L’heure de Bourguès

Longtemps bras droit, homme à tout bien faire, « jack of all trades » de marins aux destinées sportives plus abouties, le Marseillais, breton d’adoption, Laurent Bourguès change radicalement de cap, et revient à ses rêves émergeants, la navigation au plus haut niveau.

Il sera dès le mois prochain à la barre de son Figaro Bénéteau3, en recherche assumée de performances, avant d’entamer dès 2024 une ambitieuse campagne autour de la construction d’un Ocean Fifty, cette excitante classe de multicoques de 50 pieds.

Débordant d’énergie, riche de près de deux décennies de gestion d’ambitieux projets de course au large et de construction de voiliers prototypes, Laurent entend sonner son heure. Bourguès, l’homme de projets, le marin, le compétiteur, est prêt. L’invitation aux partenaires est lancée et comme le souligne avec affection Thomas Ruyant, « il n’y a pas de trous dans la raquette Bourguès », un marin au fait d’une carrière marquée du sceau du professionnalisme et de l’engagement le plus absolu.

Le solitaire, en Figaro 3 comme base de lancement

Professionnel jusqu’au bout des mitaines, mais aussi homme d’élégance et de principes, Laurent Bourguès aura attendu la victoire du projet LinkedOut dont il était le directeur technique dans la Transat Jacques Vabre en novembre dernier, pour annoncer à son skipper Thomas Ruyant sa décision de voguer dorénavant de ses propres voiles, vers ses horizons rêvés.

Préparateur d’Yvan Bourgnon, d’Yves Le Blévec, Tanguy de Lamotte et de tant d’autres projets océaniques, Laurent vient de passer 7 années d’une rare intensité aventureuse et technologique aux côtés de Thomas et de son Imoca LinkedOut. D’expériences à la tête d’un Team performant, à la proximité d’un marin au talent de mieux en mieux reconnu, il a aiguisé ses envies et affuté ses stratégies.

Dépourvu pour l’heure du soutien de tout partenaire financier, il construit sur son immense savoir-faire les bases d’un ambitieux parcours à venir. Le premier étage de la fusée Bourguès prend la forme du programme solitaire de la Classe Figaro. « Mon expérience à bord du Figaro 2 lors d’une Transat AG2R m’avait laissé sur ma faim techniquement » avoue-t’il. « Le Figaro 3 gomme nombre d’insuffisances de son prédécesseur et j’y prends mes aises avec facilité. » Une facilité qui s’accompagne pourtant d’un apprentissage que Laurent aborde avec son sérieux habituel. « Je sais la classe très compétitive, y compris dans son actuel renouvellement. Je connais mes forces et mes lacunes, que je travaille d’arrache pied au sein de Lorient Grand Large depuis janvier dernier. Je navigue beaucoup, en m’appuyant sur le vécu de Figaristes expérimentés.  J’ai, grâce à la Mini (Deux participations en 2007 et 2009 ndlr) la connaissance du grand large. Ce sont les joutes au plus près des cailloux que je redoute. » Une spécificité de la Solitaire du Figaro inscrite en exergue de son programme.

Le circuit Ocean Fifty en ligne de mire

« C’est Yvan Bourgnon et son trimaran Orma qui m’ont véritablement mis le pied à l’étrier de la course au large voici près de 20 ans, lorsque je suis arrivé, fraichement émoulu de mes expériences Marseillaises en Laser et autres dériveurs » raconte Laurent. « J’ai pu ensuite enchainer avec de nombreux chantiers de préparation d’autres trimarans Orma (Gitana, Sodebo, Banque Populaire…).

Le multicoque est ainsi entré dans son ADN de coureurs au rythme des convoyages et navigations d’entrainement. « J’observe l’éclosion de la classe des Ocean Fifty avec appétit, et suite à ma saison en Figaro, j’inscris avec déterminisme une entrée rapide au sein de cette classe. J’ambitionne en effet de construire un trimaran de 50 pieds et de rejoindre ce circuit très attractif, très complet avec son mélange de régates inshore et de grandes classiques hauturières. »

La quarantaine rugissante

« Je me donne le temps de monter en puissance. Mon projet est ambitieux, car je me sais, à 40 ans révolus, à l’aube de mes meilleures années, fruit de décennies de travail au sein des teams les plus performants. Je sais oeuvrer en équipe, mettre les compétences au bon endroit dans le sens de l’intérêt général et du résultat sportif. Un bon classement chez les bizuts lors de la Solitaire serait un bon tremplin. J’ai toute une saison devant moi pour montrer ce que je sais faire sur l’eau et à terre. Je connais les ressorts du bon fonctionnement d’un team de haut niveau, avec son corollaire d’engagements auprès de partenaires motivés. L’heure est venue pour moi de me faire un nom et de partager et transmettre mon gout pour les défis et la course au large. »

Thomas Ruyant débarque à Dunkerque

Le navigateur dunkerquois Thomas Ruyant* et son voilier – volant LinkedOut seront à Dunkerque les 28, 29, 30 avril et 1er mai.  Le tourdumondiste présentera aux nordistes son monocoque, son équipe et son défi multidimensionnel sportif, solidaire, technologique et culturel.

Des visites scolaires, de nombreuses animations et des sensibilisations… seront proposées autour de cette venue alors que le voilier pour l’Inclusion, accéléré par Advens, sera amarré le 30 avril et le 1er mai au bassin de la Marine au cœur de la cité du corsaire Jean Bart.

Avis aux dunkerquois et aux nordistes : vous êtes les bienvenus !

Le programme de l’événement :

Jeudi 28 avril : Navigations à Dunkerque

Vendredi 29 avril :
09H00 – 17H00  Accueil des scolaires – IMOCA dans le Bassin de la Marine
18h30 : Diffusion du Film : « Thomas Ruyant : A la conquête du Vendée Globe » au studio 43
19h45 – 20h30 : Echange et Q&A avec Thomas Ruyant à la suite de la diffusion

Samedi 30 avril : 
10h00 – 18h00 —>
– Village sensibilisation inclusion et cybersécurité
– Visite de l’IMOCA
– Rencontre avec Thomas Ruyant / séance dédicace
– Animations (essais et régate sur le plan d’eau du Bassin de la Marine)

16h30 : Remise des prix de la régate
19h30 : Soirée supporter – organisée par les Corsaires

Dimanche 1er mai
10h00 – 16h00 —>
– Village sensibilisation inclusion et cybersécurité
– Visite de l’IMOCA
– Rencontre avec Thomas Ruyant / séance dédicace
– Animations (essais et régate sur le plan d’eau du Bassin de la Marine)

Billetterie : https://my.weezevent.com/visite-imoca-linkedout

Cinema : Réservation conseillée au 03 28 66 47 89 ou contact@studio43.fr

Les ambitions de Thibaut Vauchel – Camus en 2022

Sportivement, tout n’a pas été comme le voulait Thibaut Vauchel-Camus en 2021 à bord de l’Ocean Fifty Solidaires En Peloton – ARSEP. Alors le skipper, surnommé “l’enfant de la Route du Rhum” (guadeloupéen d’origine et résidant à Cancale), compte mettre les bouchées doubles en 2022. Son trimaran est optimisé pour de grandes performances et Thibaut, qui fête cette année les 10 ans du Défi Voile Solidaires En Peloton, annonce un équipage de haut vol avec notamment un certain Vincent Riou, vainqueur du Vendée Globe 2004-2005, et Hugo Dhallenne, vainqueur de la dernière Mini Transat dans la catégorie des voiliers de série. Interview…   

1) Quels sont tes objectifs sportifs en 2022 ?

Ils sont élevés. Nous voulons gagner en rigueur et être moins pris par le temps comme nous l’avons été lors de notre précédent chantier hivernal avec une préparation ambitieuse qui s’est déroulée dans un contexte de crise sanitaire. Après les grosses modifications de 2021 (gagner en légèreté, nouveau mât, nouvelles voiles, nouveau moteur, nouveaux systèmes…), notre Ocean Fifty est parfaitement optimisé pour de belles performances. C’était donc essentiellement un chantier de révision et d’entretien cet hiver. Je crois pouvoir dire que nous serons totalement prêts pour la première épreuve du Pro Sailing Tour. Dans ce sens, nous ne participerons pas au 1000 Milles des Sables afin de nous concentrer sur la mise en route du bateau et attaquer sereinement cette nouvelle saison.

2) Quel sera ton équipage en 2022 sur le Pro Sailing Tour ?

J’embarque Vincent Riou, vainqueur du Vendée Globe. Vincent connaît nos trimarans puisqu’il a effectué la Transat Jacques Vabre 2017 avec Erwan Le Roux. Il a une grande expérience du large et c’est un « performer ». Absent en Corse, il sera remplacé par un ami, Julien Pulvé, que j’ai connu en catamaran de sport et qui est un régatier-marin de haut vol. Antoine Joubert, avec qui je navigue depuis quelques saisons, sera de la partie ainsi que deux valeurs ajoutées que sont Hugo Dhallenne, vainqueur de la dernière Mini Transat en série et spécialiste de l’électronique embarqué et Aloïs Kerduel, spécialiste de l’accastillage. Il travaille notamment chez Karver et il est un bon équipier.

3) Tu vas participer à ta troisième Route du Rhum cette année après une deuxième place en Class40 (2014) et une troisième à bord de ton actuel Ocean Fifty (2018), que représente cette compétition pour toi ?

C’est une course sur mesure pour moi car je suis cancalais et guadeloupéen ! C’est l’événement qui a initié ma culture de la voile quand j’étais en Guadeloupe. C’est également un sacré sprint atlantique sans aucune marque de parcours entre le Cap Fréhel et la Guadeloupe.

