MAXIME SOREL : D’UNE AVENTURE À L’AUTRE AVEC PASSION

Le navigateur Maxime Sorel, 10ème du dernier Vendée Globe, 5ème de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe 2022 est actuellement en phase de transition. Après une année vélique ponctuée par la naissance de son nouveau plan Verdier et de nombreux milles accumulés, Maxime passe en mode « montagne » afin de préparer sa tentative d’ascension de l’Everest. Elle débutera par une phase d’acclimatation dès début avril au Népal et un début d’aventure espéré début mai. Entretien…

  1. Comment se sont déroulés les jours après ton arrivée de la Route du Rhum, en Guadeloupe, à une très belle cinquième place ?

Nous avons fêté cette performance dès mon arrivée à Pointe-à-Pitre avec mes partenaires qui étaient 200 à être venus m’accueillir sur le ponton d’honneur à Pointe-à-Pitre. Cette arrivée a été intense en partage avec les collaborateurs de V and B, Monbana et du département de la Mayenne. Par la suite, j’étais très fatigué et j’ai fait une pause de cinq jours afin de commencer à recharger les batteries. J’ai enchaîné très vite en mer avec le convoyage retour en France auquel j’ai participé avec Gaston Morvan et Gurloës Terrien.  Ce convoyage a été difficile pour moi, car il a fallu retrouver de la motivation après ma Route du Rhum, mais il était important que je continue à emmagasiner de l’expérience et des milles à bord du nouveau V and B – Monbana – Mayenne.

  1. Quels enseignements as-tu tirés de ta Route du Rhum et du convoyage retour ?

Cette cinquième place a été parfaite. Nous avons rempli beaucoup plus que nos objectifs initiaux en termes de communication, de satisfactions de nos partenaires et de mon équipe, techniquement et sportivement. Je crois pouvoir dire que nous avons fait un carton plein. L’IMOCA V and B – Monbana – Mayenne est sain et très performant. Le convoyage retour a également permis de continuer à apprendre et de cogiter sur de nombreux points d’amélioration comme les volumes des ballasts…

  1. Justement, en quoi va consister le chantier à venir de V and B – Monbana – Mayenne ?

Dès notre arrivée de convoyage à Concarneau, nous avons sorti le bateau de l’eau pour le mettre en chantier chez Kairos jusque mi-avril. L’idée est de démonter un maximum de pièces et de les vérifier. Nous avions aussi quelques sujets avant la Route du Rhum que nous avons réouverts. De plus, nous allons fabriquer des systèmes afin de rendre la vie à bord plus simple pour le bonhomme comme une nouvelle table à cartes, un matelas spécifique pour se reposer… Bref, on va revoir l’ergonomie. Nous allons aussi retravailler notre jeu de voiles en vue du Vendée Globe. Nous sommes également dans l’analyse des valeurs numériques accumulées lors des deux transats ce qui va nous permettre de partir sur des réglages de voiles plus fins et peu à peu gommer notre différentiel de vitesse par rapport aux leaders de la classe IMOCA ou en tout cas avoir une approche plus précise des angles d’attaque en mer en faisant les bons choix de voiles.

  1. Pendant ce temps, tu vas te préparer pour ta tentative d’ascension de l’Everest. Quel est ton quotidien ?

Je suis désormais à 90% à la montagne alors que mon équipe gère V and B – Monbana – Mayenne en Bretagne. L’idée est de se refaire une santé physique, car j’ai perdu beaucoup de masse musculaire, notamment dans les jambes, en mer. Pour finir, j’ai fait quasi une pause de 2 mois dans la préparation physique pour cette tentative. Je travaille très régulièrement avec un centre d’entraînement qui bénéficie de techniques avancées pour récupérer et habituer mon corps à manquer d’oxygène. Je vais ensuite enchaîner avec des stages en montagne pour pratiquer du ski de randonnée, des ascensions de cascades de glaces… ou tout simplement marcher avec le matériel que l’on aura pour l’Everest. L’objectif est de faire corps avec la montagne et de monter graduellement en puissance avant de partir pour le Népal.

  1. En quoi cette tentative va te servir pour ton métier de marin ?

Difficile comme question… Je n’ai pas encore vraiment la réponse. Je pense que cette tentative va surtout m’aider mentalement pour le prochain Vendée Globe. Je vais aller puiser d’autres choses en moi. Je vais également mieux connaître mon corps. Ce challenge est très ambitieux entre deux Vendée Globe et il va falloir qu’en juin j’arrive à repasser en mode « mer » facilement afin de préparer la Rolex Fastnet Race de juillet, le Défi Azimut en septembre et la Transat Jacques Vabre fin octobre. Cela ne sera pas si simple, mais j’aime les challenges.

La sensation Sorel

Le skipper du nouveau monocoque IMOCA V and B – Monbana – Mayenne, Maxime Sorel, a clos ce jour à un peu plus de 23h00 (heure française) la Route du Rhum – Destination Guadeloupe à la cinquième place au classement général. Le parrain national de l’association Vaincre la Mucoviscidose réalise une performance Majuscule et a hissé son niveau de jeu à égalité de nombreux cadors de la série. Il fait clairement parti des sensations de la 12ème édition de la transat en solitaire Saint-Malo / Pointe à Pitre.

V and B – Monbana – Mayenne, nouveau plan Verdier, a été mis à l’eau fin juin à Concarneau. Depuis, la team, poussée par un trio de partenaires mayennais géniaux, un nombre désormais incalculable de supporters, a travaillé d’arrache-pied pour fiabiliser et optimiser son foiler. Elle entre de plain-pied dans la cour des grands avec un Maxime Sorel, 36 ans, impeccable de bout en bout de sa compétition, apprenant quotidiennement de sa machine, inspiré stratégiquement et toujours au rendez-vous afin de partager ses exploits maritimes au plus grand nombre.

Au près très, trop longtemps les premiers jours de course, essuyant des fronts puissants quasiment jusqu’aux Açores, au portant ensuite dans des alizés soutenues, Maxime a tenu la dragée haute à ses adversaires directs et a été quasiment toujours dans le top 10 arrachant avec pugnacité le top 5 ces dernières 24 heures. La marge de progression du cancalais et de son voiler est naturellement énorme. Maxime, qui tentera de gravir l’Everest au printemps 2023, s’annonce comme un possible candidat aux victoires dans la classe des voiliers du Vendée Globe et s’offre avec cette prestation sportive de haut niveau tous les champs des possibles sur sa route vers le Tour du Monde en solo de 2024. Il avait pour objectif initial de terminer l’épreuve, il a fait beaucoup mieux.
Maxime Sorel devant 150 supporters venus spécialement à son arrivée : « Je venais sur cette Route du Rhum surtout pour me faire une expérience à bord de ce nouveau et magnifique bateau, finir la course et me qualifier pour le Vendée Globe. Nous avons été beaucoup plus loin avec cette cinquième position qui me satisfait pleinement. Nous avions vu sur le Défi Azimut les capacités de notre V and B – Monbana – Mayenne. La question était de savoir si j’allais réussir à placer le curseur au bon endroit sur cette Route du Rhum. C’était juste incroyable ! Dès la première journée et jusqu’aujourd’hui, le combat a été rude et j’ai réussi à trouver les bonnes manettes afin de me retrouver avec des concurrents de premier rang. Malgré quelques soucis de pilote automatique, j’ai réussi à distancer Paul Meilhat et entrer dans le top 5. Je suis heureux ce soir mais épuisé. Je n’arrivais plus à dormir tellement j’étais fatigué. Je n’ai jamais été aussi loin. Je n’ai jamais mis autant d’intensité sur une course en solitaire. C’est la course la plus difficile que j’ai fait. J’ai vraiment beaucoup appris de mon V and B – Monbana – Mayenne. Nous avons encore du boulot mais nous allons dans la bonne direction pour 2023 et surtout pour le Vendée Globe. Je tiens à remercier tous mes supporters qui sont venus. Nous allons faire la fête ensemble. Je tiens à remercier mes trois partenaires magiques. Notre collectif, note ferveur est extraordinaire à vivre. »

En chiffres :
Lundi 21 novembre à 18h14 42′ locale (23h14 42′ heure de Paris), Maxime Sorel sur V and B- Monbana-Mayenne a franchi en cinquième position la ligne d’arrivée à Pointe-à-Pitre de la douzième édition de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe. Son temps de course est de 12 jours, 08 heures, 59 minutes et 42 secondes. Il a effectué les 3 542 milles du parcours entre Saint-Malo et Pointe-à-Pitre à la vitesse de 11,93 nœuds sur l’orthodromie (route directe). Il a en réalité parcouru 4 203,12 milles à la vitesse moyenne de 14,15 nœuds (sur l’eau). Il est arrivé à Pointe-à-Pitre 15 heures 23 minutes et 17 secondes après le vainqueur Thomas Ruyant (LinkedOut).

Jour J demain pour V and B – Monbana – Mayenne

Maxime Sorel skipper de lÕIMOCA VandB Montana Mayenne, ˆ lÕentrainement avant le dŽpart de la Route du Rhum, Mer dÕIroise le 28 septembre 2022, photo © Jean-Marie LIOT

15 jours de folie sur le village de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe à Saint-Malo, 45 000 visiteurs sur le stand V and B – Monbana – Mayenne, un grand nombre de collaborateurs des partenaires de Maxime Sorel sur place, plus de 43 000 euros récoltés pour Vaincre la Mucoviscidose, un baptême réussi, des bénévoles particulièrement dynamiques puis un départ décalé de dimanche à demain 14h15, le skipper cancalais a vécu de grands moments ces derniers jours.
Maxime Sorel s’apprête maintenant, après une pause salvatrice, à entrer dans sa troisième Route du Rhum – Destination Guadeloupe et même si les conditions météorologiques seront plus clémentes qu’à l’origine, le début de la compétition vers les Antilles s’annonce intense et signera les premiers pas du nouvel IMOCA V and B – Monbana – Mayenne dans une grande épreuve au large.

