The Famous Project : une transatlantique 100% au féminin en Mod70

Après une très belle troisième place sur la course RORC Caribbean 600 et de nombreux entraînements autour de l’île d’Antigua, les sept membres de l’équipage de The Famous Project quitteront Antigua le mardi 27 février pour leur première traversée de l’Atlantique au féminin, en direction de Portimao, au Portugal, à bord de leur Mod70 The Famous Project.

Cette traversée de l’Atlantique est une étape importante dans la formation de l’équipe, le renforcement de la cohésion et l’acquisition de compétences sur une période prolongée à bord du trimaran de 70 pieds. Ce bateau est considéré comme volage et rapide et doit être mené « sur le fil du rasoir » pour obtenir les meilleures performances.

L’équipage composé de sept personnes comprend la capitaine Alexia Barrier (FRA), la co-skipper Dee Caffari (GBR), les équipières : Pam Lee (IRL), Joan Mulloy (IRL), Annie Lush (GBR), Annemieke Bes (NED) et Deborah Blair (GBR), à cela Muriel Vandenbempt, mediawoman, complète l’équipage.

RORC Caribbean 600 : Un vrai pas en avant
Après une semaine de récupération, de travail sur le bateau et d’entraînement, le bilan de la RORC Caribbean 600 est extrêmement positif. L’équipage de la course de 600 milles, qui passe par 11 îles sur un parcours en forme de 8 sur 12 étapes, comprenait cette fois les entraîneurs confirmés en multicoques : Jack Bouttell, Miles Seddon et Tom Dawson. Avec un  temps de course de 01 jour 10 heures 16 minutes et 46 secondes, The Famous Project n’est qu’à deux heures et deux minutes derrière le vainqueur de la classe Multicoque, Argo.

La co-skipper Dee Caffari s’enthousiasme : « Quelle course ! C’était intense, c’était génial. En termes d’entraînement avec les objectifs que nous avons, c’était parfait. Il y a eu beaucoup de virements, beaucoup de changements de voile et nous avons navigué sous toutes les allures. Il y avait de l’action en permanence. Toutes les heures ou toutes les deux heures, il se passait quelque chose. C’était vraiment un très bon entrainement et nous avons tous pu ressentir les améliorations. C’était un véritable pas en avant et aussi de finir à seulement quelques heures des deux autres Mod70 est une bonne chose. Nous avons pu les voir pendant la plus grande partie de la course et nous savons où nous en sommes avec les différentes erreurs que nous avons commises. »

Dee ajoute : « Nous avons maintenant beaucoup plus de confiance dans la prise en mains et les réglages du bateau et beaucoup plus de confiance les uns envers les autres. Il faut aussi comprendre à quel point les réglages de ces bateaux sont dynamiques pour pouvoir naviguer en ligne droite, parce qu’on est littéralement sur le fil du rasoir tout le temps. Les garçons ont fait du très bon travail lors de l’entraînement qui a précédé l’épreuve. J’ai quitté la barre après avoir navigué à une vitesse constante de 30 nœuds pendant une heure et je n’aurais pas été capable de le faire sans l’entraînement que nous avons eu avant la course. Nous avons donc vraiment progressé. »

Et maintenant, une transatlantique 100% au féminin
Cette transatlantique des Caraïbes au Portugal, suivie d’une traversée d’entraînement jusqu’à leur base méditerranéenne de La Grande Motte, est un passage essentiel dans ce processus d’entraînement et de sélection des équipières. Jusqu’à présent, des navigateurs tels que Jack Bouttell, Sidney Gavignet et d’autres étaient à bord pour former le team. Il est maintenant temps de passer à l’action…

La co-skipper Caffari, qui mènera le bateau tandis que la capitaine du projet, Alexia Barrier, sera responsable de la navigation, explique : « Pour la première fois, nous n’aurons pas le filet de sécurité des gars sur le bateau, avec toute leur expérience, tous les milles qu’ils ont parcourus sur le bateau avec nous. Ce sera donc une bonne chose de franchir cette étape. De plus, nous passons maintenant à ce moment où Alexia et moi, avec un peu plus d’expérience, emmenons plus de personnes avec nous, ce qui va vraiment renforcer notre confiance aussi. »

L’objectif principal est de naviguer avec différentes navigatrices et de les former. « C’est un peu comme si de nouvelles personnes naviguaient avec nous, c’est un peu comme si nous pouvions le faire parce que jusqu’à présent, c’était : elles ne naviguent qu’avec les gars à bord. Et nous n’avons pas besoin d’eux pour naviguer, mais c’est bien parce qu’ils nous permettent d’aller plus vite dans l’apprentissage et maintiennent l’intensité. Maintenant, nous devons le faire nous-mêmes.  »

Alexia, Dee et les équipières ne se réjouissent pas vraiment de la météo, notamment du retour à une Europe froide et venteuse : « La météo prévoit beaucoup de navigation au près. Je pense que c’est ce qu’il y a de mieux et cela rend les choses un peu plus sûres, nous ne sommes pas souvent dans la zone de danger du vent arrière. Mais trouver le bon état de la mer et rester dans les bons modes sera la clé pour faire avancer le bateau. »

La répartition des rôles avec des responsabilités définies est également une “nouvelle étape” dans le processus de formation.
« Alexia apprend à travailler en équipe, car elle est habituée à naviguer en solitaire sur son Vendée Globe, et je suis là pour l’aider. Une communication claire et concise est essentielle, tout le monde doit utiliser le même type de langage, d’autant plus que nous avons différentes nationalités à bord, surtout quand les gens sont fatigués. » conclut Dee.

Avec Joan Mulloy, Pam Lee, 35 ans, est l’une des deux navigatrices irlandaises à bord de la Transat. Pam Lee a plus de 10 Transatlantiques à son actif, dont une sur un Ocean 50 et la dernière Transat Jacques Vabre sur un Class40. Elle participe à la préparation du maxi-trimaran à Vannes et espère être l’une des principales expertes techniques à bord.

Après ses premiers jours d’entraînement à Antigua, Pam raconte : « Au quotidien, tout le monde a les pieds sur terre, ce ne sont que des marins professionnels qui font du bon travail, c’est incroyable, nous sommes tous des marins qui aiment la voile et ce que nous faisons. C’est une grande opportunité et je veux en profiter au maximum. Je veux apprendre autant que possible et donner le meilleur de moi-même chaque jour, car il y a une sélection pour l’équipe qui participera aux Trophée Jules Verne. Mais en attendant, pour moi, il s’agit d’être concentrée, d’être humble et d’être moi-même. »

C’est la première fois qu’un équipage féminin réalise une transatlantique sur un Mod70. Toutes ont hâte de larguer les amarres demain, mardi 27 février, un grand pas vers la route du Trophée Jules Verne 2025 !

Deux nouvelles performances pour Stève Stievenart

Ce samedi 24 février, Stève Stievenart, dit le Phoque, a réussi l’exploit de nager 1km en Antarctique, à proximité de Port Lockroy, base scientifique anglaise, dans une eau à 1° et un extérieur à 0°, dans un temps de 19 minutes et 46 secondes. Après un test swim de 250 m réussi 2 jours auparavant sous le cercle polaire dans des eaux aux températures négatives, Stève a réalisé son rêve de nager en Antarctique et a vécu une expérience incroyable dans un environnement exceptionnel entouré de glaciers, d’icebergs, de phoques et de pingouins.

« J’ai pris beaucoup de plaisir même si quand tu nages en dessous de 0°, tu as les mains et les pieds qui gonflent très rapidement et c’est très douloureux. »

Cet exploit fait suite à une traversée mythique effectuée deux semaines auparavant, celle du Canal de Beagle, entre Cabo Peña au Chili et Punta Mac Kinley en Argentine dans une eau oscillant entre 8° et 8.8° !

« Nager les 1,7km qui séparaient les 2 pays en 46 minutes a été une experience magnifique malgré les courants rencontrés en milieu et fin de traversée. L’environnement était superbe et des pingouins sont même venus nager auprès de moi ! »

Thibault Anselmet, le « king » du ski alpinisme !

Il a remporté le gros Globe de cristal de ski alpinisme 2023, synonyme d’une première place au classement de la Coupe du Monde de la discipline. Il a terminé deux fois deuxième de cette même Coupe en 2021 et 2022. Il est multiple champion de France. Thibault Anselmet, 26 ans, originaire de Bonneval-sur-Arc en Savoie, est l’une des pépites du sport français et possède actuellement 150 points d’avance sur son poursuivant au classement de la Coupe du Monde en cours. Le jeune homme, déterminé, humble et franc, prépare activement l’un des objectifs majeurs de sa carrière, les Jeux Olympiques de Cortina d’Ampezzo 2026 qui, pour la première fois, accueilleront le ski alpinisme en sprint et relais mixte.

En tête

Il a quasiment tout gagné. Thibault Anselmet est fort et marque de son empreinte spatulaire le ski alpinisme. Cette discipline voit s’affronter régulièrement à très haut niveau plus de 70 athlètes en Coupe du Monde, venant surtout de pays européens tels que l’Italie, la Suisse, l’Autriche, la Norvège, l’Espagne… « Je suis en train de rendre une belle copie sur cette Coupe du Monde et je me rapproche peu à peu d’un nouveau globe de Cristal même si rien n’est fait et qu’il reste 7 courses sur les 3 dernières étapes de la Coupe du Monde » déclare Thibault. « Je viens de terminer deux fois deuxième à Villars en sprint et en individuel. J’ai aussi remporté le relais mixte de Val Thorens et le sprint de Boi Taull en Espagne. Le reste du temps, je suis toujours sur le podium. » La prime à la régularité est en train de payer et Thibault compte rester sur cette lancée à Val Martello, Shaldming et Cortina, trois étapes de la Coupe du Monde à venir.