4) Peux-tu nous décrire les courses du Pro Sailing Tour 2022 ?

Du 11 au 15 mai, nous allons débuter la deuxième édition du Pro Sailing Tour à Bonifacio, en Corse. Comme pour toutes les étapes du Pro sailing Tour, on commencera l’épreuve avec deux jours de parcours « inshore » puis on ira au large avec le Défi 24H. C’est une destination vélique qui fait rêver. Le spot est idéal pour la pratique de notre sport. J’ai déjà réalisé deux Tour de Corse en catamaran de sport. C’est un très bon souvenir. Météorologiquement, cela va être intéressant avec des reliefs.

Nous enchaînerons avec un épisode à Brest du 22 au 26 juin. Une étape un peu plus classique pour nous mais particulièrement complexe avec des parcours très techniques…

À partir du 29 juin, direction Saint-Quay-Portrieux (Baie de Saint-Brieuc). Comme pour Brest, nous sommes ravis de naviguer dans des villes qui ont toujours été fidèles à la classe Ocean Fifty. Deux jours d’inshore sont organisés sur place. On partira ensuite pour 24 heures de mer en direction de Cowes. Enfin, on enchaînera directement sur le Final Rush, au coefficient 3, entre Cowes et Roscoff, sur un parcours de 4 jours au large, bénéfique dans notre préparation à la Route du Rhum.

Le plateau de la saison sera très fourni avec 8 équipages. Notre classe est en train de prendre de l’ampleur et devient clairement attractive. Nos Ocean Fifty, très polyvalents, attirent de plus en plus de marins et de projets.

5) Tu remets enfin ton titre en jeu sur la DRHeam Cup ?  

Je suis double tenant du titre de la DRHeam Cup et c’est un véritable plaisir de participer à cette compétition. Elle se déroulera en solo du 12 au 20 juillet et je compte bien garder mon titre ! J’ajoute dans notre calendrier 2022 notre présence à Nice le 30 mai pour la journée mondiale de la Sclérose En Plaques et de nombreuses navigations avec les patients au fil de l’année.

*Côté partenaires, les Transports Delanchy et la Foncière Magellan renforcent leur soutien auprès du Défi Voile Solidaires En Peloton, Hippocampes Caraïbes est de retour et rejoint le rang des partenaires officiels aux côtés de la SFEE et d’un tout nouveau mécène : Daphni, gestionnaire de fonds investissant dans des start-ups tech.

Maxime Sorel, sur le toit du Monde

Le navigateur Maxime Sorel, 10ème du dernier Vendée Globe, en piste pour la prochaine édition à bord d’un nouveau voilier aux couleurs de la franchise de caves et bars V and B, de la chocolaterie Monbana et du département de la Mayenne, a décidé de s’attaquer à l’ascension de l’Everest. 

Amateur de montagne, Maxime tentera l’aventure avec Guillaume Vallot, reporter montagnard et alpiniste chevronné. 

Le navigateur s’engage dans cette expédition hors norme afin d’inspirer le plus grand nombre à aller au bout de leurs rêves, notamment les patients atteints de la Mucoviscidose. 

Le départ vers le camp de base Népalais en vue de l’ascension est prévu en avril 2023 quelques mois après la participation de Maxime à la mythique Route du Rhum – Destination Guadeloupe. 

Croire que rien n’est impossible

« Fais de ta vie un rêve, et d’un rêve, une réalité » écrivait Antoine de Saint-Exupéry dans son célèbre « Le Petit Prince ». Maxime est clairement en phase avec l’expression de Saint-Ex. Il pourrait également reprendre à son compte le « Impossible is nothing » de Mohammed Ali. L’athlète a également viscéralement besoin de partager et, à son échelle, d’inspirer ceux qui doutent face à leurs envies et évidemment les patients atteints de la Mucoviscidose, cause qu’il soutient depuis de nombreuses années. Son ascension en janvier du Kilimandjaro n’a fait que renforcer cette grande ambition d’escalader les 8848,86 mètres de la montagne tibétaine.

Comprendre pour Vaincre la Mucoviscidose 

« Je ne suis pas montagnard ni alpiniste » déclare Maxime. « Aller au sommet de l’Everest semble quelque chose d’un peu fou pour un navigateur comme moi. L’idée a émergé en 2017. J’ai toujours voulu mieux comprendre le fait de manquer d’oxygène comme les patients atteints de la Muco ce qui est le cas en altitude. C’est une maladie rare, mais aussi et surtout une maladie invisible. Elle est donc difficile à expliquer et à faire comprendre ! La montagne m’impressionne et m’attire tout comme l’Océan. J’ai énormément d’adrénaline à parcourir les sommets sous toutes les formes (ski / randonnées / alpinisme / cascade de glace…). J’ai très peu d’expérience et tout ce que je fais est vécu et ressenti à 300%. Cela ne veut pas dire que je me lasse de l’océan, mais au vu du nombre d’années à sillonner les mers, les sensations ne sont pas exactement les mêmes. La faute me semble moins pardonnable en montagne, car j’ai moins d’habitudes, d’automatismes et les conséquences seraient plus impactantes. De plus, je ne cache pas que réussir un double Everest en mer et à terre est un but sportif qui me motive fortement. Cette future ascension sera une nouvelle phase qui me permettra de me mettre en difficulté mentalement et physiquement. Je suis certain que cela va me servir dans mes futures navigations et en vue d’une deuxième participation au Vendée Globe en 2024”.

De la voile à la montagne

Une partie de l’ascension s’effectuera avec une assistance respiratoire. Maxime sera épaulé par Guillaume Vallot « summiter » de l’Everest et qui captura les grands moments de l’aventure. Les entraînements vont s’intensifier dans les mois qui viennent dans les Alpes alors que Maxime aura largement entamé les navigations à bord de son nouveau voilier qui sera mis à l’eau en juin à Concarneau et qui se présentera au départ de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe le 6 novembre à Saint-Malo en direction de Pointe-à-Pitre.

De la mer à la montagne, des embruns au froid polaire, être le premier homme à boucler l’Everest en mer et à terre, quel programme !

Ils ont dit :

Pierre Foucaud, Président de l’association Vaincre la Mucoviscidose: “Pour Maxime SOREL, notre parrain national, IMPOSSIBLE peut aussi s’écrire I’M POSSIBLE ! Ce skipper d’exception, après avoir navigué sur tous les océans du monde, croisé le cap de Bonne Espérance et le cap Horn lors du dernier Vendée Globe, s’apprête à gravir l’Everest et porter les couleurs de Vaincre la Mucoviscidose à plus de 8 800 mètres d’altitude. Un sacré challenge, qui parle à tous les patients engagés dans un défi quotidien, celui de dépasser les limites que voudrait leur imposer la maladie. Merci de nous faire rêver, Max !”

Jean-Pierre Derouet et Emmanuel Bouvet, co-fondateurs de V and B : “Notre engagement auprès de Maxime depuis 2014 illustre notre envie commune d’entreprendre et de relever des défis . Oser croire que tous ensemble, nous pouvons nous surpasser , est sans doute la meilleure inspiration que nous pouvons partager ! ” 

Christian Buton, Président du conseil d’administration du Groupe Saveurs & Delices et Patrick Buton, Directeur Général du Groupe Saveurs & Delices : « Ce projet Mon Double Everest mené par Maxime Sorel incarne nos valeurs d’entreprise groupe, il permet également de retraduire que le dépassement permet d’oser les projets les plus ambitieux. Cela insuffle dans nos actions du quotidien une belle inspiration ! »  

Olivier Richefou, Président du département de la Mayenne : « C’est un défi extraordinaire, celui d’être le 1er sportif à effectuer un double Everest (Mer et Montagne). Maxime Sorel, parrain de la Mucoviscidose, a le souffle nécessaire pour réaliser cet exploit ! Toute la Mayenne est derrière lui. »

CHAMPIONNE

On dit souvent que l’on voit si un sportif est un champion quant il a la capacité à rebondir suite à quelques vicissitudes en termes de performance. Perrine Laffont, deuxième le week-end dernier en Italie en parallèle, vainqueure hier en single à Megève et aujourd’hui en parallèle, a démontré en peu de temps sa formidable capacité à rebondir suite à sa légère désillusion Olympique, quatrième à Pékin.

La Championne Olympique de ski de bosses 2018, totalement relâchée, a réalisé des runs d’anthologie sur la piste haut-savoyarde et ajoute un nouveau petit globe de Cristal à son palmarès, synonyme d’une nouvelle place de numéro 1 mondial en single.

L’athlète ariégeoise, 23 ans, n’en finit pas d’écrire l’histoire de son sport. Elle est à la tête ce jour d’une collection époustouflante avec pas moins de cinq petits globes de cristal de la discipline et deux gros globe Freestyle, 43 podiums en Coupe du Monde dont 26 victoires…

Quelle histoire ! Il y avait évidemment un peu de chagrin après Pékin pour Perrine Laffont mais la championne s’est remobilisée ces dernières semaines adaptant ses entraînements afin de trouver un équilibre entre un repos physique et psychologique nécessaire et la volonté de bien terminer sa saison en Coupe du Monde. Dès l’épreuve de Valmanenco le week-end dernier, la jeune pyrénéenne a démontré qu’elle était de retour à très, très haut niveau en terminant deuxième de l’épreuve parallèle et démontrant à ses coriaces adversaires qu’elle était toujours là et bien décidée à ne rien lâcher jusqu’aux épreuves ultimes en France à Megéve. Se coupant d’un maximum de sollicitations extérieures avant d’aborder les finales, entrant très tôt dans sa bulle, Perrine a trouvé les ressources pour se remettre dans les bons rails et afin de lâcher ses runs pour le plaisir, pour le fun et son amour du ski de bosses.