Maxime Sorel, comme à son habitude, a été très, très disponible depuis l’ouverture des festivités malouines. Le navigateur, ingénieur de formation, 10ème du dernier Vendée Globe, a enchaîné avec plaisir : séances d’autographes, rencontres avec ses partenaires et ses fans, rendez-vous avec les médias… Pendant ce temps, son équipe a continué la préparation du plan Verdier 2022 mis à l’eau fin juin et Maxime a profité de son dimanche et de son lundi inédits, décalage du départ oblige, pour se reposer, surfer et entrer de nouveau peu à peu dans sa bulle en épluchant les fichiers météorologiques avec ses conseillers Christian Dumard et Christopher Pratt, recrue de choix, habitué aux foilers…

La météo justement, vent, mer, courants, sera plus propice à un beau départ demain au large de Saint-Malo en début d’après-midi. 15 à 20 nœuds sur zone, une mer pas trop cabossée, les 138 engagés dans la 12ème édition de la Route de Florence Arthaud devraient connaître des conditions adaptées pour le « start » d’une course de plus de 10 jours en route directe, pas de passage de marque obligatoire jusque Basse-Terre. La suite sera rapidement plus coriace avec des passages de fronts attendus qui engendreront une belle houle et qui cueilleront les marins à froid.

« Jusqu’à la pointe de la Bretagne, je vais naviguer grand-voile haute et sous J2 à l’avant. On sera au près avec pas mal de virements à faire et certainement à jouer avec le courant à la côte » analyse Max. « Dès vendredi, nous allons entrer dans le vif du sujet avec un premier front à négocier tôt le matin, 5 à 6 mètres de houle et des rafales possibles à plus de 40 nœuds ce qui ne sera pas de tout repos. Derrière ce front, nous nous attendons à une zone de transition sans vent qui ne sera pas facile à vivre mais qui nous donnera un peu de répit avant un deuxième front un peu moins actif. Par la suite, nous allons essayer de glisser au sud de l’anticyclone des Açores en choquant nos voiles peu à peu pour se retrouver dans les alizés au portant. Je suis heureux de tout ce qui a été fait lors de ces 15 jours de village Rhum. Mes différentes rencontres ont été très chouettes. Notre défi progresse avec de plus en plus de monde qui nous suit ce qui est très satisfaisant et à notre image. » Place à la transat !

Un baptême pour Vaincre la Mucoviscidose

En ce samedi, l’IMOCA V and B – Monbana – Mayenne mené par Maxime Sorel a été baptisé à 16h45 à Saint-Malo par Laurence Ferrari, journaliste, marraine nationale de l’association Vaincre la Mucoviscidose et Nils Berger, jeune patient atteint de la Mucoviscidose.

À quelques jours du départ de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe, dans une ambiance au beau fixe, Maxime Sorel, parrain national de Vaincre la Mucoviscidose et ses partenaires en ont profité pour mettre en avant l’association, la recherche et ses patients. Rappelons que Maxime Sorel est engagé auprès de l’association depuis son enfance et que le Dragon représenté sur V and B – Monbana – Mayenne symbolise le souffle qui manque aux patients et le courage de croire en ses rêves…

Ils ont dit :

Laurence Ferrari, journaliste, marraine nationale de l’association Vaincre la Mucoviscidose, marraine du voilier V and B – Monbana – Mayenne : « C’est un grand honneur que Maxime m’a fait de me proposer d’être marraine de V and B – Monbana – Mayenne. C’est un joli cadeau parce que ce voilier est extraordinaire à tous points de vue, technique mais aussi humain. Puis, il porte les couleurs de l’association Vaincre la Mucoviscidose dont je suis marraine. C’est une responsabilité supplémentaire. Maxime porte magnifiquement l’association et il est à l’écoute des patients à travers ses nombreux défis. C’est une belle récompense pour notre association. Je suis très heureuse de soutenir ce projet. Nous allons suivre cette Route du Rhum de façon particulière. Derrière Maxime et son voilier, ce sont des milliers de jeunes malades qui ont beaucoup d’espoir car on a des traitements de plus en plus performants mais il reste un bout du chemin à accomplir. Nous avons encore besoin de dons pour faire avancer la recherche médicale. Il y a 30% des patients qui n’ont pas accès aux médicaments. Il est important de continuer à parler de l’association. Il y a 200 enfants qui naissent chaque année avec cette maladie. C’est une maladie extrêmement invalidante. Merci à Maxime et ses partenaires…”      

Nils Berger, 18 ans, patient atteint de la Mucoviscidose et parrain du voilier V and B – Monbana – Mayenne : « Je suis très fier d’être le parrain de ce splendide bateau qui porte un symbole très fort avec ce Dragon qui représente finalement le souffle qui nous manque. Par ce parrainage, je suis un peu l’ambassadeur de tous les patients notamment ceux qui n’ont pas encore accès au Kaftrio qui est un médicament très efficace. La prochaine étape est de le généraliser pour tous. Maxime nous donne beaucoup d’espoir. C’est un véritable exemple. Il nous inspire quotidiennement et il permet de faire connaître la maladie et la recherche. Nous en avons besoin.”   

Maxime Sorel, skipper du voilier V and B – Monbana – Mayenne, parrain national de Vaincre la Mucoviscidose : « C’est un réel honneur de prendre le départ de ma troisième Route du Rhum à bord d’un voilier neuf et prêt pour le grand départ. V and B – Monbana – Mayenne a déjà parcouru 4000 milles depuis sa mise à l’eau le 27 juin dernier. Je peux dire que c’est un bateau très bien construit et qu’il est bien né. Il ne cesse de m’étonner en termes de performance. D’autre part, c’est une fierté d’accompagner et de mettre en lumière, l’association Vaincre la Mucoviscidose dans mon projet. J’espère sincèrement être à la hauteur des enjeux qui touchent l’association notamment guérir un maximum de patients. Merci à Laurence Ferrari et Nils Berger de porter le même message que moi et d’avoir baptisé mon nouveau voilier. Merci à mes partenaires de me soutenir aussi fidèlement et pour une cause qui en vaut la peine. Cap sur la Guadeloupe ! »

Les partenaires V and B – Monbana – Mayenne : « Ce baptême a été un grand moment. Ce qui ressort en premier c’est le partage, la passion et l’humilité. Nous souhaitons beaucoup de réussite à Maxime et V and B – Monbana – Mayenne pour la Route du Rhum et pour la suite. Maxime est l’entrepreneur de ses rêves, il ose et anime son projet de main de maître. Au-delà du sport, notre défi est de soutenir un maximum l’association Vaincre la Mucoviscidose et mettre en avant ses initiatives. Que toutes nos forces soient avec lui et les nombreux patients atteints. »

David Fiant, président de Vaincre la Mucoviscidose : « Le baptême d’un bateau est un moment important dans la vie de son marin. Je suis heureux de voir Maxime prêt pour réussir ses objectifs à la barre d’un performant et superbe navire. Pour Vaincre la Mucoviscidose, c’est aussi la joie de voir notre combat voguer sur les océans, poussé par les vents, symbole si fort pour tous les malades à qui le souffle manque. Merci à Maxime de porter si haut nos valeurs avec autant d’allant et de générosité dans ses actions. Merci d’avoir permis à Niels de pouvoir être le parrain du bateau. Niels représente tous les malades qui ne peuvent prétendre aux derniers traitements contre la Mucoviscidose. Ils sont près de 2000 comme Niels à ressentir encore plus fortement dans leur chair la basse besogne de cette terrible maladie. Ainsi même si pour nombre d’entre nous, notre respiration est un filet d’air, nous sommes prêts à faire gonfler les voiles par le souffle de notre soutien. Alors va Dragon des mers ! Vole au-dessus des eaux, droit vers Pointe à Pitre ! »

Route du Rhum : l’insatiable Maxime Sorel

Maxime Sorel skipper de lÕIMOCA VandB Montana Mayenne, ˆ lÕentrainement avant le dŽpart de la Route du Rhum, Mer dÕIroise le 28 septembre 2022, photo © Jean-Marie LIOT

Avant sa tentative de l’ascension de l’Everest en avril ou mai 2023, Maxime Sorel prendra le départ le 6 novembre de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe à bord du nouveau monocoque de 60 pieds IMOCA V and B – Monbana – Mayenne. Le navigateur, originaire de Cancale, a plusieurs objectifs sur cette transat express entre Saint-Malo et Pointe-à-Pitre en Guadeloupe : appréhender sa nouvelle monture, se qualifier pour le Vendée Globe 2024-2025, partager son aventure avec le plus grand nombre dont l’ensemble des collaborateurs de son trio de partenaires et toujours mettre en avant l’association Vaincre la Mucoviscidose. Portrait…

Samedi 30 janvier 2021, environ 4 heures du matin, Maxime Sorel coupait la ligne d’arrivée du Vendée Globe à la 10ème place. 24 heures avant, alors que le blond navigateur n’était pas loin d’en finir avec son premier Tour du Monde en solitaire sans escale et sans assistance, la tempête pointait le bout de son nez dans le golfe de Gascogne, certainement l’un des endroits les plus difficiles en navigation au Monde.