Bonnevalain

Né à Chambery, Thibault a passé le plus clair de son temps à Bonneval-sur-Arc, le village familial, son « cocon ». Comme beaucoup dans ces contrés, Thibault est ensuite interne au collège et pratique le ski alpin. « J’aurais pu faire sport étude mais j’ai préféré me concentrer sur mes études » dit-il. « Je n’avais pas non plus envie de skier sur des glaciers l’été ». En parallèle, il s’initie au ski alpinisme avec son père, Fabien, féru du ski de randonnée ou d’alpinisme, cette spécialité qui consiste à grimper les montagnes enneigées en ski qui libère le talon et pourvu de peau de phoque, des poils de chèvres dans la réalité ou Mohair, et les descendre ski verrouillé. « Il faisait de la compétition. Petit à petit, cela m’a plu et on s’entraînait ensemble. Je me suis pris au jeu » indique celui qui est l’ainé d’une fratrie de trois enfants. Il n’est pas si performant dans la catégorie junior mais monte ensuite en puissance lorsqu’il passe en sénior. Entre temps, Thibault, même si sa vie est à 100% tournée vers le ski alpinisme et la performance, aime être au contact de la nature et se passionne pour les photos animalières tout en suivant avec passion de nombreux sports à la télé, tennis, golf, course au large par exemple.

Questions – réponses

Qui sont tes adversaires ?

« Je pense surtout à Rémi Bonnet sur les individuels et la verticale. En sprint je pense à Oriol Cardona coll (espagne) ou Arno Lietha (Suisse ).

As-tu des idoles ?

« Mon père ! J’ai été aussi fan à une époque de Kilian Jornet. Je pense aussi à Robert Antonioli qui a remporté 4 Coupes du Monde et avec qui j’ai eu la chance de me battre en 2021. »

C’est quoi le sprint ?

« 3 minutes d’effort, des qualifications, des demis finales et une finale… Un parcours rapide composé d’une petite montée à ski, enlever ensuite les skis pour les mettre dans notre sac à dos et courir dans des escaliers enneigés, une nouvelle montée en ski et une descente… »

C’est quoi l’individuel ?

« C’est la discipline « reine ». Elle dure plus d’une heure et est composée de plusieurs montées et descentes avec un dénivelé de 1300 à 1700 mètres. »

C’est quoi la verticale ?

« Une grande montée uniquement de 20 minutes environ et avec entre 500 et 800 mètres de dénivelé… »

Quelle qualité demande le ski alpinisme ?

« A mon avis, elles sont surtout cardio-vasculaire. Le ski alpinisme demande pas mal de polyvalence avec de la technique dans les montées et dans les descentes notamment. C’est très physique et on doit donc évidemment faire appel à son mental car cela demande pas mal de pugnacité dans le long terme ou d’explosivité en sprint. C’est vraiment un sport très complet et qui me semble particulièrement difficile. L’analyse du terrain entre également beaucoup en jeu.”

Les Jeux Olympiques sont-ils un objectif ultime ?

« Je ne les vois pas comme ça. C’est vrai que c’est une énorme échéance pour moi surtout que cela sera la première apparition du ski alpinisme aux prochains jeux mais je suis très attaché au classement de la Coupe du Monde qui demande d’être régulier sur plusieurs étapes. Bref, je ne pense pas aux JO tous les jours. Je m’y prépare mais sans trop me focaliser. Seuls le sprint et le relais mixte seront aux Jeux. Ce n’est pas pour ça que je ne fais que ça. Au contraire, l’individuel me sert beaucoup pour les courses plus rapides.”

Maxime Sorel : Interview avant grande saison !

La Transat CIC, New York – Vendée – Les Sables d’Olonne, le Défi Azimut – Lorient Agglomération, le Vendée Globe… L’année 2024 de Maxime Sorel, le skipper du voilier
V and B – Monbana – Mayenne, sera dense, très dense. Trois questions au marin cancalais…

1) Comment te prépares-tu à ta saison gargantuesque composée notamment de deux Transats en solitaire avant de prendre part le 10 novembre prochain à ton deuxième tour du Monde en solitaire, sans escale et sans assistance ?

Suite à la Transat Jacques Vabre Normandie Le Havre, j’ai fait un gros break. L’idée était vraiment de couper un maximum de la voile, de la course au large. Je sortais d’une longue année avec l’ascension de l’Everest et toute sa préparation puis les navigations à bord de V and B – Monbana – Mayenne. Je me suis donc reposé pour réattaquer en grande forme. Cela ne veut pas dire que j’étais dans mon canapé ! J’ai profité de Noël en famille, j’ai fait aussi pas mal de kitesurf. Depuis début janvier, je suis revenu aux affaires en m’entrainant au centre 3,2,1 Perform surtout. Nous bossons sur ma préparation mentale et physique. L’idée est, par exemple, de visualiser ce qui va se passer sur le Vendée Globe et d’accepter la difficulté et la douleur qui sont constantes à bord de nos voiliers volants. Nous travaillons également sur le cognitif, le lien entre le cerveau et le corps, l’oreille interne plus ou moins sollicitée au fil de l’épreuve et ses nombreuses transitions. De plus, je viens de participer au trophée Mer Montagne et je continue à assouvir ma passion de la montagne avec des séances de ski de fond et alpinisme, mais aussi des trails blancs. Fin février, je compte traverser en mode trail l’île de Santo Antao au Cap-Vert. Enfin, il y a évidemment le chantier de notre IMOCA qui me prend beaucoup de temps ainsi qu’à mon équipe technique.

2) Justement, comment va ton bateau ?

Nous effectuons, depuis le retour de V and B – Monbana – Mayenne de la Martinique, un gros chantier à Concarneau. L’ensemble du bateau a été mis à nu. Pas un seul boulon n’a pas été démonté. Ce chantier est crucial avant le Vendée Globe et mon équipe profite de cet hiver pour l’effectuer. Nous avons aussi ajouté pas mal de renforts suite aux différents retours de nos concurrents qui ont repéré quelques soucis structurels. Nous travaillons sur l’ergonomie à bord, un dossier important que nous poursuivrons cet été en chantier. Il y a aussi quelques améliorations en cours. Avec la voilerie Incidence, nous avons finalisé le jeu de voiles pour les deux transats et nous avons encore deux voiles d’avant en construction et réflexion pour le Vendée Globe. Notre objectif est de remettre à l’eau l’IMOCA début mars afin qu’ensuite j’enchaîne en faux solo une série de navigations au large (24 à 48 heures) en vue de la Transat CIC dont le départ sera donné de Lorient le 28 avril.

3) Quels sont tes objectifs véliques 2024 ?

Je décompose la saison 2024 en trois parties : la première phase sera vraiment l’enchaînement des deux Transats avec la Transat CIC et la Transat New York – Vendée – Les Sables d’Olonne. Nous ressortirons ensuite cet été V and B – Monbana – Mayenne pour deux mois de chantier puis il y aura une troisième partie avec le Vendée Globe. L’objectif général est, comme je l’ai toujours dit, de terminer le Vendée Globe dans le top 5. J’envisage les deux transats en solitaire avec évidemment l’ambition d’un bon classement, mais surtout dans l’optique de notre préparation pour le Vendée Globe. Le but est de les finir sans casse technique et en continuant à progresser en vue du Tour du Monde. Mais en dehors du sport, j’ai également vraiment hâte de voir V and B – Monbana – Mayenne à New York à côté de la Statue de la Liberté, ça doit être magique de naviguer en plein Manhattan.

La bonne année !

C’est une année placée sous le signe de l’exceptionnel, du sport et de l’aventure qui s’avance pour Thomas Ruyant, Sam Goodchild et tous les membres de TR Racing, l’équipe de course au large en charge des deux Imocas FOR PEOPLE et FOR THE PLANET.

Chacun a déjà au coeur et à l’esprit le Vendée Globe, dont le départ de la 10ème édition sera donné le 10 novembre prochain. Mais d’ici là, ce ne sont pas moins de deux courses transatlantiques en solitaire au programme de la classe, un Défi Azimut et moult navigations d’entraînement et de peaufinage que les deux marins enchaineront avant de se présenter aux Sables d’Olonne.

TR Racing inaugurera  au printemps ses nouveaux locaux situés sur la base de Lorient, un chantier moderne doté de toutes les infrastructures qui siéent à un Team ambitieux, éminemment professionnel, et riche de nombreuses et brillantes personnalités drivées par Thomas Gavériaux, avec pour moteur Advens, le leader de la cybersécurité et son “patron”, Alexandre Fayeulle, plus que jamais engagé pour donner du sens à ses performances technologiques et sportives.

Deux marins, deux destins, deux ambitions…

L’un, Sam Goodchild, est champion de la Classe IMOCA 2023, l’autre, Thomas Ruyant, a remporté la Transat Jacques Vabre, troisième victoire consécutive sur trois dernières classiques (après la Transat Jacques Vabre 2021 et la Route du Rhum en 2022) ainsi que la Guyader Bermudes 1000 race. On comprend facilement la sérénité et le calme studieux qui règne dans les nouveaux locaux de TR Racing à Lorient. Une saison colossale se présente aux deux marins et à leur équipe, avec ce rendez-vous planétaire de l’automne, inscrit, gravé, ciselé dans l’imaginaire et le destin des deux hommes. « Tout ce que j’ai fait dans ma vie, personnelle et professionnelle est pour ce seul but » avoue avec flegme Sam, le plus Breton des Britanniques. « Cette course m’a marqué et ne m’a pas tout donné ! J’ai rendez-vous avec elle ! » révèle Thomas, en référence à ses deux précédentes expériences. C’est ensemble, au sein d’un collectif soudé, solidaire, qu’ils préparent la grande échéance de l’automne.

Un long hivernage, studieux et conservateur.

Le vécu, les expériences et expérimentations, les analyses et découvertes mesurées, auscultés avec l’aide du savoir-faire technologique d’Advens, sont mises en commun, partagées pour le plus grand bénéfice des deux marins et de leurs machines respectives. Les chantiers en cours s’inscrivent dans la maturation logique des deux bateaux, FOR THE PLANET, lancé en 2019, et FOR PEOPLE, bien né en 2023. On démonte, on révise, on répare accastillage, systèmes électroniques, gréement courant… en vue d’une riche saison et son apothéose, une circumnavigation de 45 000 kilomètres. Rien de révolutionnaire au programme, mais du peaufinage pour Sam, et de l’imagination pour Thomas, bien décidé à accroitre son petit avantage à certaines allures cruciales, sur la concurrence.

