Jean Marre en piste pour l’Atlantique !

Le jeune navigateur Jean Marre, originaire de Saint-Germain-en-Laye, prendra le départ de la deuxième étape de la Mini Transat Eurochef vendredi. Le skipper du voilier de série « Sport dans la Ville – Time for The Planet » est huitième au classement général provisoire après le rocambolesque acte 1 entre Les Sables d’Olonne et Santa-Cruz aux Canaries. Direction Saint-François en Guadeloupe avec l’ambition affichée d’arriver au bout de sa première traversée de l’Atlantique en solitaire et en compétition et, pourquoi pas, d’accrocher un top 10 ; ce qui serait une belle victoire !

  • De quoi as-tu occupé ton temps lors de ces trois semaines d’escale canarienne ?

J’ai eu, comme d’habitude, beaucoup de difficultés à reprendre mes esprits suite à l’intense première étape. Il m’a fallu une semaine pour récupérer. J’ai passé pas mal de temps avec les concurrents. Nous avons visité l’île de la Palma. J’ai aussi et évidemment préparé mon voilier pour la deuxième étape. Une pluie de cendre s’est abattue sur nos voiliers au ponton. Elle venait de l’éruption volcanique qui sévit depuis quelques semaines et qui fait beaucoup de mal à la population. Je pense à elle. 8000 personnes ont été déplacées à cause de leur maison détruite. Cela rend un peu futile notre histoire !
En tout cas, je vais m’atteler cette semaine à continuer à laver mon bateau et à démonter le plus possible de pièces mécaniques comme les winchs car la poussière peut faire des ravages.

  • Le jury de la Mini Transat a accordé une bonification de 24 heures à 80 concurrents suite à leur escale lors de la première étape. Qu’en penses-tu ?

C’est, à mon avis, la décision la moins pire. La plupart des concurrents est satisfait. Cela remet certains dans le jeu. Les écarts avec le premier sont importants à partir du quatrième au classement général mais il peut se passer de nombreuses choses sur cette deuxième étape et on verra les meilleurs à l’arrivée, j’en suis certain. Je ne m’occupe pas de trop de cette histoire. Je ne joue pas vraiment la victoire. Mon projet est nouveau. J’ai commencé la course au large il y a peu. Mon souhait est d’arriver en Guadeloupe dans les meilleures conditions. Je suis, tout de même, compétiteur et j’ai bien remarqué que la quatrième place n’est pas si loin et que, dans le même temps, le 12ème est également proche de moi en temps. Tout est donc possible ! J’ai appris sur l’acte 1. Je sais là où je dois m’améliorer. Je dois être plus constant dans mon effort, me concentrer dans mes prises de décision notamment dans les phases où je ne suis pas à l’aise à savoir le petit temps.

  • As-tu une vision de la météo à venir après le départ vendredi ?

Pour l’instant, c’est un peu n’importe quoi. Les alizés ne sont pas en place. Il est possible que l’on connaisse trois jours de molle dès le début de l’étape. C’est la cata ! Je pense que cette deuxième étape sera très longue, plus de 15 jours de navigation. J’ai hâte de m’y remettre et d’aller au bout de mon aventure. Je me sens tellement bien sur l’océan !

Morgan Lagravière, le vent pour passion

Il n’en finit pas de renaitre et de rebondir. Morgan Lagravière dessine sa carrière d’homme de mer en larges paraboles tantôt ascendantes, tantôt descendantes, au gré des fortunes que le vent et les océans poussent sur son chemin de vie. Depuis ses rivages enfantins de La Réunion et ses premiers bords en Optimist, il a avec bonheur touché à toutes les machines destinées à performer sur l’eau, du maxi trimaran au Kitefoil. Thomas Ruyant dit de lui qu’il est l’ami du vent et qu’en toutes circonstances, vitesse et performance l’accompagnent. Membre à part entière de l’équipage de l’Ultime Edmond de Rothschild, récent vainqueur de la Rolex Fastnet race, Morgan partage désormais à bord de l’Imoca LinkedOut, avec plaisir et envie, non seulement son talent si exclusif de performer, mais cette sensibilité singulière au vent, à la mer, à la vie trépidante des bateaux qui volent sur l’eau. Il sera au départ de la Transat Jacques Vabre Normandie Le Havre le 7 novembre aux côtés du skipper dunkerquois. Zoom…

Une formation olympique

Tout commence, comme souvent, par un atavisme hérité d’un père et partagé par des frères « voileux » en diable. La Réunion et ses rivages déchirés par l’océan Indien offrent à la fratrie Lagravière d’extraordinaires terrains de jeux sur lesquels le jeune Morgan excelle dès l’âge de 6 ans, grimpant quatre à quatre les marches de l’expérimentation en Optimist, 420 puis 470, sous la houlette d’incubateurs de passion comme Gabriel Jean Albert son entraîneur et ami. Une voie semble se dessiner pour lui, qui passe par Antibes et Marseille, section sport étude, avec l’Olympisme pour but ultime. Stéphane Christidis est son partenaire en 49er, avec qui il frôlera la sélection pour les Jeux Olympiques de Pékin. « L’Olympisme me caractérise encore aujourd’hui » affirme-t’il, empreint de cette rigueur, de cette résilience, de ce perfectionnisme propre à la pratique exacerbée de la monotypie. « Ma priorité, c’est le sport, la gagne, la compétition. » Morgan Lagravière cultive contre vent et marée son sens innée de la vitesse, née de sa quête du plaisir de la glisse. « En course au large, la technologie vient rompre la logique du plaisir. Je m’attache à préserver l’intuition et les sensations tant en Imoca qu’en Ultime. C’est un point que j’ai en commun avec Thomas… »

L’homme oiseau

La quête de la vitesse sur l’eau passe aujourd’hui par le vol, par la capacité offerte par les nouvelles technologies d’arracher planches, monocoques ou multicoques aux éléments liquides, pour accélérer dans la durée non plus sur la crête des vagues, mais sur la résistance de l’air. Morgan l’homme oiseau se meut avec délectation dans cette nouvelle approche de la navigation hauturière. « Voler, piloter un avion est une autre de mes passions » avoue ce détenteur d’une licence de pilote privé. « J’ai un moment caressé le rêve de partir au Canada pour y devenir pilote de ligne. » Avion, foiler…. C’est encore une fois la sensibilité, l’approche intuitive de la gestion des éléments qui s’exprime, cette recherche de la symbiose parfaite avec les élément propulsifs naturels, liquides ou aériens.  « Je vis mes passions à fond. Dans l’instant. Sans calcul ni plan de carrière. Je suis ainsi devenu « addict »  au Kitefoil, un prolongement dans ma quête des sensations absolues de la glisse. C’est ainsi que je trouve mon équilibre, en prolongeant les exigences du sport de haut niveau inculquées par mon passé Olympique dans les pratiques saines des sports de glisse, de la voile et du vol, avec ma petite famille pour ciment. »

A 34 ans, Morgan Lagravière, a réalisé l’alchimie ciel, terre, mer, pour le plus grand bonheur de LinkedOut, TR Racing et Advens.

Transat Jacques Vabre : Erwan Le Roux et Xavier Macaire en piste à bord de Koesio

Sommaire :

>> Portraits des skippers

>> Le parcours 2021 de la Transat Jacques Vabre

>> Flashback sur trois victoires

>> Koesio, le dernier né de la classe Ocean Fifty

>> Un projet axé sur l’humain

>> Un nouveau partenaire, Koesio

 

ERWAN LE ROUX

Ces quinze dernières années Erwan Le Roux s’est construit un solide palmarès avec, notamment, un formidable succès sur la mythique Route du Rhum – Destination Guadeloupe en 2014 et, en prime, le temps de de référence sur le parcours dans la catégorie des Multi50 (11 jours, 5 heures, 13 minutes et 55 secondes), toujours d’actualité à ce jour, mais aussi trois premières places sur le Tour de France à la Voile (en 2008, 2009 et 2014) et autant de victoires sur la Transat Jacques Vabre (2009, 2013 et 2015). Le Trinitain n’est pas seulement doté des capacités à piloter des bateaux extrêmes ou à gérer une équipe, il se démarque également en maîtrisant remarquablement les principales techniques d’optimisation de la performance. Des qualités qui font de lui un marin redoutable et redouté. « Sur cette Route du Café, la gagne est ce que l’on veut aller chercher. On ne part pas sur une course de ce type avec un tel bateau et un tel équipier avec pour seul but de monter sur le podium. C’est d’autant plus vrai que je n’étais pas présent lors de la dernière édition, en 2019, et que je reviens cette année avec beaucoup d’envie. Tous les ingrédients sont réunis pour que ça se passe au mieux, même si la concurrence s’annonce hyper relevée chez les Ocean Fifty, avec sept bateaux, tous capables de l’emporter ».

