MAXIME SOREL : D’UNE AVENTURE À L’AUTRE AVEC PASSION

Le navigateur Maxime Sorel, 10ème du dernier Vendée Globe, 5ème de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe 2022 est actuellement en phase de transition. Après une année vélique ponctuée par la naissance de son nouveau plan Verdier et de nombreux milles accumulés, Maxime passe en mode « montagne » afin de préparer sa tentative d’ascension de l’Everest. Elle débutera par une phase d’acclimatation dès début avril au Népal et un début d’aventure espéré début mai. Entretien…

  1. Comment se sont déroulés les jours après ton arrivée de la Route du Rhum, en Guadeloupe, à une très belle cinquième place ?

Nous avons fêté cette performance dès mon arrivée à Pointe-à-Pitre avec mes partenaires qui étaient 200 à être venus m’accueillir sur le ponton d’honneur à Pointe-à-Pitre. Cette arrivée a été intense en partage avec les collaborateurs de V and B, Monbana et du département de la Mayenne. Par la suite, j’étais très fatigué et j’ai fait une pause de cinq jours afin de commencer à recharger les batteries. J’ai enchaîné très vite en mer avec le convoyage retour en France auquel j’ai participé avec Gaston Morvan et Gurloës Terrien.  Ce convoyage a été difficile pour moi, car il a fallu retrouver de la motivation après ma Route du Rhum, mais il était important que je continue à emmagasiner de l’expérience et des milles à bord du nouveau V and B – Monbana – Mayenne.

  1. Quels enseignements as-tu tirés de ta Route du Rhum et du convoyage retour ?

Cette cinquième place a été parfaite. Nous avons rempli beaucoup plus que nos objectifs initiaux en termes de communication, de satisfactions de nos partenaires et de mon équipe, techniquement et sportivement. Je crois pouvoir dire que nous avons fait un carton plein. L’IMOCA V and B – Monbana – Mayenne est sain et très performant. Le convoyage retour a également permis de continuer à apprendre et de cogiter sur de nombreux points d’amélioration comme les volumes des ballasts…

  1. Justement, en quoi va consister le chantier à venir de V and B – Monbana – Mayenne ?

Dès notre arrivée de convoyage à Concarneau, nous avons sorti le bateau de l’eau pour le mettre en chantier chez Kairos jusque mi-avril. L’idée est de démonter un maximum de pièces et de les vérifier. Nous avions aussi quelques sujets avant la Route du Rhum que nous avons réouverts. De plus, nous allons fabriquer des systèmes afin de rendre la vie à bord plus simple pour le bonhomme comme une nouvelle table à cartes, un matelas spécifique pour se reposer… Bref, on va revoir l’ergonomie. Nous allons aussi retravailler notre jeu de voiles en vue du Vendée Globe. Nous sommes également dans l’analyse des valeurs numériques accumulées lors des deux transats ce qui va nous permettre de partir sur des réglages de voiles plus fins et peu à peu gommer notre différentiel de vitesse par rapport aux leaders de la classe IMOCA ou en tout cas avoir une approche plus précise des angles d’attaque en mer en faisant les bons choix de voiles.

  1. Pendant ce temps, tu vas te préparer pour ta tentative d’ascension de l’Everest. Quel est ton quotidien ?

Je suis désormais à 90% à la montagne alors que mon équipe gère V and B – Monbana – Mayenne en Bretagne. L’idée est de se refaire une santé physique, car j’ai perdu beaucoup de masse musculaire, notamment dans les jambes, en mer. Pour finir, j’ai fait quasi une pause de 2 mois dans la préparation physique pour cette tentative. Je travaille très régulièrement avec un centre d’entraînement qui bénéficie de techniques avancées pour récupérer et habituer mon corps à manquer d’oxygène. Je vais ensuite enchaîner avec des stages en montagne pour pratiquer du ski de randonnée, des ascensions de cascades de glaces… ou tout simplement marcher avec le matériel que l’on aura pour l’Everest. L’objectif est de faire corps avec la montagne et de monter graduellement en puissance avant de partir pour le Népal.

  1. En quoi cette tentative va te servir pour ton métier de marin ?

Difficile comme question… Je n’ai pas encore vraiment la réponse. Je pense que cette tentative va surtout m’aider mentalement pour le prochain Vendée Globe. Je vais aller puiser d’autres choses en moi. Je vais également mieux connaître mon corps. Ce challenge est très ambitieux entre deux Vendée Globe et il va falloir qu’en juin j’arrive à repasser en mode « mer » facilement afin de préparer la Rolex Fastnet Race de juillet, le Défi Azimut en septembre et la Transat Jacques Vabre fin octobre. Cela ne sera pas si simple, mais j’aime les challenges.

Les leçons du Grand-Bornand

Emilien Jacquelin est de retour à l’entrainement, quatre jours après un décevant week-end au Grand-Bornand. Cette troisième étape de la Coupe du Monde de biathlon, cochée par tous les athlètes Français, n’a pas produit les résultats espérés. Lucide et revanchard, le Villardien mesure, avec un brin d’amertume, la distance entre le potentiel affiché depuis le début de la saison, et les manquements subis durant le grand rendez-vous savoyard. A l’évidence, sa forme physique du moment, combinée à une confiance retrouvée sur le pas de tir, méritait de bien meilleures issues que celles signées devant l’extraordinaire public de la seule étape française du circuit de la Coupe du Monde. Emilien n’oubliera rien, de cet amour donné sans retenue, ni de ses troubles à gérer tant d’énergie, tant d’envie de bien faire, qui l’ont pourtant poussé trop souvent à la faute. Les fêtes de fin d’année s’avancent, qu’Emilien traversera avec le juste compromis plaisir-modération propre à tout athlète de haut niveau. Toute sa concentration est déjà portée à retrouver l’état d’esprit du début de saison, conforté par la certitude d’être en phase ascendante dans son état de forme physique.

 

Pas de coup d’arrêt !

« Oui le Grand-Bornand m’a énervé! » Emilien Jacquelin sans artifice, se livre avec cette candeur spontanée si propre à son attachante personnalité. « J’ai abordé cette troisième étape de Coupe du Monde dans un bel état d’esprit » explique-t’il, « et dans un état de forme ascendant, combiné à une belle évolution dans ma manière de faire. Je suis déçu de ne pas avoir su maitriser mon biathlon dans cet environnement où tout pourtant m’était acquis. Je me suis mis beaucoup de pression, et n’ai pas su canaliser cette énorme énergie venue des tribunes. Je me suis déconnecté de l’état d’esprit qui m’animait en début de saison et l’envie de trop bien faire m’a poussé à la faute. » Les jambes, la glisse, le ski, sont pourtant bien au rendez-vous et Emilien peut se targuer d’excellents temps de ski, face à une armada Norvégienne plus compacte et redoutable que jamais. Point de crispation particulière en ce qui concerne le tir. « Le Grand Bornant ne marque pas de coup d’arrêt en ce domaine » insiste le double champion du monde de poursuite. « Je suis en droite ligne avec mes objectifs et avec ce que j’ai mis en place sur le tir. »

 

La très relative trêve de Noêl

Deux petites semaines le séparent du prochain rendez-vous en Coupe du Monde, à Poljuka en Slovénie, du 5 au 8 janvier prochains. « Un site que j’apprécie et qui me renvoie à mes premiers grands succès de 2021.  Mais je ne veux pas revivre cet excès de pression du Grand-Bornand, et me sentir obligé de performer au point de passer à côté de mes fondamentaux » martèle-t’il. La relative trêve de Noêl, avec cette importante reprise de préparation à base de gros volume physique, sera propice à évacuer les démons du Grand-Bornand, et à renouer avec la simplicité et la sérénité du début de saison. « Je ne me projette pas au delà des championnats du monde à Oberhof du 8 au 19 février » souligne Emilien. «  A la même époque l’an passé, j’étais en tête de la Coupe du Monde. Je ne me focalise pas outre mesure sur ma troisième place actuelle. Je veux donner 100% de mes capacités à chaque course, épreuve après épreuve. Je sens que ma forme physique continue de monter et l’objectif est d’arriver à mon maximum pour les Mondiaux. Je ne veux plus revivre cette frustration du week-end dernier, celle de ne pas avoir su réaliser ce que je sais pouvoir faire. Le Grand-Bornand est en cela une excellente leçon. »

Restauration inédite de la coque du trois-mâts BELEM à Saint-Nazaire

Le trois-mâts Belem subît cet hiver à Saint Nazaire une restauration historique : le remplacement complet de la partie de la coque située sous la cale machine. Une opération, jamais réalisée sur un navire aussi ancien, construit en 1896.

Un bloc neuf pour réparer la coque et pérenniser la navigation du Belem

Les tôles constituantes de la coque du Belem – comme toutes les coques en acier –  subissent naturellement des pertes d’épaisseur. En particulier, la zone la plus basse du navire, située sous la cale machine, réceptacle des eaux usées, supporte une double corrosion, interne et externe. Son usure avancée pourrait faire stopper la navigation du trois-mâts si rien n’était fait pour la restaurer.