« Je suis heureuse de ces deux victoires devant les fans, ma famille, mon entourage qui m’ont donné beaucoup d’énergie. Je voulais profiter, prendre du plaisir sur ces runs de Megéve. C’est génial de finir en beauté ma saison en France. Cela ne pouvait pas finir mieux. L’adversité a été incroyable cette année et je tiens à féliciter mes concurrentes et également le staff de l’Equipe de France, la fédération Française de ski et mes partenaires. Ce matin, je ne me suis pas réveillée en très grande forme mais j’avais accumulé de la confiance hier et je connaissais mon niveau sur cette belle piste. J’ai pris les runs les uns après les autres et c’est passé ! Je continue à faire parti des meilleures de mon sport. Ce n’est pas la fin de l’ère Perrine Laffont ! »

Ouverture du Belem aux havrais avant son départ !

Le grand départ du Belem en mer approche à grand pas. Le trois-mâts, son équipage et ses stagiaires embarqués appareilleront le 4 avril à 10h du Havre où le navire s’est refait une beauté cet hiver et en direction de Cherbourg, un premier séjour de navigation de 4 jours très attendu ! D’ici là, la Fondation Belem ouvrira le Belem au grand public les 19 et 20 mars et les 26 et 27 mars pour des visites quai du Cameroun toujours au Havre.

Ces visites payantes se tiendront de 10 à 18 heures ces 4 journées, une nouvelle occasion pour les Havrais, les normands et les touristes de découvrir ce musée flottant et notamment son petit roof qui a été restauré ces derniers mois !

Des visites scolaires seront également proposées la dernière quinzaine de Mars en collaboration avec la ville du Havre.

L’hivernage du Belem au Havre s’est déroulé avec le soutien constant de la ville du Havre, HAROPA PORT et le mécène historique de la fondation Belem, la Caisse d’Epargne Normandie.

En savoir plus, la billeterie : https://www.fondationbelem.com/visiter/visiter-le-belem-billetterie

La visite libre du Belem propose un voyage dans le temps guidé par 20 panneaux répartis sur les trois niveaux du navire et imprimés sur des voiles de bateaux. Un choix de matières respectueux de la nature du monument et de son authenticité. Ces panneaux décrivent l’usage des 17 espaces présentés, tout en rappelant leurs différents rôles et transformations successives. Des panneaux plus techniques expliquent les spécificités du gréement et caractéristiques du navire. Chaque visiteur reçoit un guide de visite très complet et peut interroger l’équipage mobilisé pour partager ses connaissances et sa passion.

Parcours classique :
•      gratuit pour les moins de 6 ans, 4 € de 6 à 12 ans, 8 €
•      Moins de 6 ans : gratuit
•      De 6 à 12 ans : 4 €
•      Plus de 12 ans : 8 €

Amis du Belem : gratuit, sur présentation de la ecard 2022 (envoyée par email)

Les projets de Pierre Le Roy

Victoire de Pierre Le Roy, skipper du Mini 6,50 prototype Teamwork sur la Mini Transat Eurochef 2021 – Saint Francois le 12/11/2021

Pierre Le Roy, grand vainqueur de la Mini Transat 2021 dans la catégorie des voiliers-prototypes, sera bientôt, très bientôt de retour en mer à bord de TeamWork. Le navigateur lillois, météorologue à Météo France dans la vie, a décidé de revenir à la compétition en prolongeant son histoire sur le circuit Mini  à bord de son récent plan Raison qui a fait merveille entre Les Sables d’Olonne et la Guadeloupe à l’automne dernier. Pierre profitera également de cette saison pour construire d’autres projets de course au large, emmagasiner des expériences différentes sur d’autres supports et conseiller certains skippers en météo notamment à l’approche de la Route du Rhum. Il rêve aussi de Vendée Globe !

Retour en Mini

Le marin nordiste, après sa magistrale victoire sur la Mini Transat, a vite repris le chemin du travail chez Météo France à Villeneuve d’Asq (59). Il a aussi savouré sa performance tout en réfléchissant à son avenir au grand large. « Cette victoire a été incroyable. Elle m’a conforté dans mes choix et dans mes méthodes d’appréhension de la compétition à la voile » déclare Pierre. « J’avais décidé avant le départ de la Mini Transat de repartir pour une saison car mon voilier est récent et j’ai envie de profiter de ses capacités. Ce n’est pas souvent dans une vie de marins que l’on navigue sur une telle unité ! »
Il fallait donc ces derniers mois concocter un programme et également se projeter. « L’entreprise TeamWork a été ravie de notre collaboration sur la Mini Transat et a reconduit notre partenariat pour 2022. Je vais participer à la Lorient Plastimo début avril avec mon coach Tanguy Leglatin. J’ai encore une marge de progression. Tanguy va m’aider à franchir un nouveau cap. Je serai ensuite au départ de la Mini en Mai, ma course préférée. » Pierre se présentera par la suite sur Les Sables – Les Açores, l’objectif principal de son année sur le circuit très convoité des Mini 6.50.

Pierre, le conseiller

Entre temps, il continuera certainement à naviguer avec Nils Palmieri, l’autre skipper TeamWork qui évolue en Figaro Bénéteau et avec qui il a enchaîné les sorties cet hiver. De plus, Pierre conseillera un skipper IMOCA en météo cette année et pour la Route du Rhum tout en animant quelques conférences. « Ma passion pour la météo va m’amener naturellement à conseiller certains marins et pourquoi en router. Je vais intervenir aussi dans des conférences dont la thématique est comment les dernières technologies en matière de météo peuvent faire gagner des courses et des entreprises dans leur business ? »

Le Vendée Globe 2028 en ligne de mire

Et après ? : « Je rêve comme beaucoup du Vendée Globe. Je me fixe comme but d’être au départ de la Route du Rhum 2026 à bord d’un IMOCA tout en ayant déjà construit un projet pour la Transat Jacques Vabre 2025 et en ayant dans le collimateur le Vendée Globe 2028. Mon idée, à l’instar de ce que j’ai fait en Mini est d’apprivoiser un voilier à foil « première génération » et d’y aller étapes par étapes afin de progresser graduellement. Je ne suis pas contre, enfin, d’une première expérience sur ce circuit des voiliers du Vendée Globe dès 2023 et la Transat Jacques Vabre en tant que co-skipper. »

A bon entendeur !

Thomas Ruyant Puissance 2 un an après son Vendée Globe

2022, une année placée sous l’augure du chiffre 2 pour Thomas Ruyant et les équipes de TR Racing. Deux, comme le nombre de projets à suivre et à gérer pour le dernier vainqueur, associé à Morgan Lagravière, de la Transat Jacques Vabre; deux bateaux, deux chantiers, et deux ambitions, l’une à court terme avec la Route du Rhum 12ème du nom, dont le départ sera donné le dimanche 6 novembre prochain, et l’autre à l’horizon 2024, préfigurée par le Vendée Globe. A chaque envie son projet. L’optimisation et remise en pleine forme du plan Verdier LinkedOut dans son chantier de Lorient, et la construction déjà bien lancée d’un plan original, à la double signature, selon le voeu et l’idée de Thomas lui-même, d’Antoine Koch associé au cabinet Finot-Conq. A la baguette, Thomas Ruyant se démultiplie ainsi à la tête d’une équipe renforcée en quête d’objectifs avoués, doubler la mise au palmarès de la Route du Rhum, déjà remportée en 2010 catégorie Class40, et briller autour du monde en 2024.

Moule livré ; début des opérations de drapage chez CDK Lorient

Il y a tout juste un an, Thomas Ruyant bouclait aux Sables d’Olonne son premier Vendée Globe. Il enchainait avec une pleine saison de courses océaniques couronnées d’admirable manière par un triomphe dans la Transat Jacques Vabre. Simultanément, les réflexions lancées dès avril autour de la construction d’un nouvel Imoca allaient bon train, et prenaient en septembre forme et volume avec la construction du moule de coque à Lanester. Livré en décembre au chantier CDK de Lorient, cet élément fondateur du proto Imoca Advens 2 a depuis été assemblé, sa géométrie calée selon les techniques adaptées. La construction à proprement parler du bateau a ainsi, et dans le tempo du cahier des charges, pu débuter avec les premiers drapages de tissus en fibres de carbone pré-imprégnées. La construction du moule de pont suit son cours.

Toujours rapide, mais plus longtemps !

Responsable du bureau d’étude de TR Racing et en charge du suivi de la construction du plan Koch-Finot Conq, François Pernelle se démultiplie lui aussi entre les deux chantiers Lorientais et les deux bateaux, LinkedOut et Advens2. « Nous sommes entrés dans la phase concrète et active de la construction du nouveau bateau » explique-t’il. « Antoine Koch et le cabinet Finot-Cinq envoient leurs dessins au cabinet de calcul Gsea Design, qui décide des tissus à utiliser et de leurs placements dans le moule », une philosophie générale fondée sur l’expérience de Thomas à bord du précédent plan Verdier. « L’idée générale est de sortir un bateau fiable, en gommant tous les petits défauts de LinkedOut. » poursuit François. « Nous le fabriquons un poil plus costaud, en renforçant les zones les plus exposées de ce type de bateau volant. Le bateau sera rapide, certes, mais dans la durée. Ce sont des vitesses moyennes élevées sur de longues distances que nous recherchons. Il a fallu penser et travailler la carène pour un meilleur passage dans la mer tout en conservant les qualités de vitesse de LinkedOut. »

LinkedOut, plus compétitif que jamais dans la perspective du Rhum !