XAVIER MACAIRE

Champion de France élite de course au large en solitaire en 2015, vice-champion en 2019, et récent deuxième de la célèbre Solitaire du Figaro, Xavier Macaire, tout comme Erwan Le Roux, fait partie de ces marins discrets mais redoutablement efficaces. « C’est quelqu’un de très pointu, notamment sur le plan météo. Il est capable de rentrer dans le détail d’un routage ou d’un choix stratégique, mais surtout, c’est un marin complet avec lequel il est facile d’échanger », assure le skipper de Koesio. Tenace et déterminé, le Sablais compte, de fait, de nombreux atouts dans sa besace. A commencer par une solide expérience du large et de la régate au contact après dix années de confrontation au plus haut-niveau sur le circuit exigeant des Figaro Bénéteau, mais aussi de nombreuses expériences en IMOCA dont une participation à la Transat Jacques Vabre 2019. « Jusqu’ici, j’ai peu de pratique en multicoque », concède Xavier qui a toutefois appris vite et bien de ces machines à trois pattes ces derniers mois. « Les Ocean Fifty sont de vraies mobylettes, à la fois techniques et exigeantes. Un peu flippantes aussi car à bord il n’y pas ou peu le droit à l’erreur. On peut vite se faire dépasser par la machine et le chavirage est une sanction radicale. Il faut donc bien gérer tous les paramètres et être perpétuellement dans l’anticipation. C’est périlleux, mais aussi excitant et challengeant », assure le Vendéen dont l’objectif est naturellement d’accompagner Erwan vers un quatrième sacre sur l’épreuve.

 

LE PARCOURS 2021 DE LA TRANSAT JACQUES VABRE

5 800 milles entre Le Havre et Fort de France via l’archipel brésilien de Fernando de Noronha : tel est le parcours réservé aux Ocean Fifty lors de cette 15e édition de la Transat Jacques Vabre Normandie Le Havre. Un tracé inédit, à la fois technique et piégeur, avec notamment deux passages dans le fameux Pot-au-Noir. « La portion entre le départ et les îles de Fernando est connue et sans véritables grandes surprises, avec les tempêtes de novembre et les premiers fronts à passer au plus vite pour trouver ensuite la porte des alizés, un jibe à caler sous l’anticyclone des Açores puis un long bord en bâbord amure jusqu’à l’entrée dans la zone de convergence intertropicale », explique Erwan Le Roux, bien conscient toutefois que la théorie demeure toujours bien moins complexe que la réalité, en particulier dans le célèbre Pot-au-Noir. « Lors de son passage, on peut jouer de malchance ou l’inverse. Tout est possible », détaille le Trinitain qui garde naturellement en tête sa mésaventure de l’édition 2017. « Alors qu’on cavalait en tête (avec Vincent Riou, ndlr) avec 150 milles d’avance à l’entrée de cette zone de marasme, on est ressorti avec 80 milles de retard sur Lalou Roucayrol et Alex Pella. Preuve que dans le Pot, les écarts peuvent se faire et se défaire en quelques heures seulement. Tout peut se jouer là. Après l’archipel de Fernando de Noronha ? C’est un peu la question. Normalement, en remontant le long de la côte nord-ouest du Brésil, l’on devrait avoir moins de mal à repasser le Pot-au-Noir. Il n’empêche qu’il ne s’agira pas d’un bord de tout droit pour finir. Il va y avoir de quoi jouer jusqu’au bout sur le plan stratégique, et l’on va aussi se retrouver sur la route des sargasses. Tout cela va rajouter encore un peu de piment à la recette de cette Transat Jacques Vabre qui n’en manquait déjà pas ! », termine Erwan qui devrait mettre entre 12 et 15 jours pour boucler le parcours.

FLASHBACK SUR TROIS VICTOIRES

Vainqueur de la Transat Jacques Vabre en 2009 avec Frank-Yves Escoffier, en 2013 avec Yann Eliès puis en 2015 avec Giancarlo Pedote, Erwan Le Roux est l’un des rares marins avec Franck-Yves Escoffier, Yann Eliès, Jean-Pierre Dick et Franck Cammas à l’avoir déjà remportée à trois reprises au moins. Chacune de ces victoires revêt une saveur particulière, ainsi que l’évoque le skipper de Koesio :

2009 : « C’est un souvenir unique au côté d’un personnage, Frank-Yves Escoffier, et d’un sponsor tout aussi emblématique, Crêpes Wahou !. Notre arrivée au Costa Rica a été complètement dingue, avec un feu d’artifice absolument mémorable. Finalement, tout a été incroyable du début à la fin. Pour moi, c’est clairement le démarrage de toute l’histoire. C’est la naissance d’un bateau mais aussi de la Classe Ocean Fifty. »

2013 : « C’est l’aboutissement d’une saison totalement folle lors de laquelle, avec l’équipage de FenêtréA – Cardinal, on a absolument tout raflé. Elle reste très particulière pour moi. Ça a vraiment été quelque-chose de courir avec Yann Eliès, l’un des ténors de la course au large. J’ai beaucoup appris à ses côtés et c’est aussi cela qui m’a sans doute permis de gagner la Route du Rhum l’année suivante. En résumé, ça a non seulement été une rencontre avec un marin exceptionnel mais aussi une victoire très fondatrice, très précieuse dans mon apprentissage. »

2015 : « Ça a été la plus dure. Avec Giancarlo Pedote, on a eu une multitude de galères mais on est parvenu à aller au bout en faisant preuve de beaucoup d’abnégation. Ça a également été une belle rencontre avec un personnage incroyable lui aussi. Quand je vois ce qu’il a fait sur le Vendée Globe ensuite, je ne suis pas étonné. Comme moi, c’est un gros bosseur. Nous avions d’ailleurs énormément travaillé et navigué toute l’avant-saison. De ce fait, nous avons disputé la course avec un matériel un peu fatigué, ce qui a généré des problèmes à répétition, mais ça a assurément été une expérience forte. »

2021 : « Un quatrième titre ? Franchement je n’y pense pas, ça ne hante pas mes nuits. Je ne fais pas la transat pour ça. Notre objectif premier avec Xavier reste d’arriver de l’autre côté. C’est le premier cap à franchir pour espérer gagner. »

KOESIO, LE DERNIER NE DE LA CLASSE OCEAN FIFTY

Construit sous l’impulsion de Fabrice Cahierc et mis à l’eau en septembre 2020, le trimaran aujourd’hui nommé Koesio, est le dernier né de la classe Ocean Fifty. Dessiné par le cabinet VPLP et doté d’une structure en « K », il a participé à l’ensemble des courses du Pro Sailing Tour cette saison avant de subir un vaste chantier d’optimisation, l’été dernier, dans le but de gagner à la fois en confort, en sécurité mais aussi et surtout en performance. « Nous avons réalisé en l’espace d’un mois ce que l’on fait normalement en trois. Le travail a été intense et toute l’équipe s’est énormément investie pour réussir le pari de tenir le planning. Nous avons démonté absolument tout l’accastillage de façon que la nouvelle peinture puisse être faite. Nous avons, par ailleurs, ajouté des planchers, des éléments électroniques et informatiques avec notamment un PC puis des écrans plus robustes, ainsi qu’un hublot afin de pouvoir rentrer dans le bateau en cas de retournement. Nous avons également rallongé la casquette, installé l’intégralité du système anti-chavirage, des panneaux solaires puis une pile à hydrogène. Enfin, nous avons refait l’ensemble des appendices puis remplacé l’ensemble des pièces du gréement dormant. Tous ces éléments doivent, je l’espère, nous permettre d’être plus efficace », explique Erwan Le Roux pour qui l’un des plus gros défis de la navigation en double est de réussir à gérer le bateau depuis l’intérieur de la casquette. En ce sens, s’il a fallu d’adapter, prendre de nouveau repères et apprendre de nouveaux gestes, le bateau dans sa nouvelle configuration laisse augurer de belles choses !