Bureau Veritas, la société qui certifie depuis plus de 40 ans le navire, doit tirer la sonnette d’alarme quand les tôles d’acier perdent plus de 20% de leur épaisseur. À ce point critique, le navire devient inapte à la navigation. C’est précisément pour éviter qu’il perde sa certification, qu’ont été décidés les travaux de restauration hiver 2022-2023.

La Fondation Caisse d’Epargne Belem a opté pour la plus pérenne des solutions : remplacer l’ensemble du bloc cale machine par un bloc neuf, plutôt que d’injecter des renforts d’acier au niveau des zones affaiblies. Une décision lourde financièrement – cout estimé à 1,7 million d’euros – mais qui va permettre de prolonger les activités en mer du plus ancien grand voilier français toujours en navigation. Cet investissement va permettre à la Fondation de poursuivre sa mission fondatrice : permettre au plus grand nombre d’embarquer à bord du Belem et vivre une aventure unique au monde.

Des partenaires d’envergure autour d’un chantier historique 

La Fondation Caisse d’Epargne Belem engage ces travaux d’envergure, entourée de nombreux partenaires techniques et financiers : V.Ships France, le nouveau gérant nantais du Belem, chargé d’entretenir le navire, a piloté le choix de la solution de restauration et du chantier et supervise l‘ensemble des opérations. Eiffage Energie Systèmes – Clemessy Services a été retenu comme chantier pour effectuer les travaux à Saint-Nazaire. Le Ministère de la Culture, au travers de ses services déconcentrés en Pays de la Loire, a autorisé les travaux sur le Monument Historique, en s’appuyant sur l’expertise de Célestin Delaporte, spécialiste des navires à coque en acier. La DRAC Pays de la Loire s’engage également à soutenir de manière conséquente le financement de ces travaux. Les collectivités territoriales : la Région Pays de la Loire, le Département de Loire Atlantique, Nantes Métropole et la Ville de Nantes sont également sollicités pour contribuer au financement de ce chantier qui s’annonce historique. Enfin, la fondation fait appel à la générosité des Amis du Belem, donateurs particuliers engagés dans la sauvegarde dernier grand voilier français toujours en navigation.

Jérôme LECAMP, Directeur Département Arrêt Eiffage Energie Systèmes – Clemessy Services (EES – CYS) confie l’état d’esprit avec lequel il entame ce chantier : « C’est une grande fierté de pouvoir effectuer ces travaux de maintenance de si grande ampleur sur ce navire patrimonial maritime français. Nous sommes confiants. Le navire est de conception robuste et nous avons déjà pratiqué ce genre d’opération, comme sur le Plastic Odyssey. Mais ces travaux serviront d’exemple. Ils sont historiques pour le Belem car jamais opérés sur un navire de cet âge. Enfin, notre responsabilité sera de respecter les enjeux de sécurité, qualité et délai. »

Solidaires En Peloton – ARSEP, de retour à la maison !

En fin de journée, l’Ocean Fifty Solidaires En Peloton – ARSEP sera enfin de retour à Saint-Malo, son port d’attache, après une longue épopée et depuis son malheureux chavirage sur la Route du Rhum – Destination Guadeloupe survenu le 12 novembre dernier alors qu’il était en tête des Ocean Fifty. Thibaut Vauchel-Camus et son équipe vont peu à peu tourner la page et se transposer sur 2023 avec une participation au Pro Sailing Tour et à la Transat Jacques Vabre.

L’élan de solidarité a été fort, très fort depuis l’accident de route survenu sur la Route du Rhum – Destination Guadeloupe. D’abord, grâce à la compétence de l’équipage du Mérida qui a réussi à remettre le multicoque à l’endroit malgré des conditions météo musclées au large des Açores mais aussi grâce au soutien sans faille des nombreux supporters du Défi voile Solidaires En Peloton et de ses partenaires. Après une légère pause en Guadeloupe pour remercier, Thibaut Vauchel-Camus, accompagné de son fidèle préparateur en chef, Laurent Gourmelon, sont repartis sur l’île de Sao Miguel où ils avaient laissé le voilier alors déjà doté d’un gréement de fortune particulièrement performant et ont repris la mer le 5 décembre.

« Il a fallu attendre une météo compatible avec notre gréement, à savoir pas trop de vent et du portant » explique Thibaut. « Une fois les conditions réunies, nous avons navigué durant quatre jours et parcouru 800 milles en direction de Povoa de Varzim, au nord de Porto, Portugal. Cette nav s’est bien déroulée et notre gréement nous a donné satisfaction. Nous avons ensuite réussi à traverser le golfe de Gascogne en s’offrant des pointes à plus de 25 nœuds pour arriver jusqu’à Brest. Le bateau y patiente depuis quelques jours car la météo en Manche ne nous permettait pas de ramener Solidaires En Peloton – ARSEP en toute sécurité. »

Le trimaran bleu fait désormais route vers Saint-Malo qu’il atteindra en fin de journée. « Ce sera un vrai soulagement de ramener notre bateau à son port d’attache avant Noël et après toutes ses mésaventures. C’est la fin de notre épisode Route du Rhum et cela marque le début d’un nouveau cycle. »

Solidaires En Peloton – ARSEP va ainsi entrer en chantier pour de longs mois, une totale révision, des réparations, la construction d’un nouveau mât, de nouvelles voiles et d’une casquette. « Nous allons avoir beaucoup de travail afin de se retrouver dans de bonnes dispositions pour 2023 » ajoute Thibaut qui tient à remercier toutes les personnes qui ont soutenues son équipe dans ces moments difficiles. « Notre projet a toujours été unique. Je l’ai fortement senti ces dernières semaines. Dans l’adversité, j’ai été beaucoup aidé pour rebondir au mieux. J’ai aussi vraiment pensé à de nombreuses reprises aux patients atteints de la Sclérose En Plaques qui rebondissent tout le temps et qui m’ont vachement boosté au fil de mes dernières péripéties, moi qui contrairement à eux ait choisi mes difficultés. »   

Thibaut et son équipe sont à la recherche de moyens supplémentaires afin de s’aligner sur les compétitions véliques de 2023 et poursuivre leurs nombreuses actions solidaires, notamment sur l’eau, avec la Fondation ARSEP et les patients atteints de scléroses en plaques.

Perrine Laffont Métronomique

ALPE D’HUEZ, FRANCE – DECEMBER 16: Perrine Laffont of Team France takes 2nd place during the FIS Freestyle Ski World Cup Men’s and Women’s Moguls on December 16, 2022 in Alpe d’Huez, France. (Photo by Paul Brechu/Agence Zoom)

La skieuse ariègeoise, Perrine Laffont, 24 ans, signe deux belles deuxièmes places (en simple et en parallèle) sur l’étape de Coupe du Monde de ski de bosses française qui avait lieu depuis jeudi à l’Alpe d’Huez. La Championne Olympique monte cinq fois sur le podium en cinq courses depuis le début des hostilités internationales à Ruka (Finlande) début décembre puis à Idre (Suède) et jusqu’à ce jour sur la magnifique piste de l’Alpe d’Huez. En huit ans d’activité au plus haut niveau, Perrine cumule 48 podiums. La sportive continue d’affoler les compteurs. Elle avait quelques doutes suite aux derniers Jeux Olympiques, il est clair qu’ils sont désormais totalement dissipés. Perrine est totalement aux affaires et, après une vraie bonne pause dans les semaines qui viennent, va pouvoir reprendre sa marche en avant face à une concurrence de plus en plus aiguisée mais qui devra faire largement attention à la reine des bosses.

« C’est juste incroyable » a déclaré Perrine à son arrivée de la course en parallèle qu’elle termine donc à la deuxième place cet après-midi. « La fatigue a commencé à se faire sentir car nous avons enchaîné trois semaines de compétition depuis le début de la Coupe du Monde 2022 – 2023. Faire tous les runs et toutes les finales, c’est beaucoup émotionnellement mais aussi physiquement. Je suis contente car j’ai été me chercher à l’Alpe d’Huez ! 5 courses, 5 podiums, c’est une sacrée belle régularité. Je suis satisfaite du travail effectué avec mon nouveau staff en Equipe de France et personnel. Le ski se met petit à petit en place. C’est que du positif. La pause va faire du bien et je sens que nous sommes en pleine progression pour 2023, la suite de la Coupe du Monde et le Championnat du Monde. Je tiens évidemment à féliciter Ben Cavet pour sa superbe performance aujourd’hui mais aussi les organisateurs de la compétition, l’encadrement de l’Equipe de France, l’association Wad, mes partenaires, ma famille, mes supporters qui sont toujours au rendez-vous. »  

La suite de la Coupe du Monde aura lieu à partir du 27 janvier à Val Saint-Côme puis le 2 févier à Deer Valley aux Etats-Unis en enfin le 17 mars à Almaty (Kazakhstan). Le Championnat du Monde de la discipline se tiendra à Bakuriani (Géorgie) du 19 février au 6 mars.

 

Qui sont les lauréats ATOUT SOLEIL 2022 ?

Soutenir et valoriser des associations qui réalisent des projets innovants dans les domaines de la santé, de la prévoyance et de l’aide sociale, telle est la vocation de l’opération de mécénat Atout Soleil portée par le fonds de dotation « Nos Épaules et Vos Ailes », depuis 2007.