Thomas Ruyant : « Je suis en dette avec le Vendée Globe ! »

« J’ai bien coupé cet hiver. Le retour à la base a été pour le moins contrasté pour nous, avec un record de la plus longue distance parcourue en 24 heures, et une déchirure de la Grand voile qui m’a imposé une navigation sous seules voiles d’avant, durant plus de 1 600 milles. J’en ai tiré d’intéressants enseignements, notamment sur la manière de naviguer à plat, en m’appuyant sur les deux foils. La Jacques Vabre et cette première partie de transat en solitaire, ma première en solo sur mon plan Koch-Finot Conq, m’ont convaincu qu’à certaines allures, au portant vmg notamment, nous étions un petit cran au-dessus de la concurrence. Le bateau répond ainsi précisément à son cahier des charges. Tout le travail de l’hiver en notre nouveau chantier, consiste à préserver et augmenter cet avantage, avec notamment une approche « chirurgicale» sur notre jeu de voile. »

Sam Goodchild : « Je suis qui je suis, à cause du Vendée Globe ! »

« Ma venue en France, ma vie Lorientaise, tous mes choix professionnels n’ont qu’une seule finalité, le Vendée Globe. Je suis ce que je suis, à cause de cette quête du Vendée Globe. L’année 2023 a été un cours accéléré en Imoca, avec The Ocean race sur Holcim qui m’a donné un avant-gout du tour du monde et des mers du Sud, et le programme Imoca à bord de FOR THE PLANET, où nous avons joué les premiers rôles, avec un podium lors de chacune des épreuves disputées. Avec l’aide d’Antoine Koch, de Thomas et de toutes l’équipe de TR Racing, j’ai pris mes marques et me suis « approprié » le bateau. Sur le papier, on est aux portes du Top 3. A nous de faire mentir les pronostiques. Je suis hyper chanceux de pouvoir faire le Vendée Globe dans de telles belles conditions. Je suis très bien entouré et j’ai, ces 10 dernières années, côtoyé beaucoup de coureurs qui ont déjà fait la course, et j’ai une bonne idée de ce qui m’attend. J’appréhende les difficultés, et avec toute l’équipe, nous essayons d’anticiper tous les problèmes à venir. Mon seul stress, c’est la performance que je serai en capacité de réaliser ou non. »

Thomas Gavériaux, directeur de TR Racing : Une saison engagée et sans répit !

« Nos deux bateaux sont en préparation pour le Vendée Globe. Le plus récent, FOR PEOPLE de Thomas est toujours en phase de développement, dans de l’optimisation fine, et la mise en place d’éléments validés par nos deux transats de 2023. En ce qui concerne FOR THE PLANET de Sam, on est dans de la maintenance courante, en vue du Vendée Globe. Pour les deux bateaux, la notion de confort en utilisation est importante, pour permettre aux deux marins de performer dans des situations extrêmes. Sam a couru en 2023 avec un bateau qui était « à la main » de Thomas. Il est, à l’aube de 2024, en capacité de l’adapter à son gabarit et à sa sensibilité propre. L’année sera très rythmée, sans répit. On sortira de chantier fin mars, avec la mise à l’eau des deux bateaux. Débutera une session de navigation de conserve, pour comparer et partager les expériences, et partir pour deux transats qui vont occuper le printemps et l’été. On reviendra en France pour aborder immédiatement la dernière ligne droite avant le tour du monde. Peu de répit, et une grande intensité au programme pour les coureurs et l’équipe. Le Défi Azimut sera la dernière confrontation avant le Vendée.
Notre nouveau bâtiment était très attendu. Nous sommes dans nos murs. On va entrer dans de nouveaux bureaux et passer à une utilisation nominale des locaux, dans ce lieu performant que nous avons voulu pour et à l’image de l’équipe. C’est une chance de pouvoir évoluer dans un tel environnement. Ce bâtiment est le coeur de la vie du Team, avec des ateliers aménagés. 1 700 m2 de hangar, de rangements et de logistique. Le secteur tertiaire couvre 800 m2, avec les bureaux d’étude, les salles de réunions, l’administration, la logistique, le marketing et la communication. »

 

Nouveau record du Monde pour Stève Stievenart

Et un de plus ! Le nageur de l’extrême, accompagné de deux nageurs irlandais Ger Kennedy et Vincent Doneghan et de deux nageurs anglais Lee Johnson et John Myatt, a traversé la Manche en relais samedi en 14h45 dans une eau oscillant entre 7 et 9 degrés entre Douvres et le Cap Gris Nez. C’est la première fois qu’une telle traversée à la nage se déroule en hiver !

« La température de l’air était aux environs de 2 à 3 degrés. Nous avons enchaîné chacun les relais d’une heure. Je dois dire qu’il était difficile de repartir en mer à chaque fois. Nous avions à peine le temps de se réchauffer » explique Stève dit le Phoque. « Nous sommes partis de Douvres à 8h58 samedi matin et nous sommes arrivés au Cap Gris Nez à 23h43. J’avais déjà traversé la Manche le 11 novembre 2021 en solo, battant ainsi le record de la traversée la plus tardive de l’histoire mais cela ne s’était jamais fait en hiver. C’est un bel exploit collectif qui avait pour but de lever des fonds pour l’association Power of one qui s’occupe de sensibiliser à la cause animale et de défendre les animaux des rues. Un grand merci à notre pilote Lance Oram ainsi qu’à toute l’équipe du Sea Satin. J’ai une grosse pensée pour l’équipe féminine avec qui nous faisions la course mais qui a dû abandonner suite à un problème technique après une très belle progression. »

Inarrêtable Stève qui continue sans relâche à s’entraîner et qui vise de nombreuses autres performances à la nage en 2024.

Happy New Year

Très, très bonne année 2024 avec TB PRESS, l’agence qui voit la com autrement et qui est dans son temps !

Belles fêtes

C’est la fin ! Quelle année pour TB Press…

Victoire de Thomas Ruyant et Morgan Lagravière à bord de FOR PEOPLE sur la Transat Jacques Vabre

Victoire de Thibaut Vauchel-Camus et Quentin Vlamynck à bord de Solidaires En Peloton sur la Transat Jacques Vabre

Victoire de Sam Goodchild à bord de FOR THE PLANET – Classement IMOCA 2023 et 3ème place sur la Transat Jacques Vabre avec Antoine Koch

L’Everest pour le grand Maxime Sorel et de belles navigations pour Vaincre la Muco

L’annonce du portage de la Flamme Olympique à bord du Belem en 2024 et une année sidérante en résultats presse

Une superbe édition de la démarche Atout Soleil autour des violences

La direction de la communication SPORT de TR Racing

De nouvelles grandes victoires de Perrine Laffont en Coupe du Monde et un nouveau globe de cristal

L’aventure de Caroline Boule

The Famous Project d’Alexia Barrier

Les épopées d’Emilien Jacquelin

Le suivi de Pierre Le Roy

Une team Banque Populaire du Nord au top avec notamment les perfs d’Erika Sauzeau et Mewen Tomac

….

Une équipe de choc TB Press : Annie Pigny, Eve Mailho, Denis van den Brink et l’éclatante Mathilde Mermod

Bref, c’était génial en travaux, émotions et structuration de l’Agence qui voit la com autrement et surtout dans son temps !

A très vite et voici une petite vidéo pour résumer : https://www.youtube.com/watch?v=oO7O4ZIN6fE

Mewen Tomac au top avant 2024 !

Le nageur soutenu par la Banque Populaire du Nord, Mewen Tomac, a nagé fort, très fort ces derniers jours. L’amiénois repart de Roumanie et du Championnat d’Europe petit bassin avec pas moins de quatre médailles. Il est champion d’Europe en 50 et 100 mètres dos, médaillé de bronze sur le 200 mètres avec un record de France qu’il avait déjà battu cette année soit 1mn 48 secondes et 55 et une médaille d’argent en relais 4×400 mètre nages mixte. Avec Anaïs mai Desjardins et Théo de Ramecourt en kitefoil, Erika Sauzeau en para-aviron et Maxime Beaumont en Kayak, la Banque Populaire du Nord, Partenaire Premium de Paris 2024, est prête pour l’année sportive à venir…

« Ce sont mes premières grandes victoires internationales. Cela fait vraiment plaisir. Je ne m’attendais pas à ça » déclare Mewen. « J’avais du mal à juger le niveau européen en petit bassin. J’ai vu et bien vu ! Je suis également content d’avoir établi un nouveau record de France sur 200 mètres dos. Tout a été génial la semaine dernière. J’étais vraiment dans de bonnes dispositions. Je vais participer le week-end prochain à un meeting en grand bassin à Amiens puis je vais couper pendant 10 jours avant de reprendre l’entraînement pour mes grandes échéances. Je pense surtout au Championnat de France de juin qui me permettra, j’espère, de me sélectionner pour Paris 2024. »

La Banque Populaire du Nord et les Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024

Dans la continuité de l’engagement premium du groupe BPCE avec les Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024, la Banque Populaire du Nord s’associe à ce grand défi et a initié un programme de soutien de sportifs dès 2020.

Également partenaire historique du monde de la voile, la Banque Populaire du Nord et sa marque Crédit maritime ont donc constitué une équipe de cinq sportifs réunis autour de deux points communs : la pratique d’un sport nautique et la préparation des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024.

La Banque Populaire du Nord accompagne ainsi Anaïs-Mai Desjardins en kitefoil, Erika Sauzeau en para aviron, Maxime Beaumont en kayak, Théo de Ramecourt en kitefoil et Mewen Tomac en natation.

Anaïs Mai Desjardins en quelques lignes : 23 ans, dunkerquoise, Vice-championne de France 2021 en kitefoil catégorie senior, Championne de France Espoirs kitefoil 2019, championne d’Europe Junior Kitefoil 2018, championne du Monde de Kitesurf 2017 – « tour mondial Kitefoil Goldcup », Championne d’Europe U19 en Kitefoil, étudiante en 4ème année de Médecine à Lille.