UN PROJET AXE SUR L’HUMAIN

Allier performance et efficacité n’est pas une chose aisée mais Erwan Le Roux a compris, et depuis bien longtemps, que le management par l’humain donne à chacun une place à part dans un projet. Une place motivante et valorisante, synonyme de bien-être, de confiance et de compétitivité. « Pour moi, il est important de fédérer les gens. Nos projets dans le domaine de la course au large sont évidemment très stimulants mais ils sont aussi exigeants. La préparation de bateaux tels que les nôtres imposent de la rigueur et de la précision. Rien ne doit être laissé au hasard », explique le navigateur, attaché à partager sa passion et son expérience avec le plus grand nombre. « Quand on a la chance de faire des métiers comme les nôtres et de naviguer dans des endroits magnifiques, on a envie d’en faire profiter les autres, qu’ils soient partenaires, collaborateurs ou observateurs. Et quand on voit leurs sourires et leurs yeux qui brillent lorsque c’est le cas, ça n’a pas de prix. Cela permet de trouver un équilibre. De faire redescendre la pression dans les moments importants », détaille Erwan, également animé par la transmission de l’expérience et des savoir-faire en désacralisant, par exemple, les sciences auprès des lycéens. « La course au large est un sport mécanique. C’est une niche pour la science, la physique et la technologie. Pour beaucoup d’élèves, ces matières ne semblent pas concrètes lorsqu’elles sont étudiées à l’école. L’idée est de montrer aux jeunes de première et de terminale comment elles s’appliquent dans notre domaine en particulier et, pourquoi pas, susciter des vocations ».

UN NOUVEAU PARTENAIRE

Alors que son changement d’identité a été annoncé mi-septembre, Koesio, champion français des services numériques de proximité auprès des TPE-PME, a choisi, dans le même temps, de s’engager au côté d’Erwan Le Roux dans son projet Ocean Fifty sur la Transat Jacques Vabre – Normandie Le Havre 2021. Le navigateur a ainsi désormais pour mission d’incarner la nouvelle désignation de la marque dont la vocation est de fédérer les 2800 collaborateurs et plus de 180 agences locales en France, Belgique et Luxembourg, sous une même bannière et de faire émerger un acteur global de la transformation numérique pour les entreprises. « Le fait de jumeler l’activation de notre nouvelle marque avec du sponsoring a pour but d’augmenter la notoriété de l’entreprise et de mieux faire connaître ses valeurs. Pourquoi la voile ? Parce que c’est à la fois un défi humain, un défi sportif, un défi d’équipage mais aussi un défi environnemental. Pourquoi l’Ocean Fifty ? Parce que c’est un bateau parmi les plus sportifs et les plus technologiques de la course au large, porteur de très belles images. Pourquoi Erwan Le Roux ? Parce que, comme souvent, il s’agit avant tout d’une histoire d’hommes et que, pour nous, il incarne l’humilité, l’engagement, la loyauté, l’honnêteté et la rigueur, des valeurs qui correspondent à notre team. De plus, il a un très grand palmarès et mène aujourd’hui un bateau performant, le dernier-né de la classe. Le cocktail est parfait et surtout, il intervient dans le bon tempo », détaille Pieric Brenier, PDG de Koesio, un groupe qui, en en 30 ans, s’est construit en France en fédérant des entreprises qui ont conservé le sens de la proximité et de l’engagement, autour d’une expertise numérique unique.  « Aujourd’hui il est important d’incarner cette expertise, cette singularité au travers d’une identité et d’une marque commune, pour nos clients et pour nos collaborateurs, qui sont l’essence de notre réussite. »

A la poursuite de ses rêves

A 26 ans, il est l’un des meilleurs biathlètes de sa génération, et représente une solide chance de médaille française aux prochains Jeux Olympiques d’hiver de Pékin 2022. L’Isérois Emilien Jacquelin s’est, depuis son arrivée en équipe de France de biathlon lors de la saison 2017-2018, déjà doté d’un solide palmarès, avec notamment ce double titre de champion du monde de la poursuite. Il a surtout imposé un style, une image, un profil profondément attachant, un poil fantasque, imprévisible risque tout. Les pieds solidement ancrés dans son cher terroir du Vercors, et la tête dans les étoiles, Emilien est un athlète rare, compétiteur-artiste toujours en capacité de privilégier le beau geste, tant qu’il sert la performance. Emilien Jacquelin poursuit sa quête de certitudes, d’exploits en déconvenues, en perpétuelle remise en question, mais animé d’une formidable envie de vivre pleinement l’instant, de sublimer le geste qu’il aime beau, toujours plus proche de la perfection. Emilien, c’est le panache à la Française, un peu d’Artagnan, un peu Cyrano, jamais esclave de la compromission ou du calcul d’apothicaire. Le biathlon lui ressemble, un fragile équilibre en constante instabilité, entre la tête et les jambes, le physique et le mental, le talent et la force brute. Une dualité source de toutes ses interrogations et de ces doutes qui nourrissent à la vérité son envie d’avancer, toujours plus loin, toujours plus haut, toujours plus fort.

 

Les valeurs du terroir et de la famille

Bien comprendre la personnalité complexe d’Emilien Jacquelin passe par la perception précise du poids des atavismes familiaux. A commencer par le père, et cette fratrie de 4 garçons, tous nourris au sport, à la compétition, à l’excellence physique comme intellectuelle. « Mes trois grands frères excellaient en ski de fond. C’est naturellement que je les ai suivi, et que j’ai intégré tous les paramètres de l’exigence du haut niveau et de la préparation physique. Mais ils n’étaient pas seulement sportifs de haut vol. Les études importaient et c’est une composante de ma formation d’adulte que j’ai très vite intégrée. Je me destinais à Sciences Po, au journalisme. Le Lycée Jean Prévost de Villard de Lans m’a permis de concilier études et sport. » Il lui a surtout permis de conserver cet ancrage à sa terre, à la nature, à un cadre de vie primordial pour son équilibre. « J’ai la chance de concilier ma vie sportive, sociale et familiale dans un cadre exceptionnel, préservé, celui du plateau du Vercors. Je m’y ressource ainsi facilement au plus près des valeurs environnementales qui me sont chères. »

Athlète précoce, mais pas surdoué…

Le biathlon se présente à lui très tôt, vers 14 ou 15 ans. Le benjamin des Jacquelin, sur la lancée de ses frères, brille déjà en ski de fond. Le maniement de la carabine est en revanche plus laborieux. « Je tirais très mal » avoue-t’il volontiers. « Mais cette difficulté a été moteur dans ma motivation pour le biathlon. J’ai eu besoin de me prouver que je pouvais y arriver. Le ski de fond était un plaisir naturel. La difficulté du tir m’a poussé mentalement dans mes retranchements. Je voulais y arriver, surmonter cet obstacle. Cette démarche intellectuelle m’inspire encore aujourd’hui. Faire face, affronter l’adversité, l’impossibilité. C’est ce qui donne la saveur aux choses. Manier une arme, même sportive, à un très jeune âge, est formateur. Cela responsabilise. Le tir est un perpétuel rappel à l’ordre, pour signifier que rien n’est acquis, qu’il faut en permanence répéter ses gammes, douter pour mieux rebondir. C’est très formateur et enrichissant mentalement. L’équilibre est subtil à trouver, entre technique et inspiration, assurance et prise de risque. »

Qui ose gagne…

A l’approche pragmatique d’une discipline aussi exigeante que le biathlon, Emilien Jacquelin apporte une touche très personnelle où pointe un grain de folie. « J’aime le panache, la prise de risque. Qui ose gagne est un peu ma devise. Une philosophie que je trouvais dans le cyclisme, hier chez un Pantani, aujourd’hui chez un Alaphilippe. Le biathlon, c’est une alchimie entre la technique, le physique et le mental. J’aime y ajouter une petite part d’irrationnel, d’inspiration du moment… »

« J’ai longtemps rêvé de devenir champion du monde. Quand c’est arrivé (double champion du monde de la poursuite (en 2020 et 2021 à Poljuka et Antholz-Anterselva,) cela n’a rien changé à ma vie. Au contraire, cela a suscité énormément d’interrogations, sur la finalité de ma vie sportive, sur mes attentes en tant qu’homme. Je ne me suis pas senti comme un grand champion, comme un Martin Fourcade. Je réalise que c’est le chemin qui est beau, pas le but. J’ai besoin de l’émotion du cheminement, avec ses aspérités, ses joies et ses peines. J’ai besoin d’interrogations, pas de certitudes toutes faites. Ainsi, ma récente blessure (fracture du radius en aout dernier ndlr)  génère-t’elle chez moi une immense motivation ; suis-je capable de rebondir, de vaincre une adversité encore plus grande car elle m’impose un nouveau challenge, avec cette nouvelle technique de tir?