Pour sa 15ème édition, le prix Atout Soleil a été remis hier soir à quinze associations qui ont développé des initiatives solidaires, intergénérationnelles et innovantes pour (Re) vivre ensemble et limiter les effets durables de la crise sanitaire et des autres crises sur la santé et l’éducation des plus jeunes.

Les 15 vainqueurs portent des projets pour lutter contre le cyber harcèlement, le décrochage scolaire, l’orientation subie, agir face aux violences intrafamiliales, …Ils ont été identifiés grâce à l’appui et la force du maillage territorial des réseaux commerciaux de Generali.

Les lauréats 2022 :

L’association « 10 jours sans écrans », implantée à Bayonne. Sa particularité ? Aider les parents et les enfants à mieux maitriser leur temps d’écran grâce à un défi collectif de déconnexion numérique.

L’association « AFEV Nantes ». Sa particularité ? Mobiliser des étudiants pour accompagner des enfants vers la lecture et créer du lien dans les quartiers populaires et prioritaires de la ville.

La compagnie de théâtre « Aziadé », qui se produit en Île-de-France et sur l’Île de la Réunion. Sa particularité ? Proposer des pièces de théâtre participatives aux établissements scolaires pour aborder des sujets sensibles comme le cyberharcèlement ou l’addiction aux écrans

L’association « Coup de pouce », présidée par Nicole Notat. Sa particularité ? Agir de manière précoce auprès des enfants présentant un risque de décrochage scolaire en associant étroitement les parents et la communauté éducative.

L’association « La Compagnie de l’Ange Ingénu », implantée dans les Pyrénées-Atlantiques. Sa particularité ? Sensibiliser les adolescents aux différentes formes de harcèlement à travers une pièce de théâtre, des débats et des ateliers.

L’association « La maison des droits des enfants et des jeunes », implantée à Toulouse. Sa particularité ? Prévenir et accompagner les victimes et auteurs de cyberviolence en s’appuyant sur des outils juridiques.

L’association « Les maisons de Joseph », implantée à Nice et à Dijon. Sa particularité ? Répondre aux difficultés d’intégration des personnes réfugiées et de leurs enfants en agissant sur le plan scolaire, psychologique et social.

L’association « Educa-Cité », implantée à Chanteloup-les-Vignes, dans les Yvelines. Sa particularité ? Lutter contre le décrochage scolaire précoce des enfants et des adolescents les plus fragiles scolairement en particulier dans les quartiers populaires.

L’association « En avant toute(s) » à Paris. Sa particularité ? Proposer une plateforme nationale de tchat gérée par des professionnels permettant aux jeunes de 10 à 14 ans une prise de conscience sur les comportements abusifs et toxiques et un soutien adapté.

L’association « Énergie Jeunes du Morbihan », implantée à Vannes. Sa particularité ? Concevoir et réaliser bénévolement des actions éducatives dans les établissements scolaires au service de la réussite scolaire pour tous, en priorité dans les quartiers peu favorisés.

L’association « Seuil », créée en 2003 par l’écrivain-voyageur Bernard Ollivier. Sa particularité ? Proposer une marche éducative de plusieurs mois pour amener des jeunes de 14-18 ans en grande difficulté à franchir un seuil dans leur vie et se réinsérer socialement/professionnellement.

L’association « TADAM », agissant en Île-de-France et dans la région Grand-Est. Sa particularité ? Proposer des programmes d’interventions reposant sur une méthode adaptée aux jeunes afin de prévenir et lutter contre le décrochage scolaire.

L’association « Transonore », agissant en Île-de-France et notamment en Seine-Saint-Denis. Sa particularité ? Proposer aux jeunes collégiens, par l’intermédiaire du reportage radio, une sensibilisation aux enjeux écologiques, sociaux et démocratiques et des ateliers pratiques donnant à voir les métiers liés au développement durable, à l’économie sociale et solidaire.

L’association « Valdocco Marseille ». Sa particularité ? Mettre son savoir-faire éducatif au service des jeunes, des habitants et des acteurs des quartiers Nord de Marseille pour prévenir et lutter contre le décrochage scolaire et favoriser le vivre-ensemble.

L’association « Women Safe & Children ». Sa particularité ? Sensibiliser et former les professionnel.les de première écoute à prendre en compte l’enfant exposé aux violences notamment dans les territoires ruraux.

Chronique des associations

Bonne entame pour Perrine Laffont

Perrine Laffont débute de belle manière sa saison en Coupe du Monde à Ruka en Finlande. Cet après-midi, la Championne Olympique de ski de bosses 2018 termine à la deuxième place en single derrière Jakara Anthony. Perrine et l’équipe de France de ski de bosses se tourne désormais vers Idre en Suède les 10 et 11 décembre.

Perrine Laffont, heureuse à son arrivée : « Cela fait du bien une journée comme ça car il y avait un peu de stress pour le début de la Coupe du Monde et la première de la saison. Le travail a payé avec mon nouveau staff. Je n’ai pas encore sorti toutes mes nouvelles armes notamment un nouveau saut. Tout ça est de bon augure pour la suite et notamment la Suède dès la semaine prochaine. »

Albert Bedouet, entraîneur de l’Equipe de France de ski de bosses : « C’est juste génial pour Perrine de commencer comme ça. Elle a bien géré cette journée dans une atmosphère de rentrée qui est toujours particulière. Elle a évidemment encore une marge de progression pour la suite. »

 

 

La Fondation Belem devient la Fondation Caisse d’Epargne Belem

Les Caisses d’Epargne, mécènes historiques du trois-mâts Belem, renforcent leur soutien à la Fondation Belem qui devient la Fondation Caisse d’Epargne Belem. Le conseil d’administration de la Fondation et les Présidents des 15 Caisses d’Epargne ont développé une nouvelle stratégie reposant sur 3 axes : renforcer la visibilité des Caisses d’Epargne, accueillir à bord des publics éloignés de la mer et faire du navire un porte-drapeau du développement durable.

Jean Charles Filippini, Président de la Fondation Caisse d’Epargne Belem : “La Fondation Belem prend le nom de son mécène et devient la Fondation Caisse d’Epargne Belem. Elle met à l’honneur l’un des plus grands mécènes en France. Nos ambitions sont plus fortes que jamais : conserver dans le patrimoine français ce monument historique et ouvrir le Belem au plus grand nombre à quai et en navigation. »

Dominique Goursolle, Présidente de la Fédération Nationale des Caisses d’Epargne : « En embarquant à son bord des jeunes en insertion et des technologies de pointe utiles à la recherche, le Belem continue d’écrire l’histoire 126 ans après sa construction. Le temps long, la volonté d’être #Utile à la société et ce caractère pionnier, les Caisses d’Epargne se reconnaissent dans ce navire, auquel elles renouvellent leur soutien pour les cinq années à venir ».

Les Caisses d’Epargne avec le Belem depuis 1979

En 1979, le trois-mâts Giorgio Cini, battant pavillon italien, abandonné dans l’arsenal de Venise, il est mis en vente. Plusieurs candidats étrangers sont en lice pour l’acquérir et parmi eux des Français. En effet, l’origine nantaise du trois-mâts a été découverte dès 1970 par un passionné de vieux gréement, le docteur Luc-Olivier Gosse, qui l’identifie comme le trois-mâts Belem.
Les Caisses d’Epargne se portent acquéreur grâce à Jérôme Pichard, Délégué Général de l’Union Nationale des Caisses d’Epargne à l’époque. Elles ont réuni les fonds nécessaires à son acquisition grâce à Jérôme Pichard, Délégué Général de l’Union Nationale des Caisses d’Epargne à l’époque. Il convainc le Trésor Public d’utiliser le fond de réserve du livret A (dédié à l’époque à des opération de publicité et sponsoring) pour financer le rachat et le retour en France du trois-mâts.
Il créé la fondation Belem en 1980 à laquelle les Caisses d’Epargne font don du navire. Une fondation créée pour assurer sa conservation dans le patrimoine maritime de la France et son exploitation comme navire-école ouvert à tous. Le rachat et le retour en France du Belem fut la première action de mécénat d’ampleur nationale des Caisses d’Epargne. Le soutien à la fondation Belem est aujourd’hui encore, 42 ans plus tard, le plus important engagement des Caisses d’Epargne en faveur du patrimoine. 42 années où sans relâche les Caisses d’Epargne ont financé la moitié du budget de la fondation. Elles ont ainsi permis à 50 000 personnes de naviguer et plus de 2 millions de personnes de le visiter.

Record du Monde pour Erika Sauzeau

Mardi 15 novembre au siège de son partenaire, la Banque Populaire du Nord basée à Marcq en Baroeul, la championne picarde, Erika Sauzeau, médaillée de Bronze para aviron aux Jeux Olympiques de Tokyo, a battu le record du Monde sur 5000 mètres dans la catégorie 40 – 49 ans PR3 (PD) et toutes catégories PR3 (Overall), deux records homologués vendredi 25 novembre. Elle succède à l’américaine Kathleen Tarr qui détenait cette performance. Erika, dans une belle ambiance, entourée de nombreux collaborateurs de la Banque et d’Anaïs Mai Desjardins et Maxime Beaumont, deux autres athlètes de la team Banque Populaire du Nord qui vise Paris 2024, a effectué un temps « canon » de 20 minutes et 49 secondes et 3 centièmes.