Erika Sauzeau en quelques lignes : 41 ans, mère de jumeaux, membre de l’armée des champions, originaire de Beauval dans la Somme, picarde affirmée, Erika a terminé troisième des Jeux Paralympiques de Tokyo fin août 2021 en aviron, dans la catégorie PR3 qui concerne les athlètes ayant des problèmes aux membres inférieures.

Maxime Beaumont en quelques lignes : 41 ans, boulonnais, kayakiste, 3 participations aux Jeux Olympiques, Vice-champion olympique 2016, 4 médailles mondiales, 6 médailles européennes dont un titre en 2019, 18 médailles en coupe du monde dont le bronze en 2022, 17 titres de champion de France, 9ème en K1 200m des Jeux de Tokyo.

Théo de Ramecourt, en quelques lignes : 26 ans, originaire de Cayeux sur mer, 4e au championnat du Monde 2022, Champion du Monde 2021 et Champion d’Europe 2021 de Kitefoil.

Mewen Tomac, en quelques lignes : 22 ans, Champion de France 2022 en 50m dos et 200m dos et demi-finaliste aux Jeux Olympiques de Tokyo 2020 en 100m dos.

La Fondation pour le Pacte de Performance

Anaïs, Erika, Maxime, Théo et Mewen sont soutenus par l’intermédiaire de la Fondation pour le Pacte de Performance qui a pour mission principale de promouvoir le sport comme vecteur de lien social, à travers des actions innovantes et reproductibles visant à soutenir, développer et faciliter l’insertion sociale et professionnelle dans et par le sport, la prévention de la santé ou encore la promotion du sport pour les personnes en situation d’handicap. La Fondation du Sport Français, Fondation Henri Sérandour est reconnue d’utilité publique.

L’ambition de la Banque Populaire du Nord à travers ces partenariats :

L’ambition de la Banque Populaire du Nord est d’aider à la réussite des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024 dans toutes ses composantes :
• la réussite sportive,
• la dimension éducative et solidaire,
• la réussite économique.
Pour la Banque Populaire du Nord cette ambition se traduit par :
• l’accompagnement de sportifs préparant Paris 2024 ;
• l’accompagnement de structures favorisant la pratique inclusive du sport et le développement de ses valeurs positives ;
• l’accompagnement des acteurs économiques régionaux privés et publics, afin qu’ils puissent bénéficier des opportunités économiques apportées par l’organisation des jeux ;
• la mise en place d’une politique interne de développement de la pratique.

A propos de la Banque Populaire du Nord :

« Créateurs de liens, nous accompagnons durablement et avec dynamisme ceux qui vivent et entreprennent sur notre territoire et sur son littoral ».

La Raison d’Être de la Banque Populaire du Nord, en résonnance avec son statut de banque régionale coopérative, traduit l’engagement de la Banque sur son territoire et auprès de ses clients particuliers, artisans, commerçants, agriculteurs, professions libérales et entreprises dans les domaines de la banque et de l’assurance depuis plus de 100 ans. L’offre de services et d’expertises de la Banque Populaire du Nord est distribuée au travers de marques et d’entités historiques qui composent la Banque Populaire du Nord : Banque Populaire du Nord, JPM Banque d’Affaires, Crédit Maritime et la Banque de la Transition Energétique par Banque Populaire du Nord.

Banque régionale coopérative dont le capital est détenu par ses 120 000 sociétaires, la Banque Populaire du Nord fait partie du 2e groupe bancaire en France : BPCE. Forte de ses 1 100 collaborateurs, elle accompagne aujourd’hui 338 000 clients sur le Nord, le Pas-de-Calais, la Somme, l’Aisne et les Ardennes. Elle maille son territoire avec 126 agences de proximité, 3 agences patrimoniales, 6 Centres d’Affaires d’Entreprises.

Thomas Ruyant à bon port !

Thomas Ruyant en a terminé ce matin peu avant 9 heures avec sa longue transat retour vers Lorient. Le vainqueur de la Transat Jacques Vabre (en compagnie de Morgan Lagravière), a vécu un « retour à la base » pour le moins contrasté, entre l’euphorie d’un record de vitesse, et ce nouveau chrono de la plus longue distance parcourue en 24 heures, et la déception de devoir mettre sa course entre parenthèses suite à la déchirure de sa grand-voile. C’est sous voiles d’avant seules qu’il a parcouru plus de la moitié de la course, sans jamais se départir d’un esprit de compétition et de bien figurer, qui lui ont permis de tenir de très honorables moyennes. FOR PEOPLE valide avec cette transat, son inscription au Vendée Globe. Thomas a pu prendre ses marques en solitaire à bord de son plan Koch Finot-Conq millésimé 2023. Il tire un bilan plus que positif de cette riche saison, pour lui-même bien sûr, pour l’équipe sportive et ses trois fantastiques skippers de l’écurie TR Racing, Morgan Lagravière, Antoine Koch et Sam Goodchild, et pour toute l’équipe technique qui aura, de mains de maitres, préparé deux voiliers au plus haut niveau de performances de la classe. Sam Goodchild remporte en effet le titre de champion IMOCA, autre motif de satisfaction pour Thomas, initiateur et fondateur de cet original attelage à deux bateaux performants, We Sail for People and Planet, accélérés par ce formidable partenaire technique et financier, Advens, et également Leyton tout en soutenant le réseau Entourage et le fonds citoyen Team for The Planet.

FOR PEOPLE est arrivé aujourd’hui mardi 12 décembre à Lorient, terme de Retour à la base. Thomas Ruyant prend la 17ème place de l’épreuve, sur 31 voiliers au départ. Son temps de course est de 11 jours, 15 heures, 59 minutes et 46 secondes. Il a parcouru sur l’orthodromie 3 497,4 milles, à 12,5 noeuds de moyenne. Il a parcouru sur le fond, 4 472 milles à 16 noeuds de moyenne.

Thomas Ruyant :
« J’avais bien en tête cette idée de record dès le départ. Je savais qu’on allait naviguer devant un front pendant un long moment. Mais on était au vmg, pas l’allure la plus rapide, mais il y avait possibilité de faire un long bord en ligne droite. C’était donc jouable. C’était aussi un moment de la course où il fallait que je recolle au paquet de tête. Ce que j’ai fait. J’ai saisi l’opportunité. La mer était lisse et plate. Ce record tenait depuis 2017. Il était temps qu’ils soit battu. Il sera rebattu prochainement, avec nos machines actuelles. Si on devait se focaliser uniquement sur ce record, on choisirait de meilleures allures et il tombera. On avait essayé de battre ce record il y a deux ans. Mais on n’avait pas trouvé les conditions. Je suis très content d’avoir pu réaliser cela.

Deux transats coup sur coup, ce n’est pas facile. Morgan et moi avons mis beaucoup d’énergie, en nous dépensant sans compter, durant la Transat Jacques Vabre, sans penser à la transat à suivre. 10 jours pour récupérer, ce n’est pas beaucoup. Mais je suis content de ce Retour à la base, qui m’a permis de me mettre à nouveau dans la peau d’un solitaire. Malgré la déchirure de ma GV, j’ai pu observer pas mal de choses sur la vie à bord de ce nouveau bateau.

Cette avarie m’est arrivée tôt dans la course. La déchirure est survenue alors que je réparai mon souci de safran. J’étais revenu dans la course. J’allais vite. J’avais une carte à jouer. Mais je n‘ai pas lâché après la perte de ma GV. Je n’étais pas en mode croisière. J’ai fait avancer au mieux. Je ne m’en suis pas trop mal sorti. Dans la foulée du record, c’était un peu décevant mais cela ne m’a pas affecté plus que ça.

A chaud, le bilan de l’année est positif. C’est une super saison, passée à découvrir et à mettre au point ce super bateau. On gagne la première course de l’année (Guyader Bermudes 1000 race). On a eu quelques soucis techniques dans la Fastnet Race alors que nous étions en tête. La réactivité de l’équipe a été fantastique. Tout le monde s‘est mobilisé pour nous livrer au départ de la Transat Jacques Vabre un bateau parfait. Il reste du travail pour notre chantier d’hiver. On termine sur une note contrastée avec cette grand voie déchirée. Mais toute l’équipe a montré de belles choses. On a montré les crocs, on a gagné des courses, on a fait des podiums, on a signé des records… Le fonctionnement de l’équipe a été super. On est sur des rails et sur le bon timing de préparation pour le Vendée Globe 2024 – 2025..

Le niveau d’engagement augmente. Mais je sais où mettre le curseur. Je suis à l’aise avec mon bateau. Je vais vite au portant et ça, c’est top pour le Vendée Globe. Les concurrents vont vite aussi, mais ils ont vu ce que l’on sait faire. On est au niveau. Il faudra compter sur nous.

Le fonctionnement de toute l’équipe a aussi profité à Sam. Sa façon de naviguer est impressionnante. Il est champion IMOCA et je suis fier pour lui, et pour l’équipe. TR Racing a été présente cette année. Nos deux bateaux sont sur le devant de la scène. Sam sera peut être LE concurrent le puis sérieux pour le Vendée Globe… Je tiens à remercier vivement Advens sans qui nous ne serions pas là, Leyton qui est arrivé à nos côtés en 2023. Enfin, je suis très heureux que nous puissions avec nos performances mettre en lumière le Réseau Entourage et Team for the Planet. Il n’y aura pas de transition écologique sans justice sociale. »

The bronze Man !

Sam Goodchild termine sa première transat en solitaire en Imoca à la troisième place de « Retour à la base », course entre Fort de France et Lorient. Le skipper de FOR THE PLANET signe par la même occasion la cinquième troisième place de l’année. Il aura en effet pris le bronze lors des 5 épreuves au programme de la saison, en compagnie de son co-skipper Antoine Koch. Une telle régularité dans le haut des classements est assez unique, et positionne le jeune (34 ans) Britannique parmi les top outsiders du prochain Vendée Globe. Il est la force émergente du circuit IMOCA, qui aura toute au long de la saison étonné par sa fraicheur, sa régularité, son sang froid à toute épreuve, et sa capacité à tirer le meilleur d’un voilier bien né en 2019, face aux foilers de la toute dernière génération. Cette constance dans la performance lui vaut de terminer l’année en tête des Imoca Globe Series, le championnat de la classe. Il devance Yoann Richomme et Jérémie Beyou.