La pandémie m’a permis de réaliser combien la dimension partage est importante pour moi. Evoluer devant des stades vides m’a fait prendre conscience de l’importance de la communion avec les autres, le public. J’ai, ces dernières années, grâce à Martin (Fourcade), vu monter l’intérêt, l’engouement du public pour le biathlon. J’ai besoin de ce public, de partager mes émotions, de communier. J’ai grande hâte de retrouver cela en Coupe du Monde et aux JO. »

Emilien Jacquelin se lance ainsi à corps perdu dans une nouvelle saison des plus importantes, avec les Jeux Olympiques en ligne de mire, la tête pleine d’interrogations bienfaisantes. C’est bien le biathlon qui lui apporte au quotidien non pas les réponses mais l’état d’esprit, la posture physique et intellectuelle avec lesquelles il se sait capable de renverser des montagnes. Le doute est son moteur, le travail sa réponse, le Vercors sa certitude. La combinaison des trois révèle saison après saison un champion d’une grande richesse mentale et intellectuelle, attachant en diable, capable lorsqu’on l’attend le moins, des plus grands exploits…

Laffont, sans pression

Perrine Laffont débutera début décembre une grande saison avec 17 courses en Coupe du Monde et la tenue des Jeux Olympiques de Pékin du 4 au 20 février. La jeune femme, numéro 1 mondiale de ski de bosses depuis 2018, Championne du Monde en titre en single, 21 victoires en Coupe du Monde, travaille dur quotidiennement pour atteindre ses objectifs sportifs tout en prenant un maximum de plaisir sur les skis et dans les airs. Rapide entretien…

Sensations actuelles

« Tout va bien. Je travaille beaucoup. Je suis assez excitée par le début de saison qui approche. Tout ça demande de l’organisation. Je jongle entre les entraînements, de nombreux projets, les sollicitations… Je me suis entraînée 4 semaines à Albertville et je viens de reprendre le ski en Suisse. »

Préparation estivale

« Notre préparation s’est très bien déroulée. Sous la houlette de l’Equipe de France de ski de bosses, nous avons enchaîné préparation physique et ski à Albertville et Tignes. C’était très agréable et studieux et un peu plus simple que l’année dernière car il y avait un peu moins de contraintes liées au Covid. J’ai travaillé également mes sauts en Suisse. »

La Coupe du Monde 2021 – 2022

« 17 courses au programme… Cela va être très dense. Cela fait un peu peur ! Nous discutons optimisation de la récupération entre les étapes et afin de ne pas être fatiguée au milieu de l’hiver et surtout avant les Jeux. L’idée est d’être à 100% en Février. »

L’Equipe de France de ski de bosses

« C’est ma deuxième famille. Je l’ai intégrée alors que j’avais 15 ans ! Nous sommes très unis et c’est agréable de travailler dans cette ambiance surtout lorsque c’est difficile. Les heures d’entraînement passent mieux. »

Les Jeux Olympiques

« Je ne suis pas trop focus. Je ne suis pas obnubilée. Pékin sera une compétition comme les autres avec les mêmes adversaires et les mêmes juges. L’épreuve ne va rien changer à mes habitudes et je me dis que si le résultat n’est pas à la hauteur, cela ne changera pas ma vie et mes victoires acquises. » 

Le jury Atout Soleil a délibéré

Le jury de la 14ème édition de la démarche Atout Soleil – « Des épaules et des Ailes » a délibéré jeudi matin. 23 associations, dont les initiatives sont exemplaires en matière de garde des petits et des tout-petits, ont été passées au crible par les experts. 13 associations ont été retenues et recevront un prix Atout Soleil le 7 décembre à Paris. Au-delà de la dotation financière, le fond de dotation « Des Epaules et des Ailes » accompagnera ces associations en matière de communication tout au long des mois qui viennent.

Ils ont dit :

Thierry Gaudeaux, Secrétaire de l’association GPMA : « C’était ma première délibération du jury Atout Soleil – « Des épaules et des ailes » ! Je suis vraiment content. Cette matinée a été un excellent moment de partage et d’idées. Nous n’étions pas toujours d’accord mais nous avons eu de bons échanges. Certaines associations m’ont touché. Sur les 23 associations sélectionnées pour cette délibération, 13 recevront un prix le 7 décembreNous allons véritablement accompagner ces associations car elles ont un vrai projet que nous pouvons suivre dans la longueur. Concernant le financement, il est sur-mesure. Nous l’adaptons aux besoins de chacune des associations. Le budget global est de 200 000 euros. Mais nous donnons beaucoup plus. Nous aidons les associations à grandir. Cette année, par exemple, nous allons les former au pitch de façon à ce qu’elles apprennent à convaincre de futurs partenaires et ainsi pouvoir porter leurs projets toujours plus loin.»

Caroline Germain, déléguée générale de l’ADESI : « Les avis ont été assez convergents durant cette matinée. Nous avons une belle palette d’acteur qui reflète la thématique 2021 : les modes de garde pour les enfants. La garde est une problématique en France pour les familles en difficulté et en précarité. Quand on est une famille monoparentale, quand on travaille de façon décalé… il est difficile de trouver des solutions de garde. Plusieurs associations, qui ont répondu à l’appel à projets Atout Soleil, proposent des actions exemplaires afin de rendre moins compliquée la garde des enfants. »

Hervé Sauzay, Président de GPMA : « Cette délibération était très intéressante. Chaque association avait ses qualités et je tiens à préciser qu’elles proposent des actions de terrain ce qui me semble très important. L’ensemble des réseaux commerciaux de Generali a identifié de belles associations qui ont des initiatives pratiques à destination de la garde. Rendez-vous très bientôt pour le dévoilement des lauréats Atout Soleil 2021 et le 7 décembre pour la remise des prix. »

Cette année, la thématique retenue est la garde des petits et des tout-petits.

3 objectifs principaux :

  • Réduire les inégalités sociales par un meilleur accès aux solutions de garde d’enfants,
  • Accompagner les petits et les tout-petits en situation de handicap ou en demande de soins psychologiques et physiologiques au sein des lieux de garde
  • Soutenir le lien intergénérationnel en privilégiant des solutions de garde incluant les séniors.

Jury Atout Soleil 30 septembre :

Gilles Dauptain (CA GPMA, médecin)

Philippe Cosse (Generali)

Caroline Germain (experte monde associatif)

Marie-Hélène Fauré (GPMA)

Laurence Weber (experte monde associatif)

Hervé Sauzay (Président GPMA)

Catherine Leblanc (présidente FNEPE)

Frédérique MALEFANT (Generali / THSN)

Marie-Christine LANNE (Generali / THSN)

Laurence DELACOURT (CA GPMA / Generali)

Claire BEAUFILS (Generali)

Thierry GAUDEAUX (Président Des Epaules et des Ailes/Secrétaire GPMA/Generali)

 

Les 23 associations candidates : ROBINSON 06, ESSENCE DES SENS, AMITIES D’ARMOR POUPIG D’ARMOR, PLANETE LOISIRS, BA2i, UNE MAM POUR TOUS, CCAS de Cluses service petite enfance, Mairie de Cluses Service Toute Petite Enfance, ASSOCIATION ADRIEN, AREA, CRECHE A LA FRICHE, HANDISUP, PST CAP NORD EST, HESTIA, CHRYSALIDES, AGISSONS POUR GABRIEL, ELHAN, GEPETTO, APF LEKA, MÔM’ATRE, GRIBOUILLI, JOKER, HABITAT ET HUMANISME RHÔNE

400 000 places en crèche manquantes en France  

Qu’elles soient classiques, recomposées ou monoparentales, concilier vie privée et vie professionnelle est souvent un véritable défi pour les familles. Et plus particulièrement lorsque se pose la question de la garde des enfants notamment dans un contexte de « confinements », où elle devient un casse-tête pour beaucoup…

Chaque année, les parents de milliers d’enfants de moins de 6 ans recherchent des solutions de garde durant l’année et pendant les vacances scolaires. Micro-crèches, crèches associatives, assistantes maternelles, MAM, colonies de vacances, centres aérés… Les solutions existent mais ne sont pas toujours suffisantes ou adaptées (horaires de travail décalés, travail le weekend).

Les places en crèche par exemple, manquent cruellement. Selon l’UNAF, 400 000 places supplémentaires en crèche seraient nécessaires pour satisfaire la demande des foyers français.

Autre exemple, selon le CNRS, si 4 millions de jeunes partaient en colonie de vacances dans les années 1960, ce ne sont aujourd’hui que 1,2 millions d’entre eux qui profitent de ces séjours collectifs. Prix trop élevés, absence d’aides étatiques, difficultés de se séparer de l’enfant, sont autant de facteurs qui expliquent cette situation.