Certains conseillers à terre, dont la direction de course, émettaient la possibilité pour Maxime et son concurrent Armel Tripon de se mettre à l’abri et d’attendre le passage du coup de vent avant de se présenter au large de la Vendée et en finir avec plus de 80 jours de mer. Tripon décidait de calmer le jeu. Après réflexion, le skipper cancalais, qui s’était révélé comme un excellent animateur de la compétition tant sportivement que dans sa manière de partager sa grande aventure, décidait de continuer et de boucler son périple. Maxime ne pouvait attendre.

Dans des conditions météorologiques de plus en plus fortes, Maxime et son monocoque se frayaient un chemin, deux ris dans la grand-voile et petite toile à l’avant. Au petit matin tout le monde se demandait s’il était raisonnable d’entrer dans le chenal des Sables-d’Olonne dans cette situation houleuse. Comme par enchantement, le cap-hornier réussissait l’opération. Ce jour, au-delà de terminer son grand tour planétaire, Maxime Sorel entrait définitivement dans le monde des grands marins, ceux qui ont du « chien » et que rien n’arrête, ceux qui bravent tous les océans malgré les difficultés et les nombreux soucis techniques engendrés par une navigation au long cours. Maxime avait hâte de retrouver sa communauté de supporters, ses partenaires, le public… et nul ne pouvait l’arrêter, pas même Éole.

Le soir même, dans le jardin d’une maison louée par la famille Sorel aux Sables-d’Olonne, le vent faisait rage et Maxime, entouré de nombreux supporters, de ses soutiens de longue date, de ses amis, étaient frais, proposant quelques bonnes bières à tous, l’impression que le temps était passé sur lui et qu’il débarquait d’une régate de quartier. Il est comme ça Maxime. À peine quelques heures après son Tour du Monde, il avait déjà quasi tourné la page et se préparait déjà pour la suite. Maxime aime avoir un coup d’avance et l’idée de la construction d’un nouveau voilier pour le prochain Vendée Globe (2024 – 2025) avait déjà germé.

Depuis ce 30 janvier, tout a changé pour Maxime qui a découvert la course au large sur le tard et qui a écrit en très peu de temps un joli palmarès passant par les étapes du trimaran de 50 pieds puis du Class40 avant de se lancer dans le grand bain des bateaux du Vendée Globe et après avoir exercé son métier d’ingénieur.

Quelques semaines après, avec V and B, le département de la Mayenne et sa team, Maxime l’entrepreneur annonçait non seulement l’arrivée d’un troisième partenaire, le chocolatier mayennais Monbana, mais aussi la construction d’un nouveau monocoque sur plan Verdier et les dessins de carène d’Apivia, deuxième du Vendée Globe. Une nouvelle histoire se lançait. Maxime ose et entre à cœur perdu dans ce nouvel acte de sa carrière n’arrêtant jamais, ne prenant pas de repos, rencontrant son public hyper régulièrement, battant le fer sur le terrain pour satisfaire tout le monde et que son projet continue à prendre de l’ampleur.

La fabrication de V and B – Monbana – Mayenne débutait tambour battant à Vannes d’abord chez Multiplast, chez MerConcept ensuite à Concarneau. Très investi dans cette période technique, au côté de son directeur technique Philippe Laot, de son frère – manager, Jérémy, Max articulait son nouveau défi fourmillant d’idées. Le sportif de haut niveau ne cesse cependant de s’entraîner en pratiquant de nombreuses disciplines dont la course à pied, le surf, les activités sportives liées à la montagne…

Mars 2022, il annonçait en sus de son programme « voile » son souhait affirmé de gravir l’Everest comme s’il n’en avait pas assez. Maxime est à l’aube de sacrés défis construits à la hauteur de ses ambitions et de son talent. Depuis, la mise à l’eau, fin juin, de son superbe monocoque qui arbore toujours un dragon des océans, synonyme de souffle pour les patients atteints de la mucoviscidose et qui donne une force incommensurable à tous, Maxime poursuit sa vie à 100 à l’heure. Il enchaîne les navigations d’entraînement afin de se présenter, lui qui est originaire de Cancale, le 6 novembre au départ de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe avec beaucoup d’envie et la satisfaction du travail bien fait, première étape d’un chemin qui va l’emmener au sommet, insatiable est-il !

Maxime Sorel pour Vaincre la Mucoviscidose

Le navigateur – aventurier est le parrain national de Vaincre la Mucoviscidose depuis de nombreuses années. Naturellement et comme chaque année, Maxime sera présent au grand événement de l’association, les virades de l’espoir, qui se tiendra dans toute la France les samedi 24 et dimanche 25 septembre. L’objectif est de sensibiliser le plus grand nombre à cette maladie invisible et collecter des fonds pour permettre à toutes les personnes atteintes de mucoviscidose de bénéficier des avancées thérapeutiques.

« Avec mes partenaires, V and B, Monbana et la Mayenne nous mettons le plus possible en avant l’association Vaincre la Mucoviscidose grâce à notre bateau de course mais aussi de nombreuses actions. Le Dragon des Océans, symbole du souffle qui manque aux patients, emmenera avec lui les personnes touchées de près ou de loin par cette maladie lors de la prochaine Route du Rhum qui débutera le 6 novembre et ce jusqu’au Vendée Globe 2024 – 2025. Je serai présent dimanche à Paris au jardin d’acclimatation afin de participer aux Virades de Paris et prendre part à la course du souffle de 10 km et transmettre, à mon échelle, un message d’espoir aux côtés de Thierry Nouvel. Via un duplex, j’aurai également l’occasion de m’entretenir avec Paul Fontaine, atteint de la muco et avec qui j’ai gravi le Kilimandjaro » déclare Maxime, véritable porte-voix de cette cause majeure.

David Fiant – Président de l’association Vaincre la Mucoviscidose : « Maxime, vraiment, porte l’association. Il ne se contente pas de mettre le nom Vaincre la Mucoviscidose sur son bateau, il apporte véritablement les patients avec lui dans chacun de ses challenges. »

V and B – Monbana – Mayenne entre en scène / Défi Azimut

Deux mois après la mise à l’eau de son nouveau voilier, V and B – Monbana – Mayenne, Maxime Sorel disputera cette semaine le Défi Azimut Lorient Agglomération, première confrontation du nouveau Dragon des Océans avec les IMOCA. Ces cinq jours de régate au contact vont permettre au skipper Malouin de retrouver le plaisir de la compétition, s’entraîner et continuer à prendre en main sa nouvelle mouture.

D’un monde à l’autre…

Le 27 juin à Concarneau, plus de 1200 personnes assistaient à la mise à l’eau de ce bijou, V and B – Monbana – Mayenne. Une nouvelle histoire se lançait pour Maxime Sorel qui joue désormais à armes égales avec les plus grands skippers au large de sa génération. « V and B – Monbana – Mayenne est un super bateau. Il y a un monde entre l’ancien IMOCA et celui-ci qui va vite tout le temps ! Ça n’a plus rien à voir… Quand on est à l’intérieur, on ne se rend même pas tellement compte que l’on vole. C’est dingue. Là je me dis qu’on n’est carrément plus dans une configuration de bateau « normal » » s’enthousiasme le skipper.

Depuis la mise à l’eau, tout a été très vite. Cet été, Maxime et sa petite équipe composée de 7 personnes ont enchaîné une série d’entraînements intensive entre la Bretagne et le Portugal. Philippe Laot, directeur technique, s’est entouré d’une équipe composée de Gurloës Merrien, Thomas Lebée, Baptiste Designe et Patxi Esponde. « Avec l’équipe on prend nos marques et automatismes. On est tous au taquet ! » sourit le skipper hyperactif. Pour l’occasion Christopher Pratt, l’un des plus grands spécialistes des nouveaux IMOCA est venu apporter son expertise. « Christopher est l’un des plus grands experts capables de comprendre la complexité de ces bateaux. Je suis ravi qu’il nous accompagne pour la prise en main de V and B – Monbana – Mayenne. On peut être fiers de nous, cette campagne d’entrainement est énorme ».

L’euphorie du premier rendez-vous

C’est l’événement de la rentrée : du 13 au 18 septembre, 30 IMOCA se retrouvent au cœur de la rade de Lorient. Maxime, dont c’est la 3e participation, se réjouit de dévoiler son voilier lors de ce rendez-vous. « On est dans la dernière ligne droite jusqu’à la Route du Rhum – Destination Guadeloupe. C’est un événement très sympa. Les runs de vitesses offrent des images de dingue. Ces bateaux qui volent sont magnifiques ! Et le tour de l’île de Groix c’est une course hallucinante. Il va y avoir beaucoup de monde à bord, mais aussi sur l’eau. Il va falloir rester concentré et vigilant. »

Réputé pour être en effet une grande fête à terre comme en mer, le défi Azimut n’en reste pas moins une compétition importante « C’est un entraînement grandeur nature. Notre première confrontation avec les autres IMOCA. Cela va nous permettre de voir où nous en sommes ! J’ai hâte… »

Toutes les informations sur le défi Azimut : https://www.defi-azimut.net/fr

Mise à l’eau de V and B – Monbana – Mayenne : le saviez-vous ?

Le navigateur Maxime Sorel et son équipe ont mis à l’eau leur nouveau monocoque de 60 pieds, l’IMOCA V and B – Monbana – Mayenne aujourd’hui à Concarneau. Le fameux Dragon des Océans est de retour pour vaincre la mucoviscidose et braver les éléments à commencer par la Route du Rhum – Destination Guadeloupe dont le départ sera donné le 6 novembre prochain à Saint-Malo. 14 choses à savoir :

  1. Maxime est ingénieur de formation, il a exercé le métier d’ingénieur en génie civil avant de devenir skipper professionnel.