Sam Goodchild a intégré au printemps dernier seulement l’écurie de course au large TR Racing de Thomas Ruyant. Le soutien de toute une équipe constituée, et la mutualisation de tous les retours d’expérience des deux bateaux du team, FOR PEOPLE de Thomas Ruyant, et son FOR THE PLANET, a incontestablement facilité son apprentissage du plan Verdier de 2019, et son épanouissement au plus haut niveau de la classe. Ses 5 podiums pour autant de courses disputées, ajoutés aux deux victoires de FOR PEOPLE (Guyader Bermudes 1000 race et Transat Jacques Vabre) traduisent d’éclatante manière la pertinence et l’efficacité de cette écurie à deux têtes dirigée par Thomas Gavériaux, unie dans un effort commun, au service de la performance sous l’égide d’un partenaire-acteur, le leader de la cybersécurité Advens et son Président et fondateur Alexandre Fayeulle, et également le cabinet Leyton le tout pour accompagner au sein du collectif We Sail for People and Planet le fond citoyen Team for the Planet et le réseau Entourage.

Sam Goodchild – FOR THE PLANET
« Je suis hyper satisfait. Il ne faut pas dire qu’on est fatigué de finir troisième, même si c’est la cinquième fois cette année. On joue avec des bateaux plus récents, face à des skippers très expérimentés. C’est rassurant et cela nous met en confiance.
Une transat en solo et en Imoca, c’est dur ! La vie à bord n’est pas facile. On continue de travailler sur l’ergonomie. Toutes les manoeuvres sont difficiles et on doit toutes les appréhender avec anticipation et le plus grand soin. Tout est chronophage et énergivore. C’est vraiment l’énergie du marin qui est le facteur limite sur ces bateaux.
De manière général, je me suis bien amusé, plus que je na le pensais au départ. J’en ai bien profité.
Ces résultats sont inespérés ! J’ai commencé The Ocean race il y a un an, et on gagné 3 étapes sur 4 avec Holcim-PRB, et avec FOR THE PLANET et Antoine Koch, on fait podium sur toutes les étapes de la saison avec un bateau plus ancien, on ne s’y attendait pas. C’est aussi la preuve de la qualité et de la puissance du team à deux bateaux FOR PEOPLE et FOR THE PLANET. Il fallait oser un tel projet. Et ça marche !
On cherche toujours à s’améliorer, à trouver de meilleurs réglages, à travailler sur les pilotes…. On poursuit le travail sur l’ergonomie du bord pour plus de confort en solo. A présent, j’aspire à me reposer, en famille et sans le bateau ! »

Retour à la base en bref :

Sam Goodchild à bord de l’IMOCA FOR THE PLANET a franchi la ligne d’arrivée de « Retour à la base » ce dimanche 10 décembre 2023 à 0 heure et 43 minutes. Il prend la troisième place de l’épreuve. Son temps de course est de 9 jours, 07 heures, 43 minutes et 21 secondes. Il parcouru sur l’orthodromie 3 497,4 milles, à la vitesse moyenne de 15,6 noeuds. il a en réalité parcouru 4 357,1 milles sur le fonds, à la vitesse moyenne de 19,5 noeuds. Il termine à 7 heures et 39 minutes du vainqueur Yoann Richomme.

QUI SONT LES LAUREATS ATOUT SOLEIL 2023 ?

Apporter un soutien aux associations qui développent des projets innovants en faveur d’un public fragilisé, c’est l’objectif que s’est fixée depuis 2007 l’opération de mécénat Atout Soleil, portée par le fonds de dotation « Nos Épaules et Vos Ailes », GPMA et l’assureur Generali.

Pour sa 16ème édition, le prix Atout Soleil a été remis le 5 décembre dernier à Paris à 15 associations qui œuvrent concrètement dans nos territoires pour prévenir les violences sexistes et sexuelles, familiales et conjugales, et identifier, protéger et accompagner les victimes pour les aider à sortir de leur situation mais aussi pour rebâtir leurs vies.

Thierry Gaudeaux, Secrétaire de GPMA, précise : « 170 associations de l’ensemble du territoire ont répondu à ce nouvel appel à projets. C’est un nombre conséquent qui témoigne de l’ampleur du phénomène des violences dans notre société et de l’importance d’accompagner les victimes. Il a été très difficile de ne sélectionner que quinze associations car les projets soumis étaient aussi riches que variés. Avec le prix Atout Soleil, nous avons voulu donner un coup de pouce tout particulier aux associations qui apportent des réponses spécifiques pour prévenir les violences, accompagner les victimes et les aider à reconstruire leur vie en retrouvant leur autonomie. Au-delà de la dotation financière qui leur sera octroyée, les lauréats du prix bénéficieront d’un accompagnement en matière de communication qui leur permettra de gagner en visibilité et d’augmenter leur impact. Je tiens à remercier les collaborateurs des réseaux Generali qui parrainent les associations locales et qui nous ont fait remonter les initiatives. »

Place donc aux lauréats :

La Fondation le Refuge, implantée dans la Loire, qui apporte un toit et un soutien personnalisé aux jeunes victimes de violences, chassés du domicile familial compte tenu de leur orientation sexuelle.

L’association France Victimes 85, implantée en Vendée, qui propose aux mineurs victimes de violences d’être accompagnés d’un chien d’assistance judiciaire dans tous les actes de la procédure, de l’audition jusqu’au jugement.

L’association SaVoie des Femmes, basée à Chambéry, qui propose des ateliers « mères-enfants » aux victimes de violences pour libérer leur parole, gérer leurs émotions et renforcer leur relation.

L’association Une Voix pour Elles, implantée dans les Alpes-Maritimes, qui offre aux victimes de violences une aide matérielle et logistique pour quitter le domicile d’un conjoint.e violent.e et leur permettre de réemménager dans les meilleures conditions possibles.

L’association Famille au grand cœur, basée à Montpellier, qui propose des hébergements sécurisés et un soutien adapté aux jeunes LGBT+ demandeurs d’asile ou réfugiés.

L’association Ikambere, implantée en Seine-Saint-Denis, qui propose un accompagnement global aux femmes victimes de violences porteuses du VIH.

L’association « CIF-SP, Solidaires entre les âges », basée à Poitiers, qui accompagne les personnes âgées, les adultes en situation de handicap et les aidants familiaux victimes de violences.

La Sauvegarde 29, basée à Brest, qui propose aux enfants victimes des ateliers innovants favorisant la libération de la parole et la prévention des violences intra-familiales.

L’association Solidarnum, implantée sur l’ile de la Réunion, qui développe une application numérique visant à repérer, informer et orienter les enfants et adolescents victimes de violences intra-familiales.

L’association Femmes pour le Dire, Femmes pour Agir, basée à Paris, qui anime la seule ligne d’écoute téléphonique dédiée aux femmes en situation de handicap et victimes de violences.

L’association Mon Âme Sœur, implantée dans le Val-d’Oise, qui crée un centre de reconstruction pour les enfants de 3 à 17 ans victimes de violences conjugales.

La fédération nationale d’aide aux victimes en France, France Victimes, qui propose une plateforme en ligne sécurisée et gratuite permettant aux victimes d’être mieux accompagnées sur le plan juridique, psychologique et social.

L’association Agena, basée à Amiens, qui propose un dispositif mobile d’information, d’écoute, d’échanges et d’orientation notamment sur les questions des violences pour atteindre des communes rurales et péri-urbaines.

L’antenne de Vallauris d’Apprentis d’Auteuil (Alpes-Maritimes), qui propose des ateliers d’éducation sexuelle aux jeunes de 7 à 17 ans afin de prévenir les violences et/ou discriminations faites aux femmes.

La Maison des Femmes de Saint-Denis avec le collectif « Prévenir, Protéger, Réparer », qui organise une caravane qui sillonne toute la France pour lutter contre les violences sexuelles faites aux enfants et sensibiliser le plus grand nombre à une meilleure prise en charge des victimes.

Prévenir et agir contre les violences : le Dr Ghada Hatem grand témoin du prix Atout Soleil

Dr Ghana Hatem

Apporter un soutien aux associations qui développent des projets innovants en faveur d’un public fragilisé, c’est l’objectif que s’est fixée depuis 2007 l’opération de mécénat Atout Soleil, portée par le fonds de dotation « Nos Épaules et Vos Ailes », GPMA et l’assureur Generali.
Pour sa 16ème édition, le prix Atout Soleil récompensera le 5 décembre prochain à Paris, 15 associations qui œuvrent concrètement dans nos territoires pour identifier, protéger et accompagner les victimes de violences sexistes et sexuelles, familiales et conjugales, au sein du foyer et en dehors, les aider à sortir de leur situation mais aussi à rebâtir leurs vies.
Grand témoin de cette nouvelle édition, le docteur Ghada Hatem, fondatrice de la Maison des Femmes de Seine-Saint-Denis, nous explique en quoi cette thématique représente un enjeu majeur pour notre société et revient sur les principales priorités d’action à mener.

En tant que grand témoin de la 16ème édition du prix Atout Soleil et membre du jury de sélection, pourriez-vous nous expliquer en quoi ce prix revêt une importance particulière ?

C’est avant tout une opportunité d’offrir une visibilité accrue à une problématique, la lutte contre les violences, qui me tient particulièrement à cœur. C’est essentiel car s’il y a bien eu une certaine forme de prise de conscience, la lutte contre les violences reste un défi complexe qui nécessite une attention continue.
Aujourd’hui, par exemple, nous comprenons mieux grâce à des travaux de recherche et des enquête approfondies que les violences sexistes, sexuelles, familiales et conjugales ont un impact dévastateur sur la santé et le bien être des individus. Nous savons que les problèmes de violences engendrent pour les victimes des dépressions et de l’anxiété, des altérations de la santé physique pouvant se traduire à terme par des maladies chroniques, l’adoption de comportements à risque tels que la consommation abusive de substances, des tendances suicidaires, un isolement social, etc.
Il reste selon moi, encore du chemin à parcourir pour prévenir et accompagner les victimes. Pour créer un changement significatif dans la société, il est essentiel de comprendre que les différentes formes de violences ne sont pas isolées, mais souvent interconnectées.