Alors quelles solutions sont mises en place pour répondre aux besoins de garde des familles ?  Associations et structures publiques se mobilisent au quotidien en développant des lieux d’accueil physiques mais aussi en apportant aux familles une écoute attentive et des solutions concrètes à leurs problématiques.

En 2021, Atout Soleil a choisi de valoriser les initiatives solidaires, intergénérationnelles et innovantes développées pour aider les familles à faire garder les petits et les tout-petits.

 

Jean Marre : « Hâte de voir comment je vais réagir »

Alors que le prologue de la Mini Transat s’est déroulé ce jour, sur le plan d’eau des Sables d’Olonne, dans des conditions parfaites de navigation, Jean Marre continue sa préparation à sa première traversée de l’Atlantique en solitaire qui prendra son envol dimanche depuis le spot du Vendée Globe. Tout s’accélère pour le jeune marin – amateur francilien et son équipe. Dans cette dernière ligne droite, Jean va s’attacher à prendre du repos et à fignoler les derniers détails à bord de son Maxi6.50 aux couleurs de Sports dans la Ville et Time for The Planet, deux associations dynamiques.

Tic, tac, tic, tac, le grand départ approche à grand pas pour Jean soutenu dans cette aventure par LDLC, Klaxoon et August Debouzy… Dimanche, 90 concurrents se lanceront dans leur première étape de la Mini Transat, cru 2021, en direction des Canaries. « Il y a eu quelques hésitations à donner le départ de la Mini dimanche puisque les conditions météorologiques annoncées étaient musclées. Les fichiers ont évolué depuis hier et tout semble maintenant ok pour le départ. Le front de Sud-Ouest attendu a baissé en intensité et le front prévu mardi semble gérable » indique Jean. « La nuit de dimanche à lundi sera difficile à priori car le vent sera puissant et nous évoluerons au près. Les différents modèles météos ne voient pas toujours la même chose et nous allons affiner, avec Tanguy Leglatin et Christian Dumard, les choses en approche de dimanche. A terre, cela sera les derniers conseils que l’on aura car ensuite on sera face à nous même sans communication et sans routage avec l’unique point météo de la direction de course à 15h00 en temps universel chaque jour. Mon avitaillement est réglé. Je me sens bien et sans trop de pression sur mes épaules. La première étape longue de 1300 milles sera importante. Il faudra se mettre dans le rythme et je vais découvrir une navigation plus longue que 5 jours, mon record. Il s’agira de ne pas faire de bêtises notamment au passage du cap Finisterre et de garder de l’énergie pour ce franchissement. J’ai hâte de voir comment je vais réagir et m’adapter à la vie en mer dans le temps. » L’histoire maritime de Jean Marre est en marche !

Binôme

Ensemble constitué de deux éléments, de deux personnes considérées en bloc.

Cette définition colle à la peau de l’association Entrepreneurs pour la Planète qui pour but de devenir la 1ère communauté d’entrepreneur.e.s engagés pour la planète de France en mettant en relation dirigeant.e.s et porteurs de projets environnementaux. Ils sont d’ailleurs près de 80 binômes constitués en France.

C’est aussi l’une des spécificités de la Transat Jacques Vabre, la mythique transat en double. Sébastien Audigane et François Jambou, inscrits, et qui vogueront aux couleurs d’Entrepreneurs pour la Planète, à bord de leur Class40, font-ils la paire ?

Découvrir l’autre dans la douleur

« C’est l’éternelle question » indique Sébastien Audigane, quatre Transat Jacques Vabre au compteur avec notamment Yann Eliès ou Alan Roura. « On nous demande souvent avant le départ d’une course en double qu’est ce qui caractérise notre duo. Un peu par automatisme, nous répondons que nous sommes complémentaires. La complémentarité ne donne pas toujours de bons résultats. Nous sommes inéluctablement différents, nous avons nos spécificités et nos atouts et parfois les duos fonctionnent très bien alors que chacun a les mêmes compétences. Un binôme, c’est deux personnes qui tendent vers un même objectif, un partage d’expériences très souvent. Avec François, nous n’avons pas le même âge. Je suis d’une autre génération ce qui peut naturellement amener à ce que le plus jeune écoute la parole du plus vieux. Je fais extrêmement attention à cette donnée. Nous nous enrichissons mutuellement. J’apporte mon vécu important en course au large, ma méthodologie qui vient de mon parcours Olympique. François apporte, quant à lui, sa fraîcheur et de solides acquis puisqu’il a remporté avec brio la dernière Mini Transat. Sur cette Transat Jacques Vabre, je serai le skipper en chef. Nous prendrons les décisions ensemble mais j’aurai le dernier mot si nous n’avons pas les mêmes opinions sur un réglage ou sur la stratégie. Nous allons nous partager le travail intelligemment. C’est toujours délicat pour un co-skipper. Il arrive dans un projet huilé et il faut qu’il trouve sa place. Je me suis attelé sur les Sables – Horta et la Rolex Fastnet Race, nos deux courses en tandem, d’incorporer François dans notre dispositif qui a pour particularité unique d’être porté entièrement par une association. Enfin, il y a pas mal de psychologie dans cette histoire de binôme. Il est important de définir une ligne de conduite ensemble avant de passer une quinzaine en mer dans un espace restreint. Il faut être capable de se dire les choses. Nous avons le droit en mer d’être fatigué et de mauvaise humeur mais il est primordial de bien choisir ses mots et de ne pas heurter l’autre. En course, nous découvrons l’autre dans la douleur et c’est souvent très révélateur. » 

Un relai de compétences

« Pour moi, la notion de binôme correspond vraiment à un partage et à la création de souvenirs » précise François Jambou. « C’est également un relai de compétences qui se fait dans la confiance l’un envers l’autre, la bienveillance. J’ai le souvenir d’un Mini Fastnet avec Tom Dolan qui s’était déroulé dans un super esprit. A bord du Class40 Entrepreneurs pour la Planète, avec Sébastien, nous avons pris du temps, depuis le début de la saison, afin d’apprendre à nous connaître puisque nous n’avions jamais navigué ensemble. Je dois dire qu’au début je me suis un peu reposé sur le grand gourou qui a plus d’expérience que moi au grand large. Depuis, j’ai appris à m’affirmer et j’ai pris ma place à bord avec mes spécificités. Nous formons un duo d’enfer capable de beaucoup de bonnes choses. Nous avons, quelque part, une revanche à prendre sur la Transat Jacques Vabre car nous aurions pu faire mieux sur Les Sables – Horta et la Rolex Fastnet Race. Le parcours est très ouvert. Notre motivation est très forte à la fois sportivement et pour mettre en avant l’association Entrepreneurs pour la Planète. Nous disposons de belles cartes pour performer en tandem pour ma première transat en double. » 

Vous avez dit binôme !

Koesio embarque au côté d’Erwan Le Roux pour la Transat Jacques Vabre !

Ocean Fifty d’Erwan Le Roux, La Trinité-sur-Mer le 16 septembre 2021, photo © Jean-Marie LIOT

Alors qu’il vient tout juste de dévoiler sa nouvelle identité, Koesio (ex Groupe C’PRO), champion français des services numériques de proximité auprès des TPE-PME, choisit de s’engager au côté d’Erwan Le Roux dans son projet Ocean Fifty sur la Transat Jacques Vabre – Normandie Le Havre 2021. Le navigateur et son bateau auront ainsi pour mission d’incarner la nouvelle identité du champion français de la transformation numérique pour les entreprises.

Alors que son changement d’identité vient tout juste d’être annoncé, Koesio est fier d’associer à cette étape clé de son histoire un nouveau partenariat avec le navigateur Erwan Le Roux qu’il va accompagner à l’occasion de la 15e Transat Jacques Vabre – Normandie Le Havre, en novembre prochain. « Le fait de jumeler l’activation de notre nouvelle marque avec du sponsoring a pour but d’augmenter la notoriété de l’entreprise et de donner corps à ses valeurs. Pourquoi la voile ? Parce que c’est à la fois un défi humain, un défi sportif, un défi d’équipage mais aussi un défi environnemental. Pourquoi l’Ocean Fifty ? Parce que c’est un bateau parmi les plus sportifs et les plus technologiques de la course au large, porteur de très belles images. Pourquoi Erwan Le Roux ? Parce que c’est un champion comme Koesio et qu’ il s’agit avant tout d’une histoire d’hommes. Pour nous, Erwan incarne l’humilité, l’engagement, la loyauté, l’honnêteté et la rigueur, des valeurs qui correspondent à notre team. Erwan a un très grand palmarès et mène aujourd’hui un bateau performant, le dernier-né de la classe. Le cocktail est parfait et surtout, il intervient dans le bon tempo », détaille Pieric Brenier, PDG de Koesio. Koesio, en 30 ans, s’est construit en France en fédérant des entreprises qui ont conservé le sens de la proximité et de l’engagement, autour d’une expertise numérique unique.