Le monocoque LinkedOut, vainqueur de la Transat Jacques Vabre, est désormais un bateau abouti qui a fait ses preuves. Il demeure éminemment compétitif dans l’optique de la Route du Rhum qu’ambitionnent Thomas et ses équipes. François Pernelle préside aussi à sa préparation dans cette optique. « Pas de changements majeurs en cours dans la préparation en notre chantier de Lorient » précise-t’il. « Nous poursuivons et affinons les développements initiés en 2021. Le bateau subit une révision générale, avec un gros travail sur la peinture pour améliorer la glisse. »

Le réseau LinkedOut en ascension !

C’est donc une année particulièrement dense qui s’avance. Advens 2 est bien lancé dans son processus de construction qui durera près d’un an. Le voilier LinkedOut retrouvera son élément maritime à la mi-avril. La course, au sens sportif du terme, va reprendre au printemps, doublée comme à l’accoutumée de la course à l’Inclusion pour l’association LinkedOut et à l’emploi pour les candidats qu’elle accompagne.

Depuis son lancement en 2019, le programme LinkedOut monte en puissance et affirme ses ambitions de transformer la société vers plus d’inclusion, notamment grâce à la visibilité et l’écho médiatique offert par Advens, le sponsor principal de TR Racing.

Ce partenariat inédit a permis d’offrir un véritable outil de rayonnement et d’engagement tant pour les candidats et les entreprises que pour le grand public. Ainsi, depuis son lancement, le dispositif a accompagné 113 personnes en situation d’exclusion, dont 61% ont retrouvé un emploi durable. Ce sont également 316 entreprises qui ont posté une offre d’emploi sur la plateforme.

Le compte à rebours vers Saint-Malo et le départ de la Route du Rhum a bel et bien débuté avec Advens, premier pure-player français de la cybersécurité qui – à travers son sponsoring innovant – concrétise son modèle.

L’entreprise qui affiche des objectifs ambitieux tant en matière de développement économique que d’impact sociétal, est en ordre de marche pour amplifier son engagement. Sur le volet technologique, Advens accompagne les équipes de TR Racing dans leur montée en puissance pour plus de performance. Sur le plan sociétal, Advens développe des initiatives à la fois dans l’Inclusion, c’est le cas avec LinkedOut, et sur d’autres projets dans les domaines de l’environnement et de l’éducation.

« Cette saison va être dense et passionnante sportivement et techniquement » conclut Thomas Ruyant. « Donner du sens à notre performance sera notre crédo encore et toujours. Avec l’apport majeur d’Advens sur tous les plans, je suis ravi de la montée en notoriété de LinkedOut afin de remettre à l’emploi les exclus. »

Quel chemin parcouru en un an pour le tourdumondiste et ses équipes !

A la poursuite de ses rêves

A 26 ans, il est l’un des meilleurs biathlètes de sa génération, et représente une solide chance de médaille française aux prochains Jeux Olympiques d’hiver de Pékin 2022. L’Isérois Emilien Jacquelin s’est, depuis son arrivée en équipe de France de biathlon lors de la saison 2017-2018, déjà doté d’un solide palmarès, avec notamment ce double titre de champion du monde de la poursuite. Il a surtout imposé un style, une image, un profil profondément attachant, un poil fantasque, imprévisible risque tout. Les pieds solidement ancrés dans son cher terroir du Vercors, et la tête dans les étoiles, Emilien est un athlète rare, compétiteur-artiste toujours en capacité de privilégier le beau geste, tant qu’il sert la performance. Emilien Jacquelin poursuit sa quête de certitudes, d’exploits en déconvenues, en perpétuelle remise en question, mais animé d’une formidable envie de vivre pleinement l’instant, de sublimer le geste qu’il aime beau, toujours plus proche de la perfection. Emilien, c’est le panache à la Française, un peu d’Artagnan, un peu Cyrano, jamais esclave de la compromission ou du calcul d’apothicaire. Le biathlon lui ressemble, un fragile équilibre en constante instabilité, entre la tête et les jambes, le physique et le mental, le talent et la force brute. Une dualité source de toutes ses interrogations et de ces doutes qui nourrissent à la vérité son envie d’avancer, toujours plus loin, toujours plus haut, toujours plus fort.

 

Les valeurs du terroir et de la famille

Bien comprendre la personnalité complexe d’Emilien Jacquelin passe par la perception précise du poids des atavismes familiaux. A commencer par le père, et cette fratrie de 4 garçons, tous nourris au sport, à la compétition, à l’excellence physique comme intellectuelle. « Mes trois grands frères excellaient en ski de fond. C’est naturellement que je les ai suivi, et que j’ai intégré tous les paramètres de l’exigence du haut niveau et de la préparation physique. Mais ils n’étaient pas seulement sportifs de haut vol. Les études importaient et c’est une composante de ma formation d’adulte que j’ai très vite intégrée. Je me destinais à Sciences Po, au journalisme. Le Lycée Jean Prévost de Villard de Lans m’a permis de concilier études et sport. » Il lui a surtout permis de conserver cet ancrage à sa terre, à la nature, à un cadre de vie primordial pour son équilibre. « J’ai la chance de concilier ma vie sportive, sociale et familiale dans un cadre exceptionnel, préservé, celui du plateau du Vercors. Je m’y ressource ainsi facilement au plus près des valeurs environnementales qui me sont chères. »

 

Athlète précoce, mais pas surdoué…

Le biathlon se présente à lui très tôt, vers 14 ou 15 ans. Le benjamin des Jacquelin, sur la lancée de ses frères, brille déjà en ski de fond. Le maniement de la carabine est en revanche plus laborieux. « Je tirais très mal » avoue-t’il volontiers. « Mais cette difficulté a été moteur dans ma motivation pour le biathlon. J’ai eu besoin de me prouver que je pouvais y arriver. Le ski de fond était un plaisir naturel. La difficulté du tir m’a poussé mentalement dans mes retranchements. Je voulais y arriver, surmonter cet obstacle. Cette démarche intellectuelle m’inspire encore aujourd’hui. Faire face, affronter l’adversité, l’impossibilité. C’est ce qui donne la saveur aux choses. Manier une arme, même sportive, à un très jeune âge, est formateur. Cela responsabilise. Le tir est un perpétuel rappel à l’ordre, pour signifier que rien n’est acquis, qu’il faut en permanence répéter ses gammes, douter pour mieux rebondir. C’est très formateur et enrichissant mentalement. L’équilibre est subtil à trouver, entre technique et inspiration, assurance et prise de risque. »

 

Qui ose gagne…

A l’approche pragmatique d’une discipline aussi exigeante que le biathlon, Emilien Jacquelin apporte une touche très personnelle où pointe un grain de folie. « J’aime le panache, la prise de risque. Qui ose gagne est un peu ma devise. Une philosophie que je trouvais dans le cyclisme, hier chez un Pantani, aujourd’hui chez un Alaphilippe. Le biathlon, c’est une alchimie entre la technique, le physique et le mental. J’aime y ajouter une petite part d’irrationnel, d’inspiration du moment… »

« J’ai longtemps rêvé de devenir champion du monde. Quand c’est arrivé (double champion du monde de la poursuite (en 2020 et 2021 à Poljuka et Antholz-Anterselva,) cela n’a rien changé à ma vie. Au contraire, cela a suscité énormément d’interrogations, sur la finalité de ma vie sportive, sur mes attentes en tant qu’homme. Je ne me suis pas senti comme un grand champion, comme un Martin Fourcade. Je réalise que c’est le chemin qui est beau, pas le but. J’ai besoin de l’émotion du cheminement, avec ses aspérités, ses joies et ses peines. J’ai besoin d’interrogations, pas de certitudes toutes faites. Ainsi, ma récente blessure (fracture du radius en aout dernier ndlr)  génère-t’elle chez moi une immense motivation ; suis-je capable de rebondir, de vaincre une adversité encore plus grande car elle m’impose un nouveau challenge, avec cette nouvelle technique de tir?

La pandémie m’a permis de réaliser combien la dimension partage est importante pour moi. Evoluer devant des stades vides m’a fait prendre conscience de l’importance de la communion avec les autres, le public. J’ai, ces dernières années, grâce à Martin (Fourcade), vu monter l’intérêt, l’engouement du public pour le biathlon. J’ai besoin de ce public, de partager mes émotions, de communier. J’ai grande hâte de retrouver cela en Coupe du Monde et aux JO. »

 

Emilien Jacquelin se lance ainsi à corps perdu dans une nouvelle saison des plus importantes, avec les Jeux Olympiques en ligne de mire, la tête pleine d’interrogations bienfaisantes. C’est bien le biathlon qui lui apporte au quotidien non pas les réponses mais l’état d’esprit, la posture physique et intellectuelle avec lesquelles il se sait capable de renverser des montagnes. Le doute est son moteur, le travail sa réponse, le Vercors sa certitude. La combinaison des trois révèle saison après saison un champion d’une grande richesse mentale et intellectuelle, attachant en diable, capable lorsqu’on l’attend le moins, des plus grands exploits…

 

Perrine Laffont Winter Camp

Tout juste rentrée de Pékin, Perrine Laffont retournera aux sources le 19 février. Avec son équipe, la championne organise aux Monts d’Olmes, sa station pyrénéenne, son Winter Camp, un moment de partage et de transmission auprès de ses fans de 7 à 77 ans. Au programme tout au long de la journée et à partir de 9h30 : animations gratuites, contest et initiation au ski de bosses, handiski, descente aux flambeaux et distribution de nombreux lots à gagner.