Quel regard portez-vous sur les projets des associations lauréates du prix Atout Soleil ?

Les projets portés par les 15 associations lauréates du prix Atout Soleil sont très éclairants car ils montrent bien que les violences ne se limitent pas seulement à des actes physiques, mais englobent également des aspects psychologiques, économiques et sociaux. Il faut pouvoir apporter des réponses spécifiques pour chaque victime, leur proposer une prise en charge adaptée et un accompagnement sur la durée. Pour lutter contre toutes les formes de violences, il faut aussi mener des actions de prévention dès le plus jeune âge, en faire un sujet qui nous concerne tous.
C’est dans cet état d’esprit que nous avons créé en 2016 la Maison des Femmes de Seine-Saint-Denis. Nous souhaitions proposer un lieu qui puisse apporter une réponse à un manque criant de ressources spécifiques pour les femmes confrontées à diverses formes de violences. La Maison des Femmes est rattachée à un hôpital et travaille avec près de 80 professionnels répartis au sein de 4 unités de soin spécialisées, offrant une approche unique en France pour la prise en charge complète des victimes, du soutien psychologique à l’assistance juridique, en passant par des programmes d’autonomisation économique. Nous menons également de nombreuses actions de prévention notamment au sein des établissements scolaires ou encore en entreprise. Nous intervenons aussi auprès des auteurs qui sont parfois en prison.

Vous mentionnez que les violences faites aux enfants demeurent un point préoccupant ?

Une modification récente de la législation a reconnu aux enfants exposés à des violences conjugales le statut de co-victime, un progrès par rapport à leur ancien statut de simples témoins. Bien que cette évolution soit positive, le tabou persiste, notamment autour de l’inceste et des violences faites aux enfants. Le récent rapport de la CIIVISE offre des informations instructives à ce sujet, révélant que 160 000 enfants subissent de l’inceste chaque année. Sur les 27 000 témoignages de victimes recueillis en trois ans par l’institution, seules 8% des victimes ont été crues et protégées.
Actuellement, les solutions ne sont pas à la hauteur, en particulier pour les enfants pris en charge par des dispositifs d’aide sociale à l’enfance. Les témoignages de maltraitance au sein de familles d’accueil sont nombreux, et à l’âge adulte, ces jeunes se retrouvent souvent sans solution, confrontés aux séquelles d’une absence d’amour et de considération. Ces expériences difficiles ont des répercussions directes sur leur bien-être et leur santé, entraînant des troubles comportementaux et émotionnels qui peuvent les conduire à perpétrer ou subir à nouveau des actes violents.
Il est encourageant de constater que de nombreuses associations qui ont candidaté au prix Atout Soleil intègrent la question des violences faites aux enfants. Plusieurs projets lauréats du prix visent à libérer la parole des enfants victimes grâce à des ateliers « mères-enfants » victimes, ou encore à les repérer via des interventions dans les établissements scolaires sur la thématique de l’éducation à la sexualité, etc. D’autres initiatives s’efforcent de sensibiliser les auteurs de violences à la parentalité. Enfin, des projets accompagnent ces jeunes traumatisés dans leur reconstruction, en leur offrant des espaces propices à la reprise de confiance et à un nouveau départ dans leur vie. Je pense notamment aux initiatives ciblant des mineurs chassés par leurs parents compte tenu de leur orientation sexuelle ou encore aux réfugiés qui ont dû quitter leur pays.

Quels domaines considérez-vous comme prioritaires pour lutter contre les différentes formes de violences ?

La libération de la parole a conduit les femmes victimes à dénoncer davantage les violences qu’elles subissent. Cependant, il est crucial que ces témoignages soient accueillis de manière bienveillante et qu’un suivi adapté et concret soit proposé. Bien que le paysage médical ait évolué, plaçant les violences au premier plan des priorités de santé publique, il subsiste un manque de formation des professionnels de santé sur comment interroger des patients victimes, déterminer des actions à entreprendre après des révélations traumatiques. Je pense donc que la formation de tous les professionnels susceptibles d’entrer en contact avec des femmes et des enfants victimes est une priorité. Cela inclut les crèches, les médecins, les écoles, ainsi que les personnes en charge d’activités sportives ou parascolaires, les policiers, etc. Les magistrats doivent aussi bénéficier d’une formation pour comprendre les comportements des agresseurs et des victimes afin de discerner la vérité. De plus, il est essentiel de les doter de moyens supplémentaires pour traiter le nombre important de dossiers déposés.
Une deuxième priorité concerne la santé mentale des victimes, un sujet selon moi encore trop minimisé. Les personnes souffrant de troubles psychiques font face à de nombreux obstacles tels que la stigmatisation, un accès limité aux soins, des difficultés sociales et financières, et une surmortalité. Des moyens supplémentaires sont cruellement nécessaires, car notre système actuel présente des défaillances importantes.
Chaque année par exemple, plus de 20 000 femmes et enfants ont besoin d’un hébergement d’urgence pour échapper à des situations de violence. Seule la moitié de ces demandes peuvent être pourvues et il faut parfois plusieurs semaines pour qu’une place se libère. Grâce au prix Atout Soleil, des associations lauréates vont par exemple pouvoir accroître leurs capacités d’accueil et contribuer à répondre à cette problématique.
L’engagement d’entreprises comme Generali et GPMA à travers le fonds de dotation « Nos Épaules et Vos Ailes » est en ce sens essentiel. Il permet de financer des projets pour qu’ils puissent se pérenniser, être essaimés, changer d’échelle. Cette opération de mécénat démontre aussi qu’il est nécessaire d’agir collectivement. Les entreprises ont un vrai rôle à jouer pour mettre en avant les enjeux liés à ces questions de violences qui concernent la société dans son ensemble.

Un programme de navigation 2024 exceptionnel, pour le trois-mâts qui transportera la Flamme Olympique de Paris 2024 depuis la Grèce !

La Fondation Belem Caisse d’Epargne dévoile ce jour son programme de navigations 2024, construit autour du transport méditerranéen de la Flamme Olympique de Paris 2024 (Athènes-Marseille // 27 avril – 8 mai 2024) : 25 navigations Belem inédites sont proposées à tous, depuis la Grèce jusqu’à l’Ecosse et jalonnées de 11 escales et participations du trois-mâts aux grands évènements maritimes 2024.

Le plus grand rôle de sa vie

« Notre programme 2024 a été pensé autour de la grande navigation qui verra le Belem amener, en France depuis la Grèce, la Flamme Olympique de Paris 2024, portée par une vingtaine de jeunes issus des territoires des Caisses d’Epargne, mécènes historiques du trois-mâts » déclare Christelle de Larauze. « Cette navigation est un honneur pour le Belem qui va jouer le plus grand rôle sa vie. Entre Athènes et Marseille, nous allons vivre des séquences très fortes avec des jeunes découvrant la vie en équipage. L’intensité sera à son paroxysme le 8 mai à Marseille : un milliard de téléspectateurs dans le monde suivra l’arrivée de la Flamme de Paris 2024 à bord du Belem dans la cité phocéenne ».

Un programme de grande amplitude pour embarquer un millier de navigants

En 2024, le Belem va embarquer plus d’un millier de navigants, qui choisiront leur place parmi les 25 navigations proposées à tous, d’une durée comprise entre 2 et 9 jours. En avril, le Belem évoluera depuis Sète jusqu’à Athènes, empruntant les bouches de Bonifacio et le détroit de Messine pour rejoindre la Sicile et ses volcans. Les navigations en eaux helléniques -Catane-Olympie 12-16 avril puis Olympie–Athènes 15-23 avril- seront exceptionnelles. « La Fondation innove en 2024 » enchaîne la déléguée générale de la Fondation Belem Caisse d’Epargne « puisque nous venons enrichir ces deux navigations d’une excursion le 16 avril pour assister à l’allumage de la Flamme de Paris 2024 dans le site historique d’Olympie. » Au printemps, le Belem contournera l’Espagne et le Portugal par les îles Baléares et le détroit de Gibraltar puis remontera la côte atlantique. En été, le Belem piquera au nord pour faire le tour de l’Irlande en passant par les îles –  Scilly et celle de Man – touchant ainsi l’Ecosse et l’Angleterre. A l’automne, le Belem regagnera les côtes normandes et bretonnes puis embarquera les mousses de la Marine en rade de Brest avant de rejoindre La Rochelle en guise de dernière navigation (18-20 octobre). Il hivernera dans la ville blanche.

Un navire très attendu par son public en 2024 sur 11 escales festives et évènementielles

Si le trois-mâts Belem naviguera beaucoup en 2024, il prendra néanmoins le temps, tout au long de son exceptionnel périple, d’ouvrir ses ponts au plus grand nombre dans 11 différents ports : Cannes (12-14 mars), Toulon (16-21 mars), Antibes (23-24 mars), Escale à Sète (26 mars-1er avril), Athènes- Port du Pirée (24-26 avril) et Marseille (9-12 mai) autour du parcours de la Flamme de Paris 2024, puis les premières fêtes maritimes de La Rochelle (20-23 juin) , Bordeaux fête le Vin (27- 30 juin), Brest 2024 (12-17 juillet), les fêtes maritimes de Douarnenez (19-20 juillet) et enfin les journées du patrimoine à Saint Malo (21-22 septembre).

Une victoire et une cascade de succès !