« Aujourd’hui il est important d’incarner cette expertise, cette singularité au travers d’une identité et d’une marque commune, pour nos clients et pour nos collaborateurs, qui sont l’essence de notre réussite. Je suis en effet convaincu qu’un collaborateur heureux est le gage d’un client satisfait.  Koesio marque le top départ de notre stratégie de développement à trois ans et de projets RSE ambitieux », précise le dirigeant dont les objectifs, au travers de ce changement d’identité, sont, d’une part, de fédérer l’ensemble des collaborateurs et des entreprises qui composent le Groupe autour d’une bannière commune et d’un projet d’entreprise partagé par tous et, d’autre part, de marquer le lancement du nouveau plan stratégique.

Des valeurs communes et des ambitions fortes

« Dans la vie d’un marin, des opportunités comme celle-ci ne se présentent qu’une fois. Koesio dégage quelque-chose de fort. Son nom en dit beaucoup. Son management est basé sur l’humain puisqu’il est, avant tout, fondé sur des valeurs partagées. C’est un aspect auquel je suis à la fois très sensible et très attaché. Nous sommes ainsi sur la même longueur d’ondes et nous parlons le même langage. La simplicité est l’un des socles de notre relation, et c’est fabuleux », explique Erwan Le Roux qui, ces quinze dernières années, s’est forgé l’un des palmarès les plus solides de la voile française avec notamment une victoire dans la mythique Route du Rhum en 2014, mais aussi de remarquables triplés sur le Tour de France à la Voile (2008, 2009 et 2015) et sur la fameuse Transat Jacques Vabre (2009, 2013 et 2015). Son ambition, avec Koesio à ses côtés ? Accrocher la fameuse Route du Café une quatrième fois à son palmarès, ce qui serait une performance totalement inédite. Pour tenter de réussir son pari, rappelons que le Trinitain a fait appel à un autre marin de talent : Xavier Macaire, champion de France élite de course au large en solitaire en 2015, vice-champion en 2019, et récent deuxième de la célèbre Solitaire du Figaro. « La force de notre duo est notre complémentarité et cela est indiscutablement un atout. Toute l’équipe est fière de porter les couleurs et ce joli nom de Koesio, avec la volonté d’embarquer un maximum de collaborateurs dans ce beau projet ! », termine Erwan Le Roux.

Thomas Ruyant au départ du Vendée Globe 2024 – 2025 avec un nouveau voilier

« Je n’en ai pas fini avec cette course » avait déclaré le navigateur dunkerquois à l’arrivée du dernier Vendée Globe…
Thomas sera au départ de son troisième Tour du Monde en solitaire, sans escale et sans assistance en novembre 2024 avec un nouveau foiler.

Son partenaire, Advens, premier pure-player de la cybersécurité en France, poursuit naturellement son accompagnement dans ce nouveau défi Vendée Globe et sur les nombreuses épreuves du circuit IMOCA.

C’est l’association des architectes Antoine Koch et Finot-Conq qui a été retenue pour le dessin de ce voilier « dernière génération ». Un design team autour de ce tandem est déjà au travail en lien étroit avec l’équipe de TR Racing, qui continue d’accumuler à bord de l’actuel LinkedOut de précieuses informations pour définir l’esprit et les tendances du futur bateau.

Le voilier – plan Koch-Finot-Conq sera construit chez CDK à Lorient et optimisé techniquement chez TR Racing à Lorient. La construction débutera en Janvier 2022.

Thomas Ruyant participera à la Transat Jacques Vabre Normandie Le Havre, départ le 7 novembre avec Morgan Lagravière, et à la Route du Rhum – Destination Guadeloupe 2022, avec son plan Verdier 2019 aux couleurs de LinkedOut, le réseau de ceux qui en n’ont pas.

https://www.thomasruyant.com/copie-de-news-132

Thibaut Vauchel-Camus et Fred Duthil pour la victoire !

Pro Sailing Tour 2021 Episode 1 Brest

Le duo de l’Ocean Fifty Solidaires En Peloton – ARSEP prendra le départ de la Transat Jacques Vabre Normandie Le Havre le 7 novembre 2021 avec un objectif fort : la victoire ! En parallèle, l’équipe solidaire continue ses actions auprès des 120 000 patients atteints de la Sclérose En Plaques.

A LIRE : https://mailchi.mp/0bb8277dc3a6/doc-transat-jacques-vabre-thibaut-vauchel-camus-et-fred-duthil-pour-la-victoire?e=e71f959fdd

 

Mathieu Combot, le Belem dans le sang !

Alors, que le navire a repris fin juillet ses séjours de navigation, après un an et demi d’inactivité imposée par la pandémie, le Commandant Mathieu Combot vient d’être promu nouveau capitaine du Belem. A 34 ans, le Douarneniste, originaire de l’île de Batz, alterne le commandement du trois-mâts avec Aymeric Gibet.

Comment s’est déroulé le retour du Belem en mer ?

Nous avons fait renaître le Belem après une longue pause. Ces nouvelles navigations ont apporté pas mal d’émotions autant au sein de l’équipage que parmi les stagiaires qui, souvent, n’en étaient pas à la première navigation à bord. Nous avons senti un grand soutien de tous et une envie commune de voir le Belem en mer. J’ai pris mes fonctions le 13 août et commanderai jusqu’à la fin de la saison. Se retrouver en mer libère des contraintes de la terre. Mais même si tous ceux qui embarquent sont vaccinés et que nous sommes à cheval sur les gestes barrières, nous faisons attention à ce que le virus ne circule pas à bord. La navigation entre les Sables d’Olonne et Bayonne a été magique. Elle s’est effectuée dans des conditions parfaites et nous avons opéré un virement vent devant d’anthologie, chose que nous n’avions pas fait à la manœuvre depuis 2019.  Actuellement, nous partons de Saint-Nazaire pour Concarneau et nous allons, d’ici fin septembre, engloutir les milles en direction de Lorient, Roscoff, Dunkerque.

La mer, la navigation à la voile, ont-elles toujours été au cœur de vos objectifs professionnels ?
Je suis issu d’une famille de marin professionnel (grand-père, père, oncle et même quelques aïeux). Mon père et mon oncle étaient des passionnés de voile traditionnelle. Ils ont su me transmettre leur passion. J’ai donc toujours plus ou moins vécu dans ce milieu. A 18 ans, j’ai vite su que je voudrais en faire mon métier.

Avant de naviguer à bord du Belem, que représentait le navire à vos yeux ?
Mon oncle, Jean-Yvon Combot, a été le premier second capitaine de Belem au début des années 1980 sous le commandement de Jean Randier. Le navire était alors amarré sous la tour Eiffel à Paris. Il a activement participé à transformer le Belem en navire de la marine marchande. Il est une mémoire vivante de l’histoire du navire. J’ai même retrouvé des écrits et photos de lui dans les archives du salon du commandant. Depuis que je suis petit, il me parle de ce fabuleux navire. Alors que j’étais encore adolescent, je tombe sur le livre du Docteur Luc-Olivier Gosse dans la bibliothèque de mes parents. Mon oncle leur avait offert ce bouquin. L’histoire de ce navire m’a captivé.

Que représente pour vous cette prise de commandement du plus ancien trois-mâts français encore navigant ?
Ce navire a survécu à bien des choses : la montée de la marine à vapeur, deux guerres mondiales, des catastrophes naturelles… Aujourd’hui nous tentons de le faire vivre en temps de pandémie. C’est un défi de tous les jours. Mais c’est bien connu, le Belem a une bonne étoile. Je suis ravi d’être une des personnes qui donnent de son énergie pour préserver ce projet. C’est un formidable outil de travail permettant de faire perdurer un grand savoir-faire qu’est la grande tradition de la marine à voile. Il permet également d’embarquer quiconque veut participer à une navigation. C’est une grande aventure humaine. C’est en cela que j’y trouve du sens.

Cela fait 25 jours que vous avez le Belem sous votre commandement, heureux ?
Evidemment, 25 jours ce n’est rien, j’en suis encore à l’étape où je prends mes marques, mais je suis bien entouré et confiant, c’est l’essentiel. Un capitaine n’est rien sans son équipage.  Heureux, oui, je le suis.