Erika Sauzeau : « Ce record est un plaisir car il est partagé avec tous notamment les collaborateurs de la Banque Populaire du Nord. C’est vraiment autre chose que sur l’eau où on a moins de supporters. C’est un objectif personnel dans mon parcours de préparation pour Paris 2024 qui est très différent car nous travaillons sur 2000 mètres et plutôt de l’endurance de force. Ce record n’est vraiment pas négligeable. Je ne vais plus en faire d’ici les Jeux mais je réfléchis, pourquoi pas, à une tentative de 42 km après Paris qui est le but suprême. »

Hélène Madar, Directrice Générale de la Banque Populaire du Nord : « Je félicite fortement Erika Sauzeau qui continue à écrire un très beau parcours sportif avec ce nouveau record du Monde. Nous avons suivi sa performance dans le hall d’accueil de la Banque Populaire du Nord. De nombreux collaborateurs étaient présents et j’ai eu la sensation d’une belle communion autour d’Erika. Anais Mai Desjardins et Maxime Beaumont étaient également présents pour l’encourager. Nos sportifs nous inspirent au quotidien et nous sommes fiers de les accompagner dans leurs rêves olympiques. »

Erika Sauzeau a battu le désormais ancien de l’américaine Kathleen Tarr qui avait réalisé un chrono de 21 min 18 s 30.
Le portrait d’Erika : https://drive.google.com/drive/u/1/folders/14WC08g-Tx3p37FLILInXgLls4nIHsmEO

Thomas Ruyant, vainqueur de la Route du Rhum, catégorie IMOCA

RUYANT Thomas – LINKEDOUT – IMOCA winner during the arrival of Route du Rhum-Destination Guadeloupe 2022, solo transatlantic race, Saint-Malo – Guadeloupe (6,562 kilometres) on November 16, 2022 in Saint-Malo, France – Photo Pierre Bouras / DPPI

Le skipper Dunkerquois Thomas Ruyant plane sur la Classe IMOCA. A bord du voilier LinkedOut, le réseau de ceux qui en n’ont pas, il vient de s’adjuger de très haute lutte la 12ème édition de la Route du Rhum-Destination Guadeloupe, la Reine des transats en solitaire.

Un an après un triomphe entre Le Havre et la Martinique, dans le cadre de la Transat Jacques Vabre, en double, accompagné de Morgan Lagravière, il marque de son empreinte le cycle d’épreuves de Vendée Globe à Vendée Globe, triomphant deux années de suite dans une course transatlantique majeure en monocoque. Son voilier LinkedOut accéléré par Advens, plan Verdier de 2019, achève de magistrale manière sa maturation au sein de TR Racing, l’équipe sportive de Thomas. Il sera dès 2023 remplacé par un nouveau foiler, Advens 2, plan Koch-Finot Conq dont la mise à l’eau est programmé début d’année prochaine.

Ces succès viennent prolonger la liste singulière et rare des victoires de Thomas sur l’Atlantique, à la barre de tous les autres supports monocoques de la course au large, avec cette victoire en 2009 sur la Mini Transat 6,50, une victoire en Figaro lors de la transat AG2R (avec Adrien Hardy), et une première victoire dans la Route du Rhum mais en Class40. Cet éclectisme, cette capacité à performer sur tous les supports, en double ou en solitaire, place de manière irréfutable ce jeune (41 ans) marin discret, d’une rare humilité, et profondément attachant, au panthéon des grands marins Français.

Remporter une course aussi médiatisée que la Route du Rhum n’est pas anodin, surtout lorsque le bateau porte le nom et les couleurs d’une association engagée dans la remise à l’emploi de personnes en rupture de ban avec la société. Car c’est bien à travers les mécanismes de la notoriété exacerbés par le succès de l’épreuve que ces personnes en mal d’insertion, souvent par manque de réseau, parvient à se faire connaitre et à intégrer le monde du travail. Le succès de Thomas accélère ainsi ces processus de reconnaissance pour les personnes en quête d’insertion. C’est là une des profondes fiertés de TR Racing et des équipes d’Advens, leader Français de la cybersécurité et partenaire du bateau.

Thomas Ruyant remporte la Route du Rhum catégorie Imoca. Son temps de course est de 11 jours, 17 heures, 36 minutes et 25 secondes. Il parcouru les 3542 milles du parcours à la vitesse moyenne de 12,6 noeuds. Il a en réalité parcouru 4 362,5 milles sur le fond à la vitesse moyenne de 15,5 noeuds.

Le record de l’épreuve en Imoca, détenu depuis 2014 par François Gabart (Macif) en 12 jours, 4 heures, 38 minutes et est ainsi grandement amélioré de près de 9 heures.

Ils ont dit :

Thomas Ruyant sur les pontons d’arrivée : « Celle là, c’est la plus belle ! »
« Je suis heureux, tout simplement. Je suis ému! Une Route du Rhum, c’est un monument de la course au large, avec 38 bateaux et de sacrés marins au départ. Celle là, je voulais la gagner, c’est la plus belle, et c’est la dernière course du bateau. J’ai mis de l’énergie, mais toute mon équipe aussi. On est un sport collectif. C’est moi qui marque, mais c’est l’équipe qui travaille ! Je serai remplaçant ces prochains jours (Rires). Je savais que Charlie Dalin pourrait se barrer en première partie de course et que mon heure viendrait ensuite. Il a eu 80 milles d’avance et à mi course, je ne me suis jamais dit que c’était fini. J’ai pris un petit coup au moral quand il est revenu à vue hier. Je me suis remobilisé, avec quelques messages de soutien de mon équipe, et j’ai remis du charbon. Ce fut dense et intense. J’ai aimé la deuxieme partie de course. J’y ai mis de l’envie et de l’engagement. Je n’ai pas fait d’erreurs dans alizé et ce n’était pas simple. Il y avait de la stratégie lors du contournement de l’anticyclone, mais aussi de l’action dans les grains de l’alizé. Il ne fallait pas hésiter à en jouer. Il fallait de la chance et de la réussite, et savoir les provoquer aussi. La deuxième partie de la course s’est passée comme dans un rêve. Je passe Charlie. Il en remet derrière, et j’en ai remis une plus grosse. Ce n’est pas un rythme que l’on peut tenir sur un Vendée Globe. C’est un vrai sprint. Je suis allé puiser très loin. J’ai rarement été si fatigué. Je vascillais sur le tour de la Guadeloupe. Je ne voulais pas lâcher. 20 25 noeuds dans l’alizée, il faut un bateau bien préparé et j’avais confiance dans le travail de mon équipe. Je n’ai pas envie de m’arrêter là. J’ai beaucoup appris l’an passé avec Morgan (Lagravière). Ce bateau, je ne veux pas m’en séparer (rires). Je tiens à remercier profondément Advens, mon grand partenaire, et j’engage un maximum de personnes à partager les CV des candidats LinkedOut afin qu’ils retrouvent un emploi. »

Alexandre Fayeulle, Fondateur d’Advens : “C’est énorme ! Quelle course ! Bravo à tous ces très grands champions, et surtout, milles merci de nous faire vivre un spectacle aussi intense.
Quant à Thomas, waouuuh, quelle performance exceptionnelle, il réalise là un immense exploit et un fabuleux doublé, 1 an après sa victoire lors de la Transat Jacques Vabre.
Je suis très heureux pour lui mais aussi pour l’ensemble de son équipe, cette victoire en solitaire récompense un travail collectif remarquable, réalisé tout au long de l’année.
C’est aussi une grande fierté pour les équipes Advens, qui contribuent à cette performance, et pour les candidats LinkedOut qui profitent à fond de cette performance et de cette visibilité…
Nous allons savourer comme il se doit cette grande victoire, avant de mettre le cap sur notre prochain objectif, le Vendée Globe 2024 !”

Jean-Marc Potdevin, Fondateur du réseau Entourage à l’origine de LinkedOut :
“« J’ai suivi cette fin de course de façon haletante et avec beaucoup d’émotion : d’un coté la remontada incroyable de Thomas sur Charlie et leur combat au sommet, de l’autre coté l’égrenage des mots d’Ahmed, de Najaf, d’Ange… témoignant de leur propre arrivée dans leur Guadeloupe à eux – un emploi, via LinkedOut, comme signe de leur sortie définitive de la galère. ”

LinkedOut en chiffres

– 309 candidats accompagnés
– 147 embauches
– +700 entreprises embarquées
– 398 460 utilisateurs uniques sur le site
– 109 623 vues de la page Candidats (galerie CV)
– 10 709 partages de CV depuis le site LKO

La sensation Sorel

Le skipper du nouveau monocoque IMOCA V and B – Monbana – Mayenne, Maxime Sorel, a clos ce jour à un peu plus de 23h00 (heure française) la Route du Rhum – Destination Guadeloupe à la cinquième place au classement général. Le parrain national de l’association Vaincre la Mucoviscidose réalise une performance Majuscule et a hissé son niveau de jeu à égalité de nombreux cadors de la série. Il fait clairement parti des sensations de la 12ème édition de la transat en solitaire Saint-Malo / Pointe à Pitre.

