numérique et en les formant à son utilisation.

« Aida » qui a envoyé 2 000 boxes d’activités manuelles à des jeunes patients atteints de cancer alors complétement isolés.

« Les Amis de la Rue » qui ont maintenu un ensemble de services pour les plus démunis qui n’était plus pris en charge par la sphère publique.

« Oasis d’Amour » qui, grâce à ses 4 épiceries solidaires, a continué chaque jour à apporter une aide alimentaire aux plus fragiles.

 

 

 

 

Atout Soleil, un mécénat territorialisé face à la crise sanitaire

L’opération de mécénat Atout Soleil de l’association GPMA (Groupement Prévoyance Maladie Accident) et de l’assureur Generali, lancée en 2007, qui soutient des associations aux projets innovants en faveur d’un public fragilisé se réinvente. Naturellement, au regard du contexte sanitaire actuel, Atout Soleil a décidé de valoriser et de soutenir des associations locales qui accompagnent les personnes fragiles face au COVID-19 sur les territoires de Lyon, Amiens et Nantes. Les mardis solidaires d’Atout Soleil sont lancés. 5 associations par ville, en cours d’identification grâce à l’appui et la force du maillage territorial des réseaux commerciaux de Generali, le partenaire assureur historique de GPMA, seront récompensées et recevront un prix de 5 000 euros début décembre 2020 un mardi !

D’autre part, GPMA envoie actuellement des kits sanitaires aux personnes vulnérables, les personnes âgées, malades ou fragiles en prenant appui sur les réseaux commerciaux Generali. Ces envois sont également prévus pour les lauréats d’Atout Soleil de 2017, 2018 et 2019 ainsi que pour les partenaires associatifs récurrents de GPMA (la CAMI sport et cancer, les Blouses Roses, l’Envol…).

Entretien avec Jean-Marc Darras, Secrétaire GPMA et à l’origine d’Atout Soleil…

  1. Atout Soleil se réinvente, pourquoi ?
Cela fait 42 ans que je suis dans le monde professionnel et jamais je n’avais vécu un choc aussi violent que cette crise sanitaire. Il était donc évident pour GPMA de réinventer Atout Soleil et de s’adapter au contexte qui va engendrer une profonde crise économique. Il nous a paru important d’ajouter encore plus de proximité à Atout Soleil en créant les mardis solidaires, des événements locaux proches du réseau de notre partenaire Generali. Notre soutien, ces dernières semaines, à Trip Bike Café, la distribution gratuite de petits déjeuners aux soignants, nous a convaincus de mettre en avant des entités œuvrant pour les personnes fragiles face au Covid-19.
  1. Comment allez-vous aider les associations et comment identifiez-vous leurs initiatives dans la lutte contre le coronavirus ?
Les financements publics pour les associations ne sont pas extensibles. Cela fait partie du rôle de GPMA d’aider ces associations. Dans le contexte actuel qui fragilise encore plus ces associations, il nous a paru essentiel d’être encore plus présents localement. Nous allons distribuer 75 000 euros à 15 associations situées à Amiens, Nantes et Lyon. 5 000 euros par association, ce n’est pas neutre et cela peut beaucoup les aider. L’idée est de mettre en avant des projets peu médiatisés afin de les valoriser et de les soutenir sur le terrain. Les mardis solidaires vont également renforcer les liens entre associations, l’une des marques de fabrique d’Atout Soleil.
  1. Quel est l’accueil de votre opération de distribution de kits sanitaires ?
L’opération débute juste. Nous sommes partis pour distribuer 23 000 kits, des sacoches avec quatre masques et du gel. Nous avons déjà annoncé la distribution de ces kits aux lauréats Atout Soleil 2017, 2018 et 2019 et les retours sont très positifs. Les associations nous disent que c’est concret, pratique, utile et nécessaire. Le réseau salarié de Generali va dès maintenant distribuer, en local, ces kits à des personnes vulnérables qui les entourent et je pense vraiment que cette approche pragmatique fera des heureux. C’est le sens de notre démarche.
  1.  Quel est le bilan général d’Atout Soleil depuis 13 ans ?
En 13 ans, nous avons versé 1,9 millions d’euros de dotation aux associations. 178 ont été récompensées. Je retiens comme bilan la force du collectif générée par Atout Soleil, l’énergie des personnes qui animent les associations, la variété des initiatives. Beaucoup d’associations lauréates existent encore aujourd’hui et je crois pouvoir dire que nous avons été un bon « booster » et que nous avons permis à certaines de s’inscrire dans la durée. Atout Soleil a réussi à évoluer avec son temps sur des thématiques différentes selon les périodes. Je retiens enfin l’implication forte de nos réseaux qui nous a permis d’identifier les associations et de les soutenir. Sans ces réseaux, sans des parrains qui font corps avec les associations quotidiennement, Atout Soleil n’existerait pas.
  1. La forme initiale d’Atout Soleil à savoir aider des associations qui opèrent pour des publics fragilisés comme l’aide à la parentalité en 2019, sera-t-elle reconduite en 2021 ?
C’est un peu trop tôt pour le dire. Le covid-19 a bouleversé beaucoup de concepts. Nous tirerons le bilan des Mardis Solidaires et nous prendrons une décision. Atout Soleil est ancré dans nos réseaux. Cela sera à notre Conseil d’Administration et à mon successeur de prendre cette décision.
  1. Vous partez à la retraite, Thierry Gaudeaux vous remplacera très prochainement. Quel est votre meilleur souvenir « solidaire GPMA » ?
C’est un souvenir pluriel. A l’issue de chaque soirée Atout Soleil qui récompense les lauréats, je ressors avec de l’énergie pour l’année. Le dynamisme de chaque association procure en moi beaucoup d’émotions. Elles sont des exemples de motivation, d’abnégation, d’implication. Je continuerai pendant ma retraite à m’engager.