    2. Il a terminé à la 10ème place du dernier Vendée Globe sur un bateau d’ancienne génération !

    3. L’objectif numéro 1 de Maxime Sorel sur la prochaine Route du Rhum sera la qualification pour le Vendée Globe 2024 – 2025.

    4. Maxime Sorel est originaire de Cancale, la Route du Rhum est la course qui a bercé son enfance et lui a donné envie de se lancer en course au large !

    5. V and B – Monbana – Mayenne est le premier foiler de Maxime. Avec l’aide de deux grandes ailes appelées foils, le voilier va voler régulièrement et atteindra de sacrées vitesses moyennes et de pointe !

    6. La construction de V and B – Monbana – Mayenne a demandé plus d’un an de travaux chez Multiplast à Vannes et chez MerConcept, la société de François Gabart, à Concarneau, et une équipe de 120 personnes s’est relayée autour de la conception de ce bijou pendant 30 000 heures. V and B – Monbana – Mayenne est un voilier dessiné par Guillaume Verdier, architecte naval mondialement connu.

    7. Le nouveau Dragon des Océans est une émanation du voilier, deuxième du Vendée Globe 2020 – 2021. Il dispose de la même carène, mais d’une étrave modifiée pour mieux passer la mer notamment dans le grand sud et également de nombreuses astuces techniques qui font sa particularité. Maxime a d’ailleurs souhaité innover sur certaines pièces du bateau, conçues en lin.

    8. Philippe Laot, technicien chevronné, est le directeur technique du team. Il a suivi l’ensemble de la construction du voilier et aura à charge la gestion technique du bateau dans les années qui viennent…

    9. Maxime Sorel est le parrain national de Vaincre la Mucoviscidose, une association qu’il soutient depuis toujours et qui lui tient fortement à cœur. Le dragon est d’ailleurs le symbole du souffle qui manque aux patients…

    10. La décoration de V and B – Monbana – Mayenne a été imaginée par Julian et Yann Legendre et Jean-Baptiste Epron. Yann Legendre qui a dessiné le dragon, est un célèbre graphiste mondialement reconnu. Cette décoration a demandé un travail d’orfèvre afin d’être positionnée sur la coque du bateau et les voiles…Les prestataires “Ecritures” et Les Ateliers d’Olivier” ont appliqué des pochoirs et la peinture. Une œuvre d’art ? Banksy sort de ce corps !!

    11. Près de 1200 personnes étaient présentes autour de la Team Maxime Sorel pour la mise à l’eau. V and B et Monbana ont convié leurs salariés et franchisés pour l’événement. La Mayenne, de son côté, a invité des écoliers, des enfants de l’aide sociale à l’enfance, des habitants du département et des élus afin de partager avec le plus grand nombre, cette mise à l’eau. Un collectif de partenaires officiels et techniques a également pris part à cette journée. De nombreuses animations ont également attiré le grand public !

    12. En sus de sa vie de marin, le skipper se passionne pour le surf mais aussi l’alpinisme. Après avoir gravi le Kilimandjaro en 2021, il gravira l’Everest au printemps 2023

    13. Maxime Sorel travaille en famille ! Son frère Jérémy est le Team Manager et son beau-frère Sylvain, responsable communication du projet.

    14. Dans quelques jours, après quelques derniers préparatifs, V and B – Monbana – Mayenne prendra la mer pour une première navigation. Par la suite et tout l’été, Maxime et son équipe vont enchaîner les sorties en mer afin d’apprivoiser la bête. La première compétition du monocoque aura lieu, mi-septembre, à Lorient lors du Défi Azimut.

V and B – Monbana – Mayenne : le Dragon des Océans is back !

Construction de l’IMOCA V and B Monbana Mayenne, skipper Maxime Sorel, au chantier Mer Concept, Concarneaule 3 mai 2022
Photo © Jean-Marie LIOT

C’est une étape importante, à la fois technique et symbolique, l’IMOCA V and B – Monbana – Mayenne sera mis à l’eau le 27 juin à Concarneau. Il reste un mois à Maxime Sorel et son équipe avant que son nouveau dragon des océans s’envole.

Il aura fallu un an de chantier pour voir naître V and B – Monbana – Mayenne, le nouvel IMOCA de Maxime Sorel. Un long chemin pour construire la monture parfaite qui emmènera le skipper autour du monde. Car l’objectif de Maxime Sorel est désormais de jouer aux avant-postes lors du prochain Vendée Globe (2024 – 2025).

12 mois d’un travail minutieux et une équipe de 120 personnes s’est relayée sans ménagement : de l’optimisation de la coque chez Multiplast à la réalisation de la structure et l’assemblage du puzzle chez MerConcept, rien n’a été laissé au hasard. « Notre souhait était de construire un monocoque de 60 pieds proche d’APIVIA, qui a évolué, entre autres, avec une nouvelle étrave et une nouvelle version de foils » rappelle Philippe Laot, directeur technique de V and B – Monbana – Mayenne. « Avec les équipes de MerConcept beaucoup de détails ont été anticipés ce qui nous a permis de gagner du temps. Derrière nous, il y a 8 mois de construction réelle avec du composite et de l’assemblage. Dans cette dernière ligne droite, nous faisons intervenir de nombreux corps de métiers : électriciens, informaticiens, motoristes, spécialistes de l’hydraulique, de l’accastillage et du gréement, et désormais les peintres. C’est une véritable fourmilière autour du bateau. Il y a un très gros travail sur la décoration pour sublimer notre dragon. On attend maintenant la mise à l’eau avec impatience pour voir enfin flotter ce bateau. Ce sera l’aboutissement d’un énorme travail ! ».

Les partenaires en force pour la mise à l’eau du bateau 

« Nos projets sont faits pour être partagés » ne cesse d’exprimer le parrain national de Vaincre la Mucoviscidose, toujours enclin à partager ses aventures. Cette fois encore, la mise à l’eau ne ressemblera à aucune autre. « La mise à l’eau est la consécration d’un an de chantier. Quand on sait toute l’énergie qui est mise depuis le début par toutes les équipes pour construire un bateau avec autant de perfection… on a forcément envie de les remercier à la hauteur de l’investissement ! Ce sera donc une belle fête qui rassemblera beaucoup de monde pour venir voir le dragon prendre son premier bain. Une journée hors du temps que l’on souhaite partager avec l’ensemble de nos partenaires mais aussi ceux qui nous soutiennent et font vivre ce projet. Je suis fier et heureux de pouvoir partager ce moment avec eux » s’enthousiasme le skipper.

Ils seront plus de 500 personnes de V and B, de Monbana et de la Mayenne à débarquer chez MerConcept à Concarneau le lundi 27 juin pour découvrir le dernier-né de la classe IMOCA. La franchise V and B invite 230 collaborateurs et l’ensemble de ses franchisés à participer à une journée de cohésion dans un esprit de partage et de convivialité qui fait son ADN. La chocolaterie Monbana ferme ses usines pour permettre à l’ensemble de ses salariés de participer au voyage, et le groupe Saveurs & Délices dont la chocolaterie fait partie sera fortement représentée. Quant au département de La Mayenne, il sera accompagné de ses élus, collaborateurs, mayennais, collégiens, enfants de l’Aide Sociale à l’Enfance. Sans oublier tous les autres partenaires du projet qui seront présents pour vivre un moment fédérateur et très attendu. Les Mayennais débarquent donc en force pour partager l’émotion de cette mise à l’eau aux côtés de Maxime et l’ensemble de l’équipe qui a imaginé et conçu le voilier V and B – Monbana – Mayenne.

Maxime Sorel, sur le toit du Monde

Le navigateur Maxime Sorel, 10ème du dernier Vendée Globe, en piste pour la prochaine édition à bord d’un nouveau voilier aux couleurs de la franchise de caves et bars V and B, de la chocolaterie Monbana et du département de la Mayenne, a décidé de s’attaquer à l’ascension de l’Everest. 

Amateur de montagne, Maxime tentera l’aventure avec Guillaume Vallot, reporter montagnard et alpiniste chevronné. 

Le navigateur s’engage dans cette expédition hors norme afin d’inspirer le plus grand nombre à aller au bout de leurs rêves, notamment les patients atteints de la Mucoviscidose. 

Le départ vers le camp de base Népalais en vue de l’ascension est prévu en avril 2023 quelques mois après la participation de Maxime à la mythique Route du Rhum – Destination Guadeloupe. 

Croire que rien n’est impossible

« Fais de ta vie un rêve, et d’un rêve, une réalité » écrivait Antoine de Saint-Exupéry dans son célèbre « Le Petit Prince ». Maxime est clairement en phase avec l’expression de Saint-Ex. Il pourrait également reprendre à son compte le « Impossible is nothing » de Mohammed Ali. L’athlète a également viscéralement besoin de partager et, à son échelle, d’inspirer ceux qui doutent face à leurs envies et évidemment les patients atteints de la Mucoviscidose, cause qu’il soutient depuis de nombreuses années. Son ascension en janvier du Kilimandjaro n’a fait que renforcer cette grande ambition d’escalader les 8848,86 mètres de la montagne tibétaine.