V and B – Monbana – Mayenne, nouveau plan Verdier, a été mis à l’eau fin juin à Concarneau. Depuis, la team, poussée par un trio de partenaires mayennais géniaux, un nombre désormais incalculable de supporters, a travaillé d’arrache-pied pour fiabiliser et optimiser son foiler. Elle entre de plain-pied dans la cour des grands avec un Maxime Sorel, 36 ans, impeccable de bout en bout de sa compétition, apprenant quotidiennement de sa machine, inspiré stratégiquement et toujours au rendez-vous afin de partager ses exploits maritimes au plus grand nombre.

Au près très, trop longtemps les premiers jours de course, essuyant des fronts puissants quasiment jusqu’aux Açores, au portant ensuite dans des alizés soutenues, Maxime a tenu la dragée haute à ses adversaires directs et a été quasiment toujours dans le top 10 arrachant avec pugnacité le top 5 ces dernières 24 heures. La marge de progression du cancalais et de son voiler est naturellement énorme. Maxime, qui tentera de gravir l’Everest au printemps 2023, s’annonce comme un possible candidat aux victoires dans la classe des voiliers du Vendée Globe et s’offre avec cette prestation sportive de haut niveau tous les champs des possibles sur sa route vers le Tour du Monde en solo de 2024. Il avait pour objectif initial de terminer l’épreuve, il a fait beaucoup mieux.
Maxime Sorel devant 150 supporters venus spécialement à son arrivée : « Je venais sur cette Route du Rhum surtout pour me faire une expérience à bord de ce nouveau et magnifique bateau, finir la course et me qualifier pour le Vendée Globe. Nous avons été beaucoup plus loin avec cette cinquième position qui me satisfait pleinement. Nous avions vu sur le Défi Azimut les capacités de notre V and B – Monbana – Mayenne. La question était de savoir si j’allais réussir à placer le curseur au bon endroit sur cette Route du Rhum. C’était juste incroyable ! Dès la première journée et jusqu’aujourd’hui, le combat a été rude et j’ai réussi à trouver les bonnes manettes afin de me retrouver avec des concurrents de premier rang. Malgré quelques soucis de pilote automatique, j’ai réussi à distancer Paul Meilhat et entrer dans le top 5. Je suis heureux ce soir mais épuisé. Je n’arrivais plus à dormir tellement j’étais fatigué. Je n’ai jamais été aussi loin. Je n’ai jamais mis autant d’intensité sur une course en solitaire. C’est la course la plus difficile que j’ai fait. J’ai vraiment beaucoup appris de mon V and B – Monbana – Mayenne. Nous avons encore du boulot mais nous allons dans la bonne direction pour 2023 et surtout pour le Vendée Globe. Je tiens à remercier tous mes supporters qui sont venus. Nous allons faire la fête ensemble. Je tiens à remercier mes trois partenaires magiques. Notre collectif, note ferveur est extraordinaire à vivre. »

En chiffres :
Lundi 21 novembre à 18h14 42′ locale (23h14 42′ heure de Paris), Maxime Sorel sur V and B- Monbana-Mayenne a franchi en cinquième position la ligne d’arrivée à Pointe-à-Pitre de la douzième édition de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe. Son temps de course est de 12 jours, 08 heures, 59 minutes et 42 secondes. Il a effectué les 3 542 milles du parcours entre Saint-Malo et Pointe-à-Pitre à la vitesse de 11,93 nœuds sur l’orthodromie (route directe). Il a en réalité parcouru 4 203,12 milles à la vitesse moyenne de 14,15 nœuds (sur l’eau). Il est arrivé à Pointe-à-Pitre 15 heures 23 minutes et 17 secondes après le vainqueur Thomas Ruyant (LinkedOut).

Jour J demain pour V and B – Monbana – Mayenne

Maxime Sorel skipper de lÕIMOCA VandB Montana Mayenne, ˆ lÕentrainement avant le dŽpart de la Route du Rhum, Mer dÕIroise le 28 septembre 2022, photo © Jean-Marie LIOT

15 jours de folie sur le village de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe à Saint-Malo, 45 000 visiteurs sur le stand V and B – Monbana – Mayenne, un grand nombre de collaborateurs des partenaires de Maxime Sorel sur place, plus de 43 000 euros récoltés pour Vaincre la Mucoviscidose, un baptême réussi, des bénévoles particulièrement dynamiques puis un départ décalé de dimanche à demain 14h15, le skipper cancalais a vécu de grands moments ces derniers jours.
Maxime Sorel s’apprête maintenant, après une pause salvatrice, à entrer dans sa troisième Route du Rhum – Destination Guadeloupe et même si les conditions météorologiques seront plus clémentes qu’à l’origine, le début de la compétition vers les Antilles s’annonce intense et signera les premiers pas du nouvel IMOCA V and B – Monbana – Mayenne dans une grande épreuve au large.

Maxime Sorel, comme à son habitude, a été très, très disponible depuis l’ouverture des festivités malouines. Le navigateur, ingénieur de formation, 10ème du dernier Vendée Globe, a enchaîné avec plaisir : séances d’autographes, rencontres avec ses partenaires et ses fans, rendez-vous avec les médias… Pendant ce temps, son équipe a continué la préparation du plan Verdier 2022 mis à l’eau fin juin et Maxime a profité de son dimanche et de son lundi inédits, décalage du départ oblige, pour se reposer, surfer et entrer de nouveau peu à peu dans sa bulle en épluchant les fichiers météorologiques avec ses conseillers Christian Dumard et Christopher Pratt, recrue de choix, habitué aux foilers…

La météo justement, vent, mer, courants, sera plus propice à un beau départ demain au large de Saint-Malo en début d’après-midi. 15 à 20 nœuds sur zone, une mer pas trop cabossée, les 138 engagés dans la 12ème édition de la Route de Florence Arthaud devraient connaître des conditions adaptées pour le « start » d’une course de plus de 10 jours en route directe, pas de passage de marque obligatoire jusque Basse-Terre. La suite sera rapidement plus coriace avec des passages de fronts attendus qui engendreront une belle houle et qui cueilleront les marins à froid.

« Jusqu’à la pointe de la Bretagne, je vais naviguer grand-voile haute et sous J2 à l’avant. On sera au près avec pas mal de virements à faire et certainement à jouer avec le courant à la côte » analyse Max. « Dès vendredi, nous allons entrer dans le vif du sujet avec un premier front à négocier tôt le matin, 5 à 6 mètres de houle et des rafales possibles à plus de 40 nœuds ce qui ne sera pas de tout repos. Derrière ce front, nous nous attendons à une zone de transition sans vent qui ne sera pas facile à vivre mais qui nous donnera un peu de répit avant un deuxième front un peu moins actif. Par la suite, nous allons essayer de glisser au sud de l’anticyclone des Açores en choquant nos voiles peu à peu pour se retrouver dans les alizés au portant. Je suis heureux de tout ce qui a été fait lors de ces 15 jours de village Rhum. Mes différentes rencontres ont été très chouettes. Notre défi progresse avec de plus en plus de monde qui nous suit ce qui est très satisfaisant et à notre image. » Place à la transat !

Rien ne va plus ! Records en vue !

Le report du départ de la 12ème édition de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe à mercredi 14 heures 15, a totalement rebattu la donne pour les 138 navigateurs en lice. A la corbeille les plans de route, routages et spéculations météos. Les solitaires s’élanceront avec en mains des cartes neuves, et en tête, de toutes nouvelles approches pour foncer vers la Guadeloupe. La route météorologique qui leur est proposée, certes moins « dantesque » que celle envisagée dimanche dernier, demeure dans la droite ligne des navigations automnales en Manche et dans le proche Atlantique. Mer forte, et une à deux dépressions à traverser restent au programme, mais sur un axe plus propice à faire route directe au Sud-Ouest, avec de jolies perspectives de voir l’autoroute des alizés s’ouvrir à bonne échéance, au point d’entendre ici et là, d’une Classe à l’autre, évoquer des perspectives de temps records.