Il a dit :
Thierry Gaudeaux : « Je suis fier de prendre la succession de Jean-Marc Darras qui a insufflé dans toutes les actions menées par l’association GPMA un vif élan solidaire. Atout Soleil est une opération de mécénat originale, à l’image de GPMA et de son partenaire Generali. Les mardis solidaires d’Atout Soleil apportent une réponse locale et pragmatique aux besoins sanitaires et sociaux spécifiques liés au coronavirus. Je souhaite m’inscrire dans l’état d’esprit pionnier d’Atout Soleil et continuer à soutenir concrètement les associations qui accompagnent les personnes fragilisées. »

L’aide à la parentalité sous les projecteurs !

Lancée en 2007, l’opération de mécénat Atout Soleil permet aux associations qui le souhaitent de soutenir des projets innovants en faveur d’un public fragilisé. Cette année, en lien avec la mission que s’est donnée Generali, à travers sa fondation THSN (The Human Safety Net), d’aider les familles défavorisées de France via un programme d’aide à la parentalité, le thème « Des épaules et des ailes pour accompagner les enfants » a naturellement été proposé pour le prix Atout Soleil. Au total, 70 projets ont été présentés par les parrains Generali. Un jury, composé d’experts, de professionnels de la santé et de personnalités extérieures, a alors sélectionné quinze associations qui ont été récompensées ce soir à l’occasion de la remise des prix Atout Soleil qui se déroulait salle Wagram à Paris. A cette occasion, l’association AFL Transition basée à Toulon a été doublement récompensée puisqu’elle a reçu également le prix « The Human Safety Net pour les Familles ».

Il a dit :

Jean-Marc Darras, Secrétaire GPMA, à l’origine de l’opération Atout Soleil : « La remise des prix Atout Soleil est toujours un moment d’échange fort. Elle est un bon moyen pour chaque association primée de se mettre en contact et de discuter de leurs bonnes pratiques en lien avec l’aide à la parentalité. Je tiens à féliciter toutes les associations pour leur engagement constant et particulièrement AFL Transition qui remporte notre nouveau prix « The Human Safety Net ». AFL Transition intègrera le programme Pour les Familles de la fondation The Human Safety Net.  Les 15 associations (voir détails ci-après) sont primées pour l’intérêt de leur projet, l’efficacité de leurs actions ou le caractère innovant de leur approche. Elle se verront attribuer une dotation financière mais aussi proposer un accompagnement, avec notamment trois ateliers sur des thèmes utiles (nouveau plan comptable, design thinking et animations d’une communauté sur les réseaux sociaux..). Les associations choisies proposent des lieux de rencontre ouverts aux parents et à leurs enfants (espaces, maisons, crèches), des ateliers d’accompagnement des parents (gestion du budget familial, nutrition…), des activités favorisant les échanges entre parents et avec les enfants (animations, sorties ludo-éducatives, événements culturels) ainsi que la possibilité offerte à des bénévoles de s’engager (soutien scolaire, lecture, informatique…). Bravo à elles et rendez-vous en 2020 pour une nouvelle année Atout Soleil et la découverte de nouvelles structures qui œuvrent quotidiennement pour les familles et le lien entre parents et enfants. »

AFL Transition, lauréate du prix « The Human Safety Net pour les familles »

Depuis 2000, l’association Toulonnaise, vient en aide aux familles grâce à des équipes pluridisciplinaires pour modifier les relations éducatives et intra-familliales vers un “mieux vivre ensemble”. Elle œuvre dans une optique de prévention primaire précoce c’est-à-dire pour assurer un lien affectif stable entre l’enfant et le(s) parent(s) dans la petite enfance pour prévenir une délinquance en grandissant. Son projet « Pause-Parent », récompensé par le Prix Atout Soleil, consiste à accompagner les jeunes parents. « Concrètement, nous proposons des espaces d’accueil en périnatalité pour les parents et leurs enfants âgés de 0 à 6 ans. Élaborés sur le modèle des maisons vertes et d’ateliers du lien parents-enfants et du vivre ensemble, ceux-ci sont pensés pour accompagner les parents au quotidien dans leurs questionnements psycho éducatifs », explique Nathalie Rocailleux, psychologue clinicienne, fondatrice de l’AFL Transition.