Comprendre pour Vaincre la Mucoviscidose 

« Je ne suis pas montagnard ni alpiniste » déclare Maxime. « Aller au sommet de l’Everest semble quelque chose d’un peu fou pour un navigateur comme moi. L’idée a émergé en 2017. J’ai toujours voulu mieux comprendre le fait de manquer d’oxygène comme les patients atteints de la Muco ce qui est le cas en altitude. C’est une maladie rare, mais aussi et surtout une maladie invisible. Elle est donc difficile à expliquer et à faire comprendre ! La montagne m’impressionne et m’attire tout comme l’Océan. J’ai énormément d’adrénaline à parcourir les sommets sous toutes les formes (ski / randonnées / alpinisme / cascade de glace…). J’ai très peu d’expérience et tout ce que je fais est vécu et ressenti à 300%. Cela ne veut pas dire que je me lasse de l’océan, mais au vu du nombre d’années à sillonner les mers, les sensations ne sont pas exactement les mêmes. La faute me semble moins pardonnable en montagne, car j’ai moins d’habitudes, d’automatismes et les conséquences seraient plus impactantes. De plus, je ne cache pas que réussir un double Everest en mer et à terre est un but sportif qui me motive fortement. Cette future ascension sera une nouvelle phase qui me permettra de me mettre en difficulté mentalement et physiquement. Je suis certain que cela va me servir dans mes futures navigations et en vue d’une deuxième participation au Vendée Globe en 2024”.

De la voile à la montagne

Une partie de l’ascension s’effectuera avec une assistance respiratoire. Maxime sera épaulé par Guillaume Vallot « summiter » de l’Everest et qui captura les grands moments de l’aventure. Les entraînements vont s’intensifier dans les mois qui viennent dans les Alpes alors que Maxime aura largement entamé les navigations à bord de son nouveau voilier qui sera mis à l’eau en juin à Concarneau et qui se présentera au départ de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe le 6 novembre à Saint-Malo en direction de Pointe-à-Pitre.

De la mer à la montagne, des embruns au froid polaire, être le premier homme à boucler l’Everest en mer et à terre, quel programme !

Ils ont dit :

Pierre Foucaud, Président de l’association Vaincre la Mucoviscidose: “Pour Maxime SOREL, notre parrain national, IMPOSSIBLE peut aussi s’écrire I’M POSSIBLE ! Ce skipper d’exception, après avoir navigué sur tous les océans du monde, croisé le cap de Bonne Espérance et le cap Horn lors du dernier Vendée Globe, s’apprête à gravir l’Everest et porter les couleurs de Vaincre la Mucoviscidose à plus de 8 800 mètres d’altitude. Un sacré challenge, qui parle à tous les patients engagés dans un défi quotidien, celui de dépasser les limites que voudrait leur imposer la maladie. Merci de nous faire rêver, Max !”

Jean-Pierre Derouet et Emmanuel Bouvet, co-fondateurs de V and B : “Notre engagement auprès de Maxime depuis 2014 illustre notre envie commune d’entreprendre et de relever des défis . Oser croire que tous ensemble, nous pouvons nous surpasser , est sans doute la meilleure inspiration que nous pouvons partager ! ” 

Christian Buton, Président du conseil d’administration du Groupe Saveurs & Delices et Patrick Buton, Directeur Général du Groupe Saveurs & Delices : « Ce projet Mon Double Everest mené par Maxime Sorel incarne nos valeurs d’entreprise groupe, il permet également de retraduire que le dépassement permet d’oser les projets les plus ambitieux. Cela insuffle dans nos actions du quotidien une belle inspiration ! »  

Olivier Richefou, Président du département de la Mayenne : « C’est un défi extraordinaire, celui d’être le 1er sportif à effectuer un double Everest (Mer et Montagne). Maxime Sorel, parrain de la Mucoviscidose, a le souffle nécessaire pour réaliser cet exploit ! Toute la Mayenne est derrière lui. »

Les choix architecturaux de V and B – Monbana – Mayenne

L’équipe de Maxime Sorel, skipper du futur voilier V and B – Monbana – Mayenne conçoit dans les ateliers concarnois de MerConcept, un IMOCA fiable et performant pour le prochain Vendée Globe. Annoncé comme le sistership d’Apivia, le skipper et son équipe n’ont pas hésité à faire évoluer la carène et les foils du plan initial afin de donner naissance à un monocoque abouti et rapide. La mise à l’eau est prévue mi-juin.

Afin de se donner les moyens d’accrocher un Top 5 sur le Vendée Globe 2024 – 2025, Maxime Sorel et ses partenaires ont réuni des experts qui ont travaillé pour optimiser le plan déjà très fiable proposé par l’IMOCA Apivia.

Guillaume Verdier, l’un des architectes navals les plus reconnus de la planète, a repensé ce bateau afin de répondre aux critères de performances du parrain national de l’association Vaincre la Mucoviscidose. “La démarche des équipes de V and B – Monbana – Mayenne est très intelligente” explique Guillaume. “Nous sommes partis d’un bateau qui a démontré sa fiabilité et sa performance lors du dernier Vendée Globe notamment, mais Maxime a montré une réelle motivation pour aller plus loin, oser des changements, explorer de nouvelles idées pour optimiser les plans et gagner en vitesse. Apivia est un bateau homogène sur toutes les allures, mais il s’est montré terriblement inconfortable dans les mers du Sud. Ces bateaux vont vite dans la houle et finissent par planter violemment dans les creux des vagues. La vie à bord est vraiment pénible et la compétitivité du marin est forcément touchée. Notre objectif est de faire en sorte que V and B – Monbana – Mayenne passe mieux dans les vagues. À l’image d’une spatule sur des skis qui rend la descente plus souple, on a modifié la forme de la carène, l’étrave pour la spatuler. Le bateau est ainsi moins violent et les vitesses moyennes plus rapides”.

Autre changement notoire : le choix des foils. Maxime s’est intéressé aux appendices de 11th Hour Racing Team-Alaka’i qui ont démontré leur efficacité dans toutes les conditions. “Ce sont les meilleurs foils qu’on ait fait aujourd’hui” s’enthousiasme Guillaume Verdier. “Les premiers foils d’Apivia étaient très efficaces mais nous avons préféré une version plus maniable qui a démontré une plus grande stabilité de vol. Encore une fois, notre volonté est de tendre vers des vitesses moyennes plus élevées” complète le skipper.

Débuté au printemps 2021, le chantier de l’IMOCA tient le tempo annoncé. La coque a été démoulée. Les équipes de MerConcept assemblent désormais toutes les pièces de ce puzzle géant. “La job list de ce début d’année est dense” reprend Maxime qui, à peine rentré d’une ascension express du Kilimandjaro, se projette déjà sur son prochain Tour du Monde. “Nous travaillons actuellement avec Philippe Laot sur l’ergonomie intérieure et extérieure du bateau avec la partie couchage qui sera en bio composite. Je dois aussi valider l’ensemble du dispositif électronique embarqué. En parallèle nous décidons du premier jeu de voile qui va nous servir pour la Route du Rhum. Avoir déjà fait le tour du Monde nous fait gagner beaucoup de temps” confirme le marin. Fin mars le pont, dernière pièce majeure, sera greffé à la coque avant d’entreprendre les finitions avec l’accastillage et la décoration “Nous avons un gros dossier autour de la peinture que nous impose ce magnifique dragon. C’est un vrai travail d’artiste !”

La mise à l’eau du dragon est prévue mi-juin à Concarneau.

Les choix architecturaux de V and B – Monbana – Mayenne

L’équipe de Maxime Sorel, skipper du futur voilier V and B – Monbana – Mayenne conçoit dans les ateliers concarnois de MerConcept, un IMOCA fiable et performant pour le prochain Vendée Globe. Annoncé comme le sistership d’Apivia, le skipper et son équipe n’ont pas hésité à faire évoluer la carène et les foils du plan initial afin de donner naissance à un monocoque abouti et rapide. La mise à l’eau est prévue mi-juin.

Afin de se donner les moyens d’accrocher un Top 5 sur le Vendée Globe 2024 – 2025, Maxime Sorel et ses partenaires ont réuni des experts qui ont travaillé pour optimiser le plan déjà très fiable proposé par l’IMOCA Apivia.

Guillaume Verdier, l’un des architectes navals les plus reconnus de la planète, a repensé ce bateau afin de répondre aux critères de performances du parrain national de l’association Vaincre la Mucoviscidose. “La démarche des équipes de V and B – Monbana – Mayenne est très intelligente” explique Guillaume. “Nous sommes partis d’un bateau qui a démontré sa fiabilité et sa performance lors du dernier Vendée Globe notamment, mais Maxime a montré une réelle motivation pour aller plus loin, oser des changements, explorer de nouvelles idées pour optimiser les plans et gagner en vitesse. Apivia est un bateau homogène sur toutes les allures, mais il s’est montré terriblement inconfortable dans les mers du Sud. Ces bateaux vont vite dans la houle et finissent par planter violemment dans les creux des vagues. La vie à bord est vraiment pénible et la compétitivité du marin est forcément touchée. Notre objectif est de faire en sorte que V and B – Monbana – Mayenne passe mieux dans les vagues. À l’image d’une spatule sur des skis qui rend la descente plus souple, on a modifié la forme de la carène, l’étrave pour la spatuler. Le bateau est ainsi moins violent et les vitesses moyennes plus rapides”.

Autre changement notoire : le choix des foils. Maxime s’est intéressé aux appendices de 11th Hour Racing Team-Alaka’i qui ont démontré leur efficacité dans toutes les conditions. “Ce sont les meilleurs foils qu’on ait fait aujourd’hui” s’enthousiasme Guillaume Verdier. “Les premiers foils d’Apivia étaient très efficaces mais nous avons préféré une version plus maniable qui a démontré une plus grande stabilité de vol. Encore une fois, notre volonté est de tendre vers des vitesses moyennes plus élevées” complète le skipper.