Thomas Ruyant aura su, durant les heures hectiques qui ont suivi l’annonce du report du départ, rester dans sa routine et sa logique d’avant course. Moments privilégiés en famille, un peu de surf, le calme de Cancale et le skipper de LinkedOut accéléré par Advens n’aura en définitive pas perdu une once d’énergie. Sa tête est toute entière focalisée par le départ de mercredi, 14 heure 15, et les heures cruciales qui suivront le coup de canon. « Je fais un point régulier plusieurs fois par jour avec ma cellule météo, composée de Morgan Lagravière, Ronan Deshayes et Christian Dumard » explique Thomas. « Le scénario du départ s’affiche et s’imprègne en moi doucement, logiquement. Je suis de plus en plus mentalement dans ma course, Je visualise ce départ, qui sera tendu à n’en point douter car au près, face au vent, dans un étroit couloir délimité par la ligne de départ et la porte du Cap Fréhel. » 19 milles d’une navigation à haut risque, quand les différentes classes de la course tireront des bords de près, en solitaire, vers l’unique marque de parcours avant la Guadeloupe et la bouée de Basse-Terre. « Il est très important d’être tout de suite dans le tempo, au contact de la tête de course, dans le bon timing des manoeuvres » poursuit Ruyant. « Courants, trafic, zones d’exclusion, parc Eolien… c’est un départ sous haute tension, suivi d’emblée des premiers choix sratégiques. Il y aura un premier front à négocier très vite. Du point où on le traversera, dépendra la suite, avec de nombreuses bulles sans vent à éviter. Il peut se passer beaucoup de choses dès les premières 36 heures de course. »

Le dunkerquois se prépare ainsi à un début de course très engagé, marqué du sceau de la prudence. « Il y aura de la mer après la pointe de Bretagne et surtout, il ne faudra pas se tromper de trajectoire, si l’on veut se mettre en bonne position pour rallier rapidement les parties portantes du parcours. Si l’alizé continue de s’établir, les classes rapides, Ultimes, Ocean Fifty et Imoca pourront allonger la foulée et quelques records de classes pourraient tomber, les routages laissant entrevoir 10 à 11 jours de navigation pour les Imocas. »

LinkedOut rejoindra demain après-midi son mouillage d’attente devant Dinard. A 16h40, il partira du ponton et sera dans les écluses du Naye à 17h05. « J’ai grand hâte d’y être » conclut Thomas…

Record IMOCA sur le parcours de la Route du Rhum Saint Malo-Pointe à Pitre, 4 542 milles en 12 jours 4 heures 38 minutes et 55 secondes (François Gabart – 2014) 

Un baptême pour Vaincre la Mucoviscidose

En ce samedi, l’IMOCA V and B – Monbana – Mayenne mené par Maxime Sorel a été baptisé à 16h45 à Saint-Malo par Laurence Ferrari, journaliste, marraine nationale de l’association Vaincre la Mucoviscidose et Nils Berger, jeune patient atteint de la Mucoviscidose.

À quelques jours du départ de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe, dans une ambiance au beau fixe, Maxime Sorel, parrain national de Vaincre la Mucoviscidose et ses partenaires en ont profité pour mettre en avant l’association, la recherche et ses patients. Rappelons que Maxime Sorel est engagé auprès de l’association depuis son enfance et que le Dragon représenté sur V and B – Monbana – Mayenne symbolise le souffle qui manque aux patients et le courage de croire en ses rêves…

Ils ont dit :

Laurence Ferrari, journaliste, marraine nationale de l’association Vaincre la Mucoviscidose, marraine du voilier V and B – Monbana – Mayenne : « C’est un grand honneur que Maxime m’a fait de me proposer d’être marraine de V and B – Monbana – Mayenne. C’est un joli cadeau parce que ce voilier est extraordinaire à tous points de vue, technique mais aussi humain. Puis, il porte les couleurs de l’association Vaincre la Mucoviscidose dont je suis marraine. C’est une responsabilité supplémentaire. Maxime porte magnifiquement l’association et il est à l’écoute des patients à travers ses nombreux défis. C’est une belle récompense pour notre association. Je suis très heureuse de soutenir ce projet. Nous allons suivre cette Route du Rhum de façon particulière. Derrière Maxime et son voilier, ce sont des milliers de jeunes malades qui ont beaucoup d’espoir car on a des traitements de plus en plus performants mais il reste un bout du chemin à accomplir. Nous avons encore besoin de dons pour faire avancer la recherche médicale. Il y a 30% des patients qui n’ont pas accès aux médicaments. Il est important de continuer à parler de l’association. Il y a 200 enfants qui naissent chaque année avec cette maladie. C’est une maladie extrêmement invalidante. Merci à Maxime et ses partenaires…”      

Nils Berger, 18 ans, patient atteint de la Mucoviscidose et parrain du voilier V and B – Monbana – Mayenne : « Je suis très fier d’être le parrain de ce splendide bateau qui porte un symbole très fort avec ce Dragon qui représente finalement le souffle qui nous manque. Par ce parrainage, je suis un peu l’ambassadeur de tous les patients notamment ceux qui n’ont pas encore accès au Kaftrio qui est un médicament très efficace. La prochaine étape est de le généraliser pour tous. Maxime nous donne beaucoup d’espoir. C’est un véritable exemple. Il nous inspire quotidiennement et il permet de faire connaître la maladie et la recherche. Nous en avons besoin.”   

Maxime Sorel, skipper du voilier V and B – Monbana – Mayenne, parrain national de Vaincre la Mucoviscidose : « C’est un réel honneur de prendre le départ de ma troisième Route du Rhum à bord d’un voilier neuf et prêt pour le grand départ. V and B – Monbana – Mayenne a déjà parcouru 4000 milles depuis sa mise à l’eau le 27 juin dernier. Je peux dire que c’est un bateau très bien construit et qu’il est bien né. Il ne cesse de m’étonner en termes de performance. D’autre part, c’est une fierté d’accompagner et de mettre en lumière, l’association Vaincre la Mucoviscidose dans mon projet. J’espère sincèrement être à la hauteur des enjeux qui touchent l’association notamment guérir un maximum de patients. Merci à Laurence Ferrari et Nils Berger de porter le même message que moi et d’avoir baptisé mon nouveau voilier. Merci à mes partenaires de me soutenir aussi fidèlement et pour une cause qui en vaut la peine. Cap sur la Guadeloupe ! »

Les partenaires V and B – Monbana – Mayenne : « Ce baptême a été un grand moment. Ce qui ressort en premier c’est le partage, la passion et l’humilité. Nous souhaitons beaucoup de réussite à Maxime et V and B – Monbana – Mayenne pour la Route du Rhum et pour la suite. Maxime est l’entrepreneur de ses rêves, il ose et anime son projet de main de maître. Au-delà du sport, notre défi est de soutenir un maximum l’association Vaincre la Mucoviscidose et mettre en avant ses initiatives. Que toutes nos forces soient avec lui et les nombreux patients atteints. »

David Fiant, président de Vaincre la Mucoviscidose : « Le baptême d’un bateau est un moment important dans la vie de son marin. Je suis heureux de voir Maxime prêt pour réussir ses objectifs à la barre d’un performant et superbe navire. Pour Vaincre la Mucoviscidose, c’est aussi la joie de voir notre combat voguer sur les océans, poussé par les vents, symbole si fort pour tous les malades à qui le souffle manque. Merci à Maxime de porter si haut nos valeurs avec autant d’allant et de générosité dans ses actions. Merci d’avoir permis à Niels de pouvoir être le parrain du bateau. Niels représente tous les malades qui ne peuvent prétendre aux derniers traitements contre la Mucoviscidose. Ils sont près de 2000 comme Niels à ressentir encore plus fortement dans leur chair la basse besogne de cette terrible maladie. Ainsi même si pour nombre d’entre nous, notre respiration est un filet d’air, nous sommes prêts à faire gonfler les voiles par le souffle de notre soutien. Alors va Dragon des mers ! Vole au-dessus des eaux, droit vers Pointe à Pitre ! »

Course mythique, voilier mythique

Même si le Belem ne sera pas sur la ligne de départ de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe, le trois-mâts fera partie des festivités de la transat en solitaire qui a couronnée les plus grands comme Florence Arthaud, Philippe Poupon ou Laurent Bourgnon. Le navire sera visitable, à Saint-Malo, par le public les 29, 30, 31 octobre ainsi que les 1er et 6 novembre.

Christelle de Larauze, déléguée générale de la Fondation Belem : « En 2022, la route du Belem croise à nouveau celle de la Route du Rhum, 108 ans après sa dernière campagne transatlantique. Mais cette fois, il ne prend pas le départ mais encouragera, bassin Vauban, les voiliers les plus rapides au monde. L’aîné de tous les voiliers racontera, le temps d’une visite, les origines de la grande marine à voile. Surnommé « l’Antillais de Nantes », le Belem a été construit en 1896 pour ramener en France, depuis les Antilles et le Brésil, du rhum, de la canne à sucre et des fèves de cacao…. Et d’ailleurs, on y trouve toujours du rhum à bord, le rhum Belem de la maison Clément. »

Seul mais pas seul !

C’est bien en solitaire que Thibaut Vauchel-Camus, à bord de l’Ocean Fifty Solidaires En Peloton – ARSEP, va prendre le départ le 6 novembre prochain de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe, mais c’est une véritable équipe qui se cache derrière le marin, originaire de Guadeloupe. Zoom sur l’entourage de Thibaut avec l’intéressé…

Un préparateur en chef

Laurent Gourmelon est le boat captain du Défi Voile Solidaires En Peloton depuis quelques années. Il est le bras droit technique de Thibaut. Il est donc un maillon très important dans les rouages de la mécanique sportive du troisième de la dernière Route du Rhum dans la catégorie des trimarans de 50 pieds Ocean Fifty. « Notre voilier sera totalement prêt au départ de la transat et c’est Laurent qui est le maître d’œuvre de la préparation technique » explique Thibaut. « Nous échangeons beaucoup quotidiennement. Il doit s’assurer que toutes les pièces du bateau soient opérationnelles pour la compétition. C’est mon homme de confiance sur tous les aspects ” technique”. Il a une vue d’ensemble de notre multicoque et agit en fonction de l’usure de certaines pièces, voire de casses à bord. Il anticipe les potentiels travaux comme les rouages des winchs par exemple. Nous partageons également nos réflexions quant à l’optimisation de notre machine, notamment au niveau ergonomique. Il est en quelque sorte la mémoire vive technique de notre projet à terre mais aussi en mer car il m’accompagne régulièrement sur les convoyages. Il a le mode d’emploi. Enfin, il est de précieux conseils s’il y a des soucis que je n’arrive pas à solutionner en course. » Laurent est accompagné dans sa tâche de préparation par Paul et Romuald.