« Ma quatrième place en Chine est difficile à digérer » déclare Perrine. « Mon retour à la maison va me permettre de passer à autre chose et de me nourrir des autres le temps d’une belle journée d’animations. Il a toujours été important pour moi de transmettre mon sport. Vous êtes les bienvenus aux Monts d’Olmes samedi 19 février. Nous allons nous amuser ensemble et partager. Merci à mes partenaires de m’accompagner pour ce Winter Camps. »

Les choix architecturaux de V and B – Monbana – Mayenne

L’équipe de Maxime Sorel, skipper du futur voilier V and B – Monbana – Mayenne conçoit dans les ateliers concarnois de MerConcept, un IMOCA fiable et performant pour le prochain Vendée Globe. Annoncé comme le sistership d’Apivia, le skipper et son équipe n’ont pas hésité à faire évoluer la carène et les foils du plan initial afin de donner naissance à un monocoque abouti et rapide. La mise à l’eau est prévue mi-juin.

Afin de se donner les moyens d’accrocher un Top 5 sur le Vendée Globe 2024 – 2025, Maxime Sorel et ses partenaires ont réuni des experts qui ont travaillé pour optimiser le plan déjà très fiable proposé par l’IMOCA Apivia.

Guillaume Verdier, l’un des architectes navals les plus reconnus de la planète, a repensé ce bateau afin de répondre aux critères de performances du parrain national de l’association Vaincre la Mucoviscidose. “La démarche des équipes de V and B – Monbana – Mayenne est très intelligente” explique Guillaume. “Nous sommes partis d’un bateau qui a démontré sa fiabilité et sa performance lors du dernier Vendée Globe notamment, mais Maxime a montré une réelle motivation pour aller plus loin, oser des changements, explorer de nouvelles idées pour optimiser les plans et gagner en vitesse. Apivia est un bateau homogène sur toutes les allures, mais il s’est montré terriblement inconfortable dans les mers du Sud. Ces bateaux vont vite dans la houle et finissent par planter violemment dans les creux des vagues. La vie à bord est vraiment pénible et la compétitivité du marin est forcément touchée. Notre objectif est de faire en sorte que V and B – Monbana – Mayenne passe mieux dans les vagues. À l’image d’une spatule sur des skis qui rend la descente plus souple, on a modifié la forme de la carène, l’étrave pour la spatuler. Le bateau est ainsi moins violent et les vitesses moyennes plus rapides”.

Autre changement notoire : le choix des foils. Maxime s’est intéressé aux appendices de 11th Hour Racing Team-Alaka’i qui ont démontré leur efficacité dans toutes les conditions. “Ce sont les meilleurs foils qu’on ait fait aujourd’hui” s’enthousiasme Guillaume Verdier. “Les premiers foils d’Apivia étaient très efficaces mais nous avons préféré une version plus maniable qui a démontré une plus grande stabilité de vol. Encore une fois, notre volonté est de tendre vers des vitesses moyennes plus élevées” complète le skipper.

Débuté au printemps 2021, le chantier de l’IMOCA tient le tempo annoncé. La coque a été démoulée. Les équipes de MerConcept assemblent désormais toutes les pièces de ce puzzle géant. “La job list de ce début d’année est dense” reprend Maxime qui, à peine rentré d’une ascension express du Kilimandjaro, se projette déjà sur son prochain Tour du Monde. “Nous travaillons actuellement avec Philippe Laot sur l’ergonomie intérieure et extérieure du bateau avec la partie couchage qui sera en bio composite. Je dois aussi valider l’ensemble du dispositif électronique embarqué. En parallèle nous décidons du premier jeu de voile qui va nous servir pour la Route du Rhum. Avoir déjà fait le tour du Monde nous fait gagner beaucoup de temps” confirme le marin. Fin mars le pont, dernière pièce majeure, sera greffé à la coque avant d’entreprendre les finitions avec l’accastillage et la décoration “Nous avons un gros dossier autour de la peinture que nous impose ce magnifique dragon. C’est un vrai travail d’artiste !”

La mise à l’eau du dragon est prévue mi-juin à Concarneau.

Les Fondations Belem et MELiSSA : pour réduire l’impact environnemental du Belem !

Fin 2021, les fondations BELEM et MELiSSA ont signé un accord de collaboration pour le développement et la démonstration de technologies de recyclage à bord du trois-mâts Belem, permettant ainsi de réduire son impact environnemental. Ces technologies sont issues du projet MELiSSA de l’Agence Spatiale Européenne. Ce partenariat illustre une application de la recherche spatiale, transférée au maritime.

Christelle de Larauze, déléguée générale de la Fondation Belem : « Il n’y a pas plus durable que le Belem qui navigue toujours à la voile plus de 126 ans après sa construction. Nous devons nous efforcer de réduire au maximum l’empreinte environnementale du navire, d’être exemplaires à tous points de vue, jusqu’au traitement des déchets, générés par l’équipage et les stagiaires en mer. Le projet MELiSSA permet de recycler nos eaux usées et fait du Belem un navire précurseur et exemplaire pour de nombreux autres navires.»

Christophe Lasseur, Chef du projet MELiSSA : « Ce n’est pas un hasard si dans beaucoup de langues, on parle de « vaisseau » spatial. Cela démontre clairement les similitudes de la vie à bord. La collaboration Belem – MELiSSA est une opportunité unique d’utiliser les technologies spatiales pour recycler les déchets à bord, et ainsi préserver les océans. »

A propos du projet MEliSSA :

 

L’objectif du projet MELiSSA (Micro- Ecological Life Support System Alternative) est de développer les technologies permettant la Vie des astronautes au cours des futurs longues missions, notamment vers la planète Mars. Ces technologies permettront de reproduire les fonctions principales de la Terre dans une masse et un volume réduit, mais avec une sécurité extrême. On parle souvent d’écologie fonctionnelle. Aujourd’hui, le projet MELiSSA est souvent cité comme L’EXEMPLE d’économie circulaire le plus abouti au monde, avec notamment pour résultats de nombreux transferts technologiques du spatial vers le terrestre.

 

Dans l’Espace, la survie des astronautes requiert des masses très importantes en oxygène, en eau et en nourriture, lesquelles sont très coûteuses à embarquer, trop lourdes et trop volumineuses. Ce sont, par exemple, plus de 30 tonnes d’approvisionnement qui seraient nécessaires pour une mission habitée vers la planète Mars. En d’autres termes, comment faire pour parvenir à recycler le dioxyde de carbone et les déchets organiques pour les transformer en nourriture, en oxygène et en eau ?

 

C’est précisément pour répondre à cette question que l’ESA a mis sur pied, il y a plus de 34 ans, le projet multidisciplinaire MELiSSA qui étudie la possibilité de valoriser tous les déchets d’une mission pour répondre aux besoins vitaux des astronautes.

De nombreuses expériences ont déjà eu lieu au sein de la Station Spatiale Internationale (ISS), avec des résultats extrêmement encourageants !

Pour les applications terrestres, citons en exemples, le recyclage des eaux grises à Roland Garros et sur le Pavillon monégasque de l’Exposition universelle 2020 de Dubaï grâce à la technologie FGWRS (France), la technologie belge URIDIS issue du projet HYDROHM qui propose un système de toilettes durables, les photobioréacteurs en biofaçades, ou encore le brevet anticholestérol et la spin-off associée : ezCOL (Pays-Bas).

 

Aujourd’hui, grâce au projet MELiSSA, il est possible de produire de l’oxygène, de l’eau et de la nourriture grâce au recyclage du CO2 et des déchets des missions : une révolution sans laquelle il serait illusoire d’envisager des vols spatiaux habités de longue durée dans les prochaines décennies !

 

 

Un hiver au Havre

L’hivernage du trois-mâts Belem se poursuit au Havre. Les techniciens s’affairent à bord du voilier afin qu’il soit totalement opérationnel pour les belles navigations qui s’échelonneront d’avril à octobre. Le Belem sera sorti de l’eau du 24 au 30 janvier au chantier havrais Naval Project et le petit roof est en cours de restauration en collaboration avec le conservatoire maritime du Havre.

Le petit roof restauré avec des personnes en réinsertion

L’objectif de cette pause hivernale au Havre est de préparer au mieux le Belem pour la saison de navigation. L’équipe de la Fondation Belem sur place œuvre quotidiennement pour et a du pain sur la planche afin de fiabiliser le trois-mâts. Cela passe par de la maintenance classique de la mature, des ponts et des voiles mais également par un chantier plus important autour du petit roof. Le conservatoire maritime du Havre intervient sur cette réfection pour les vernis des meubles (banquette et table) et fait appel à une équipe de personnes en réinsertion par l’emploi. La valorisation du patrimoine, comme le petit roof du Belem est un sujet fédérateur, stimulant la motivation au travail et favorisant l’intégration dans la vie active.

Il reste des places pour naviguer à bord du Belem

D’autre part, c’est d’ailleurs souvent un grand moment, le grand Belem sera sorti de l’eau du 24 au 30 janvier au port du Havre, l’occasion d’inspecter sa carène et de lui refaire une beauté. « La restauration du Belem avance à grand pas, le chantier hivernal du Belem aussi » indique Christelle de Larauze, déléguée générale de la Fondation. « Nous sommes dans les temps afin d’être opérationnel début avril pour le début de notre saison qui va amener de nombreux passionnés en Manche, Mer du Nord et Altantique. Le Nautic de Paris, comme d’habitude, a été une bonne vitrine pour la Fondation. De nombreux passionnés attendaient ce salon pour choisir leurs séjours de navigation. Plus de la moitié des places sont d’ores et déjà réservées, ce qui nous permet d’envisager l’année avec optimisme malgré la pandémie qui reste malheureusement virulente. »

Le Belem réalise pour la première fois son hivernage au Havre en partenariat avec la ville du Havre, HAROPA Port et son mécène la Caisse d'Epargne Normandie.