Débuté au printemps 2021, le chantier de l’IMOCA tient le tempo annoncé. La coque a été démoulée. Les équipes de MerConcept assemblent désormais toutes les pièces de ce puzzle géant. “La job list de ce début d’année est dense” reprend Maxime qui, à peine rentré d’une ascension express du Kilimandjaro, se projette déjà sur son prochain Tour du Monde. “Nous travaillons actuellement avec Philippe Laot sur l’ergonomie intérieure et extérieure du bateau avec la partie couchage qui sera en bio composite. Je dois aussi valider l’ensemble du dispositif électronique embarqué. En parallèle nous décidons du premier jeu de voile qui va nous servir pour la Route du Rhum. Avoir déjà fait le tour du Monde nous fait gagner beaucoup de temps” confirme le marin. Fin mars le pont, dernière pièce majeure, sera greffé à la coque avant d’entreprendre les finitions avec l’accastillage et la décoration “Nous avons un gros dossier autour de la peinture que nous impose ce magnifique dragon. C’est un vrai travail d’artiste !”

La mise à l’eau du dragon est prévue mi-juin à Concarneau.

Kilimanjaro

Le navigateur Maxime Sorel, soutenu par V and B, la chocolaterie Monbana et le département de la Mayenne et parrain national de l’association Vaincre la Mucoviscidose, s’apprête à gravir le Kilimanjaro, point culminant du continent africain situé au Nord-Est de la Tanzanie.

Toujours en quête de défis que ce soit à terre ou en mer, Maxime a répondu positivement à l’invitation de l’association « gravir pour guérir » qui œuvre pour récolter des fonds pour Vaincre la Mucoviscidose à travers des aventures montagneuses.

Un groupe d’une dizaine de personnes est constitué pour cette ascension. Il est composé de Paul Fontaine (atteint de la mucoviscidose et ancien parrain de l’Imoca qui vient de boucler le Vendée Globe avec Maxime), de personnel soignant et de sportifs de haut niveau comme la kayakiste Manon Hostens et le skipper V and – Monbana – Mayenne.

Maxime est arrivé en Tanzanie ce jour et débutera dans la foulée l’ascension du Kilimanjaro qui culmine à 5 895 mètres.

Les impressions de Maxime : « J’ai toujours aimé la montagne et la grimpette ! Je suis donc emballé par l’idée de gravir le Kilimanjaro et donner de la visibilité à l’association Vaincre la Mucoviscidose que je soutiens depuis longtemps. Après avoir gravi le Mont Blanc, « gravir pour guérir » avait promis d’atteindre un second sommet qui s’élèverait à hauteur de la cagnotte récoltée lors de cette première ascension soit 5700 euros. Le toit de l’Afrique est donc le deuxième défi. Cette ascension ne demande pas de techniques de hautes altitudes. Elle sera donc adaptée à tous dont Paul Fontaine qui dispose de 55% de capacité respiratoire à cause de sa Mucoviscidose. Nous comptons mettre 6 à 7 jours. Cela sera ma première ascension au-delà de 4000 mètres. J’ai hâte d’y être et de pousser un maximum de monde à se mobiliser autour de ce challenge et pour vaincre la Muco. »

V and B – Monbana – Mayenne en cours de construction

La conception du nouveau voilier de Maxime Sorel, 10ème du dernier Vendée Globe, a bien débuté. Le skipper, originaire de Cancale, mayennais d’adoption, a décidé de concevoir un voilier très proche de celui de Charlie Dalin qui a fait ses preuves sur le Tour du Monde en solitaire en terminant deuxième et premier sur la ligne d’arrivée. Mais il y aura des différences techniques sur le foiler V and B – Monbana – Mayenne et l’équipe de l’ingénieur Sorel, soutenue par MerConcept et le chantier Multiplast à Vannes, fourmille de nouvelles idées afin de rendre une belle copie au printemps 2022, terme de la construction de ce nouvel IMOCA dont l’objectif est d’entrer en scène très vite avec fiabilité.

Maxime Sorel et ses partenaires, dont Monbana qui rejoint le Département de la Mayenne et V and B, l’ont annoncé il y a quelques jours. Ils ont décidé intelligemment et en fonction des ambitions sportives de Maxime de construire un voilier sur les bases d’une carène déjà existante, le fameux Apivia signé Guillaume Verdier pour le dernier Vendée Globe. Ce sistership sera proche en beaucoup de points du voilier blanc et jaune, mais Maxime souhaite lui apporter quelques modifications afin qu’il évolue avec son temps technologique et avec les aspirations générales en matière de développement durable.

« La construction du pont a démarré chez Multiplast. Les moules de coque ont reçu quelques modifications chez SMM et viennent d’arriver chez Multiplast ce mercredi pour lancer au plus vite les premières poses de tissu. Nous partons des moules d’Apivia mais nous avons apporté des changements sur quatre mètres d’étrave afin que cette dernière évacue l’eau le plus rapidement possible avec moins de surface mouillée. La jonction des morceaux à tribord et à bâbord dans le sens de la longueur sera établie très prochainement chez Multiplast à Vannes. Nous imaginons que le nez de V and B – Monbana – Mayenne va sortir plus vite de l’eau notamment quand il tape dans une vague » indique Maxime. « Philippe Laot, notre directeur technique, suit en permanence la construction avec l’équipe de MerConcept et moi-même. Nous sommes très concentrés sur cette partie, mais également sur beaucoup de détails qui vont avoir une incidence sur la construction : la position des masses, les choix de foils, les finitions… L’idée est de faire des choix ajustables au fur et à mesure et qui nous permettrons une certaine polyvalence lorsque le voilier sera sur l’eau. Nous travaillons aussi sur quelques grandes pièces que nous voulons réaliser avec des matériaux durables. »

La mise à l’eau de V and B – Monbana – Mayenne est prévue pour le printemps 2022. D’ici là, Maxime va s’entraîner physiquement à terre tout en apportant sa vision concernant son futur voilier volant !

Nouveau bateau, nouveau partenaire et nouvelle dimension pour Maxime Sorel !

À peine quatre mois après avoir bouclé son premier tour du monde en 10e position, Maxime Sorel a d’ores et déjà relancé un nouveau projet qui le conduira sur la ligne de départ du Vendée Globe 2024 – 2025.

Un projet une nouvelle fois guidé par le goût du défi et de l’aventure, mais désormais aussi par celui de la performance. Toujours fort du soutien de V and B et du département de la Mayenne, Maxime est désormais accompagné par un nouveau partenaire mayennais, la chocolaterie Monbana, une entreprise familiale qui propose aujourd’hui une collection de plus de 250 spécialités*.

Ce nouveau partenaire confirme l’extraordinaire dynamisme de l’écosystème économique Mayennais et permet au skipper de lancer la construction d’un nouveau bateau, sistership du 60 pieds IMOCA Apivia de Charlie Dalin – premier sur la ligne d’arrivée et deuxième du dernier Vendée Globe.

La construction a démarré au chantier Multiplast avec comme maître d’œuvre l’écurie de course au large MerConcept, dont le gérant est François Gabart. La mise à l’eau de V and B – Monbana – Mayenne est prévue en juin 2022 et portera toujours la cause de l’association Vaincre la Mucoviscidose.

Maxime, historiquement accompagné par V and B puis par le département de la Mayenne, c’est aujourd’hui au tour de Monbana de s’associer à ton projet. Est-ce une volonté de mettre en valeur l’écosystème économique Mayennais ? 

Maxime Sorel : « Cette alliance entre V and B, la Mayenne et Monbana, c’est l’accord parfait. Les entreprises Mayennaises sont en force dans ce projet et je ne peux que m’en réjouir. L’arrivée de la chocolaterie à nos côtés s’est faite très naturellement et dans un timing idéal qui nous permet de lancer ce nouveau bateau. Comme avec V and B et le département, nous partageons des valeurs communes avec ce nouveau partenaire. Notre relation est basée avant tout sur l’humain, la proximité, la confiance et l’entrepreneuriat. C’est pourquoi partager un bateau est une réelle force dans notre projet. Cela promet la réalisation de grands défis et l’écriture de jolies aventures humaines et sportives. Nous nous unissons tous ensemble pour revendiquer haut et fort les couleurs de la Mayenne et de l’association Vaincre la Mucoviscidose. »

Aujourd’hui, tu lances la construction d’un nouveau bateau. Pourquoi avoir choisi de construire un sistership d’Apivia ?

« Après avoir réussi à terminer mon premier Vendée Globe, je souhaitais donner une nouvelle envergure à mon projet. Pas simplement repartir avec l’idée de boucler la boucle, mais bel et bien de rempiler avec un projet plus performant sur le plan sportif. Nous avons réfléchi avec nos partenaires à plusieurs scénarios. Au départ, nous avions plutôt envisagé le rachat d’un des bateaux dernière génération du dernier Vendée Globe, comme Charal ou L’Occitane en Provence. Mais cela n’a pas abouti, car nous n’avons pas trouvé d’offres adaptées à notre projet… Il a donc fallu penser à d’autres possibilités. Partir entièrement d’une feuille blanche me semblait compliqué. En IMOCA, les différents aspects techniques sont complexes et j’estimais ne pas encore avoir assez de recul pour assumer le développement d’un bateau neuf, sans parler de l’aspect financier, forcément plus important. La solution qui s’est donc avérée la meilleure a été de construire un sistership, celui d’Apivia avec MerConcept comme maître d’œuvre. En plus d’engager une réflexion pour réduire notre impact carbone, nous allons non seulement maîtriser les coûts, mais aussi bénéficier des deux années d’expérience du team de Charlie Dalin et de l’écurie de François Gabart. Pour moi, c’est l’assurance d’avoir un bateau prêt à naviguer dès sa mise à l’eau, mais aussi une opportunité d’apprendre énormément dans un laps de temps accéléré. J’ai eu la chance de construire un nouveau Class40 en 2015 et je sais ce que cela implique en gestion de projet… Mais c’est tout ce que j’aime ! »

Quatre mois se sont écoulés depuis la fin de ton premier tour du monde. Comment se passe l’après Vendée Globe ?