Thomas Ruyant a, tôt ce matin, remporté en compagnie de Morgan Lagravière, la 16ème édition de la Transat Jacques Vabre, catégorie IMOCA. Il signe ainsi un exploit unique, en s’adjugeant les trois dernières grandes courses classiques du circuit, Transat Jacques Vabre 2021, (déjà avec Morgan,) Route du Rhum – Destination Guadeloupe en solitaire, et de nouveau la transat entre Le Havre et Fort De France. Le Dunkerquois rajoute ainsi avec ce troisième succès consécutif, une nouvelle ligne unique et singulière à son palmarès, tout en demeurant à ce jour le seul marin à avoir remporté une victoire en transat à bord de tous les supports monocoques de course au large, Mini 6,50, Figaro, Class40 et IMOCA. Conserver son titre au départ du Havre face à une flotte record de 40 IMOCAs relevait de la gageure, pour un voilier seulement lancé au printemps dernier, et dont la mise au point avait nécessité un chantier estival. Comme il y a deux ans, comme l’an passé en Guadeloupe, Ruyant, Lagravière et FOR PEOPLE signent une incontestable victoire, qui prend aux yeux du collectif mis en avant par le projet sportif de l’écurie TR Racing, une résonance particulière. Donner du sens à la performance est en effet devenu le credo de Thomas, de son équipe, de ses partenaires, Advens et Leyton, et cette victoire est d’autant plus belle qu’elle va accélérer la reconnaissance et l’action du Réseau Entourage et du fonds citoyen Team for the Planet réunis au sein du collectif We Sail for People and Planet.

Thomas Ruyant :
“Je suis avant tout heureux pour l’équipe, pour tous les gars qui ont travaillé comme des fous depuis la mise à l’eau du bateau en début d’année, tout l’été ensuite, après à notre avarie du Fastnet. On revient de loin ! On est parti du Havre le couteau entre les dents, mais avec peu de certitudes car nous avions en définitive très peu navigué. Le bateau est tout simplement fabuleux, dure, bruyant, mais fabuleux ! et la complicité avec Momo a fait le reste ! On a beaucoup donné car on a passé beaucoup de temps à barrer. Je ne me focalise pas sur les résultats, double victoire sur cette Jacques Vabre, victoire sur la Route du Rhum. Je suis juste content d’être là, et de pouvoir concrétiser le travail de l’équipe. Je crois qu’on a fait les bons choix, techniques et humains avec Alexandre Fayeulle, et le talent de l’équipe a fait le reste. »

Morgan Lagravière :
“On est content que tout s’arrête, notamment le bruit infernal des foils à haute vitesse. On est dans l’émotion, car on sait d’où on vient, et on connait le travail énorme abattu par toute l’équipe pour nous permettre d’être ici. On est dans la dynamique souhaitée en début d’année, avec tout ce collectif à deux bateaux. Deux voiliers d’une même écurie sur le podium, c’est génial ! Vivre pour la seconde fois consécutivement ces moments avec Toto, c’est magique. Et que dire de son triplé historique en rajoutant sa victoire sur la Route du Rhum ! Il y a eu énormément d’engagement, d’investissement dans cette transat. On égale notre résultat de 2021, mais sur la forme, on a fait encore mieux. »

Solidaires En Peloton, Thibaut Vauchel – Camus et Quentin Vlamynck gagnent la Transat Jacques Vabre Normandie Le Havre

Thibaut Vauchel – Camus, 45 ans, et Quentin Vlamynck, 32 ans, après une saison de haut vol à bord de l’Ocean Fifty Solidaires En Peloton – ambassadeur depuis plus de 10 ans des patients atteints de la Sclérose En Plaques, remportent la 16ème édition de la Transat Jacques Vabre Normandie Le Havre.

C’est la deuxième grande victoire du marin malouin – guadeloupéen sur une traversée de l’Atlantique après The Transat 2016 en Class 40 et la première pour Quentin Vlamynck, à bord d’un trimaran de 50 pieds.

Thibaut Vauchel – Camus avait cette ambition depuis son intégration dans le circuit Ocean Fifty. C’est fait depuis aujourd’hui et le passage de la ligne d’arrivée à Fort-de-France à 20 heures 7 minutes et 40 secondes (heure martiniquaise) en 11 jours, 11 heures, 22 minutes et 27 secondes.

Le duo qui soutient la Fondation ARSEP rend une copie parfaite. Il avait remporté l’acte 1 de cette Route du Café entre Le Havre et Lorient. Puis, depuis le nouveau départ du Morbihan, les tempêtes étant passées par là, Solidaires En Peloton n’a quasi jamais quitté la place de leader négociant parfaitement le passage d’une grande dorsale anticyclonique au nord de Madère.

Avec ses routeurs, Eric Mas et Fred Duthil, le duo de Solidaires En Peloton a ensuite toujours fait les bons choix accélérant inexorablement dès que les conditions de portant étaient au rendez-vous. Malgré l’abandon malheureux d’une partie de la flotte des Ocean Fifty, Thibaut et Quentin, très communicatifs quant à leur joie d’être en mer, réalisent une sacrée performance. Cette victoire est également celle des partenaires du Défi Voile Solidaires En Peloton, Delanchy Transports, Le Groupe Magellim, B&B HOTELS, SFEE et Sanofi, le groupe de partenaires de Dinan et de Saint-Malo qui depuis de nombreuses années, se mettent dans l’ombre pour mettre en lumière les patients de la Sclérose En Plaques et la recherche contre cette maladie. Plus de 600 patients ont d’ailleurs navigué à bord de Solidaires En Peloton depuis 11 ans !

Ils ont dit :

Thibaut Vauchel – Camus : « C’est quelque chose que je cherche depuis quelques années cette belle victoire sur une Transat. C’est enfin réussir quelque chose d’assez incroyable. Gagner une transat en multicoque, ce n’est pas rien. Nous nous sommes bien adaptés à ces deux étapes. Dans notre sport, on passe notre temps à faire ce qui n’est pas prévu et à ne pas faire ce qui est prévu. Un an après mon chavirage sur la Route du Rhum, je suis très heureux d’offrir aux 120 000 patients atteints de la Sclérose En Plaques, à mes partenaires cette première place. Avec Quentin, nous avons été très en phase tout au long de cette étape ente Lorient et Fort- de- France prenant les bons choix et bien aiguiller par nos routeurs. »

Quentin Vlamynck : « L’erreur peut vite arriver sur ces bateaux. Nous n’avons rien lâché tout au long de cette transat. Nous sommes contents d’en arriver là. C’est beaucoup de travail. Nous allons en profiter. Je suis super fier que le bateau que nous avons imaginé avec Romaric, Fabienne et Lalou marche fort. Je me sens vraiment bien à bord de ce bateau. C’est une super expérience d’avoir navigué avec Thibaut sur cette Transat. J‘en sors renforcé pour mon avenir sur le circuit Figaro dès 2024. »

Brigitte Delanchy, Présidente du groupe Delanchy et porte-parole des partenaires : « Vive cette équipe de choc ! Il y a une solidarité hors norme dans ce Défi Voile Solidaires En Peloton. J’ai trouvé Thibaut et Quentin en osmose tout au long de la course. Nous sommes fiers d’eux. C’est également une victoire contre la Sclérose En Plaques. Notre duo est passé par des hauts et des bas qui caractérisent cette maladie. Cela donne beaucoup d’espoir, la preuve est là. Nous sommes nombreux en Martinique et en métropole à suivre ce super projet. C’est un aboutissement pour les partenaires car nous attendions cette grande victoire. Bravo aux marins et à notre Thibaut qui est très professionnel et qui incarne au mieux nos messages en faisant notamment naviguer toute l’année des patients. »

La boucle est bouclée !

Arrivée Etape 2 – Saint-François (GUADELOUPE – FR)

Ce lundi 13 novembre à 1h41 (heure de Paris), Caroline Boule est arrivée en Guadeloupe, bouclant ainsi les 2 700 milles de la deuxième étape de La Boulangère Mini Transat en 15e position chez les Proto. Une place dont elle s’empare également au classement général de l’épreuve (avant jury). Si le résultat sportif est en-deçà de ses attentes, la skipper de Nicomatic est toutefois parvenue à aller au bout de son aventure malgré les embûches. A avancer au-delà de ses limites et ainsi à relever le défi de traverser l’Atlantique en solitaire sur un bateau de seulement 6.50 mètres grâce à une détermination inébranlable.

« Au moment où j’ai franchi la ligne je me suis que c’était dingue, que j’avais traversé l’Atlantique ! C’est quand même assez fou de faire ça tout seul sur un si petit bateau ! Lorsque l’on vit entouré de « voileux », on pense que c’est normal de faire ce genre de choses, mais en réalité, ça ne l’est pas du tout ! », a commenté Caroline à son arrivée à Saint-François, très tôt ce lundi matin. De fait, faire le grand saut à travers l’Atlantique en solitaire en Mini 6.50 est une aventure totale, intense, au plus près des éléments. « C’est un engagement de chaque instant, la nécessité de mobiliser, seul, toutes ses ressources », a confirmé la skipper de Nicomatic qui, très vite après le départ de La Palma, n’a pas eu d’autre choix que de faire escale à Puerto de la Estaca, dans le nord-est de l’île Canarienne de El Hierro à la suite d’un problème de pilote. « A partir du moment où je me suis retrouvée derrière, j’ai compris que ce n’était plus pour la performance que je faisais cette Mini Transat. Mon principal objectif est alors devenu d’arriver de l’autre côté coûte que coûte et j’ai fait de mon mieux pour ça », a assuré la navigatrice qui s’est alors totalement engagée dans l’action, repoussant ses limites à au-delà de ce qu’elle pensait atteignable et imaginable.