En complément de cet accueil, l’association propose des ateliers d’éveil et de baby massages, de soins aux nourrissons, des ateliers de créativité parents-enfants, des partages de repas et des consultations psychologiques individuelles et familiales. « Nous le savons tous, l’éducation d’un enfant demande réflexion et conscience mais ne peut s’accommoder de “recettes” toutes faites.  Parce que l’histoire de chacun est singulière, votre enfant a besoin d’un accompagnement singulier et adapté. Et ce long chemin avec lui nous pose questions : comment lui apprendre à se faire respecter, à respecter l’autre, à supporter la frustration ? Comment réagir sans violence face à son agressivité ?  Comment dire non ? … autant de questions intimes – dépendant de notre histoire particulière – ou communes à tous qui peuvent ajouter aux difficultés pratiques que tous les parents de jeunes enfants rencontrent dans leur quotidien », détaille Nathalie Rocailleux.

Atout Soleil 2019 : « Des épaules et des ailes pour accompagner les enfants »

I love you, dad! Handsome young man at home with his little cute girl are having fun together. Happy Father’s Day!

Lancée en 2007, l’opération de mécénat Atout Soleil permet aux associations qui le souhaitent de soutenir des projets innovants en faveur d’un public fragilisé. Cette année, en lien avec la mission que s’est donnée Generali, à travers sa fondation THSN (The Human Safety Net), d’aider les familles défavorisées de France via un programme d’aide à la parentalité, le thème « Des épaules et des ailes pour accompagner les enfants » a naturellement été proposé pour le prix Atout Soleil. Au total, 70 projets ont été présentés par les parrains Generali. Un jury, composé d’experts, de professionnels de la santé et de personnalités extérieures, a alors sélectionné quinze associations qui seront récompensées le 10 décembre prochain, date à laquelle sera par ailleurs dévoilé le lauréat du prix « The Human Safety Net pour les Familles », accordé par Generali.

Les six premières années de l’enfant : les plus importantes

Proposer un accompagnement à certaines initiatives en faveur de l’égalité des chances : telle est la vocation de l’appel à projet « Atout Soleil ». Quinze associations ont été choisies pour leur engagement sur ces thématiques familiales, la qualité de leur programme de suivi, la force de leur ancrage local et leur capacité à collaborer avec entreprises et associations, sur le territoire national. « La parentalité, ou fonction parentale, peut se définir comme l’ensemble des façons d’être et de vivre son rôle de parent. C’est un processus qui associe plusieurs dimensions (matérielle, culturelle, sociale…) afin d’assurer le soin et le développement de l’enfant. Les années de la naissance à la fin de l’école primaire sont décisives pour les enfants puisque c’est durant cette période qu’ils acquièrent leurs principales fonctions cognitives et motrices », explique Jean-Marc Darras, Secrétaire GPMA (Groupement Prévoyance Maladie Accident).

Solidarité et entraide

« Les associations choisies proposent des lieux de rencontre ouverts aux parents et à leurs enfants (espaces, maisons, crèches), des ateliers d’accompagnement des parents (gestion du budget familial, nutrition…), des activités favorisant les échanges entre parents et avec les enfants (animations, sorties ludo-éducatives, événements culturels) ainsi que la possibilité offerte à des bénévoles de s’engager (soutien scolaire, lecture, informatique…) », souligne le représentant de GPMA, acteur s’appuyant sur les intermédiaires d’assurance en portant des valeurs de solidarité et d’entraide. Des valeurs chères à son partenaire historique Generali, fier que cette opération de mécénat Atout Soleil, la 13e du nom, soit portée par ses réseaux de distribution impliqués en tant que parrains et récompensés avec leurs associations le 10 décembre prochain, salle Wagram, à Paris.

Nouveauté : le prix « The Human Safety Net pour les Familles »

« Ces 15 associations (voir détails ci-après) vont être primées pour l’intérêt de leur projet, l’efficacité de leurs actions ou le caractère innovant de leur approche. Elle se verront attribuer une dotation financière mais aussi proposer un accompagnement, avec notamment trois ateliers sur des thèmes utiles (nouveau plan comptable, design thinking et animations d’une communauté sur les réseaux sociaux. Toutefois, la grande nouveauté cette année est le prix « The Human Safety Net pour les Familles » », précise le Secrétaire GPMA. Celui-ci sera attribué à l’un des lauréats Atout Soleil dont l’objectif est de soutenir des enfants âgés de 0 à 6 ans, issus de familles vulnérables, en accompagnant leurs parents. « L’association à  qui sera décerné ce nouveau prix bénéficiera d’une dotation distribuée par GPMA puis d’un accompagnement de l’équipe The Human Safety Net pour apporter une expertise aux organismes soutenus, mais aussi de l’appui de collaborateurs de Generali », termine Jean-Marc Darras précisant que l’action de mécénat Atout Soleil soutenue par Generali, qui a, par le passé, abordé des thématiques relatives au handicap ou à la maladie entre autres, affiche depuis deux ans, une thématique privilégiant les actions liées à la parentalité, à l’enfance et à l’adolescence. Son objectif avoué : favoriser l’égalité des chances pour les enfants défavorisés.