« Je n’ai pas vraiment eu le temps de me poser ou de me reposer. Déjà pendant la course, je pensais à « l’après ». Je n’avais pas encore posé le pied à terre que je voulais déjà y retourner ! Repartir sur un nouveau projet de quatre ans avec de nouveaux défis sportifs était important pour moi. L’histoire ne pouvait pas s’arrêter là, ni pour moi, ni pour mon équipe. On savait que l’on pouvait compter de nouveau sur les soutiens de V and B et du département de la Mayenne, mais il a fallu travailler pour leur proposer rapidement un projet cohérent. Ce projet Vendée Globe 2024-2025 va nous permettre à tous de vivre de nouvelles émotions à bord d’un bateau plus performant. Après une 10e place lors de la dernière édition, je vise cette fois un Top 5. ”

Quelles sont les prochaines échéances pour V and B – Monbana – Mayenne ?

“La construction du nouveau bateau a déjà commencé. Le moule de pont a été envoyé chez Multiplast, à Vannes, tandis que le moule de coque se trouve chez SMM Technologies, à Lorient, où il va être légèrement modifié au niveau de l’étrave. Fin juin, le drapage commencera pour les deux pièces et à la fin du mois d’octobre, elles seront livrées chez MerConcept qui gérera alors la structure et l’assemblage. La mise à l’eau, elle, est prévue en juin 2022. Nous serons ainsi au départ de la Vendée – Arctique – Les Sables dès juillet 2022, puis ensuite de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe en novembre 2022 et de la Transat Jacques Vabre en novembre 2023. En 2024 on clôturera bien sûr par le Vendée Globe 2024 – 2025.”

Ils ont dit : 

Jean-Pierre Derouet, Co-fondateur de V and B : 
“Notre engagement dans la voile auprès de Maxime Sorel est le reflet de notre projet d’entreprise autour de valeurs fortes comme l’audace, la détermination et l’envie d’entreprendre. Maxime a parfaitement su démontrer lors de son tour du monde la pertinence de ces valeurs et sa persévérance pour atteindre ses objectifs. C’est l’esprit que nous insufflons depuis 20 ans chez V and B et ce projet en est en quelque sorte le symbole : le souffle d’entreprendre.”

Olivier Richefou, Président du Conseil départemental de la Mayenne :
“La Mayenne est un département, authentique, patrimonial, qui brille par son dynamisme économique et son esprit entrepreneur. C’est aussi un territoire de valeurs fortes que nous partageons avec l’ensemble des partenaires réunis autour de Maxime. À l’occasion du Vendée Globe et de la venue du bateau à Laval, les mayennais ont vraiment démontré leur attachement à ce projet fédérateur qui fait rayonner la Mayenne par delà les océans. Nous sommes particulièrement fiers de pouvoir poursuivre ce partenariat autour de Maxime, dans un projet sportivement ambitieux, mais qui conserve son enracinement et tout son attachement aux valeurs de la Mayenne.”

Christian Buton, Président du Groupe Buton :
“C’est avec beaucoup d’enthousiasme que nous rejoignons cette formidable aventure aux côtés de V and B et du département de la Mayenne et bien sûr de Maxime Sorel. Outre les valeurs fortes qui nous réunissent et notre attachement historique à la Mayenne, ce projet à l’instar de V and B s’inscrit parfaitement dans notre projet d’entreprise et l’esprit d’entreprendre qui nous caractérise. C’est une fierté pour l’ensemble de nos collaborateurs et l’opportunité pour la marque Monbana de démontrer l’esprit qui l’anime : savoir-faire, générosité, joie de vivre, gourmandise et créativité”

Pierre Foucaud – Président de l’association Vaincre la Mucoviscidose :
« Nous sommes très heureux que Maxime nous embarque avec lui dans ses nouvelles aventures. Autour de son Vendée Globe, Maxime a inspiré de nombreux patients et généré plus de 145 000 euros qui seront attribués à nos 4 missions prioritaires : guérir, soigner, vivre mieux et sensibiliser. Nous espérons annoncer prochainement la mise en service d’un nouveau médicament qui transformerait la qualité de vie des malades. Ce médicament est une véritable révolution pour nous mais reste extrêmement onéreux. Nous devons encore largement investir dans la recherche.”

Maxime Sorel boucle son Tour du Monde en Mayenne

Le monocoque V and B – Mayenne est arrivé hier à Laval par la route et en convoi exceptionnel. Il a été mis à l’eau sur la Mayenne par les équipes de Maxime Sorel et sera visitable par les mayennais du 15 au 28 mai quai Béatrix de Gâvre. Maxime Sorel, 10ème du dernier Vendée Globe a partagé beaucoup avec ses supporters et ses partenaires depuis son arrivée aux Sables d’Olonne.

Un fort engouement a lieu autour de Maxime Sorel en Mayenne, territoire de ses partenaires, le département et V and B. A l’annonce de la possibilité de visiter V and B – Mayenne à Laval, 1000 places ont été bookées en 27 minutes, un exemple concret de l’envie des mayennais de découvrir un peu plus la maison de Maxime lors de son Tour du Monde et de rencontrer le navigateur. De plus, le 17 mars, une vente aux enchères au profit de l’association Vaincre la Mucoviscidose, dont Maxime est le parrain national, a été mise en place.

« Nous allons mettre en vente des bouteilles d’exception, distribuées par V and B, et qui ont fait le Tour du Monde » déclare Maxime « mais aussi un ciré Helly Hansen, une montre Réservoir Watch, des bottes Rouchette… Je suis très fier d’amener mon voilier à Laval afin que le plus grand nombre s’accapare mon aventure et découvre mon monde embarqué. Depuis mon arrivée en Vendée, j’ai enchaîné les sollicitations avec 20 jours de relations publiques à la rencontre des écoles, du public et de mes partenaires en Mayenne évidemment mais également à Saint-Malo et à Paris. J’ai aussi planché sur la suite de ma carrière de navigateur. Nous travaillons actuellement avec mes partenaires sur la suite à donner à mes projets et sur mon souhait d’être au départ du Vendée Globe 2024. »

Maxime Sorel est totalement tourné vers le futur. « Je ne pense déjà plus à ma course. Le Vendée Globe est derrière moi. Ce qui m’anime est l’avenir et le temps présent avec les supporters. J’ai tout de même réussi à couper à la montagne. J’ai d’ailleurs été très étonné que l’on me reconnaisse à Chamonix notamment alors que j’étais en vêtements de ski ! Cela fait un peu bizarre. »

Comme à son habitude, les vacances de Maxime n’ont pas été de tout repos. Le tourdumondiste a accumulé les défis sportifs comme l’ascension d’une cascade glacée, du ski de randonnée et de fond et même du parapente acrobatique avec le champion du Monde de la discipline Eliot Nochez.  Inarrêtable Maxime Sorel !

Il a fait son MAX

#EN# LES SABLES D’OLONNE, FRANCE – JANUARY 30: Skipper Maxime Sorel, VandB – Mayenne, is pictured in the channel during arrival of the Vendee Globe sailing race, on January 30, 2021. (Photo by Jean-Marie Liot/Alea)
#FR# LES SABLES D’OLONNE, FRANCE – 30 JANVIER: Skipper Maxime Sorel, VandB – Mayenne, est photographié dans le chenal lors de son arrivée du Vendee Globe, le 30 Janvier 2021. (Photo Jean-Marie Liot/Alea)

Il a tout d’un grand Maxime Sorel !

A LIRE notre communiqué final : https://mailchi.mp/f9bcd51d3b49/il-a-fait-son-max-maxime-sorel-10me-du-vende-globe-communiqu?e=e91856d29d

 

Maxime Sorel en tête avec Jean Le Cam

Maxime Sorel, skipper de l’IMOCA V and B – Mayenne à l’entrainement avant le départ du Vendée Globe 2020, mer d’Iroise le 29/08/2020, Photo © Jean-Marie LIOT / V and B-Mayenne

Hier, dimanche 8 novembre, Maxime a coupé la ligne de départ de son premier Tour du Monde en solitaire, sans escale et sans assistance au large des Sables d’Olonne. Ce matin, le skipper et son Dragon des océans s’affichaient en tête au classement du Vendée Globe, sur la route la plus directe*. Il est désormais deuxième derrière Jean Le Cam. Des émotions fortes non dissimulées, un départ canon et le début d’une aventure exceptionnelle pour le skipper de V and B-Mayenne.

Les skippers ont vécu leur première nuit de course dans des conditions relativement clémentes, mais cela ne devrait pas durer et les prochaines heures s’annoncent déjà difficiles. Au dernier classement, Maxime est deuxième à 1,2 milles de Jean Le Cam (Yes we cam !), leader. Le duo , ainsi que Damien Seguin, troisième, a emprunté, au près, une route Sud et sur l’orthodromie contrairement aux nordistes qui ont créé un gros décalage et qui devraient logiquement reprendre la tête dans la journée.