Qu’aimeriez-vous apporter en plus ou de différent à bord ?
Je suis conscient d’être un jeune capitaine (34 ans). Mais c’est comme tout, il faut renouveler les âmes. Place aux jeunes ! Je compte, bien évidemment, m’appuyer sur les conseils de ceux qui m’ont formé et aussi me servir de cet atout pour apporter une vision nouvelle sur la façon de commander. Le Belem est, certes, un navire qui témoigne d’une époque passée, mais aussi qui ne demande qu’à façonner l’avenir et évoluer avec son temps.

Portrait :
Originaire de l’île de Batz, puis Rochelais, c’est à 18 ans que Mathieu Combot démarre sa carrière maritime en tant que matelot qualifié sur les vedettes à passagers entre La Rochelle, les îles de Ré, Oléron et Aix. En 2010, il est diplômé élève officier de 1ère classe à l’École de la marine marchande de Marseille en 2010. Pendant cette formation, il embarque sur deux types de navire de commerce : méthanier et roulier. Son diplôme en poche, il part valider ses temps d’élève pont sur les trois-mâts du père Jaouen pour l’association AJD pendant un an durant lequel il fait un tour de l’Atlantique en 7 mois sur la goélette Rara Avis. Mathieu, qui a beaucoup d’estime pour l’association, navigue toujours sur ces voiliers à l’occasion, bénévolement. Il finit ses temps d’élève machine et signe ses premiers contrats de lieutenant pont et machine sur des câbliers entre 2012 et 2014. Il intègre ensuite l’École Nationale Supérieure Maritime du Havre et obtient en 2015 son Diplôme d’Etude Supérieur de la Marine Marchande. Il navigue, pendant 2 ans en tant qu’officier mécanicien sur des ferries entre la France et l’Angleterre. Et c’est en mars 2018 qu’il rejoint l’équipage de Belem, d’abord en tant que lieutenant, puis en tant que second capitaine dès août 2018. Il navigue avec les Commandants Gibet et Thirion qui le forment sur ce voilier mythique. Le 13 août 2021, alors que le Belem est amarré au port de Saint-Malo, Mathieu Combot en prend le commandement.

Le Bronze pour Erika Sauzeau, les performances d’Anaïs Mai Desjardins et de Maxime Beaumont !

La picarde Erika Sauzeau, soutenue par la Banque Populaire du Nord, accompagnée d’Antoine Jesel, Rémy Taranto, Margot Boulet et de Robin Le Barreau, a décroché la médaille de bronze à Tokyo en para-aviron quatre barré PR3 mixte. C’est la première médaille paralympique de la championne des Hauts-de-France.

L’ensemble des collaborateurs de la Banque Populaire du Nord félicite Erika pour sa grande performance et son parcours de réussite.

La Banque tient également à féliciter le kayakiste Maxime Beaumont pour sa neuvième place et sa victoire en finale B début août en K1 200 à Tokyo. L’athlète boulonnais s’est bien repris depuis en remportant la Super Coupe ICF dernièrement sur les 350 mètres du plan d’eau américain d’Oklahoma. Maxime va désormais se concentrer sur les Championnats du Monde de septembre.

Enfin, la Banque Populaire du Nord tient à souligner la performance d’Anaïs Mai Desjardins qui monte sur la deuxième marche du podium du Championnat de France Kitefoil qui se tenait à Leucate du 21 au 27 août.

« Erika, Anaïs et Maxime ont porté haut les couleurs de la Banque Populaire du Nord cet été. Nous sommes fiers de leurs résultats. Place désormais à la préparation en vue des Jeux de Paris 2024 dont nous sommes partenaire premium. Nous avons hâte de retrouver nos sportifs en France… Ils véhiculent parfaitement nos valeurs » déclare Fabrice Bouvier, directeur général de la Banque Populaire du Nord.

15

Le Class 40 Entrepreneurs pour la Planète est arrivé cette nuit peu avant 4 heures à Cherbourg, terme de la 49ème édition de la Rolex Fastnet Race. Sébastien Audigane, François Jambou et Arnaud Derrindinger s’octroient la 15ème place de leur si compétitive Classe qui alignait pas moins de 35 unités au départ de Cowes dimanche dernier. Le trio du voilier « Entrepreneurs pour la Planète auront mis 3 jours, 15 heures et 20 minutes pour boucler les 695 milles du parcours.

François Jambou : « On déplore deux petites erreurs qui nous coutent chers, notamment notre option dans le sud de la DST (Dispositif de séparation du Trafic) des îles Scilly. On a été un peu joueur et cela n’a pas payé. La Classe 40 est terriblement compétitive et il faut savoir prendre des risques. Le départ a été très tonique et le bateau s’est bien comporté dans une mer hachée et désordonnée. On a connu une mer d’Irlande plutôt apaisée, et la remontée au Fasnet a été très sympa. Je suis un habitué du solitaire mais je dois dire qu’en équipage réduit, c’est très agréable. On s’est bien entendu avec Seb et Arnaud, et on a pu tourner avec en permanence deux hommes sur le pont. Le résultat final est un peu décevant car on a vu par ailleurs que l’on avait toujours une très bonne vitesse. La Rolex Fastnet race permet de se confronter avec toutes sortes de bateaux. C’est très enrichissant. Il y a toujours un voilier à proximité avec qui régater et s’étalonner. J’avais fait cette course en Mini. En équipage et sur de plus gros bateaux, c’est vraiment une expérience exceptionnelle…” Sébastien Audigane et François Jambou vont désormais se concentrer sur la préparation à la Transat Jacques Vabre dont le départ sera donné début novembre du Havre. Le Class 40 Entrepreneurs pour la Planète reviendra à Marseille en septembre pour différentes opérations de relations publiques et afin de séduire de futurs partenaires.

REVUE DE PRESSE

Bel été à tous !

Nos dernières retombées presse :

https://www.francebleu.fr/infos/culture-loisirs/le-belem-en-escale-a-la-rochelle-jusqu-a-la-fin-juillet-1625835764

https://www.letelegramme.fr/voile/transat-jacques-vabre-erwan-le-roux-embarque-xavier-macaire-21-06-2021-12773825.php

https://www.lci.fr/replay-lci/video-vis-leurs-vies-du-dimanche-4-juillet-2021-2190529.html

https://www.lequipe.fr/Adrenaline/Ski-freestyle/Actualites/Perrine-laffont-tellement-de-travail-a-faire-avant-les-jeux/1267044

https://www.nauticlic.com/read-blog/308

https://www.ouest-france.fr/sport/voile/sebastien-audigane/voile-les-sables-horta-les-sables-le-retour-se-prepare-dans-les-tetes-pour-sebastien-audigane-4734efb4-e161-11eb-8d10-68cd3e4208bd

https://www.francebleu.fr/sports/voile/la-construction-du-nouveau-monocoque-de-maxime-sorel-a-debute-a-vannes-1624541538

https://www.lavoixdunord.fr/1042258/article/2021-07-08/cybersecurite-advens-donne-du-sens-sa-performance-et-veut-devenir-un-leader

https://www.leprogres.fr/societe/2021/06/21/a-villeurbanne-l-engagement-contre-la-precarite-etudiante-de-gaelis-a-ete-recompense

https://voilesetvoiliers.ouest-france.fr/course-au-large/jauge/imoca/entretien-thomas-ruyant-j-ai-encore-une-histoire-a-ecrire-avec-le-vendee-globe-0009b2e0-dd98-11eb-8773-d4a9558a6d77

…….

Anaïs Mai Desjardins, pour le fun et la compétition

Cet été, la jeune dunkerquois, Anaïs Mai Desjardins, qui rêve de participer aux Jeux Olympiques de Paris 2024, va enchaîner les sessions de kite à foils pour le plaisir et pour la compétition. Impressions, photos et vidéo !

Anaïs, soutenue par la Banque Populaire Nord : « Depuis le début de l’année, j’ai participé à quatre épreuves et je suis plutôt contente de mes résultats. J’ai terminé dernièrement à la deuxième place de l’Engie Kite Tour à Lorient. Mais également à la deuxième position, en mixte, et à la troisième, en individuel, du Mondial du Vent de Leucate. Mes expériences sur les étapes du Championnat d’Espagne ont été aussi riches d’expérience. Je vais profiter de l’été pour pratiquer mon sport un maximum. »

Anaïs s’engagera du 21 au 23 août dans le Championnat de France de Leucate. Du 6 au 12 septembre, elle coupera les lignées de départ du Championnat d’Europe qui se déroulera à Montpellier. Enfin, du 11 au 17 octobre, la championne nordiste, actuellement en troisième année de médecine, participera au Championnat du Monde Kitefoil qui se dérouleront en Italie et en relais « mixte ».