Vincent Riou, routeur

Le vainqueur du Vendée Globe 2004 a navigué cette année avec Thibaut sur le Pro Sailing Tour. Il sera le routeur du projet lors de cette Route du Rhum. « Les multicoques, contrairement aux Class40 et aux IMOCA, ont le droit d’être routés sur cette épreuve car nous devons être beaucoup plus sur le pont en veille que sur des monocoques et nous ne pouvons pas passer trop de temps à la table à cartes, derrière notre ordinateur, à faire de l’analyse météorologiques » indique Thibaut. « Nous nous faisons donc aider par un routeur à terre qui est sur le pont de jour comme de nuit (au chaud chez lui) à proposer la trajectoire la plus rapide vers le but tout en restant sécuritaire. Vincent Riou, que je connais bien maintenant, me fera alors des propositions en fonction de la météo évidemment mais aussi des paramètres que je vais lui donner au fur et à mesure comme l’usure du bateau et du bonhomme, le temps que je vais mettre pour une manœuvre de changements de voiles etc… Il prend ensuite en toute confiance des décisions que je suivrai à la lettre car il aura de toute façon plus de recul que moi qui suis en mer, « au charbon » sur le sujet. »

Le cœur du projet

De son côté, Astrid van den Hove, qui accompagne Thibaut depuis  7 ans, est l’interface entre le monde extérieur et le Défi Voile Solidaires En Peloton, dixit Thibaut. « Astrid gère notre projet dans sa globalité. Elle est aussi un peu mon filtre perpétuel. Elle a un panel d’activités très larges puisqu’elle s’occupe des relations avec nos partenaires (avec Myriam Baron), avec la Fondation ARSEP et les patients atteints de la Sclérose En Plaques, des opérations de relations publiques, de la logistique des événements sportifs et des relations avec les organisateurs de courses, de l’administratif avec moi et de la communication du projet (graphisme, vidéo, stratégie, réseaux sociaux…), en collaboration, pour la presse, avec Tanguy Blondel. Par exemple, Astrid a mis en place toutes les opérations au départ de la Route du Rhum avec les écoliers et surtout autour de notre stand qui se voudra très fédérateur pour accueillir nos sympathisants supporters, patients et partenaires. De plus, Astrid est mon contact à terre lors des compétitions, hors Laurent pour la technique et Vincent pour le routage. Elle m’envoie aussi des compilations de messages d’encouragements au fil de mes épreuves et sera très opérationnelle à l’arrivée en Guadeloupe où nous aurons un large Fan-club, ce qui a une réelle importance pour moi car j’arrive à la maison ! »

Solidaires En Peloton

La marque sportive de la Fondation ARSEP, “Solidaires En Peloton”, est très active auprès du Défi Voile, ambassadeur des messages liés à la lutte contre la Sclérose En Plaques. « Danièle et Bernard Gentric, à l’origine de “Solidaires En Peloton”, sont bien présents. Leur engagement est très précieux. C’est un incroyable couple d’adolescents de 70 ans qui m’a aidé à impulser la dynamique de mon aventure sportive et sociétale » précise Thibaut. « Ils sont primordiaux pour nous car notre objectif premier, au-delà du sport, est de mettre en lumière cette foutue maladie, ses 120 000 patients atteints en France et la recherche. Quand j’ai un coup de mou en mer, alors que je suis seul au milieu de l’Atlantique, le fait de me dire qu’ils sont beaucoup de patients à me suivre m’aide à me surpasser et me rappelle que je suis là car je l’ai décidé, contrairement aux patients. »

La famille

« Angélique, ma femme, Tonie, ma petite fille, Clémentine, ma sœur, sont trois personnes qui comptent énormément pour moi dans la vie évidemment mais également quand je suis en mer. Elles me donnent beaucoup de force et me catalysent en quelque sorte car je suis exposé à des risques durant certaines phases. Je tiens un équilibre grâce à elles. Il serait plus compliqué de pratiquer mon métier de coureur au large si je n’étais pas autant soutenu par mes proches. »

Vous avez dit crise ?

La course au large n’est pas un long fleuve tranquille. C’est un sport mécanique et il y a toujours le risque qu’en mer il y ait des situations de crises liées à un gros problème technique ou physique… « Dans ces situations, je m’appuie à terre sur la direction de course et, pendant la Route du Rhum, j’aurais aussi le soutien de Victorien Erussard avec qui nous avons créé ce défi et qui a une grosse expérience. Il a déjà participé à la Route du Rhum et connaît très bien les spécificités de mon bateau. Il aura, si besoin, les bonnes attitudes pour épauler l’équipe et des solutions à apporter. Il sera appuyé d’un autre bon copain navigant à savoir Jérémie Lagarrigue. » 

Seul en mer mais tous derrière Thibaut !

Dans la peau de Nicolas Rondouin, non-voyant

Il est non-voyant. Il a 42 ans. Il est champion d’Europe de Blind Sailing, voile pour les aveugles. Nicolas participe activement à la vie du projet Class40 « A l’Aveugle – Trim Control » de François Jambou et Alexandre Le Gallais et suivra avec attention la Route du Rhum – Destination Guadeloupe du skipper concarnois. Le champion a beaucoup navigué avec François et son équipe ces derniers temps. 4 questions…

1) La voile est-elle accessible pour les non-voyants ?

Dans l’imaginaire, le sport de voile paraît totalement inadapté aux non-voyants. Dans les faits, ce n’est pas vrai et de nombreuses solutions sont arrivées pour faciliter la pratique. Il nous manque en effet la vue en navigation mais nous avons nos quatre autres sens pour nous aider et des technologies.

2) Comment les navigations se déroulent-elles alors ?

L’ouï et le touché sont très importants pour naviguer. Nous avons aussi les sensations du vent sur notre peau, les sensations de gîte qui nous donnent des indications sur l’allure. L’assiette du bateau est également un élément primordial qui nous donne des repères. Nous nous faisons aider de l’application SARA qui grâce à sa synthèse vocale nous donne de nombreux éléments comme les angles du vent, la profondeur, la distance à parcourir, les dangers via SARA navigation, les cartes… Les penons électroniques Trim Control imaginés par Michel Desjoyeaux sont enfin de bons indicateurs. Ils sont reliés à la centrale de navigation et nous permettent toujours via SARA de régler nos voiles, border ou choquer un centimètre ! En somme, la pratique de la voile par un non-voyant est maintenant tout à fait possible mais, pour ce qui est des bateaux de course au large, avec l’accompagnement d’un voyant obligatoire car nous ne pouvons pas être encore en totale autonomie. Je pense aux collisions par exemple. J’ajoute que le temps de préparation à la navigation est crucial. De mon côté, je demande toujours à faire le tour du bateau, souvent à quatre pattes, afin de repérer le plan de pont, le positionnement des winchs, l’emplacement des voiles…

3) Que penses-tu de ce défi « A l’Aveugle – Trim Control » sur la Route du Rhum ?

Je prends beaucoup de plaisir à être avec François Jambou et de naviguer avec lui. Cela a été le cas à plusieurs reprises et nous nous apprêtons à faire le convoyage entre Concarneau et Saint-Malo ensemble. Ce projet est une superbe vitrine qui va permettre, j’espère, à de plus en plus de non-voyants de sauter le pas et naviguer. La rencontre avec Michel Desjoyeaux a été aussi un grand moment. Nous avons navigué ensemble. Quand j’ai entendu sa voix à bord, je me suis dit : aucun doute, c’est le professeur ! Je tiens à remercier spécifiquement l’UNADEV et l’association Orion à Brest qui nous permettent de vivre ces expériences et qui nous aident à développer SARA notamment.

4) Comment vas-tu suivre la Route du Rhum de François ?

J’espère franchement que sur la cartographie de la course, on aura accès à des données via des fichiers excel. C’est la seule façon pour nous via « Voice Over » de l’I Phone de suivre la compétition.

La victoire, tout simplement

Off Groix, FRANCE – September 8 2022, Skipper Thomas Ruyant, Imoca Linkedout, Training prior for the route du rhum, on September 8, 2022 off Groix, France.
© Pierre Bouras

« Il me tarde d’y être ! » Thomas Ruyant, à un peu plus de deux semaines du départ d’un jalon majeur dans sa jeune et déjà riche carrière, la Route du Rhum-Destination Guadeloupe 12ème du nom, est à la joie et au bonheur de participer à ce qu’il considère avant tout comme une fête. Rassemblement des amis, réunion de tout un microcosme dédié à la mer et au sport de voile, rencontre avec les foules sentimentales, le Nordiste, Dunkerquois et carnavaleux dans l’âme, chérit ces moments rares pour un solitaire viscéral. Il se présentera ainsi devant Saint-Malo le 26 octobre prochain, animé de cette exaltation joyeuse, mais aussi d’une détermination sans faille à quérir le seul joyau digne de son engagement, la victoire à Pointe à Pitre.

Un LinkedOut au mieux de ses potentiels !