Perrine Laffont en piste à Tremblant

Depuis sa chute sur l’épreuve en solo de la Coupe du Monde de l’Alpe d’Huez, Perrine Laffont a pris un juste repos afin d’attaquer 2022 dans les meilleures dispositions. Totalement remise, la Championne Olympique de ski de bosses reprendra du service vendredi et samedi à Tremblant au Canada puis à Deer Valley (USA) les 12 et 14 janvier. Quatrième à Ruka, deuxième en simple à Idre Fjall et vainqueure en parallèle, sixième toujours en simple à l’Alpe d’Huez malgré ses soucis, Perrine compte se remettre sur de bons rails afin d’aborder les Jeux Olympiques de Pékin en pleine forme. Ses impressions…

Alpe d’Huez

« Depuis ma chute à l’Alpe d’Huez, je me suis reposée et j’ai profité de la pause de fin d’année pour m’entraîner à la maison. Nous devions participer à un stage de l’Equipe de France à l’Alpe d’Huez en fin d’année mais la piste était impraticable à cause de la pluie. J’ai, tout de même, refait un peu de ski et les sensations étaient bonnes. La chute fait parti de notre quotidien. Nous avons l’habitude. C’est clair que j’aurais préféré qu’elle n’arrive pas sur cette belle étape française mais c’est comme ça et cette difficulté est maintenant derrière moi et peut me servir pour la suite. Je me tourne totalement vers l’avenir. J’ai évacué tout ça lors des fêtes de noël. Je tiens à remercier l’ensemble du staff de l’Equipe de France de ski de bosses pour leur accompagnement dans cette phase. Je pense à Ludovic Didier, Lionel Levray, Rémi Damiani, Olivier Matarese et Polo, notre kiné…»

Amérique du Nord

« Je connais la piste de Tremblant mais elle sera de toute façon un peu différente que les autres années. Nous allons nous entraîner dès mercredi. Il va faire très froid avec moins 20 degrés attendu. J’ai hâte de reprendre et de refaire des sauts. On enchaînera ensuite avec Deer Valley qui va arriver vite. J’ai soif de ski. L’idée est de me concentrer sur moi et pas sur des éléments extérieurs. J’ai perdu un peu d’énergie en début de Coupe du Monde avec les décisions des juges. »

Covid 19

« Nous faisons très attention au protocole sanitaire. Je limite drastiquement les contacts. C’est un peu stressant mais nous avons déjà vécu cette situation en 2021. Je vais m’adapter et prendre le maximum de précaution jusqu’à notre départ pour Pékin. »  

 

En rouge au Grand Bo !

A la veille du temps fort Français de cette importante saison Olympique, l’étape de coupe du Monde de biathlon du Grand Bornand (16-19 décembre), c’est un Emilien Jacquelin mesurément satisfait, mais confiant en sa méthode, qui a rallié dès la fin des épreuves de Hochfilzen (Autriche), son domicile de Villard de Lans. Deux jours de repos et d’entretien physique l’y attendent, avant de rejoindre Annecy et le seul rendez-vous français de la Coupe du Monde. Emilien y portera avec fierté le maillot rouge du leader de la poursuite. Il ambitionne surtout d’y conquérir de haute lutte le prestigieux maillot jaune de leader du classement général, où il occupe, au terme de trois « Events », une flatteuse deuxième place, à 7 points du leader, le Suédois Sebastian Samuelson. Son début de saison, marquée par 3 podiums individuels dont deux deuxièmes places, n’est rien moins que surprenant, de la part d’un athlète dont à la fin de l’été, on doutait encore de sa capacité à seulement prendre part à la compétition, suite à cette grave fracture au poignet gauche. Jacquelin et sa force mentale hors du commun, s’est contre toute attente, appuyé sur ce coup du sort pour pousser encore plus loin la remise en cause fondamentale de ses pratiques, de ses approches physiques et techniques d’une discipline intolérante à toute improvisation. « Je suis toujours en chantier » avoue-t’il avec ce clin d’oeil malicieux du champion lucide sur les choses de la vie. « Les travaux continuent… »

 

C’est en montant de nouveau sur la deuxième marche du podium, celui du relais de Hochfilzen avec l’équipe de France, qu’Emilien tourne la page des trois premiers grands événements de sa saison. Une saison lancée d’admirable manière, si l’on considère l’abîme dans lequel sa grave blessure au poignet l’avait, il y a quelques mois seulement, précipité. 35ème lors de l’Individuel d’Oestersund, Emilien n’a depuis jamais raté une seule cérémonie des fleurs, se classant toujours parmi les 6 meilleurs en Suède et en Autriche. Une constance, une régularité au plus haut niveau qui le conforte dans la voie choisie, contrainte et forcée par la blessure, celle d’une patiente reconstruction de sa discipline. « J’aspire à devenir un  biathlète de plus en plus complet » précise le Villardien. « J’essaie de varier les méthodes, de me doter de plusieurs cordes à mon arc, afin d’être en mesure, quelles que soient les circonstances de courses, de disposer d’une solution. Pour l’heure, je m’applique à poser mon tir par exemple. Je n’ai pas encore eu l’opportunité d’appliquer mon tir rapide. Mais je suis heureux de ma régularité. Cela paie au classement général et je ne mets pas de pression quant à une éventuelle victoire. J’ai depuis longtemps accepté cette situation de tension à cause de mon poignet. Je cherche le relâchement, et c’est difficile. Cela me fortifie mentalement, et curieusement, je me sens plus fort depuis la blessure. D’abord me reconstruire, en espérant que le corps suive. »

 

Rapide sur les skis, Emilien ne se sent pourtant pas encore au maximum de sa forme. L’étape du Grand Bornand a naturellement été cochée de longue date. « J’aurai la fierté d’y porter le dossard rouge. C’est un temps fort de la saison pour nous Français. La concurrence est plus acérée que jamais et on voit nombre d’athlètes, Allemands, Suédois, et bien sûr Norvégiens mais aussi au sein de l’équipe de France, qui montent en puissance. Il y aura pour nous une motivation, une envie particulière de briller devant notre public, et de communier avec lui. »

 

Saison 2021 -2022

 

Oestersund :

Sprint : 4ème

Sprint : 2ème

Poursuite : 3ème

Relais : 2ème

 

Hochfilzen

Sprint : 6ème

Poursuite : 2ème

Relais : 2ème

Le Roy de la Mini Transat

Pierre Le Roy a coupé la ligne d’arrivée de la deuxième étape de la Mini Transat Eurochef 2021 en tête à 14h02 en 13 jours 23 heures 2 minutes et 9 secondes. Le skipper lillois à bord du plan Raison TeamWork, remporte cette édition de la Mini Transat au classement général, dans la catégorie des prototypes, avec brio. C’est un véritable triomphe pour le météorologue de formation qui n’aura fait quasi aucune erreur sur ce deuxième acte entre Les Canaries et Saint-François en Guadeloupe. L’élégant Pierre entre dans la cour des grands mettant à distance suffisante ses adversaires directs pour gagner l’épreuve. Il avait un débours d’1 heure, 9 minutes et 19 secondes, sur Tanguy Bouroullec encore en mer, au terme de la première étape entre les Sables d’Olonne et Santa-Cruz.

Les impressions de Pierre à son arrivée : « Je suis hyper content. Jusqu’au bout, j’ai eu peur d’un retour. Je ne savais pas que j’étais premier avec autant de distance. C’est maintenant la libération ! Je me suis donné tout au long de cette deuxième étape sans jamais rien lâcher. Je voulais gagner et c’est fait ! Cela s’est joué vraiment sur la stratégie météo et non uniquement sur la vitesse de nos voiliers. J’avais un plan avant le départ et il a fonctionné. Je me suis fait confiance et j’ai donc fait les bons choix. Je voulais rempoter la Mini avec panache. Je crois que j’ai coché cette case. Je me suis fait mal physiquement et mentalement notamment avec les nombreuses sargasses qui m’ont causé des soucis. J’ai une grande pensée pour mon père qui nous a quitté lorsque j’ai reçu la coque de mon prototype. Je pense fort à lui. David Raison, l’architecte de mon bateau, a fait un voilier incroyable. A partir de 15 nœuds, il planait tout le temps. J’adore vraiment la course au large. Je souhaite dans l’avenir naviguer sur de plus grands voiliers, faire la Transat Jacques Vabre et la Route du Rhum et proposer mes services en routage météo. »

Flashback

Quelle course pour Pierre Le Roy ! Il avait déjà été un grand animateur de la première étape restant leader longtemps mais se faisant rattraper dans la dernière ligne droite sans grande conséquence au classement général provisoire. Sur la deuxième étape, malgré un départ moyen et quelques hésitations à cause d’un énorme anticyclone barrant la route vers les Antilles, Pierre a vite retrouvé ses esprits dirigeant son voilier au Sud au meilleur moment et jouant précisément les oscillations du vent, plaçant, dans le petit temps, des empannages au cordeau ! Il prenait alors le leadership et ne cessait de creuser sur ses adversaires, plongeant à la latitude de l’archipel du Cap-Vert, et réussissant en faisant de l’Ouest a enfin touché les alizés habituels. La suite se déroulait comme dans un bon roman puisque, le navigateur, qui a beaucoup navigué à Dunkerque, filait à belles vitesses en direction de la Guadeloupe avec une certaine insolence et beaucoup de maitrise. Au palmarès de la Mini Transat, Pierre succède à François Jambou et il devient le deuxième nordiste à gagner cette traversée de l’Atlantique en solo et surtout sans communication avec l’extérieur, après Thomas Ruyant en 2009, actuellement leader de la Transat Jacques Vabre, un signe ?