Des news de Perrine Laffont

Depuis début mai, Perrine Laffont, après une pause suite à sa grande saison, Championne du Monde, a repris le chemin de l’entraînement. Elle est actuellement en stage avec l’Equipe de France de ski de bosses à Tignes et a rechaussé ses skis afin de préparer au mieux la prochaine Coupe du Monde dont une étape passera en France mi-décembre à l’Alpe d’Huez et évidemment le grand objectif Olympique en février à Pékin. Impressions, sensations…

Physique

« Début mai, j’ai recommencé doucement par 15 jours de préparation à la maison. C’était une reprise douce avec pas mal de marche en montagne, du vélo, du tennis. Nous avons ensuite enchaîné, dans le cadre de la préparation de l’Equipe de France de ski de bosses, par trois semaines intensives à Albertville sous la houlette de notre préparateur Rémy Damiani.  Ce travail était dans un premier temps une reprise d’activité puis nous avons effectué de la musculation afin de refaire la masse musculaire, du cardio, de l’explosivité et un peu de trampoline pour les sauts. Nous avons terminé cette session par deux jours de water jump à Evian, histoire de revoir les bases de l’acrobatie. »

Ski

« Le staff de l’Equipe de France, mené par Ludovic Didier et Lionel Levray, nous a ensuite concocté une semaine de ski à Val d’Isére et trois semaines à Tignes. Ben Valentin, spécialiste et ancien grand champion de halfpipe, venait deux fois par semaine pour les acrobaties. Nous avions une piste pour l’Equipe de France ce qui nous a permis de parfaitement enchaîner les runs et de faire un peu évoluer mes sauts, le tout dans une très bonne ambiance (voir le vlog de Perrine). »

Sollicitations

« Je suis, tout de même après ma saison, repassée par la case « Ecole » puisque je suis en licence marketing et relation commerciale mais j’ai été, après mon titre de Championne du Monde, beaucoup sollicitée. J’ai pris du temps qualitatif avec mes partenaires. C’est toujours un plaisir. J’ai répondu à la presse. Je me suis rendue dans des écoles ariégeoises engagées dans la Coupe de France des potagers* dont je suis marraine et dont le sujet me tient à coeur. J’étais invitée le week-end dernier sur le Tour de France cycliste… Bref, je n’ai pas chômé. »

La suite ?

« Un peu de repos à la maison, une séance de water jump en Suisse, des grandes vacances en août, un défilé le 14 juillet à Chamonix avec l’équipe de France militaire et tous mes encouragements à l’Equipe de France Olympique et Paralympiques à Tokyo. Je vais les suivre un maximum. »   

*https://landestini.org/la-coupe-de-france-du-potager/

 

Le Belem de retour en Atlantique à La Rochelle

Il était déjà venu à La Rochelle, il revient ! Le Belem fera son entrée le dimanche 11 juillet en fin de journée dans le port de La Rochelle et sera amarré esplanade Eric Tabarly dans le fameux bassin des chalutiers. C’est le véritable retour du trois-mâts en atlantique après 17 mois de pause imposée par la crise sanitaire. La Fondation Belem et l’équipage accueilleront les visiteurs de 13h à 19h du 13 au 26 juillet pour une visite en toute sécurité.

Les visiteurs mettront les pieds à bord de l’un des plus anciens grands voiliers naviguant au monde, construit en 1896, il y a 125 ans. Ils découvriront ses différents espaces de vie et de navigation, son histoire plus que centenaire, la spécificité de son gréement à phares carrées et enfin échangeront avec des membres d’équipage. (Billetterie en ligne conseillée sur www.fondationbelem.com).

Le trois-mâts reprendra la mer avec des navigants le 28 juillet à 9h30 de La Rochelle en direction de Bordeaux puis pour 14 autres séjours de navigation en équipage. « C’est un immense plaisir pour la Fondation Belem de revoir le Belem en mer et en activité. Nous l’avons réouvert au public à Cannes en juin. Il sera à la disposition des Rochelais et des touristes en juillet avant d’entamer de nouvelles navigations d’exception qui marqueront le retour du trois-mâts des français en mer avec des passionnés à bord ! » déclare Christelle de Larauze, déléguée générale de la Fondation Belem soutenue par les Caisses d’Epargne.

Erwan Le Roux : « Impatient de voir dans quelle mesure on a fait progresser le bateau »

Après Brest et La Rochelle, les six équipages du Pro Sailing Tour Ocean Fifty 2021 ont désormais rendez-vous à Las Palmas de Gran Canaria pour un troisième épisode qui s’annonce tonique, l’archipel espagnol étant affecté par les alizés de nord-est. De quoi garantir à la fois du joli spectacle et de belles empoignades sur l’eau. Pour ce qui le concerne, le team Ciela Village, mené par Erwan Le Roux et composé pour l’occasion de Xavier Macaire, Vincent Busnel, Louis Giard, Alan Pennaneac’h et Steven Liorzou, compte bien tirer parti des ces conditions sportives pour faire parler la puissance de son Ocean Fifty. Un bateau – dont l’étrave a été endommagée lors du convoyage la semaine dernière mais qui a pu être réparée en express grâce à la solidarité de la classe – que le Trinitain et son équipe ont continué de faire évoluer depuis leur dernière confrontation. Dans ce contexte, les objectifs du team sont clairs : il s’agit, d’une part, de valider les dernières modifications réalisées à bord et, d’autre part, réussir à conserver sa place sur le podium du classement provisoire du circuit.

Arrivé à Las Palmas de Gran Canaria en fin de semaine dernière au terme d’un convoyage réalisé en double par Erwan Le Roux et Xavier Macaire qui ont ainsi validé leur qualification à la Transat Jacques Vabre, l’Ocean Fifty aux couleurs de Ciela Village a, depuis, subi quelques réparations. « Lors du ralliement, la crash-box s’est arrachée de l’étrave. Elle n’était, en réalité, par connecté au bateau. Nous avons donc lancé la fabrication d’une pièce en dernière minute grâce à l’aide de CDK et de nos fidèles fournisseurs. Florent Le Gall a organisé l’opération en France et la pièce est arrivée aux Canaries dimanche soir avec Alan Pennaneac’h. Nous avons bossé toute la journée d’hier sur le sujet. Grâce à l’aide des équipes de Primonial, de Leyton et de Solidaires En Peloton – ARSEP qui nous ont permis d’utiliser leur matériel, mais aussi et surtout grâce à Laurent Gourmelon qui nous a offert ses compétences en stratification des composites, nous sommes prêts », a commenté Erwan Le Roux qui, après une petite navigation pour définitivement valider les travaux cet après-midi, s’apprête à s’aligner à la première course de cet épisode 3 du Pro Sailing Tour : le Défi 24 heures.

Progresser, encore et toujours

Le coup d’envoi de cette première manche est prévu demain à 12h, heure de Paris. Au programme : une boucle de 300 milles autour des îles de Gran Canaria et de Fuerteventura que le Trinitain à prévu de disputer avec Alan et Xavier Macaire, son binôme pour la prochaine édition de la Route du Café. « Le convoyage en double s’est très bien passé, même si on n’a pas pu attaquer autant qu’on l’aurait souhaité, en premier lieu parce que le bateau était très chargé. Je suis très confiant pour la suite car Xavier et moi parlons vraiment le même langage. Nous sommes sur la même longueur d’onde. Il apporte sa rigueur au projet et s’intègre parfaitement bien à l’équipe », rapporte Erwan, à présent impatient de découvrir en mode « confrontation » les dernières améliorations effectuées à bord de son trimaran. « Depuis l’épisode 2, il y a un mois, on a changé les réglages de quête (l’inclinaison avant – arrière, ndlr) de mât, mais aussi travaillé sur les voiles. On a bien envie de voir ce que ça donne. De voir dans quelle mesure on a fait progresser la machine », ajoute le skipper qui devrait profiter de conditions assez toniques lors de ces quatre prochains jours, à la fois lors de la course off-shore et sur les parcours construits, au large de la grande place de Las Palmas. « On sait qu’on va régater dans 13-25 nœuds toute la semaine et que les courses s’annoncent techniques, notamment le Défi 24 heures, avec pas mal de mer, des dévents mais aussi de fortes accélérations dans les différents canaux entre les îles. A nous d’être performants, de bien communiquer et de faire preuve d’une belle cohésion. »

Photo Jacques Vapillon