Joint ce matin par son équipe, Maxime semble en pleine forme : « C’est top de savoir que je suis en tête du classement ce matin, même si pour le moment c’est la météo qui dicte la trajectoire : je fais une route plus sud pour ne pas avoir une mer trop difficile ces prochaines heures. Jusqu’au milieu de la nuit on n’avait pas de mer, je profitais de mon J0. J’ai réussi à dormir, ce qui est rare pour une première nuit. J’ai mangé un bon cake aux olives bien frais… Tout va bien même si depuis quelques heures la mer s’est levée, nous avançons dans une mer croisée vraiment désagréable. Dès ce matin nous allons manœuvrer et avec tout ce que l’on a embarqué je n’ai pas hâte de devoir effectuer un virement de bord ! Nous nous dirigeons vers un 2ème front qui s’annonce difficile. Je suis focus sur les 48 prochaines heures et je peux vous dire qu’on va vivre une grosse journée pas cool !
Hier c’était vraiment fort en émotion et avec le report du départ ça n’en finissait pas. Je finissais par bouillir et n’avait qu’une envie : y aller une bonne fois pour toute. J’étais au taquet sur la ligne de départ ! »

*La route directe ou orthodromie désigne la route la plus courte pour réaliser le tour du monde.

Des partenaires ultra motivés et présents autour de Maxime Sorel

Maxime Sorel, le jeune skipper de V and B – Mayenne, s’élancera ce dimanche 8 novembre pour son premier Vendée Globe, tour du monde en solitaire, sans assistance et sans escale. Ultime course vélique, cette aventure est l’occasion pour le Cancalais d’embarquer ses partenaires avec lui. Depuis l’arrivée du bateau aux Sables d’Olonne le 17 octobre, Maxime Sorel a à cœur de partager ses derniers jours avec ses supporters avant de se confiner dès la fin de la semaine. 

« Depuis que j’ai acquis mon monocoque de 60 pieds, je ne rêve que d’une chose : prendre le départ du Vendée Globe le 8 novembre. Cela sera mon premier Vendée Globe. Certes, je serai seul à bord de mon voilier mais l’aventure que je vais vivre est le fruit d’un long travail collectif. Tout a commencé avec V and B qui voilà quelques années m’a fait confiance et a embarqué avec moi en Class40. L’arrivée du Département de la Mayenne en juillet 2019 comme co-partenaire a été un nouveau tournant dans ce projet Vendée Globe. C’est une véritable communauté qui s’est créée autour de moi et de mon équipe : des soutiens financiers oui mais aussi des amis, des supporters et surtout les patients atteints de la Mucoviscidose. » explique Maxime à quelques jours du grand départ. 

Le co-fondateur de V and B, part aussi en tournée

Le partenariat de Maxime Sorel avec V and B remonte à sa toute première transatlantique, la Route du Rhum – Destination Guadeloupe 2014. C’est ensemble qu’ils ont fait grandir ce projet de course au large. Maxime Sorel correspond à l’état d’esprit V and B et c’est ensemble qu’ils franchissent une nouvelle dimension avec le projet IMOCA V and B – Mayenne. En parallèle du Vendée Globe, Jean-Pierre Derouet, cofondateur de V and B, se lance l’incroyable défi de visiter l’ensemble des magasins de son réseau, partout en France pendant 4 mois ! Un périple de plus de 14 000 km, à travers 233 villes et 74 départements, pour aller à la rencontre des franchisés du réseau et de leurs équipes d’ici février 2021. « Nous avons du cœur et nous aimons les défis ! Accompagner Maxime, lui donner du souffle et de l’ambition et surtout lui souhaiter d’aller au bout de son rêve, c’est l’âme de notre partenariat. Le tour de France des V and B a été pensé depuis quelques mois pour faire un parallèle avec le Vendée Globe. Donner encore plus de résonance et de visibilité à ce grand défi que s’impose Maxime. En tant que cofondateur, il m’apparaissait important de maintenir la sève de notre convivialité qui est la signature de notre enseigne. « Partageur de bons moments et de grands défis » est plus qu’un slogan, c’est la réalité de notre quotidien. »  Jean-Pierre Derouet Co-fondateur de V and B.

La Mayenne, le partenaire d’expériences insolites 

Depuis 2019, une belle histoire entre Maxime Sorel et la Mayenne s’écrit au fil de l’aventure autour de valeurs communes : le partage, le dépassement de soi, la solidarité et l’entraide. Ce partenariat unique d’un Conseil départemental qui s’engage auprès d’une aventure aussi insolite, s’inscrit dans le cadre de démarche d’attractivité engagée du territoire. En octobre, la Mayenne a investi la gare Montparnasse avec une imposante campagne d’affichage aux couleurs du bateau de Maxime Sorel alors qu’à Laval (Mayenne) une belle exposition photo s’affiche sur les grilles de la Préfecture jusqu’au retour du marin. « S’engager, réunir, oser, autant de caractéristiques qui définissent ce Département qui n’hésite pas à faire bouger les lignes pour se démarquer et exister autrement. Au-delà de l’exposition médiatique, cette aventure révèle les valeurs de la Mayenne. La marque Mayenne s’associe à un état d’esprit, sportif, volontaire, tenace, et défend une belle et noble cause. Maxime Sorel, ce jeune sportif talentueux, a tous les atouts pour réussir cette course mythique. Il pourra compter sur notre détermination sans faille et notre soutien. » Olivier Richefou, Président du Conseil départemental de la Mayenne. 

Des p’tits moulins autour du monde au profit de Vaincre la Mucoviscidose 

Le symbole est fort pour les patients atteints de la Mucoviscidose qui souffrent de déficience de leur système respiratoire et digestif… Souffler dans un moulin à vent pour faire avancer la recherche et le bateau de Maxime ! L’objectif de l’opération est de fabriquer 24 000 moulins en papier dont les bénéfices de la vente seront intégralement reversés à l’Association Vaincre la Mucoviscidose (moyennant un don de 2 euros minimum par moulin). C’est-à-dire reconstituer le trajet du Vendée Globe, soit environ 24 000 milles nautiques ! Les moulins sont en vente sur le village du Vendée Globe, dans les V and B ou sur le site www.team-vandb-mayenne.com .

Atelier Coqlico habille Maxime Sorel 

Costumes, Chemises, Vestes, Chinos et plus encore… La marque Atelier Coqlico qui propose des tenues sur mesure n’a pas résisté à l’idée de tailler un costume aux couleurs du dragon des océans pour Maxime. Un partenariat insolite qui correspond à l’image du jeune skipper, aussi élégant que perfectionniste.

Max Sorel, première !

Maxime Sorel à bord de l’IMOCA V and B – Mayenne à l’entrainement avant le départ du Vendée Globe 2020, Concarneau le 4 mai 2020, Photo © Jean-Marie LIOT

UN PREMIER VENDÉE GLOBE, UNE AVENTURE DE DINGUE

Nouveau venu parmi les skippers en lice pour le Vendée Globe, Maxime n’a pas froid aux yeux. A peine 2 ans d’Imoca dans son sillon, le jeune skipper va vivre pour la toute première fois la plus belle course à la voile en solitaire, traverser tous les océans et connaître tous les décalages horaires, pendant environ 85 jours. Comme plus de la moitié des skippers de cette 9ème édition du Vendée Globe, Maxime Sorel est un bizuth. Il a déjà fait des transatlantiques. A plusieurs et en solo. Mais un tour du monde en solitaire et sans assistance, jamais. Terrifiant, vous avez dit ? Pas pour celui qui navigue depuis toujours et qui a la mer dans le sang. Quand on lui demande comment il appréhende ce premier Tour du monde en solitaire et sans escale, il n’a qu’une réponse : « Bien, super bien ! ». Et précise : « Je prends beaucoup de plaisir à le préparer. On a imaginé tous les scénarios possibles avec l’équipe technique. On a beaucoup étudié les mers du Sud avec ses grosses dépressions. Ma plus grande appréhension est de prendre des prunes dans le Sud. Mais j’ai tout autant envie d’y aller ! ».

« Le départ du Vendée Globe, m’a beaucoup marqué, avec beaucoup de skippers en sanglots on ne sait pas si c’est de peur ou de joie. C’est fort, il faut être prêt à vivre cela, toute cette énergie que le public donne. La transition entre le célèbre chenal et le départ de la course est vraiment courte. Enfin on enfile son ciré et on passe en mode course. J’ai des souvenirs des écluses sur la Route du Rhum c’était déjà un truc de dingue… alors le Vendée Globe…. ! Evidemment ça me donne envie d’y être mais il faut réussir à prendre du recul sur ce qui va arriver. Et en même temps j’ai envie d’être capable d’accueillir ce qui m’arrive. » rendez-vous le 08 novembre 2020 aux Sables d’Olonne pour le départ de cette grande et belle aventure.

INTERVIEW « PREMIÈRE FOIS » !

  • Premier bateau ? One Design 747, un monocoque de 7m47
  • Première fois sur l’eau ? On habitait à Cancale, alors j’y suis allé super jeune, en famille
  • Première course ? Je débute la voile à 8 ans et à 9 ans je fais une régate à Cancale en Optimist. J’étais à l’école de voile de Port Mer.
  • Première victoire ? en Optimist !
  • Premier sport ? J’en ai fait plein ! Le premier devait être le judo
  • Premier de la classe ? Plutôt « assez moyen mais avec de bonnes facultés »
  • Premier travail : ingénieur en génie civil en 2010 pendant 6 ans
  • Première personne dans ton Team ? mon frère Jérémy, embauché fin 2018
  • Première fois en IMOCA ? Juin 2018, à bord de Souffle du Nord qui est devenu depuis V and B – Mayenne. Je l’ai convoyé entre Monaco et Alicante avec Thomas Ruyant. J’ai tout de suite eu des sensations de dingues et des bonnes ondes avec ce bateau.
  • Premier geste sportif le matin ? En fait je prends un top petit dej : fruits frais, thé vert, granola, yaourt de brebis, baies de goji.