Un projet rondement mené

Cinquième de la Mini Transat 2019 dans la catégorie des voiliers de série, Pierre a très vite eu comme objectif suivant la victoire en prototype. Il a alors tout mis en place pour ce but final. Avec son compère Cédric Faron, Pierre a lancé la construction d’un voilier à étrave ronde signé de l’architecte David Raison, ancien vainqueur de la Mini avec TeamWork ! Mis à l’eau en février cette année, TeamWork, également soutenu par Arthur Loyd, Oslo, Custo Pol, et qui porte également les couleurs de l’association réseau Etincelle, a vite fait ses preuves. Pierre a cumulé cinq podiums en avant-saison dont une victoire en solitaire sur l’ancienne Transgascogne et en double sur le Mini Fastnet. Il s’est présenté fin septembre au départ de la Mini Transat Eurochef avec beaucoup d’assurance et la certitude qu’il pouvait aller au bout. Il achève ce jour une grande saison et va pouvoir désormais penser à sa la suite de sa carrière de marins sur les traces d’Yves Le Blévec, Ian Lipinski, Thomas Ruyant, Yannick Bestaven, Armel Tripon. Bob Salmon, fondateur de la Mini, en 1977, doit être heureux au paradis.

 

 

 

 

Transat Jacques Vabre : Erwan Le Roux et Xavier Macaire en piste à bord de Koesio

Sommaire :

>> Portraits des skippers

>> Le parcours 2021 de la Transat Jacques Vabre

>> Flashback sur trois victoires

>> Koesio, le dernier né de la classe Ocean Fifty

>> Un projet axé sur l’humain

>> Un nouveau partenaire, Koesio

 

ERWAN LE ROUX

Ces quinze dernières années Erwan Le Roux s’est construit un solide palmarès avec, notamment, un formidable succès sur la mythique Route du Rhum – Destination Guadeloupe en 2014 et, en prime, le temps de de référence sur le parcours dans la catégorie des Multi50 (11 jours, 5 heures, 13 minutes et 55 secondes), toujours d’actualité à ce jour, mais aussi trois premières places sur le Tour de France à la Voile (en 2008, 2009 et 2014) et autant de victoires sur la Transat Jacques Vabre (2009, 2013 et 2015). Le Trinitain n’est pas seulement doté des capacités à piloter des bateaux extrêmes ou à gérer une équipe, il se démarque également en maîtrisant remarquablement les principales techniques d’optimisation de la performance. Des qualités qui font de lui un marin redoutable et redouté. « Sur cette Route du Café, la gagne est ce que l’on veut aller chercher. On ne part pas sur une course de ce type avec un tel bateau et un tel équipier avec pour seul but de monter sur le podium. C’est d’autant plus vrai que je n’étais pas présent lors de la dernière édition, en 2019, et que je reviens cette année avec beaucoup d’envie. Tous les ingrédients sont réunis pour que ça se passe au mieux, même si la concurrence s’annonce hyper relevée chez les Ocean Fifty, avec sept bateaux, tous capables de l’emporter ».

XAVIER MACAIRE

Champion de France élite de course au large en solitaire en 2015, vice-champion en 2019, et récent deuxième de la célèbre Solitaire du Figaro, Xavier Macaire, tout comme Erwan Le Roux, fait partie de ces marins discrets mais redoutablement efficaces. « C’est quelqu’un de très pointu, notamment sur le plan météo. Il est capable de rentrer dans le détail d’un routage ou d’un choix stratégique, mais surtout, c’est un marin complet avec lequel il est facile d’échanger », assure le skipper de Koesio. Tenace et déterminé, le Sablais compte, de fait, de nombreux atouts dans sa besace. A commencer par une solide expérience du large et de la régate au contact après dix années de confrontation au plus haut-niveau sur le circuit exigeant des Figaro Bénéteau, mais aussi de nombreuses expériences en IMOCA dont une participation à la Transat Jacques Vabre 2019. « Jusqu’ici, j’ai peu de pratique en multicoque », concède Xavier qui a toutefois appris vite et bien de ces machines à trois pattes ces derniers mois. « Les Ocean Fifty sont de vraies mobylettes, à la fois techniques et exigeantes. Un peu flippantes aussi car à bord il n’y pas ou peu le droit à l’erreur. On peut vite se faire dépasser par la machine et le chavirage est une sanction radicale. Il faut donc bien gérer tous les paramètres et être perpétuellement dans l’anticipation. C’est périlleux, mais aussi excitant et challengeant », assure le Vendéen dont l’objectif est naturellement d’accompagner Erwan vers un quatrième sacre sur l’épreuve.

 

LE PARCOURS 2021 DE LA TRANSAT JACQUES VABRE

5 800 milles entre Le Havre et Fort de France via l’archipel brésilien de Fernando de Noronha : tel est le parcours réservé aux Ocean Fifty lors de cette 15e édition de la Transat Jacques Vabre Normandie Le Havre. Un tracé inédit, à la fois technique et piégeur, avec notamment deux passages dans le fameux Pot-au-Noir. « La portion entre le départ et les îles de Fernando est connue et sans véritables grandes surprises, avec les tempêtes de novembre et les premiers fronts à passer au plus vite pour trouver ensuite la porte des alizés, un jibe à caler sous l’anticyclone des Açores puis un long bord en bâbord amure jusqu’à l’entrée dans la zone de convergence intertropicale », explique Erwan Le Roux, bien conscient toutefois que la théorie demeure toujours bien moins complexe que la réalité, en particulier dans le célèbre Pot-au-Noir. « Lors de son passage, on peut jouer de malchance ou l’inverse. Tout est possible », détaille le Trinitain qui garde naturellement en tête sa mésaventure de l’édition 2017. « Alors qu’on cavalait en tête (avec Vincent Riou, ndlr) avec 150 milles d’avance à l’entrée de cette zone de marasme, on est ressorti avec 80 milles de retard sur Lalou Roucayrol et Alex Pella. Preuve que dans le Pot, les écarts peuvent se faire et se défaire en quelques heures seulement. Tout peut se jouer là. Après l’archipel de Fernando de Noronha ? C’est un peu la question. Normalement, en remontant le long de la côte nord-ouest du Brésil, l’on devrait avoir moins de mal à repasser le Pot-au-Noir. Il n’empêche qu’il ne s’agira pas d’un bord de tout droit pour finir. Il va y avoir de quoi jouer jusqu’au bout sur le plan stratégique, et l’on va aussi se retrouver sur la route des sargasses. Tout cela va rajouter encore un peu de piment à la recette de cette Transat Jacques Vabre qui n’en manquait déjà pas ! », termine Erwan qui devrait mettre entre 12 et 15 jours pour boucler le parcours.

FLASHBACK SUR TROIS VICTOIRES

Vainqueur de la Transat Jacques Vabre en 2009 avec Frank-Yves Escoffier, en 2013 avec Yann Eliès puis en 2015 avec Giancarlo Pedote, Erwan Le Roux est l’un des rares marins avec Franck-Yves Escoffier, Yann Eliès, Jean-Pierre Dick et Franck Cammas à l’avoir déjà remportée à trois reprises au moins. Chacune de ces victoires revêt une saveur particulière, ainsi que l’évoque le skipper de Koesio :

2009 : « C’est un souvenir unique au côté d’un personnage, Frank-Yves Escoffier, et d’un sponsor tout aussi emblématique, Crêpes Wahou !. Notre arrivée au Costa Rica a été complètement dingue, avec un feu d’artifice absolument mémorable. Finalement, tout a été incroyable du début à la fin. Pour moi, c’est clairement le démarrage de toute l’histoire. C’est la naissance d’un bateau mais aussi de la Classe Ocean Fifty. »

2013 : « C’est l’aboutissement d’une saison totalement folle lors de laquelle, avec l’équipage de FenêtréA – Cardinal, on a absolument tout raflé. Elle reste très particulière pour moi. Ça a vraiment été quelque-chose de courir avec Yann Eliès, l’un des ténors de la course au large. J’ai beaucoup appris à ses côtés et c’est aussi cela qui m’a sans doute permis de gagner la Route du Rhum l’année suivante. En résumé, ça a non seulement été une rencontre avec un marin exceptionnel mais aussi une victoire très fondatrice, très précieuse dans mon apprentissage. »

2015 : « Ça a été la plus dure. Avec Giancarlo Pedote, on a eu une multitude de galères mais on est parvenu à aller au bout en faisant preuve de beaucoup d’abnégation. Ça a également été une belle rencontre avec un personnage incroyable lui aussi. Quand je vois ce qu’il a fait sur le Vendée Globe ensuite, je ne suis pas étonné. Comme moi, c’est un gros bosseur. Nous avions d’ailleurs énormément travaillé et navigué toute l’avant-saison. De ce fait, nous avons disputé la course avec un matériel un peu fatigué, ce qui a généré des problèmes à répétition, mais ça a assurément été une expérience forte. »

2021 : « Un quatrième titre ? Franchement je n’y pense pas, ça ne hante pas mes nuits. Je ne fais pas la transat pour ça. Notre objectif premier avec Xavier reste d’arriver de l’autre côté. C’est le premier cap à franchir pour espérer gagner. »