Des pistes à explorer

« Ça a été extrêmement dur tout le temps mais ça valait le coup !  Il y a eu des moments géniaux et d’autres particulièrement éprouvants. Ce que j’ai trouvé le plus difficile, c’est le fait d’être trempée en permanence. Je pense que je vais avoir du mal à m’en remettre psychologiquement », a avoué Caroline Boule qui est également nettement sortie de sa zone de confort physiquement. « Nicomatic est un bateau très innovant mais aussi très exigeant. Il n’empêche que j’ai pris énormément de plaisir sur cette deuxième étape, ce qui n’avait pas été le cas lors de la première. La dernière journée a indiscutablement été l’un des meilleurs moments de ma course. Il y avait du vent très fort. Je n’avais plus d’aérien donc je ne sais pas quelle force de vent il y avait, mais j’avais deux ris dans la GV puis mon spi médium arisé, et ça volait vraiment très bien », a relaté la skipper qui a ainsi grappillé de nombreuses places dans les derniers milles, confirmant le remarquable potentiel de sa machine. « Le bateau n’a que deux ans et il est tellement différent des autres que je pense que c’est normal qu’il ne soit pas encore au niveau de ceux qui gagnent mais après cette expérience il est certain que les enseignements seront nombreux. Je suis fière d’avoir tracé ma route ces deux dernières années. Au-delà de cette transat, ce projet a été un défi entrepreneurial intense avec la construction d’un voilier très innovant qui arrive d’ailleurs en très bon état en Guadeloupe mais aussi l’animation d’une super équipe et de partenaires géniaux. Je sors de cette aventure très positivement et avec beaucoup de nouvelles envies au grand large », a terminé la régatière qui a toutefois réussi l’essentiel en menant sa monture de l’autre côté de l’Atlantique.

 

Le collectif We Sail For People and Planet dans la Transat Jacques Vabre ; un défricheur et une remontada !

Les deux voiliers IMOCA du collectif sociétal et sportif We Sail For People and Planet* marquent chacun à leur manière ce début tumultueux de la 16ème Transat Jacques Vabre.

Ils abordent la troisième journée de course aux avant-postes et animent la tête d’une flotte toujours composée de ses 39 éléments, malgré de nombreux (7) concurrents en escale Bretonne, Anglaise ou Espagnole pour cause de réparations diverses.

Le duo Thomas Ruyant – Morgan Lagravière, à bord du nouveau plan Koch-Finot Conq FOR PEOPLE, joue crânement sa chance en faisant cette nuit l’intérieur du Dispositif de Séparation de Trafic du cap Finisterre, abandonnant le leadership aux protagonistes navigants au plus près de l’orthodromie.

Plus conservateur dans son choix de route, FOR THE PLANET, piloté par le duo Franco-Britannique Antoine Koch-Sam Goodchild, a signé hier un retour fracassant au contact des meilleurs, revenant de leur 15ème place enregistrée lors de leur bref arrêt au large de Cherbourg, à une prometteuse 6ème place ce matin. Le plan Verdier de 2019 est toujours aussi redoutable et compte bien se mêler aux designs plus récents lors des passionnants affrontements à venir. Une large bande anticyclonique barre en effet la route du Sud vers les Alizés à hauteur du Cap Saint Vincent, et le contournement de son centre déventé est au menu du jour, dans une atmosphère allant s’apaisant après la fureur des premières 48 heures de régate tempétueuse.

La route Sud privilégiée

La marque de passage obligée de l’île de Santa Maria aux Açores sera laissée loin dans l’Ouest de la flotte des IMOCAs qui a finalement choisi la route la plus sage vers les alizés de Nord Est. Le passage hier matin d’un front virulent aura calmé les ardeurs des téméraires qui avaient pu, un instant, envisager une route plus à l’Ouest pour contourner l’anticyclone qui gonfle dans l’Est Açorien. FOR PEOPLE a ainsi, et de franche manière, choisi l’Est du plan d’eau pour glisser au plus près des rivages de la péninsule Ibérique. Le décalage Est-Ouest avec le leader Charal profite pour l’heure au duo Beyou-Cammas mais c’est bien l’alanguissement plus ou moins rapide vers l’Est de l’anticyclone en forme de dorsale qui jugera dès cet après-midi du bien fondé des trajectoires des uns et des autres.

FOR THE PLANET sans faire de bruit

Leur arrêt devant Cherbourg dès le premier soir de course est passé inaperçu. Sam Goodchild et Antoine Koch ont pourtant durant plus d’une heure laissé partir leurs petits camarades de jeu, le temps d’affaler leur grand-voile et d’intervenir sur un nerf de chute récalcitrant. Ils sont depuis, et avec la même discrétion, parfaitement revenus dans le match, se hissant en 6ème position, à hauteur des poursuivants immédiats du trio de tête Charal- Paprec Arkéa-FOR PEOPLE. Requinqué par de furtives micro- siestes, le duo se montre d’humeur conquérante :

« On est content de cette remontée » souligne Sam Goodchild. « Dommage d’avoir eu à s’arrêter. Petit à petit, on est revenu dans le match. La première nuit a été compliquée, avec de petits soucis techniques à régler. Le passage de front était costaud. On ne s’est pas ennuyé dans la mer forte. Pas évident de trouver l’équilibre entre préservation du bateau et la vitesse. On a un peu dormi au nord de la Bretagne, on s’est allongé sans vraiment pouvoir dormir tant le bateau tapait. J’ai même cassé ma bannette ! C’était sport. On a eu pas mal de grains hier. On surveille la concurrence et on travaille sur nos fichiers météo. On fait du sud en attendant de se décider sur la route à suivre aujourd’hui. Les petites casses prennent beaucoup d’énergie et on pense peu à soi. 
Nos amis de FOR PEOPLE sont très impressionnants. Ils sont pieds au plancher. Tout le monde régate bien et on travaille pour rattraper les 4 de tête. »

Antoine Koch (FOR THE PLANET) : « On est content de remonter doucement. On a bien bricolé hier sur pas mal de choses. La mer et le vent étaient forts au passage du front durant 5 heures à peu près. Je pense que cela a dû pas mal marquer les esprits de ceux qui envisageaient une route nord. On va voir qui osera s’y frotter et si les stratégies en seront impactées. On essaie d’établir la stratégie pour la suite. On reste avec les copains pour l’instant. On préserve le bateau du mieux qu’on peut. La flotte n’a pas l’air motivée pour aller dans l’ouest. A confirmer lors des prochains classements. »

Solidaires En Peloton, solide !

Partis lundi de Lorient, une semaine après avoir effectué un acte 1 victorieux entre la Normandie et le Morbihan, imaginé à cause de la tempête touchant l’hexagone, Thibaut Vauchel-Camus et Quentin Vlamynck ont vite repris leurs habitudes de leader de la Transat Jacques Vabre perdant la tête de la flotte des Ocean Fifty uniquement quelques heures.

Depuis, Solidaires En Peloton mène avec brio la fameuse transat en double dans des conditions météorologiques pourtant pas faciles depuis la ligne de départ franchie subissant un front costaud avant le passage du cap Finisterre ayant fait de nombreux dégâts chez ses amis – concurrents.

En cette fin de journée, le trimaran de 50 pieds aux couleurs des 120 000 patients atteints de la Sclérose En Plaques est solidement installé dans le fauteuil de leader ayant allongé la foulée ces dernières 24 heures et possédant 66 milles d’avance sur son poursuivant direct.

La côte portugaise sera rapidement un vieux souvenir et Solidaires En Peloton va, suite à quelques journées pénibles à bord, aborder une nouvelle séquence de navigation dans le calme.

« Notre duo a fait un début de course intéressant » analyse Eric Mas, le routeur – météorologue du Défi Voile Solidaires En Peloton. « Le Golfe de Gascogne a été très musclé. La dépression était délicate à gérer et pas facile à analyser dans les différents modèles météos. Le dosage pour la franchir était délicat. Nous avons fait moins mal que les autres. Cela s’est joué à quelques milles près alors que Primonial était un peu mieux placé que nous. Lors de la grande cavalcade le long du Portugal, nous avons décidé de nous replacer par rapport à Viabilis en se contraignant à un près serré. Maintenant que nous l’avons sous contrôle, Thibaut et Quentin lâchent les chevaux à grande vitesse avant de tomber dans une large molle et s’attaquer à l’anticyclone tout en pensant à placer un empannage au bon moment pour se diriger vers Madère.»  

De son côté, même si la situation a été infernale depuis le “re-départ”, Thibaut Vauchel-Camus affichait ce matin une certaine joie d’être en mer tout en étant bien concentré pour la suite et tout en pensant à ses camarades de la Classe OCEAN FIFTY. « Nous avons été un peu sages au début lundi mais on a vite été cueilli à froid avec du vent fort qui est rentré avec des grains à 35 nœuds . Nous étions à l’aise à jouer devant avec Primonial. Je dois dire que nous avons été bien refroidis quand on a appris leurs mésaventures et celles du Rire Médecin – Lamotte. On a aussi appris que Koesio était en escale pour faire des réparations. On pense à eux. Nous avons maintenant des angles plus cool et on navigue un peu plus bas. Nous gardons le rythme. »

Le sport pour l’impact sociétal

Ils ne sont pas encore en course car la tempête est là. L’un a déjà tout de même gagné une étape entre Le Havre et Lorient pour les 120 000 patients atteints de la Sclérose En Plaques, bravo Thibaut Vauchel-Camus et Quentin Vlamynck.

Les autres sont au port normand. Maxime SOREL a l’habitude d’attendre les grands jours, il s’est rôdé sur ce sujet avant de gravir l’Everest au printemps. Il fera avec Christopher PRATT une excellente transat pour Vaincre la Mucoviscidose.

Quant aux tandems du révolutionnaire projet We Sail For People and Planet, ils prennent leur mal en patience, sont favoris et agiront à leur manière pour les Hommes et la Planète. Thomas Ruyant Morgan Lagraviere Sam Goodchild #antoinekoch ont le couteau entre les dents.

Cette Transat Jacques Vabre Normandie Le Havre sera passionnante !

Chez Agence TB PRESS depuis de nombreuses années, on est persuadé que la performance sportive de haut niveau va avec engagement sociétal. Aujourd’hui, nous sommes fiers d’accompagner en conseil en communication, relations presse, social média management ces marins solidaires. Cela nous rend moins individualiste dans cette drôle de société, cela nous motive fort. On aime ça et c’est le coeur de notre action avec nos historiques Fondation Belem Caisse d’EpargneNos Epaules et Vos AilesBanque Populaire du NordPerrine Laffont… Merci de votre confiance !

#tbpress #sport #impact #communication #passion #direction #management #formation

www.tbpress.fr la com autrement et dans son temps