« Je n’en fais pas mystère, seule la victoire m’intéresse » lâche Thomas comme une évidence. « Notre LinkedOut, accéléré par Advens, est indiscutablement l’un des meilleurs bateaux de la flotte. D’autres voiliers de génération plus récente seront sur la ligne de départ, mais notre plan Verdier de 2019 est désormais parfaitement abouti, au meilleur de ses configurations et de ses évolutions. Il a encore progressé depuis la victoire l’an passé dans la Transat Jacques Vabre. Nous avons intégré les nombreuses réflexions suggérées par Morgan Lagravière et mes navigations de l’année m’ont mis en confiance… »

La confiance, le maître mot est lâché, dans une discipline nouvelle, celle des IMOCA volants, véritables fusées capables d’échapper de plus en plus longtemps, pour des vitesses de plus en plus échevelées, à l’élément liquide. « Nos Imoca à foils sont de plus en plus violents, brutaux. On ne s’habitue pas à cette violence, mais on l’anticipe, on la gère de mieux en mieux. C’est mon cas. En augmentant notre niveau de vigilance, de concentration, on parvient à vivre, plutôt que survivre dans la brutalité de nos voiliers. J’évolue ainsi avec de plus en plus de facilité à bord, y compris quand le bateau vole à plus de 30 noeuds. La Route du Rhum va se jouer aussi sur ce terrain de la capacité à encaisser cette violence dans la durée, car notre sprint ne durera pas 3 ou 4 jours comme les courses d’avant saison, mais bien une dizaine de jours. C’est cette aisance, nouvelle, qui crée chez moi l’impatience de partir, de vivre cette expérience du grand large à haute vitesse au dessus des flots. La pression ? Je me la mets tout seul, car mon seul objectif, est d’arriver premier… »

La grande fête Malouine

Et l’envie de partager, de communier est toujours aussi présente chez le Dunkerquois. « La Route du Rhum, c’est une vraie grande fête populaire. J’ai hâte de retrouver amis, candidats LinkedOut, concurrents, équipiers, partenaires et public autour des bassins. De tels temps forts de sont pas si courant dans notre sport, et un peu comme lors d’un départ de Vendée Globe, j’ai envie d’en profiter, de partager avec le public. Je fais juste attention à ne pas perdre d’énergie dans cet exercice, et je maintiens un bon niveau d’entretien physique. »
Plus d’informations avec nos fiches SPORT et IMPACT

Le lien intergénérationnel, « fil rouge » de l’opération de mécénat Atout Soleil au service des publics fragilisés par les crises

Apporter un soutien aux associations qui luttent contre toutes les formes de fragilités sociales, c’est l’objectif que s’est fixée depuis 2007 l’opération de mécénat Atout Soleil, portée par le fonds de dotation « Nos Épaules et Vos Ailes ».

Pour sa 15ème édition, le prix Atout Soleil récompensera le 6 décembre prochain, à Paris, 15 associations engagées pour favoriser le « (Re)Vivre ensemble » et prévenir les effets des crises sur la santé et l’éducation des plus jeunes.

Comme chaque année, le jury Atout Soleil porte une attention particulière aux projets visant à renforcer l’entraide et la transmission des savoirs entre les générations, ces solidarités intergénérationnelles étant indissociables du vivre ensemble. Une thématique chère à Hervé Sauzay, président de GPMA et président fondateur de l’Institut Français des Seniors, qui voit dans le développement des liens intergénérationnels un véritable moyen de faire face aux crises actuelles et à venir.

Renouer les liens après le confinement

La crise sanitaire a bouleversé la vie des Français à plus d’un titre, et les différents épisodes de confinement ont sans aucun doute constitué une expérience traumatisante pour la plupart d’entre eux.

La rupture du jour au lendemain de toute interaction sociale a été particulièrement brutale pour les publics les plus vulnérables, à l’image des personnes âgées isolées ou des enfants hospitalisés qui ont fortement souffert de cet isolement social forcé. Pour d’autres, c’est le repli sur la cellule familiale qui a pu donner lieu à une dégradation des relations entre parents et enfants. Les incertitudes sur la gestion de la pandémie ont fait naître des discours clivants, cherchant à opposer les différentes générations entre elles, comme celui sur l’hypothèse d’isoler les plus vieux ( car plus à risque) ou la thèse selon laquelle la société sacrifiait sa jeunesse pour sauver ses ainés.

Avec du recul, Hervé Sauzay, président de GPMA et président fondateur de l’Institut Français des Seniors, estime cependant que « la pandémie a permis de faire redécouvrir des logiques de solidarités et une envie pour de nombreuses personnes de renouer ou de renforcer leurs liens avec leurs proches, leur entourage, au sein de leur quartier ou de leur communauté. De nombreuses initiatives ont été prises, par exemple par des jeunes qui sont aller faire les courses pour leurs voisins âgés, ou par des seniors venus en aide à des jeunes précarisés. L’étude de l’Institut Français des Seniors a même montré que les liens familiaux entre grands parents et enfants -petits enfants ont été plus fréquents qu’avant le confinement. En plus de renforcer le sens du collectif et du vivre ensemble, ces initiatives ont mis en lumière le fait que la solidarité intergénérationnelle est un puissant levier pour faire face aux crises. »

Les seniors, piliers du tissu associatif en France

Les personnes de plus de 50 ans, ce qu’on appelle les seniors, ont un rôle prééminent à jouer dans le développement de ces solutions intergénérationnelles. Selon une enquête menée en 2022 par l’IFOP pour France Bénévolat et Recherches & Solidarités, les seniors représentent la classe d’âge la plus active au sein du tissu associatif avec notamment plus d’un quart des personnes de plus de 65 ans impliqués dans des actions de bénévolat à travers des associations.

« Les seniors sont nombreux à donner de leur temps pour les autres, confirme Hervé Sauzay. C’est pour eux un moyen de rester actifs et de conserver une utilité sociale, après avoir eu une utilité professionnelle. Et pour notre société, c’est un véritable atout. Du fait de leur vécu, de leurs expériences personnelles et professionnelles, les seniors ont développé des compétences de savoir faire et de savoir être qu’ils peuvent mettre au service de la communauté, et plus particulièrement des plus jeunes. » Le développement de ces liens intergénérationnels constitue aussi une source d’enrichissement mutuel. Hervé Sauzay rappelle que « ces relations nouées avec les jeunes générations donnent aux seniors une ouverture différente sur le monde, en plus de leur offrir un nouveau lien social. Ils contribuent ainsi à réduire l’isolement, à améliorer la santé et la confiance en soi, à la fois pour les seniors et pour les jeunes. »

La pandémie a manifestement éloigné des associations les bénévoles de tous âges. Toutefois, maintenant que les risques sanitaires semblent en grande partie écartés, on constate que les seniors reviennent donner de leur temps. Ils restent d’ailleurs en 2022 la tranche de la population la plus fortement impliquée dans le bénévolat associatif.

L’opération Atout Soleil, engagée en faveur du renforcement des liens intergénérationnels

L’objectif de la 15ème opération de mécénat Atout Soleil, portée par le fonds de dotations « Nos Épaules et Vos Ailes », est de soutenir les associations qui offrent aux jeunes des solutions pour traverser les périodes de crises. La notion de renforcement des liens intergénérationnels est, à ce titre importante.
Hervé Sauzay rappelle que « pendant la pandémie, nous avons mis en place un appel à projet exceptionnel en lieu et place de la traditionnelle opération Atout Soleil, Les Mardis solidaires d’Atout Soleil, qui a permis d’apporter un soutien à de nombreux projets reposant sur des solidarités intergénérationnelles pour rompre l’isolement des personnes âgés, lutter contre la fracture numérique des jeunes et moins jeunes, agir contre la précarisation des étudiants… L’an dernier, le prix Atout Soleil était dédié à la garde d’enfants et il a permis de mettre l’accent sur le renforcement des liens intergénérationnels intra-familiaux face à l’augmentation du nombre de familles monoparentales ou recomposées et la crise économique. »

La 15ème édition du prix Atout Soleil organisée cette année est dédiée au « (Re)Vivre ensemble » pour prévenir les effets des crises sur la santé et l’éducation des plus jeunes. Dans le contexte de la sortie de la crise sanitaire, le fonds de dotation « Nos Épaules et Vos Ailes » a souhaité consacrer une partie de son appel à projet à des associations portant des initiatives favorisant la transmission des savoirs et des compétences à travers des liens intergénérationnels. Hervé Sauzay nous explique ce choix : « pour un jeune, penser son avenir, construire son parcours, trouver un métier qui lui correspond n’est pas toujours évident. Nous avons voulu valoriser les projets associatifs qui proposent aux jeunes de découvrir des métiers, de développer de nouvelles compétences pour s’élever et construire leur vie d’adulte notamment par des échanges entre différentes générations. Il est important de soutenir et de valoriser les initiatives de terrain qui apportent des solutions innovantes à des problèmes concrets. Nous sommes convaincus qu’en accompagnant des structures qui créent des rencontres entre personnes de différents âges, nous impulsons un cercle vertueux d’entraide et de solidarité indispensable pour répondre aux enjeux de demain. C’est ce que nous nous attachons à faire à travers le prix Atout Soleil. »