KOESIO, LE DERNIER NE DE LA CLASSE OCEAN FIFTY

Construit sous l’impulsion de Fabrice Cahierc et mis à l’eau en septembre 2020, le trimaran aujourd’hui nommé Koesio, est le dernier né de la classe Ocean Fifty. Dessiné par le cabinet VPLP et doté d’une structure en « K », il a participé à l’ensemble des courses du Pro Sailing Tour cette saison avant de subir un vaste chantier d’optimisation, l’été dernier, dans le but de gagner à la fois en confort, en sécurité mais aussi et surtout en performance. « Nous avons réalisé en l’espace d’un mois ce que l’on fait normalement en trois. Le travail a été intense et toute l’équipe s’est énormément investie pour réussir le pari de tenir le planning. Nous avons démonté absolument tout l’accastillage de façon que la nouvelle peinture puisse être faite. Nous avons, par ailleurs, ajouté des planchers, des éléments électroniques et informatiques avec notamment un PC puis des écrans plus robustes, ainsi qu’un hublot afin de pouvoir rentrer dans le bateau en cas de retournement. Nous avons également rallongé la casquette, installé l’intégralité du système anti-chavirage, des panneaux solaires puis une pile à hydrogène. Enfin, nous avons refait l’ensemble des appendices puis remplacé l’ensemble des pièces du gréement dormant. Tous ces éléments doivent, je l’espère, nous permettre d’être plus efficace », explique Erwan Le Roux pour qui l’un des plus gros défis de la navigation en double est de réussir à gérer le bateau depuis l’intérieur de la casquette. En ce sens, s’il a fallu d’adapter, prendre de nouveau repères et apprendre de nouveaux gestes, le bateau dans sa nouvelle configuration laisse augurer de belles choses !

UN PROJET AXE SUR L’HUMAIN

Allier performance et efficacité n’est pas une chose aisée mais Erwan Le Roux a compris, et depuis bien longtemps, que le management par l’humain donne à chacun une place à part dans un projet. Une place motivante et valorisante, synonyme de bien-être, de confiance et de compétitivité. « Pour moi, il est important de fédérer les gens. Nos projets dans le domaine de la course au large sont évidemment très stimulants mais ils sont aussi exigeants. La préparation de bateaux tels que les nôtres imposent de la rigueur et de la précision. Rien ne doit être laissé au hasard », explique le navigateur, attaché à partager sa passion et son expérience avec le plus grand nombre. « Quand on a la chance de faire des métiers comme les nôtres et de naviguer dans des endroits magnifiques, on a envie d’en faire profiter les autres, qu’ils soient partenaires, collaborateurs ou observateurs. Et quand on voit leurs sourires et leurs yeux qui brillent lorsque c’est le cas, ça n’a pas de prix. Cela permet de trouver un équilibre. De faire redescendre la pression dans les moments importants », détaille Erwan, également animé par la transmission de l’expérience et des savoir-faire en désacralisant, par exemple, les sciences auprès des lycéens. « La course au large est un sport mécanique. C’est une niche pour la science, la physique et la technologie. Pour beaucoup d’élèves, ces matières ne semblent pas concrètes lorsqu’elles sont étudiées à l’école. L’idée est de montrer aux jeunes de première et de terminale comment elles s’appliquent dans notre domaine en particulier et, pourquoi pas, susciter des vocations ».

UN NOUVEAU PARTENAIRE

Alors que son changement d’identité a été annoncé mi-septembre, Koesio, champion français des services numériques de proximité auprès des TPE-PME, a choisi, dans le même temps, de s’engager au côté d’Erwan Le Roux dans son projet Ocean Fifty sur la Transat Jacques Vabre – Normandie Le Havre 2021. Le navigateur a ainsi désormais pour mission d’incarner la nouvelle désignation de la marque dont la vocation est de fédérer les 2800 collaborateurs et plus de 180 agences locales en France, Belgique et Luxembourg, sous une même bannière et de faire émerger un acteur global de la transformation numérique pour les entreprises. « Le fait de jumeler l’activation de notre nouvelle marque avec du sponsoring a pour but d’augmenter la notoriété de l’entreprise et de mieux faire connaître ses valeurs. Pourquoi la voile ? Parce que c’est à la fois un défi humain, un défi sportif, un défi d’équipage mais aussi un défi environnemental. Pourquoi l’Ocean Fifty ? Parce que c’est un bateau parmi les plus sportifs et les plus technologiques de la course au large, porteur de très belles images. Pourquoi Erwan Le Roux ? Parce que, comme souvent, il s’agit avant tout d’une histoire d’hommes et que, pour nous, il incarne l’humilité, l’engagement, la loyauté, l’honnêteté et la rigueur, des valeurs qui correspondent à notre team. De plus, il a un très grand palmarès et mène aujourd’hui un bateau performant, le dernier-né de la classe. Le cocktail est parfait et surtout, il intervient dans le bon tempo », détaille Pieric Brenier, PDG de Koesio, un groupe qui, en en 30 ans, s’est construit en France en fédérant des entreprises qui ont conservé le sens de la proximité et de l’engagement, autour d’une expertise numérique unique.  « Aujourd’hui il est important d’incarner cette expertise, cette singularité au travers d’une identité et d’une marque commune, pour nos clients et pour nos collaborateurs, qui sont l’essence de notre réussite. »

Laffont, sans pression

Perrine Laffont débutera début décembre une grande saison avec 17 courses en Coupe du Monde et la tenue des Jeux Olympiques de Pékin du 4 au 20 février. La jeune femme, numéro 1 mondiale de ski de bosses depuis 2018, Championne du Monde en titre en single, 21 victoires en Coupe du Monde, travaille dur quotidiennement pour atteindre ses objectifs sportifs tout en prenant un maximum de plaisir sur les skis et dans les airs. Rapide entretien…

Sensations actuelles

« Tout va bien. Je travaille beaucoup. Je suis assez excitée par le début de saison qui approche. Tout ça demande de l’organisation. Je jongle entre les entraînements, de nombreux projets, les sollicitations… Je me suis entraînée 4 semaines à Albertville et je viens de reprendre le ski en Suisse. »

Préparation estivale

« Notre préparation s’est très bien déroulée. Sous la houlette de l’Equipe de France de ski de bosses, nous avons enchaîné préparation physique et ski à Albertville et Tignes. C’était très agréable et studieux et un peu plus simple que l’année dernière car il y avait un peu moins de contraintes liées au Covid. J’ai travaillé également mes sauts en Suisse. »

La Coupe du Monde 2021 – 2022

« 17 courses au programme… Cela va être très dense. Cela fait un peu peur ! Nous discutons optimisation de la récupération entre les étapes et afin de ne pas être fatiguée au milieu de l’hiver et surtout avant les Jeux. L’idée est d’être à 100% en Février. »

L’Equipe de France de ski de bosses

« C’est ma deuxième famille. Je l’ai intégrée alors que j’avais 15 ans ! Nous sommes très unis et c’est agréable de travailler dans cette ambiance surtout lorsque c’est difficile. Les heures d’entraînement passent mieux. »

Les Jeux Olympiques

« Je ne suis pas trop focus. Je ne suis pas obnubilée. Pékin sera une compétition comme les autres avec les mêmes adversaires et les mêmes juges. L’épreuve ne va rien changer à mes habitudes et je me dis que si le résultat n’est pas à la hauteur, cela ne changera pas ma vie et mes victoires acquises. » 

Jean Marre : « Hâte de voir comment je vais réagir »

Alors que le prologue de la Mini Transat s’est déroulé ce jour, sur le plan d’eau des Sables d’Olonne, dans des conditions parfaites de navigation, Jean Marre continue sa préparation à sa première traversée de l’Atlantique en solitaire qui prendra son envol dimanche depuis le spot du Vendée Globe. Tout s’accélère pour le jeune marin – amateur francilien et son équipe. Dans cette dernière ligne droite, Jean va s’attacher à prendre du repos et à fignoler les derniers détails à bord de son Maxi6.50 aux couleurs de Sports dans la Ville et Time for The Planet, deux associations dynamiques.

Tic, tac, tic, tac, le grand départ approche à grand pas pour Jean soutenu dans cette aventure par LDLC, Klaxoon et August Debouzy… Dimanche, 90 concurrents se lanceront dans leur première étape de la Mini Transat, cru 2021, en direction des Canaries. « Il y a eu quelques hésitations à donner le départ de la Mini dimanche puisque les conditions météorologiques annoncées étaient musclées. Les fichiers ont évolué depuis hier et tout semble maintenant ok pour le départ. Le front de Sud-Ouest attendu a baissé en intensité et le front prévu mardi semble gérable » indique Jean. « La nuit de dimanche à lundi sera difficile à priori car le vent sera puissant et nous évoluerons au près. Les différents modèles météos ne voient pas toujours la même chose et nous allons affiner, avec Tanguy Leglatin et Christian Dumard, les choses en approche de dimanche. A terre, cela sera les derniers conseils que l’on aura car ensuite on sera face à nous même sans communication et sans routage avec l’unique point météo de la direction de course à 15h00 en temps universel chaque jour. Mon avitaillement est réglé. Je me sens bien et sans trop de pression sur mes épaules. La première étape longue de 1300 milles sera importante. Il faudra se mettre dans le rythme et je vais découvrir une navigation plus longue que 5 jours, mon record. Il s’agira de ne pas faire de bêtises notamment au passage du cap Finisterre et de garder de l’énergie pour ce franchissement. J’ai hâte de voir comment je vais réagir et m’adapter à la vie en mer dans le temps. » L’histoire maritime de Jean Marre est en marche !